Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le mauvais coup porté aux collégiens du CNED

La liste des victimes de Belkacem s’allonge

Le Centre national d’enseignement à distance scolarise 23 000 collégiens. Et il est la principale victime de la réforme de Mme Vallaud-Belkacem.

Le CNED scolarise à distance les enfants du voyage, les enfants malades ou handicapés, les sportifs ou les artistes, les enfants déscolarisés par choix (et dont les parents, qui suivent en général de très près ces scolarités taillées sur mesure, apprécient le fait que le CNED est par définition le seul organisme qui assure le traitement de la « totalité » des programmes, ce qui est rarissime dans les collèges ordinaires). S’y ajoute un nombre grandissant d’adolescents inscrits là par phobie scolaire. Enfin, il propose des compléments éducatifs à nombre d’enfants scolarisés à l’étranger, enfants d’expatriés par exemple, entrepreneurs ou personnels d’ambassades, qui ne trouvent pas dans les établissements lointains une nourriture pédagogique appropriée.

 

Un désastre programmé

En pratique, le CNED envoie les cours rédigés, réceptionne les copies des élèves, les corrige et les renvoie. Pour cela, il faut des enseignants prévenus assez tôt, en cas de changement des programmes, pour réécrire tout ou partie des anciens cours, les expédier à l’organisme qui les édite afin que les élèves les reçoivent dès le début de l’année scolaire, comme un manuel classique.

Mais, pour rédiger des cours conformes à des programmes qui, par la volonté de Mme Vallaud-Belkacem, changent dans toutes les matières et à tous les niveaux simultanément, afin de créer, dit le ministère, une situation irréversible, il faut des enseignants plus nombreux, qui ne peuvent être recrutés qu’avec des crédits adéquats.

Ces crédits n’ont été octroyés qu’en novembre 2015. Comme le rapporte le Snalc, premier syndicat à s’être penché sur le sort de ces 23 000 collégiens livrés aux fantaisies du ministère, « le retard de production est à l’heure actuelle extrêmement inquiétant et les conditions de travail deviennent insupportables ».

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

Voir aussi, sur E&R :

Pour sortir d’un échec national programmé, lire sur Kontre Kulture :

 

Apprendre l’histoire de France avec les manuels de Marion Sigaut :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1516899

    Il n’y a pas que les collégiens qui bénéficient du CNED, il y a longtemps j’ai décroché le CAPES grâce à lui, et je crois qu’aujourd’hui encore tous les agrégatifs et candidats au CAPES se débrouillent pour obtenir ses cours quand ils ne s’y inscrivent pas carrément .

     

    • #1518856

      Je te suis camarade. Moi aussi j’ai décroché le CAPES grâce au CNED, et ça m’a même permis d’en être le major. Cours de grande qualité, correcteurs impeccables, niveau d’exigence très élevé. Avec une bonne discipline de travail, ça vaut tous les cours en direct.


  • #1516912

    Le CNED, tous ceux qui en ont profité savent que c’est du sérieux, c’est une quasi Institution . Et c’est pour cette raison que les destructeurs sectaires au pouvoir vont essayer de la saboter .


  • #1516960

    J’ai suivi les cours de langues du CNED trois ans, arrivé en fac j’avais une longueur d’avance sur le niveau et le programme d’apprentissage. Dans ma classe j’avais un niveau comparable à celui des élèves de l’école alsacienne. Je recommande chaudement les formations de langues de cette institution.

    Pour le reste Rad.


  • #1517576

    Si ces collègiens peuvent rester sur les programmes courants se sera tout benef pour eux. Les nouveaux programmes sont des aberrations.
    Mieux, s’ils peuvent revenir a des programmes antérieurs ils profiteront d’un niveau meilleur encore.
    l’effondrement du niveau d’instruction de l’éducation nationale ne date pas d’hier.