Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Pierre Jovanovic : "La France va vers la faillite"

Au bout du processus historique de la finance : le crash

Pierre Jovanovic nous présente l’histoire de John Law, l’inventeur de la monnaie-papier, et fait le parallèle avec la situation monétaire mondiale actuelle.

 

 

Retrouvez Pierre Jovanovic chez Kontre Kulture :

Pierre Jovanovic, sur E&R :

 
 

Livres de Pierre Jovanovic (7)




Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1557873

    L’affaire John Law c’est simplement la première grande bulle spéculative boursière : comme de juste en éclatant elle a laissé beaucoup de monde sur le carreau .

     

  • #1557891

    Mais Pierrot le papier monnaie n’est plus adossé à l’or depuis 1973 ! Et donc comme l’argent ne vaut plus rien, fait nous cadeau de tes bouquins !
    Merci Pierrot !

     

  • L’economie mondiale va vers la faillite. Que l’on remonte les taux, qu’on les baisse encore plus ou que l’on ne fasse rien le résultat est le même : tout s’effondre.
    Des économistes Allemands commencent à parler sérieusement d’un nouvel euro :“ l’ euro-or.”
    http://www.insolentiae.com/enorme-l...


  • #1557902

    Votre banque fait faillite ,et tous vos crédits sont dans cette banque ,que se passe-il ??

     

  • #1557906

    Au delà des rouages économiques et monétaire de la finance je trouve ça étonnant que personne ne parle des prix démesurés de l’alimentation en France...
    En achetant le strict nécessaire avec quelques tablette de chocolat pour se faire plaisir un caddie (pour une semaine et quelques d’une famille de 5 personnes) me fait plus de 150 euros ! Je suis le seul à trouver ça abérrant ? Et des courses chez Aldi ou Lidl... en gros on bosse, on bouffe et c’est tout.
    En 15ans les prix d’un caddie moyen sont passés de 50 à 100 puis 150 euros pour manger des pates et un peu de légumes.

    C’est à ce niveau que je vois la crise en France surtout.

     

  • #1557910

    Bravo Pierre Jovanovic pour vos analyses. Consolez-vous Un autre wiki a inclus votre fiche !

    Projet collaboratif d’encyclopédie libérale et libertarienne en ligne et gratuite =

    http://www.wikiberal.org/wiki/Pierr...


  • #1557919

    4.39

    Comment, comme M.Jovanovic, peut-on dire que toutes Banques sont en réelles faillites alors qu’elles ont toutes quasiment des 10aines ou 100aines de Filiales dans les Paradis Fiscaux et donc qu’elles cachent leurs argents, la réalité de leur capital, alors qu’elles couvrent des affaires graves etc... ???
    Peut-on m’expliquer ???
    Quelle est cette étude sur les absences de capitaux de ces Banques qui payent leurs patrons et autres avec des sommes astronomiques... ???


  • #1557978

    les djihadistes de la finance ça n’intéresse personne. l’olive on l’entends pas.


  • #1558001

    "1/4 des américains vivent avec les tickets de rationnements sociaux"

    Source ?

     

    • trouvé en 5 seconde sur google

      https://www.rt.com/usa/331216-ameri...


    • #1558186

      Matthieu 7:7


    • #1558239

      US Debt Clock Real Time
      il y a à ce jour environ ... 42,922,030 "food stamp recipients" aux USA

      cordialement


    • #1558279

      Conclusion : En lieu et place de vos interrogations abruptes dont on se demande ce qui les justifie, il serait préférable de fournir un minimum d’effort grâce à tous les outils de recherche dont nous disposons tous et ainsi de ne pas demander la becquée tel un misérable oisillon. Bref, bougez-vous un peu le cul.


    • #1558280

      @qsr
      Votre source affirme qu’il y a 45 millions d’habitants vivant avec des tickets de rationnement.

      Compte tenu du fait qu’il y a 320 millions d’habitants aux USA, cela fait 15% et non 25% d’habitants vivant avec des tickets de rationnement.

      Je réitère donc ma question : quelle est la source de Pierre Jovanovic ?


    • #1558406

      1/4 des americains ne sont pas en plein emploi c’est a dire 40 heures. 10 ou 20 heures/semaine qualifient pour les programmes d’Etat.


    • #1558408

      @Lowik
      Un bel arrondissement mais bon je peux le défendre en disant que sa ce sont seulement les ultra pauvres qui vivent avec des coupons, rajoutons a eux les millions de pauvres ’’normal’’ a ultra faible revenus qui eux paient eux mêmes leurs bouffes des les points de distributions a rabais pour pauvres !
      Là je crois qu’on défonce facilement le 50-60 millions et on rajoute a ces gens la toute la classe moyenne endettés a mort qui vie ’’mieux’’ que les pauvres mais uniquement a crédit, c’est a dire racketté par des banques !
      Et la cerise sur le gâteau !? Le gouvernement américain lui même est endetté a mort et vie a crédit avec une dette de plus de 19 000 milliards de dollars.............


    • #1558465

      Et le bougre de continuer de plus bel. Misère. J’ajoute aux autres commentaires que 1 foodstamp représente en moyenne et logiquement plus d’une personne. On n’y avait pas pensé, c’est ballot. Comme toujours quand on évoque des problèmes épineux et donc dérangeants (à l’image du chômage), les chiffres sont évidemment minorés. On peut donc réitérer le conseil initial ainsi qu’une invitation à un minimum de réflexion accessible à tous avec très peu d’efforts.

       

      • #1558723

        Cher Eric,

        Si c’est moi que vous qualifiez de "bougre" et de "misérable oisillon", sachez que les insultes ne constituent pas des arguments et n’apportent rien au dialogue. A moins que vous ne préfériez les monologues ?

        Quoi qu’il en soit, 15% n’ont jamais fait 25%.
        Je reste néanmoins attentif à une source qui m’indiquerait le chiffre de 25% (et non pas 15%).

        Ah oui, et pour votre information : on dit "continuer de plus belle" !

        Bien à vous.


    • #1558834

      Merci pour la correction, même si vous feriez mieux de vous concentrer sur votre réflexion personnelle. De même, ne déformez pas les choses, les petites vannes ironiques ne constituent pas des insultes, sinon pour ceux qui s’exagèrent à dessein les choses, ce qui présente également l’avantage de passer outre les arguments qui vous sont opposés et qui bien sûr n’existent pas. Pour rebondir sur ce que j’ai dit précédemment, les chiffres officiels souvent avancés sont contestés par certains chercheurs et universitaires. Il est très aisé de trouver des sources qui évoquent cette problématique, du moins pour qui s’y intéresse réellement et souhaite faire autre chose que pinailler stérilement sur un problème d’une gravité qui mérite mieux que cela. Mais comme vous ne faites certainement pas partie de ces pinailleurs, vous allez j’en suis sûr entreprendre ces recherches tout seul et comme un grand. J’ai fait le test, je peux vous assurer qu’en à peine quelques minutes et en aussi peu de clics, j’ai trouvé des sources sérieuses. Au boulot, feignant ! Bien à vous également.


  • #1558017

    Je ne vois pas quel est le problème du taux nul. Ni même du taux négatif. Qu’un Etat puisse emprunter sans intérêt, voir avec un taux négatif (ce qui correspond à de l’impôt) je trouve ça très bien. Même chose pour le taux du livret A, à la base une épargne n’a pas à être rémunérée et il est sain que les revenus du capital (donc les revenus d’une épargne) soient taxés. On ne peut pas avoir d’un côté des taux de crédit nuls et de l’autre une épargne qui rémunère, ce n’est techniquement pas possible. Ensuite ce que pratique les banque centrale à l’heure actuelle ce n’est pas tout à fait la planche à billet, puisque qu’il s’agit d’une dette. En face de l’émission monétaire il n’y a pas rien, il y a une dette et ça change quand même pas mal de chose par rapport à la planche à billet classique. C’est pour ça que ça tient toujours depuis huit ans que Jovanovic s’époumone. Enfin il est idiot de comparer la dette totale d’une nation avec son PIB annuel, puisque la majorité des dettes contractées se remboursent sur plusieurs années. C’est comme si on comparait la dette d’un ménage avec son revenu annuel, tout le monde serait considéré en faillite total si on raisonnait comme ça. Imaginé un ménage ayant un crédit immobilier de plus de 200 000 € et qui a un revenu annuel de 40 000 € ça fait 500% de son revenu, c’est pourtant très banal et on ne crie pas au scandale. Pourquoi un État ne pourrait-il pas s’endetter sur 100 ans ? Un État ayant une durée de vie infiniment supérieur à celle d’un individu.

    Le chômage n’est pas dû aux QE des banques centrales (les différents QE à travers le monde ne sont qu’une réponse à la baisse des marchés boursiers, ce n’est pas la cause), le chômage est dû au fait qu’on ne peut pas avoir une croissance illimité, quand tout à été fait et qu’on a tout, à un moment il n’y a plus rien à faire. C’est simple comme bonjour, faut arrêter de voir le chômage comme étant un problème (comme disait Coluche "de l’argent leur suffirait"), et faut arrêter de vouloir toujours plus. Que les milliardaires calment leur appétence, mais les classes moyennes aussi en général, je mets les pauvres à part qui eux ont le droit à plus.

     

    • #1558257

      Tout à fait. Une monnaie devrait être neutre : c’est à dire qu’elle ne devrait rien rapporter (ou perdre) avec le temps qui passe (comme l’or). Seul le prêt d’argent peut justifier un intérêt par le choix du préteur de retarder sa consommation dans le temps de la durée du prêt + une petite prime de risque de non remboursement (sinon personne ne prêterait).
      Le seul soucis du crédit aujourd’hui provient du système de réserves fractionnaires (Source Wikipédia) qui devrait être interdit sur le champ car il donne un pouvoir énorme au préteur sur l’emprunteur.
      Pour un État, c’est différent. Normalement, un État n’emprunte pas car il n’a de compte à rendre à personne mis à part pour son peuple. Il peut émettre lui même sa propre monnaie (à taux 0 donc aucune dette). Un État qui n’a pas le contrôle de sa monnaie n’est plus un État.


    • #1558272
      le 15/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Pierre Jovanovic : "La France va vers la faillite"

      Ce que tu n’as pas vraiment compris est ce que l’on nomme "capital".

      Il peut être de deux sortes :

      - une richesse acquise grâce à l’économie réelle (production, investissement)
      - une richesse acquise grâce à la spéculation financière ("industrie" financière)

      Autre erreur : la dette est bien une planche à billets mais virtuelle puisque lorsqu’un banquier consent un prêt, il y a création de signes monétaires (normalement tu achètes bien quelque chose avec ce prêt).

      La dette doit être comparée non pas au PIB mais à la création de richesses, deux choses bien différentes.
      Exemple : produire une voiture de plus augmente la richesse globale mais changer un de ses pneus ne le fait pas bien que cela augmente le PIB.

      Je comprends ton raisonnement (obsolète au demeurant) quant au remboursement de la dette d’un État mais ce n’est pas cela l’important.
      Quand la richesse produite par un État ne permet de rembourser qu’une partie des intérêts et non le montant du prêt alors ... je te laisse conclure l’ami :)

      Oui le chômage n’est pas dû aux QE, l’un comme l’autre étant les effets d’une même cause : le fait que la masse des signes monétaires n’alimente plus assez l’économie réelle et trop les marchés boursiers spéculatifs.
      Le chômage est également une variable d’ajustement économique utilisée afin d’éviter l’inflation (voir NAIRU et ce qu’en dit Étienne Chouard).

      Bonne soirée :)


    • #1558368

      Un billet, c’est une reconnaissance de dette de la banque centrale. Une pièce d’or, c’est : DE L’OR (valeur intrinsèque, de rareté et inaltérable). Si on considère l’argent comme une dette, alors le Livret A c’est une dette (en monnaie scripturale) que ta banque a envers toi. Elle est ton débiteur. Si tu es "à découvert" sur ton compte courant, elle est ton créancier. ta banque te prend des agios. De la même manière, lorsque ton employeur te fait le virement de ton salaire (la dette qu’il a envers toi pour le mois travaillé), il refile sa dette à la banque qui te doit ton argent. En suite, tu refiles un peu de dette pour payer ton loyer (du coup, ton proprio te doit 1 mois de location puisque tu payes en avance) et pour bouffer. Si tu te démerdes pas trop mal, il te reste un peu de dettes à laisser sur ton Livret A que les banques vont bientôt te demander de payer pour frais de dossier et "gardiennage" de dette etc.
      Trouves-tu normal que dans un sens, tu penses payer un service et dans l’autre, tu penses payer un service ? Je vais essayer de mettre 5000 en moins sur mon compte courant et invoquer les taux négatifs à mon banquier pour voir.
      Secundo, le Livret A, c’est surtout les petites économies des salariés, donc une petite partie des salaires, ce qui reste après les frais fixes et avoir payé toute sortes de taxes et d’impôts. Rien à voir avec le revenue du Capital avec un grand "C".
      Les taux négatifs c’est la dernière trouvaille du système pour, à terme, tondre les sans-dents qui ont réussi bon an mal an à mettre 3 "sous" de côté...
      Depuis que je perçois l’argent comme une dette que l’on se refile les uns les autres comme une patate chaude, tout à une autre perspective.


    • #1561018

      "La monnaie, c’est l’or, et rien d’autre." - JP Morgan
      "La monnaie est par nature or et argent" - Karl Marx
      "L’or représente encore l’ultime forme de paiement dans le monde. Dans le pire des cas, la monnaie fiduciaire ne sera plus acceptée par personne, alors que l’or le sera encore." – Alan Greenspan
      "Seul l’étalon-or permet de fixer le pouvoir d’achat de la monnaie indépendamment des ambitions et des manipulations des gouvernements." – Ludwig von Mises
      "Si vous n’avez pas confiance en l’or, vous admettez qu’il est logique d’abattre un arbre valant environ trois ou quatre mille dollars, de le transformer en pulpe puis en papier, de mettre un peu d’encre dessus et d’appeler le tout un Milliard de Dollars." – Kenneth J. Gerbino


  • Jovanovic a de superbes chemises.
    Les gauchistes vomissent sur hollande,le grand responsable de tous leurs maux selon eux.Nous verrons s’ils seront plus heureux avec Sarkozy 2.


  • #1558107

    Paradoxalement,le système Law a épuré l’énorme dette laissé par Louis XIV en la convertissant en obligations bancaires qui,en s’effondrant,ont éteint celle ci.. !!

    Le ministère Fleury,qui a inauguré le début de règne de Louis XV et par une sage politique financière,a refait une santé au royaume sans le poids excessif de la dette... !!


  • #1558113

    Merci Pierre pour vos explications claires et sympathiques : Belgique, Obélix, De Gaulle... Anecdote : au début du visionnage de la vidéo je reçois une publicité Le temps est venu d’apprendre l’hébreu.


  • #1558118

    La situation est bien pire qu’au XVIIIème siècle, car d’après Pierre Gaxotte, donc suivant la version catholique de l’histoire de France ; En 1789, les Français n’étaient pas malheureux. Les documents les plus sûrs nous prouvent, au contraire, que la richesse s’était considérablement accrue depuis un demi-siècle et que l’état matériel de toutes les classes de la société, sauf celui de la noblesse rurale, s’était sensiblement amélioré. Le régime corporatif n’avait pas empêché la naissance et la mise en place de la grande industrie..." [...]
    Et si "en 1789 la partie la moins favorisée de la population paysanne était en révolte virtuelle contre la transformation capitaliste de l’agriculture, il n’en reste pas moins que, depuis un siècle, les campagnes s’étaient enrichies..." [...]
    "Aussi, on peut dire que la vie est devenue plus sûre pour tout le monde. Plus de famines. Les disettes qui au siècle précédent, avaient provoqué une raréfaction des mariages et une restriction des naissances ne sont plus que souvenirs ou imprécises menaces. les meilleurs rendements, le maïs, la pomme de terre, les communications plus faciles en sont venus à bout. A défaut de signe, l’accroissement régulier de la population suffirait à le prouver"
    Ou ;
    "Quand Necker brossait le tableau de la balance commerciale avec les pays étrangers, en excluant de ses calculs tout ce qui venait des colonies (Saint-Domingue, île du Vent) ou ce qui leur était destiné, il évaluait les entrées à 230 millions – dont 70 de matières premières, 20 de diamants et métaux précieux, 40 d’objets manufacturés, 40 de comestibles, 10 de tabacs, le reste concernant des bois, des plants, des mâts, des marchandises d’Extrême-Orient ; en regard, il estimait les sorties à 300 millions, dont 150 en objets manufacturés, 70 à 75 en denrées des îles (réexportées), 35 à 40 en vins, eaux-de-vie et liqueurs, 22 en blés, beurre, sel, safran, cuirs, bois, 18 en réexportations de produits orientaux (thé, étoffes, riz de Chine, café, poivre…)
    "Excédent sur l’étranger : 70 millions.
    "Comme il convenait à un pays développé, la France vendait plus de produits ouvrés qu’elle n’en achetait, importait plus de matières premières qu’elle n’en exportait, et faisait de profitables trafics en servant d’intermédiaires entre ses colonies d’Amérique et l’étranger, comme entre l’Extrême-Orient et l’Europe.
    "La France était le premier fournisseur de l’Espagne, et par Cadix, de toute l’Amérique espagnole.


  • #1558138

    Cela dit, on descendra de moins haut ;
    "A l’extérieur, les chiffres parlent : d’environ 50 millions de livres à l’avènement de Louis XV, les exportations passaient à la veille de la révolution à plus de 450 millions. En soixante-dix ans, elles avaient été multipliées par neuf.
    "Dans le même temps, les importations passaient de 40 à 240 millions : multiplication par six.
    "Le commerce extérieur de la France, égal à la moitié du commerce anglais au temps de la Régence, le rejoignait en 1789. Il laissait à la France, en permanence un excédent substantiel (p. 204) (sauf en quatre années de la décennie 1770-1780).
    "Jamais on n’avait assisté à pareille exubérance de l’activité marchande et à pareil enrichissement. "... Il y a une Bourse, des banques, une caisse d’Escompte au capital de cent millions qui émet des billets analogues à ceux de notre Banque de France, un marché à terme, une cote, de l’agiotage. On spécule sur les changes, sur les valeurs d’Etat, sur les parts de la Ferme générale qui perçoit les impôts directs, sur les actions des grandes compagnies : Compagnie des Indes, Compagnie des Eaux et Compagnie des Assurances. Au jugement de Necker, la France détient la moitié du numéraire existant en Europe. le taux de croissance des industries est difficile à établir. Autant qu’on puisse faire parler les chiffres, les industries nouvelles sont les plus dynamiques. pour la metallurgie on admet un taux de croissance de 72% entre 1738 et 1789 ; pour la soierie lyonnaise, 185% de 1720 à 1786 ; pour les charbonnages d’Anzin, 681% de 1744 à 1789 ; pour les "indiennes" de Mulhouse, 738% de 1758 à 1786.
    Quelques citations : "ce n’est pas dans un pays épuisé, mais au contraire dans un pays florissant qu’éclate la Révolution..." René Sédillot, Le coût de la Révolution française,
    "Puis voici le témoignage d’étrangers qui jugent nos conditions sociales sans arrière-pensée, celui de Lady Montague qui note en 1739 ’l’air d’abondance et de constentement (contentement)répandu dans les campagnes en France’" Frantz Funck-Brentano, L’Ancien régime.
    Un "pays prodigieusement enrichi" (Horace Walpole)
    Ce même Horace, traversant l’Artois en 1765 : "Je trouve ce pays-ci prodigieusement enrichi... les moindres villages ont un air de prospérité’.
    "Un intendant du Roussillon note les nombreux repas que font les campagnards, "quatre, cinq, six repas par jour et, à chaque repas.
    Une terre d’excès en tout genre dans un autre genre, aujourd’hui pour un autre genre...


  • #1558219

    le capital nous parle quand il réalise la crise des migrants et le terrorisme sous faux drapeaux, il place ses pions pour rester au sommet pendant l’effondrement= guerre civile horizontale et restriction de liberté pour éviter la révolte sociale


  • #1558281

    Avec 2000 miliards de dette, la France est déjà en faillite, sauf que les gens ne sont pas encore dans la rue parce qu’une grande majorité des foyers continue de manger à sa faim. Quand ça sera plus le cas, je pense qu’il y aura beaucoup de monde dans les rues.


  • #1558290

    J’ai une question peut-etre idiote, mais je me lance.
    Si la Fed via la BCE, imprime pour nous racheter, ne peut-on pas nous aussi imprimer pour racheter nos assets une fois la souverainete retrouve ?

     

    • #1558530
      le 16/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Pierre Jovanovic : "La France va vers la faillite"

      J’ai réfléchi à ta question et vais tenter d’apporter quelques éléments de réponse.

      D’abord, d’un point de vue moral je répondrais non à ta question : ce que tu propose est la méthode "œil pour œil, dent pour dent", méthode bien éloignée d’une économie vertueuse et de nos valeurs chrétiennes. Ce n’est pas parce que le système économique actuel est pourri que cela nous donne le droit de faire la même chose.

      D’un point de vue financier je répondrais également non : il ne faut pas confondre la planche à billets voulue par un État et celle voulue par une banque privée. Dans le premier cas c’est une dévaluation. Cela fait augmenter les prix à l’import, ce qui provoque une inflation et cela booste le volume des exportations. Dans le deuxième cas cela ne produit que de la monnaie de singe sous forme de dette et cette monnaie est utilisée pour les échanges plus par menace que par confiance (cas de la FED). A priori cela ne change pas les taux de change.

      D"un point de vue du droit international et national, la réponse est également non : pour pouvoir acheter quelque chose il faut déjà que cela soit à vendre. Là il suffit de reprendre l’exemple donné par F.A. : la Chine n’a pu acheter un célèbre vignoble français que par la complicité crasse et la trahison de L’État anti-français alors que pour la France, cela serait impossible d’acheter un jardin de thé chinois puisque l’État chinois l’interdit.

      En définitive il me semble que le seul moyen de récupérer nos billes, du moins une partie, serait de dénoncer leurs ventes, prouver qu’elles sont illégales au regard du droit international. Et là je subodore que cela va être très complexe et va générer de nombreuses frictions entre les parties. Cela risque aussi d’être beaucoup plus long que les 2 ans maximum nécessaires pour s’extraire des traités européens en cas d’utilisation de l’article 50 du TUE.
      Tout ce patrimoine français perdu définitivement ou non par la France est effectivement source d’une grande inquiétude...


    • La BCE peut se permettre d’imprimer parce qu’en réalité elle créé de la dette. Si nous nous faisions tourner la planche a billet, nous créerions de l’inflation puisque ne créerions à partir de rien.
      Le problème est que notre balance commerciale est négative donc : soit on crée de la dette soit de l’inflation puisque nous ne faisons rentrer plus aucune richesse.

      P.S : La Russie a également une loi Rothschild-Pompidou, ce n’est pas un complot, ça permet juste d’éviter une trop forte inflation.


  • #1558308

    J’aime bien les analyses de P. Jovanovic et sa façon de vulgariser les mécanismes financiers comme les CDS dans Blythe Masters.

    Cependant, j’avoue ne pas comprendre cette fixette sur l’or et cette animosité particulière envers le papiers, sachant que la majeure partie de la masse monétaire est composée de monnaie scripturale privée électronique. Le support importe peu, c’est la méthode de création et le contrôle de la masse monétaire par rapport à la production qui compte. Une monnaie papier, ou en carton, ferait l’affaire si elle était non endettée et que sa quantité était strictement maitrisée. Ce fut le cas du Reichmark du Dr Scacht, stable car indexé sur la production, ce qu’on appelle l’étalon-travail. Ça a parfaitement fonctionné et ce sans la moindre réserve d’or car cette monnaie était simplement libérée de l’usure et des manipulations de la Haute finances.

    Dans La Révolution Européenne Francis Delaisi à des arguments intéressants contre l’étalon or. Il le décrit comme « une invention de marchant et non de producteur », car au même titre que le Dollar actuel, il met en concurrence les travailleurs du monde entiers. Les transnationales produisant toujours dans les pays ou le salaire-or est plus faible pour revendre dans les pays ou le prix-or est le plus avantageux tirant ainsi les salaires vers le bas. Les mêmes qui contrôlaient l’or a l’époque son les même qui contrôle le Dollar et l’Euro aujourd’hui, la seule différence réside dans la limite quantitative et la fluidité. L’usurocratie est passée d’un outils de domination monétaire à un autre et la prochaine étape est la monnaie 100% virtuelle.

    La véritable source du problème est l’argent-dette : la création monétaire ex-nihilo par le crédit avec intérêt enfermant l’humanité dans une spirale de dette perpétuelle. Chaque Dollars/Livre/Franc/Euro crée doit être remboursé avec un intérêt qui ne peut exister que si on l’on emprunte a nouveau ajoutant d’autre intérêt etc, etc. Et çà ne date pas d’hier puisque ce mode de fonctionnement à été initié lors de la création de la Banque d’Angleterre et de la première dette publique (1694 il me semble). La masse monétaire allant toujours croissant a partir de ce moment, le métal ne pouvait qu’être abandonné comme étalon top ou tard.

    Donc il ne faut pas espérer un retour du standard or mais lutter contre l’usure et l’économie de la rente. Mais ce n’est que mon opinion.

     

    • #1561610

      Le bitcoin permet de s’émanciper des banques centrales et de leurs diktas.
      Opensource, décentralisé, création monétaire limité, système de transfert de valeur le plus fiable et sécurisé du monde.
      Personne ne peut stopper le Bitcoin ou empêcher quelqu’un d’en envoyer ou d’en recevoir.
      La puissance de réseau est


  • #1558871

    Censuré, je veux bien mais bon... 19/09/2016 18H00

    PS : je ne suis pas un de tes détracteurs mais pour le coup ...

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jovan...

     

  • #1559042
    le 16/09/2016 par Fascisme & Vacances
    Pierre Jovanovic : "La France va vers la faillite"

    Petite blagounette à l’attention du fan club de Pierre Jovanovic. On comprend mieux comment la banque triomphante et délirante a pu s’installer dans un pays où ma grand-mère me sortait de leur cachette quelques pièces en or que je ne pouvais pas regarder trop longtemps afin de ne pas les user. Cette même grand-mère qui mettait des sachets de lavande dans les piles de draps rangés dans une armoire grand-mère elle aussi.



    Un nouveau mot dans le dictionnaire Larousse !
    Je vous prie d’enregistrer le dernier mot de notre belle langue française, avec la définition par l’un de ses plus farouches défenseurs : Jean d’Ormesson.
    INAPTOCRATIE : un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle.



  • #1559780

    La France vers la faillite ? Une affaire rentable.


  • #1559983

    ça fait depuis des années qu’il prédit l’apocalypse pour demain, quelqu’un le considère encore comme une personne crédible ? Ecouter Michel Drac bcp plus réaliste et mesuré

     

    • #1560117
      le 18/09/2016 par Fascisme & Vacances
      Pierre Jovanovic : "La France va vers la faillite"

      Tu voudrais quoi ? Qu’il te dise c’est pour mercredi en huit à 15 h 27 ?

      Amuses toi à cesser de payer tes factures, tes impôts, tes temboursements, tes cotisations... Et tu verras, c’est pas immédiat. Tu auras même droit à toutes sortes de mécanismes qui vont se mettre en marche généralement gérés par des associations pleines de bénévoles gauchisants, alter-mondialistes mais gentils quand-même quoiqu’un peu cons puisqu’ils servent in fine à sauver le système.

      - La guerre de Troy n’aura pas lieu Cassandre.

      - Je te tiens le pari Andromaque.

      Jean Giraudoux.


  • #1560209

    Je vais pas écrire un paté mais juste une question ?

    Que faudrait t’il faire pour revenir au standard or ou argent en France ? (juste économiquement parlant,je me doute bien que des têtes doivent tomber)


Commentaires suivants