Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

Dans les pays du nord où priment l’économique et l’idéologie, l’analyse de la situation africaine est désespérément simple, pour ne pas dire simpliste : si le continent est sinistré, c’est par manque de développement. Voilà pourquoi, durant plus d’un demi-siècle, des sommes considérables y furent déversées. En vain.

 

L’échec des politiques de développement étant évident, le marasme africain fut ensuite attribué à l’absence de démocratie. Le continent se vit alors imposer la suppression du parti unique qui maintenait un semblant de cohésion des mosaïques ethniques locales. La conséquence d’une telle politique hors sol se lit aujourd’hui à travers l’émiettement politico-ethnique, l’ethno-mathématique et l’anarchie.

Toujours imbus de leurs principes démocratiques et porteurs de l’arrogant néo-colonialisme des « droits de l’homme » archétypiquement incarné par la CPI, les idéologues des pays du nord, ne voient pas qu’une révolution a commencé au sud du Sahara. Et qu’elle se fait précisément au nom de la contestation de leurs dogmes. Nous sommes en effet en présence de la première véritable tentative de décolonisation en profondeur du continent à travers le rejet global de l’universalisme des Lumières et du contrat social. Contrairement à ce que veulent nous faire croire la plupart des intellectuels africains installés en Europe ou aux Amériques et qui sont tout à la fois des déserteurs du développement et de modernes « Oncles Tom » n’ayant que les mots de démocratie et de développement à la bouche, leur continent d’origine n’accepte en effet plus la doxa occidentale.

Mais une fois la greffe politico-morale européo-américaine rejetée, les Afriques n’entreront pas pour autant dans le cycle des félicités. Les futures élites africaines devront en effet trouver des solutions urgentes au suicide démographique continental tout en définissant de nouveaux rapports politiques entre les diverses composantes ethniques de leurs pays respectifs.

À cet égard, la situation du Sahel résume les problèmes du continent. Ici, à partir de la révolution néolithique, les sédentaires sudistes ont vécu dans la terreur des raids lancés contre leurs villages par les nomades nordistes, qu’il s’agisse, d’ouest en est, des Maures, des Touareg, des Toubou ou encore des Zaghawa. La colonisation libéra les premiers, puis elle inversa le rapport des forces en leur faveur.

Avec les indépendances, l’espace sahélo-saharien fut ensuite cloisonné par des frontières artificielles. Pris au piège de l’État-nation, sudistes et nordistes furent alors forcés de vivre ensemble. Le traumatisme fut d’autant plus fort qu’après la fin du parti unique, la démocratie électorale ethno-mathématique donna le pouvoir aux plus nombreux, c’est-à-dire aux sudistes qui n’ont pas boudé leur revanche historique. Voilà qui explique d’abord les évènements actuels de cette région, et non le manque de développement ou le « déficit démocratique ».

Bernard Lugan

Bernard Lugan, sur E&R :

L’Afrique loin des fantasmes universalistes chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1874357
    Le 6 janvier à 10:33 par Quo Status Vadis ?
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    "Voilà pourquoi, durant plus d’un demi-siècle, des sommes considérables y furent déversées. En vain."
    Euh, "Françafrique : La raison d’état" - "L’argent roi" de Patrick Benquet c’est sur le
    NET.

     

    Répondre à ce message

    • #1874574
      Le 6 janvier à 17:12 par Paul82
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      Lisez Dombisa Moyo, "l’aide fatale". 1000 milliards de dollars envoyés en Afrique pour rien... enfin sauf dans la poche des dirigeants et leur clan.

       
    • #1875765
      Le 8 janvier à 12:00 par Quo Status Vadis
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      @’A Paul 82"
      Je connaissais pas mais d’autres si :
      Commentaire client
      2,0 sur 5 étoilesUne naïveté rare
      ParVanden Bruelle 30 juillet 2017
      "La version française de ce texte est très désagréable, notamment à cause de la ponctuation franchement débile (dans le sens faiblarde). Il faudra bien expliquer un jour au traducteur qu’après un complément circonstanciel en début de phrase, il faut TOUJOURS placer une virgule.

      Pour en venir au texte lui-même, il est très naïf. On croirait avoir affaire à un TFE, presque digne d’un élève de Terminale. C’est très léger quant au contenu. Et pour ce qui est des propositions de Moyo, comment dire...
      Elle est à cent lieues de considérer les particularités africaines en voulant absolument voir mises en place des pratiques occidentales (l’économie de marché, le libéralisme, le marché boursier...) Dambisa Moyo, pour le coup, démontre suffisamment que si elle a des origines africaines, elle n’est pas/plus une Africaine.
      Elle est trop pétrie de cette mentalité occidentale et c’est en tant que telle qu’elle a écrit ce livre et qu’elle distille ses conseils. Par ailleurs, son recours exclusif au jargon de l’économiste démontre son incapacité à vulgariser sa discipline pour les lecteurs qui ne sont pas économistes. Elle détaille peu les mécanismes. Pourtant, elle pouvait encore consacrer une trentaine de pages à son livre, cela n’aurait pas été de trop.
      Mais le comble est atteint quand elle aborde la présence des Chinois en Afrique : quelle ignorance (presque crasse) de la situation vécue par les Africains d’Afrique ! Visiblement, il y a longtemps qu’elle n’est plus allée en Afrique et/ou qu’elle n’y a jamais séjourné suffisamment pour se rendre compte de la réalité du terrain. Non, les Chinois ne sont pas les amis des Africains (elle dit "les Chinois sont NOS amis", comme si elle était mêlée au peuple africain) : les Chinois ne sont les amis que des Chinois (et encore, certains Chinois sont méprisés en Chine).
      Pour se faire une idée plus véridique des rapports sino-africains, je conseille la lecture du livre de Tidiane N’diaye : Le jaune et le noir."

      "Ce livre a été une déception immense, sans doute causée non seulement par la médiocrité d’auteur de Dambisa Moyo, de la médiocrité de la traduction, de la naïveté des thèses de Dambisa Moyo et des attentes que j’avais placées dans ce livre."

      Sinon : "Françafrique : La raison d’état - L’argent roi ?

       
  • #1874360

    Lugan est connaisseur approfondi des ethnies, us et coutumes africaines, nord comme sud, est comme ouest, ces analyses sont toujours précises et pertinentes pour ces raisons...

    Mais allons plus loin dans la reconnaissance de l’énorme arrogance dévastatrice occidentale à côté de laquelle les effectives razias perpétrées par les prédateurs locaux d’une certaine époque sont ramenées à de tristes mais "modestes" guérillas.

    En quoi le modèle occidentale peut-il être définitivement considéré comme le top civilisationnel ? En quoi, par conséquent, ce modèle devait et devrait être repris par les africains eux-mêmes ? En quoi, in fine, la "démocratie" dont se gargarisent les "modernes" d’un Occident totalement porteur de morts rapides (totalitarismes guerres illégales), et lentes (destruction irréversible de l’éco système) serait-elle l’unique régime tolérable partout ?

    En réalité, en rien. L’Occident a construit des cathédrales, créé des musiques sublimes, généré des artistes inouïs, etc... mais sous nos yeux, tout cela n’est plus qu’objets de profit. La modernité démocratique a détruit le classique génial et la beauté basée sur l’harmonie, laquelle vient du sacré... totalement mort depuis ici en Occident. L’Occident ne créé plus rien de génial, il fait dans la techno, c’est à dire la mort annoncée.

    Il est souhaitable que les africains comprennent enfin que ce n’est pas le modèle occidental qu’ils doivent s’approprier mais quelque chose d’inédit, de totalement nouveau où l’émergence du génie ne se voit pas forcément par le bâtit ni les pseudos intellectuels dits des "lumières", lesquelles relèvent plus vraisemblablement de l’ombre sur toute l’Europe de l’Ouest depuis la "révolution de 89".

    C’est pourquoi j’écrivais récemment sur ce site que Dieudonné, que j’admire et soutiens sincèrement, se trompe lorsqu’il dit vouloir retourner dans "son" pays (lequel ? la partie noire camerounaise ou la blanche française ?). Il part là bas pour tenter d’entrer dans le même système pervers importé par l’occident, c’est pourquoi il n’aura pas plus de chance d’être élu là bas qu’il ne le fut lors de ses tentatives en France. Le système qu’il dénonce est exactement le même au Cameroun et partout en Afrique. Si Dieudo veut vraiment aider l’un de ses deux pays et l’Afrique par extension mimétique souhaitée, il devrait réfléchir précisément à un tout autre système dès maintenant, un système plus en adéquation avec l’Être africain...

    J’dis ça... j’dis rien...

     

    Répondre à ce message

    • #1874509
      Le 6 janvier à 14:34 par reymans
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      "Il est souhaitable que les africains comprennent enfin que ce n’est pas le modèle occidental qu’ils doivent s’approprier mais quelque chose d’inédit, de totalement nouveau où l’émergence du génie ne se voit pas forcément par le bâtit ni les pseudos intellectuels dits des "lumières""
      Plutot d’accords avec vous, après il faut bien reconnaitre que dés qu’un leader quelconque peut émerger d’afrique, tel khadafi mais pas que lui loin de là, il est rapidement éradiqué dans tous les sens du terme.
      J’ai toujours pensé que les africains, maghreb compris, seraient bien plus épanouis et disposés à montrer quelles sont leurs valeurs sous la direction d’un chef charismatique, ce qui rejoint bien votre analyse.
      Sans parler de dictateur bien sur il faut savoir etre mesuré. Mais un leader bienveillant pour son peuple est un modèle qui fonctionne beaucoup mieux qu’une pseudo démocrassie importée, j’en suis convaincu.
      Encore faut il que ces dirigeants soient laissés libres de diriger précisement.
      Le sujet est vaste, mais me concernant ca me semble un prérequis, l’orient n’est pas l’occident.

       
  • #1874372
    Le 6 janvier à 11:05 par Le devin
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Il n’y aura jamais décolonisation de l’Afrique, ni aujourd’hui ni dans mille ans, Pour ce faire, il faudrait que les Africains investissent massivement dans les hautes technologies , ce qui n’est pas pour demain...

     

    Répondre à ce message

    • #1874513
      Le 6 janvier à 14:40 par reymans
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      Voila qui rejoint le commentaire de Sev plus haut, et qui est très juste.
      Le problème est que l’orient, l’afrique, n’a pas les mêmes valeurs à mettre en avant, et notamment la course à la technologie ne fait pas partie de leurs obsessions, ce qui, historiquement, ne les a pas non plus empêchés d’évoluer, de vivre dans des sociétés prospères, de communiquer, commercer etc.
      En d’autres termes, et c’est ce que votre commentaire met en avant, sans jouer à qui a la plus grosse avec l’occident, peu de chance pour l’orient d’exister réellement.
      C’est bien là que le bât blesse justement.
      Une vision du monde plus juste et plus éthique aussi, voudrait que chacun suive sa ligne de développement comme il l’entend, et cela ce n’est pas prêt d’arriver, voire c’est même déjà trop tard. Je doute qu’on puisse un jour sortir de ce cycle infernal, pas sans une cata majeure

       
    • #1874623
      Le 6 janvier à 18:17 par VORONINE
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      D’autre part, le modèle occidental est le fait des occidentaux , essentiellement des européens , c’est à dire de populations qui ont survécu aux périodes glaciaires de la préhistoire, de populations dont le mode de vie est le fruit de la projection et de la prévision : travailler l’été pour récolter et engranger suffisamment de nourriture pour que le clan puisse survivre à l’hiver, etre à l’abri, protégé des betes sauvages et des autres clans,apprendre à utiliser différents modes de conservation de la nourriture. Dans les gènes de l’africain , cette démarche est absente, le climat, l’environnement lui permet depuis des millénaires de vivre au jour le jour, en déployant un minimum d’énergie pour les activités de survie . C’est la meme adaptation au milieu qui a fait de l’européen un voyageur, il y a 25000ans , les solutréens, suivant la banquise à la manière des inuits , ont atteint le nord est de l’Amérique ;Cette adaptation au milieu fait de l’européen un etre capable de survivre de +50 à -50 degrés, chose dont la plupart des africains sont incapables....J’ai vu des béninois par moins 20 , devenir gris, trembler, tétanisés, incapables de la moindre réaction et demander :" Que dira mon gouvernement s’il apprend que je suis mort de froid ?"

       
    • #1874857
      Le 7 janvier à 00:56 par Miville
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      Il y a moyen d’être raciste sans être insultant. Le fait que sans doute l’Africain ne soit pas prédestiné par le Créateur pour créer des civilisations, mais bien plutôt pour détruire et mener à leur terme les civilisations qu’on a le malheur de lui imposer, n’a pas grand chose à voir avec l’adaptation à la chaleur ou au froid ou avec le fait de faire des provisions pour l’hiver. L’Africain même celui de la zone la plus torride doit faire face à des mortes saisons encore bien plus meurtrières que les Russes et les Canadiens. L’homme noir au contraire est remarqué comme ayant tendance à vouloir adapter son propre corps aux agressions du climat par diverses attitudes et gymnastiques qui le métamorphosent, plutôt que se s’équiper d’outils de confort. Les bureaucrates que vous mentionnez, catastrophés par un hiver européen un peu rude, ont des comportements de bureaucrates et d’assistés, non pas de Noirs en tant que tels. Cela dit, il se peut très bien que la vocation divine de la plupart des Noirs soit de se passer le plus possible de civilisation et de retourner leur milieu de vie à l’état primitif. Plusieurs individus d’élite au Bénin et ailleurs sont de cet avis. Cela ne fait pas du Noir un être plus proche de la Bête du tout.

      Le propre de l’Afrique est de renfermer pour chaque espèce animale, une version non ou peu apprivoisable, ainsi le chien qui en Afrique est toujours sauvage, ainsi l’onagre, ainsi le buffle, ainsi l’éléphant, et tant d’autres... dont l’homme. Mais tout comme l’éléphant d’Afrique pour n’être jamais domestique n’en est pas moins éléphant, l’homme africain pour n’avoir jamais créé ou maintenu de civilisation de longue durée, comme si c’était une forme de domestication à laquelle il se refuse par vocation, n’en est pas moins humain.

       
  • #1874377
    Le 6 janvier à 11:17 par La rochejaquelein
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Quand les français se décoloniseront de cette emprise idéologique des lumières et retrouverons le chemin de leur génie ?

     

    Répondre à ce message

    • #1874403
      Le 6 janvier à 12:18 par Ose iris
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      Quand ils s’intéresseront d’eux-mêmes, à moins qu’on leur inculque, la véritable histoire du pays, à travers les bons livres.
      "Les deux patries" de Jean de Viguerie par exemple, 6 euros, est une pertinente mise en perspective :

      « On a divinisé la Patrie pour donner l’impression d’une noble cause. Tous ces soldats jeunes en 14-18 croyaient se battre pour la France alors qu’ils combattaient pour la patrie révolutionnaire, c’est-à-dire pour rien. [...] Sur une image pieuse on voit un enfant représenté les maintes jointes priant devant le crucifix, levant les yeux vers le ciel, où une figure de poilu apparaît au milieu d’un nuage. Avec en légende : "Donnez-nous notre pain quotidien ; Mais aux Boches méchants, mon Dieu, ne donnez rien."
      [...] Dans beaucoup de communes, le maire appellera les noms des morts, et la foule répondra à chaque nom : "Mort pour la France"... »

      NON Les Français ne sont pas morts pour la France mais pour cette République des "lumières" (façon BHL). Et aujourd’hui pareil : mais la mort est plus lente, plus insinueuse, plus perverse, plus silencieuse.

      Il faut :
      « échapper au mythe et à l’utopie, et retrouver dans toute sa réalité l’être moral de la France. »
      par notre histoire. Çà se fera pas en un jour, mais c’est la seule voie !

       
  • #1874451
    Le 6 janvier à 13:34 par Jacques
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Le continent ne se "développera" pas de sitôt, pour de nombreuses raisons : démographie assassine, occupation par des organisations criminelles étrangères (occidentale, chinoise, indienne, libanaise, ONG). Une troisième voie est impossible, ceux qui l’ont tenté ont été tués ou emprisonnés.
    D’ailleurs le "modèle" européen est en complète décadence, ici c’est l’occupation non par des vainqueurs mais par des perdants importés de pays en déroute.
    Dommage car il y a là-bas un fort potentiel, population nombreuse, riche sous-sol, climat chaud.

     

    Répondre à ce message

    • #1874533
      Le 6 janvier à 15:19 par Philippot, vite !
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      Les ONG doivent leur présence aux autorités des pays concernés. Si on leur retire leur visa demain, ils repartiront comme ils sont venus.

       
    • #1874629
      Le 6 janvier à 18:26 par VORONINE
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      L’Afrique ne se décolonisera pas, et ne se développera pas ...Les anciens colonisateurs seront chassés par d’autres , un point c’est tout, et le processus est déjà amorcé par les chinois qui pilleront le continent plus que ne l’ont fait les européens , sous les yeux des africains sans réaction, et les dirigeants continueront à s’enrichir , s’accrocher au pouvoir , ils remplaceront la françafrique par la chinafrique ou l’arabafrique ....Il en va ainsi depuis des millénaires , et les prédateurs deviennent plus nombreux

       
    • #1874710
      Le 6 janvier à 20:09 par Oxford
      2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

      La comparaison entre la franceafrique et "l’arabiqueafrique" est fallacieuse. Je rappellerai que l’un des plus grand empire africain était celui du mali(dirigeant musulman ayant même réussi à voyager jusqu’en Amérique). De plus les nord africain(les berbères) ont connu une période historique avec l’Andalousie espagnole, rare dans leur histoire. Le pouvoir étant posséder par les africains et étant délocaliser contrairement à l’occupation française.

      Je ne dis pas que c’était parfait mais l’occupation française n’a rien avoir avec l’arabe afrique.

       
  • #1874484
    Le 6 janvier à 14:05 par léon
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Le "suicide démographique" se réglera bien d’une manière ou d’une autre.
    Mais vu le retard accumulé en la matière, il y a peu de chance que la correction ne soit pas "brutale".

    Dans tous les cas est ce que ce problême pourra être reglé gentillement ? ca a l’air peu probable. Les meilleurs politique et la bonne volonté risquent de ne pas suffire à eviter le choc ?

     

    Répondre à ce message

  • #1874572
    Le 6 janvier à 17:08 par Politea
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Le principale problème de l’Afrique et dut au fait que la colonisation n’a jamais cesser. La conception occidentale de la démocratie a voulu être imposé de force, pensant que cela aller régler tout les problèmes.

    Or cette conception n’est pas une vérité absolue, elle souffre de beaucoup de lacune, et donc ne doit pas être considérée comme un objectif en soit. En effet, cette conception est le fruit de l’histoire occidentale et répond donc à des problèmes précis liées à celle-ci.
    Je dirais aussi que le système monétaire internationale a un impact majeur, dans la situation des africains. Il suffit de voir l’impact de la spéculation des grandes banques sur les denrées alimentaires.

    Enfin, on s’attarde souvent sur les effets, la surface des problèmes en négligeant les origines et les causes. On a voulut importer le modèle politique Occidentale, cependant celui-ci ne peut être appliqué complétement sans une modification radicale du socio-culturelle.

    En effet, les états africains( principalement d’Afrique du Nord) sont paralysé par un mélange hétérogène entre la modernité(politique,économique,sociale) et leur morale, vision traditionnelle. Deux conceptions du monde, de la société qui sont en opposition.

     

    Répondre à ce message

  • #1874603
    Le 6 janvier à 17:57 par Freudon
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Il faut d’abord se débarrasser de l’arnaque des philanthropes milliardaires américains, des ONG, de l’universalisme droit de l’hommiste. Sans cela l’Afrique est condamnée a être considérer comme le petit enfant que l’on doit "assister".

    Je dirais aussi que c’est aussi aux Africains de ce débarrasser de ce complexe d’infériorité, de l’aliénation hérité de la colonisation. Il faut arrêter d’attendre que l’on vous donne mais aller chercher soit même les choses, entreprendre et innover. Ceci étant vrai pour tout les autres ethnies, régions du monde qui veulent une auto-détermination et se libérer de la dictature droit de l’hommiste.

     

    Répondre à ce message

  • #1874880
    Le 7 janvier à 03:05 par Francois Desvignes
    2018 : la vraie décolonisation de l’Afrique commence

    Nous avons ouvert l’Europe à l’Afrique pour la plus grande perte de l’Afrique et la plus sûre ruine de l’Europe.

    C’est l’inverse qu’il fallait faire.

    Ouvrir l’Afrique aux élites européennes blanches pour qu’elles viennent y apporter leur formation, leur expérience et leurs capitaux pour y construire l’indépendance et la prospérité de l’Afrique.

    L’Afrique noire n’a pas voulu ou même seulement imaginé construire l’Afrique avec ne fut-ce qu’un seul blanc préférant l’aide internationale (payante et détournée) et l’anonymat des multinationales (venus pour piller et non construire).

    En fait, l’histoire s’est répétée : moyennent quelques verreries à des rois nègres, il a été organisé la saignée de l’Afrique par une nouvelle déportation , hier appelée esclavage, aujourd’hui immigration.

    Nous rendrions un service à l’honnêteté et à l’Afrique en renonçant à lui voler ses fils sous couvert d’humanisme.
    Et les élites africaines rendraient un service à l’intelligence et leurs tribus, en recrutant leur encadrement manquant dans les pays blancs, formés, expérimentés, et capitalisés.

    Cette politique n’est pas une utopie : elle a eu ses précédents et ses succès, car c’est exactement celle entreprise en son temps par Louis XIV pour la France, ruinée par la fronde : le roi a interdit l’exil de ses sujets en Espagne, et a offert la franchise fiscale à perpétuité à toute la science et la technique européenne.

    Par exemple, tout le réseau hydraulique des bassins de Versailles est une oeuvre....entièrement italienne !

    On a oublié cette loi de la paix et la prospérité publiques : on ne doit autoriser et favoriser que l’émigration et l’immigration des élites, jamais du non qualifié qui doit être secouru, aidé, formé et s’enrichir que sur sa terre.

    Si j’étais noir d’Afrique, je dirais qu’on doit faire venir des blancs qualifiés avec leurs familles, en leur offrant une situation et un avenir sur nos terres.
    Et je ferais de l’exode de mes frères, un crime.

    Car alors, un siècle plus tard, notre continent sera le plus puissant du monde.

     

    Répondre à ce message

  • #1875460

    À la vue des commentaires :
    Le but de la vie est’il le développement économique ou d’être heureux ?
    Question fondamentale qu’il faut se poser.
    Car si l’on avance sans but clair on perd son temps.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents