Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

Une opération de nettoyage ?

Alors qu’il pouvait opportunément servir de contre-feu à l’énorme affaire Epstein, aux ramifications internationales n’épargnant pas la France, Gabriel Matzneff, que le Système pensait peut-être suffisamment peu dangereux pour faire office de bouc émissaire, aurait-il dans sa besace quelques noms à faire connaître en guise de réplique ? En demandant publiquement, par voie de presse : «  Ces associations pour la vertu, comment couchent-elles, qu’est-ce qu’elles font au lit et avec qui couchent-elles, quels sont leurs désirs secrets et refoulés ? », Matzneff envoie-t-il le message qu’il est à même de se défendre en emportant avec lui dans la tourmente des personnalités que personne n’inquiète sur de telles histoires de mœurs ? Cette perquisition chez son éditeur, à la recherche de carnets non publiés pouvant contenir des noms n’apparaissant pas dans ses livres, ressemble fort à une opération de nettoyage de preuves…

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Au siège des éditions Gallimard à Paris, les enquêteurs recherchent ce mercredi des passages écrits de l’écrivain ne figurant pas dans ses ouvrages publiés.

 

Une perquisition a été menée mercredi au siège des éditions Gallimard à Paris dans le cadre de l’enquête ouverte contre l’écrivain Gabriel Matzneff pour « viols sur mineur » de moins de 15 ans, a-t-on appris de source proche du dossier confirmant une information de Mediapart.

Cette perquisition menée par les policiers de l’office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) a débuté mercredi matin et s’est achevée en tout début d’après-midi.

Les enquêteurs recherchent des passages écrits de l’écrivain ne figurant pas dans ses ouvrages publiés, a-t-on ajouté de même source.

Il s’agit de la première perquisition au siège de l’éditeur de Gabriel Matzneff depuis l’ouverture de l’enquête le 3 janvier, au lendemain de la parution du roman autobiographique Le consentement de Vanessa Springora. Elle y dénonce sa relation sous emprise avec l’écrivain alors qu’elle était mineure.

Les enquêteurs se sont déjà rendus en janvier dans les locaux de Gallimard, mais pour y chercher les ouvrages de Gabriel Matzneff. Selon Mediapart, les enquêteurs cherchent à retrouver des écrits de Gabriel Matzneff « expurgés de ses livres avant parution ». Ces écrits seraient « conservés par l’écrivain dans un coffre-fort ».

Selon une source proche du dossier, confirmant une information de Mediapart, les enquêteurs s’intéressent aussi à Christian Giudicelli, son éditeur au sein de Gallimard et compagnon de voyage aux Philippines.

 

Unique témoignage

Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été diffusé mardi par l’OCRVP. Le procureur de Paris Rémi Heitz a expliqué qu’il s’agissait d’éviter qu’il y ait « des victimes oubliées ».

L’éditrice Vanessa Springora est à ce jour la seule femme à avoir témoigné parmi les adolescentes séduites par Gabriel Matzneff, dont le comportement, décrit dans ses propres livres, a longtemps été toléré dans le monde littéraire parisien. En 2013, il avait obtenu le prix Renaudot essai.

Dans une interview publiée mardi dans le New York Times, Gabriel Matzneff, 83 ans, s’emporte contre ceux qui veulent le juger. « Qui sont-ils pour juger leurs semblables ? Ces associations pour la vertu, comment couchent-elles, qu’est-ce qu’elles font au lit et avec qui couchent-elles, quels sont leurs désirs secrets et refoulés ? », demande l’écrivain depuis la Riviera italienne où il s’est réfugié depuis que l’affaire a éclaté.

Dans une interview diffusée fin janvier sur BFMTV, il avait affirmé « regretter » ses pratiques pédophiles passées en Asie, tout en faisant valoir qu’« à l’époque », « jamais personne ne parlait de crime ». Dans une lettre, il avait dit ne pas mériter « l’affreux portrait » publié par l’éditrice.

 

À ne pas manquer, sur E&R :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2387164
    Le 12 février à 21:35 par misericordieux
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    Matzneff, qui au fond n’est qu’un demeuré doté d’une petite plume, se répandait en "confidences" depuis des années dans les rares interviews qu’on lui accordait, en livrant qu’il avait fait mettre en sureté chez Gallimard des pages de son journal intime qui impliquaient d’autres personnalités aux moeurs absentes de vertu comme les siennes, et qu’il se reservait la possibilité, en cas de nécessité, de les révéler au public...
    Son comportement de petit vantard incapable de garder pour lui le moindre secret était finalement digne de la naiveté des enfants dont il abusait...un peu comme Mickael Jackson. Face à des chacals tapis dans l’ombre et aux yeux en permanence grands ouverts, ce nigaud malfaisant n’avait décidément aucune chance. Il était un fusible trop parfait.

     

    Répondre à ce message

    • #2387185

      oui, un fusible
      L’opinion publique voulait du Epstein et du Polanski,
      on leur donnera du Matzneff, et peut être du A. (un acteur français de renommée internationale etc dixit Gérard Fauré), si la situation l’exige.
      bref du goy

       
    • #2387226

      Pour Jackson, je pense qu’il n’étais pas pédos.

      A un moment, Jackson a commencé a parlé, de ce qu’il voyait chez les zélites. Il parlait et ne s’arretait pas... et c’est la que ses soucis judiciaires ont commencé, jusqu’à ce qu’on soit sur qu’il ne dise plus rien, a jamais...

       
    • #2387549
      Le 13 février à 13:25 par De Fran
      Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

      « Un demeuré doté d’une petite plume » Tiens donc ! Avez vous lu un seul livre de Matzneff ? Voilà un demeuré qui a initié par sa plume beaucoup de gens aux Latins ou à la spiritualité orthodoxe et qui possède une langue riche .Il ne faut pas se réduire à quelques extraits sulfureux rapportés par le net .Je recommande le taureau de Phalaris ou Maîtres et complices .

       
  • #2387174
    Le 12 février à 21:46 par Syzygy
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    Curieux ce zèle du Procureur de la République à Paris nommé par Macron !
    Quand on sait, que pour faire aboutir une affaire simple, par exemple d’escroquerie, 10 ans se passent facilement au TGI de Paris...
    Bizarre, bizarre !

     

    Répondre à ce message

  • #2387215

    opération de nettoyage, ou volonté de faire semblant de faire quelque chose, comme la fois où Luc Ferry avait balancé un de ses collègues, et où il y avait eu aussi un semblant de préoccupation de la police, pour montrer qu’on faisait quelque chose. De toute façon, les faits sont prescrits et Matzneff a tout dit dans ses livres, pourquoi perquisitionner, si ce n’est pour faire semblant de faire quelque chose, pour ne pas désespérer le petit peuple qui n’en a rien à foutre qu’un enfant se fasse tuer par sa mère, mais qui saute au plafond au simple mot "pédophilie"

     

    Répondre à ce message

  • #2387219
    Le 12 février à 23:09 par lucien
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    Oui Matzneff c’est l’arbre qui cache la forêt. Mais il n’est pas innocent pour autant. ? Il a des mœurs pédophiles et il le revendique. En écrit même des bouquins. Donc...pas d’excuses.

     

    Répondre à ce message

  • #2387236
    Le 12 février à 23:37 par goy pride
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    J’ai quand même du mal à croire que les gens derrière l’opération "contre-feu Matzneff" aient pensé que ce sinistre individu était une espèce de marginal atomisé, en dehors de tout réseau...sans aucun lien avec personne ! On peut même trouver en faisant une minutieuse enquête à la Panamza, c’est à dire en deux ou trois clics sur internet, des photos de Matzneff avec certaines personnalité comme Pierre Bergé et Harlem Désir (sic) ! Véridique ! Joli palmarès pour un mec soit disant de droite !
    Quant à sa réflexion sur comment couchent les gens, leurs désirs refoulés...je ne pense pas qu’il faut y voir une menace cachée. Il s’agit en fait de la réflexion typique que te font les pervers quand tu les démasques ! Ils projettent ce qu’ils sont sur l’humanité entière. Pour eux il est inconcevable qu’il ait des gens dans les actions sont motivées par le souci du Bien...pour eux les gens sont soient des pervers assumés, soit des pervers refoulés qui n’attendent qu’une bonne occasion pour commettre des saloperies.

     

    Répondre à ce message

    • #2387531
      Le 13 février à 12:52 par Sedetiam
      Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

      Il n’y a de saloperies, en terme de jugement moraliste, que dans la tête* des uns ou des autres et selon l’époque : pour le reste, il y a la loi (temporelle et contextuelle) et son application.
      Par exemple, vous qualifieriez peut-être de « saloperie » qu’un adulte mâle enfile un jeune de 17 ans, du même sexe tout en vénérant le courage des 300 (lambda) et/ou en glorifiant la pensée hellénique (nique, nique♩) dont la France se trouve la digne héritière...
      Comme dirait l’autre, s’indignant : « O tempora, o mores ! »
      Ainsi, entre le fellatio de la Rome_antique et le pécheur à la turlutte contemporain, il y a un monde...

      * ce que les croyances diverses et (a)variées leur ont foutu dedans.

       
  • #2387297
    Le 13 février à 03:11 par Sedetiam
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    C’est donc cet appel que j’ai vu passer en début d’après midi...

    On espère que ledit Gabriel aura la plume tout aussi aventureuse et véloce qu’à l’accoutumée pour nous narrer, dans le détail, ce que lui seul, le chat et le bois du lit, savent : avant qu’on ne le retrouve pendu de deux balles de fusil de chasse dans l’occiput, sans la moindre trace de poudre : pas même une carte d’identité dans l’essuie-glace.
    Mais plus loin, comme ses juges d’instruction sont censés instruire à charge et à décharge, le procureur de Paris Rémi Heitz n’aurait-il pas pu nous expliquer qu’il s’agissait d’éviter qu’il y ait « des victimes oubliées »certes, mais autant que de - potentiels - « pédo-criminels » complices, compromis, etc. ?

     

    Répondre à ce message

  • #2387394

    Il ne reste plus à GM que de ré-écrire ses révélations et les envoyer dans un autre lieu sûr. Il pourrait parler depuis un autre pays, réaliser d’autres interviews. Il est très âgé, la mort est en chemin de toute façon et ce témoignage aiderait à sa rédemption.
    Il s’appelle Gabriel, ange de l’annonciation.
    On l’attend.

     

    Répondre à ce message

  • #2387533
    Le 13 février à 13:00 par pieds palmés
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    Même le New York Times fait un article sur lui. Du lourd. Si vous connaissez l’anglais :
    https://www.nytimes.com/2020/02/11/...

     

    Répondre à ce message

  • #2387589
    Le 13 février à 14:23 par Marion
    Affaire Matzneff : perquisition chez son éditeur Gallimard

    Il n’a qu’a balancer tout de suite. Qu’il se sacrifie plutôt que d’essayer de s’en sortir par la menace. Qu’il balance tout. Au moins ce sera ça de fait. Pour le reste.... qu’il croupisse ou se tue.

     

    Répondre à ce message

  • #2387626

    Par contre , c est des honneurs et des Cesar pour polanski qui drogue puis sodomise des fillettes ( qui au passage ne sont pas amoureuses de lui ) le talent de l un n est pas une circonstance aténuante et la violence de lautre n est pas une circonstance aggravante. Bref, 2 pédophiles 2 crimes mais absolument pas le méme traitement, quand on vous dit que ce sont les médias qui fabriquent l indignation génerale sur un simple claquement de doigt . Aucune personnalité publique pour defendre un type qui fait des blagues et qui est traités comme le pire des criminels pour cela , mais par contre ont trouve tout le gratin politico médiatique quand il est question de tempérer et de minimiser les actes d un violeur de fillettes. ( polanki est défendu, mais Maznef n est pas tant attaqué que cela par les gens de son milieu .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents