Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Matzneff est-il attaqué parce qu’il n’a pas de protection communautaire ?

Sinon, pourquoi pas les autres ?

C’est la question que l’on peut se poser depuis le surgissement de l’affaire Matzneff. Depuis toujours, depuis que la presse est presse et que le livre est livre, on sait que l’écrivain aime les jeunes filles en fleur. Sa cible ? Les 14-15 ans, tout près de la barre qui détermine en France la majorité sexuelle, et donc la limite légale d’un « amour » entre un homme (généralement) et une jeune fille. Calcul cynique ou « simple » attirance sexuelle, nous ne sommes pas dans la tête de l’écrivain maudit pour le dire. Mais il y a matière à réflexion politique avec la nouvelle norme du viol rétroactif qui est en train, au mépris des textes, de faire loi. Si l’on attaque Matzneff, alors il faut attaquer tous les autres de son espèce. Déjà, Beigbeder, membre du jury Renaudot qui a accordé son prix Essai à Matzneff en 2013, recule dans une version contemporaine de Tu quoque, mi fili....

« Le livre récompensé, “un recueil d’articles sur la politique internationale, sur Schopenhauer, Kadhafi, etc”, “nous avait paru brillant”, se défend l’écrivain Frédéric Beigbeder. “C’est clair qu’il n’aurait jamais eu le prix pour un de ses journaux intimes”, poursuit-il, assurant que le jury avait “voulu aussi faire preuve de compassion” à l’égard de Gabriel Matzneff. “Ce n’était en aucun cas la consécration d’un monstre pédophile. Ce prix était maladroit”, reconnaît Frédéric Beigbeder, qui a récemment dit vouloir rester “ami” de Gabriel Matzneff, tout en le jugeant “indéfendable”. » (20 Minutes)

Le pédophile amateur pratique qui sert de contre-feu à l’énorme affaire Epstein ?

« “Au-delà des faits décrits par Vanessa Springora”, les investigations viseront “à identifier toutes autres victimes éventuelles ayant pu subir des infractions de même nature sur le territoire national ou à l’étranger,” a précisé le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. » (Le Figaro)

Même type de chasse que pour Epstein et Brunel... Le parquet de Paris vient d’ouvrir, ce 3 janvier 2020, une enquête pour viol sur mineur. Mais Matzneff a déjà été jugé par la presse.

Derrière le lynchage médiatique d’un homme (de droite et non hostile à Jean-Marie Le Pen) de 83 ans, qui ne dispose pas de la défense d’une communauté puissante (ses maigres ressources délivrées par le ministère de la Culture et le Centre national du livre, d’un montant de 8 000 euros par an, semblent menacées), à part celle des Russes blancs orthodoxes – mais on les entend assez peu dans les médias mainstream –, se profile le sacrifice d’un bouc émissaire boiteux : le peuple, chauffé à blanc par les affaires Weinstein, Epstein et Polanski, veut du sang. Y aurait-il un bon et un mauvais sangs ?

 

Chiche ?

 

 

L’écrivain, au milieu de la tempête qui va le balayer, a tenu néanmoins, depuis le début de l’hallali, c’est-à-dire l’article de presse qui a annoncé la sortie du livre d’une de ses anciennes maîtresses (14 ans à l’époque), à partager une lettre. C’est la lettre que cette Vanessa (aujourd’hui éditrice et écrivain, donc professionnelle de la littérature... doit-elle sa réussite à son pygmalion ?) lui a écrite en guise de « rupture »...

 

 

Immunité communautaire

À la lumière de cette lettre, plusieurs questions se posent : peut-on d’abord faire confiance à la lucidité d’une jeune fille (alors de 15 ans ou plus) initiée par un homme mûr ? La Vanessa en question est-elle en pleine possession de ses moyens, à un âge où l’on est peut-être déjà une femme physiquement, mais pas intellectuellement ? De plus, le fait qu’elle s’attaque aujourd’hui à son initiateur est-il la preuve d’une prise de conscience de la part d’une victime qui s’ignorait, ou alors, comme le pense Matzneff, d’un retournement médiatique plus que personnel à la faveur du mouvement MeToo qui a envahi les médias mainstream et les réseaux sociaux ? Enfin, le fait que Matzneff soit quasiment le seul dans son genre – le genre pédophile pour le grand public ou le genre éphébophile pour les plus pointilleux – est-il la marque d’une préférence médiatique et d’un lynchage concomitant ? En d’autres termes, l’écrivain, qui n’a jamais caché ses goûts en matière sexuelle, serait-il en même temps le baudet de la fable ?

Disons-le plus vulgairement que Jean de La Fontaine, Matzneff prend-il cher pour les intouchables qui se planquent derrière de puissants réseaux ?

L’Âne vint à son tour et dit : J’ai souvenance
Qu’en un pré de Moines passant,
La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
À ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. (Jean de La Fontaine, Les Animaux malades de la peste, extrait)

 

Nous n’allons pas, pour des raisons assez compréhensibles, faire ici la liste de tous les hauts pédophiles qui hantent nos ministères ou nos journaux. Tout le monde ou presque les connaît, le Net a fait un gros travail de débroussaillage entre le bon grain et l’ivraie. Malheureusement, leurs protections sont telles qu’ils ne sont pas inquiétés plus que ça, même quand le boulet passe très près. Matzneff, dont personne ne peut nier les écarts avec la morale (c’est certain) ou la loi (à vérifier), puisqu’il les a décrits lui-même, et s’en vante, ne vaut pas mieux mais pas moins qu’un ancien ministre toujours en vue, ou disons recasé sur un des nombreux fromages de la République.

 

« Un ancien ministre »... Mais de qui Luc Ferry peut-il bien parler : Jack Lang, Frédéric Mitterrand, Philippe Douste-Blazy ? [1]

 

 

Chantages à tous les étages

Serions-nous en présence d’une pédocratie, d’une République des pédophiles ? Non, puisque tous les membres de notre élite ne sont pas pédophiles, mais ils en abritent et défendent un nombre disproportionné. Dans ce cas, pourquoi ne pas nettoyer les écuries d’Augias ?

Parce qu’on peut obtenir beaucoup d’un pédocriminel qui a pour passion les petits garçons ou les petites filles, par exemple. Il suffit de quelques notes blanches (des RG qui atterrissent chaque matin sur le bureau du ministre de l’Intérieur, véritable gardien des secrets), de quelques témoins gênants ou de prostitué(e)s mineur(e)s qui passent à table (après être passé(e)s à la casserole), pour obtenir les CV de criminels sexuels majeurs. Mais la politique – l’art d’utiliser les faiblesses de ses ennemis... et de ses propres amis ! – est ainsi faite qu’il est plus intéressant de manipuler celui qui devrait théoriquement et moralement tomber dans l’escarcelle de la justice que de le balancer vulgairement. Et puis, quand tout le monde se tient par la barbichette, inutile d’espérer une chute de l’hyperclasse, elle est tout sauf suicidaire. Et elle est solidaire comme aucune autre.

 

 

Comprendre que la haute pédophilie se satisfait de la mise à mort médiatique de Matzneff, une orchestration qui suffira pour faire croire à une nouvelle avancée de la Morale dans un pays hypocritisé à mort. Une preuve parmi d’autres, la lettre qu’a écrite à ou sur Matzneff l’écrivain Christine Angot, longtemps soutenue et même financée directement par Pierre Bergé (à travers le journal déficitaire Têtu, à qui elle fournissait une page mensuelle rachitique contre 3000 euros !).
Un texte publié dans Le Monde, le journal qui ne s’étale pas sur l’affaire Epstein.

“Apprendre que le livre que Vanessa…” Vous l’appelez Vanessa ? Vous pensez pouvoir vous autoriser à l’appeler par son prénom, alors qu’elle vient de publier ce livre ? Vous prétendez encore à cette intimité ? Vous pensez avoir ce genre de droits ? Elle est toujours, pour vous, la petite fille que vous avez rencontrée dans un dîner où elle accompagnait sa mère, attachée de presse dans l’édition ? À l’époque, vous étiez important dans ce milieu. Vous comptiez. Vous vendiez des livres. Vous aviez des fans. J’en ai fait partie quelque temps. J’avais une vingtaine d’années. Je vous lisais. Je n’avais pas encore été dans le cabinet d’un psychanalyste. Je commençais à avoir des insomnies, des difficultés dans ma sexualité, mais je n’étais pas encore prête à me dire, à admettre, que mon père s’était autorisé à commettre un inceste sur moi parce qu’il ne m’avait jamais aimée, qu’il n’avait aimé que lui-même, son bon plaisir, sa propre autorité, au mépris total de mon avenir, de ma vie amoureuse future, de ma vie sexuelle, notamment.

Rappel : Angot a construit son relatif succès littéraire, enterré aujourd’hui, sur une histoire d’inceste avec son père (ce que ce dernier nie). Devenue juge des moralités depuis son accession – grâce au bras très long de BHL à qui Ruquier ne refuse rien – au tribunal médiatique de service public appelé ONPC – alors que c’est tout le contraire, Ruquier et ses assesseurs étant couchés devant les lobbies –, elle se prend de lancer oukases et condamnations. Quand on a été une protégée de Pierre Bergé, peut-on se le permettre ? Il y a des moralités construites sur du sable...

Et puis, tant qu’on est dans les moralités, puisqu’il y a visiblement plusieurs morales, une d’en haut avec effacement d’ardoises et une d’en bas avec justice rapide et sévère (surtout pour les Gilets jaunes avec 3000 condamnations dont 1000 de prison ferme), parlons de l’univers très sexuel produit par le Système, qui dénonce un diablotin ici et laisse passer une armée de « libertins » là. Où est la limite entre le libertinage plus ou moins consenti et l’agression sexuelle ? Les soirées spéciales dans lesquelles le patron de Sciences Po Richard Descoings entraînait ses petits préférés (y avait-il Juan Branco dans le tas ?), ça entre dans quelle catégorie ? Et comment une société qui déverse de la pornographie par wagons entiers (la fausse « libération ») – jusque dans ses publicités – dans les têtes blondes peut-elle juger un éphébophile, si amoral soit-il ? Tout va dans le sens de l’hypersexualisation de la jeunesse et d’une permissivité accrue ! Du pain béni pour les vrais pédophiles...

 

Bons et mauvais pédophiles, industriels et amateurs...

Nous sommes en présence d’une société pédophile dans l’âme (si l’on peut dire) qui viole l’esprit des enfants, qui leur détruit l’âme par l’hypersexualisation et qui leur explique que le Père Noël n’existe pas, histoire de bien saper leur univers parallèle magique. Il n’y a rien de sacré au pays où les acteurs et actrices porno sont glorifiés comme fers de lance du progressisme. Rocco Siffredi (lui-même agressé sexuellement par un voisin à l’âge de 12 ans qui le « mettait » devant des films pornos), pourtant accusé d’agressions sexuelles multiples, a été reçu comme une star sur les plateaux de Canal+... La Belle époque !

A-ton vraiment gagné au change en passant d’une pédophilie hélas inévitable (c’est dans la perversité de la nature humaine) mais culturelle et cachée, à une démocratisation de la pédophilie incarnée par la mise en rapport des plus jeunes avec la violence sexuelle pornographique ? Qu’on regarde seulement le contenu des films français à ce propos, primés à Cannes en 2018...

Le bon chemin est celui du progressisme, nous bassine le Système, et le viol mental de masse est le moyen par lequel l’idéologie mondialiste investit les têtes. Les petits baiseurs, les amateurs de fesse, à côté de ce foutoir industriel, font pâle figure, mais c’est sur eux que la justice et les tribunaux médiatiques vont concentrer leurs feux... Summum d’hypocrisie, qui rappelle l’assassin de sa bonne femme ou de son voisin mis en prison pour la vie, et le général qui décide de bombarder des civils innocents décoré par le Président...

Tout est miné dans cette histoire, Matzneff va déguster pour les autres, pour les planqués derrière la ceinture communautaire, une panic room prévue à cet effet. Qui ira dénoncer, à son corps défendant et au risque de sa carrière, le ministre X, le chef d’État Y ou la star Z qui s’amusent dans des lieux hypersécurisés avec des mineurs ?

Pourtant, on a vu avec la tentaculaire affaire Epstein que des grands noms de l’hyperclasse pouvaient non pas tomber, mais être nommés. Il faut pour cela des évidences telles que le doute n’est plus permis, malgré la propagande défavorable de la presse mainstream qui n’aime pas qu’on abatte ses idoles, ses Clinton, ses Andrew, ses acteurs fétiches (le fils Sheen), ses violeurs en série dans des îles, des caves... À côté, et ça ne l’absout en rien, le Gabriel est un petit bras, un amateur de gonzesses... amateur, un arbrisseau de la baise pré ou post-pubère qui cache la forêt de l’impunité des puissants.

 

Autres temps, autres mœurs

 

La Petite de France Gall avec Maurice Biraud...

 

 


 

Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :

 

Notes

[1] Cohn-Bendit n’était que député

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

94 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ma copine (legerement gauchiste malheureusement) me demanda pourquoi les médias parlait autant de Matzneff et n’ont quasiment jamais évoqué Cohn-Bendit,Lang & Mitterand et cie...

     

  • Désolée j’ai du mal avec la défense de ce type. C’est pas parce que les autres sont tranquilles que celui là doit en réchapper.
    Il est au contraire le symbole de la permissivité et la complicité du système médiatique, tant il a intellectualisé sa pédophilie. Il est de la même graine que ce chirurgien qui couchait sa pédocriminalité revendiquée sur des carnets et dont le procès s’ouvrira cette année ( 300 victimes minimum).

    Il se fait quand même loger par la mairie de Paris, en plus d’avoir tribune dans des magazines malgré le scandale, donc comme " mec lâché " on fait mieux.


  • Super la photo de Brigitte avec son élève

     

  • Qu’un type se tape des nymphettes de 14 ans, toutes mes félicitations, j’aimerai pouvoir en faire autant . Mais qu’il raconte ses exploits de suborneur et de mec qui détourne des mineures, non . Tout ce barnum va relancer les ventes du vieux dandy qui rendait ses oracles sur Radio Courtoisie, et lancer évidemment le livre de la gonzesse . Comme l’a dit Céline, on n’achète pas un livre, on achète un scandale .

     

    • si vous avez plus de 18 ans vos propos sont plus que limites...


    • J’en ai pas gardé un souvenir inoubliable sur Radio courtoisie, devenue (radio Jérusalem à Paris).
      Tout le monde sait qu’une jeune fille n’oubliera jamais son premier amant, surtout si il a été tendre et doux avec elle au moment de la défloraison. Comme elle n’oubliera jamais son premier accouchement. C’est des choses banalement connues. Et ce type avait certainement le vocable adéquates dans ces moments avec ces jeunes filles. Les femmes adorent les mots et il en a joué avec des merdeuses faciles à balader en baratin amoureux et autres.
      Bref je ne lui jette pas la pierre vue l’âge des filles, la seule question est de savoir si ça a été toujours le cas, alors elles demeureront heureuses d’avoir été initiées de la sorte, mais la répétition me fait penser à une obsession, et donc , inversement, sait ont les expériences foireuses.


  • Matzneff cumule , il est russe d ’origine , orthodoxe , droite des valeurs ; une proie idéale pour les manipulateurs . Son histoire avec la future éditrice était à l ’époque connue de la mère de cette dernière laquelle a donné juste quelques q avertissements amicaux à sa fille sur Matzneff , ses goûts pour les jeunettes mais lui a malgrés tout tenu la chandelle : permissisme , laxisme , progressisme ( ou orgueil de ce que sa fille fréquentait un homme de Lettres , bon présage de réussite qui est d ’ailleurs finalement arrivée ) ; mais l " éditrice écrivaine " n ’a aucun reproche de ce côté envers sa mère ; elle pourrait ;mais les femmes sont irréprochables par définition et cibler l ’homme ça fait recette .Il reste cette question que personne ne se pose :quelle est la qualité littéraire de ce livre s ’il en a une , car un écrivain comme elle se pare déjà sans vergogne du titre , un vrai, ne vise pas à faire le scandale mais une oeuvre littéraire ou souvent tout est transposé (ici la proie est désignée à la traque )A la lecture de quelques pages on voit que le style est déplorablement banal , que littairairement ça ne vaut rien et sa publication tient uniquement au sujet sulfureux et au milieu ou cela se passe ;la bonne bourgeoisie celle des gens qui réussissent , font du blé de tout même du scandale , sont captés jeunes par ce qui brille et à quoi ils aspirent et ou la vraie dignité est tout sauf visible . Ce bouquin d ’une femme déjà installée n ’est qu ’un coup de pub , une auto -promotion intéressée ( l ’écriture le décèle et sonne complètement faux car elle était éperdument amoureuse de son beau écrivain ) , une arrière pensée d ’arrivisme le motive et il tombe à pic et tout le culturo mondain a tout de suite senti qu ’il avait mission de crier haro sur le baudet solitaire , vieux et vulnérable .

     

    • #2356270

      Enfin un commentaire qui se détache de la naïveté générale.
      On note d’ailleurs qu au début de l affaire Vanessa Springora délivrait un "récit", aujourd’hui on parle d une "Autrice" Et de ses "qualités littéraires "...
      Et hop par la magie des mots elle est devenu "écrivaine".
      Le livre va faire un carton.
      Elle commence déjà à parler de Benoît Hamon, son candidat et de sa copine Mazarine Pingeot...
      L infinie naïveté des gens !


  • Elle devrait partager ses droits d’auteur avec Matzneff, comme il devrait lui rétrocéder la moitié des droits d’auteur qu’il a palpé pour "La prunelle de mes yeux " .


  • Les gens se réveillent. Ce n’est pas Matzneff qui va cacher quelque chose.
    L’heure des comptes arrive, ils le savent et ils mouillent.


  • " il est attaqué " … pour faire vendre le livre de la nénette, c’est une opération éditoriale qui va aussi profiter à Matzneff .

     

    • Livre publié, comme "Orléans" de Moix, par la maison d’édition Grasset et présenté là encore comme un "roman".

      Et comme pour "Orléans", le secrétaire d’état aux Droits de l’enfant vient commenter l’actualité gouvernementale à propos du livre.

      Tout cela crée une certaine impression de malaise.

      Merci à E et R pour l’article dont tous les paragraphes sont pesés et équilibrés au gramme près.


  • Frédéric Beigbeder est un écrivain ?

     

  • Intéressons-nous à l’accusatrice : une enfant du "milieu", ainsi que sa mère. On a donc deux féministes qui placent les féministes en pleine dissonance cognitive. En effet, la fille évoque la vulnérabilité des femmes élevant seules leur enfants pour expliquer pusillanimité de sa mère et la vulnérabilité des enfants sans pères ( proies faciles d’après Matzneff lui-même. On ne saurait faire "pire" réhabilitation du patriarcat ! Nul doute que cette affaire va faire long feu. Un coup bien monté à mon avis. Matzneff est-il la part du feu ? tout comme Weinstein aux USA fait oublier que le problème majeur à Hollywood n’est pas le "troussage de starlettes", mais la pédophilie ?


  • Matzneff écrit bien, même si ce n’est pas politique de le reconnaître. Il ne s’est jamais caché de ses agissements, au contraire il en a fait son fond de commerce. Il était même invité à la Sorbonne, dans le séminaire de DEA de feu George Molinie, petit ancien Président sympathique et obsédé de la gachette -RIP-.

    Cela va être difficile de crier haro sur le condamnable Gabriel pour faire oublier Epstein, Jack and Co, internet oblige. Matzneff n’a pas participé à des meurtres rituels que je sache. Il n’a même jamais recherché la richesse.

    12 ans c’est condamnable, mais ce n’est pas "une petite fille de 5 ans qui joue avec votre braguette."

     

    • Il parle de petits garçons de 8 ans également. Renseignez vous s’il vous plaît. Et une petite fille de 12 ans n est pas finie d être formée non plus.


    • Quel magnifique raisonnement : le relativisme des grands crimes qui rendent les petits supportables D’ailleurs ça ne marche pas avec les petits meurtres de vieilles femmes juives ... vous auriez tenté de toucher à ma fille de 12 ans, je pense que vous ne raisonneriez plus ainsi...plus du tout...


    • Pourquoi vouloir fixer des limites chiffrées à tout ?
      C’est absurde et inefficace... après n’importe qui est à même de décéler une relation contre nature, ou qui ne devrait pas avoir lieu, sans l’aide d’aucune loi ou jurisprudence.

      Arretez de vouloir rendre la société toujours plus encadrées de lois,de morale,et de croyances.
      C’est paradoxale de toujours réclamer le bon sens et l’humanité, mais d’exiger que le loi statut et tarif tout !


    • Oulala la moraline.
      Relisez. Ennemi prioritaire, ennemi secondaire. Avant d’attaquer Matzneff, il faudrait peut-être s’attaquer aux vrais prédateurs.
      À l’époque de sa gloire, Matzneff n’allait pas en Thaïlande pour consommer des enfants.
      Si on en croit M Sigaut, ça serait un certain M. Rochefeuille, dit Rockfeller, qui organise la pédophilie généralisée, via l’OMS, et tous les représentants de l’état profond. Pas beaucoup entendu les philosophes Enthoven, BHL, Badinter and Co le défendrent.
      Donc 1 les sectes pedo-satanistes, Epstein, 2 les gars comme Polanski qui ont violé. Ensuite on s’occupe des pedo-ephebo traditionnels.
      S’occuper de Matzneff en premier, c’est comme coller Tapie le couillon de gauche en tôle et Juppé a droite 3 ans au Canada, pour absoudre des choses très graves.


    • c’est à l’évidence une diversion cathodique et éditoriale

      le petit artisan franchouillard éphèbophile est utilisé par le système pour cacher l’activité des multinationales satano-pédophiliques de l’oligarchie

      c’est ma vision "complotiste" de l’affaire.

      Le point positif c’est que cela permet de faire avancer le sujet et de mttre en accusation les séides du système sur ce thème, donc potentellement d’ouvrir les yeux au public (au moins à certains)


  • - Réduire drastiquement les délais de prescription pour les affaires de viols/pédophilie, inciterait les "premières" victimes à être loquace immédiatement et ça éviterait les multi-récidivistes.
    - Les femmes aiment les secrets, l’argent et les hommes charismatiques donc bon nombre d’affaires sont à classer sans suite (Vous vouliez votre "émancipation", maintenant, faut assumer vos coucheries).

    "Dans ce cas, pourquoi ne pas nettoyer les écuries d’Augias ?" Parce que malgré ces faits divers émotionnels, les Français.e.s aiment la république maçonnique et ses élu.e.s.

     

    • "Parce que malgré ces faits divers émotionnels, les Français.e.s aiment la république maçonnique et ses élu.e.s."

      vous plaisantez j’espère ? Tout le monde déteste ces pervers. Et il n’y a qu’une fraction de Parisiens qui est au courant... Nous autres, les "gueux" de la province sommes pas censés savoir ca.


    • @ Paul82

      Non, je ne plaisante pas. Si on voulait vraiment régler le problème de la pédophilie, on se pencherait sérieusement sur les réseaux de nos édiles au lieu de les élire. Matzneff est un lampiste de 83 piges, le grand public va s’en satisfaire pour soulager sa conscience et retourner faire l’autruche.


  • J’ai toujours pensé que les réseaux pédopornographiques était liée à la pornographie *légale*. Combien de pédophile dans l’industrie du X, producteurs, abuseurs ou trafiquants d’enfants ? La pornographie couverture de la pédopornographie. Curieusement aucune enquête dans ces milieux...

     

    • Les deux ont enormément evolué ces 20 dernières années.
      Mais le maquinenat me semble plus suspect que la pornographie.

      Encore que si l’on parle de pédophilie stricte,toutes les structures "d’aide" à l’enfançe et autre gestion de mineurs isolés sont bien plus susceptibles que tout le reste de détourner des enfants ou d’etouffer les plaintes.
      (Si elles sont publiques et de gauche ou d’extême gauche, ce qu’elles sont quasiment toutes...c’est troublant)


  • Désolée, chaque fois qu’un pédophilie tombe, je me réjouis, c’est déjà ça, et puis à 83 ans, il a quand même bien profité, à jouer les dandys, ces écrits revendiquent la pedophilie, clairement, et même le viol de mineurs, peut-être que la roue tourne, que la vérité sur la période soixante huitarde, et ses pseudo intellectuels, et son obscénité, à bien des égards, éclate, peut-être que cela brisera le silence des sans voix en ce qui concerne la chose la plus abjecte qui soit, si cet homme est moins protégé je ne sais pas, il a été récompensé encore en 2013 et reçoit une allocation, c’est surtout qu’il a n’a plus aucun lecteur ni aucun admirateur en fait, Hamilton, du même âge, s’est suicidé, Epstein, suicidé, Weinstein, défait, etc...comme a dit une certaine ancienne ministre , certains commencent à regarder leurs chaussures, quand même...


  • La société qui s’absout elle même de son opinion d’hier ! c’est beau !
    Plus personne ne désire les jeunes filles fraiches, nous sommes bien trop evolués moralement pour ça, hein ?

    De même, aucune jeune fille ne rève de trouver quelque souteneur... (ce que nous confirme le moindre site de rencontre).

    Quelle hypocrysie, c’est la cour des miracles, tous saints, tous de bonne pensée, raisonnables, sexuellement irréprochables ! (ce que le moindre site porno nous confirme aussi).

    Franchement... A qui ça profite tous ces mensonges sur la condition humaine ?
    Quand je sors dans la rue je ne vois que très peu d’Hommes(ou de Femmes) déjà, et encore moins d’Humains raisonnables (ce que les physiques confirme,ici encore), mais dans le monde virtuel sont tous des moines ! allons donc !

     

    • Sortant moi-même pas mal dans la rue, je fais peut-être partie de ceux que vous croisez. Ainsi, je vous répondrai qu’il n’y a pourtant rien de plus virtuel que de juger de la moralité ou de la capacité de raisonner de quelqu’un sur sa seule apparence.

      Lorsque on en est là, le mieux est de ne pas faire de leçon de moral et encore moins, oserais-je dire, de leçon de... raison.


  • La pédophilie a très bien été résumé par Frédéric Miterrand:Au dessus de 14 ans c’est dégueulasse
    Le reste,c’est de l’éphébophilie,de fausse affaires de vieux maisoixantuitards ou de personnes un peu dérangés
    A revoir l’intervention du patron de 2009 ou 2010 sur cet même affaire Matzneff


  • Voici la liste -apparemment complète - des signataires en faveur de la pédophilie.
    On y trouve "le bon docteur Kouchner " et "Jack " entre autres .

    https://24heuresactu.com/2013/01/02...


  • "L’enfant est le père de l’homme" (Nietzsche). On sait ce qu’est un enfant quand on en a un. Là, on arrête de déconner.

    Matzneff, Montherlant, Peyrefitte (Roger) et Macron ont un point commun : ils n’ont pas d’enfants. Mauvais. Un père se moque des "enfants". C’est le sien qui l’intéresse et qu’il protège. La nature n’est pas si mal faite.


  • Eh bien, quel article !
    Excellente ecriture.


  • Le seul problème pose la pédophilie, c’est qu’elle existe. C’est ce qui est implicite dans la loi puisque la "pédophilie" comme tendance n’est pas réprimée (évidemment) par elle mais des actes le sont. Sans que le mot "pédophile" soit prononcé d’ailleurs, comme toujours en matière de loi sur les moeurs. Comme l’homosexualité, mot jamais prononcé par le législateur. Ce serait enfermer un homme dans un déterminisme de nature. Impossible dans une législation de liberté. Mais un pédophile qui ne passe pas à l’acte n’est pas inquiété. D’ailleurs, que veut-on ? Exterminer les pédophiles ?

    Tout cela tombe sur l’énigmatique "principe de Raison" des premiers penseurs grecs examiné par Heidegger (le Principe de Raison) : "Tout a une raison". Si la pulsion pédophile existe dans la nature, elle entre dans ce principe sans que les lois qui la répriment ne le soient pas aussi. Nomos et anti-nomos..Il est difficile de l’admettre surtout à l’ère des glapissements.


  • Il y a aussi la question de l’obscène. Ce dont je suis sûr, c’est que le livre de Vanessa Springora est obscène quand elle expose "est-il normal de se retrouver à 14 ans avec le sexe d’un homme de cinquante ans dans la bouche".

    Non seulement ce qu’elle dit est obscène et peut être un peu par complaisance mais encore, en relatant ce propos, je suis moi-même obscène, comme Glucksmann.

    Seuls les policiers et les juges doivent examiner de près de pareilles réalités et lire de pareilles phrases. "Pro pudor" disaient les Romains. Elle fait vendre son livre avec des horreurs. Et personne ne l’obligeait à revenir sur ces circonstances de sa petite vie de petite bas-bleue.

     

    • Parcequ’en terme legislatifs ou moraux, que le sexe ait 15 ou 50 ans, ca fait une différençe ? et si oui sur quels critères ? sur quels canons ?

      J’aimerai bien comprendre cette morale alternative.


    • KayaB23 .Oui ca s’appelle la morale et le bon sens , ce qui donne le sens de la responsabilité et du devoir .
      Si la faiblesse est dans la nature, la force est dans l’esprit , on parle donc de la conscience et de son élévation en opposition a la misérable condition de prisonnier de la chair et des sens qui octroient des plaisirs éphémères avant que de se désagréger sous l’influence du temps .
      Reste la conscience et les fruits de ses actes de par la Justice Divine . La civilisation est le cadre de l’humanité consciente de Dieu sinon c’est même pire que la vie des bêtes . Et c’est un suicide spirituel et l’humain devient démoniaque . On y est !


  • #2355642
    le 03/01/2020 par The Médiavengers Zionist War of Skywalker
    Matzneff est-il attaqué parce qu’il n’a pas de protection communautaire (...)

    Toujours le courage d’E&R d’aller jusqu’au bout des raisonnements et d’essayer de prendre en compte tous les paramètres et de remettre les point sur les i.
    Matzneff a bénéficié de la bienveillance du milieu, comme Moix. Matzneff est insignifiant. D’ailleurs, je crois qu’il n’a jamais été inquiété. Alors ouvrir une enquête, sous la seule pression médiatique, d’un vieux de 83 ans me parait largement aussi suspect que ces agissements supposés.
    J’ai déjà remarqué que depuis l’été dernier, les "affaires" du même genre s’enchainent comme des perles sur un collier. C’est millimétré.
    L’été dernier, c’était l’affaire Epstein....
    Et depuis, les affaires liées à l’Eglise se font aussi beaucoup plus discrètes. Bergolio travaillant dur dans le "bon" sens, on lui fiche désormais la paix.
    N’en jetez plus.... Que ceux qui ne veulent pas comprendre aillent à la pêche.


  • Félicitations pour cet article plutôt juste, sur un sujet difficile...


  • Article intéressant de Libération sur les défenseurs de la pédophilie au-delà de Matzneff :

    Matzneff : les signataires d’une pétition pro-pédophilie de 1977 ont-ils émis des regrets ?
    https://www.liberation.fr/checknews...


  • La vieille ordure n’a jamais eu besoin de personne pour faire ses petites affaires. *Quant à la "communauté" en question, elle en connait un rayon, question perversion. Et pensez donc, un goy qui leur faisait le taffe, pourquoi ils auraient renâclé ?
    Faux intellectuel, vrai pervers, il crèvera tranquille dans son pieu. C’est à gerber. Mais on n’oubliera pas de cracher sur la femme qui ose dire maintenant, tant de temps après les faits, ce qu’elle a dû subir. Personne ne sait ce qu’elle a vécu. Par quoi elle a dû passer. Qu’on puisse prendre fait et cause pour une saleté (le vioque, hein ! ne vous méprenez pas) pareille me dépasse.


  • Pouvons-nous sauvegarder un intervalle d’intuition et d’approbation(ou de désapprobation) sociale pour les choses de la vie ?

    Ou alors celles-ci doivent être elles aussi soumises à la technocratie ? à la valeur marchande, au règne de l’opinion et de la morale ?


  • La France et ses contradictions

    La fourchette d’âge des mariages royaux se situait entre 7 et 17 ans (14 ans pour Marie Antoinette).
    La consommation du mariage était fixée à 12 ans pour la fille et 14 ans pour le garçon.
    C’est le pays des nombreux favoris du roi (Henri III par exemple).
    C’est le pays de la liberté et par extension du libertinage connu du monde entier via les écrits du Marquis de Sade.
    Il n’y a pas vraiment eu besoin de forcer la main à grand monde pour propager une pseudo libération sexuelle dans les années 60 qui était déjà dans les moeurs de l’élite depuis des siècles.
    C’est le pays où une femme mûre (ayant des enfants du même âge) a épousé son élève, aujourd’hui président de la République.

    En d’autres termes, c’est le pays où la masse est bridée par la "morale religieuse", mais où l’élite peut se permettre un hédonisme assumé. ("Morale religieuse" entre guillemets, car cette façon de penser que les enfants ont un univers magique, merveilleux à la Disney à protéger ne vient ni du christianisme, ni du judaisme, ni d’aucune tradition où les rites de passages amenent très tôt l’adolescent à l’âge adulte autour de 14-15 ans. C’est plus un instinct de protection contre la prédation des pervers libidineux véhiculé par les contes pour enfant comme le Petit chaperon rouge, contes qui sont très souvent sombres pour justement préparer l’enfant à affronter la dure réalité au lieu de le garder hébêté dans un pseudo univers merveilleux).

    Il y a un décalage net entre la base et le haute de la pyramide sur ces questions. Et dans un contexte de retour de flamme engagé par les féministes, il y a surtout un grand besoin de trouver un bouc émissaire. Encore de la poudre aux yeux, car ce vieux bouc ne risque pas plus que ceux qui sont protégés. L’histoire dira si l’opinion publique s’arrêtera là ou ira chercher les autres.


  • Une précision qui peut laisser réveur : la chanson, La Petite, a été écrite par le propre père de France Gall.


  • Ca ne m’étonnerais pas non plus que ce type soit un mytho de première et qu’il s’écrive à lui même les lettres de ses "amantes". Franchement : une gamine de 16 ans, elle écrit comme ça !

     

    • @momo he oui j’allais faire un com sur le sujet mais puisque vous en parlez je vous répond, la lettre est bien de Vanessa elle l’a confirmée, et effectivement elle démontre combien nous nous sommes habitué au règne du médiocre tous le monde a fait la même remarque sur la qualité du texte qui nous parait exceptionnel mais était la norme à l’époque. Les vidéos INA que relais ER et dont je suis friand en sont un bon exemple.

      juste une appartée : la pratique des lettres est une pratique courante chez les éphebophiles qui savent qu’il sont à la limite de la loi sur la majorité sexuelle et c’est bien eux qui leurs demandes d’ecrires ces lettres mais ne les écrivent pas eux même


  • Le nouveau puritanisme sur la question de la pédophilie est un des symptômes de la perte de repères moraux de la société moderne. Le pédophile a aussi bon dos, c’est le méchant idéal pour conserver l’illusion qu’on combat le mal quand, en vérité, il s’est déjà infiltré par tous les interstices.

    Dans la société traditionnelle il n’y a pas de fornication. Ce sont les pères qui offrent la main de leur fille. Et ne pas concevoir de consommer un mariage avec une fille impubère est juste du bon sens.


  • Bravo pour cet article !


  • Ici France Gall avec sa barrette et sa jupette, en grand danger de se faire croquer par deux types chelous à rouflaquettes, de l’âge de son père.
    https://www.youtube.com/watch?v=qCv...


  • Comme (grand) écrivain, pour ceux qui l’ont lu, Matzneff a essayé de concilier les contraires ou le contradictoire. C’est ce qu’il paye aujourd’hui. Ce qui le différencie d’un salaud intégral, c’est que ce n’est pas un hypocrite. Or notre société est devenue très hypocrite. Donc un salaud hypocrite court moins de risques qu’un pied-noir sincère. Il faut jouer les innocents, comme Woody Allen, qui a dix fois moins de talent qu’un Matzneff, même en supposant que celui-ci ait fait dix fois pire...
    La sincérité, le côté "confession" d’un roman ou d’un journal intime, il faut en tenir compte, car c’est la dimension du courage. Et Matzneff ne manque pas de courage...


  • Matzneff est l’auteur du Carnet arabe .Depuis belle lurette ,certains savent qu’il a toujours pris fait et cause pour les palestiniens. Bon , Matzneff ce n’est pas seulement des histoires de petites. filles et petits garçons.

     


  • le fait qu’elle s’attaque aujourd’hui à son initiateur est-il la preuve d’une prise de conscience de la part d’une victime qui s’ignorait, ou alors, comme le pense Matzneff, d’un retournement médiatique plus que personnel à la faveur du mouvement MeToo qui a envahi les médias mainstream et les réseaux sociaux ?




    La femme serait donc par nature irresponsable, hier de son initiateur, aujourd’hui de la mode MeeToo !!
    La femme est de la nature de l’eau, elle se repend dans toutes les dimensions, si elle n’a pas de retenue . Et elle n’assume pas les conséquences de ses choix, elle se place toujours en victime, et elle est toujours victime, puisque par nature elle doit être cadré . Si elle ne l’est pas ce n’est pas de sa faute, mais bien celle de l’homme, qui devrait, ou aurait dû lui fixer des limites .
    L’eau sans limite n’est pas une rivière, n’est pas un lac, n’est pas un océan ... c’est un marécage .
    http://petithous.free.fr/histoires_...


  • J’ajoute pour ceux qui viendraient de découvrir Matzneff via affaire Springora qu il fut toujours dans son itinéraire politique et intellectuel pro -russe,pro-serbe ,pro-palestinien ,anti atlantiste,anti américain.Bien vous comprenez mieux ?Et si il avait été le contraire ?

     

  • Ecouter les albums "Melody Nelson" et "You’re under arrest" de Serge Ginsburg, dit Gainsbourg, et vous comprendrez tout.

    Dans le genre MeToo, l’album "L’homme a tête de choux" est pas mal non plus.

    Début des années 60, France Gall chante "les sucettes à l’anis". "Lemon incest" avec sa fille Charlotte dans les années 80.

    Ce n’est pas une question d’époque, mais vraiment une obscession.

    Et oui Matzneff ne semble pas du bon côté.

    Mon bonus du bon côté :
    Maître Thierry Levy très libéral avec les boucles blondes : https://www.youtube.com/watch?v=SB4...
    Maître Thiérry Levy moins liberal avec Dieudonné, l’avertissant de coups : https://www.youtube.com/watch?v=TLa...


  • Il n’était pas seulement éphébophile mais aussi pédophile. Il a écrit de sa propre mains dans son journal "Mes amours décomposés" qu’il avait dragué la fille de 11 ans d’un ami...qu’il s’était fait sucer par un petit gars de 13 ans...qu’il avait amené à l’hôtel un garçon de 12 ans "cartable au dos"...qu’il regardait des vidéos pédopornographique. Ce n’est pas des "on dit", c’est vérifiable, il l’a écrit lui même, édition Gallimard je crois...Ceci étant dit bien évidemment qu’ils vont se le farcir parce qu’il n’appartient pas à la communauté et qu’il est désormais un vieillard de 83 ans ! Ce mec là ne s’est jamais caché (comme les Mitterrand, Cohn-Bendit...) parce qu’il a bénéficié de la plus parfaite complaisance aussi bien de son propre milieu de droite que de la gauche...mais face à la prise de conscience de la réalité de la pédocriminalité par le grand public le système est désormais contraint de sacrifier quelque pédophiles pour faire "bonne mesure", mais bien entendu pas n’importe lesquels ! Ils vont s’acharner sur quelques vieux droitards...mais comme dirait l’autre cela va commencer à se voir ! Les gens ne sont pas complètement cons et vont bien se rendre compte de ce deux poids et deux mesures et que la pédophilie reste un privilège d’une certaine caste !


  • Matzneff avait dédicacé le dernier volume de son journal, "L’amante de l’Arsenal" (2016-2018), à la mémoire de Me Thierry Levy "rappelé à Dieu" (dixit) en 2017.

    Certains se souviennent que ce pénaliste s’était surpassé dans l’émission "Ce soir ou jamais" en déplorant pêle-mêle la répression "impitoyable" contre le tourisme sexuel ou le fait que la sexualité avec les enfants fasse l’objet d’une "chape de plomb", pauvre victime d’un instrument de torture médiéval... Ces interlocuteurs avaient préféré en rire.

    Or le livre de Vanessa Springora évoque un "ténor du barreau, as de la propriété intellectuelle, le plus redouté de tous" représentant "G." et l’empêchant, des années après son viol, de faire retirer d’un blog dédié à l’oeuvre de l’écrivain, des portraits d’elle adolescente. En effet Matzneff ne viole ou n’achète (aux Philippines) pas seulement des adolescentes ou des pré-pubères, il jouit de les faire parader et d’en faire commerce dans son oeuvre. Archiviste scrupuleux, il sollicite et conserve, comme dans les Liaisons Dangereuses, des lettres afin d’étayer sa future défense.

    Son aide juridictionnelle est d’ailleurs sans failles, en témoigne la préface datant de 2005 de son pamphlet "Les moins de 16 ans" où, selon une note, son avocat aurait inopinément taché et rendu illisible ("Quel étourdi !") l’âge d’une de ses victimes, un jeune garçon prénommé Olivier.

    Même si "Le Consentement" cède sur sa fin à des facilités de langage journalistiques, même si le récit du dialogue avec Cioran sonne faux, il reste un livre hautement recommandable pour sa description tristement moderne du petit chaperon rouge mélancolique et esseulé se faisant immanquablement dévorer par le loup, grimé ici en grand écrivain français, dans le lit de grand-mère.

    Pendant que certains regardent ailleurs (médecins, policiers etc.) en feignant par idéologie de croire que la petite fille est autonome ou adulte, d’autres s’affairent à transformer son existence en "infortunes de la vertu" dignes du Marquis de Sade, se pressant de capturer la suppliciée juste libérée de l’étreinte de l’ogre précédent.


  • Que de tartufferies...

    Matzneff me dégoûte en partie ; j’en ai lu d’autres bien plus malsains encore. Une gamine de 15 ans, une collégienne, n’a rien à faire dans le lit d’un collectionneur de pucelles qui de toute façon l’utilise. Mais s’offusquer des frasques suranées d’un vieux sybarite désormais flétri, alors que les égouts pornographiques débordent et souillent tout, requiert une sacrée dose d’hypocrisie. Tout l’appareil de domination culturelle se bauge dans l’ordure, l’excrémentiel, l’étalage sexuel, le provo’ scato infantile, le tittytainment et le grand problème serait les amours défuntes de Matzneff d’il y a 30 ans, qui ressortent environ une fois tous les dix ans comme le monstre du Loch Ness. Quelle farce nous joue-t-on ?

    On dirait des maquerelles aux orifices usés qui prétendent à des vertus de carmélites.


  • Le tout est bien répugnant. Entre ce vieux bonhomme qui n’a rien à perdre, il est vieux avec peu d’années de vie en reste, donc il n’a rien de courageux et ne tient aucunement tête à qui que ce soit, il se croit dans son bon droit. C’est répugnant.
    On avait fait un reportage sur lui, il y a bien longtemps, on montrait une fille de 14 ans, (celle du livre ?) qui paraissait se satisfaire de la situation avec lui mais ça reste un comportement indigne venant d’un adulte.
    Évidemment tous les autres sont, pour le moment indemnes de tout ce tapage et pas poursuivi, eux, que dire des pires ces sataniste et autres horreurs...
    Je ne plaindrai pas ce type et je ne veux pas le dédouaner ou être complaisante. Cette ambiance immonde de pornographie généralisée, permanente, de pervertissement des enfants, c’est un tout et c’est insoutenable. Quant à dédouanner les ....p.... , non plus. Cette ambiance obscène et crasseuse est à vomir. La seule question c’est : pourquoi seulement ce vieux bonhomme poussièreux et en fin de vie ? On voit bien que les autres sont protégés, ce n’est pas une découverte. (quant à parler de "talent" pour ce bonhomme c’est une sinistre farce !).
    Donc à quand la suite ? À quand la fin du deux poids, deux mesures ? À quand la mise en avant des personnes saines et intègres ? Des gens propres au physique comme au moral et qui ont VRAIMENT du talent, eux ?


  • En effet, l’affaire Matzneff a bien les apparences d’une couverture médiatique suite au remue-méninges de l’affaire Epstein.

    On a l’a le déploiement d’une bien trop grande nasse pour un si petit poisson, qui en plus, paraît suicidaire tant il n’a rien fait pour rester discret... au contraire, est-ce le grisement de sa position de "bien-en-vue" médiatique, le sentiment d’impunité d’une époque passée dont il n’a pas percevoir la mutation profonde, la naïveté de croire en son carnet d’adresses, "passeport" d’impunité et de forfanterie intouchables (société de castes...) ?

    Quoi qu’il en soit, il aurait voulu organiser son accusation qu’il n’aurait pas pu mieux s’y prendre, tant il a laissé des traces d’"aveux" écrits et autres, persistant sur ses vilains penchants, "droit dans ses bottes".

    Dans quelle planète vivent ces bobos ? Sont-ils à ce point coupés du monde réel ? Poser la question c’est déjà un peu y répondre... Ces "peoples" qui sont manipulés pour faire l’opinion et que les médias placent dans leurs bulles, sont rendus incapables de comprendre l’ère dans laquelle nous entrons...

    En tout cas il en est un qui, à l’instar d’Andrew, sent le vent du boulet et tente de se prémunir en cherchant l’immunité communautaire à fond... même plus que ça, ça paraît impossible ! :

    « […] Le Prince de G__ a prononcé ce discours lors d’une réception célébrant la communauté juive […] : C’est un grand plaisir de vous accueillir ce soir à Buckingham Palace, à l’approche du festival de Hanouka, et de célébrer avec vous la contribution de notre communauté juive à la santé, la richesse et le bonheur du Royaume-U_. […]. »

    Ainsi, il fait l’éloge du lien « spécial et précieux » entre la communauté juive et la Cour__ ; The Jewish Chronicle, le 6 décembre 2019

    Eu égard au fléau civilisationnel que représentent certaines de "nos" élites, de leurs mentalités (issue du culte de Baal...), de leur décadence, de leurs réseaux (pédo-criminels, etc...), comme disait le populaire Coluche (paraphrasé) : ce mec est patibulaire mais presque !

    NB : Gitmo est archi-comble... qu’est-ce qu’on va bien pouvoir en faire ?


  • Quand j’ai vu le lynchage que subissait Matzneff je me suis dit que vu que c’était une connaissance de Soral il partageait peut être les mêmes idées politiques. En gros un type de la droite d’antan, celle que le pouvoir cherche à enterrer.


  • Est-ce que c’est Baphomet derrière lui, au mur ?

     

  • Alors comme cela, la mère de Vanessa, l’a emmené à un dîner chez Matzneff ?
    N’y aurait-il pas là matière à penser que la mère ait organisé et confié la défloraison de sa fille pour son plus grand bien à un ami sûr ?
    Et la mère n’était-elle pas une "alternative" pour le Minotaure entre deux éphèbes ?

    On ne peut pas nier que ce livre sort dans un timing synchrone comme le souligne l’excellent article supra. Le fait que l’auteure soit une professionnelle de l’édition est juste éloquent. Et si c’était une commande ?

    Enfin, il est remarquable que le Procureur à Paris Heitz (nommé par le Coucou-LGBT+ qui niche à l’Elysée), n’ait rien d’autre à faire que de se saisir spontanément d’une affaire déplacée de son contexte et a priori vénielle basée sur un livre et non sur des conclusions argumentées et/ou une plainte en bonne et dû forme ? Ca laisse perplexe !

     

    • Même et cela va sans dire qu’il ne s’agit pas d’exonerer Matzneff de quoi que ce soit et tout citoyen doit répondre de ses faits et écrits sans aussi préjuger des conclusions qui doivent en être retirées , ce qui laisse perplexe c’est le battage médiatique autour de ce livre .Exemple dès hier le moindre espace culturel d’un centre commercial de province était achalandé par cet ouvrage et en bonne place .Enfin qui connaissait avant cette affaire Matzneff , qui l’avait réellement lu ? A peine quelques milliers de personnes en tout (3000,4000) .Quand à Madame Springora elle était jusqu’alors parfaitement inconnue .Et voilà qu’on nous en rabat les oreilles matin ,midi ,soir sur toutes les chaînes .Etonnant ?
      Matzneff est devenu le parfait bouc émissaire , certes avec des raisons justifiées de sa part .Mais je parie qu’on n’ira pas plus loin .On ne saura jamais qui est cet ancien ministre dont parle Luc Ferry et Ferry n’en dira pas plus maintenant .


  • Eh bien qu’il les balance tous ! Il a 83 ans, dans l’oeil du cyclone... qu’il les balance tous ça le nettoiera un peu. Parce que si en plus il les protège.... c’est encore pire.
    Allez, au charbon, il est là le temps du sacrifice.


  • Porte-t-il habituellement un "Slip Français" ?


  • et pendant qu’on y est ...
    pourquoi pas balancer Mme la 1ère dame de France !
    qui en son temps a été une prof pédophile à sa manière !
    femme mariée et mère de famille qui a trompé tout son monde
    avec son élève de quinze ans et de vingt quatre ans son ainée
    à l’époque des faits !
    détournement de mineur avec abus sexuel sur mineur !
    dans le code pénal ...
    ca risque combien d’années de prison ?
    ce délit qui est de fait un crime
    toujours selon le code pénal en France !

     

  • Un des tubes planétaires de la fin des sixties a été Mellow Yellow de Donovan. Il y sussure "qu’il es fou de Saffrons, 14 ans..." et que, je cite "la banane électrique va être la prochaine phase".
    On pourra pas dire qu’on a pas été prévenu.
    Mais ce qui était la bluette mutine d’un baladin réveur est trop souvent devenu le martyr d’enfants. Les hopitaux psychiatriques regorgent de femmes détruites. Un truc qui leur colle encore au coeur et au corps. Ça faisait : "They call me mellow yellow..."


  • Selon Wikipedia, Vanessa Springora est née en 1972.

    Donc sa mère a forcément entendu deux chansons qui passaient en boucle sur les radios au tout début des années 1970 :
    - "Petite" de Léo Ferré (qui se termine par les paroles : reviens "quand sous ta robe il n’y aura plus le Code pénal") ;
    - "Il suffirait de presque rien" de Serge Reggiani. L’héroïne de la chanson a vingt ans, pas quatorze. mais le héros plus âgé est chevaleresque, il passe son chemin.

    La mère de Vanessa Springora n’avait sans doute pas ces chansons en tête lorsque sa fille a eu une quinzaine d’années. Sa fille a dit lors d’une interview à France Culture que sa mère avait la mentalité 68 "interdit d’interdire".
    Peut-être a-t-elle eu peur de perdre son boulot alors qu’elle travaillait dans l’édition et subvenait seule aux besoins de sa fille ?

    Cette triste histoire démontre aussi si besoin est le rôle indispensable des pères pour la protection et l’éducation de leurs enfants, notamment lors du passage difficile de l’adolescence. Transformer les pères en "papas-poules" lors des premiers mois après la naissance a peu à voir avec ce rôle irremplaçable des pères.

    Enfin il serait intéressant de récapituler les noms des personnalités qui ont protesté contre le fait que finalement aucun âge minimum du consentement sexuel n’ait été fixé dans la législation de 2018 (si j’ai bien compris), alors que des discussions avaient eu lieu pendant des mois pour savoir s’il faudrait fixer l’âge à 13 ou 15 ans).

     

    • #2356310

      La mère était absolument contre la relation de sa fille avec Matzneff. Mais la gamine a prévenu sa mère : "plutôt mourir" que de quitter son amant. Bref le suicide.
      Ça fait réfléchir. Surtout quand l’ado est une gamine de 14 ans qui n avait pas attentu Matzneff pour être instable nerveusement.
      Vanessa Springora dit ce qu elle veut bien dire...


  • Le pauvre ! L’Etat lui a versé 160 500 euros de subventions pour "auteur aux faibles revenus". (voir Le Parisien).
    La pédophilie (enfin celle-là) ne rapporte rien.
    Un grand écrivain qui n’arrive pas à vendre ses bouquins, doublé d’un pédophile si amoureux qu’aucune de ses très jeunes conquêtes ne pense à lui pour sa vieillesse.
    Triste n’est-ce pas ?

     

  • Il faut bien intégrer qu’en France en 2020, l’âge de consentement sexuel est de 15 ans et que la tendance n’est pas du tout à la hausse. Il est de 14 ans en Allemagne, en Autriche, en Italie, au Portugal. Il est de 13 ans au Japon, de 12 ans aux Philippines, de 11 ans au Nigéria.

     

  • Gabriel Matzneff est un auteur que je lis avec plaisir, pas tant pour ses histoires de jeunes fesses plutôt que pour le regard pétri de littérature (Antiquité romaine, philosophie et théologie) qu’il porte sur la futilité de l’existence. Il fut un temps avant les réseaux sociaux et les portables numériques où certaines lycéennes aimaient la poésie, les livres bien écrits et la philosophie à l’eau de rose. Pour cette raison, je garde d’ailleurs plutôt un bon souvenir de mes années de lycée. Gabriel Matzneff, fort de son aura d’auteur à succès, bon parleur était maître en matière de séduire cette population sur ce terrain romantique et littéraire. Son problème aura peut-être résidé dans le fait qu’il n’a pas su se renouveler et passer à autre chose, peu aidé il est vrai par ses succès érotiques à répétition dans lesquels il s’est oublié après le naufrage de son mariage. Pour oublier le mal, il a mené un galop d’enfer plein d’amours décomposés. Son erreur a été de se permettre de jouer un peu trop avec les limites. La prunelle de ses yeux, Vanessa, n’avait que 13 ans et demi au moment de leur rencontre. Aussi belle put-elle être, cela est ma foi trop jeune aux yeux de la loi. Encouragé par le climat permissif et son habitude des jeunes filles, Matzneff n’a pas su se restreindre et il en paie aujourd’hui le retour de balancier. Ce que je n’ai jamais compris chez Matzneff, c’est son incapacité à comprendre que ses très jeunes amantes puissent retourner leurs sentiments et abjurer leurs amours en prenant de l’âge. En alignant les conquêtes, cela me paraît normal que l’une ou l’autre d’entre elles finissent par le lui faire payer. D’autant plus qu’à leur décharge, quand on a été amoureuse passionnément de cet écrivain, cela ne doit pas être facile ni de le voir convoler avec sa prochaine conquête, ni de voir son nom enfermer à tout jamais dans des livres publiés dans de prestigieuses maisons d’édition. Matzneff a beau dire que quand on sort avec lui on sait à quoi s’en tenir, je pense cependant qu’il se trompe car une jeune femme de 14 ans ne possède pas encore l’expérience de la vie nécessaire à pouvoir comprendre les véritables implications de devenir un personnage public enfermé dans une oeuvre littéraire. Bref, Vanessa a payé cher ses amours avec le beau Gabriel et finit par réussir à le lui faire payer en retour. On ne pourra pas dire qu’il aura fait preuve d’une grande prudence à ce sujet. L’acharnement à son égard est malheureusement pétri de méchanceté.


  • Qu’une gamine de 14 ans soit attirée par un homme plus âgé c’est normal, à cet âge ingrat, on se tourne vers ce qui semble être du charisme, et la maturité est seduisante, moi-même je rêvais des acteurs qui devaient avoir 50 ans, ça ne voulait pas dire que je voulais avoir des relations sexuelles , c’etait du romantisme, et puis c’est flatteur que quelqu’un s’intéresse à vous, par contre le monsieur de 50 ans, lui, il sait de quoi il s’agit et , s’il est normalement constitué, il ne doit pas en profiter, c’est inacceptable un point c’est tout, surtout que cet individu allait beaucoup plus loin que ça ! Alors peu importe qu’il soit de gauche, de droite, il est de la pedophilie , et c’est incompatible avec des valeurs traditionnelles et patriarcales et la morale, c’est ainsi, ce type de gens deteste la morale, et moi je dis que la morale est la base de toute société , marre de trouver des excuses et de voir des complots et marre de chercher des poux aux victimes et aux predateurs, d’où qu’ils viennent !

     

    • @Athena,je suis tout à fait d’accord avec vous ! Il a été tout de même très protégé vu son âge avancé. Souvent dans les commentaires il y a une incompréhension,voir un dénigrement des femmes qui parlent des abus tard dans leur vie alors que c’est tout à fait normal.Et tous les hommes abusés dans leur enfance,car matzneff était aussi consommateur de garçons et qui oseront encore moins parler ! Miterrand aussi est protégé et d’autres...

      Je conseille le livre "l’enfant interdit" de Pierre Verdrager :

      "Qui se souvient que la pédophilie a été considérée comme une cause « juste » voici seulement une trentaine d’années ? Au nom de la libération des mœurs, de grands intellectuels, des éditeurs, des journaux renommés, à gauche, mais aussi à droite, des hétérosexuels comme des homosexuels, l’ont défendue avec passion. Certes, une telle position faisait débat : ce livre nous replonge dans les controverses de l’époque et passe à la loupe les arguments des différents protagonistes.
      Aujourd’hui, la pédophilie est quasi unanimement considérée comme une des pires choses qu’on puisse imaginer. Et celle-ci fait d’autant plus peur qu’elle est toujours plus envahissante : il n’est presque plus possible de consulter un média sans qu’il en soit question. Elle a colonisé aussi bien l’espace public que notre propre intériorité.
      Pourtant, les sciences sociales sont restées inexplicablement muettes sur ce problème alors même que se posent de nombreuses questions : comment certaines élites ont-elles tenté de légitimer la pédophilie dans les années 1970-80 ? Comment, en l’espace de quelques années, le pédophile est-il devenu un danger pour la société ? Pourquoi ce retournement a-t-il été aussi rapide que radical ? Ce sont ces énigmes, et quelques autres, que cet ouvrage tente de résoudre."


    • @lameute, une des explications les plus solides au petit mystère que vous soulevez est la suivante : chronologiquement tout est parti des USA (suivis de près par le Canada). C’est à mon avocat américain très senior (85 ans), ancien juge à Miami, que je dois cette explication facile à comprendre. Pour lui l’origine exacte de cette nouvelle exécration de la pédophilie est artificielle et due à une particularité propre aux pratiques judiciaires américaines.
      Il attribuait le départ de l’incendie à la naïveté des montages juridiques propres à l’Eglise Catholique des USA. Jusqu’à la fin des années 70, cette Eglise fonctionnait très bien ainsi. Malheureusement l’immense confrérie des avocats américains a commencé dans les années 80 à sentir l’épuisement de plusieurs filons de revenus habituels : les grandes "class actions lawsuits" qui avaient permis de soutirer beaucoup d’argent aux très puissantes et très riches sociétés industrielles des USA, ne rapportaient plus autant. Celles-ci avaient trouvé les parades juridiques permettant de stopper l’hémorragie. Les hôpitaux, les médecins et les assurances contre les accidents, devenaient aussi moins faciles à "plumer".
      C’est alors que l’Eglise Catholique est miraculeusement apparue dans le collimateur des avocats affamés, comme juxtaposition de riches diocèses, pourvus chacun de gros budgets alimentés par des caisses bien remplies par les fidèles. Ceci n’était pas vrai pour les innombrables églises protestantes, n’ayant pas individuellement la masse critique permettant d’envisager un hold-up lucratif. Les Protestants sont nombreux aux USA mais trop atomisés juridiquement et donc économiquement. Idem pour les Synagogues, toutes indépendantes. Les avocats (aux USA 30% sont juifs ) ont alors proposé aux quelques "victimes" catholiques d’actes pédophile le marché suivant : vous ne payez RIEN, et nous prenons tous les frais de montage et d’enquête à notre charge, même si ça dure des années. En échange 50% des indemnités gagnées, s’il y en a, seront pour nous. C’est ainsi que de 1980 à 2012, environ 3 milliards de dollars ont été soutirés aux catholiques, rien qu’aux USA. Mon avocat (il était agnostique), disait en riant : vous ne trouvez pas curieux que les Enfants de Coeur mexicains soient si laids que personne de l’Eglise catholique mexicaine ne s’intéresse à eux. Idem aux Philippines. De nos jours les catholiques se sont organisés et c’est au tour des universités US (500 millions pour celle du Michigan en 2019) de payer.


    • Dans toutes les sociétés traditionnelles, il est normal qu’une personne en condition physique de procréer fasse ce qu’il faut pour le faire et exclusivement dans le cadre du mariage, c’est-à-dire dans le cadre d’un projet de vie censé amener une certaine sécurité.

      La séduction (ou la drague qui n’est pas un projet viable non plus entre adultes consentents) n’a absolument pas sa place dans une société traditionnelle. C’est évidemment un acte irresponsable et il n’y a que dans le monde moderne qu’on puisse s’enorgueillir de "consommer" de jeunes personnes qui ne savent pas ce qu’elles font.

      Et même dans les sociétés les plus permissives, il y a des limites : Socrates en a fait les frais !


    • @ pjmml

      Completement dingue...illustration saisissante du pourquoi de la nécessité du religieux.


    • @ PMJLL, Le sociologue auteur du livre que je cite précédemment explique une chose intéressante : lors de cette période de libération à tout va,il y avait une branche des gays qui faisaient eux aussi l’apologie de la libre sexualité entre adulte et enfants ;Or avec l’arrivée du SIDA,les gays ont changé leur fusil d’épaule si je puis dire et ont recentré leurs revendications vers la conjugalité d’où le PACS,le mariage pour tous etc.Je ne dis pas que les homos sont tous pédophiles en puissance mais il y avait une mouvance gay pro-pédophile. D’ailleurs l’organisation mondiale gay ne s’est séparé d’eux qu’en 1994...


  • Il ne me déplairait pas que cette vieille ordure précieuse aille en tôle et s’y fasse violer brutalement par un Congolais monté comme un bourricot : oeuil pour oeuil, cul pour cul . Sa Suffisance en prendrait un sacré coup .


  • Mais bon c’est pas grave ca restera un bon écrivain...
    La France a déjà son lot de salopards,d’ordures à la plume talentueuse.
    .
    D’autres sont appréciés ici
    Matzeneff n’étant ni le pire ni le plus talentueux


  • Vanessa Springora écrit dans son livre d’après les médias ""À 14 ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposé vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l’heure du goûter"

    Cette phrase est de la manipulation.
    A 14 ans on est pas une petite fille de 5 qui prend des "gouters".
    Une femme est déjà en général totalement physiquement une femme à 14 ans.
    Cela fait un certain temps qu’elle peut avoir des enfants et qu’elle a fini son developpement.Son developpement physique et manifestement intellectuel en lisant sa lettre sont achevés.Elle était d’ailleurs probablement plus intelligente à 15 ans qu’aujourd’hui.

    Elle ne connait pas manifestement la vie des jeunes filles de 14 ans aujourd’hui.
    Beaucoup de jeunes filles ont des relations sexuelles dès 12 ans.Avec des petits caids souvent racailles de leur collège qui sont parfois majeurs et qui ont été elevés au gonzo.Je ne crois pas que ce soit pire pour une fille de 14 ans d’aimer,d’après sa lettre elle l’aimait,un écrivain cultivé et amoureux d’elle de 50 ans plutôt qu’une racaille totalement stupide violent et qui ne respecte rien.

    Après en tant que parent on ne souhaite ni l’un ni l’autre.Et si on est un homme adulte equilibré on ne fréquente pas de mineurs dans le monde actuel.Mais trouver belle et attirante une jeune fille de 15 ans n’a rien d’incroyable ni de pédophile en soit.C’est le monde actuel qui est castrateur avec les hommes et hypocrite qui définit cela.A 18 ans cela ne choque personne que des gamines souvent pas plus matures qu’à 15,tournent dans des pornos immondes et se prostituent devant la planête entière en video sans que ces vidéos ne puissent être supprimées.

    On note au passage que le niveau global intellectuel a chuté de manière extrème en quelques décennies en lisant la lettre.

    Ce n’est pas bien de coucher avec des mineurs quand on est majeur.Parceque il vaut mieux une relation plus équilibré et parceque cela met en difficulté les parents.Mais dans une relation ce qui compte vraiment c’est quel type de relation est noué,le respect ou non l’amour ou non.Et ca ce n’est pas lié à l’age.Matzneff est probablement moins pervert et moins hypocrite que la société d’aujourd’hui et ceux qui le lynchent.


Commentaires suivants