Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Allemagne-Grèce : petite leçon de démocratie en zone euro

Les places européennes ont subi lundi leur plus lourde correction depuis le 15 octobre 2014, tétanisées par le resurgissement de la menace d’un "Grexit" (ou sortie de la Grèce de la Zone euro).

Cela a fait la une suite aux pseudo-indiscrétions publiées par le magazine Der Spiegel, l’un des médias plus influents en Allemagne, concernant des propos tenus "en off" par Angela Merkel.

La chancelière aurait déclaré que les Grecs sont libres de voter pour qui ils veulent — y compris pour un parti qui souhaite conduire Athènes vers un défaut ou une sortie de l’euro — et surtout… elle aurait affirmé qu’une sortie "serait gérable".

Le gouvernement allemand n’a que mollement démenti ces assertions… alors Bruxelles a donné de la voix et nous assène une édifiante leçon de démocratie : l’adhésion à l’Eurozone c’est pour toujours, aucune marche arrière possible… C’est irrévocable !

Une telle affirmation n’engage que les citoyens qui se laissent impressionner par les "plus hautes autorités" — en l’occurrence, des commissaires qui ne tirent leur légitimité d’aucun suffrage populaire (ils ne s’élisent qu’entre eux, avec l’assentiment du Parlement européen et des gouvernements) mais qui s’arrogent le privilège de dire le droit.

Le sujet a été intensément débattu lundi soir sur BFM Business, dans l’émission d’Edwige Chevrillon. J’ai retenu en particulier les commentaires de Christian de Boissieu, vice-président du Cercle des Economistes, ex-membre de la commission Attali, professeur au Collège d’Europe à Bruges.

Selon lui, l’argument juridique de l’irrévocabilité sur lequel s’appuie le communiqué de la Commission de Bruxelles est vide de sens. En effet, une sortie, même si elle n’est pas prévue expressément à l’entrée dans l’Eurozone, fait partie du champ des possibles.

Creusons un peu le sujet et appuyons-nous — toute la Commission se targue de le faire — sur des éléments de droit très concret.

Lire la suite de l’article sur la-chronique-agora.com

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les interprétations vont bon train. Celle-ci est différente de celle publiée par "les-crises.fr". L’une dans l’autre, on s’en fiche un peu dans le sens où tout ce bazar est non-viable, où la Grèce dedans ou la Grèce dehors, c’est kif-kif faillite. Faudra payer de gré ou de force, choisissez votre technique !
    Comme le dit Charles Sannat, il est déjà trop tard. Il est l’or…Il est huit or moins une.


  • Les Grecs sont les maquereaux de l’Europe et ils ne sortiront jamais de l’Euro, où iraient-ils ces bons à rien ? Vous connaissez beaucoup de macs qui congédient leurs gagneuses ?... Et leurs gagneuses, c’est nous, les cons qui paient leurs impôts à leur place !...


  • Angela Merkel n’est que la petite télégraphiste de Rothshild, Goldman Sachs et de l’empire transatlantico-sioniste.


  • l’Allemagne qui a bénéficié en 1953 d’une annulation de 63% de sa dette ne manque pas d’air !
    Le cynisme capitaliste n’a pas froid aux yeux.