Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Derniers florilèges du scandale de la buprénorphine à haut dosage (BHD)

Plus de 300 000 sujets, en France, sont affectés d’une dépendance aux opiacés et opioïdes (tramadol, codéine, morphine, oxycodone, fentanyl, héroïne). D’aucuns le sont devenus au détour de prescriptions d’analgésiques puissants, à fortes doses, sur des durées plus ou moins longues. D’autres, très majoritairement, le sont devenus par une ascension « récréative » de l’échelle des toxicomanies (tabac, alcool, cannabis, ecstasy, cocaïne, buprénorphine, oxycodone, morphine, méthadone, héroïne). Un de ses échelons est celui de la buprénorphine à haut dosage (BHD, le Subutex™) et ses comprimés sublinguaux. Elle était destinée à faire rompre les héroïnomanes avec l’injection intraveineuse (IV) de leur drogue. Cette injection les ancre dans leur toxicomanie par l’effet « shoot », associé à la variation très rapide de la stimulation des récepteurs cérébraux des substances endogènes que sont les endorphines ; stimulation flash produite par l’injection IV de substances morphiniques.

 

La BHD, administrée par voie sublinguale, occupe durablement ces récepteurs ; elle s’oppose ainsi à la stimulation subite que produirait l’injection IV d’un morphinique. C’est pour cette indication que la BHD a été autorisée en France, il y a une quinzaine d’années. Elle est prescrite par des médecins généralistes qui auraient dû recevoir une formation spécifique autre que celle dispensée par les déléguées médicales des laboratoires qui la commercialisent.

La suite (qui paraît ignorée des médias), ce sont plus de 100 000 « bénéficiaires » de ce Subutex™/BHD, prescrit souvent à la plus haute dose autorisée (24 mg/jour), avec une forte proportion d’entre eux qui se l’injectent, aux frais de notre Sécurité sociale, à la place de leur coûteuse héroïne, avec les mêmes risques de transmission du SIDA, des hépatites B et C… qui justifiaient son autorisation de mise sur le marché.

L’argument récurrent de la « réduction des risques » en fait naître de plus grands que ceux qu’elle prétendait réduire. Un même « bénéficiaire » se fait prescrire de la BHD par plusieurs médecins, puis il se fait délivrer ces ordonnances par des pharmaciens différents ; la revente du stock constitué lui permet d’acquérir sa chère héroïne pour se l’injecter. Il effectue cette revente à de jeunes toxicophiles, les faisant accéder aux morphiniques. Ces derniers en usent et bientôt en abusent par voie sublinguale, puis ils passent à la voie IV après mise en solution de la glossette, puis ils arriveront à l’héroïne.

Cependant, l’important résidu de la matrice galénique du Subutex™ restreint le volume du surnageant pouvant être injecté. Cette restriction du détournement vient d’être surmontée par la commercialisation d’un lyoc (comprimé à dissolution complète et instantanée sur la langue) de buprénorphine à haut dosage. Il s’agit de l’Orobupré™, du laboratoire français Ethypharm. Ces lyocs peuvent être dissous dans l’eau en vue de leur injection, ne laissant pas le moindre résidu insoluble.

La responsabilité de son autorisation de mise sur le marché incombe à l’Agence nationale de sécurité du médicament – ANSM – qui, ayant instruit le dossier, a recommandé au ministre de la Santé d’autoriser sa mise sur le marché (AMM) ; c’est le ministre qui a signé cette autorisation. La Haute Autorité de santé (HAS), impliquée, a émis un avis dans lequel elle considère qu’Orobupré™ n’apporte pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport au Subutex™ ; elle propose, de ce fait, un remboursement à 30 % seulement. La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) ne peut pas ne pas avoir été associée à cette décision.

Cette chaîne de responsables ne justifie pas les frais de leurs appointements assurés par la collectivité, pour lutter contre les drogues, puisqu’elle se transforme en accompagnement et même en incitation. La MILDECA (plan d’action 2018-2022) a même anticipé l’accroissement du nombre de « salles de shoots pour toxicomanes » alors que l’évaluation de leur pertinence (qui demeure très contestée) ne devait intervenir que six ans après leur mise en œuvre. La précédente présidente de la MILDECA (Mme Jourdain–Menninger) se déclarait favorable à la commercialisation d’une forme injectable de BHD. Patience… Le laboratoire Ethypharm (encore lui) s’y prépare.

Qu’une part de l’impôt (jugé confiscatoire par nombre de ses assujettis) soit utilisée non pour lutter mais pour faciliter les toxicomanies est insupportable !

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Qu’une part de l’impôt (jugé confiscatoire par nombre de ses assujettis) soit utilisée non pour lutter mais pour faciliter les toxicomanies est insupportable !

    il semble que ce soit une derive de la medecine moderne : on ne cherche plus a guerir mais a "contenir" la maladie...Le but n’est plus un patient sans maladie et sans medicament mais un patient sous medicament a vie pour contenir les symptomes...
    pour maintenir le malade sous dependance ?

     

  • Chose a savoir c’est que le subutex les toxicomanes le prennent en injection aussi plus d’effet ....

     

  • Qu’est-ce qu’on attend pour créer une ANSMP(opulaire) gérée par des particuliers compétents qui émettent des avis positifs ou négatifs sur les médicaments qui sortent.
    Quand les gens jugeront les avis des 2 ANSM, ils feront vite le choix de savoir ce qui est le plus pertinent.
    C’est clair que si on ne fait que critiquer sans proposer, alors on n’en sortira jamais.
    Et même la dénonciation (comme ici) de ces pratiques mafieuses est inefficace car les gens n’ont pas d’autres sons de cloches à opposer aux éternels moutons abrutis diplômés.


  • Mon frère,décédé en 2015 à 46 ans,en consommait depuis 15 ans.
    Son seul but de la journée était de trouver un médecin pour avoir une ordonnance,ou bien il les achetait à des revendeurs dans la rue.
    Pris en charge par la psychiatrie à l’adolescence qui l’a classé schizophrène ;il est devenu accro aux benzodiazépines,anti-dépresseurs et autres.
    Un centre pour toxicomane lui donnait même de la méthadone,alors qu’il n’a jamais consommé d’héroïne.


  • BHD, BHL, ils commencent tous à nous les casser grave...

     

  • Moi dans le Gers on est accro à l’Armagnac , rillettes et au saucisson
    Mais c’est pas remboursé par la sécu
    Même en intraveineuse ,en plus en intraveineuse le saucisson faut bien le dissoudre, sinon dans l’aiguille ça passe pas, même si c’est mélangé avec de l’Armagnac, mais avec la graisse des rillettes tu peux toujours essayer
    Désolé de vous avoir emmerdé avec mes addictions
    Mais ça serait bien d’avoir des ordonnances remboursées par la sécu pour aller chez mon charcutier
    Comme c’est pas le cas j’ai des cochons chez moi ,pour ma conso personnelle
    Bon c’est vrai je deale un peu, de boudin de temps en temps, pour arrondir les fins de mois

     

  • Le gouvernement gagnerait de l’argent sur le dos des toxicos avec l’aide des laboratoires complices, ça se saurait.

     

    • Avec des cartes vitales , et des ordonnances ,des quantités énorme , partent au Maghreb Afrique , pour le traffic
      Tout ça a un coup pour la sécurité sociale française
      Et il n’y a pas que le subutex, il y’a aussi les opioïdes, les antidouleurs , les benzos, les morphiniques, etc....
      Les traffic de cartes vitales, de fausses domiciliation, d’AME, d’assurance maladie sont un coup prohibitif pour notre économie, ça se compte en milliards


  • Bien sur tout ca c’est la faute de ces cons de medecins et de ces cons de labo qui fourniraient au frais de la collectivite ces cons de drogues
    prenez les clefs du camion et on verra...
    il n’y a rien a faire .La drogue n’est pas un probleme medical et le traitement encore moins.C’est un probleme de choix de societe et parfois de selection naturelle..


  • Combien pour la dépendance à l’alcool ?


  • Pendant un temps je me faisais de gros shoot de codeine a l’époque ou c’était en vente libre. Devenu esclave c’était tous les jours, souvent plus de la dose max (500mg).

    Puis on m’a prescrit du subutex que je prend en sublinguale... aucun effet opiacé ressenti avec l’habitude, diminution très lente et très progressive (commencé a 12mg la je suis a 6).

    Bref ce médicament marche bien si on le détourne pas... néanmoins la mise sur le marché d’une variante du subutex plus facilement injectable est suspecte vraiment... pour le moment, celui qui s’injecte du subutex s’expose vite a de gros problèmes dans les membres...

    Mais pourquoi veulent-ils faciliter l’injection ? :/

     

    • #2357046

      Le mieux pour toi et d’envisager l’arrêt le plus rapide
      Partir en campagne , travail ,loin de tout c’est l’oisiveté le pire
      Tu devrais voir le woofing il y a de très bons lien paysans , et de très bons réseaux
      Te couper de ta vie passée, la toxicomanie est présente dans tous les coins de ta vie
      Il te faut faire une coupe franche, même avec tes connaissances, reprendre ta vie a zéro, comme une renaissance
      Tout est possible camarade
      Force et honneur
      Je prie pour toi et ta réussite


    • Oulala je serais bien incapable de faire ça... niveau debrouillardise je suis déjà bien loin en dessous du niveau 0 tu sais...

      Partir loin et recommencer de 0 je n’en suis pas capable, je serais juste dans une autre ville échoué comme un sdf bref...

      En tout cas jme suis débarrassé des addictions les plus lourdes (l’alcool aussi et la fumette) et j’essaye de diminuer peu a peu les autres, c’est déjà pas mal. En tout cas merci de ta réponse :)


    • #2357200

      @Adeon
      Non si tu as arrêter des drogues, tu es plus fort que tu ne crois
      N’écoute pas les autres, te dire ce que tu es
      Commence déjà par partir un mois en campagne ,marcher au grand air, dans les bois
      La nature te ressourcera
      Soit fou, la folie est aussi une drogue, si tu as arrêter une addiction , tu peux plus de choses que tu ne crois
      Commence par la marche
      Fais des stages en campagne les plantes, botanique, champignons, tu verras ça va t’aider
      Crois moi l’ami
      Cordialement


    • Merci de prendre le temps de me conseiller et je suis sûr que ce que tu dis serait aidant, mais je t’assure, je suis pieds et points liés dans ma ville par des obligations, mon travail, ma mère, les rdv psys... bref c’est pas si simple.

      Mais déjà au lieu de rester dans ma chambre les jours libres et week end, je pourrais aller me promener dans les bois des montagnes juste a côté ça serait deja ça. :)

      Ps je n’ai aucune connaissance ni lié a la drogue ni tout court.


    • #2357956

      @Adeon
      Permis de chasse, carte de pêche, cueillette de champignons, randonnée le weekend, stage permaculture, c’est pas les trucs simples et peu cher qui sont a ta disposition
      Bosser dans une AMAP une ferme solidaire
      Un stage en apiculture ,fonce camarade , t’es sûr E&R ,tu décroches des addictions , t’es sur la bonne pente
      Passe voir dans une église et brûle un cierge
      Que NSJC te bénisse


    • #2358025

      @Adeon
      Ta vie ne fait que commencer
      C’est une nouvelle page que tu écris
      Ça va pas être facile tu vas parfois trébucher risquer de tomber, mais ça sera gratifiant et une fierté dans quelques années
      Force et honneur camarade


  • Sans compter que le subutex fait l’objet d’un trafic international. Certains pays le classent dans la catégorie drogue et de jeunes français font les mules et pourrissent en prison à l’étranger.


  • #2358416
    le 07/01/2020 par L’articulation du mensonge et de la supercherie
    Derniers florilèges du scandale de la buprénorphine à haut dosage (...)

    Le subutex, le captagon, le shit, la coke, les antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères, ecxtasis, morphiniques, opioïdes , que l’on vienne pas nous dire que c’est pour notre bien ces milliards de milliards que ça rapporte !!
    Et comment ce fait-il que partout même dans les endroits les plus paumés, et les plus pauvres on en trouve
    Il y a une complicité des gouvernants et de la finance apatride ainsi qu’une association Kartel Pouvoir Banque

     

    • Un peuple qui se défonce , qui jouit , qui mate du porno, qui consomme les soldes ,la mode, le sexe, qui se divertit devant la télé, en boîte de nuit, qui s’évade dans le bitchdrinking, la dope, les putes, qui vit sa vie par procuration dans les réseaux sociaux, le cinéma, un peuple qui se croît subversif, dans l’homosexualité, le chemsex, ne cherche plus a ce libérer de ceux qui l’ont asservie par ces outils de domination
      On asservit les peuples plus facilement avec du porno qu’avec des miradors et des barbelés
      Alexandre Soljenitsyne


Commentaires suivants