Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Diesel, la fin et les moyens

Par Anne Lucken

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

La France a enfin décidé de s’occuper du problème du diesel. Bonne nouvelle. J’entends les cris mais je le répète : bonne nouvelle. C’est qu’il ne faut pas confondre la fin et les moyens, et il n’est pas question ici de plébisciter le gouvernement lorsqu’il projette d’« équilibrer ses comptes », c’est-à-dire de payer aux banques les intérêts d’une dette dont il a lui-même créé les conditions d’existence, en se servant sur les pauvres moutons qui ne peuvent s’échapper et qui sont déjà les grands perdants d’un système mis en place au fil des ans par l’État lui-même.

Une explication d’abord :

Le diesel est l’un des produit du raffinage du pétrole. À la sortie d’une raffinerie, on trouve des carburants pour le transport (essence, gazole, kérosène) mais aussi différents gaz, du mazout, du coke, de l’asphalte, de la paraffine, etc. Le gazole est aussi nommé gas-oil ou diesel, du nom de l’inventeur du moteur fonctionnant au gazole, Rudolf Diesel.

Des chiffres ensuite :

En France, la consommation par an de diesel c’est environ 39 milliards de litres contre 12 milliards de litres pour l’essence, ce qui place la France très loin devant la plupart des autres pays.

À la sortie de la raffinerie, le diesel coûte plus cher que l’essence. Et à l’achat, une voiture diesel peut coûter jusqu’à 20 % plus cher qu’une voiture essence. Bien que le rendement d’un moteur diesel soit supérieur à celui d’une voiture essence, et qu’un moteur diesel soit plus solide qu’un moteur essence, sur un marché automobile où le turnover est plus rapide que la vie moyenne des moteurs quels qu’ils soient – le véhicule aura des pannes provenant d’autres pièces avant la mort du moteur – l’avantage économique pour le particulier à investir dans une voiture roulant au diesel n’a rien de naturel. Pourtant, le parc automobile diesel en France, c’était 5 % en 1980 et 60 % en 2012. Pourcentage qui va en augmentant puisque aujourd’hui 70 % des nouvelles immatriculations concernent des véhicules diesel.

Par ailleurs, les sociétés de raffinage n’ont aucun intérêt à vendre plus de diesel que d’essence, pour une raison très simple : tous deux sont issus du même baril de pétrole, et en moyenne, ce baril va donner 20 % d’essence et 30 % de diesel. Puisque la France consomme environ 3,5 fois plus de diesel (39 milliards de litres) que d’essence (12 milliards de litres), les raffineries françaises vont devoir exporter leur production excédentaire d’essence, alors que l’on va par ailleurs devoir importer environ le tiers des besoins en gazole. Ce déséquilibre entre production et consommation intérieure va affecter la balance commerciale de la France, qui affichera en 2010 un déficit commercial de 9 milliards d’euros pour le gazole.

De plus, importer du pétrole brut pour le traiter en France, puis réexporter de l’essence raffinée et importer du gazole pour satisfaire à la demande intérieure, a contribué à la décision des raffineries de s’installer au plus près des sources de pétrole brut pour éviter ce va-et-vient inutile. Et donc à fermer les sites de raffinage français avec ce que cela veut dire en terme de perte d’emploi et de savoir-faire locaux.

D’autres chiffres enfin :

Le diesel, c’est moins de CO2 que l’essence, mais c’est aussi 50 fois plus de particules fines et la presque totalité des oxydes d’azote (NOX) libérés par la combustion des moteurs, car les pots catalytiques montés sur les voitures fonctionnant au gazole ne peuvent pas, pour des raisons techniques, éliminer les oxydes d’azote.

Aujourd’hui, la plupart des voitures diesel neuves sont équipées de filtres qui retiennent les plus grosses particules, mais les plus fines, celle qui pourront se loger le plus profondément dans le système respiratoire, ne le sont pas. Et elles sont responsables d’allergies, d’asthme, de bronchites chroniques, de problèmes cardio-vasculaires, etc. Elles sont également classées parmi les cancérogènes par l’OMS, induisant en particulier des cancers du poumon et de la vessie.

En Île-de-France, en 2011, Airparif a estimé qu’environ 3 millions de Franciliens étaient potentiellement exposés à des niveaux de pollution qui ne respectaient pas la réglementation, en particulier pour le dioxyde d’azote (NO2) et pour les particules fines.

En 2005, une étude réalisée dans le cadre du programme CAFE (Clean Air for Europe) estimait à près de 42 000 par an les décès en France à imputer aux particules fines. Lorsqu’on compare ce chiffre à celui des 4 000 morts par an dus aux accidents de la route, on réalise l’ampleur du problème. Mais autant il est facile de compter les morts par accident, autant il est difficile de le faire pour des morts « par statistique ». Ce sont des morts sans bruit et sans visages, et parce qu’il est difficile de les compter, ils ne comptent pas.

Pourquoi et comment en est-on donc arrivé là ?

Cette situation n’est pas le fait d’une contrainte technologique ou même économique : elle est le résultat de décisions politiques suivies d’une incapacité à prévoir les différentes conséquences de ces choix et d’un aveuglement, hélas récurrent ! aux problèmes de santé publique.

Après la guerre, seuls les camions et les tracteurs sont équipés d’un moteur diesel. Pour soutenir ces professionnels, le gouvernement détaxe le diesel. Dans les années 60, la France fait le choix du nucléaire, et petit à petit - parce que ça permet d’asseoir l’indépendance énergétique de la France, mais aussi parce qu’équiper une maison en radiateurs électriques, plutôt que d’un système de chauffage central complexe, permet de baisser le coût de la construction - la part du fioul domestique (qui fait partie de la même fraction de distillation du pétrole que le gazole) recule. Il fallait donc augmenter la part de véhicules roulant au diesel pour compenser la diminution de ce débouché pour la fraction fioul/gazole des raffineries françaises. On a alors incité l’industrie automobile à investir dans le moteur diesel en même temps que l’on conservait l’avantage fiscal du diesel pour tous les véhicules, y compris non professionnels. Aujourd’hui, cet avantage fiscal est d’environ 18 ct., la taxe pour l’essence étant de 60 ct./litre, celle du diesel de 42 ct./litre.

Loin de ne faire que compenser la perte de débouché pour la fraction gazole/fioul de la distillation du pétrole, ces diverses incitations ont projeté la France en tête du classement des pays les plus équipés en moteurs diesel, l’obligeant depuis plusieurs années à en importer pour satisfaire ses besoins. Gouverner, c’est prévoir, et il était facile de prévoir à quel moment le déséquilibre allait se faire. Mais nos gouvernements successifs n’ont rien vu venir, à tel point que, obnubilés par le CO2 et poussés par le nouveau marché de la taxe carbone, ils ont accordé aux voitures diesel des bonus écologiques qu’ils refusaient aux voitures à essence de puissance comparable. Ces bonus – pris dans la poche du contribuable puisque l’argent de l’État ne peut venir que de là – ont donc participé au déficit commercial de la France, à la délocalisation de l’industrie du raffinage, à l’empoisonnement de la population avec ce que cela veut dire en terme de souffrance humaine et de déficit des comptes sociaux.

Aujourd’hui, la Cour des comptes évalue la perte de recette fiscale à 6,9 milliards en 2011. Elle recommande donc « d’appliquer les engagement de la loi dite Grenelle 1 » sur les avantages fiscaux dont bénéficie le gazole. C’est-à-dire, d’augmenter la taxe sur le diesel, de 42 à 60 ct., surcoût que devra payer sans échappatoire possible – puisque le prix de la voiture diesel sur le marché de l’occasion se sera effondré – l’acheteur confiant à qui l’on avait vanté le retour rapide de la plus-value sur le prix à l’achat des voitures diesel.

Que la décision finale aille dans le sens d’une hausse de la taxe sur le diesel ou vers une quelconque prime à la casse sur les véhicules diesel, comme toujours ce sera aux contribuables de payer. Contribuables qui ont déjà payé de leur poche les « bonus écologiques » bien mal nommés, le déséquilibre commercial, les Assedic pour ceux qui ont perdu leurs emplois délocalisés, la Sécu pour les asthmatiques et les cancéreux, et de leur vie pour ceux qui sont maintenant au fond du trou.

Alors oui, le gouvernement a enfin décidé de s’occuper des problèmes dus au diesel, et c’est une bonne nouvelle. Mais cette décision n’est que le reflet des contraintes de l’UE, et il est malheureux de constater – une fois de plus ! – que ceux qui nous gouvernent n’ont pas eu d’eux-mêmes, et ce depuis longtemps, le souci de préserver la santé des Français, alors même que les intérêts purement économiques de la France allaient dans le même sens. En prenant conscience de cette gabegie, on ne peut qu’éprouver rage et amertume devant l’incurie de nos dirigeants, jamais responsables de rien, et qui ne savent que faire payer au peuple qu’ils méprisent le prix de leurs choix absurdes et parfois criminels.

Sur les menaces que les décisions politiques font peser sur notre santé, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #347207
    le 04/03/2013 par Talion
    Diesel, la fin et les moyens

    Une question qui me taraude l’esprit depuis un bon moment : existe-t’il un moteur de voiture pouvant fonctionner au choix avec de l’essence ou avec du diesel ?...

    Ce type d’engin permettrait une flexibilité d’utilisation appréciable face à un environnement fiscal relativement instable comme celui d’aujourd’hui.

     

    • #347251
      le 04/03/2013 par Xavier
      Diesel, la fin et les moyens

      Les moteurs essence et diesel ont des cycles thermodynamiques complètement différents. Il n’est sans-doute pas possible d’en faire un moteur hybride.


    • #347254
      le 04/03/2013 par lauburu
      Diesel, la fin et les moyens

      Non . Dans le moteur à essence le mélange s’enflamme grace à l’étincelle d’une bougie, dans celui à gazole c’est la compression qui enflamme le mélange .


    • #347309
      le 04/03/2013 par Onegodonemessage
      Diesel, la fin et les moyens

      Non impossible c’est pas du tout le même principe, technologiquement ce sont deux machines très différentes un moteur essence et un moteur diesel, l’essence tourne beaucoup plus vite qu’un moteur mazout,et il n’y a pas d’allumage classique sur un moteur diesel (bougies/delco...), la compression dans les cylindres est également très différente, ce qui implique batterie et démarreur plus puissant... tout cela implique une mécanique dans le moteur et autour des accessoires périphériques très différent...

      Par contre les moteur essence marchent facilement au bio carburant E85, alcool...

      En gros le diesel ça pue, ça coûte plus chère, c’est plus compliqué, c’est moins fiable et c’est plus lourd...
      Le seul avantage c’est la fiscalité du carburant et la longévité car le moteur tourne moins vite donc s’use moins vite.


    • #347327
      le 04/03/2013 par GregMTHZ
      Diesel, la fin et les moyens

      Il a existé (et existe encore sur des machines industrielles) un moteur fonctionnant avec n’importe quelle énergie : le moteur Stirling. Pour fonctionner, ce moteur a besoin d’une différence de température entre deux points, le point froid étant généralement refroidi par l’air ambiant, le point chaud étant porté à température par... n’importe quoi qui chauffe : du pétrole, du bois, le soleil... Là où c’est encore plus intéressant pour des débouchés industriels, c’est que le procédé est réversible : en faisant tourner manuellement le moteur (à la main, avec une hélice, un moteur électrique...), il se met à faire du chaud d’un coté et du froid de l’autre. D’où son application dans le froid industriel : chambre froide, climatisation...

      Le principe de ce moteur date du début du 19ème siècle, et il a été amélioré par la suite avant de disparaitre brutalement dans les années 70. Philips avait énormément travaillé sur ce moteur, et produisait notamment des groupes électrogènes. Tout a basculé lorsqu’il a été question de le monter sur une voiture : rapidement, tout est abandonné et oublié. Officiellement, on dira que c’est parce que ce moteur ne peut pas accélérer et ralentir rapidement, sous l’impulsion d’une poignée ou d’une pédale d’accélérateur. Et qu’avec l’avènement de l’électronique à transistor, on n’aura plus besoin de groupes électrogènes car les appareils fonctionneront sur piles. Mais à mon avis, le fait que ce moteur fonctionne avec n’importe quelle source de chaleur devait poser un problème pour la taxation des carburants, qui a surement été décisif. Du moins, je suppose, mais ça me semble un petit peu plausible quand même...

      Et quand bien même il ne s’agirait que d’un problème technique : le moteur ne peut pas accélérer et ralentir à la demande, il ne peut donc s’employer correctement que dans un groupe électrogène ; eh bien justement, les voitures hybrides type Toyota Prius ne sont que des voitures électrique avec un groupe électrogène embarqué pour recharger les batteries ! On fait cela pour que le moteur thermique ne fonctionne qu’à son rendement optimum, et justement, à ce niveau, les moteurs Stirling ont un rendement réel de 40%, près du double de nos moteurs à 4 temps...

      Renseignez-vous un peu, ce moteur est autrement plus intéressant que les élucubrations de Pantone et autres énergies libres...


    • #347492
      le 04/03/2013 par Talion
      Diesel, la fin et les moyens

      Merci pour toutes vos réponses les mecs.


    • #350304
      le 06/03/2013 par MG 42
      Diesel, la fin et les moyens

      Une question qui me taraude l’esprit depuis un bon moment : existe-t’il un moteur de voiture pouvant fonctionner au choix avec de l’essence ou avec du diesel ?...

      Ce type d’engin permettrait une flexibilité d’utilisation appréciable face à un environnement fiscal relativement instable comme celui d’aujourd’hui.



      ca existe depuis longtemps :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur...

      les russes en ont tiré la leçon de la pénurie de carburant en allemagne en 44 qui paralysait tout : le moteur stirling peut tourner a n’importe quoi qui chauffe : essense, diesel, huile végétale, bois....



      En raison de sa capacité polycarburant il a été testé avec succès par l’URSS sur quelques prototype de chars lourds dont "l’objet 167" avant d’être abandonné pour des raisons d’ordre politique autant qu’économique, lors du passage à l’économie de marché à la chute du bloc soviétique.



  • #347237
    le 04/03/2013 par Jeff
    Diesel, la fin et les moyens

    "Alors oui, le gouvernement a enfin décidé de s’occuper des problèmes dus au diesel"

    Non, il a décidé de racketter là où il y une manne financière encore prometteuse. Il n’y a aucune considération écologique. Un jour, j’ai dis à un proche que bientôt ils taxeront le bois de chauffage et je suis passé pour un hurluberlu à l’époque... Il est aujourd’hui question d’interdire les feux de cheminée en Ile de France sous peine d’amende, ce qui revient donc au même.

    Donc, petit à petit, TOUT et n’importe quoi sera taxé (aujourd’hui le Nutella demain les couches culottes ou pourquoi pas les gens obèses) afin de renflouer la dette, nous rendant doucement mais surement esclave de ce système devenu complètement fou.

    Et le gogo français continue de tolérer cela et de trimer sans trop broncher. Cela est rendu possible en le gavant par exemple de sujets secondaires du genre "mariage pour tous" et l’âne et la carotte fonctionnent parfaitement y compris dans la dissidence ER. Ce qui rend au passage plus crédible les dernières interventions de Jovanovic que les monologues de Salim Laïbi sur l’homosexualité ou la sodomie : on s’en fout et on s’égare ! Avec tout le respect que je vous doit.

    Si la vraie dissidence se mobilisait comme elle l’a fait en masse pour le mariage gay et disait simplement "STOP" avant qu’il soit trop tard... Seulement, il est sans doute déjà trop tard à force de s’égarer dans les méandres des considérations religieuses et philosophiques de chacun...

    En espérant que mon post sera publié cher modérateur, vous qui m’avez censuré mon dernier post sur Salim Laïbi qui n’avait rien d’insultant mais qui disait simplement :

    1) Malgré son honorabilité, Mr Laïbi est complètement largué sur le vaste et complexe sujet du cannabis en France, ce qui n’est pas insultant mais doit être dit pour un médecin de surcroît.
    2) Il a confondu Ted Bundy et Jeffery Dhamer dans sa dernière intervention (ce qui n’a RIEN à voir dans les faits et dans les dates), et j’ai jugé bon de le préciser si vous voulez avoir un minimum de crédibilité sur ER, autant ne pas donner l’impression que les sujets sont mal maîtrisés par la soi disante dissidence, il en va de notre avenir à tous, non ?


  • #347240
    le 04/03/2013 par Stan
    Diesel, la fin et les moyens

    Le moteur diesel plus solide et fiable que le moteur essence, ce n’est plus très vrai depuis quelques temps déjà. Pour obtenir des puissances au litre de cylindrée aussi élevées que les moteurs essence, il a fallu faire des moteurs de plus en plus complexes (turbocompresseurs à géométrie variable, commun rail, etc ...), et de plus en plus coûteux à produire, à entretenir, et avec une fiabilité de plus en plus aléatoire, surtout quand les économies de fabrication impliquent des pièces peu chères de qualité jetable (malheureusement les marques françaises pratiquent ce genre d’économies). Un bon vieux moteur essence atmosphérique (sans suralimentation), tourne certes plus vite et en théorie s’use plus vite (bielles, pistons, segments ...), mais reste plus simple de conception, et s’avère souvent plus fiable, et moins onéreux à entretenir. Reste l’avantage de consommation du diesel, où l’essence est objectivement bien battu.
    Mais mieux vaut consommer un peu plus, avec un peu plus de CO2 (on connait l’escroquerie sur le CO2), que de détruire la santé de tout le monde.


  • #347242
    le 04/03/2013 par Crylovitch
    Diesel, la fin et les moyens

    Oui eh ben avant de culpabiliser le peuple et de l’attaquer au porte monnaie, que nos dirigeants européistes commencent par abroger le libre échange.Faire de l’écologie exemplaire c’est surtout commencer par éviter qu’un porc fasse 3 fois le tour de l ’Europe dans des camions majoritairement diesel.Après on verra...


  • #347255
    le 04/03/2013 par Xavier
    Diesel, la fin et les moyens

    Quand je lis ce genre d’article, je pense aux grand défenseurs de la « démocratie » représentative qui prétendent notamment que l’on doit laisser la gestion du pays aux personnes compétentes et expérimentées.
    En fait, n’importe quel citoyen bien informé a bien plus de bon sens.

     

    • #347386
      le 04/03/2013 par alex
      Diesel, la fin et les moyens

      +1000
      Mieux vaut des gens incompétents mais honnêtes que des experts traîtres je dis.


    • #347489
      le 04/03/2013 par Onegodonemessage
      Diesel, la fin et les moyens

      @alex

      ou pire, des incompétents traitre...


    • #347524
      le 04/03/2013 par Protis
      Diesel, la fin et les moyens

      @xavier ; ce dont tu parles c’est la doctrine des francmaçons , le peuple n’a pas droit de décision , se sont les élites qui décident tout , qui élisent leurs successeurs etc ...


  • #347260
    le 04/03/2013 par LCD
    Diesel, la fin et les moyens

    Difficile de ne pas rester sceptique quand à force de se faire avoir par le prêchi-prêcha écolo on s’est rendu compte que la plupart des campagnes anti-ceci ou anti-cela se basent souvent sur des données périmées depuis 15-20 ans (cf la déferlante anti 4x4 d’il y a quelques années, pour ne citer qu’elle).

    Bien-sûr la pollution c’est mal, mais pourquoi en lisant cet article on a l’impression qu’il n’y a que le diesel qui pollue ?
    Pourquoi laisser entendre que les morts dûes à la pollution sont majoritairement le fait du diesel ? Alors qu’on sait bien qu’une agglomération comme Paris sera toujours hyper polluée avec des taux de maladies respiratoires bien plus hauts qu’à la campagne, diesel ou pas.
    Pourquoi sortir des tas de statistiques et de pourcentages et omettre -petit détail- qu’à puissance égale, un moteur diesel roule nettement plus loin qu’un moteur à essence avec la même quantité de carburant ?

    Ok ce n’est pas de la mauvaise foi, mais c’est cette sorte de naïveté bien-pensante qui a fini par rendre les gens sceptiques vis-à-vis des mesures écologistes... mesures qu’on nous présente toujours comme absolument nécessaires et positives, comme au hasard la taxe carbone.

    Personnellement je crois que ce débat est bien superficiel et la vraie question écologique ne se pose pas au niveau des taxes sur les moteurs à explosion mais évidemment au niveau de la promotion des véhicules électriques.

    Quel pourcentage d’automobilistes en Ile de France -et partout là où il y a de la vraie grosse pollution qui tue- a réellement besoin d’un véhicule avec 600 bornes d’autonomie ? Voilà une vraie question.

     

    • #347349
      le 04/03/2013 par Titus
      Diesel, la fin et les moyens

      Parce qu’il n’y a que les moteurs diesels qui produisent des particules fines et ultra-fines mortelles.


    • #347400
      le 04/03/2013 par LCD
      Diesel, la fin et les moyens

      @Titus : oui, et c’est bien connu les véhicules à essence ne produisent pas de pollution et n’affectent en rien la santé des gens... Il suffit de jeter une poignée de statistiques très incomplètes (et souvent périmées) pour que les écolos s’enflamment au quart de tour, sans visualiser la situation dans son ensemble.
      On se souvient des voitures à carburant végétal qu’ils nous avaient vendues comme *la* solution miracle, avant de s’apercevoir -un an plus tard- qu’en fait le coût écologique était supérieur de très loin aux véhicules classiques.

      Mais pourquoi toujours penser en mode binaire ? Résumer la question de la pollution automobile à un débat "essence contre diesel" c’est un peu comme prendre partie dans un débat "peste contre choléra". Aucun intérêt.

      Mais au vu des réactions, je dirais le gouvernement à bien compris qu’il pouvait toujours compter sur les écolos pour faire passer de nouvelles taxes pour un grand bienfait nécessaire, alors que dans les faits on se garde bien de promouvoir les véhicules non-polluants, ce qui pourrait contrarier les amis du lobby pétrolier.


    • #347473
      le 04/03/2013 par Thierry03
      Diesel, la fin et les moyens

      Bien sur que le diesel diffuse des micro particules dangereuses. Et alors ? Il ne faut que des moteurs essence ?
      Et si on parlait par exemple du benzène contenu dans l’essence ? C’est un produit hautement volatile et hautement cancérigène. Apparemment cela ne pose pas de problème.
      Je prendrais les écologistes au sérieux quand ils me diront que la seule solution, c’est de sortir de cette société de folle consommation, donc de moins consommer, et non pas de simplement consommer différemment suivant la mode du moment.
      Et surtout, faire passer des mesures, toujours couteuses pour le citoyen, en les justifiant par de bon sentiments (la santé, les enfants la planète, mon cul sur la commode....), c’est une méthode rodée et dégueulasse car qui est contre est un salaud !


  • #347283
    le 04/03/2013 par polm
    Diesel, la fin et les moyens

    « Mais cette décision n’est que le reflet des contraintes de l’UE, et il est malheureux de constater – une fois de plus ! – que ceux qui nous gouvernent n’ont pas eu d’eux-mêmes, et ce depuis longtemps, le souci de préserver la santé des Français, alors même que les intérêts purement économiques de la France allaient dans le même sens. »

    Comme si l’UE avait, elle, le souci de préserver notre santé, ou se souciait des intérêts économiques de la France... Elle est bien bonne celle-là !

    Mais après tout c’est peut-être vrai... vive l’UE alors !?!?...

    (ihihihihihih !)

     

    • #348615
      le 05/03/2013 par Laurent
      Diesel, la fin et les moyens

      La France vient d’autoriser les 44 tonnes (fonctionnant au diesel) à rouler sur nos belles routes.

      Ces 44 tonnes seront bien utiles pour livrer les ventolines aux asthmatiques dont le nombre va augmenter encore.


  • #347298
    le 04/03/2013 par Filux
    Diesel, la fin et les moyens

    Le diesel est un produit de raffinage du pétrole. C’est le distilla qui viens après le kérosène et l’essence. L’idée de le jeter revient à gaspiller de la matière première et je trouve cette idée totalement loufoque par les temps qui courent. Il faut vraiment être le plus obtus des bobos écolo pour la soutenir.

    De toute façon si c’est pas la France qui le consomme, d’autres pays plus pauvres, ne s’en priveront certainement pas !

     

    • #347724
      le 04/03/2013 par Eric
      Diesel, la fin et les moyens

      @Filux
      Les bobos écolos qui donnent des leçons tout en roulant en 4x4 et en chauffant leur appartement à 25°C m’insupportent au moins autant que toi.
      Néanmoins, ta réponse qui est complètement à côté de la plaque montre que tu n’as strictement rien compris à l’article.

      Qui parle de jeter le gazole ? Certainement pas cet article qui dénonce entre autres le fait que nous soyons obligés d’en importer !
      Puisque les rapports de production sont de 20% pour l’essence et de 30% pour le gazole, l’idée (pour avoir une bonne gestion étatique) serait plutôt d’avoir une taxation évolutive avec pour objectif cible que 40% des volumes de carburant consommés soient de l’essence et 60% du gazole... sauf que dans les 60% il faut prendre en compte aussi les camions, les locomotives diesel et les bateaux !
      Il est donc à la fois logique que cette taxation ait été mise en place dans les années 80, et tout à fait illogique qu’il n’y ait eu aucun rééquilibrage en faveur de l’essence au moment où les moteurs diesel ont rattrapé leur retard en nombre. De là à voir l’influence de certains groupes de pression...

      En revanche, je suis d’accord qu’il est absurde de rejeter par principe le moteur diesel sous prétexte de pollution car le niveau de pollution des moteurs dépend directement des normes qui sont imposées aux constructeurs. Le moteur diesel était réputé plus propre et plus robuste que le moteur essence avant que des normes plus sévères appliquées en 1996 n’obligent les constructeurs à réaliser des moteurs essence plus performants, sans compter le pot catalytique rendu obligatoire quelques années plus tôt. Maintenant les rôles sont inversés mais il suffirait que de nouvelles normes soient imposées pour que cela change (par exemple, en favorisant l’injection d’eau dans les moteurs / procédé Pantone).

      Reste que c’est en effet toujours le contribuable qui paye, à la fois sur le prix de la voiture lorsque les normes sont plus sévères et sur le prix à la pompe lorsque le gouvernement se dissimule derrière l’Europe pour renflouer les caisses !


  • #347307
    le 04/03/2013 par Ben le japonais
    Diesel, la fin et les moyens

    Le diesel est mauvais,je n ai jamais rouler en diesel pour ces raisons la,mais en France ,les politiques le savent et se foutent de l environnement et des êtres humains,de grâce ,arrêter cette merde de diesel.au Japon,a Tokyo,le diesel est interdit car il pollue trop......c est une machine à tuer.


  • #347335
    le 04/03/2013 par nadine hammouk
    Diesel, la fin et les moyens

    pourquoi ne pas faire un collectif de plaignants contre nos maitres puisqu’ils savaient depuis des decennies que le diesel etaient toxique pour l’homme et qu’ils l’ont encouragé, eux qui adorent les procedures, ah oui c’est vrai cela n’aboutira pas parceque cela serait anti europeen, mais nous n’avons cas tous dire que nous sommes tous de la communauté des freres.... indignez vous vive la france


  • #347350
    le 04/03/2013 par pseudonyme
    Diesel, la fin et les moyens

    Merci Anne pour cet article très concis.


  • #347375
    le 04/03/2013 par ptitpère
    Diesel, la fin et les moyens

    Le respect de l’environnement a bon dos, l’écologie n’est qu’un pretexte afin de racketter toujours plus le citoyen de base (entre autre, vu qu’elle sert également à renforcer l’idée de la necessité d’une Gouvernance Mondiale, elle sert aussi à freiner le développement de certains pays, etc etc). A l’heure ou l’on achète du bois au Canada pour le transformer en meuble en Chine afin de le revendre en Europe, à l’heure de la consommation forcée due principalement à l’obsoléscence programmée ou l’on nous vend des produits qui ont une durée de vie moyenne de 18 mois - quand ce n’est pas carrément 8 jours - et qu’il faut systématiquement remplacer, à l’heure du nucléaire, des OGM, des pesticides, des phosphates, des épandanges massifs d’aluminium et de barium (chemtrails), de HAARP qui joue sur la magnétosphère, des manipulations génétiques, des médicaments toxiques dont on gave les hommes et les animaux et qui finissent par se retrouver dans les rivières, etc etc etc, pour ma part j’ai un peu de mal à avaler la pilule sur le diesel. Après il y aura toujours une majorité de moutons pour trouver que c’est très bien....
    ps : je remarque que c’est toujours au citoyen de base qu’on demande des efforts. Pendant ce temps les multinationales surfent sur la vague mondiale et délocalisent leurs activités les polluantes quand il s’agit d’échapper à toutes ces nouvelles taxes et règlementations.

     

    • #347692
      le 04/03/2013 par pistache
      Diesel, la fin et les moyens

      ENFIN UNE PERSONNE CULTIVEE EN ECOLOGIE.J ADHERE A 100POUR CENT AU TEXTE.BRAVO A PTITPERE


    • #347960
      le 05/03/2013 par goy pride
      Diesel, la fin et les moyens

      J’aurais écrit la même chose !
      Je ne suis pas hostile à l’idée de responsabilité individuelle mais l’organisation économique de nos sociétés neutralisent les efforts individuels. Ce qui ne veut pas dire que nous devons vivre dans l’insouciance, surconsommer, polluer...mais sans une politique sérieuse d’échelle nationale et internationale afin notamment de résoudre la problématique de la raréfaction du pétrole sur nos économies complètement tributaires de cette ressource les efforts individuels ne permettront pas d’éviter la catastrophe qui est entrain d’arriver. Certes de manière anecdotique certains d’entre nous se seront préparés tant bien que mal à cette merde (BAD...) mais globalement il y aura un carnage duquel même parmi les mieux préparés d’entre nous ne parviendront pas à échapper...


  • #347383
    le 04/03/2013 par roberto
    Diesel, la fin et les moyens

    nous sommes le seul pays à avoir autant déséquilibré le marché vers le diesel. Provoquant les problèmes du raffinage, il fallait importer du gasoil et exporter l’essence vers les USA.
    Pour les consommations, 1 litre d’essence c’est 760 g de produit et un litre de gasoil c’est 830g, voici pour expliquer les différences de consommation. Les véhicules essences sont tout aussi fiables que les diesel, en cas de pannes, c’est meilleurs marché pour les pièces.
    Les nouveaux moteurs turbo essence sont extraordinaires en consommation et en couple. et je ne comprends pas l’engouement des gens pour ce diesel.
    Malheureusement pour les constructeurs français le peu de choix en motorisations essence, m’a poussé à acheter chez un allemand, ou avec chaque modèle vous trouver toutes les motorisations possibles et le choix de la BVA ou BM. 
    Je suis assez souvent sur la route pour comprendre que à chaque accélération les diesel relâchent un paquet de merde. Je voulais dire "pollution"
    pour moi, ce carburant devrait être taxé comme l’essence, pour ne pas déséquilibrer le marché.
    Tous les jours je pense à mes ex collègues de la raffinerie Pétroplus de Petit Couronne qui sont sous la menace d’une fermeture.
    Un ancien du raffinage en France.

     

    • #350350
      le 06/03/2013 par MG 42
      Diesel, la fin et les moyens

      je ne comprends pas l’engouement des gens pour ce diesel.



      peut etre le beau bruit grave qui donne un sentiment de puissance ?



      Je suis assez souvent sur la route pour comprendre que à chaque accélération les diesel relâchent un paquet de merde. Je voulais dire "pollution"



      quand on appuie sur la pédale le débit de carburant augmente et le mélange devient trop riche le temps que le moteur ait accéléré et que le débit d’air ait augmenté = combustion incomplète.

      sinon les turbines peuvent être une piste intéressante en raison de leur bon rendement. il a existé un modèle de voiture a turbine au USA, mais ca a été abandonné suite aux pression du gouvernement fédéral lui même agissant pour le compte des pétroliers.

      les turbines semblent pouvoir être plus polyvalentes dans leur alimentation que les moteurs a explosion :



      Le Me-262 avait des réacteurs Junkers Jumo 004 ou BMW qui n’avaient pas besoin du carburant à haut indice d’octane requis par les avions à hélices : du fuel pour moteur diesel lui suffisait



      trouvé sur wikipedia :



      les avions à moteur Diesel sont autorisés à utiliser du jet A1, un kérosène un peu plus léger que le fioul mais suffisamment gras pour ne pas gripper les pompes. En cas de crise majeure, les moteurs Diesel des véhicules militaires sont prévus pour l’usage du jet A1 (recommandation OTAN).



      au fait au niveau des particules, les turbines sont elles aussi polluantes que les moteurs diesels ?


  • #347437
    le 04/03/2013 par Baldassare
    Diesel, la fin et les moyens

    Wow ! On dirait un paragraphe du livre de Gunter Schwab « Danse avec le diable ».


  • #347478
    le 04/03/2013 par anonyme
    Diesel, la fin et les moyens

    ce qui rend les voitures polluantes toutes catégories confondus c’est l’impossibilité actuelle de décrasser sa voiture en roulant sur autoroute ou nationale (à causes des radars pompes à fric)en accélérant un bon coup pour expulser les suies fines celles là même que l’on respire en ville dans les bouchons et feux rouges et par le fait pervers de ralentir le flux de circulation des voitures en supprimant les voies en réduisant les voies de circulations donc forcément elles mouline et produisent le maximum de suies fines et polluants en conduite dégradée en ville !
    le gouvernement est hypocrite prêt à tout pour faire du fric genre vendre des cigarettes qui tuent mais les vendre taxés 5 fois leur prix leurs bonnes conscience c’est du pur cinoche c’est du buisness à cons-ommateurs la solution est le transport en commun gratuit en ville et des parkings en périphérie mais ça c’est un mauvais buisness pour eux !


  • #347513
    le 04/03/2013 par you
    Diesel, la fin et les moyens

    Mon père s’est acheté sa première voiture GPL il y a 3 ans et il n’en dit que du bien, notamment concernant les économies à la pompe et la faible consommation du moteur essence/gpl. C’est un bon compromis pour ceux qui ne veulent pas d’un moteur trop puissant, polluant et gourmand en carburant.

     

  • #347533
    le 04/03/2013 par Moud76
    Diesel, la fin et les moyens

    Oui, rajouter des taxes sur des taxes va surement regler beaucoup de problemes sanitaires, environnementaux, economiques et surement sociaux de la France. Et ceci simplement en rajoutant 18centimes d’euros par litre de gazole d’impot. Pourquoi est ce que je n’arrive pas a m’en convaincre ? Je dois etre trop radin et trop egoiste pour ça. Je m’en veu de payer seulement 85euro le plein alors que bibi phoque va avoir du mal à trouver de la banquise dans 150ans. Alala je rigolerais moins quand jaurais choper un cancer de ....tout et nimporte dù à un peu tout et nimporte quoi.


  • #347652
    le 04/03/2013 par Alexandre
    Diesel, la fin et les moyens

    Correction d’un a priori classique [de quelqu’un qui travaille dans l’après-vente automobile avec accès a de bonnes statistiques] : "et qu’un moteur diesel soit plus solide qu’un moteur essence". C’était vrai pour le diesel du camion de grand papa. Depuis les "progrès" des 30 dernières années pour améliorer le rendement et le confort (aujourd’hui un diesel ça ne fait plus "toum-toum-toum"), les moteurs diesel sont devenu beaucoup plus fragiles que leurs homologues essence. 1 goutte d’eau et le moteur est mort.

     

    • #347683
      le 04/03/2013 par anonyme
      Diesel, la fin et les moyens

      @alexandre Tout-à-fait,le véhicule le plus fiable et le moins gourmand que j’ai eu était un ford transit diesel année 1977(mon âge !) que j’ai utilisé jusqu’en...2005,avant qu’on ne me le saisisse pour payer nos amis du trésor public,sans quoi je l’aurais toujours aujourd’hui...Féthi


  • #347660
    le 04/03/2013 par Frederic79
    Diesel, la fin et les moyens

    Vision court-termiste de la France depuis des années. Amen.


  • #347770
    le 04/03/2013 par scandalisé
    Diesel, la fin et les moyens

    Il parait extrêmement important de rajouter au débat qu’il faut beaucoup rouler pour absorber la différence entre les prix d’achat et d’entretien d’un diesel et d’un moteur carburant au Super... Et ce malgré la différence de taxes et c’était déjà vrai avant le ré-équilibrage partiel qui a eu lieu sous Chirac il me semble... Kilométrage minimum que l’immense majorité des utilisateurs "normaux" (A/R école/boulot + qqs vacances) n’atteint jamais (>15k km/an pour un mini citadine, >35k km/an pour une petite berline >50k km/an avec une grosse berline à peu près)
    Point que de très nombreux journalistes automobiles n’ont cessé de rappeler et de mettre en exergue depuis 30 ans... que ce soit dans les émissions de télévision spécialisées ou dans les revues et parfois même dans des journaux "mainstream" comme le Figaro ou Libé...

    Alors ça va 5 minutes les français qui chialent tout le temps à base de "on nous cache tout, on nous dit rien"
    1 - on n’a cessé de vous le dire
    2 - même si vous ne regardez pas les émissions automobiles et n’ouvrez jamais un journal : Avant d’agir (et ce dans quelque domaine que ce soit) on s’informe et on ne fait pas une confiance aveugle à un commercial qui a bien entendu intérêt a vous vendre le produit le plus cher puisque rémunéré à la comm...

    Alors oui ça va faire mal au portefeuille de beaucoup d’entre vous mais vous en êtes AU MOINS AUTANT RESPONSABLES que nos élites politiques qui de plus à a base (dans les années 60) prenaient une décision économique plutôt bonne pour la France...

    ps : désolé de la véhémence mais les pleurnicheries permanentes m’exaspèrent et la victimisation est dénnonçable partout, tout le temps... pas seulement celle de certaines communautés...

     

  • #347856
    le 04/03/2013 par Maurizio
    Diesel, la fin et les moyens

    Merci pour cet article !
    Dans un un précédent article, et d’une manière plus générale, Mr Jean Marc Jancovici explique très bien que dans l’état actuel de notre "réalité énergétique" le véhicule le plus efficace d’un point de vue économie/santé/ergonomie est une petite voiture essence (2CV) légère peu performante mais surtout consommant 2,5 l/100 en cycle urbain.
    Cette voiture nos ingénieurs aujourd’hui sont capables de la fabriquer.
    Mais à Paris on préféré installer un tram sur les Maréchaux et interdire les voies sur berge ?

    Il y a aussi pas mal d’incohérence sur le bonus/malus lié au CO2, exemple :
    Une Mercedes E250 pesant 1685kg, propulsée par un 4cylindres de 2 litres de cylindrée turbo essence de 211 CV n’est pas malussée (0).
    Une Citroën DS3 pesant 1300 kg, propulsée par un 4 cylindres de 1,6 de cylindrée turbo essence de 155cv est pénalisée par un malus de 1600 euros !!!
    J’ai vérifié !
    Là faut qu’on m’explique ...
    Comment une voiture pesant presque 400 kg de moins et consommant beaucoup moins (je n’ai pas les conso en tête) peut elle être si différemment traitée ?

    Pour finir, toujours d’après ce que j’ai pu comprendre des conférences de Mr Jancovici, la voiture électrique est une vaste blague écologique :
    en effet l’énergie nécessaire à la fabriquer est essentiellement fossile (charbon et pétrole).
    Le gain réalisé grâce à l’excellent rendement du moteur électrique est annihilé par ce constat, le reste étant enfumage et débat bobo écolo.
    Je ne parle même pas du recyclage de batteries Lithium, ni même de l’extraction et du transport dudit Lithium depuis les mines d’Afghanistan ou Bolivie ...

     

    • #349441
      le 06/03/2013 par satch
      Diesel, la fin et les moyens

      C’est simple, d’un côté la DS3 avec un moteur peu efficient rejette 155g/km et de l’autre un moteur certe de cylindré supérieur mais très efficace qui ne rejette que 130g/km.

      Concernant la consommation la DS3 et donné pour 6,7l/cent et la E350 5l/cent.
      De manière plus générale les moteur allemand sont bien plus performant que les moteurs français.


  • #347900
    le 05/03/2013 par TeddyTed
    Diesel, la fin et les moyens

    Anne écrit : "Le gazole est aussi nommé gas-oil ou diesel, du nom de l’inventeur du moteur fonctionnant au gazole, Rudolf Diesel."

    Précision : le moteur de Rudolph Diesel tournait à l’huile végétale (de lin exactement). Et d’ailleurs Diesel prédisait que son moteur allait contribuer à l’essor de l’agriculture !
    Un moteur "diesel" classique (jusque dans les années 80-90) peut d’ailleurs tourner à l’huile de cuisine, ou même à l’huile de friture usagée (après filtrages).
    Mais le carburant de la cuve du paysan directement dans notre réservoir sans passer par le réseau pétrolier, c’était trop beau. Trop beau pour l’agriculteur, l’automobiliste et l’air de la planète…
    Car l’Etat français et ses amis pétroliers et constructeurs automobile voulait continuer à empocher le pactole grâce au gazole. Un faux agrocarburant fut promu, le Diester, complexe à produire (par la « transestérification » qu’il exige), nécessitant un transit obligatoire par le réseau pétrolier, pour couler ce véritable agrocarburant, simple à produire, renouvelable et utilisable pur, que sont les huiles végétales.
    Pour ceux qui douteraient encore que les huiles agricoles font marcher les moteurs, rappelons que pendant la dernière guerre – pénurie oblige - des camions Berliet ont traversé le Sahara en fonctionnant uniquement à l’huile. Qu’aux USA les bus scolaires (jaunes) et les véhicules postaux de l’US Army roulent depuis longtemps à l’huile de cuisine usagée. Qu’un Nissan Patrol a fait 18e aux 24 Heures 4x4 2005 en fonctionnant uniquement à l’huile de friture, etc.
    Les agrocarburants (biodesel, éthanol...) étaient l’une des solutions à notre dépendance du pétrole et des giga-sociétés pétrolières. D’autant que leur bilan écologique est très soft. Mais en France, ils furent coulés par pure volonté politique.


  • #347932
    le 05/03/2013 par NICO
    Diesel, la fin et les moyens

    Merci Rudolf Diesel pour cette magnifique invention. Je parle biensur du moteur, pas de la chiasse noire avec lequel il tourne.

    D’un point de vue "survivaliste" (du bon sens quoi !) un aspect intéressant n’a toutefois pas été développé concernant le moteur à compression (dit "diesel") : Certains moteurs à compression fonctionnent "à l’huile", c’est à dire un liquide gras et inflammable, comme l’huile végétale par exemple. Dans ce cas là, plus de particules fines toxiques, juste du CO2 et une odeur de friture... Il faut quand même être un peu bricoleur, pardi ! Ca marche pour les tracteurs, les groupes electrogènes diesel, les pompes..
    Bien évidemment, pour produire de l’huile végétale à la hauteur de la consommation de Gazole d’un pays, le problème de la surface agraire attribuée pour produire et les moyens mis en oeuvre ensuite pour transformer et acheminer le produit fini vers le consommateur se pose. En autonome, à la campagne, c’est jouable, mais uniquement pour une utilisation minimale (tracteur pour les champs, petits moteurs, trajets en auto sporadiques)
    L’usage et la consommation des moteurs devraient alors être totalement revus. Mais c’est une option, notament quand il n’y aura plus de petrole disponible. Ca peut éviter de sombrer dans le moyen age.

    ps : biensur il faut penser à conserver nos "vieux diesel" car avec les nouveaux tdi dci et cie on fera plutot des tas que des bornes...


  • #347936
    le 05/03/2013 par NARKOZY
    Diesel, la fin et les moyens

    Il y a la plus simple des solutions mais aussi la plus gênante pour l’Etat français : rouler en voiture TESLA USA : Plus belle qu’une Jaguar, grand coffre, tout électrique, 500 km, perfs meilleures qu’une voiture de sport, pas de bruit ! Au lieu de cela pour nous décourager sur l’électrique on nous sort de véritables caisses à savon ! En bref, pour ne pas grever le budget des états européens, les constructeurs ont dû choisir "l’Hybride" dont on nous fait croire que c’est parce que l’électrique ne serait pas encore au point....Triste de triste !

     

    • #348566
      le 05/03/2013 par GregMTHZ
      Diesel, la fin et les moyens

      N’oubliez pas que les batteries d’une voiture électriques ne sont pas une source d’énergie. Elles ne sont qu’un stockage : il faut les charger avec une électricité produite par du pétrole (souvent) ou par chez nous du nucléaire. Non, les voitures électriques ne sont pas propres.

      C’est aussi valable pour les voitures à air comprimé : la voiture roule proprement et en silence, mais pour remplir le réservoir, il faut un gros compresseur qui fait du bruit, qui pollue, qui a un mauvais rendement... Bref pas propre non plus.

      L’hybride n’était pas une si mauvaise idée : faire une voiture électrique, avec ses batteries, et un groupe électrogène embarqué pour les recharger en route. En effet, le groupe électrogène ne tourne qu’à son meilleur rendement : il ne tourne pas pour rien quand la voiture est à l’arrêt au feu rouge, ou au démarrage (embrayage qui patine, etc...) et le rendement global est amélioré. On pourrait encore faire mieux avec un moteur Stirling, ainsi on pourrait rouler aussi bien avec de l’essence que du gazole, mais aussi de l’huile, de l’alcool, du bois, le papier des prospectus publicitaires... Tout ce qui peut chauffer !


    • #348610
      le 05/03/2013 par Laurent
      Diesel, la fin et les moyens

      Sauf que rouler à l’éléctrique massivement est totalement contre-productif. Recharger une auto éléctrique prend énormément de temps. Bien évidemment, il y a bien une solution technique pour recharger plus vite mais cela risquerait de surcharger nos centrales nucléaires. D’ailleurs, selon l’ADEME, il suffirait que 40 000 véhicules rechargent leurs batteries en même temps pour obliger EDF à faire fonctionner nos bonnes vieilles centrales à fioul... On tourne en rond...


    • #348769
      le 05/03/2013 par VENUS777
      Diesel, la fin et les moyens

      la vidéo "Le monde où nous vivons" aborde le sujet de l’énergie, du pétrole et des médicaments. Il existe des alternatives viables aux énergies polluantes mais les intérêts de certains ne sont pas comptibles avec l’intérêt général.

      http://www.dailymotion.com/video/xu...


    • #349843
      le 06/03/2013 par falcao
      Diesel, la fin et les moyens

      Mais oui bien sur roulons à l’électrique ! On ne sait déjà pas quoi faire des piles alors si on rajoute en plus des batteries avec le lithium qu’on essaye de voler au Bolivien pour nous faire payer une éco participation pour envoyer tout sa dans un conteneur direction l’Afrique. L’électricité sera commercialisé comme le pétrole avec des stations électriques déjà produites chez nos copain israélien et notre gentil constructeur collabo Renault qui fourni les voitures au futur dealer de station service. L’avenir c’est le méthane, car brûlé il pollue 25 fois moins que l’essence ou le diesel, quand on le brûle il ne reste plus que de l’eau et très peu de CO2 :(méthane + dioxygène → dioxyde de carbone + eau)étude des combustions) On peut en obtenir dans les déchets et les déjections animales.
      Donc la voiture électrique c’est du pipo tout comme Mélanchon qui fait style de chialer pour Hugo...


  • #348009
    le 05/03/2013 par tunisoral
    Diesel, la fin et les moyens

    Quel excellent article très dense d’Anne Lucken ! Un livre aussi bien documenté et argumenté serait tout aussi formidable tant nous apprenons de choses.


  • #348041
    le 05/03/2013 par eric
    Diesel, la fin et les moyens

    Bonjour il faut arrêter de parler de responsabilité, nous sommes dans une société de consommation et avec les divers scandales sur la nourriture les médicaments les vaccins etc que l’on voit arriver et ceux a venir, remettons pour une fois les choses a leurs places ils se foutent de notre santé ce qui les intéressent c’est notre portefeuille et on voit des commentaires sur les forums parlant de pollution de particules fines nuisant à notre corps tatati tatata comme le dirai quelqu’un de connu mon cul sur la commode
    la vrai pollution est industrielle
    http://www.orddhn.fr/#/07-03-02-emi...
    http://ecologie.blog.lemonde.fr/201...

    Sans nier que le diesel pollue, mais il y a des énergies libres et bien d’autres solutions mais qui se feraient au détriments de grands groupes " ceux qui payent les campagnes électorales à nos dirigeant élus démocratiquement "et puis un réajustement pourquoi pas mais pourquoi encore une fois un réajustement à la hausse pourquoi pas une baisse du prix de l’essence. Ha oui pour obtenir leur fameux 3% de la règle d’or il va manquer 6 milliards de recette, ben voila trouvé 6,9 milliards les ventes de véhicules sont en baisses ben voilà trouver aussi de plus en faisant la morale aux français et les victimisant encore un peu plus chaque jour.C’est pas bien faut pas rouler au diesel faut pas manger de viande non plus les vaches polluent c’est bien pour çà qu’ils ont mis du cheval à la place c’était dans un souci d’écologie.Les bombes sur le mali la Syrie la Libye là Côte d’ivoire etc et les munitions enrichies a l’uranium appauvri çà pollue pas les centrales nucléaires qui fuient de partout çà polluent pas, les ondes électromagnétique. Enfin je ne vais pas faire la liste de toutes les saloperies qu’ils nous vendent bien emballées dans des sachets plastiques qui ne polluent pas. Mais que certains pensent que ces mesures sont nécessaires et bonne pour l’environnement m’exaspèrent au plus au point. Tout est à revoir oui tout notre système de consommation mais c’est une goutte d’eau de 6 milliards 9 que vont encore avaler les français, il est temps de se réveiller et arrêter les pleurnicheries éco-misérabilisme le commerce même vert reste un commerce c’est juste du marketing attendez les 30% d’augmentation d"edf parce qu’ils investissent dans l’énergie renouvelable.


  • #348173
    le 05/03/2013 par khabox
    Diesel, la fin et les moyens

    il serait peut-être temps de se prendre en main et de porter toute notre attention sur les systèmes Pentone et autres HHO...... Qui permettent d’améliorer considérablement le rendement et la propreté de nos moteurs diésel. Sans pour autant être obligé de changer de voiture..... ça fonctionne très bien, même sur des moteurs de "dernière génération".

    Ou comment s’affranchir de l’état, là où la cohésion citoyenne est plus efficace....


  • #348207
    le 05/03/2013 par Daniel
    Diesel, la fin et les moyens

    Félicitations pour cet excelent article. Bravo !

    Juste une petite correction tout de même.
    Un moteur diesel moderne n’est pas plus solide, mais beaucoup plus fragile et cher à entretenir que son equivalent essence de même génération.


  • #348273
    le 05/03/2013 par reef
    Diesel, la fin et les moyens

    qui connait l histoire de rudolf diesel ?
    il a inventé les moteur diesel(plus evolué que le moteur essence)
    il a testé tout les carburant dans son moteur : charbon essence fioul...
    entre 1911 et 1912 il declare grosmodo que le meilleur carburant est l huile vegetal(cannabis casiment interdit nul part dans le monde a ce moment)
    1913 diesel meurt dans une mer gelée apres etre passé par dessus bord ...(pour piqué une tete ?)
    ça saute une fois de plus au yeux de ceux qui n ont pas de merde dedans


  • #348649
    le 05/03/2013 par verinne
    Diesel, la fin et les moyens

    Pourquoi l’état français ne ferait pas comme cette ville en Ecosse qui utilise la nanotechnologie pour éliminer toutes les particules toxiques qui sortent de ses bus municipaux roulant au diesel ? Apparemment cela fonctionne... Voir ce reportage :
    https://www.youtube.com/watch?v=sxY...

    "nanotechnologie, la révolution de l’invisible" partie 2


  • #349398
    le 06/03/2013 par GUITOUT45
    Diesel, la fin et les moyens

    C’est faux comme d’habitude : un diesel aujourd’hui est équipé d’un échappement à particules qui ne renvoie rien dans l’air de plus le diesel concernant le co2 gaz à effet de serre est inférieur de 30% par rapport au moteur essence .. Alors là il faut nous expliquer
    le problèmes dans les villes vient des bus , des camions , des locomotives SNCF diesel , des camionnettes qui tout ces véhicules ne sont pas équipés de pots à particules
    si l’on rajoute à cela les véhicule de l’armée et des administrations qui pour diminuer leurs achats ne sont pas équipés de pots à particules ( postes, edf gdf etc...)

     

    • #351295
      le 07/03/2013 par Vercingetorix
      Diesel, la fin et les moyens

      Informes toi avant de ressortir le discours de ton vendeur de voiture ! Toutes les études relatives aux moteurs diesels dernière génération sont unanimes quand au fait que malgré les catalyseurs et les filtres à particules il en émane des éléments cancérigènes et neurotoxiques, d’autant plus s’agissant des moteurs de petite cylindrée qui ne sont le plus souvent utilisés que sur de petits trajets qui ne laissent pas le temps au moteur d’atteindre sa température de fonctionnement idéal. Sachant aussi qu’un diesel met plus de temps à chauffer qu’un essence... alors que justement les gros moteurs de camion, bateaux et machines industrielles tournent en continu sur de très longs cycles d’utilisation ce qui fait qu’ils tournent la plupart du temps à température idéale avec une combustion complète. Ils sont donc de fait bien moins polluants que les petits véhicules diesels urbains qui n’ont pas le temps d’être chauds qu’ils sont déjà éteints. Et oui pour la voiture du particulier un moteur essence bien conçu pollue moins qu’un moteur diesel. Il faut rappeler aussi que le co2 n’est pas un gaz polluant, il ne nuit pas à la santé....


  • #349587
    le 06/03/2013 par Nicolas Tesla
    Diesel, la fin et les moyens

    Article intéressant, je confirme qu’en effet le passage au tout diesel/fioul était a cause du nucléaire qu’avant l’arrivée de celui-ci, la France tournait avec les centrales au mazout, le gouvernement ne sachant pas quoi faire de tout cet excédent a décidé de remplir les réservoirs des bagnoles...
    A savoir qu’au Japon et aussi en Iran les véhicules diesel sont interdits (au moins en ville) ; sont autorisé uniquement les camions, tracteurs et tout les engins lourds et de transports.

    Malgré sa pollution le moteur diesel a quand même des avantages : il a beaucoup plus de couple et tourne pratiquement deux fois moins vite (il s’use donc moins vite, l’usure mécanique augmente au carrée de la vitesse de rotation).
    Dernier point : Rudolf Diesel a conçu son moteur pour rouler a l’huile (de friture), ce n’est qu’après que les compagnies pétrolières l’on modifié pour le faire tourner au mazout...
    Donc interdire le diesel oui, mais pas n’importe comment.
    Je vois mal les 38 tonnes rouler a l’essence atmosphérique ou même compressé...
    NT.


  • #349991
    le 06/03/2013 par Cat A
    Diesel, la fin et les moyens

    ’De plus, importer du pétrole brut pour le traiter en France, puis réexporter de l’essence raffinée et importer du gazole pour satisfaire à la demande intérieure, a contribué à la décision des raffineries de s’installer au plus près des sources de pétrole brut pour éviter ce va-et-vient inutile’.
    Beh ouais, comme d’habitude on s’en sert après coup de prétexte. Croyez-le si vous le voulez tout ceci est prévu de longue date. La vraie pollution est industrielle. Le but est de jouer avec les prix de l’énergie de tous les jours et quand il sera trop tard, on regrettera amèrement d’avoir contemplé cette campagne de pub sur les méfaits du gasoil au lieu de dénoncer toutes les multinationales qui chient dans l’air l’eau et la terre, le tout sans filtre. L’économie s’effondrera bien plus sûrement lorsque l’affreux gasoil sera au même prix que l’essence. Une petite taxe écologique sera bienvenue aussi n’est ce pas ?
    Atlas shrugged. Signification (pas traduction) : voir Google.


  • #350104
    le 06/03/2013 par Kim
    Diesel, la fin et les moyens

    Voici un documentaire sur le diesel, la dangerosité de ce carburant était démontré bien avant que les industriels forcent la main aux enfoirés de politiques.

    http://www.youtube.com/watch?v=-ZHc...


  • #351171
    le 07/03/2013 par Rockefailure
    Diesel, la fin et les moyens

    Taxons Elie Diesel !


Afficher les commentaires suivants