Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pierre par pierre : de la lapidation à l’évolution de l’homme

Dans le cadre de l’ « affaire Sakineh », montée de toute pièces par le meneur de la Règle du Jeu, Infrarouge, une émission de la Télévision Suisse Romande, mettait en présence Marek Halter, écrivain français, juif, co-fondateur de SOS-Racisme, Saïda Keller-Messahli, suissesse d’origine tunisienne, présidente du Forum pour un islam progressiste, et Hani Ramadan, suisse d’origine égyptienne, directeur du Centre islamique de Genève. Il s’agissait donc de discuter de la lapidation, et Hani Ramadan ne l’ayant pas franchement condamnée puisqu’il voit en elle une mesure dissuasive difficilement applicable en vertu des lois coraniques qui l’entourent, tenait là le rôle du Vilain : celui qui ne prenait pas la défense de Sakineh. Il n’avait d’ailleurs pas signé la pétition contre la lapidation initiée par BHL, ce qui, dans la vision toujours manichéenne que l’on nous offre, signifiait bien évidemment son adhésion à cette pratique moyenâgeuse. Il fallait donc mettre tout de suite le téléspectateur du bon côté - celui des pratiques non moyenâgeuses - et la présentatrice de l’émission, ayant fouillé dans un livre publié en 1991 par Hani Ramadan, « La femme en Islam », y avait trouvé ce qui lui avait semblé être une Perle : parlant de la femme il évoquait «  sa fonction primordiale qui consiste à élever ses enfants ». Diable !

Par un raccourci improbable et pourtant efficace, l’animatrice télévisuelle mettait ainsi dans le même lot obscurantiste l’adhésion aux vertus dissuasives de la lapidation et l’adhésion aux vertus de l’éducation des enfants par leurs mères. Raccourci improbable si on le met à l’épreuve de notre raison - mais justement efficace parce que passant par la partie reptilienne de notre cerveau - il est surtout très éclairant de la manière dont on veut faire passer dans l’esprit des femmes que vouloir élever elles-mêmes leurs enfants avant toute autre préoccupation est d’un autre âge. Parce qu’ici, ce qui nous importe, c’est tout autant l’utilisation de la phrase supposée ringarde du livre de Hani Ramadan pour le diaboliser avant qu’il s’exprime sur la lapidation, que l’inverse, à savoir la relation que l’on impose dans la tête des téléspectateurs : penser que l’éducation de ses enfants pourrait, et même devrait, imposer aux femmes de mettre au second plan d’autres aspects de leurs vies est aussi contraire aux Droits de l’Homme – entendons là, par extension, aux Droits de la Femme – que la lapidation.

Revenons donc à la Perle : «  la fonction primordiale d’une femme consiste à élever ses enfants. ». Et posons-nous la question : quelle est la fonction primordiale de l’Humain ? Nul ne le sait, et depuis que l’Homme pense, c’est à dire depuis qu’il est Homme, il se pose la question. Devant cet abîme, et imprégnés de l’humilité qui ne peut que nous conduire à ne pas pouvoir donner une réponse définitive à ce qui reste la première et la dernière question d’une vie honnête, on ne peut que penser que devant notre incapacité à y répondre et quelle que soit cette réponse – destinée évolutive et historique commencée dans un amas de matière ou dessein divin – notre seul devoir, qu’il s’inscrive donc dans l’Histoire ou dans la réalisation d’une volonté qui nous dépasse, est bien de nous reproduire. Mais pas n’importe comment : nous reproduire en implémentant à chaque génération un petit plus, une plus-value pourrait-on presque dire, qui serait le fruit de l’expérience de chacun qu’il aura transmis à sa descendance. Entendons-nous bien : non pas l’expérience puisque celle-ci meurt avec nous, mais son fruit, son essence, le pas de plus qu’elle nous a permis de faire. Voilà donc la fonction primordiale de l’humain ! Pierre par pierre continuer l’œuvre commencée : s’améliorer lui-même, se reproduire puisqu’il est mortel, et donner les clés. Voilà ce qui, sur son lit de mort, devrait apaiser celui qui s’en va : le sentiment d’avoir, son devoir accompli par ses propres réalisations, passé le flambeau à d’autres qui pourront le mener plus loin encore. Il faut Faire et Transmettre. Chacun doit Faire, en fonction de ce qui lui a été transmis - c’est le sens de la parabole des talents – et la femme n’est pas exempte de ce devoir-là. Elle participe de l’avancée du monde, et les luttes des premières féministes qui réclamaient que leur soit donnés les outils pour leur permettre cette participation étaient légitimes, aussi bien au regard d’une vision matérialiste que spirituelle de l’humanité. Et chacun doit Transmettre - au risque de n’avoir fait que pour le néant - et l’homme n’est pas exempt de ce devoir-là. Mais avant de transmettre il faut modeler l’adulte en devenir, préparer le réceptacle du savoir, le rendre capable de cette réception. Un enfant non éduqué ne pourra ni avancer ni transmettre à son tour. Il ne pourra réaliser sa fonction fondamentale d’Humain et fera régresser l’humanité toute entière. Élever un enfant c’est permettre à l’humain qu’il est de devenir lui-même dans toutes ses potentialités. N’est-ce donc pas bien une fonction fondamentale de toute société ? Celui qui l’endosse n’est pas relégué dans l’obscurité d’un monde révolu. Il est au contraire l’éclaireur, celui qui éclaire ceux qui un jour seront devant. Ce rôle-là, Hani Ramadan, à la suite de nombreuses civilisations, le donne aux femmes. Nous devrions en être honorées.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • incroyable tant de censure, de mensonges et de mauvaise foi !
    Quelle indignation... Surtout lorsque l’on connait les véritables griefs invoqués dans l’affaire Sakineh : accusation pour homicide volontaire avec un complice, sur la personne du mari de Mme Sakineh. Et que la lapidation n’a à aucun moment été invoqué...


  • #4874
    le 08/03/2011 par un lecteur de l’intellectuel dissident
    Pierre par pierre : de la lapidation à l’évolution de l’homme

    Papier intéressant, mais avec lequel néanmoins je suis en désaccord. Non pas avec sa conclusion, que je partage (à moitié ;-)) mais avec cette phrase : "… en implémentant à chaque génération un petit plus… qui serait le fruit de l’expérience…".

    L’histoire de l’humanité nous prouve le contraire. Dans la Grèce antique vous aviez des génies, Platon, Socrate, …., la civilisation arabe a irrigué les mathématiques, la médecine, et a donné jour à des hommes illustres, Ibn Khaldoun, Averroès, Avicenne, Rûmi, Khayyam… L’Europe a également eu son siècle, alors comment expliquer que malgré la succession des générations et des "petits plus implémentés" nous ayons à faire aujourd’hui à des idiots illettrés ?

    Le raisonnement ne tient pas. Le temps ne superpose pas la connaissance chez les humains comme les sédiments dans la nature se superposent pour former une couche solide.

    Il manque une variable à votre analyse : la dépense d’énergie, car la connaissance et l’intelligence se méritent par l’effort, et l’être humain est allergique à l’effort.

    La preuve vous la trouvez dans une vidéo passée sur E&R, vidéo d’une émission de morandini dans laquelle une dame, qui visiblement était allée faire le bouffon dans une émission de télé réalité, justifiait son comportement par la phrase suivante : "on peut pas toujours s’prende la tête".

    Dans cette phrase il y a toute l’histoire de l’humanité.

     

    • Oui, mais je ne décris pas la réalité, seulement un idéal !
      Mépriser comme on le fait actuellement la tâche d’élever les enfants, c’est malheureusement aller dans le sens que vous décrivez et qui est illustré par la remarque de cette bouffonne chez Morandini...
      Un enfant élevé solidement n’est pas allergique à l’effort, parce qu’il connaît la joie que procure le dépassement de soi et la satisfaction profonde que l’on peut ressentir lorsqu’on a pris le chemin qui grimpe et qu’on est arrivé...


    • #4993
      le 09/03/2011 par un lecteur de l’intellectuel dissident
      Pierre par pierre : de la lapidation à l’évolution de l’homme

      J’aime bien votre idéal ainsi que votre optimisme, et je crois également à l’influence de la (bonne) éducation.
      Je reste néanmoins très pessimiste quand je regarde mes congénères.
      - vidéos d’Alain sonal : 30 000 visites
      - tf1 "joséphine ange gardien" : 6 000 000 de téléspectateurs

      Je crois malheureusement que le "on peut pas toujours s’prende la tête" a encore de beaux jours devant lui.

      Merci pour le papier.


  • Une différence notable vient du fait qu’avant les choses se passaient encore à l’échelle humaine ; on était obligé de sortir de chez soi pour s’informer sur ce qui se passe, on se fournissait à l’agriculteur, l’artisan et le boulanger du coin.

    Le lien de production à consommation était bien plus évident et immédiatement validé dans la quotidienneté, c’était beaucoup moins aliénant, aujourd’hui un ouvrier qui bosse à la chaine n’a de rapport au futur utilisateur du produit et à son sentiment d’être utile à l’autre qu’une représentation abstraite de la chose, on avait pas les moyens de notre ultra individualisme consumériste et abstrait d’aujourd’hui, et à l’époque (je schématise hein) la nation/le village/l’habitus de proximité avant de pouvoir être remis en question sur un terrain idéologique étaient avant tout des nécéssités immédiates.
    Et nos générations ont oublié tout ça pour ne l’avoir jamais connu, dans les villages améridiens les jeunes sont élevés par les anciens du village, ceux qui connaissant la vie, mais dans notre monde aux frontières brisées par les injonctions d’un marché toujours plus avide, ça parait impensable.


  • Un super article merci !


  • Mes chers camarades français, sachez que ce genre de propagande est le lot quotidien de la TSR, chaîne nationale.

    Récemment, ils ont diffamé le MCG que vous connaissez un peu.

    Et tout cela dure depuis au moins trente ou quarante ans. C’est grâce à cette propagande menaçante et aliénante que l’on a pu imposer au peuple suisse de se mortifier à ce point.

     

    • Eh oui ! malheureusement les chaînes suisses n’ont rien à envier aux françaises en terme de manipulation des esprits... Pour avoir vécu quarante ans à Genève j’ai pu voir la lente descente du peuple suisse parallèlement à celle du peuple français. Il lui reste heureusement quelques outils réellement démocratiques que nous ne connaissons pas de ce côté-ci de la frontière permettant malgré tout une résistance que nous lui envions. Mais j’ai bien conscience que la meilleure arme contre la vraie démocratie - celle dont ils ne veulent pas - étant la propagande...


  • Bonjour tout le monde !

    Tenez je vous donne quelque textes islamique sur l’anthéchrist(=dajjal=imposteur) en Islam :

    D’après Anas, l’Envoyé de Dieu a dit :
    « Aucun Prophète n’a été envoyé sans avoir mission d’engager son peuple à se méfier du Borgne,de l’Imposteur.Or, il est borgne, mais votre Seigneur, Lui, n’est pas Borgne(...)
    rapporté par Al Bukhariyy(7131) et Muslim (2933)

    Parlant sans doute du symbole de la franc maçonnerie ?....

    D’après Abu Hurayra, l’Envoyé de Dieu a dit :
    « Il est borgne et il apportera avec lui une image représentant le Paradis et une autre représentant l’Enfer. Et celle qu’il vous dira être le Paradis sera l’Enfer » rapporté par Al Boukhariyy(3338) et Muslim (2936)

    Umm Sharîk rapporte avoir entendu le Prophète dire :
    « Les gens fuiront le Dajjal en se réfigiant dans les montagnes" rapporté par Muslim (2945)
    Mon commentaire : Fuire le système dajjal ? à savoir fuir les villes ? pour allez vivre dans les campagnes ? et gagner en qualité de vie ?(car les villes trop ’dajjal’)

    Rib’iyy Ibn Hirash a dit :
    (...) Ce que les hommes croiront à la vue être de l’eau fraîche et douce. Que ceux d’entre vous qui atteindront l’époque du Dajjal tombent du côté du feu qu’ils croient voir, car ce sera une eau douce et bonne » rapporté par Al Boukhariyy(3450) et Muslim(2934)