Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

Cher Monsieur Collon,

Attaqué sur la forme que prend votre antisionisme par Alain Soral, vous y avez répondu brièvement - dans un premier temps - par un article publié sur votre site.

Nous devrions nous battre du même côté, et sur certains sujets, comme celui de la défense d’Hugo Chavez, nous le sommes. Déjà, lorsque je vous ai rencontré lors d’une tournée de conférences que vous faisiez avec Tariq Ramadan, je vous ai posé la question du nationalisme vénézuélien. Et déjà vous me répondiez que le nationalisme du sud est un nationalisme de résistance contrairement au nationalisme d’un pays comme la France, ou de la Belgique, qui serait un nationalisme agressif et à visée colonialiste.

Monsieur Collon, ne voyez-vous pas que ce nationalisme là, outre de mal porter son nom, a vécu depuis longtemps ? Que vous réfléchissez avec des catégories qui ont plus d’un demi-siècle d’obsolescence ? Un nationalisme conquérant n’est pas un nationalisme mais un impérialisme. Il faut redonner aux mots leurs sens, faute de quoi nous ne pouvons réfléchir sérieusement, et on pourrait d’ailleurs se demander s’il n’y pas dans la déformation du langage une forme de tromperie volontaire qui en tordant les mots rend impossible, et leur réfutation, et leur appropriation. Mais là n’est pas le sujet de ma lettre.

Un petit aparté encore avant d’aborder la suite : épargnez-nous s’il vous plaît les attaques faciles pour ne pas aborder le fond du sujet, en vous faisant l’écho de rumeurs d’un Le Pen qui pendant la guerre d’Algérie aurait été un tortionnaire... Je n’y étais pas, vous n’y étiez pas, c’était la guerre, il y a eu des saloperies des deux côtés, et même si cela s’avérait en partie vrai, il y a peu entre la torture et un interrogatoire musclé lorsqu’il s’agit de savoir où un attentat sur des civils innocents est peut-être en train de se préparer.

Sans compter les inventions a posteriori pour discréditer celui qui devait exister sans jamais pouvoir être fréquenté. Vous connaissez l’histoire du Front national, Monsieur Collon, et vous connaissez le dessous des cartes en politique : tout peut se dire et tout peut s’inventer lorsque c’est pour « la bonne cause », c’est à dire celle que l’on défend (1). Alors restons sur le terrain de l’analyse, le sol y est bien plus solide.

La France aujourd’hui est, tout autant que le Vénézuela - bien que de manière plus insidieuse parce que les forces de domination et d’asservissement, que l’on peut appeler l’Empire, s’y trouvent très efficacement relayées de l’intérieur - en position de devoir se défendre. Et contre cet Empire sans véritable figure qui veut faire du monde un vaste marché dominé par les multinationales, qui pour se déployer ne veut plus ni États ni frontières, quoi d’autre que retrouver l’idée de Nations, libres, indépendantes, protectrices et souveraines décidant en fonction de l’intérêt de leurs peuples et d’eux seuls quels accords, traités, alliances elles font entre elles ? Rien dans ce nationalisme là - le nôtre - n’implique que la défense des intérêts d’une nation irait de pair avec le non-respect de la souveraineté et de la liberté des autres nations.

Le sous-entendre comme vous le faites en assimilant nationalisme et impérialisme est une imposture. Le nationalisme bien compris, celui qui lutte contre le mondialisme, ne peut être que respectueux de toutes les nations. « Chavez, le Che, Lumumba, Nasser et Le Pen, même combat donc ? » dites-vous. Oui, chacun selon sa sensibilité, sa culture, son époque, l’histoire de son pays et sa réalité géopolitique se sont battus ou se battent pour la même chose : l’indépendance politique et économique de leur pays. En vous rappelant que lorsqu’il s’est agi de se coaliser pour amener la démocratie en Libye, le seul grand parti en France qui a dénoncé cette ingérence dans les affaires internes d’une nation souveraine – comme il l’a fait pour l’Irak, l’Afghanistan et peut-être demain l’Iran - c’est bien le Front National...

Mais venons-en à l’essentiel : l’antisionisme. Vous reprochez à Alain Soral de donner à la question religieuse une place trop importante. Et en même temps vous lui reprochez de faire le jeu de nos "philosophes" sionistes trop heureux de pouvoir taxer d’antisémitisme tout antisioniste qui émet une critique du judaïsme. D’abord sur la forme : faut-il donc accepter les catégories de nos ennemis – ici les sionistes qui en revendiquant l’existence d’un État juif font du racisme "anti-goy" une institution - pour ne pas « tendre le bâton pour se faire battre » ? Non, il faut les réfuter et jeter au loin ce bâton qui n’a pas lieu d’être. Ensuite sur le fond : le sionisme est un projet juif, même s’il a pu, au cours du temps, être supporté par des non-juifs.

Et un juif, qu’est-ce donc si ce n’est l’adepte d’une religion ? Mais peut-être – sûrement - qu’en homme de gauche vous refusez d’imaginer que le monde puisse être, aujourd’hui encore, dirigé par des pensées dont les racines puiseraient aux sources des textes sacrés. Pourtant la légitimation sioniste de la présence juive en Palestine - et pas ailleurs - s’y trouve bien. La Terre Promise est un concept religieux et la reconstruction du Troisième Temple un projet bien réel qui tire sa motivation de textes prophétiques. Même Georges Bush, en son temps, légitimait in petto, sa croisade contre l’Irak par la guerre de Gog et Magog (2) !

Mais peut-être me direz-vous encore qu’un juif ce n’est pas seulement l’adepte d’une religion, qu’il y a d’ailleurs beaucoup de juifs athées, qu’Herzl lui-même l’était, etc.... Mais accepter cela c’est accepter qu’il y ait un peuple juif en-dehors de la religion juive. Un peuple qui, parti de Ur, aurait erré dans le désert, puis après moult pérégrinations se serait installé enfin en Palestine, avant de se disséminer aux quatre coins de la Terre. Un peuple qui ne pouvait se fondre dans les autres – où sont les Celtes ou les Tartares aujourd’hui, si ce n’est fondus dans de nouveaux peuples ? - parce qu’il aurait une particularité qui le rendrait différent, non-miscible, quelque chose d’unique comme un gène, mieux qu’un gène, puisque le caractère qui y serait lié se transmettrait ou ne se transmettrait pas, sans jamais se métisser.

Vous êtes juif ou goy, jamais à demi-juif. Vous connaissez pourtant les thèses de Shlomo Sand (3), et avant lui d’Arthur Koestler (4) ? Et certainement que vous y souscrivez. Alors ? Qu’est-ce qui vous fait ainsi lever le bras pour vous défendre du bâton ? Vous voilà citant Tariq Ramadan qui, comme des milliers d’autres, la Licra et le Mrap en tête, lient l’antisémitisme à une forme de racisme. Nous y voilà ! Si l’antisémitisme est une forme de racisme - comme le désire une certaine élite sioniste en place pour empêcher toute critique du judaïsme et du sionisme qui en est issu - alors le « sémite » est le représentant d’une race, ou disons - puisque je suppose encore une fois qu’en homme de gauche vous réfutez le mot même de race – d’une ethnie particulière. Mais quelle ethnie peut trouver en son sein aussi bien des blonds aux yeux bleus, des roux, des peaux mates aux regards foncés que des noirs de peau ? Aucune. Alors d’où vient le ciment de ce "peuple" ? D’où vient-il si ce n’est d’une religion commune ?

On tourne en rond, vous le voyez bien. Ce peuple n’est peuple que par la désignation divine - selon ce peuple lui-même - qui a fait de lui le Peuple Élu. Et de la Palestine la Terre qui lui aurait été promise par leur Dieu. Vous ne pouvez pas sortir de là. Faire de ce peuple une entité anthropologique unique c’est non seulement accepter l’idée génétique de la judaïté, mais c’est en plus accepter que cette idée génétique bouleverse toutes les notions de la génétique en ne se transmettant que par la mère ( je n’ignore pas l’ADN mitochondrial mais vous savez aussi bien que moi que la recherche de ce côté là n’est qu’une tentative de justification désespérée) et qui porterait sur un caractère qu’on ne retrouverait ni dans le phénotype ni dans une particularité du métabolisme de celui qui en aurait hérité. C’est absurde.

Un dernier mot : il n’y a pas de « politique coloniale israélienne », Monsieur Collon ; l’existence d’Israël est une politique coloniale à elle toute seule, mais une politique coloniale qui n’est pas celle d’une nation, comme l’a été la politique coloniale de la France ou de la Belgique. Elle est le fruit d’un concept religieux qui est le fondement du judaïsme (5), et qui fait des Juifs des hommes différents de tous les autres hommes - un peuple à part de tous les autres peuples - et qui auraient sur une terre sur laquelle ils n’ont pas majoritairement vécu depuis deux mille ans, des droits imprescriptibles.

Or, vous n’acceptez pas cela, et vous avez raison. Mais alors comment, si vous pensez qu’être juif ce n’est pas faire partie d’une race à part, ni par élection divine, ni par l’existence d’un génome spécifique, justifiez-vous que cet antisémitisme qu’on nous jette à la figure soit un racisme ? Vous ne le pouvez pas, et c’est pour cela que, comme tous les autres qui manient ce bâton, vous prenez soin d’en faire un racisme "à part", une « forme de racisme »... afin d’embrouiller suffisamment les concepts pour que la raison , tétanisée, ne puisse répondre.

Notes :

1-À ce petit jeu là, les détracteurs de Chavez vous proposeront ce lien : http://totalitarianimages.blogspot....

2-http://www3.unil.ch/wpmu/allezsavoi...

3-Comment le peuple juif fut inventé, 2008

4-La treizième tribu,1976

5-Voir le livre d’André Gaillard, Le sionisme en Palestine / Israël, fruit amer du judaïsme, 2004

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #21189

    Très bonne réponse à Michel Collon, mais il aurait fallu préciser que ce ne sont pas des juifs qui sont derrière tout ça, mais des personnes qui se disent juives et qui utilisent ce terme pour arriver à leur fin. De plus, ils réussissent à faconner les nouvelles générations avec cette mauvaise interprétation dû en partie au Talmud (qui n’a rien à voir avec les paroles de Dieu) et aux quelques déformations des textes anciens ou à la mise de coté de textes véritables. Ils appliquent ici la meme méthode que le furher avec les jeunesses hitleriennes et ils est très compliqué de faire ouvrir les yeux à des personnes ayant cru cela toute leur vie, tout comme il est compliqué de faire ouvrir les yeux aux citoyens sur ce qu’il se passe réellement dans le monde.
    Et oui, s’il y a eu prise de la terre sainte et l’objectif de reconstruire le 3eme temple, c’est pour défier Dieu, si on analyse les textes saints. Et si Israel est constamment protégé par les grandes puissances politiques, economiques et médiatiques, c’est bien sur parce que toutes les élites veulent voir ce projet malsain se concrétiser. Et comment le protéger ouvertement : l’antisémitisme.
    Il y a donc 2 courants :
    - le véritable qui se base sur la Torah et suit les enseignements de Moise
    - le faux qui suit le Talmud et a voulu la conquete de la terre sainte afin de reconstruire le temple
    Malheureusement, les actes horribles voulus de la seconde guerre mondiale par les faux juifs (l’holocauste, financé par des "juifs" comme Rodschield) servent leur objectif en étant un parfait alibi.

    Je pense qu’il aurait été important de préciser ça pour être complet

     

    • Je pense que cette précision est déjà énoncée et contre-argumentée :
      - dans l’entretien de mai 2011 à partir de 11’50" jusqu’à 19’10", à 38’25" à 39’00",
      - dans la première partie de la vidéo Comprendre l’Empire d’Alain SORAL par Franck ABED publiée le 25 mai 2011 à partir 38’38" jusqu’à 40’37" et à partir de 52’ 06" à 53’40".
      .
      Qu’y réponds-tu ?


    • #21334

      mais il aurait fallu préciser que ce ne sont pas des juifs qui sont derrière tout ça, mais des personnes qui se disent juives et qui utilisent ce terme pour arriver à leur fin. De plus, ils réussissent à faconner les nouvelles générations avec cette mauvaise interprétation dû en partie au Talmud (qui n’a rien à voir avec les paroles de Dieu) et aux quelques déformations des textes anciens ou à la mise de coté de textes véritables.



      Voilà ce qui s’appelle du pilpoulage de première catégorie et de la chutzpah de champion bravo l’artiste


    • #21446

      @ réveillez-vous

      Effectivement !!! loooool
      Des fois, il faudrait se relire encore plus attentivement !!! Mais j’espère qu’on a compris ce que je voulais dire. Et il y a tellement de pipouillages dans ce puzzle de malade... (meme si ca n’excuse pas le mien !!)
      C’est pas grave au final, on se comprend tous ici. On sait qui sont les mauvais.

      Encore récemment, j’essayai d’expliquer un minimum cette "victimisation" des juifs à un ami qui m’a arrêté tout de suite en me disant, convaincu, que c’était le "peuple" qui avait le plus mangé dans l’histoire de l’humanité (sic)...


    • #21460

      @ Guillaume

      Je suis tout a fait d’accord avec Alain Soral. Je pense pas avoir dit le contraire de ce qu’il dit. Meme si sur les 2 courants que je décris, celui des juifs suivant l’enseignement de Moise (cad les antisionistes) représentent que 1% (peut etre plus mais c’est sur qu’ils ne sont pas nombreux).
      Si j’ai dit le contraire, dis-moi où que je puisse etre plus explicite.

      En fait, j’aurai voulu que l’auteur précise ca pour pas qu’on puisse dire facilement que ceux qui sont contre les idées (politiques ou autres) des sionistes et de ceux qui les soutiennent (qu’ils soient juifs ou pas) ne soient pas taxés d’antisémites, puisqu’il y en a qui se plaisent à le faire.
      Ces idées ou pensées sont plus d’ordre franc-maconnico-kabbalistico-sataniste (lol) que véritablement juive et utilisent ces véritables croyances juives comme écran.
      Au pire, c’est juste un ajout à l’argumentaire qui ne cherche pas à contredire ce qui a été dit. Il me semblait que ca manquait ici (sauf si j’ai pas lu assez attentivement). C’est tout.
      J’espère avoir répondu à ta question. Sinon, tu me le diras !!


    • @ilétaitunefois



      Meme si sur les 2 courants que je décris, celui des juifs suivant l’enseignement de Moise (cad les antisionistes) représentent que 1% (peut etre plus mais c’est sur qu’ils ne sont pas nombreux)



      Avec cet ajout, on est d’accord. Car la question faux/vrai juif (ou bon/mauvais juif) relève plus de la théologie et est par conséquent peu politique.

      Merci pour ta réponse.


  • "Et déjà vous me répondiez que le nationalisme du sud est un nationalisme de résistance contrairement au nationalisme d’un pays comme la France, ou de la Belgique, qui serait un nationalisme agressif et à visée colonialiste."

    Ce que Collon évacue (Trotskisme oblige...), c’est que la France n’est ni plus ni moins qu’un pays colonisé, et il fut même colonisé et colonisateur en même temps, notamment durant la IVème république.


  • Excellent papier.
    J’espère que celui à qui il est adressé répondra vite.
    Merci E&R pour ce travail de pacification.

     

  • faudra que je relise une seconde fois pour capter les nuances, quoiqu’il en soit c’est déjà d’un tout autre niveau d’argumentation que LLP (peut-on vraiment parler d’argumentation chez ce dernier ??)


  • « Cela fait désormais tellement longtemps qu’on dit aux gens que noir, c’est blanc et non seulement ça, mais si quelqu’un s’avisait de nier que noir c’est blanc, il serait immédiatement dénoncé pour antisémitisme, avec toutes les pénalités afférentes. On nous maintient dans un cul-de-sac moral et intellectuel, dont la finalité est de réduire au silence toute critique du pouvoir israélien et juif. En disant l’indicible, nous pouvons nous libérer nous-mêmes, et libérer autrui. Et pensez-y : quelle ne sera pas votre satisfaction, la prochaine fois où on vous taxera d’antisémitisme, de pouvoir répondre : « Eh bien, je n’en sais rien. Mais j’ai des critiques très fortes, mais légitimes à faire aux Juifs et à la manière qu’ils ont de se comporter. et j’ai bien l’intention de le faire savoir » ? » Extrait d’un texte de Paul Eisen, président de l’association « Deir Yassin Remembered » http://www.alterinfo.net/Paul-Eisen...
    M. Collon comprend cela, de même qu’il comprend que le nationalisme défendu par A. Soral n’est pas un impérialisme. Peut-être cherche t-il à ne pas devenir un "infréquentable", tout simplement.
    En tout état de cause, merci pour son décriptage des merdias aux ordres. C’est eux qu’il faut commencer par abattre. Ca urge !!


  • #21263
    le 07/06/2011 par Gare Field le Chat de la Loge
    Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

    Tout est dit, et bien dit.

    Rien à ajouter, donc Bravo, clair, concis, complet et imparable.


  • Le problème des milieux anti-sionistes de gauche en Belgique francophone est son soixante-huitardisme exacerbé et suranné. Le parallele entre le nationalisme du 19ème et le sionisme etait au depart un stratagème de Collon pour sensibiliser les bourgeois de gauche mondialiste et passivement sioniste au méfait du sionisme en le comparant au colonialisme européen dont ces memes bourgeois ont été dressé a y ressentir une tetanisante décharge pavlovienne.

    Tout les grands contestataires de gauche en Belgique francophone (c’est une specialité), penseur ou comique (Noel Godin), malgré leur rebellitude intrinseque, ont un discours tout a fait parasité par le dogme soixante-huitard, dont le deuil a du mal a se faire contrairement a la France qui tourne la page aujourd’hui...


  • Bravo pour cette mise au point, et si je puis me permettre d’étoffer …
    Il convient de préciser que, la dénomination « juif » n’existait pas à l’époque de jésus, on parle de judéens comme en témoigne la traduction du INRI surplombant la croix de jésus, à savoir Iesus Nazarenus rex Iudaeorum, ce qui donne : « Jésus le Nazaréen, roi des Judéens ».
    Pour plus d’information (http://moissondeselus.org/Jesus-Chr...)
    Lorsque Monsieur Attali, juif azkhénaze, parle du peuple juif, de quoi ou de qui nous parle-t-il ? Sont-ce les pharisiens ?
    Se réfère-t-il aux Khazars qui adoptèrent le judaïsme au environ de 740 ? Religion qui aurait sans doute périclité sans la conversion de ces turcos caucasiens à la réputation belliqueuse.
    Ces cosaques vivaient de rapine mais ils seront défaits par les russes. A la suite, soumis aux règles du Talmud de Babylone ; ils s’enfermeront dans les ghettos, et ceci de manière volontaire, puisqu’il s’agit de ne pas se mélanger avec les gentils.
    Il conviendrait donc qu’ils se présentent pour ce qu’ils sont, des talmudistes.
    Quant est il des Séfarades, sont ils originaires de Palestine ?
    Le mot Séfarade désigne en hébreux la péninsule Ibérique.
    On connaît l’histoire rapportée de cette présence et des pogroms de 1391 en Espagne. Mais l’histoire officielle ignore le rôle du Talmud dans cette triste affaire.
    En Israël, le grand rabbin séfarade représente surtout les Juifs issus des anciens pays arabes, bien plus que ceux se réclamant d’une identité ibérique, désormais fortement diluée ( Wikipédia) ;

     

  • Pourquoi les sionistes mettent-ils comme condition sine qua non l’acceptation, par les palestiniens et le monde entier, de l’appellation "Etat juif" pour Israël s’il n’y a pas de rapport fondamental entre sionisme et judaïsme...
    Évidemment que la possibilité du sionisme, qu’il soit appliqué par la force ou dans l’attente du messie (retour à Sion) se trouve en puissance dans le judaïsme. Mais rien n’empêche les juifs non plus de refuser la manière forte par la guerre, comme c’était encore le cas à l’époque de Herzl ou Weizmann.
    Ceci dit j’ai du mal à voir comment concrètement cet État pourrait disparaître, cesser d’exister en tant que tel. Même une terrible guerre ne fait pas disparaître un État moderne. Sauf à le faire à la façon des Romains qui rasaient pierre par pierre les villes ennemies qu’ils voulaient voir disparaître définitivement...
    Personne ne le souhaite vraiment mais en même temps ça ne peut pas durer comme ça encore 60 ans ! Que faire ?


  • Je suis d’accord en tous point avec cette lettre, espérons que Collon daigne répondre, car je le répète, je ne pense pas que Collon soit du coté obscur de la force.
    Il se trompe sur certains sujet, mais il est très pertinent sur d’autres, au même titre que Soral d’ailleurs, qui admet s’être trompé par le passé (cela n’en fait pas un collabo).


  • "Je n’y étais pas, vous n’y étiez pas, c’était la guerre, il y a eu des saloperies des deux côtés, et même si cela s’avérait en partie vrai, il y a peu entre la torture et un interrogatoire musclé lorsqu’il s’agit de savoir où un attentat sur des civils innocents est peut-être en train de se préparer."

    A mon avis cette phrase est de trop.... C’est justement ce "peu" qu’il faut éviter pour rester "humain".... Vous donnez là un bâton à votre adversaire....


  • Collon ne veut pas gagner un brevet d’infréquentabilité et se voir ainsi exclue des médias grand public, ceci probablement pas par pure lâcheté ni complicité volontaire mais parce qu’il se considère plus utile à pouvoir continuer son travail d’information en s’achetant son droit d’accès aux médias en faisant quelques concessions sur certains points. Il croit ainsi pouvoir être efficace or il se trompe et ne fait que jouer le rôle d’idiot utile.
    S’il est parfois bon de louvoyer avec l’ennemi il y a certains points sur lesquels on ne peut pas faire l’impasse sans devenir à son insu complice de l’ennemi que l’on est sensé combattre. L’oligarchie a assis son empire sur le monde grâce à ce système de concession. Grosso modo il y a un deal officieux qui est fait en ces termes : "Tu as le droit de tout dire sauf ça et ça". Or les quelques points sur lesquels il est interdit de débattre sont justement fondamentaux et c’est bien pour ça qu’ils sont tabous !

    Quoiqu’il en soit Collon en abandonnant sa ligne habituelle "je n’ai pas étudié le sujet donc je m’abstiens d’aborder le sujet..." a fait une connerie monumentale. En effet il a mis le doigt dans l’engrenage et se retrouve à devoir justifier une position qui n’est pas autrement justifiable que par un "vous avez raison mais je ne veux pas devenir infréquentable." Or au lieu de cela il nous pond des arguments stupides qui le font passer pour un guignol...


  • Dans la mesure où les médias dominants demeurent la télé et les journaux, il faut pas jeter la pierre à Collon de vouloir rester "fréquentable" pour pouvoir diffuser son message.
    Tout le monde n’a pas forcément envie de vivre dans l’ombre ou d’aller au martyr.
    Le plus efficace n’est pas forcément d’attaquer de front. On passe pour des complotistes, des illuminés, des paranos.
    C’est naïf de penser qu’on peut changer un système en le dénonçant de front, brutalement.

     

  • #21600
    le 08/06/2011 par un lecteur de l’intellectuel dissident
    Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

    Je sais que la modération est subjective et aléatoire, mais je n’ai pas pour habitude de me faire doux pour passer à la télé.
    - je partage complètement l’avis de T, c’est d’ailleurs avec ce type d’arguments qu’ils justifient guantanamo, abu graib, les geôles israéliennes, etc.
    - "et même si cela s’avérait en partie vrai" => et même si cela s’avérait en partie
    - papier pas si mauvais que ça au final


  • #21710
    le 09/06/2011 par Indépendances nationales
    Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

    Simplement une réaction sur la question des "nationalismes". Je pense qu’il y a 3 positions possibles vis à vis de la Nation :

    1 : la SOUMISSION nationale, qui accepte de devenir le vassal d’un empire.
    2 : la SUPREMATIE nationale, qui veut s’étendre et construire soi-même un empire.
    3 : l’INDEPENDANCE nationale, qui se défend contre les envahisseurs mais respecte de son côté les autres nations.

    Si la critique de la position 2 (impérialiste) est justifiée, elle ne doit pas conduire à l’acceptation de la vassalité (position 1). La seule position à la fois cohérente (car réciproque), ethique et viable est la troisième, qui préconise INDEPENDANCE (économique, monétaire, budgétaire, politique, militaire, culturelle, linguistique...) de chacune et COOPERATION entre nations.


  • Anne Lucken a ecrit :
    "Or, vous n’acceptez pas cela, et vous avez raison. Mais alors comment, si vous pensez qu’être juif ce n’est pas faire partie d’une race à part, ni par élection divine, ni par l’existence d’un génome spécifique, justifiez-vous que cet antisémitisme qu’on nous jette à la figure soit un racisme ? "




    Pour que l’antisémitisme soit un racisme, ne suffit il pas que les non-juifs considèrent les juifs comme une race , peu importe que ceci soit vrai ou faux ?

     


    • Pour que l’antisémitisme soit un racisme, ne suffit il pas que les non-juifs considèrent les juifs comme une race , peu importe que ceci soit vrai ou faux ?



      La question est "Est-ce le cas ?".


  • Tout le problème est que les juifs ne sont pas obigatoirement sioniste et que les sioniste ne sont pas obligatoirement juif ! Je dirait que les points de vue de Michel Collon et Alain Soral sont (très) très proche, Michel Collon étant (ou voulant être) plus "politiquement correcte". Personnellement je trouve que ce déclarer anti-sioniste c’est facilité le travail des BHL et consort (car sioniste sous entend juif donc anti-juif = antisémite , l’amalgame est trop facile !) ; il serait plus judicieux de se déclarer anti-communautariste !


  • #22095
    le 10/06/2011 par Anti-Sioniste qui vient de rompre avec Soral
    Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

    J’ai lâché la lecture de cet article au moment où l’auteur s’est mis à justifier la torture sous prétexte de déjouer des "attentats"
    Comment combattre après ça le sionisme qui justifie lui aussi les assassinats et la torture contre le "terrorisme" palestinien, on ne peut être pour l’Algérie française et contre Israël, dans les deux cas il s’agit de colonisation de peuplement avec tout ce qui va nécessairement avec : racisme institutionnel, la résistance de l’autochtone qui devient du "terrorisme" et le fameux renvoi dos à dos entre un occupant et un occupé, un oppresseur et un oppressé, non chère madame, les horreurs n’étaient pas des deux côtés pendant la guerre d’Algérie, et pour citer Larbi Ben M’hidi, les algériens auraient volontiers échangés leurs bombes contre le Napalm de l’armée française.

     

    • #22109
      le 11/06/2011 par les horreurs de la guerre
      Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

      L’auteur ne justifie pas "la torture", elle justifie "un interrogatoire musclé". Lisez bien.
      Vous dites par ailleurs : "non chère madame, les horreurs n’étaient pas des deux côtés pendant la guerre d’Algérie". Ah bon ? Vous sous-entendez quoi par là ? Que seuls les Français ont commis des horreurs, ou que seuls les Algériens ont commis des horreurs ? Vous croyez vraiment que ça existe une guerre où un seul camp commet des horreurs ? Par définition c’est la guerre elle-meme qui est une horreur... non ?


    • Comme le commentaire ci-dessus, je vous répète : bien sûr qu’il y a eu des horreurs des deux côtés ! Et pas besoin de napalm pour cela. Ne confondez pas le fait qu’il y ait des horreurs avec la légitimité de la lutte pour laquelle elles ont lieu. Prenons un exemple : si un Palestinien attrapait un colon ou un soldat de Tsahal et le torturait longuement avant de lui trancher la gorge, de l’émasculer et, au hasard, de lui mettre ses organes dans la bouche, ce serait une horreur, et l’acte ne serait pas justifiable. Pourtant cela n’enlèverait rien à la légitimité du combat palestinien.
      De plus, non seulement vous n’avez pas lu jusqu’au bout mais vous m’avez mal lu : à aucun moment je dis que je suis pour l’Algérie française. D’ailleurs mon propos n’est pas là.


    • @Anti-Sioniste qui vient de rompre avec Soral

      Lepen, acte "individuel" dans un contexte collectif de guerre mais jugé répréhensible par "tous" versus Israël, acte étatique dans un contexte de colonisation mais légitimé par "tous" ?


  • #22355
    le 11/06/2011 par avouedusaintsepulcre
    Du judaïsme au sionisme : lettre ouverte à Michel Collon

    Félicitations à l’auteur pour cet article courageux. J’apprécie particulièrement la ligne prise par ER ces derniers temps qui dénonce désormais intelligemment Chomsky ou Collon et qui ose s’inscrire dans une opposition radicale à la religion juive, la source profonde du mal. En effet, le seul élément stable qui permet de définir le lobby sioniste est bien l’origine religieuse de ce fanatisme odieux. Les multiples déviances et différences de l’Ennemi, derrière lesquelles les idiots utiles comme Collon se cachent, ne doivent pas faire oublier la racine commune du mal : le judaïsme talmudique et la notion dévoyée de "peuple élu" et de "Terre promise".

    Cela fait des années que je suis Collon et j’avais repéré depuis longtemps les limites de son discours. Il est toujours étonnant de voir combien les tabous idéologiques empêchent un homme intelligent de penser.

    La vraie ligne de combat aujourd’hui est celle-là : il faut professer un anti-judaïsme radical. Il faut dénoncer non pas la race, qui n’existe pas, mais la pensée, la philosophie, la religion juive qui est un système cohérent de domination-dissolution des nations. Un messianisme fanatique qui a prouvé son caractère satanique tout au long de l’histoire. C’est une des grandes gloires de l’Eglise catholique d’avoir toujours ; jusqu’au funeste Concile de Vatican II, combattu contre le talmudisme juif. On voit quels sont aujourd’hui les effets de la démobilisation de la chrétienté à ce sujet, ils sont tout simplement dramatiques. J’invite tous les membres d’ER intéressés par les questions religieuses à lire les textes théologiques sur la question juive rédigés sur le site "La Question", un très bon site de combat catholique :

    http://www.la-question.net/archive/...

    http://www.la-question.net/archive/...

    http://www.la-question.net/archive/...

    http://www.la-question.net/list/con...

    http://www.la-question.net/archive/...

    Car la réponse au satanisme juif n’est pas politique, elle est avant tout religieuse. La seule manière de combattre cette fausse religion est de promouvoir la vraie religion, celle du Sauveur qui a précisément dénoncé le pharisaïsme juif. Il faut convertir les Juifs. Relisez les Evangiles, tout est écrit !

    Salutations sincères à l’auteur,

    L’avoué

     

  • http://www.michelcollon.info/Soral-...
    Collon pret à débattre avec Soral en septembre...

     

    • Michel Collon, ou le train de retard. Surtout ne pas critiquer les Juifs. Les Sionistes, c’est tout sauf juif. Je ne sais psa d’où ça vient. Peut être des confins de l’espace, mais certainement pas du judaïsme.
      Toujours est-il qu’à l’heure actuelle c’est largement soutenu par les Juifs dans leur ensemble.
      De plus, de par sa lâcheté, Collon apporte son soutien à la méthode ad hominem qui use et abuse de l’antisémitisme, alors qu’il faut s’en défaire. Donc tant qu’il restera coincé sous ce plafond de verre, il n’ira pas bien loin. Il restera éternellement terrifié par cette mafia juive qui ne dit pas son nom. Soral a le courage d’aller au fond des choses, lui.


  • #22840

    Le caché, le cachet et le cacher
    G. Bush a lancé un ultimatum : "vous êtes avec nous ou contre nous." ce qui veut dire pour les mal entendants "vous êtes avec nous ou.. vous n’êtes plus".
    L’erreur est de mordre à l’hameçon tel qu’il est présenté dans sans sa fausseté originelle.
    Alors je crois qu’il faut dire bien haut et fort : nous sommes contre vous et votre empire en papier-cul qui s’effondre devant la force du divin en nous.
    Soral ne commet pas d’erreur en identifiant sionisme et judaïsme, sinon il faut se demander pourquoi 90% des rabbins le façonnent officiellement. Pour répondre à Collon car son site ne permet pas les commentaires. Site connu grâce à Soral le mégalo, qui le propose sans réciprocité.
    Je suis pour un réveil des consciences avant une révolte des nations, de là l’information nécessaire à avoir. Le combat terrestre, de classe et de nation est subordonné à celui des êtres, des âmes. Tout concept émet des croyances puis des actes. D’où l’importance du savoir, du verbe, de la force de conviction. Ils le savent bien en face, où nous avons ceux qui s’auto-proclament race élue, d’une humanité supérieure à l’âme pure destinée à régner sur des porcs. Un aveu et un comble si l’on voit qu’Israel devient par là le coeur caché et cacher de la porcherie.
    Ah, et pour ceux qui baissent les bras, pensant se réfugier dans un mysticisme détaché, vous faites erreur. Les grands penseurs, les maitres étaient issus de familles combattantes ou combattant eux-mêmes. Le prochain qui vient aussi. La spiritualité ce n’est pas un apolitisme béat provoqué par la lecture de sutras ou la pratique du yoga. Vous avez plutôt besoin d’un coach ou d’un cachet. C’est une forme de consommation et de soumission. Sans démarche intérieure vous subissez un lavage de cerveau new age.
    Avant d’accepter un novice dans le monastère, le maitre s’assure qu’il est entier. Ce n’est pas un hasard vulgaire. Reprenons nos esprits, ce n’est pas si difficile de voir ce qui est mal et de le dénoncer, c’est le premier pas pour le combattre.


  • Le texte de Mme Lucken reprend une polémique qui sert régulièrement de cage à noyer pour tout débat autour des crimes d’ Israël ( quels qu’en soit le parti-pris ). Tenter une réponse à sur ce sujet , c’est poser le pied sur le plus vieux piège du monde occidental : la nature du peuple juif !
    L’ expérience du débat enseigne une seule façon d’ ôter le pieds de cette mine anti-personnel : au dessus de ces considérations internes au peuple juif , il y a les valeurs humano , consensus de tous les peuples : voler c’est mal , tuer c’est pire , mentir pour cacher des meurtres.... etc
    Toute violation des règles de bases par un groupe constitue une autorisation pour le reste de l’ humanité à ne plus respecter ces règles de base envers ce groupe .
    PEU IMPORTENT LES NOMS QUE SE DONNENT CES GROUPES .
    Que les Juifs se prennent la tête sur la nature de leur feeling de groupe , ça les regarde , tant qu’ils ne s’en servent pas pour nous faire accepter l’inacceptable.
    En fait , ce qu’est le groupe humain juif ,ça ne nous regarde pas .
    Mais égorger un inconnu parce qu’il est Arabe , ça nous regarde tous !( Julien Souffir , Juif parisien assassin du Commissaire de Police Français Alexis Marsan , a aussi égorgé un inconnu ,chauffeur de taxi de Tel Aviv, parce qu’il était Arabe .Bien que reconnu l’ auteur du meurtre, Il fut innocenté par l’ autorité judiciaire d’Israël)
    Pour juger une situation , quand l’ inflation de paroles leur ôte tout crédit , il reste les actes .
    C’est la définition de cette vieille philosophie populaire qui se retrouve dans les proverbes .
    De la Chine à l’ Afrique , Issus de millénaires d’ observation pratiques du genre humain , leur démontage analytique de nos jeux de pensée est le plus universel . Cherches à qui le crime profite , qui veut tuer son chien ....
    Seul le langage est complexe . Les intentions réelles des actes humains qu’il sert à cacher sont toujours simples car nos motivations courantes sont en nombre très réduit .(moins d’une douzaine !)


  • Le sionisme est le prolongement du judaïsme :

    http://resistancemusulmane.over-blo...


Afficher les commentaires suivants