Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Du Brexit et de l’Italexit

Le référendum italien a donc confirmé que l’Union européenne est aujourd’hui largement remise cause par les électeurs de divers pays. On en avait eu un exemple avec le referendum sur le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’l’Union européenne en juin dernier.

 

La défaite de Matteo Renzi, ses causes et ses conséquences

Si le référendum a largement polarisé l’attention des médias, c’est en raison de son résultat, un non massif à près de 60% et de la démission du Premier ministre Italie M. Mattéo Renzi, qui peut ouvrir une nouvelle période d’instabilité politique en Italie.

À travers le résultat du référendum italien, ce sont bien les politiques de l’Union européenne qui sont remises en cause : baisse des salaires et des prestations sociales et libéralisation du marché du travail. L’Italie traverse en effet depuis de nombreuses années, en fait depuis le début des années 2000, une crise grave. Aujourd’hui, l’Italie est à peu de choses près au niveau qu’elle avait atteint en 2000.

Autrement dit, ces seize dernières années n’ont vu aucune croissance. La faible croissance enregistrée de 2000 à 2007 a été entièrement détruite par les années suivantes. Le constat est encore pire si l’on regarde la croissance par habitant. En PIB par tête, l’Italie est aujourd’hui revenue au niveau de 1997, autrement dit à un niveau antérieur à la création de l’euro. Nul ne doute que le discours des pères de l’euro selon lequel ce dernier devait créer spontanément un croissance d’au moins 1 % par an y soit pleinement apprécié à sa juste valeur. Une partie de ce phénomène est imputable à la crise financière, bien entendu. Mais une partie seulement.

Car, depuis 2010 il est évident que l’Italie affronte des problèmes différents de ceux de la crise financière. On peut le mesurer à l’importante crise bancaire que ce pays connaît, et qui prend d’ailleurs une dimension politique en raison de la compromission de plusieurs proches du Premier ministre et du gouvernement dans cette crise.

[...]

La réforme parlementaire qui a été rejetée le dimanche 4 décembre par 60 % des citoyens italiens était-elle nécessaire. Les Italiens ont-ils voté contre cette réforme ou contre les élites politiques et Bruxelles ?

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Sur l’Union européenne, lire chez Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1623767
    le 14/12/2016 par dixi
    Du Brexit et de l’Italexit

    Il n’y a qu’une chose à comprendre ,et cela saute aux yeux .L’Europe et l’euro n’ont pas été créé pour satisfaire la population ,mais simplement les personnes qui les ont eux-mêmes créé.

     

  • #1624210
    le 15/12/2016 par Mort de rire
    Du Brexit et de l’Italexit

    Il n’y aura pas d’italexit, les italiens sont contre l’euro( à cause de la crise) mais pas contre l’UE, la Grande Bretagne sera probablement le seul exemple de sortie de l’UE car il s’agit du seul peuple opposé à la construction européenne( le RU n’est entré dans le marché commun que pour des raisons financières, car dans les années 70-80 l’économie britannique était en crise)