Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Gilets jaunes, la révolution qui vient – Grande réunion publique avec Alain Soral, Hervé Ryssen, Jérôme Bourbon et Yvan Benedetti

Le samedi 19 janvier 2019 a eu lieu à Rungis, devant plus de 500 personnes, une grande réunion publique sur le thème : « Gilets jaunes ou la révolution qui vient ! ».

 

Les intervenants étaient Hervé Ryssen, Yvan Benedetti, Jérôme Bourbon et Alain Soral (Élie Hatem était représenté par Cyriaque de Vulpillières).

 

Les interventions :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Les questions du public :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 

Livres de Alain Soral (85)







Alerter

142 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • J’aime beaucoup Hervé Ryssen.
    Mais, j’ai été très étonnée quand il a dit clairement qu’il aimerait voir des gauchistes et des blacblock dans les manifs des GJ pour faire de la casse, alors que par ailleurs, dans sa dernière vidéo, il critique des GJ gauchistes plus ou moins intellectuels tels que François Boulo ou Maxime Nicolle, qui expriment dans les médias de masse leur idées gauchistes, sociale, mondialistes, lgbtistes, écologistes...idées tolérées, validées par le pouvoir.

    Est-ce intellectuellement honnête d’à la fois accepter la violence de gauchistes pour servir le mouvement (et cela reste à discuter) et de refuser leurs idées au sein du mouvement ?

    D’autant plus que Ryssen semble vraiment rejeter la gauche dans son ensemble, c’est à dire la gauche sociale et sociétale (quand Soral ne rejette que la gauche sociétale et valide la gauche sociale, la gauche du travail). Pour être très schématique. Dites moi si je me trompe.

    Boulo nous a fait une excellente critique de l’ISF, très pédagogique. Il est peut-être de gauche, mais d’une gauche intelligente (même s’il est vrai que l’on se serait bien passé de sa tirade sur la transition écologique), qu’il faut soutenir à mon sens.

    En fait, je me rends compte que j’ai du mal à cerner Ryssen.

     

    Répondre à ce message

  • #2137498

    Qu’est il ariivé pour en arriver à cette dramatique revendication dans cette expression " maitres chez nous "
    ainsi vous avez le sentiment que le chez vous vous a été confisqué ; c’est lourd de contenance et de conséquences ; on est loin de des festivités de la croisette .

     

    Répondre à ce message

  • #2137509

    Merci de nous faire rire avec le chef indien ,tenez vous bien il est le chef de la tribu et qui s’appelle du nom bien commun .(58-33’)

     

    Répondre à ce message

  • #2137562

    La démocratie, c’est la dictature absolue du capital. Personnellement, je ne tiens pas à gérer moi-même les conditions de ma servitude. Chouard et d’autres réformistes croient que la situation actuelle est le résultat de mauvais choix politiques, comme ci c’était la politique qui décidait du bon fonctionnement de l’économie, or c’est le contraire, c’est toujours l’économie, donc l’argent qui dirige le bal. Pour des raisons de survie, les considérations économiques l’emportent toujours sur toutes les autres. Croire que la politique (et peu importe que celle-ci soit gérée par le "peuple" ou des représentants) serait capable d’occuper la première place devant l’économie est donc un leurre et une utopie. En tant qu’instrument politique, la démocratie, quel que soit le qualificatif qui lui est attribué, ne peut être que le serviteur de l’économie. Et si il n’existe pas d’autre système économique que le capitalisme tel que nous le connaissons depuis ses origines (révolution néolithique), alors Marx ne s’y trompait point lorsqu’il disait "à bas la démocratie".

    En d’autres termes, on aménage pas la merde de l’économie politique, on l’abolit ! Ça fait des siècles que l’on fait dans le réformisme, s’accrochant inconsciemment à toutes ces aliénations, pensant qu’il existerait un moyen de contrôler l’argent afin que ce qui en découle ne devienne point despotique. Or l’argent, qui est à la base de toute aliénation, est et devient nos pensées, nos émotions, nos paroles, nos actes, nos relations, etc... l’argent n’est point un objet que l’on pose ici ou là, et qui, parce qu’il serait immobile, n’aurait aucun pouvoir sur ce qui l’entoure. L’argent est une dynamique aliénatoire en mouvement, un rapport social. L’argent ne se contrôle pas, c’est lui qui finit quoi qu’il arrive par vous posséder, vous digérer. Le seul moyen de pouvoir vivre une vie humaine, c’est en abolissant tout ce qui a matière à nous déposséder de l’essentiel.

    Ce dont les Êtres ont besoin, c’est de jouir en la vie, pas de vendre leur vie (force de travail) afin de répondre aux besoins d’un marché financier et économique, et de consommer tous un tas de produits pour assouvir des plaisirs et désirs factices, et ce dans le but d’oublier de manière éphémère le vide et l’ennui de leur existence. Émancipons nous de la conscience fausse qui veut nous enfermer dans une réforme perpétuelle des conditions matérielles d’existence qui nous oppressent.

    Force à tous !

     

    Répondre à ce message

    • #2138469

      En référence au livre Il y a un gros chantier à réfléchir en lame de fond sur l’étalon "TRAVAIL " càd capacité active avec enrichissement actif et non pas l’étalon de pouvoir et passif " ARGENT " valeur (Revoir livre allemand à ce sujet cité en conseil de lectures d’A.S.)
      l’usure a été proscrit en religion pour éradiquer l’injustice qui consiste à s’enrichir en passif ou même oisif sur le dos des actifs l’inéquation est toute dite .
      ....C’est une toute autre approche diamétralement et universellement opposée à ce que sont les rapports socio-économiques actuels , en héritage d’un ancien ou proche passé .
      Question d’adhésion ou non à un certain modèle de société ,sociale, en économie

       
    • "La démocratie, c’est deux loups et un agneau votant ce qu’il y aura au dîner. La liberté, c’est un agneau bien armé qui conteste le scrutin."
      Benjamin Franklin le franc-mac devait savoir de quoi il parlait !

      Aaron Russo - L’interview en français (2007) - sur la démocratie, à partir de 10:45

      "Les péres fondateurs (des USA) haissaient l´idée d´une démocratie, ils pensaient que c´est la pire forme de gouvernement qu´il y ait, et je suis d´accord, car dans une démocratie, 51% du peuple contrôle 49% du peuple. Si vous faites partie des 49%, vous n´êtes pas libre. Les Etats Unis d´Amérique ont été fondés en tant que Republique constitutionnelle.et au sein de cette république 99% du peuple ne peut pas priver 1% de ses droits. Vous êtes né avec ces droits que Dieu vous a donné et ni majorité ni gouvernement ne peut les reprendre, et c´est le patrimoine laissé par nos péres fondateurs... ".

      À voir absolument :
      https://www.youtube.com/watch?v=owX...

       
  • Cette conférence me rempli de joie !!!!

     

    Répondre à ce message

  • La terre naturelle du christianisme est le moyen orient en particulier la Syrie
    le chiisme c’est l Islam des débuts

     

    Répondre à ce message

  • Merci pour le partage.

    J’ai participé à la conférence. Et sur place c’est encore mieux ! Nous étions 500. Le compromis nationaliste, tous avec pour objectif commun de faire tomber la république judéo-maçonnique cosmopolite afin de libérer la France. Car la France ce n’est pas la république. "La république c’est la Loge, et la Loge c’est la Synagogue". Vous avez entendu AS.

    Ainsi donc, pour faire tomber la Loge et ses affiliés messianiques, c’est plus que du RIC qu’il faut. Certes celui-ci est utile, mais pas maintenant. Cet acte émancipateur serait vite récupéré par l’Élite. Il faut d’abords changer les institutions, et mettre de coté ces messianiques et leurs logeurs, tous issus de la république dite française.

    Voyez l’Histoire de France dans sa profondeur. Nation de la politique et des idées, 1000 ans de maturation, un composé de peuples sous la même protection nationale, un territoire et des terroirs, une âme avec une transcendance verticale et patriarcale, un catholicisme de combat social, une justice pour les faibles, le bon sens et la compassion, et finalement une mission. Oui la France à une mission. C’est le sens de son Histoire.
    Il faut comprendre la France.
    Le GJ sont tous cette France-là. Ils le conscientisent. Et ils font face à la république dite française.
    Il faut évacuer l’idée que ce mouvement pourrait être l’émanation des grands manipulateurs habituels.

    Il faut donc se débarrasser de la république anti-France.

    Et le moment pourrait venir. HR expliquait qu’une révolution ne se fera pas avec des GJ médiatiques (dans la Doxa) et/ou bisounours (en face ce n’est pas très bisous bisous).
    Ceux qui pensent qu’une action type "Gandhi en France" va permettre à la Nation de se libérer se trompent lourdement.
    L’Empire a une vue toute particulière sur la France.
    Il sait que notre pays est un pivot, en occident et au-delà. Ceci pour les raisons évoquées plus haut, entre autres.
    Donc, la révolution de bisous mènerait nulle part.

    Les lieux de pouvoir de la république jacobine centralisatrice, du haut desquels tout se dirige, sont sa faiblesse. Il faut s’en saisir.

    N’en déplaise à certains. C’est ainsi. Il faut de la "violence" pour faire un Coup et débuter une révolution nationale.
    Nous avons des conditions pré-révolutionnaires/pré-insurrectionnelles. Mais le nombre de rondpoints ne fera pas le travail.

    Quelques milliers de conjurés pourraient le faire.

    Notre jour viendra !

     

    Répondre à ce message

  • #2138775
    Le 4 février 2019 à 14:03 par étalonvaleurtravail
    Gilets jaunes, la révolution qui vient – Grande réunion publique avec Alain (...)

    Voir livres pédagogie économie lectures d’A.S.https://www.youtube.com/watch?v=CsA...

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi il y a t-il des bip dans la vidéo ?

     

    Répondre à ce message

  • Bien sur que l’Islam a un pouvoir politique, par le biais des achats d’armes et de vente de pétrole.
    Le Christianisme ne s’est pas imposé par l’amour.
    Le Christianisme ne doit pas être une religion d’état, sinon on tombe dans la théocratie.

     

    Répondre à ce message


    • Le Christianisme ne s’est pas imposé par l’amour.




      Si, et ce dès le début.

       
    • 8 novembre 392 : décret de Theosodius I suppression de la liberté de pensée, fermeture et destruction de tous les temples païens.
      435 : Edit renouvelant la peine de mort pour les païens pratiquants. Nouvel édit ordonnant la destruction de temples encore intactes.
      515 christianisation totale de la région de la mer morte. L’empereur Justinien rend le baptême obligatoire et renouvelle la peine de mort prévue pour les non-chrétiens.
      580 : l’empereur Tibère déclenche une nouvelle vague de persécutions des païens surtout au Liban. Des milliers d’entre eux sont arrêtés torturés puis crucifiés. Parmi eux le gouverneur d’Antioche, Anatolios, surpris en train de prier Zeus.
      772 Charlemagne commence la christianisation forcée des Saxons
      782 Massacre de Werden, 4500 saxons ayant refusés d’être baptisés sont tués
      789 loi contre le culte de arbres, pierres et fontaines
      966 christianisation forcée de la Pologne
      1047 défaite des derniers Normands païens au Val des dunes devant le futur Guillaume le Conquérant.
      1386 union de la Pologne et de la Lituanie qui met ainsi fin au dernier royaume païen indépendant européen, celui des Lituaniens. La christianisation des campagnes baltes ne se terminera qu’au début du XIX siècle.

      Titus : "ce qui ne vient pas à la conscience reviendra sous la forme du destin."

       
    • Aucune religion ne s’est imposée sans violence, que ce soit le judaïsme, le christianisme, l’islam. Les hommes se créent un dieu qui selon ma compréhension n’a rien à voir avec le Créateur qui est amour. Il y a tant à dire que j’en reste là mais qu’on comprenne bien que les religions sont un pouvoir énorme pour asservir les peuples alors que le créateur a voulu l’homme libre.

       
    • @marie-anne et jay

      Le christianisme s’est imposé contre la violence qui s’est exercé contre lui. La martyrologie chrétienne en témoigne.

       
    • Titis
      L’histoire est raconté par les vainqueurs.

      Il n’y pas plus tolérant qu’un paiens, un Dieu de plus ou de moins quelle différence ?

       
    • #2141631

      c’est le Diable qui veut faire croire que Dieu est inexistant ainsi que lui-même d’ailleurs ...
      un Satan toujours hyper actif, ultra ingénieux et inventif pour posséder la planète bleue .

       
    • Augustin
      C’est une vision dualiste, paranoïde.
      Il n’y a pas de compétiteur avec la Personne Suprême.
      Il n’y a que Lui.
      Et le diable c’est aussi Lui sous la forme de notre propre mental délirant, matérialiste.
      Il faut arréter de voir le Diable partout au risque de devenir sans le savoir son adorateur.
      C’est cette vision paranoïde, dualiste qui est responsable de toute cette violence décrite plus haut.

       
    • #2142271

      et pourtant un certain Charles Baudelaire
      qui était loin d’être un dualiste manichéen
      avait cette citation qui est restée célèbre et
      qui disait en l’occurrence ceci :
      la plus grande ruse du diable
      est de faire croire qu’il n’existe pas
      .

       
    • @Jay

      Et il est ou exactement le problème avec une théocratie ? Quitte à avoir des lois, autant qu’elles soient divinement inspirées, plutôt qu’écrites par la main d’êtres imparfaits, impuissants et ignorants. C’est pas vos croyances dénuées de tout fondement qui viendront apporter une quelconque solution à l’éternel problème du pouvoir, dont la source est Une et Unique.

      Au moins, en vraie théocratie, on aura l’ignorance de l’homme à blâmer, à savoir son manque de maîtrise, de compréhension ou de connaissance des lois divines, plutôt que sa mauvaise foi et sa capacité à céder à ses désirs divers et variés. Y compris celui de pouvoir accepter tout et rien à la fois, ce que vous voulez faire passer comme une qualité chez les païens, visiblement.

      Quant aux abus du pouvoir (qui existent en théocratie tout aussi bien que dans n’importe quel autre système politique, au passage), il a toujours été de la responsabilité du peuple gouverné de virer à coups de pompes les mauvais gouvernants (encore une fois quelle que soit le système politique).

      Vous proposez quoi de votre côté, que je rigole un peu ?

       
Afficher les commentaires précédents