Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Afrique n’est plus le (seul) berceau de l’Homme moderne

par Bernard Lugan

Déclarant à la revue Science et Avenir (n° 772, juin 2011) que « L’Afrique n’est pas le seul berceau de l’Homme moderne », Yves Coppens fait voler en éclats le postulat de l’exclusivité des origines africaines de l’humanité. Il évacue également d’une phrase plusieurs dizaines d’années d’un hallucinant « bourrage de crâne » scientifique construit autour du paradigme du « Out of Africa ». Pour mémoire, selon ce dernier, les Homo sapiens seraient sortis d’Afrique sous leur forme moderne entre moins 100 000 ans et moins 60 000 ans, et ils auraient partout remplacé les populations antérieures, ce qui fait que nous sommes tous des Africains...

C’est en prenant en compte les découvertes récentes qu’Yves Coppens a radicalement révisé ses anciennes certitudes. Désormais, pour lui, ni l’Homme moderne européen, ni l’Homme moderne asiatique ne descendent de l’Homme moderne africain puisqu’il écrit : « Je ne crois pas que les hommes modernes aient surgi d’Afrique il y a 100 000 à 60 000 ans (…) Je pense que les Homo sapiens d’Extrême-Orient sont les descendants des Homo erectus d’Extrême-Orient ».

Comment serait-il d’ailleurs possible de continuer à soutenir que les Asiatiques ont une origine africaine quand, dans une Chine peuplée en continu depuis 2 millions d’années, les découvertes s’accumulent qui mettent en évidence la transition entre les hommes dits archaïques et l’Homme moderne dont les Chinois actuels sont les très probables descendants (Dong, 2008 : 48)[1]. Il en est de même avec les Européens.

Les importantes découvertes archéologiques qui ont permis une totale révision des modèles anciens ne sont pas des nouveautés pour les lecteurs de l’Afrique Réelle. Dans un dossier publié dans le numéro 11 du mois de novembre 2010[2], il a ainsi été montré que l’Homme moderne, qu’il soit asiatique, européen ou africain est issu de souches locales d’hominisation ayant évolué in situ. Un peu partout dans le monde, nous voyons en effet et clairement des Homo erectus se « sapiensiser » et donner naissance à des lignées locales, peut-être les plus lointains marqueurs des « races » actuelles.

Ces « sapiensisations » observables à la fois en Asie, en Europe, dans le monde méditerranéen et en Afrique, réduisent à néant le postulat du diffusionnisme au profit de l’hypothèse multi régionaliste que je défends depuis de nombreuses années[3]. Les découvertes qui s’accumulent, de la Georgie[4] à l’Espagne[5], de la Chine au Maroc ou encore d’Israël à l’Australie et à la Mongolie vont ainsi toutes dans le sens d’hominisations indépendantes de (ou des) l’hominisation africaine. Cette déferlante ayant fait céder les fragiles digues dressées par la pensée unique, ses derniers défenseurs en sont réduits à jongler avec les faits. Le célèbre généticien André Langaney n’a ainsi plus qu’un pauvre argument à opposer aux nombreuses et très sérieuses études faites en Chine puisqu’il ne craint pas d’écrire : « Des scientifiques orientaux au nationalisme mal placé veulent à toute force que l’homme de Pékin ou d’autres fossiles chinois soient leurs ancêtres » (Sciences et Avenir, page 63). Fin du débat !

Le dossier de Science et Avenir constitue une étape essentielle dans la libération des esprits car il va toucher le plus grand nombre. En dépit d’inévitables scories idéologiques qui font surface ici ou là, et de concessions appuyées au politiquement correct, sa publication signifie qu’il n’est désormais plus possible de cacher au grand public une vérité que les spécialistes connaissaient mais qu’ils conservaient prudemment dans leurs tiroirs afin de ne pas désespérer le « Billancourt de la paléontologie »… La théorie de « l’Eve africaine » et celle d’ « Out of Africa » peuvent donc être désormais rangées dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage ».

[1] Dong, W., (2008) « Les premiers hommes vus de Chine ». Les Dossiers de la Recherche, n°32, août 2008, pp. 47-49.

[2] Pour les synthèses les plus récentes, voir l’Afrique Réelle n°11 (novembre 2010) et Lugan, B., (2009) Histoire de l’Afrique des origines à nos jours. Ellipses, pp.15-19.

[3] Notamment dans un livre paru en 1989 et aujourd’hui dépassé sur plusieurs points qui a pour titre Afrique, l’Histoire à l’endroit.

[4] Lieberman, D.E., ( 2007) « Paleoanthropology : Homing in on early Homo ». Nature, n° 449, 20 septembre 2007, pp. 291-292. [5] Carbonell, E et alii ., (2008) « The First European ? » Nature, n° 452, 27 mars 2008, pp. 465-469.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bon , pour ne pas polémiquer , je dirai donc que cette hypothèse est bien plus idéologique que scientifique . La science a bon dos et , tout comme les dieux, elle a souvent été brandie mais trahie pour lui faire dire ce que l’on veut .


  • #21058

    Avant d’inculquer à l’Homme moderne (qui est à lui seul -par sa profonde dégénérescence- la preuve irréfutable que l’évolution est une chimère) que l’Homo sapiens n’est pas le fruit d’une cellule qui au hasard de ses pérégrinations s’est transformée en méduse enculeuse de bonobos, il faudra, au delà de toutes les découvertes scientifiques, sortir du matérialisme anti-spirituel dans laquelle l’humanité est plongée. Cette idée selon laquelle il y aurait eu au départ un singe, que celui-ci se soit transformé en africain et que cet Africain ait migré et évolué pour devenir l’Homme blanc, c’est d’un racisme, d’un racialisme, d’un matérialisme, d’un simplisme et d’une bêtise absolument insupportable !

     


    • Cette idée selon laquelle il y aurait eu au départ un singe, que celui-ci se soit transformé en africain et que cet Africain ait migré et évolué pour devenir l’Homme blanc, c’est d’un racisme, d’un racialisme, d’un matérialisme, d’un simplisme et d’une bêtise absolument insupportable !




      ce n’est certainement pas un hasard si darwin état anglais (franc maçon ?) et si la théorie de l’évolution est apparue en angleterre (d’ailleurs avant darwin quelques pasteurs fous ont évoquée l’hipothese de l’homme decendant du singe)



      moi personnellement je pense que c’est le singe qui descend de l’homme, les initiés me comprendront....


    • Darwin a explicitement propose un Theorie, ni plus ni moins.

      L’evolution semble logique par rapport aux informations disponibles.

      Si quelqu’un a une Theorie etayee par des observations et des experimentations resproduisibles et mesurables, qu’ils les fassent connaitre.

      La science n’est rien d’autre qu’un outil, tout comme la raison.

      Chaque outil est adapte a son utilisation.


  • Les homo-erectus se seraient mis à enfanter des homo-sapiens partout sur terre ?? C’est abracadabrantesque.


  • Exposé qui valide néanmoins la théorie de l’évolution.

    La question de notre obscur ancêtre n’est pas réglée. L’homo erectus, ou habilis ou je-ne-sais quel ancètre des homo(façon de parler), d’où vient t’il si ce n’est d’afrique ?

     

  • M. Lugan semble ignorer l’existence de la science génétique, qui valide amplement la thèse de l’Out of Africa, et donc balaie impitoyablement la thèse défendue par l’auteur.

    En effet, TOUS les haplogroupes humains recensés, qu’ils soient ADN mt ou ADN-Y, existants ou éteints, ont moins de 200 000 ans. Et même nettement moins (20 ou 25 000 ans pour le R1b ultra-majoritaire en Europe de l’ouest) pour la plupart, celle la plus représentée dans les populations contemporaines.

    L’idée de M. Lugan d’une continuité génétique totale sur 2 millions d’années, d’une "sapiensisation" (à défaut d’apporter des preuves, il invente des mots) des Erectus conduisant directement aux Chinois modernes est la chose la plus somptueusement ridicule et totalement infondée que j’ai pu lire récemment. Désolé, M. Lugan, mais mesurer des fossiles ou déterrer des artéfacts ne prouve rien quand à l’origine ou à la continuité génétique d’une population. Seule la génétique le peut, à condition qu’on trouve de l’ADN dans les restes.

    L’auteur peut poursuivre sa fuite en avant dans le déni de réalité, cela ne change rien aux résultats de la science génétique qui sont un véritable Waterloo pour l’hypothèse multirégionale. Les faits n’ont pas d’amis.

     

    • entièrement d’accord , mais je pense hélas que l’on a pas fini d’en entendre parler car il y a des intérêts racialistes de conforts derrière tout ça . Je parle des commanditaires , pas de Coppens qui ne fait que ce pour quoi il a été (bien ?) payé .


  • pourquoi citer le blog de Bernard Lugan et pas directement Coppens ? Rien qu’en regardant par ex ce résum(ci-dessous), on comprend que la thèse de Coppens n’est pas qu’il y a eu des "sapiensitations" parallèles et indépendantes, mais qu’il y a eu un échange continuel entre l’Afrique et les autres continents, i.e. une grosse sapiensisation mondiale, avec des caractères un peu différentes selon les coins (yeux bridés pour le froid, peau blanche pour la vitamine D, peau noir pour le soleil etc.)

    http://www.hominides.com/html/refer...

     

    • Les échanges par vagues importantes d’immigrations espacées sont une évidence, en quoi ne serions nous pas très potentiellement devenus des espèces différentes sinon, sur une telle échelle de temps ? Or , il n’en est absolument rien. C’est à mes yeux un "coup de com" pour redire ce que l’on savait déjà , à savoir les nuances évidentes que l’on doit considérer face à un discours "générique" par trop simpliste au sujet du out-of-Africa. Mais la malhonnêteté vient quand on laisse entendre que certains seraient donc plus "purs" que d’autres sur la terre vis-à-vis de leurs origines , leur territoire etc ... ça ne vous rappelle rien ?


  • #21278
    le 07/06/2011 par Indépendances nationales
    L’Afrique n’est plus le (seul) berceau de l’Homme moderne

    On sent bien que derrière cette querelle, se cachent des passions idéologiques qui intéressent surtout des angoissé-e-s de leur origine.

    Personnellement, je me fiche complètement de savoir qui étaient mes ancêtres, déjà ceux d’il y a deux siècle, a fortiori ceux d’il y a 100.000 ans ! Survivre et cohabiter avec mes contemporains au présent me prend déjà assez d’énergie...

    Cependant, sans être généticien, l’idée que les mêmes mutations aient pu se produire à des milliers de kilomètres de distance pour produire (quel hasard !) une même espèce (à quelques différences physiques extérieures près) me parait beaucoup moins probable que la dissémination à partir d’un même foyer, suivie d’adaptations mineures selon les conditions (surtout climatiques) locales.


  • Lugan est obnubilé par la race, et dans son cas on frôle le pathologique...certes la "race" est une réalité, mais cette dernière est relative et non pas absolue. La génétique des populations est d’une complexité inouïe dépassant largement les fantaisies idéologiques réductrices de Lugan.

    L’hypothèse la plus plausible et validée en grande partie par l’archéologie et la génétique est la fusion de Sapiens avec les hominidés qu’il rencontrait lors de sa diffusion à travers le monde. En effet de plus en plus d’éléments démontrent que plusieurs espèces d’hominidés ont coexisté jusqu’à une époque récente. L’homme de Flores, une créature bipède d’un mètre de haut et ayant survécu jusqu’à -12000 est un des exemples les plus marquants. La disparition de tous ces hominidés sauf l’homo sapiens est très certainement dû, si ce n’est en tout au moins en partie, à une fusion avec les nouveaux arrivants.
    De toute évidence certaines populations mongoloïdes ont préservé des traits archaïques provenant probablement d’un métissage avec des néandertaliens et aussi quelques population relictuelles d’homo erectus. Les dernières recherche génétiques affirment aussi que les européens ont dans leur génome du néandertalien.

    Ce que Lugan veut aussi ignorer en raison de son obsession de la race, c’est que depuis des dizaines de millénaires les hominidés ont voyagé à travers le monde et qu’il y a eu un brassage continuel des populations. Certes ce brassage n’atteignait pas les proportions actuelles mais il existait. Les hominidés se caractérisent par non seulement une grande capacité d’adaptation mais aussi par leur curiosité, leur goût de l’aventure inextinguible...

    En conclusion Lugan me fait penser à Chomsky, Collon...tout comme eux ses apparences subversives cachent une toute autre réalité. Il sert les intérêts de l’empire en réduisant tout conflit au "fait éthnique" et à la race. A chaque fois qu’un génocide est commis quelque part dans le monde en raison de magouilles politico-économiques on va chercher Lugan afin qu’il nous ponde une théorie sur une vieille haine ancestrale qui elle et uniquement elle explique le massacre. Lugan joue le rôle du gars qui vient maquiller un crime de manière à ce que les causes réelles soient invisibles. A chaque coup pourri de l’empire en Afrique Lugan tel un diable qui sort de sa boîte vient nous ressasser son "fait ethnique"...Ce n’est pas un hasard si Lugan est en odeur de sainteté dans certaines instances internationales...


  • Soit dit en passant les Africains sont probablement les représentants les plus racialement purs d’homo sapiens...

     

  • Et par Africains j’entends les Noirs africains.


  • En ce qui concerne la paléontologie on peut dire que ces découvertes ne sont que des hypothèses, d’ailleurs on ne sait presque rien, exemple Néandertal d’après la légende, il aurait été exterminé par l’homo sapiens, puis d’autres disent que les deux espèces se sont croisées et que nous portons en nous des gênes de Néandertal, comment deux espèces voisines peuvent-elles se croiser mystère de la science ? Si on croise un canari avec un moineau ça donnera un nouvel oiseau stérile.
    Trop de zones d’ombre trop de légendes pour prendre toutes ces hypothèse pour vérité vraie.
    Exemple :
    Dates classique retenue homo sapiens = - 200 000 ans et Neandertal = - 250 000 ans. Normal il faut que le néandertalien soit de date plus ancienne pour que la théorie tienne un peu la route.
    Or des restes d’homo sapiens les plus anciens jamais découverts d’un homo-sapiens retrouvés datés à - 400 000 ans découvert en Israël, dans la grotte de Kessem près de Rosh ’Ayin.
    Tout cela ressemble fort a la culture des bacilles du professeur Parapine !


  • La théorie de « l’Eve africaine » et celle d’ « Out of Africa » peuvent donc être désormais rangées dans le rayon des idéologies défuntes, quelque part entre la « lutte des classes » et le mythe de la « colonisation-pillage ».

    La lutte des classe est tjrs d’actualité, toute colonisation quelque soit le pays où elle s’excerce est un pillage et aujourd’hui il y a la génétique ce qui n’est pas rien, il faudra des argument beaucoup plus fort pour réfuter cela.


  • 5 videos qui Explosent le Darwinisme

    The Signs pt.38 (La Fin du Darwinisme)

    http://www.dailymotion.com/video/xb...

    The Signs pt.39 (La Fin du Darwinisme 2)

    http://www.dailymotion.com/video/xb...

    The Signs pt.40 (La Fin du Darwinisme 3)

    http://www.dailymotion.com/video/xb...

    The Signs pt.41 (La Fin du Darwinisme 4)

    http://www.dailymotion.com/video/xb...

    The Signs pt.42 (La Fin du Darwinisme 5)(Re-Edit)
    http://www.dailymotion.com/video/xb...



  • ...et donner naissance à des lignées locales, peut-être les plus lointains marqueurs des «  races  » actuelles.



    Bernard Lugan ?
    Mmm... il règne un doux parfum de colonialisme tout de même dans ses propos. Toutefois je pense qu’il pourrait enlever les guillemets.
    L’antiracisme est un truc de Juif, rois du mélange prosélyte pour tous sauf pour eux. A quand la fin du tabou et de cette tartuferie ?


  • Pour être plus clair et précis au lieu de parler de "race" en mettant race entre guillemet, il existe un terme qui désigne ce que vous voulez dire : phénotype ; cela a l’avantage d’éviter aussi les amalgames , faux sens et autres homonymie qui peuvent induire en erreur. ce dont vous parlez est une simple différentiation, la notion de race suggère qu’il y ait stérilité ou impasse (mule=descendance stérile) , donc mixité impossible. Il faut garder le terme race pour ce qu’il veut dire uniquement.