Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

ONPC : Yann Moix bassine le ministre de l’Éducation Blanquer avec la Shoah

Pour la rentrée d’On n’est pas couché, Ruquier flanqué de sa nouvelle équipe de chroniqueurs – une sioniste de gauche et un sioniste de droite, donc la parité sexuelle et la pluralité des opinions sont parfaitement respectées sur le service public – invitait ce samedi 2 septembre 2017 le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, et quelques autres invités sans intérêt (politique). Nous nous sommes bornés à visionner et analyser la partie de 58 minutes sur l’éducation. Peut-être que nous avons loupé quelque chose sur le reste de l’émission, mais statistiquement, les artistes n’ont pas grand chose à dire à la télé à part « achetez mon CD », « allez voir mon film » ou « baisez-moi les pieds ».

 

 

Blanquer, lui, c’est pas le genre people au rabais intellectuel. Il arrive à faire l’union sacrée de la droite et de la gauche sur la question scolaire, ce qui est un exploit en France.

Bien campé sur ses humanités, il donne l’impression d’un rocher qu’on ne peut pas bouger facilement. Pas le genre de mec à élever la voix, s’énerver, ou produire du tic facial à la chaîne comme la troublante Christine Angot. En passant, on va régler son compte en 30 secondes à la polémique « Angot » sur le service public : oui Christine est allumée, oui elle est limitée, oui elle ne comprend pas tout, mais on subodore que Ruquier l’a castée pour que le grand public soit au niveau, ou que l’émission soit au niveau du grand public. Une sorte d’Hanouna au féminin, une hanounette.

D’ailleurs, elle n’a pas dit que des conneries, tant qu’elle lisait son texte d’intro, qui faisait figure de question mais sans point d’interrogation au bout. Après, quand il a fallu faire du live, de l’impro, les choses se sont gâtées. Crisetine a produit une grimace qui n’existait pas lorsque Blanquer lui a parlé de « réductionnisme ».

 

Angot  : « De quoi vous nous parlez ? »
Blanquer  : « De réductionnisme. »

Elle est alors retournée dans son trou – c’est une image, arrêtez vos vannes débiles – et on ne l’a plus entendue de tout l’entretien. Yann Moix c’était pas mieux, car après sa préparation très échiquéenne sur les « neurosciences », il a coulé à pic éditorialement. Pas au niveau, les deux zozos. Blanquer a vaincu sans trop de gloire face à ces objets confondants du Spectacle.

Ce qui est dommage, c’est que les deux assesseurs du juge Ruquier n’ont parlé que de neurosciences (sans rien y comprendre) et de... Shoah ! Mais oui, avec Moix, c’est la rentrée de la Shoah !

 

 

04’23 – Blanquer de Macron : « J’ai senti une convergence de vues totale, je me suis senti très à l’aise, honnêtement pour moi c’était une divine surprise de voir qu’il avait cette équation intellectuelle, morale, politique, qui m’allait parfaitement. »

07’00 – Blanquer promet du changement... en musique : « Vous allez avoir des choses emblématiques, vous aurez la Garde républicaine devant des écoles du 19e arrondissement, vous aurez à Bondy l’orchestre philharmonique… »

À 08’31, Moix attaque le ministre sur les neurosciences dont ce dernier serait féru.

09’38 – Blanquer : « Je récuse l’accusation de scientisme et je pense que ce qui nous menace aujourd’hui c’est beaucoup moins le scientisme que l’inverse du scientisme. »

11’55 – Moix sort sa première moixerie : « Pour moi le cerveau humain n’existe pas, le cerveau n’existe pas. »

Au tour de Christine de poser sa question. Surprise, elle a travaillé, sans basculer dans l’hystérie. Elle s’en prend au changement à l’école, elle évoque avec nostalgie l’école d’autrefois qui marchait toute seule, mais elle oublie qu’elle est elle-même le fruit de Mai 68 et de ses changements ! Dont l’effondrement du niveau à l’école...

14’55 – Angot sort sa théorie psychologiste sur les enfants d’immigrés en difficulté à l’école : « Parce qu’on peut préférer échouer pour rester solidaire de son père et de sa mère, qui n’ont pas les connaissances, ressembler à son père et ça mère, ça compte. »

Notre question à Blanquer

Dans un environnement économique ultralibéral – celui de Macron et du CAC40 – qui met le profit au-dessus de tout, l’éducation ne peut pas être prioritaire : elle ne rapporte rien. Elle coûte. Et la baisse de niveau ne gêne pas l’oligarchie, visiblement, sinon elle ne laisserait pas le niveau scolaire s’effondrer et Hanouna, l’exemple absolu de l’inculture, de l’inculture victorieuse, engranger 250 millions en 5 ans.
Blanquer semble être un bon médecin mais il renvoie les futurs éduqués au respect dans un monde qui cultive l’individualisme, la concurrence et la guerre. C’est-à-dire l’explosion du collectif, des collectifs, de ceux qui ont fait avancer la France pour en faire en 1 000 ans le pays le plus vivable du monde, ou presque. Il y a là une contradiction majeure. Blanquer, c’est un peu le médecin d’Auschwitz qui répare les détenus (réparables) et qui les renvoie au boulot. Parfaite transition pour ce qui va suivre...

 

La question juive (par Y. Moix)

C’est à la 34e que Moix introduit dans le débat l’histoire de ce collège marseillais avec « le retour à la religion manifeste, inquiétant ». On parle évidemment de l’islam, sans le nommer, on est chez Moix, quand même. Après les questions techniques, voici venir l’islamisme et le sionisme. Le premier est nommé, dénoncé ; pas le second, car il est la victime.

Moix (34’41 jusqu’à 35’22) : « Certains élèves refusent de manger de la viande non halal, que il [le proviseur interrogé par Le Figaro] a demandé, je le cite, “j’ai conseillé à cette mère, qui venait d’israël, et dont le fils parlait français avec un accent à couper au couteau de le mettre dans un collège juif, obligé de dire d’où il vient il se serait fait laminer”, enfin je citerai un de ces employés qui est un pion en fait, un surveillant, et qui en fait était fiché S, et on sait aussi cette fameuse histoire où des enseignants se sont vu interdire d’enseigner la Shoah par leurs propres élèves et ils ont eu peur de le révéler parce que là encore ils seraient passés pour des islamophobes, cette situation devient intenable en France, je voulais savoir comment vous allez y réagir. »

Blanquer pense s’en sortir avec une tirade classique sur le vivre ensemble, les valeurs, le respect... mais il en faut plus pour SuperShoah.

Ruquier à Moix : « Vous avez votre réponse ? »
Moix : « Euh, sur le plan philosophique oui, mais sur le plan pratique, sur le plan technique, ça reste malgré tout très flou. Vous pouvez nous donner une mesure qui ferait en sorte qu’un jeune juif peut aller dans l’école de la République, une mesure techniquement précise ? »

JPEG - 40.8 ko
Il y avait la "poker face", il y a désormais la "Shoah face"

 

Poussé dans ses retranchements par le valet de BHL, Blanquer est obligé de se positionner sur la question essentielle de la Shoah à l’école. Tout le reste n’est que littérature...

35’45 – Blanquer : « Vous savez je l’ai vu je l’ai vécu comme recteur, j’étais recteur de l’académie de Créteil mais il m’est arrivé, par exemple c’était un professeur, juif, qui était en quelque sorte harcelé voire insulté par, par des élèves, j’ai, j’ai fait ce qu’il fallait pour défendre cette personne et justement et j’ai noté une certaine lâcheté de certains acteurs, je me suis insurgé contre ça. »

38’47 (à 39’06) – Moix, insatiable quand il s’agit de Shoah, relance : « Un professeur vit dans la terreur de passer pour un raciste, un xénophobe ou un islamophobe si il dit dans ma classe “je me fais intimider, dans ma classe on m’empêche d’enseigner la Shoah”, il a peur alors là de ce que vous vous appelez “l’hystérie antiraciste” et là il n’a personne à qui partager ça ! Au plus haut échelon de l’État il y a des gens qui disent “surtout c’est pas le moment”. »

 

 

Voilà, c’était la rentrée de ONPC, avec Yann Shoah Moix et Christine Réductionnisme Angot qui, au lieu de poser des questions intéressantes à un ministre qui a l’air plutôt costaud dans son domaine, sont revenus sur leurs obsessions personnelles. C’est le risque d’une privatisation politique et people d’une émission de service public.
Voici maintenant une idée intéressante pour Ruquier, qui pleurniche que France 2 ne le respecte pas assez, et qui menace de passer sur TF1, où l’on gagne beaucoup plus d’argent : changer de chroniqueurs chaque semaine, et donner leur chance à des inconnus qui viennent de tous les horizons, au lieu d’embaucher des larbins du lobby, parce qu’il s’agit de ça, sinon on n’aurait pas parlé de Shoah.

 

 

Il y a un problème avec les religions à l’école, c’est vrai, mais le problème de fond, et Blanquer ne l’ignore pas, c’est la baisse de niveau voulue par l’oligarchie, que ce soit dans les médias ou à l’école. C’est ça que les parents doivent comprendre, et ce contre quoi ils doivent se battre, car leurs enfants ne peuvent pas voir le danger et qu’ils préfèrent moins en faire que d’en chier un peu. La racaillisation de certaines écoles publiques abandonnées va dans le sens des intérêts de l’oligarchie, comme la racaillisation de la télévision.
Racailles d’en haut, racailles d’en bas, même combat !

École, télé, ces lieux de pouvoir où l’oligarchie enseigne la soumission,
lire sur Kontre Kulture

 

Chez Ruquier, avec Moix et Angot, c’est tous les jours sabbat, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce qui m’a surtout frappé chez Angot, c’est sa fragilité intellectuelle. Elle est telllement pétrifiée par l’image qu’elle s’évertue à donner d’elle même, qu’au fond, elle ne dit rien. Un peu comme Emmanuelle Béart, qui donnne toujours l’impression de se regarder parler. Cela fait illusion. Mais, même Ruquier , avait déjà l’air de réaliser qu’Angot, c’est une arnaque.

     

    • Toutes les femmes lorsqu’elle évoluent dans des milieux qui ne sont pas faits pour elles sont des "arnaques", il n’y a rien de misogyne à dire ça.
      C’est biologique et hormonal, l’émotionnel et l’abstrait reprennent, chez elles, toujours le dessus sur l’analyse et la déduction.
      Mais le pire, ce sont les hommes qui pour diverses raisons se mettent à singer le comportement féminin, Moix en est l’illustration parfaite.
      Concept abstrait, émotivité, raisonnement presque irrationnel, deviennent de plus en plus prégnant chez les "hommes".

      Qu’on commence d’abord à un niveau individuel et familial, entre homme et femme, à retrouver nos rôles naturels respectifs, c’est déjà un bon début.


    • Angot a été recrutée à la place de l’insignifiante Burgraf parce qu’elle a chargé violemment l’escroc Fillon lors d’une émission grand public . Sa haine a fait mouche et, rétrospectivement, on ne peut guère s’empêcher de reconnaître qu’elle avait raison . Non seulement elle HAIT le FN mais aussi toute la "droite", c’est donc une excellente recrue pour les sionistes qui produisent l’émission .


  • On en vient à regretter Aymeric Caron quand on voit les deux cinglés Moix et Angot !
    Au moins lui était un gauchiste authentique alors que ces deux là sont d’authentiques cons (enfin toujours moins que ceux qui regardent encore cette émission sans y être obligés).


  • Merci à Yann Moix de prouver que le lobby existe.


  • Ah c’est dommage (mais compréhensible) que vous vous soyez arrêté au passage du ministre, car des moments forts il y en a eu d’autres :
    - Dans l’intro, quand un auteur dit "j’ai imaginé une société hystériquement anti-raciste" et que Moix le coupe, agressif, pour rappeler qu’il existe un anti-racisme hystérique mais aussi un très valable, celui d’SOS Racisme...
    - quand un chanteur d’origine maghrébine, l’artiste, dit ensuite que sa chanson (de merde) "Chocolat" lui a été inspirée par les tensions entre maghrébins et noirs, où les "beurettes" étaient convoitées par les deux camps là où les femmes noires étaient délaissées, et qu’il a voulu rendre justice à ces dernières (silence gêné, hochements de tête de Magic Ruquier et ses chroni-culs pour qui la banlieue est un monde de solidarité infinie entre renégats)
    - Enfin l’explosion de Moix contre l’Aziza littéraire Saphia Azzedine, qui a eu l’outrecuidance de comparer les bureaux de pôle emploi aux chambres à gaz. Moix n’est pas content, déjà parce qu’elle parle de "criminels" au lieu de "terroristes" pour désigner ceux qui commettent des attentats (une lucidité inattendue de la part de la petite Saphia ?) mais alors cette phrase sur les chambres à gaz, c’est trop pour lui, il avoue donc s’être arrêté à la page 55 du livre - alors qu’il est payé 4000 euros pour lire les livres en entier et qu’il prétend donner un avis sur le livre, qui est sans doute mauvais, en entier...

    Autre moment hallucinatoire dans la même Séquence Azzedine elle raconte (avec moult pauses et hésitations) que le lendemain des attentats de Charlie Hebdo elle a parlé avec des "jeunes des cités" qui passaient vers chez elle, que ces derniers disaient que c’était un complot, une mise en scène, et elle s’est alors mise à pleureur (sic) devant eux en leur disant "on ne pourra jamais vivre ensemble !". Autre séquence étrange qui entraîna des silences.

    Je me demande si Angot va tenir la distance, certes elle est stupide, ne finit pas ses phrases en particulier les questions, mais elle n’est quand même pas au standard visuel de la pétasse favorisée par la société du spectacle : elle est physiquement repoussante, et complètement à l’ouest sur l’actualité du monde qu’elle est sensée représenter (à côté, Yann Moix est presque un branché c’est dire...).

    La rentrée démarre en fanfare, j’ai espoir en un éveil des consciences : les ficelles sont tellement XXL, ça en devient des câbles de téléphérique.

     

    • "quand un chanteur d’origine maghrébine, l’artiste, dit ensuite que sa chanson (de merde) "Chocolat" lui a été inspirée par les tensions entre maghrébins et noirs, où les "beurettes" étaient convoitées par les deux camps là où les femmes noires étaient délaissées".

      Ce jeune chanteur d’origine Maghrébine dit aussi "Je voyais un débat sur les réseaux sociaux : pourquoi les jeunes filles arabes sortaient avec les jeunes noirs ? je posais la question pourquoi ça dérangeait", " Je posais la question au jeunes noirs : pourquoi êtes-vous intéressés par les filles arabes ? et pourquoi délaissaient vous les filles noires ?" .
      Cette séquence illustre le malaise multi-culturel et toute la déchéance de ce que sont devenus les maghrébins en France.


    • Je me permet de faire un petit rectificatif de votre message juste pour dire que ce n’est pas Saphia Azzedine qui a raconté ce dialogue avec les jeunes de cités à propos de Charlie Hebdo mais Christine Angot.

      Il y’a eu un passage amusant d’ailleurs ou Saphia Azzedine s’est permis une petite critique sur Bernard Henri Levy en rappelant que celui-ci avait quand même dit lors de son dernier passage à On n’est pas couché que dans l’affaire Strauss Kahn au Sofitel et l’affaire du sang contaminé de Laurent Fabius il y’avait des relents d’antisémitisme, à la surprise de Lea Salamé elle-même d’ailleurs !
      Ce qui est amusant evidemment, ce n’est pas la remarque pertinente de Mme Azzedine mais la réaction quasi-direct d’Angot et Moix pour défendre leur philosophe adoré.

      Si BHL est invité pour la sortie d’un livre cette année, on aura droit à un exercice de lèche de haute-volée !


  • J’étais curieux de savoir qui allait remplacer la blondasse : Angot !
    Coup de poker... mais bon finalement elle s’est assagie, ou elle prend des médocs...
    L’année prochaine on devrait avoir Nabilla.


  • "Priorité aux devoirs faits à l’école".
    xD

    Alors voilà comment ça va se passer (parole de "pion" expérimenté) :
    Dans les collèges merdiques, les parents vont se décharger sur l’école pour garder leur chiomes à leur place ; ça sera le bordel.

    Et dans les collèges bien fréquentés cela sera productif, mais comme cela concernera surtout des enfants déjà plutôt "favorisés", au lieu de réduire les inégalités ça va encore les augmenter.

    Alors oui, au passage dans certains établissement, cela sera profitable à quelques uns... pour une majorité qui sera dans la souffrance encore plus longtemps en fin de journée (à commencer par le personnel encadrant).

    Et concrètement c’est une mesurette.
    Il ne parle que de confiance, confiance, confiance... et de se résoudre à accepter une idéologie, celle de "l’école républicaine".

    Alors que les solutions sont ultra simples :
    _Autorité : tu fais ce que je te dis ou tu dégages
    _Enseignement de savoir (et pas d’idéologie... donc pour l’école "républicaine", on repassera)
    _Priorité absolue à la maitrise du français et remise à la 4eme le commencement d’apprentissage des langues étrangères. (car pour bien maitriser une autre matière que le français, encore faut-il déjà maitriser sa propre langue maternelle)

    Mais à la place on préfère tourner autour du pot ou comme un poisson dans un bocal. Gneu gneu gneu, bla bla bla.... confiance, respect, républicaine, diplomatie, regarder ce qu’il se fait ailleurs..... —> Démagogue et consternant.

     

    • Hahaha, c’est exactement ce que j’ai pensé en entendant cette absurdité des devoirs à l’école. Déresponsabiliser les parents encore plus et en s’en remettre à des fonctionnaires qui ont sûrement autre chose à faire que les nounous... Quand aux langues étrangères (le Yankee principalement, évidemment...) en primaire c’est une aberration au vu du nombre de têtes blondes (ou crépues) qui arrivent au collège sans même maîtriser leur 1ère langue...


  • Quand Blanquer a dit le mot reductionnisme et qu’Angot nous a fait sa grimace en disant " DE QUOI ? "

    Je suis le seul à penser qu’elle a cru entendre "Révisionnisme" et pas "Réductionnisme" ?

     

  • #1794641

    Je n’arrive plus à regarder la télé, et alors ça en plus, le niveau zéro de l’émission, c’est dommage pour le courant électrique, qui est si cher.
    Sinon je trouve les chroniqueurs moches et bêtes, à l’étranger ils doivent rigoler en voyant ce qu’on fait des impôts des téléspectateurs (ce pays détient le triste record de prélèvements, surtout sur les salaires, plus de 60 %, et ne rend plus en échange que des services dignes d’un pays atomisé).


  • On a le doublé gagnant des marronniers incrusté l’un dans l’autre : la rentrée et la Shoa.


  • J’ai une question à poser et remercie dès maintenant ceux qui pourront me répondre : pensez-vous que Yan Moix décide lui-même d’amener la conversation sur l’holocauste ou que ses supérieurs hiérarchiques le lui demandent (ou une pression venant d’un lobby) ?
    Encore merci à ceux qui sont bien informés de répondre honnêtement.

     

  • Quand j’entends Moix l’éminent spécialiste en neurosciences, je peux être amené comme lui à me dire que " le cerveau n’existe pas ". Il y avait quand même une sérieuse quenelle à lui glisser.


  • L’inénarrable Moix :
    " ... et on sait aussi cette fameuse histoire où des enseignants se sont vu interdire d’enseigner la Shoah par leurs propres élèves et ils ont eu peur de le révéler parce que là encore ils seraient passés pour des islamophobes ... "
    Qu’ils se " contentent " d’enseigner l’histoire, ainsi ils passeront pour des profs d’histoire et pas des petits soldats de la seule et unique shoah, car c’est tout ce qu’on leur demande. Mais ça c’est de plus en plus difficile because la shoah hein ? T’as pas l’impression de dénoncer les conséquences des conneries de gens comme toi pauvre moix ?


  • J’ai plutôt aimé en début d’émission, l’échange avec la romancière Saphia Azzeddine qui accuse BHL de voir de l’anti-sémitisme partout, quel courage cette femme a eu d’en parler dans l’antre du système fasciste de la communauté organisée anti-France !


  • Il bassine tout le monde avec ça, et les roquets comme lui sont nombreux.


  • #1794807

    Moix et Anjot c’est un peu Chapi-Chapo, Heckle & Jeckle, Gargamel et son chat.... ect
    Regardez 5min sans le son juste pour apprecier leurs expressions faciales. Ça exprime la haine, le mal, la mechanceté, le sadisme, l’appat du gain, le venin, la bassesse et la mediocrité crasse.
    Le degré zero de l’evolution. Le genre d’individus nés avec une Darwinite aigue à la naissance et qui laissent des rayures sur les parquets à cause de leur grandes canines avides de promotion professionelle. Ils se ressemblent physiquement.
    Bref, des suce-bites.


  • Tous ces bobos de gauche sont médiocres à souhait et reflètent la pauvreté intellectuelle de la Télévision. Rien à en tirer...trop mauvais, heureusement qu’il y a le net pour trouver les bonnes infos et se détendre...


  • Angot n’apprécie guère Macron à cela près qu’il lui a évité, comme à tous les Français, l’horreur absolue qu’aurait constitué une élection de Marine . Article n°1 du cahier des charges d’ONPC : bavez sur Marine et les patriotes .


  • Angot est pathetique. Je n’ai pas compris ce qu’elle dit, charabia pretentieux. Elle a pas l’air tres a l’aise d’ailleurs. A l’occasion de sa tirade introductive, Ruquier a un rictus mal a l’aise et Moix a l’air tres ironique.
    Elle est la pour la remercier d’avoir trainer dans la boue Fillon. Retour d’ascenseur a une probable cocainomane pour services rendus pendant la campagne.


  • Je ne peux pas croire que le cerveau n’existe pas !
    En même temps quand je l’entends parler l’ami Moix , je me dis qu’il a peut être raison ... ^^

     

    • #1794865
      le 04/09/2017 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute
      ONPC : Yann Moix bassine le ministre de l’Éducation Blanquer avec la (...)

      Mais ou sont les francais qui aiment la France dans cette émission ?
      Quant à Yann Moix pourquoi ne pas tirer au sort les gagnants du 100 mètres ou du lancer de javelot ?
      Ainsi le sport serait bien plus égalitaire et Mini Maty aurait ses chances face Hussein Bolt !
      Tu as dû Yann en bénéficier je vous pas d’autres raisons à ta présence à la télé. .....
      Merci


  • La phrase de Rochedy renferme le tout ! ...A bon entendeur , salut !


  • Quand l’émission à commencé en 2006, c’était Zemmour, Polac, après Naulleau, ensuite Polony, après, avec Pulvar on sombre dans le néant...
    2 quinquenats plus tard, c’est Angot, Moix...
    Bon,y’a longtemps que je ne regarde plus la télé...mais cette émission est le reflet de notre société en déclin vertigineux depuis 10 ans.


  • Moix et Angot...s’ils font des petits, ne m’en gardez pas une cagette...sans rire, je ne veux même pas les entr’apercevoir à la téloche, sinon j’ai le bûcher qui me démange...


  • Je suis encore une nouvelle fois déçu (article et commentaires). L’éducation et le scolaire ne sont presque pas abordés. Or c’est essentiel ! A quand des articles sérieux, fouillés, profonds ?
    En attendant c’est Ruquier, Angot, Moix, sionisme, etc. C’est vraiment dommage, des points cruciaux ont pourtant été abordés : la nocivité des écrans, le besoin de sommeil des enfants, le "scandale" (Blanquer) qu’est l’état de notre système éducatif, le retour de l’histoire de France pour unir, etc. Qu’en pensez-vous ?

     

    • Vous n’avez qu’à rédiger articles et commentaires développés si ni les uns ni les autres ne trouvent grâce à vos yeux.


    • Bonjour bank,
      vous êtes surement nouveau sur ce site mais en cherchant un peu, vous trouverez tous les articles qu’il vous faut pour développer les thèmes que vous citez ( "la nocivité des écrans, le besoin de sommeil des enfants, le "scandale" (Blanquer) qu’est l’état de notre système éducatif, le retour de l’histoire de France pour unir, etc...il y a aussi des conférences ex : Marion Sigaut) ; c’est juste que E&R ne vas pas écrire un livre à chaque article en reprenant et développant chaque thème, et puis se payer la tête du service public et de ses larbins, cela détend et fait partie des petits plaisirs ici.. Pour ce qui est des commentaires, un peu comme partout, un fourre-tout. Bonne journée


  • Blanquer se retient de demander à Ruquier où il a déniché ces zozos. Aucune référence à la question du développement cognitif de l’enfant autre que le dénigrement systématique propre aux incultes. Ils ont pour une fois en face d’eux un politique qui semble suivre l’évolution des connaissances sur les mécanismes de l’apprentissage. Sauf qu’ils préfèrent retourner à leur bon vieux crime des crimes pour s’éviter la honte de montrer leur ignorance sur le sujet.
    Pitoyable.


Commentaires suivants