Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’euro, la peur et Vichy

Le discours sur les conséquences catastrophiques que pourrait avoir une sortie de l’euro pour l’économie française, et celle des autres pays de la zone euro est commun dans une bonne partie du spectre politique français.

On est en présence d’un discours de peur tenu par ceux-là même qui accusent le Front national de jouer sur des peurs. Voilà qui ne manque pas de sel quand certains de ces hommes politiques ne font que reprendre la vieille antienne du gouvernement de Vichy ! Cela montre à quel point la question de l’euro est devenue une question religieuse dans la politique française. Rester dans l’euro nous conduirait au paradis et en sortir nous entraînerait en enfer ! Mais, ce discours ne repose pas sur des bases solides. On sait qu’une dissolution de l’euro poserait deux problèmes immédiats, celui des dettes et celui des flux financiers entre les diverses économies. Ces deux problèmes sont, en réalité, bien moins compliqués que ce que certains hommes politiques, de Nicolas Sarkozy à François Hollande veulent nous faire croire. De plus, est avéré que l’euro a failli, et dans des proportions importantes, tant à engendrer la croissance qu’à protéger les économies des pays membres contres les fluctuations financières internationales. De cela, on a eu la preuve avec la crise de 2007-2009. On se propose donc de revenir sur ces différents points pour distinguer le vrai du faux.

 

La question des dettes

Pour ce qui est des dettes, on sait aussi que la dette souveraine de nombreux pays, dont la France à 97%, est émise dans le droit de ce pays. Or, la règle, établie par la cour d’arbitrage internationale depuis la fin des années 1920, est que tout titre émis dans le droit du pays « x » doit être payé dans la monnaie du pays « x », quel que soit le nom de cette monnaie. C’est ce que l’on appelle la lex monetae. Cela veut dire que si la France décide de quitter l’euro et de revenir au Franc, 97% de notre dette publique sera immédiatement et sans contestation possible, re-dénomminée en Franc. De ce point de vue, le seul pays qui serait obligé de faire défaut sur sa dette souveraine serait la Grèce car plus des deux-tiers de sa dette est émis en droit étranger.

Parler soit d’une multiplication importante pour la dette française comme le font Nicolas Sarkozy et les dirigeants de l’ex-UMP, ou au contraire parler d’un possible défaut, comme le fait Jean-Luc Mélenchon, n’a aucun sens. Pour les uns, cela relève du mensonge pur et simple. Les dirigeants de l’ex-UMP ne peuvent pas ignorer la composition et la nature de la dette souveraine de la France, et donc ignorer qu’une sortie de l’euro serait ici indolore. Pour ce qui est de Jean-Luc Mélenchon, l’erreur provient de son incompréhension du mécanisme des dettes publiques.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1296326
    le 19/10/2015 par roidecavenain
    L’euro, la peur et Vichy

    toujours et encore ce discours comme quoi nos dirigeants sont incompétents... ça laisse la place de penser "oh le prochain fera mieux". Il vaudrait mieux dire que tout cela est voulu, que l’euro n’est qu’un moyen pour nous endetter et nous rendre esclaves et que nos dirigeants le font exprès bordel ! Quand on sort de l’ENA ou de science po on sait compter non ? on sait réfléchir aussi j’imagine ? alors comment des cerveaux peuvent-ils toujours faire ce qu’il ne faut pas ... ?sauf si c’est voulu bien sur ! Dans un second temps il faut expliquer pourquoi pourquoi ils font exprès de mal faire et en venir aux franc-maçons et à leur culte de la lumière ; après seulement le peuple comprendra et pourra agir ! zut à la fin !

    PS : Je me relis et je n’ai pas tenu de propos de près où de loin antisémites alors merci de ne pas me censurer cette fois-ci ok ? Alors qu’auparavant pour d’autres articles j’ai vu des commentaires bien moins construits et beaucoup plus agressifs que les miens publiés, merci !


  • #1296353
    le 19/10/2015 par simon
    L’euro, la peur et Vichy

    Toulours très bon Sapir, je suis d’accord avec le fond. Sur l’aspect technique, je comprend ses arguments même si je n’ai aucun moyen de juger les modèles sur lesquels il s’appuie (les prévisions sont quand même spectaculaires).

    Quant à l’argument de vichysme régulièrement opposé aux "souverainistes" (replis sur soi, heures les plus sombres, etc.) il a été retourné comme un gant, et appliqué d’une manière bien plus rigoureuse que l’habituelle réthorique qui nous est servie sur ce point. C’est l’arroseur arrosé


  • #1296433
    le 19/10/2015 par E. FRANCOIS
    L’euro, la peur et Vichy

    Mon banquier me dit que l’emprunt contracté pour ma maison est en euro et que si la France revenait au franc mon emprunt resterait en euro, et devrait toujours être remboursé en euro !
    ( Avec les aleas de conversions de monnaie bien évidement ).
    Je pensais que mon emprunt serait converti des le départ en franc, qui a raison d’après vous ?

     

    • #1296625
      le 19/10/2015 par Florent
      L’euro, la peur et Vichy

      Je pense que ton banquier parle pour ses propres intérêts : ce sont en effet les Banques et tous les "investisseurs institutionnels" qui ont à perdre à la sortie de l’Euro. Pas les peuples.
      Et comme les banques et autres "i i" payent nos gouvernants........


    • #1296649
      le 19/10/2015 par Fred89
      L’euro, la peur et Vichy

      Cela a-t-il posé un problème aux emprunteurs de prêts en francs lors du passage à l’euro ?
      Non, les clauses des contrats sont restées les mêmes et la seule conversion qui a eu lieu, s’est faite le jour du passage à l’euro.
      Maintenant si ça a posé un problème aux banquiers, cela n’a pas dû empêcher beaucoup leurs clients de dormir


  • #1296666
    le 19/10/2015 par RSS
    L’euro, la peur et Vichy

    Enfin, réapparaissent les articles de fond de J. Sapir. Toujours très pertinent dans son analyse. Cependant, je vous voudrais souligner à roidecavenain que le diplôme ne fait pas la compétence du salarié, c’est un ensemble de savoir (faire + être) associé à une multitude d’intelligences (manuelles, réflexive, des situations, des contacts, du bon sens, de logiques, de perception de l’homme, de ses problématiques combinés à son environnement professionnel interne/externe) ; vous pouvez être bardé de diplômes cela ne fera pas de vous un compétent.

     

    • #1296912
      le 20/10/2015 par super parfait
      L’euro, la peur et Vichy

      La formation sur le terrain est fondamentale : l’apprentissage des bons gestes professionnels, la capacité à s’intégrer dans une équipe. Et puis l’envie aussi...le coeur à l’ouvrage, c’est important.