Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Catalogne ensanglantée

Les incidents qui ont émaillé le référendum sur l’indépendance de la Catalogne sont de très mauvais augure. On ne peut pas, sans une émotion et une légitime colère, voir des manifestants pacifiques agressés par les forces de police, qui ont fait plusieurs dizaines de blessés. On ne peut pas, non plus, rester insensible à la vue de ces urnes confisquées, ou jetées à terre par ces mêmes forces de police. Ces incidents ne peuvent que radicaliser encore plus la revendication d’indépendance, et ils témoignent d’une perte de légitimité du gouvernement de Madrid. Car, l’histoire, et en particulier celle du XXème siècle, pèsent sur les relations entre Madrid et Barcelone. On ne peut ici faire abstraction de la Guerre Civile et des années de répression du temps du Franquisme.

 

 

De l’autonomisme à l’indépendance

On peut se demander d’où vient cette revendication à l’indépendance. Car, au début des années 2000, les partisans de l’indépendance étaient clairement minoritaires. Il ne semble plus qu’il en soit ainsi. J’avais d’ailleurs organisé, le 19 septembre dernier, un débat dans l’émission que j’anime sur Radio-Sputnik entre Gracia Dorel-Ferré, historienne spécialiste de la Catalogne et Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) sur les questions ibériques (Amérique latine et Espagne) [1]. Ce dernier insistait sur le fait que les refus répétés du gouvernement central espagnol d’accorder à la Catalogne ce que le Pays Basque, voire la région de Valence, avaient obtenus avait conduit à une radicalisation du sentiment autonomiste en un véritable sentiment indépendantiste. Les manifestations monstres de ces dernières semaines, qui ont rassemblé plus d’un million de personne sur une population totale de 7,5 millions (l’équivalent serait donc une manifestation de plus de 9 millions de personnes en France), en témoignent.

La responsabilité du gouvernement de Madrid est donc très largement engagée. Elle l’est, bien entendu, dans les violences policières de ce dimanche 1er octobre. Mais elle l’est aussi, et sinon plus, par les différentes fin de non recevoir qui ont répondu aux demandes des autorités légalement élues de Barcelone. L’indépendance de la Catalogne, si elle survient, sera largement le produit des relents de franquisme du gouvernement Rajoy, comme l’a dit Mme Gracia Dorel-Ferré. Il aura été, par sa bêtise bornée et par sa brutalité, le véritable déclencheur de ce mouvement indépendantiste.

 

Le poids de l’histoire

La question du régionalisme, et en particulier du régionalisme Catalan, hante l’histoire de l’Espagne moderne. La Catalogne a représenté, avec la partie industrielle du Pays Basque, le point d’entrée de la modernité industrielle en Espagne depuis le XIXème siècle. La Catalogne est, aujourd’hui encore, certainement une des régions les plus dynamiques, et les plus riches de l’Espagne. Elle représente environ 20 % du PIB de l’Espagne et elle connaît, que ce soit par ses exportations ou par le développement de son industrie touristique, un véritable dynamisme qui tranche avec celui des autres régions d’Espagne. Mais, surtout, les catalans considèrent qu’ils ont été maltraités par les gouvernements espagnols, et en particuliers par les gouvernements franquistes.

Il convient ici de rappeler que la question de l’indépendance de la Catalogne s’était déjà posée à la veille de la Guerre Civile [2]. Le Président de la Généralité de Catalogne, Lluis Companys, décida en 1936 de rester dans le cadre de l’Espagne, alors républicaine, car cette dernière avait reconnu les droits des catalans. Durant la Guerre Civile, la Catalogne fut à la pointe de la résistance contre le franquisme et ses alliés, l’Allemagne Hitlérienne (que l’on se souvienne de la Légion Condor) et l’Italie Mussolinienne. Exilé en France après la défaite, il fut livré au régime franquiste par la Gestapo, torturé et exécuté le 15 octobre 1940 à la forteresse de Montjuic [3]. La Catalogne a payé d’un prix terrible son opposition au franquisme et a été dévastée par une répression sanguinaire.

La reconnaissance de la spécificité catalane a été tardive et date du retour à la démocratie. Mais, cette reconnaissance est fragile. Le « Parti Populaire », qui est censé représenter la droite dite « modérée » et qui abrite, en son sein, de nombreux nostalgiques du franquisme, n’a jamais réellement accepté de reconnaître cette spécificité. D’une manière générale, l’Espagne n’a pas exactement la même histoire de pays unitaire que la France. Des provinces, la Catalogne et le Pays Basque, ont des traditions indépendantistes bien ancrées.

 

 

La constitutionnalité, la légitimité et la souveraineté

Le référendum de ce 1er octobre soulève alors de nombreuses questions. Il a été déclaré « illégal » par le tribunal constitutionnel espagnol. Mais, cela signifie simplement que le gouvernement de Madrid n’avait pas d’obligation de reconnaître ses résultats. Cela ne justifiait nullement l’ampleur et la brutalité de la répression.

Au-delà, se pose la question de sa légitimité et de ses relations avec la souveraineté populaire en Espagne. La souveraineté de l’État espagnol découle du compromis qui a été passé lors du processus de démocratisation, après la mort de Franco. Les Catalans sont fondés à penser que l’annulation de leur statut en 2010, une mesure qui a mis littéralement le feu aux poudres, remettait en cause ce compromis. Dès lors qu’il y a ce type de débat dans l’espace politique, la seule réponse est l’élection d’une assemblée constituante. Ce n’est certainement pas la répression, qui ne peut qu’aggraver les choses. Le refus d’une assemblée constituante, ou à tout le moins d’une commission constituante, fragilise la légitimité du pouvoir espagnol. Les violences de ce dimanche 1er octobre finissent de la détruire. Les images de ces manifestants pacifiques agressés et blessés feront, et ont d’ailleurs déjà fait, le tour de la planète.

La question de l’indépendance de la Catalogne a ainsi peu de choses à voir avec le droit constitutionnel, au point où nous en sommes. Elle est devenue une question essentiellement politique, car la souveraineté c’est aussi cela : le primat du politique sur la règle de droit. Nous sommes à l’évidence dans une situation d’extremum necessitatis. Seule une action politique peut aujourd’hui dénouer cette situation. Très clairement, on ne pourra longtemps encore refuser aux Catalans la tenue de ce référendum qu’ils exigent, et que Madrid a tout fait pour perturber. Seul un vote peut trancher la question de savoir si les catalans pensent encore avoir un avenir commun avec le reste de l’Espagne ou non. Mais, ce qui est clair, c’est que le comportement de Madrid rend aujourd’hui toujours plus difficile la constitution d’un compromis acceptable.

La question n’est donc plus, aujourd’hui, de savoir si l’on soutient ou pas l’idée d’une Catalogne indépendante. La question est aujourd’hui de défendre la base même de la démocratie. Et pour cela, il faut un véritable référendum en Catalogne, dont toutes les parties s’engagent à reconnaître les résultats. C’est le seul antidote à une montée vers une nouvelle guerre civile. Que le gouvernement français ne l’ait pas compris montre la dégénérescence de l’esprit public chez le Premier ministre et le Président.

Jacques Sapir

Notes

[1] https://fr.sputniknews.com/radio_sa...

[2] Alquézar, R., Esquerra Republicana de Catalunya : 70 anys d’història (1931-2001). Barcelona, Columna, 2002.

[3] Benet, J., Lluís Companys, presidente de Catalunya fusilado. Barcelona, Península, 2005

Quel avenir pour l’Europe ? À lire chez Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1816623
    Le 10 octobre à 16:22 par Mandark
    La Catalogne ensanglantée

    Affaiblir les nations c’est renforcer l’empire.
    Le pouvoir légitime espagnol s’y est quand même pris comme un manche (ou à dessein ?) et à perdu des points en usant de violences disproportionnée et surtout en interdisant le référendum.

     

    Répondre à ce message

    • #1816827
      Le 10 octobre à 22:41 par Eric
      La Catalogne ensanglantée

      C’est vrai et c’est assez bizarre d’ailleurs. Ne rien faire en amont et surréagir en aval.

       
    • #1816886
      Le 11 octobre à 00:57 par visca espana viva cataluna
      La Catalogne ensanglantée

      Ne rien faire en amont et surréagir en aval, juste pour offrir ces vidéos d’altercations, c’est vraiment bizarre oui. Soumission à l’UE ? Possible ... En plus de ça aucune contre-propagande à celle de la bourgeoisie catalane indépendantiste, juste "la démocratie c’est la loi, et le referendum est illégal". Ils ont laissé quasi toutes les institutions, tout les médias, toutes les écoles aux mains des indépendantistes depuis longtemps. Dès leur plus jeune âge on leur bourre le crâne d’anti-espagnolisme ( quasi pareil pour le reste de l’Espagne, infectée d’antifa de base ... ). Ils sont déjà très indépendants mais quitte a leur en laisser plus autant prendre en main la "propagande" pas le contraire.

       
    • #1816906
      Le 11 octobre à 03:16 par awrassi
      La Catalogne ensanglantée

      "Nation" : "Ensemble des êtres humains vivant dans un même territoire, ayant une communauté d’origine, d’histoire, de culture, de traditions, parfois de langue, et constituant une communauté politique."
      Les monarchies se sont construites par le sang et l’unification forcée de peuples parfois très distincts !
      Je crois qu’il faut laisser aux Catalans, aux Corses, aux Bourguignons, etc., le droit de décider de leur avenir et de leur vie. Sapir a raison : seul un vote consenti peut régler les situations.

       
    • #1818001
      Le 12 octobre à 19:47 par Eric
      La Catalogne ensanglantée

      Une chose qui serait parfaitement absurde dans cette « histoire » @awrassi, c’est de considérer que ce referendum pourrait ne concerner que les seuls catalans au seul motif que certains d’entre eux la souhaiteraient. Or cela engage et concerne l’Espagne toute entière. Si referendum il y a, il doit donc être national. Ce serait un absolu scandale que ce ne soit pas le cas.

       
  • #1816649
    Le 10 octobre à 17:11 par John Queneldy
    La Catalogne ensanglantée

    C’est bien Soros qui finance l’indépendance de la Catalogne ?

     

    Répondre à ce message

    • #1816872
      Le 11 octobre à 00:15 par SENECA
      La Catalogne ensanglantée

      En tout cas, c’est bien lui qui finance les campagnes pour l’interdiction des corridas, avec un certain succès, d’ailleurs.

       
  • #1816655
    Le 10 octobre à 17:19 par Azt
    La Catalogne ensanglantée

    Sapir n’a rien compris sur ce sujet.
    Il sort les grands mots épouvantails comme ’’démocratie’’ et nous refait le coup des pleureuses... mon Dieu quelle répression ! 3 nez cassés et 2 griffures sur les bras...
    Lui si prompt à garder sa lucidité, sa logique et sa critique de l’UE a perdu les 3 là.
    Rien sur l’eurorégionalisme dans son article, rien sur, les bons bourgeois catalans exilés fiscaux en Andorre pour qui l’indépendance est vitale, puisque son domaine est l’économie, il aurait pu ouvrir son article sous cet angle par exemple. Et bien non, il nous ressort malheureusement les mêmes propos éculés et vide de sens et contenus qu’on voit dans tous les médias...

     

    Répondre à ce message

    • #1816699
      Le 10 octobre à 18:45 par bertin
      La Catalogne ensanglantée

      A Azt ,

      Sapir n’a rien compris ?
      Au contraire ,Sapir défend l’UE ,contre ce qui reste
      de Nation espagnole ,au nom de la démocratie !
      Sapir est un "patriote "de l’Empire !

       
    • #1816821
      Le 10 octobre à 22:25 par Jordi
      La Catalogne ensanglantée

      Parfaitement d’accord,malgré l’estime que j’ai pour Sapir, sur ce coup là il est complètement à côté de la plaque et il ne connait pas du tout son sujet.Les moteurs du nationalisme catalan sont l’égoïsme, un sentiment de supériorité, le victimisme, la fuite en avant d’une "élite" politique locale pourrie jusqu’à la moelle :Pujol, Mas etc...qui a mis son fric en Andorre. Est ce que demain le président de region de Rhone Alpes pourrait déclarer l’indépendance et organiser des referendum en dehors du cadre constitutionnel, sur le thème "il y en a marre de payer pour la Creuse" ?

       
    • #1816822
      Le 10 octobre à 22:25 par Eric
      La Catalogne ensanglantée

      Pour une fois, je trouve à redire au texte de Sapir que je trouve incohérent par rappport au « positionnement » qui est généralement le sien. Je trouve son analyse naïve. Cependant, n’est pas en inventant une bêtise @bertin qu’on en corrige efficacement la précédente.

       
  • #1816693
    Le 10 octobre à 18:35 par listener
    La Catalogne ensanglantée

    A défaut d’être de bons sujets du roi d’Espagne, le catalans sont devenus de mauvais sujets de conversation.. Il y a donc maintenant des "catalognologues" (pas beau comme mot). Chacun y va de son idée. Curieux. A-t-on le droit de dire qu’on s’en fout ? A peine. On vous prend par le bouton de votre veston et on vous somme de dire ce que l’on pense sur la "catalogne", de ses pompes et de ses œuvres, pays dont on ignorait tout il y a un mois, et si on répond, on ne vous écoute même pas ! Ahurissant.

    La "catalogne" a remplacé le "38ème parallèle" (ou le 17ème, je ne sais plus) de la guerre froide, le pétrole de Bakou, le nickel de Calédonie, le "manganèse" d’on ne sait-où (ah, le manganèse, sans quoi, selon les experts, on ne peut pas gagner une guerre ! La preuve, l’allemagne n’en avait pas), et les femmes de Mao, thèmes maintenant un peu épuisés et qui permettaient de pérorer toute une nuit dans un salon, comme le remarque le regretté Daninos (cf : Tout Sonia)..

     

    Répondre à ce message

  • #1816709
    Le 10 octobre à 19:04 par Eric
    La Catalogne ensanglantée

    N’oubliez pas que Jacques Sapir est un ardent républicain et qu’il détesterait la vidéo concernant la "trinité" infernale (Renaissance, Réforme et révolution) s’il la regardait.

     

    Répondre à ce message

  • #1816724
    Le 10 octobre à 19:30 par en colère
    La Catalogne ensanglantée

    Les indépendantistes Catalans sont minoritaires en catalogne et en plus Soros les finance depuis des années , ils ont même des comptes cachés en Andore , le simulacre de référendum était un coup médiatique et tout le monde a mordu à l’hameçon , personne n’a vu la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux de la manif anti indépendance de la Catalogne qui a eu lieu à Barcelone , une marée humaine de patriotes dans les rues de Barcelone drapeau Espagnol à la main , c’était impressionnant j’ai jamais vu ça la cohésion nationale qui c’est mise en place ce jour là les gens étaient heureux de se retrouver drapeau Espagnol à la main , je vous invite à faire des recherche sur facebook y a une vidéo qui tourne peut-être qu’on peu la retrouver sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=SC3...

     

    Répondre à ce message

    • #1817202
      Le 11 octobre à 15:54 par Kenshirô
      La Catalogne ensanglantée

      Sur ton lien video, oui la rue est bondée de gens mais les drapeaux qui s’y agitent sont catalans, pas espagnols. Je suppose que le chant qu’ils y entonnent est certainement catalan aussi...

      Cdlt.

       
  • #1816798
    Le 10 octobre à 21:46 par visca espana viva cataluna
    La Catalogne ensanglantée

    Pourquoi Sapir adopte-t-il ce point de vue au sujet de la catalogne ? Russia Today.
    RT est pour le camp séparatiste (plus ou moins subtilement). Ce qui, pour info, a poussé Julio Ariza, le président de Intereconomia a rompre sa collaboration avec RT. Bien que ces 2 médias n’ont pas la même ligne éditoriale Intereconomia relayait de temps en temps du contenu RT. A souligner aussi la position pro-chavisme de RT, Maduro déclarant tout son soutient au "peuple catalan face au fascisme espagnol", eh oui malheureusement les pro-chavisme en espagne ce sont les antifas, anti-espagnol et anti-nation... Vous me direz vu la position des politiques espagnols au sujet des évènements au venezuela et en crimée, c’est de bonne guerre...
    Pour finir, cette situation n’est bonne ni pour les indépendantistes ni pour les anti-indépendantistes.

     

    Répondre à ce message

  • #1816826
    Le 10 octobre à 22:40 par Pablo
    La Catalogne ensanglantée

    L’auteur de cet article n’a pas saisi toute la complexité de la situation en Espagne. Son analyse est limitée et ne prend pas en considération le problème dans une perspective historique. En effet, l’histoire de l’Espagne ne se limite pas à la Guerre civile et au franquisme. Il faut tenir compte de tous le processus de création de l’état espagnol moderne, et les rapports de force qui s’y sont développés. Il est vrai que le gouvernement espagnol a eu tort de ne pas accorder l’autonomie financière mais l’indépendance de la Catalogne n’est ni légitime, ni souhaitable. Le problème de l’auteur, à mon sens, est qu’il tombe dans le piège de l’émotion suscitée par les images des violences.

     

    Répondre à ce message

  • #1817002
    Le 11 octobre à 11:14 par The Médiavengers
    La Catalogne ensanglantée

    Inquiétante prise de position de Sapir, et par ailleurs du site Dedefansa concernant la Catalogne. Plusieurs articles traduits par le Saker également, dont les auteurs n’ont rien compris aux enjeux. Commenter à chaud tels des journalistes-système ne produit rien de bon.
    Vivement une mise au point d’Alain Soral, de Pierre Hillard et d’autres sur ce sujet qui empêche certains de réfléchir rationnellement.

     

    Répondre à ce message

  • #1818728
    Le 13 octobre à 22:59 par Marmiedoise
    La Catalogne ensanglantée

    Quand en Ukraine un putsch conduit en partie par des néo nazi conduit le pays au morcellement et à la guerre, cette pourriture qu est l UE soutient le processus, en revanche quand un référendum emmené par des représentants légitimes consacre l’indépendance d une région espagnole la les droit de l hommisme européens sont favorables au recours à la force....
    On vit dans un monde formidable !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents