Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La chronologie juive – De Moïse à Bibi

Note de la rédaction

Traduction à partir de l’anglais effectuée par Alimuddin Usmani.

La chronologie juive fait partie d’un récit particulièrement unilatéral et anti-historique qui débute inévitablement au moment où la souffrance juive est détectée, tout en ignorant les circonstances antérieures qui ont pu mener à cette souffrance. Dans l’histoire juive, les membres du peuple élu ne sont jamais les agresseurs et ne portent aucune responsabilité concernant leur propre situation. C’est même le contraire, ils sont toujours victimes de « l’irrationalité » des goyim et de leur « haine impitoyable des juifs ».

 

Hier, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a fourni un aperçu remarquable de la nature trompeuse de la chronologie juive.

Dans son discours qui a suivi l’incident dans lequel un F-16 israélien a été abattu au dessus de la Syrie, Netanyahou s’est focalisé sur l’agression iranienne, alléguant que l’Iran avait fait voler un drone en territoire israélien. Naturellement, votre serviteur n’est pas convaincu par l’existence de ce drone et, s’il existait vraiment, qu’il fut opéré par les Iraniens. Cependant, le Premier ministre israélien a clairement omis de souligner dans son récit que c’était lui, son gouvernement faucon et les lobbies juifs qui lui servent de relai à travers le monde (AIPAC, CRIF, CFI, LFI, etc.) qui travaillent à une action militaire et à des sanctions contre la République islamique depuis au moins dix ans.

Combien de fois avons-nous entendu des politiciens israéliens promettre d’attaquer l’Iran ? En 2012, The Time of Israël avait rapporté que le Premier ministre Benjamin Netanyahou et le ministre de la Défense Ehud Barak avaient ordonné à leurs responsables de la sécurité en 2010 de préparer l’armée à une attaque contre les installations nucléaires iraniennes, en quelques heures si nécessaire. Le quotidien avait précisé que leur demande avait été repoussée par ces mêmes responsables de la sécurité. Néanmoins, la chronologie présentée hier par Bibi a fait table rase de la décennie de belligérance à l’égard de l’Iran. La chronologie de Bibi du conflit a débuté 48 heures auparavant, lorsqu’il a prétendu que le drone iranien avait franchi la frontière israélienne.

Cette forme unique de délire et/ou de détachement fourbe de la réalité n’a pas été inventée par les sionistes ou par les Israéliens. Elle est profondément ancrée dans la culture juive, dans l’idéologie juive et même dans l’Ancien Testament. L’Holocauste, par exemple, est enseigné comme « la persécution systématique, bureaucratique, parrainée par l’État, et le meurtre de 6 millions de juifs par le régime nazi et par ses collaborateurs » (Musée américain de l’Holocauste). C’est un récit vidé de tout contexte historique. La chronologie de l’Holocauste est une construction judéo-centrique qui commence avec la détection de la souffrance juive (1933). Pour que l’Holocauste devienne un véritable chapitre historique, il faudra se demander : « Quelles sont les circonstances qui ont conduit à la forte montée des sentiments anti-juifs en Europe et au delà ? » [1]

Une fois encore, si nous examinons l’histoire juive des pogroms de l’Europe de l’Est au XIXe siècle, ou l’Inquisition espagnole, nous découvrons une chronologie qui est déterminée par un rejet similaire de l’historicité.Comme dans l’histoire juive de l’Holocauste ou dans l’intervention de Bibi hier, ces chronologies débutent au moment où la souffrance juive est détectée et omettent les circonstances qui ont pu conduire à de tels développements. Nous avons affaire à des récits dépourvus de leur élément le plus vital et de leur raison d’être. Nous assistons à une lutte perpétuelle pour réduire à néant l’introspection.

Tout ceci pourrait expliquer la peur juive de l’antisémitisme. L’angoisse juive n’est pas représentée nécessairement par la peur du « goyim haineux et sans pitié » mais plus probablement par la peur de l’introspection – se regarder dans un miroir – prendre la responsabilité pour ses propres actions une bonne fois pour toutes.

La chronologie juive, sous forme de détachement auto-induit, est aussi vieille que les juifs. Examinons la manière avec laquelle Pharaon est présenté dans l’Exode biblique :

« Un nouveau roi vint au pouvoir en Égypte ; il ne connaissait pas Joseph. Il dit à ses sujets : Voyez, le peuple des Israélites est plus nombreux et plus puissant que nous. Il est temps d’aviser à son sujet, pour qu’il cesse de se multiplier. Sinon, en cas de guerre, il risque de se ranger aux côtés de nos ennemis et de combattre contre nous pour quitter ensuite le pays. » (Exode 1 : 8-10)

Alors que le roi Pharaon manifeste clairement des sentiments anti-juifs, il y a un manque notable de tout contexte qui rendrait ce récit vraiment significatif. Dans quel sens les juifs étaient-ils plus « puissants » ? Pourquoi étaient-ils suspectés de trahison, gardaient-ils une double citoyenneté ? Est-ce qu’ils dominaient la cité ou sa culture ? Ou peut-être ont-ils dominé l’industrie cinématographique égyptienne à ses débuts ? La Bible garde cette information confidentielle.

Je suggère éventuellement que la chronologie juive est un mécanisme sophistiqué de masquage qui est mis en place pour empêcher les juifs de faire une introspection, de voir la réalité telle qu’elle est, de voir l’autre comme un être humain égal avec des besoins égaux.

La pensée judaïque s’est parfois considérée elle-même comme un mécanisme castrateur. Les prophètes bibliques avaient, par exemple, des éclairs d’introspection. Ils ont introduit une chronologie, une raison, un logos, ou devrions nous dire plutôt une logique, mais, dans ce domaine, ils ont été vaincus maintes et maintes fois. On peut dire la même chose de Jésus, Spinoza et Marx.

Cela rend étonnant le fait que le sionisme, à ses débuts, était en réalité une tentative désespérée de la part des juifs de s’attaquer au déni juif de l’historicité.

L’ouvrage L’Antisémitisme, son histoire et ses causes de Bernard Lazare représente une étude profonde du sionisme et du rôle des juifs et de leur culture dans leur propre souffrance. Lazare n’était pas le seul à faire une enquête. Ber Borochov, Max Nordau and même Herzl ont tenté de comprendre la question juive à travers un contexte historique adéquat. Leur diagnostic de la culture de la diaspora juive était habile, cependant, leur remède a plutôt été un désastre comme l’a démontré l’horrible politique d’Israël depuis sept décennies.

Alors que le sionisme des débuts était en grande partie anti-juif, le sionisme fut bientôt pris en otage par la judéité – ce sentiment de délire judéo-centrique qui rejette l’altérité et qui nie l’historicité. Le discours du Premier ministre Netanyahou est révélateur de cette incapacité unique à faire une introspection. La chronologie de Netanyahou commence avec une prétendue agression iranienne en « oubliant » qu’Israël balance des bombes sur la Syrie depuis des années et menace d’intervenir en Iran depuis au moins dix ans. Netanyahou est-il en plein délire ? Fait-il preuve de duplicité ? Ce n’est pas à moi de juger, et en fait je m’en fiche. Ma tâche est d’analyser le message, pas d’analyser le messager.

Si le sionisme était né pour enseigner aux juifs de quelle manière ils pourraient réfléchir sur eux-mêmes, ils pourraient devenir des gens comme les autres. Netanyahou, Israël et les sionistes contemporains sont la preuve que le projet sioniste était futile. Alors que l’État juif s’entoure toujours plus avec des murs, que les lobbies sionistes et les Zio-cons poussent Israël à s’engager dans plus de conflits globaux, il devient évident que les sionistes ne sont pas des gens comme les autres – des gens qui ne peuvent pas réfléchir sur eux-mêmes ou porter la responsabilité pour leurs propres actions.

Gilad Atzmon

Notes

[1] L’historien juif David Cesarani a fait un tel effort dans son dernier livre, « Final Solution », admettant que l’histoire de l’Holocauste a été problématique et manquante.

Retrouvez le penseur Gilad Atzmon chez Kontre Kulture :

Et le musicien Gilad Atzmon
sur Kontre Kulture Musique

Gilad Atzmon, sur E&R :

 
 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1899383
    Le 12 février à 17:19 par dixi
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Cette histoire dure depuis plus de 70 ans .Faudrait m’expliquer ce que le goy de 2018 a à voir avec cette histoire .Que cherchent-ils ? Est-ce que je vais demander aux Allemands de 2018, une repentance éternelle de la mort de mes ancêtres, mort dans les tranchées à l’âge de 20 ans ? Et qui n’ont jamais étaient retrouvés . Pourquoi devrais-je haire les Allemands aujourd’hui, ce serait ignoble de ma part, car ils n’y sont pour rien , parce qu’ils ont autant souffert ? Aujourd’hui ressasser ces histoires, pour les transformer en haine, se servent à rien .À moins de vouloir se servir de ses histoires pour tout autre chose, dont le but n’est pas une repentance, mais une vengeance sur des gens qui n’ont pas oublié le passé, mais qui regarde l’avenir et recherche la paix .

     

    Répondre à ce message

  • #1899441
    Le 12 février à 19:18 par bb king
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Quelle Lucidité, quelle claque dans la gueule !
    Un énorme merci pour ce texte éclairant qui devrait passer une fois chaque soir pendant 1 an sur tous les média.

     

    Répondre à ce message

  • #1899466
    Le 12 février à 19:59 par Nanar
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Les "gens de Lumière "sont comme la plupart des femmes "modernes", femmen ,hystériques c’est à dire incapable de réfléchir, se remettre en cause comme dit Atzmon toujours victimes de "l’irrationnalité des autres".En effet l’introspection reste problématique...

     

    Répondre à ce message

  • #1899484
    Le 12 février à 20:14 par Emmanuelle
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Tableau clinique des symptômes ou des effets : et le nom de la pathologie elle-même, c’est quoi docteur ?
    [Compte tenu de ses multiples ravages, y compris collatéraux, comme notre liberté d’expression].

     

    Répondre à ce message

    • #1899542
      Le 12 février à 21:22 par Le malicieux
      La chronologie juive – De Moïse à Bibi

      Demandons a un certain docteur !

       
    • #1899829
      Le 13 février à 12:28 par papy
      La chronologie juive – De Moïse à Bibi

      Bonjour,

      Suis pas docteur mais fait un peu de travail sur moi...
      je pense à de l’hystérie,qui est la maladie du pouvoir,
      qui doute et veut vérifier toujours et alors quand c’est négatif... crise !

      Cordialement

       
  • #1899962
    Le 13 février à 16:25 par Brebis_garée
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Merci à Gilad pour cette article pertinent !

     

    Répondre à ce message

  • #1900157
    Le 13 février à 21:09 par Guibus
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Douglas Reed, la controverse de Sion

     

    Répondre à ce message

  • #1900543
    Le 14 février à 13:26 par listener
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Les juifs entrent dans l’histoire en fait au temps des macchabés. Avant, il n’y a quasiment rien de sérieux, et l’archéologie biblique s’épuise à rechercher des artefacts, et n’en trouve que de particulièrement médiocres (l’état d’Israël et la région la plus pauvre du monde sur le plan archéologique), mais rien n’apparaît du côté de David, de Salomon et .. d’Abraham. Exemple même de reconstitution de origines. Sinon peut être dans l’histoire babylonienne (la déportation et Esaï). Mais c’est peu et c’est assez moche. Du côté égyptien, désespérément rien ne vient appuyer le récit extravagant de l’Exode.

    C’est la "dynastie" (si on peut parler de "dynastie") hasmonéenne, contemporaine des royaumes hellénistiques des Séleucides et des Ptolémés (princes civilisés et brillants) très malheureusement concurrentes et souvent en guerre, qui va faire du micro-état macchabéen une sorte d’état tampon, lequel trahissait régulièrement l’un contre l’autre, évidement. Cela n’a pas cessé jusqu’à aujourd’hui..

    Ce petit jeu s’est terminé avec les romains, vainqueurs des deux royaumes, qui n’avaient plus besoin d’état tampon ! Tous les pseudo-malheurs du "peuple juif", qui n’a pas fait son auto critique comme d’habitude, datent de cette époque.

    Mais le plus gros mensonge du judaïsme et qui a eu des conséquences calamiteuses sur le monde, c’est sa prétention à être la religion primordiale et pure à sa naissance, avec l’idée complètement fausse de "révélation". D’une part, ce n’est pas la religion la plus ancienne, d’autre part, son idée que l’unicité de Dieu lui a été par privilège "révélée" (les autres étant des arriérés à massacrer) est fausse et mensongère, enfin, la religion hébraïque a emprunté comme l’ont relevé les historiens des religions, à beaucoup de religions des alentours. Le judaïsme si tant est qu’il a une "origine" n’est nullement pure de tout contact et influences à ses débuts. Autrement dit, le judaïsme n’est pas une religion "casher". Elle est "impure". Et elle a dégénéré dans l’impureté en plus. Mais c’est une autre affaire.

     

    Répondre à ce message

  • #1900827
    Le 14 février à 19:31 par Je suis pas Charlie
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Je ne comprends pas l’auteur lorsqu’il opère cette filiation honteuse et invraisemblable de Bibi la gâchette, le terroriste en chef descendant des khazars — asiatiques belliqueux des steppes convertis au talmudisme — avec Moïse, enfant d’Israël, Prophète de Dieu. Si Moïse était parmi nous aujourd’hui, il serait du coté des Palestiniens et non des sionistes et de Netanyahu. Comme Jésus, il mènerait un combat à mort contre les marchands du temple actuels qui ont confisqué le message divin au profit de leur lignage. Avec Moïse, le Message universel est " Tu ne tueras point". Avec les talmudistes, Bibi et ses semblables, le Message devient "Tu ne tueras point de juifs".

     

    Répondre à ce message

    • #1902609
      Le 17 février à 00:16 par Beaujolais nouveau
      La chronologie juive – De Moïse à Bibi

      Je pense que tu confonds Moïse avec Abraham, et les Juifs avec les Hébreux : pas vraiment la même chose, quand on creuse.

      Je te laisse chercher.

       
  • #1900851
    Le 14 février à 19:53 par giustizia
    La chronologie juive – De Moïse à Bibi

    Et bien, si l’on peut dire, "la messe est dite", merci Gilad ! Les gens qui se posent toujours en victime finissent pas être délaissés tant ils sont fatiguants. Quand ?

     

    Répondre à ce message