Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La mort du chevalier de La Barre : encore un mensonge ?

Une conférence de Marion Sigaut à Abbeville

Le chevalier de La Barre fut-il un martyr des anticléricaux, ou bien leur victime ? Des mensonges de Voltaire aux contrevérités de Laurent Joffrin et des « libres-penseurs », retour sur un drame du XVIIIème siècle à travers cette conférence de Marion Sigaut à Abbeville (Somme) le 19 juillet 2014.

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Après la Révolution Française, plus personne ne sera mis à mort en France du fait de la religion : faut-il le regretter ?

     

    • #1041679
      le 27/11/2014 par Catholique & Français
      La mort du chevalier de La Barre : encore un mensonge ?

      "Après la Révolution Française, plus personne ne sera mis à mort en France du fait de la religion : faut-il le regretter ?" : elle est bien bonne, celle-la !!!! Et l’innombrable cohorte de tous ceux et celles qui ont été mis à mort depuis 1789 jusqu’à nos jours pour crime de blasphème, de complot ou de conjuration contre la Religion Maçonnique totalitaire, ses prêtres et ses adeptes ??? Et, de plus, contrairement aux anciennes religions, ils n’ont même pas le courage d’avouer le vrai motif de leur fanatisme.


    • #1041691

      Vrai que la Révolution Française qui a amené la conscription est un vrai progrès quant aux décompte des morts : Terreur, guerres de Vendée ("plus personne ne sera mis à mort du fait de la religion" ?), centaines de milliers de morts avec les guerres napoléoniennes, millions de morts avec la guerre des industriels de 14-18, dizaines de millions avec la guerre des financiers de 39-45. Non, il n’y a rien à regretter effectivement, vivement la suite.


    • Non, mais il faut aussi admettre qu’à une époque où la religion faisait corps avec les principes de l’État et de la société, il était dans l’ordre naturel des choses qu’il y ai une certaine rigueur spirituelle. Je ne dis pas que c’était « génial », mais il faut comprendre qu’à cette époque c’était tout à fait normal.


    • #1041876
      le 27/11/2014 par Η δε τεxνη μακρα
      La mort du chevalier de La Barre : encore un mensonge ?

      La Révolution fut le plus grand carnage de notre histoire contemporaine, mais les trolls sionistes considéreront que ce fut moins grave que les guerres dites de religion, bien moins meurtrières : c’est une preuve du sentiment de solidarité unissant les trolls sionistes à la franc-maçonnerie.


  • Je n’écoute plus Joffrin depuis qu’il nous a raconté une théorie grotesque des attentats du 11-Septembre 2001.

    Ce scribe impérial n’a pas le début de l’ombre d’une formation scientifique mais il se permet de diaboliser les scientifiques qui étudient ces attentats depuis des années et qui ont publié leurs résultats dans des revues scientifiques à comité de lecture.

    http://www.reopen911.info/News/2014...

     

  • #1041653

    C’est la Déclaration des Droits de l’homme de 1789 qui a supprimé la notion de "blasphème" du droit français . En 1825 le grand dadais Charles X fera voter la loi chatiant le "sacrilège", loi abrogée dès 1831 . De nos jours il faut etre un dingo islamiste pakistanais pour vouloir imposer une pareille loi . Certains en France voudraient bien y revenir...Arrière calotins vicieux !...

     

    • Le crime de blasphème existe toujours, mais il n’est plus indexé à l’Eglise.

      Il me semble que c’est un certain Premier ministre Français qui disait " La shoah ( vous noterez le "S" minuscule ) est un sanctuaire qu’il ne faut pas profaner ".

      A chaque système ses institutions sacrées, notons que l’exécution pour blasphème durant l’Ancien Régime nécessitait 7 rappels à l’ordre, excusez du peu, tandis qu’au lendemain de la Révolution, scander "vive le Roi ( vous noterez la majuscule )" valait la guillotine.

      Excusez le "Dingo islamiste pakistanais" qui sommeille en moi, mais réinstaurer un régime qui se rappelle que la France est la fille aînée de l’Eglise, et où ne jette pas ses déjections sur le Christ impunément me paraît pertinent, voire primordiale par les temps qui courent où les Femen sont non seulement relaxées pour les pires saloperies, mais où on criminalise les catholiques qui ont essayé de les en empêcher, il y’ a dans notre pays une cathophobie assumée ( tiens, quand j’écris cathophobie le correcteur automatique surligne le mot... donc je présume que ça n’existe pas ), qui est juste un crachat balancé à l’identité même de la France, la religion catholique est garante de la morale en France, se passer de morale peut mener à certaines dérives, comme le transhumanisme, ou bien la simple sensation d’impunité en ce bas monde, que tout est permis, un monde sans frontière morale, sur le long terme, on peut appeler ça le chaos.


    • Je crois pourtant me souvenir que la "justice" française a, il y a peu prononcé des condamnations contre des citoyens français qui avaient été filmés brulant des pages du coran ....


    • En cas de blasphème "horrible", la justice pouvait prononcer la mort sans aucun rappel à l’ordre. Le Traité de la justice criminelle de Jousse nous rapporte certains cas.


    • En 1825,l’Eglise faisait partie du corpus administratif du royaume...prêtres et évêques étaient des fonctionnaires de l’état qui les payait....alors qu’avant 1789,l’Eglise ne dépendait de personne et avait ses propres biens !

      La loi sur le sacrilège (un vol de ciboire par exemple) était donc une autre loi sur l’insulte à fonctionnaires dans l’exercice ou vol et dégradation de biens publics !

      La mort physique n’existe plus et même à l’époque mais la mort sociale (procès,amendes) est bien réelle et encore aujourd’hui,elle reste la première arme de dissuasion et de châtiment !


  • Excellent comme d’hab Marion Sigaut !
    Vive le Christ-Roi !


  • merci marion


  • Excellente conférence, merci à vous, Mme Sigaut de nous replonger dans l’époque du 18ème.

    C’est également ma période préférée avec le 17ème et le 19ème.

    Vous êtes un exemple pour moi, sachez seulement que j’envisage de reprendre mes études en histoire (à 26 ans) donc je vais faire le même cursus que vous (licence etc ...).

    Vous êtes la preuve vivante que lorsqu’on veut on peut.

    MERCI !

     

    • #1042906

      Je ne suis pas toujours d’accord avec vous (de ce que je me rappelle avoir lu dans les commentaires), mais ce message fait plaisir à lire. Mme Sigaut est un don qui nous est fait, et c’est bien le meilleur exemple que vous puissiez prendre, à ma connaissance.
      Je vous souhaite courage et réussite dans vos projets, la France a besoin de gens qui remettent ses pendules à l’heure juste !


  • Merci Marion Sigaut ! Conférence magistrale ! Quand je pense que pendant des années, j’ai cru dur comme fer à ce que Voltaire racontait des horribles supplices soi-disant endurés par le jeune blasphémateur. Son texte mensonger est aujourd’hui encore publié en bonne place dans des manuels de littérature, et bien sûr sans aucune note rectificative. La désinformation marche à plein.


  • Toute ma profonde admiration pour vous, Marion Sigaut !!!!!!


  • Des historiens spécialistes de Louis XVI m’ont affirmés que le rappel des parlements..s’il le doit à la dette...le doit aussi à la difficulté des parlements Maupeou pour exister.. !!
    Une justice gratuite devait trouver un financement et une cabale contre eux les rendait inopérant...Le premier président Guzman en a fait les frais !

    En bref,la justice n’était plus rendu et comme il faut bien qu’elle vive,Louis XVI a du rappeler,peut-être la mort dans l’âme,les anciens parlements toujours hostiles... faute de mieux !

    L’interdit sur les sacrements sous Philippe auguste par le pape Innocent III avait fait plier le roi
    L’interdit sur les procès par les tout puissants robins ont fait plier Louis XVI... !!

    Est ce vrai en tout ou en partie...à voir !

    En tout cas,belle démonstration d’une des plus ignoble manipulation de l’Histoire par un arriviste notoire dont seuls les bons mots et quelques contes pour grands enfants ont traversés les siècles...sachant que son théâtre,lui, n’a pas survécu !


  • #1041972

    Anna Arendt stigmatisait ( ou était stipendiée pour) le régime communiste comme le régime des pires falsificateurs de l’histoire reprochant à Staline de vouloir s’approprier l’invention du métro en ayant conçu des stations somptueuses, car "il comptait falsifier l’histoire" en long en large et en travers, ce qui en représentait, pour cette "analyste du totalitarisme", le signe le plus manifeste . Avec les révélations de Marion sur la véritable histoire du chevalier de la Barre, les mensonges sur l’inquisition, la révolution, la république, la monarchie et surtout l’église, cette pauvre Anna Arendt, qui s’était fendue d’une analyse aussi vaseuse que factice sur la monarchie et la révolution Française, pour des raisons peut être communautaires ou d’indigence intellectuelle, sera passée (ou aura passé) toute sa vie à coté des pires falsificateurs et totalitaristes. C’est à dire concernant la France, la république laïco-maçonnique et "ses synagogues qui sont le symbole de la laïcité" selon l’aveu de botulenri lévi.
    Souvenons-nous que la république a été baptisée dans le sang, la terreur et le génocide, rien de bon à attendre d’un régime qui a rapidement mis les enfants pauvres dès 5 ans dans les mines, leurs méres dans les filatures et les ouvriers dans les camps de concentration du grand patronat.


  • @Marion Sigaut :

    Dans votre nouvelle vidéo avec Claire Colombi sur le récentisme (désolé, je suis gourmand en vidéos :x), vous dites que, si l’on s’accorde avec les récentistes, Mahomet serait né "un peu" avant JC. Mais il me semble que vous avez fait une petite erreur ? ou alors je n’ai pas bien compris ... Mahomet serait né en 570, et l’Hégire commence en 622, et non vers 900 et quelques, donc si l’on retranche 1000 ans, il serait donc né non pas "un peu avant" mais environs 400 ans avant JC, donc contemporain d’Aristote !

    Sinon BRAVO à Claire Colombi d’avoir parlé du métier PRIMORDIAL de bibliothécaire et d’archivistes ! Imaginez une bibliothèque dans laquelle rien ne serait trié, un gigantesque bordel historique...
    Il suffit d’entrer une seule fois dans une bibliothèque pour voir que l’on consacrerait une vie entière avant de pouvoir mettre la main sur 2 documents chronologiquement proche ET concernant le sujet qui vous intéresse, à moins d’un coup de bol hallucinant ... Tous les écrits du monde resteraient lettre morte si l’on ne savait les retrouver aisément. C’est un peu la raison d’être des bibliothèques ! Sans ça, il faudrait que chaque nouvelle génération redécouvre les bases de ce qui l’intéresse, et il serait impossible d’avancer dans quelque domaine que ce soit...

    Et ceci ne vaut pas que pour les historiens : n’importe quel scientifique doit pouvoir avoir accès à une somme de connaissances pour baser son travail. Il suffit de connaitre un peu l’histoire de la cosmologie, de l’optique (qui explique certaines ambiguïtés dialogiques), des mathématiques etc, toutes ces branches étant historiquement très liés (le polonais Copernic et le Français pas besoin de "mondialisation" ou je ne sais quoi...). l’incroyable complexité de ce que nous apprenons a l’école est toujours résumée, condensée a l’extrême... et donc tt aussi fragile !

    Certains aujourd’hui pensent que tout ce que nos ancêtres ont découvert au fur et a mesure des millénaires "va de soi" : c’est d’une bêtise effrayante ! Y’a vraiment que les littéraires pour fantasmer des bêtises pareilles de "génie fulgurant" !
    L’exemple type, la mythologie autour de Einstein : entre la taille de son cerveau, ou le stakhanoviste qui "ne dormait pas plus de 3 heures par nuits", ou le genre d’idioties sur son enfance... alors qu’il n’aurait rien fait sans Young et ses fentes, Schrödinger, etc et bien avant encore... il y a des propagandes malsaines qu’il faut vraiment arrêter !


  • #1042160
    le 28/11/2014 par Godefroi de Javron
    La mort du chevalier de La Barre : encore un mensonge ?

    Grace aux conférences (et aux livres) de Marion Sigaut nous traversons les couloirs du temps.Cette époque de l’histoire de France est tellement bien raconté qu’on a l’impression d’y être.
    Avec des faits historiques et une intelligence intuitive, Marion Sigaut démonte cette énorme machination et interprétation mensongère laicarde anticléricale.

    La vérité nous conduit à l’authentique liberté.

    Que Dieu vous bénisse et vous protège.


  • #1042192

    Fantasme d’affabulateur, François Marie craignait il qu’on les lui coupa , se réveillait il en sueur , suppliant le bourreau de lui laisser , sa main de falsificateur ,sa langue bifide ?
    Il ne porta jamais si bien son nom ’à rouer’ .


  • #1042442

    Ce serait bien si Marion Sigaut pouvait toucher un peu le sujet de la Terre plate. Parait que c’est une autre histoire completement inventé par les anticléricaux du 19ème. Il y a même une page Wikipédia sur le sujet, non disponible en français mais le titre anglais est "Myth of the flat Earth". Sans blague si même ça c’est bidon ....

     

  • Merci à Marion Sigaut pour son travail et merci à E&R pour la mise en ligne !


  • #1043194

    Libéralisme et libertinage : les deux fées maléfiques qui veillèrent sur le berceau de la Révolution...

    Marion Sigaut annonce qu’elle nous réserve d’autres surprises historiques et s’il y a un sujet que je souhaiterais deviner dans ses cahiers, c’est le cas Sade. Ce misérable n’y allait pas de main morte puisqu’il racontait dans ses délires littéraires les moeurs qui étaient siennes et au-delà des moeurs, sa philosophie de vie.

    Rappelons à ceux qui chérissent l’image d’un esprit libre châtié par une justice "inféodée à l’Église", qu’il connut la prison pour avoir séquestré et torturé une femme.
    Le "divin marquis" nous explique également très bien à quelle divinité il vouait son culte : de mémoire, parmi les pages de Juliette comptent des scènes de messes noires et de sacrifices humains.

    Écoutez Sade et vous percevrez la vision du monde et la vision de l’autre qu’ont ces gens.
    J’ajouterai en passant que je ne suis pas très étonné de voir combien sa fiche Wikipedia a évolué en quelques années pour maintenant nous présenter ce personnage sous un jour tout à fait avantageux.

    Quant à l’inénarrable Arouet, les descriptions fournies laissent entrevoir un caractère narcissique de nature pathologique : absence totale de morale, absence totale d’empathie.

    Mais tout ceci reflète finalement l’impasse qui se fait sur le sens du mot liberté.

    Pour certains, c’est s’affranchir du joug de son cerveau reptilien, c’est l’élévation de sa conscience.
    Pour d’autres, c’est se désinhiber de tous freins moraux, c’est la transgression qui exige des doses toujours plus fortes, c’est la chute.

    On a quelques fois l’amère impression qu’il se trouve sur Terre deux races distinctes d’humains et que celles-ci ne se différencient ni par leurs origines géographiques, ni par leurs attributs morphologiques...

     

    • #1044132

      Maurice Lever a fait un excellent travail sur le sujet.


    • #1044887

      Merci Marion pour cette recommandation, une rapide recherche sur l’auteur et son travail semble révéler que l’affaire et le personnage Sade sont plus subtils que mon commentaire précédent ne l’entendait.
      Je garde donc la référence sous le bras.

      Je maintiens cependant ma proposition sur la signification individuelle du concept de liberté et j’ajouterai que tous les êtres doués de raison ont justement été dotés de cette liberté de choisir entre le bien et le mal.
      N’est-ce pas le coeur de tous les sujets ?

      Aussi, je me demande si l’historienne voit un lien entre libéralisme et libertinage (spécialités du XVIIIème) que je ne perçois qu’intuitivement.
      N’oublions pas que cela fait deux cents ans qu’on nous rebat les oreilles avec cette supposée liberté (ce mot va maintenant généralement de pair avec le mot "démocratie") et que de nos jours, ce sont de nombreux pays souverains que l’on souhaite avassaliser à un nouvel ordre, sous cette souriante bannière.

      Sincèrement,

      Frédérick


  • Merci Marion ! C’est toujours un régal de vous écouter !

    Cette période, avant la Révolution française, est passionnante. On voit bien comment se met en place, lentement, le projet maçonnique de destruction de l’Église et de la foi chrétienne. On se réjouit de savoir que tous vos travaux se concentrent sur cette époque !

    Concernant l’ignoble Voltaire (très bon le rapprochement avec un certain philosophe contemporain...) et sa NDE (Near Death Experience) ou EMI (expérience de mort imminente) sujet que je connais bien et qui m’intéresse beaucoup, j’avais été très intriguée par son expérience négative, relatée à plusieurs reprises. C’est vrai que l’on entend moins parler des expériences de NDE négatives, mais elles existent et sont nombreuses et parfois terrifiantes selon les dires de certains médecins qui étaient au chevet des mourants. Simplement, qui va raconter une NDE négative ? Qui avouerait ainsi une vie médiocre et ratée, se soldant par cet échec ? Ce qui confirmerait, effectivement, le satanisme de Voltaire...


  • Quand est-ce que le conférence sur Turgot sera publiée ? Est-ce qu’une nouvelle conférence sur Turgot sera réalisée ?

     

  • #1044276

    Super conférence.
    L’heure et demi passe en un clin d’oeil.
    Et pour rebondir avec la conférence que vous faites avec Alain,c’est vrai que la Vérité apaise avant de rendre libre.
    Je m’en rends compte a chaque fois que j’écoute une de vos conférences ou que je lis un de vos livres.


  • #1046018

    Au fait, pourquoi le roi n’a-t-il pas gracié le chevalier de La Barre ?


Afficher les commentaires suivants