Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un enfant peut-il consentir à une relation sexuelle avec un adulte ?

Un enfant peut-il consentir à une relation sexuelle avec un adulte ? C’est à cette question que se propose de répondre un colloque organisé sous l’égide de la Sorbonne à l’hôpital de la Salpêtrière.

 

La question est si choquante que l’annonce de ce colloque a mis les réseaux sociaux en ébullition.

Car poser la question ainsi implique que les deux réponses sont possibles : oui ou non.

À l’heure des Droits sexuels pour tous promus par toutes les grandes agences de l’ONU, à l’heure de l’éducation « à la sexualité » obligatoire dès la maternelle, à l’heure où il tombe désormais sous le coup de la loi de discriminer quelqu’un sur son âge ou sur son orientation sexuelle, il manquait une rencontre de professionnels pour poser la question : un enfant peut-il être d’accord avec sa propre destruction ?

Le colloque est organisé par l’association « Coup de pouce - protection de l’enfance », ce sont eux qui le disent.

Si on n’a pas de raison de douter, a priori, de la bonne foi des intervenants, on est en droit également de tirer la sonnette d’alarme et de dire, haut et fort : non un enfant ne peut consentir à aucun acte sexuel.

- Dire le contraire c’est nier l’enfance.
- Dire le contraire c’est justifier la pédophilie, qui devient partout une orientation sexuelle comme une autre.
- Dire le contraire c’est ouvrir un boulevard à la destruction de l’enfance, donc de l’humanité.

Résistance !

Marion Sigaut

 

 

Le colloque se déroulera à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 18 mai 2019 de 9h à 13h.

Pour la modique somme de 30 € (quand même !) on pourra venir entendre :

- Pascal CUSSIGH, Avocat et Président de Coup de pouce – Protection de l’enfance

- Hélène ROMANO, Docteur en psychopathologie clinique, spécialisée dans le psycho traumatisme.

- Sandra HERNANDEZ, Docteur en physiopathologie, agrégée de Biochimie et génie biologique, membre fondateur de Coup de pouce – Protection de L’enfance

- Stéphanie DAUMAS, Maître de conférence à l’Institut de Biologie Paris Seine - Sorbonne Université, Docteur en neuroscience cognitive

- Béatrice BAÏZIDI, Psychologue clinicienne, administratrice et membre fondateur de Coup de pouce – Protection de l’enfance

- Charlotte MAREAU, Docteur en psychologie spécialisée en protection de l’enfance

- Michelle CREOFF, Vice-Présidente du Conseil National de la Protection de l’Enfance, co-auteur avec Françoise Laborde du livre « Le massacre des innocents »

- Nataly MALTEZEANU, Juriste et ancienne Avocate, Vice-Présidente de Coup de pouce – Protection de l’enfance.

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Rdv le 18 mai à la salpêtrière ! Soyons le grain de sable dans l’engrenage pro pédophilie !

     

    Répondre à ce message

  • #2194639

    A un moment il faut arrêter de s’en remettre à des "spécialistes", des "psy machin", des docteurs en psychologie infantile, etc... pour des sujets qui relèvent uniquement du bon sens et de l’éthique la plus élevée. Cela procède de l’ordre du tabou tout comme l’inceste.
    Conclusion : il faut protéger les enfants par des lois coercitives et inflexibles.

    Donc la réponse à la question est bien évidemment "Non !" et tout le monde rentre chez soi. "La loi morale en soi et le Ciel au-dessus de sa tête" comme aurait dit E. Kant...

    En fait la question est posée parce que des pervers ont imaginé que les enfants avaient une sexualité prête à tout. Et quand bien même ils auraient une sexualité ils n’ont pas les organes sexuels à maturité pour y répondre !...

    Les vieillards (autre âge extrême de l’existence) ont une sexualité mais bien souvent plus les moyens de la satisfaire. La différence d’avec les enfants est notoire car les personnes âgées ont développé leur sexualité tout au long de leur existence alors que les enfants sont vierges de cette expérience.

    A part le questionnement qu’ont tous les enfants sur "comment on fait des bébés ?" , du même ordre que tous les "comment ?" et les "pourquoi ?" de cet âge innocent, il faut être vraiment tordu pour imaginer que les enfants aient en tête "de s’envoyer en l’air" avec des adultes !
    Et non, M. Freud, les enfants ne sont pas des pervers polymorphes ! Ils sont curieux, rêveurs, naïfs et réalistes, et ils se contentent bien de mimer parfois le monde des adultes (jouer à la guerre, aux cow-boys et aux indiens, au papa et à la maman...) plutôt que l’accomplir.

    Encore une dinguerie de nos sociétés gouvernées par des malades...

     

    Répondre à ce message

  • #2194697
    Le 9 mai à 13:26 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Un enfant peut-il consentir à une relation sexuelle avec un adulte (...)

    La question est atroce

     

    Répondre à ce message

  • #2194698

    Cette hypertrophie actuelle du MOI franchit beaucoup de barrières, le SURMOI. Le MOI doit être alimenté en permanence pour éviter la frustation. Deux solutions :
    Soit le SURMOI reprend et renverse la vapeur.
    Soit c’est l’extrême individualisation et la fin.

     

    Répondre à ce message

  • Comment se fait -il que ce débat ait lieu ??
    Debattre sur un tel sujet signifie que l’Occident va très mal et que c’est le signe de sa fin du moins au point de vue éthique , moral .
    L’existence même de ce débat est un non sens , contre nature ! Pas de débat à avoir le sujet est clos pour les siècles et les siècles.
    Il y a des interdits antrhropologiques qui s’ils sont abolis ce seront dès lors les marqueurs de la fin de la civilisation .
    pas besoin des psys .. on ne discute pas avec le diable on le combat .
    La lirération sexuelle c ’est quoi son graal en réalité ? : l ’inceste et la pédophilie .

     

    Répondre à ce message

  • Avant dernière phase de la fabrique du Nouvel Homme Global... Programme commencé avec la révolution française, assez largement soutenue par les fameuses "lumières" (dont l’insupportable Voltaire, bouffeur de curés, libéraliste pathologique et infuatué achevé) et inspirés par le libéralisme anglais, et qui entre dans sa phase de terminale.

    Sauf sursaut confirmé des peuples (gilets jaunes et assimilés sérieux et actifs) ce Nouvel Homme est promis à n’être qu’un hybride crétinisé, indéfini côté genre, sans racine et sans mémoire historique, c’est-à-dire sans aucune identité autre que celle d’être un "citoyen du monde". Autant dire, un être vide, corvéable à merci et délocalisable sans limite.

    La confusion sciemment organisée pour les enfants en matière de genre et de sexualité fait partie du programme. Dépravation, décadence, perte d’humanité, perversion en tout genre, la destruction de la fonction symbolique du Père (la Loi, donc la limite) est le socle de ce massacre. Détruire l’homme traditionnel est l’objectif des progressistes délirants qui organisent le monde.

    Tout cela a été possible parce que fous délirants ont patiemment investi et infiltré tous les niveaux du pouvoir réel et les lieux de décisions au cours des décennies écoulées. La grande faiblesse des résistants, fussent-ils de droite authentique ou de gauche honnête, est d’être incapable d’organiser leur lutte dans la durée, sur le très long terme.

    Résister n’est qu’une étape d’une lutte efficace lorsqu’on vise la réappropriation de sa souveraineté individuelle et collective. Il faut ensuite une vaste organisation, des unions stratégiques fortes dans le plus grands nombres de pays afin de créer un véritable maillage idéologique et des relais à tous les échelons des centres de décisions. C’est exactement ce qu’à fait la gauche mondialiste et que ne parvient pas à faire les droites sérieuses.

    Tant que les droites demeureront chacune dans leur coin à surveiller que des supposés extrêmes, habilement diabolisées par le système médiatique actuel, ne cherchent à les rejoindre, la gauche progressiste perverse gardera la main.

     

    Répondre à ce message

  • La Schiappa, il ne faudra pas lui permettre de monter dans le jet le jour de la libération.

     

    Répondre à ce message

  • A votre avis, que pensait la grande prêtresse de l’éducation des années 70 et 80, la référence absolue, que dis-je, l’icône psy, j’ai nommé Françoise Dolto (prosternez-vous tous !) ?
    Eh bien voilà son avis, à l’amie des enfants :

    https://www.youtube.com/watch?v=Gvo...

    C’est bon, vous avez vomi ? Ouais, ça pique les yeux... Rappel : cette dame était dans ces années-là quelque chose comme l’autorité suprême en matière d’éducation. Enfin, chez nos élites progressistes, essentiellement. D’où son émission de radio et ses fréquentes apparitions télévisées. Pour éduquer les masses...

    Voilà. Maintenant, on peut le dire : c’était une sinistre conne. Et elle a fait beaucoup de mal. Malgré, soyons honnêtes jusqu’au bout, certains concepts intéressants, comme le complexe du homard pour expliquer la psychologie de l’adolescent.

     

    Répondre à ce message

  • Les problèmes des débats passionnés c’est qu’ils manquent de structuration.
    D’abord qu’est-ce qu’un enfant ?
    C’est pas la même quand l’enfant apprend à 6 ans à faire du pain, à 10 un rite de passage et 11 se marie. Comparé à des enfants de 50 balais en trottinette qui se font des piercing et tatoos et courent après les pokemons.
    Qu’est-ce que ça implique comme obligation (y compris de sa part) ?
    Apprendre à vivre et survivre n’implique pas la même attente de la société que d’apprendre à être un bon assisté infantilisé et esclave.
    Dans quel contexte parle-t-on de la sexualité des enfants ?
    Dans une époque/société où l’adolescence n’existe pas, ce n’est pas la même chose que dans une époque et société où les gens pensent à leur nombrile avant de penser éventuellement famille parce que la ménopause approche.

     

    Répondre à ce message

  • Intéressant le thème musical choisi à la fin de la quatrième minute. Il s’agit de la musique d’introduction du film « la neuvième porte » de Roman Polanski. Elle a été écrite par Wojciech Kilar, un compositeur polonais (...). La signification occulte de la neuvième porte est le neuvième mois de grossesse. La neuvième porte, c’est l’ultime passage vers les ténèbres, le sacrifice du nouveau-né.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents