Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

Outre-Rhin, bien que la parenthèse coloniale n’ait duré que deux décennies, l’exigence de repentance atteint en ce moment des sommets inégalés. Même en France où, pourtant, il n’est pas possible de parler de la colonisation sans avoir préalablement revêtu le cilice de pénitence, l’exigence de soumission au dogme de la culpabilité coloniale n’a pas (encore ?) une telle ampleur.

 

En Allemagne, il est aujourd’hui impossible, tant elle est longue, de dresser la liste des rues, des places, des squares, des musées, des instituts et des casernes débaptisés au seul motif qu’ils ont un rapport avec la période coloniale ou avec des personnages ayant un lien avec cette dernière. Dirigé par la gauche, le Land de Berlin a même fait de la repentance coloniale un de ses principaux axes politiques, comme si la ville n’avait pas de problèmes plus urgents et plus concrets à régler…

Ici, il n’est pas un jour sans qu’il soit demandé aux habitants transformés en chiens de Pavlov de l’auto-flagellation, de psalmodier la liste des péchés ultramarins de leurs grands-parents et de « regarder en face les crimes coloniaux allemands ainsi que le génocide des Herero et des Nama » commis en Namibie, l’ancien Sud-Ouest africain.

Or, dans cette affaire, l’acte d’accusation contre l’Allemagne est un montage datant de la Première Guerre mondiale, quand Français et Britanniques qui avaient besoin d’arguments « moraux » pour s’emparer de ses colonies, accusèrent l’Allemagne d’avoir « failli » à son « devoir de civilisation ». Fut alors constitué le dossier à charge de la guerre des Herero réutilisé aujourd’hui par la gauche allemande.

Ce dossier passe totalement sous silence les actes atroces commis par les Herero : familles de colons massacrées, torturées, les femmes dépecées vivantes sous les yeux de leurs enfants, les hommes émasculés puis éventrés... Quand elles tombaient entre leurs mains, et après avoir été violées, les femmes allemandes étaient suspendues par les pieds à un arbre, jambes écartées, puis éventrées et éviscérées, comme des bêtes de boucherie…

Or, ce furent à ces mêmes arbres, qu’après les avoir jugés, les Allemands pendirent ceux des Herero qui s’étaient rendus coupables de ces meurtres abominables. Mais, alors que nous n’avons que des témoignages concernant les premiers crimes, les exécutions judiciaires furent quant à elles photographiées et ces clichés furent ensuite utilisés par la propagande alliée pour « démontrer » la « culpabilité coloniale allemande ». Aujourd’hui, ce sont ces mêmes photos qui alimentent la campagne de repentance nationale.

Pour la gauche allemande et pour les Églises qui soutiennent naturellement, et même avec gourmandise, son combat, tous ceux, civils et militaires qui participèrent, de près ou de loin, à la guerre des Herero sont donc par définition des criminels.

En premier lieu Paul Emil von Lettow-Vorbeck (1870-1964), légendaire officier colonial qui devrait pourtant figurer au Panthéon des gloires allemandes pour sa campagne de l’est africain (1914-1918) [1].

Or, tout au contraire, bien qu’il ait été un adversaire du III° Reich, présenté aujourd’hui comme l’archétype du « criminel colonial », il est donc devenu une des principales cibles de ce politiquement correct qui achève d’émasculer une Allemagne étouffée sous ses complexes. Les rues et les casernes von Lettow-Vorbeck sont ainsi débaptisées pour recevoir les noms de déserteurs ou de militants de gauche, comme à Brême, à Bad Segeberg, à Hambourg-Jenfeld et à Leer. Quant au conseil municipal de Sarrelouis, sa ville natale, il s’est déshonoré en débaptisant l’avenue qui portait son nom et en lui retirant la citoyenneté d’honneur de la ville. Il en fut de même à Wuppertal, Brême, Cuxhaven, Mönchenglabach, Halle, Radolfzell et même à Graz, en Autriche. Des ouvrages indigents et d’une rare malhonnêteté intellectuelle sont également publiés afin de salir sa mémoire.

Mais, face au Mythe, que pèsent les pelotes fécales roulées par les bousiers de la repentance ? Ces derniers pourront toujours débaptiser, interdire, détruire, condamner, vociférer et finalement trépigner. Ils ne parviendront jamais à faire oublier la dévotion que les Askaris vouaient au général Paul von Lettow-Vorbeck, un chef qu’ils admiraient et auquel ils avaient donné, avec amour et respect, le nom de « Bwana mukubwa ya akili mingi » (le grand homme qui peut tout).

Ils ne pourront également jamais, ces coprophages, empêcher les jeunes européens rebelles de chanter le Heia Safari [2] durant leurs randonnées et lors de leurs veillées. Cet hymne à la liberté et aux grands espaces qui résonne encore du Kilimandjaro à la Rufidji porte, avec les échos lointains des fifres et des caisses plates, les rêves d’une Europe en dormition dont le réveil sera douloureux aux hypnotiseurs vicieux qui pensaient la tenir définitivement en leur pouvoir…

Notes

[1] Voir à ce sujet ma biographie du général von Lettow-Vorbeck intitulée « Heia Safari ! Du Kilimandjaro auxcombats de Berlin (1914-1920) ».

[2] En français « La petite piste ». Mélodie composée à la veille du premier conflit mondial par Robert Götz, également l’auteur du très célèbre Wildgänse (Les Oies sauvages). Dans mon livre, Heia Safari, je retrace l’origine de ce chant et je donne ses paroles en swahili, telles que les chantaient les askaris du général von Lettow-Vorbeck.

À ne pas manquer, sur E&R :

 
 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2389023
    Le 15 février à 08:38 par Saga africa
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Merci Monsieur Lugan pour cet article qui remet l’histoire à l’endroit !

     

    Répondre à ce message

  • #2389033

    Mais !?..il se passe la même chose en ce moment en Afrique du Sud et en ex-Rhodésie, c’était pendant plusieurs années UNE famille de blancs qui était massacrée PAR JOUR par des bandes de sauvages avec l’accord tacite du Pasteur Mugabe ! Un reportage paru dans le Point il y a des années (2005-2010 ? j’ai oublié) racontait leur calvaire : femmes et filles violées bien sûr, puis massacrées sous les yeux du père, qui lui était qui suspendu à une branche, tailladé-amputé, avec une pioche lui traversant le corps, qui dépecé vivant. Il n’y a que les blancs n’ayant jamais vécu en Afrique qui ignorent çà.

     

    Répondre à ce message

    • #2389101
      Le 15 février à 10:53 par docteur Z
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      Bien d’accord avec la fin de votre message. Il n’y a bien que nos clodos gauchistes qui n’ont peu ou pas connus les africains en afrique pourles idéaliser ou les victimiser. Il faut voir pour comprendre leur niveau de sauvagerie qui est purement culturel chez eux. Ne me parlez pas de faim ou de pauvreté...

       
    • #2389102
      Le 15 février à 10:57 par David Cameroun
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      @lio. merci pour ce rappel qui n’a pas l’air de toucher ou préoccuper nos donneurs de leçon ou commentateurs de ce site ! Le génocide des Blancs en Rhodésie et en Afrique du Sud, dans des souffrances abominables et inhumaines, est totalement ignoré par nos merdias et nos humanistes, en Occident ! Et par voie de conséquence, tout le monde s’en fout alors qu’on nous bassine tous les jours avec les chrétiens persécutés en terre d’islam !

       
    • #2389125
      Le 15 février à 11:30 par Draner
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      Bien d’accord avec vous, docteur z !

       
  • #2389098
    Le 15 février à 10:48 par David Cameroun
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Merci Monsieur Lugan ! Notons également que les allemands n’ont jamais pratiqué l’esclavage, contrairement aux autres nations colonisatrices, que les anciennes colonies allemandes étaient les plus prospères et où les autochtones étaient les mieux instruits et les mieux traités !

     

    Répondre à ce message

  • #2389150
    Le 15 février à 12:08 par AffronterLaVerité
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    De tous les colonialismes, le colonialisme français constitue la forme la plus extreme, la plus violente. et la plus barbare. Les Anglais, les Allemands, les Italiens et les portugais furent des enfants de choeur comparés a la soldatesque française qui a massacré, coupé des tetes, pillé, volé des terres, et déporté des gens jusqu´en Nouvelle Calédonie

     

    Répondre à ce message

    • #2389217
      Le 15 février à 13:41 par abcd
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      Vous décuvez de la veille pour écrire une énormité pareil ?
      Les français ont respecter les coutumes de chaque peuple qu’ils ont colonisés. Ils se sont même parfois métissé avec les autochtones. Les acadiens vous connaissez ?
      En Algérie, ma grand mère vivait dans le même village que les indigènes. Les musulmanes lui confiaient leur enfant lorsqu’elles allaient au marché. Mon grand père a fait la guerre dans un régiment mix.
      La ségrégation, les massacres, les camps de concentration, c’est chez les anglais.
      Ne parlez pas de se que vous ne connaissez pas, merci.

       
    • #2389353
      Le 15 février à 17:15 par Bertrand Dudéclin
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      @abcd. Je te signale que la colonisation francaise s’est faite au nom du droit des "races superieures" à civiliser les "races inférieures". En fait de "respecter leurs coutumes", c’était pour les évangéliser et leur apprendre " nos ancêtres les gaulois" !!!

       
    • #2389404
      Le 15 février à 18:24 par AffronterLaVerité
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      @abcd
      Allez faire un tour au musée de l´homme de Paris et vous trouverez des crânes de résistants algériens exposés. Allez faire un tour en Nlle Calédonie et demandez aux gens d’ascendance maghrébine comment ils ont atterri la-bas a 20.000 km de leurs terres ancestrales. Quant aux massacres et autres crimes ils sont largement documentés et souvent par ceux-là mêmes qui les ont commis.
      L’énormité c´est de conclure a partir d’un fait anecdotique voire rarissime(votre grand mere vivant parmis les indigènes) que tout allait bien dans le meilleur des mondes.

       
    • #2389492
      Le 15 février à 21:21 par abcd
      La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

      @AffronterLaVérité

      Là où vous faites erreur, c’est que vous ne retenez que la partie la plus sombre. Je condamne évidemment toute les exactions commise, et la colonisation en elle même. Ce fut une erreur, je ne l’ai jamais renier.
      Les expositions que vous avez vu ou les récits sont le fruit de la repentance à outrance qu’exige l’oligarchie.
      Et non, le récit de mes grands parents n’est pas un cas rarissime, car c’est une réalité. Il n’y avait pas de trottoirs pour les indigènes et d’autres pour les blancs. Le tram était pour tout le monde, les soins aussi.
      Pour "l’évangélisation" c’est vrai que les maghrébins, les sénégalais, tchadiens, viets, etc, sont de fervents catholiques... On a tendance à oublier l’arabophilie française, c’est vrai que les français ont activement arabisé la Kabylie (sisi).
      Et non, même chez nous le monde n’était pas tout rose, un grand oncle a été retrouvé décapité, il a certainement du croisé des types qu’il connaissait bien quelques années avant. Puis à bien regarder, ce n’est pas nous qui avons jeter un million et demi de personnes à la mer.
      Mais ne vous inquiétez pas, c’est sans rancune. On est chrétiens chez nous on pardonne. Et malgré tout ça, oui, je vous le confirme, les récits que mémé m’a raconté de là bas, c’était bien le paradis sur terre !
      Pour autant, bien que ce pays a été présent dans mes rêves d’enfance, je n’y ai jamais mis les pieds et je ne compte pas y aller un jour. Ce n’est pas ma terre, ni celle de mes plus lointain ancêtres.

       
  • #2389156
    Le 15 février à 12:23 par Laverdad
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Reconnaître ses crimes n´est pas de la soumission.

     

    Répondre à ce message

  • #2389282
    Le 15 février à 15:25 par Gilles
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Merci Bernard, merci Bernard !
    J’en étais resté aux allemands inventeurs des camps de concentration en Afrique.
    Il faut avoir vécu là-bas, si en France on parle de repentance, là-bas c’est fois 100.

     

    Répondre à ce message

  • #2389329
    Le 15 février à 16:35 par Jean
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    La référence à 1789 et sa Déclaration des Droits de l’homme n’est pas anodine : à l’époque déjà l’ancien régime avait été emporté en partie par une grogne fiscale. Pourtant, l’imposition des paysans ne représentait alors qu’à peine un mois de travail. Aujourd’hui, sous le régime de la République, un Français doit en moyenne verser l’équivalent de sept mois de travail pour s’acquitter de tous ses prélèvements obligatoires, le jour de « libération fiscale » pour les Français étant fixé en 2018 au 27 juillet par l’institut économique Molinari. Si cette année, cette date symbolique est intervenue huit jours plus tôt, la France n’en conserve pas moins sa première place sur le podium européen de l’imposition.

    « Je pense qu’en France, on ne veut pas simplifier, car si on rend les choses plus transparentes, les gens vont devenir fous parce qu’ils vont enfin comprendre ce qu’ils paient », estime Virginie Pradel.

    Ce qui ne risque pas d’arriver. En effet, « les plus gros prélèvements sont ceux que les Français ne voient pas », souligne notre intervenante. Les impôts ne sont ainsi pas seulement « maquillés » ou « votés en catimini », ils savent aussi prendre leur distance avec leurs payeurs. C’est là le gros point noir de l’imposition à la source aux yeux de la fiscaliste. À présent, les contribuables ne font plus eux-mêmes le chèque, l’impôt étant directement prélevé sur leur salaire, tout comme les charges patronales ou sociales, qui à elles seules représentent déjà plus de 60% de la somme déboursée par l’employeur pour verser un salaire à un employé. Une « imposition cachée » que dénonce Virginie Pradel.

    « C’est un vrai problème démocratique. Pour moi, c’est une vraie faillite, je pense que le fait que les contribuables ne soient pas en mesure de voir ce qu’ils paient –parce que tout est prélevé, que ce soit par l’employeur ou l’administration directement–, cela ne peut que générer de la violence à terme, de la frustration et une incompréhension du système de façon générale. »

     

    Répondre à ce message

  • #2389406
    Le 15 février à 18:29 par Ouioui
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Oui, les Noirs n’ont pas accédé à la civilisation et se comportent comme des sauvages mais le dire est aujourd’hui vu comme raciste. Les Blancs n’avaient pas à être charitable pour les gauchistes anti-chrétiens. Tel est notre crime.

     

    Répondre à ce message

  • #2389811
    Le 16 février à 10:44 par nico
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Rien que le fait que toute l Afrique débarque en Europe aujourdhui suffit à décrédibiliser toutes ces chialeries victimaires éternelles saupoudrées de mendicité.
    Si les Européens on été si néfastes pour le dévellopement et l épanouissement de l’Afrique, quid des populations qui en sont issus et qui ne font rien d’autre pour leur continent que de le fuir depuis 60ans ?
    C’est comme ca qu’on fait progresser l’Afrique ?
    Il fait bon vivre chez le méchant colonisateur blanc ...

     

    Répondre à ce message

  • #2391273
    Le 17 février à 23:26 par Jean-Marie L
    La soumission de l’Allemagne à la repentance coloniale

    Comme quoi il ne faut pas se fier aux évangéliques américains. Dans l’intention louable de dénoncer les ravages du darwinisme social, l’historien Richard Weikart mentionne un génocide des Herero, motivé par le darwinisme social (largement partagé par tout l’occident au début du 20ème siècle, et responsable de dizaines, voire centaines, de milliers de stérilisations aux USA). Mais apparemment, il y avait des motivations beaucoup plus dramatiques que de la pseudo-science, dans le cas des Herero. Connaissant l’utilisation de la condamnation morale par le pouvoir US et le sérieux de Bernard Lugan, ça semble extrêmement plausible ! Encore un mythe à revoir.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents