Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le projet politique global imposé à l’occasion du Covid-19

Les réactions ineptes de gouvernements européens au Covid-19 ont été dictées par d’anciens conseillers de Donald Rumsfeld et de George W. Bush. Contrairement à la rhétorique publique, elles n’ont aucune prétention médicale. Loin de répondre à la réalité de l’épidémie, elles visent à transformer les sociétés européennes afin de les intégrer à leur projet politico-financier.

 

Indépendamment de savoir si l’épidémie de Covid-19 est naturelle ou a été provoquée, elle offre l’occasion à un groupe transnational d’imposer soudainement son projet politique sans qu’il soit discuté, ni même exposé.

En quelques semaines, nous avons vu des États prétendument démocratiques suspendre les libertés fondamentales : interdire sous peine d’amende ou de prison de sortir de chez soi, de participer à des meetings et de manifester. L’école obligatoire pour les moins de 16 ans a été provisoirement abolie. Des millions de travailleurs ont été privés d’emploi et placés d’office au chômage. Des centaines de milliers d’entreprises ont été autoritairement contraintes de fermer et ne pourront plus rouvrir.

Sans préparation, les gouvernements ont encouragé les entreprises au télétravail. Toutes les communications via internet ont immédiatement été enregistrées par le système Echelon. Ce qui signifie que les « Cinq Yeux » (Australie/Canada/Nouvelle-Zélande/Royaume-Uni/USA) disposent en archive des moyens de percer les secrets de presque tous les industriels européens. Pour cela, c’est déjà trop tard.

Aucune des transformations des sociétés n’ont de justification médicale. Aucun ouvrage d’épidémiologie au monde n’a discuté et encore moins préconisé de « confinement généralisé obligatoire » pour lutter contre une épidémie.

Les dirigeants politiques des États membres de l’Union européenne ont été tétanisés par des projections mathématiques délirantes leur annonçant une hécatombe chez eux [1]. Puis, ils ont été réconfortés par les solutions toutes faites d’un puissant groupe de pression dont ils avaient rencontré les membres au forum économique de Davos et aux conférences sur la sécurité de Munich [2].

Le « confinement généralisé obligatoire » a été conçu quinze ans plus tôt, au sein de l’administration Bush, non pas comme outil de santé publique, mais pour militariser la société états-unienne à l’occasion d’une attaque bioterroriste. Et c’est bien ce projet qu’il applique aujourd’hui en Europe.

Le plan initial, conçu il y a plus de vingt ans autour du patron du laboratoire pharmaceutique Gilead Science, Donald Rumsfeld, prévoyait d’adapter les États-Unis à la financiarisation globale de l’économie. Il s’agissait de réorganiser la planète en divisant géographiquement les tâches de chacun. Les zones non encore intégrées à l’économie globale devraient être privées d’État et devenir de simples réservoirs de matières premières ; les zones développées (dont l’Union européenne, la Russie et la Chine) seraient responsables de la production ; et les États-Unis seuls assureraient l’industrie d’armement et de la police du monde.

Pour ce faire, un groupe fut créé au sein d’un think tank, l’American Enterprise Institute, le « Projet pour un nouveau siècle américain ». Celui-ci annonça assez crûment une partie de son programme, mais une partie seulement ; celle destinée à convaincre de grands donateurs de soutenir la campagne électorale de George W. Bush. Le 11 septembre 2001 à 10 heures du matin, deux avions de ligne ayant percuté le World Trade Center à New York, le programme de « continuité du gouvernement » (CoG) fut déclaré bien que la situation ne soit pas du tout celle prévue par les textes. Le président Bush fut conduit dans une base militaire. Les membres du Congrès et leurs équipes furent emmenés dans un immense bunker à 40 kilomètres de Washington. Et le très secret gouvernement de continuité, dont Rumsfeld faisait partie, assuma le Pouvoir jusqu’en fin de journée.

Profitant du choc émotionnel de cette journée, ce groupe fit adopter un volumineux Code antiterroriste rédigé longtemps à l’avance, l’USA Patriot Act ; créa un vaste système de surveillance intérieure, le département de la Sécurité de la patrie (Homeland Security) ; réorienta la mission des forces armées en fonction de la division globale du travail (Doctrine Cebrowski) ; et commença la « guerre sans fin ». C’est dans le monde qu’ils ont façonné que nous évoluons depuis deux décennies comme dans un cauchemar.

Si nous n’y prenons pas garde, le groupe actuel, dont le docteur Richard Hatchett est l’élément visible, transposera ce programme des États-Unis vers l’Union européenne. Il imposera dans la durée une application téléphonique mobile de tracking afin de surveiller nos contacts ; ruinera certaines économies pour en transférer la force de production vers des industries d’armement ; et enfin nous convaincra que la Chine est responsable de l’épidémie et doit être endiguée (Containment).

Si nous n’y prenons pas garde, l’OTAN que nous avons crue en état de mort cérébrale se réorganisera. Elle s’étendra dans le Pacifique avec, pour commencer, l’adhésion de l’Australie [3].

Si nous n’y prenons pas garde, l’école sera remplacée par un enseignement de savoirs à domicile. Nos enfants deviendront des perroquets dénués d’esprit critique, sachant tout, mais ne connaissant rien.

Dans le monde nouveau que l’on prépare aux Européens de l’UE, les grands médias ne seront plus financés par l’industrie pétrolière, mais par Big Pharma. Ils nous convaincront que toutes les mesures prises ont été les bonnes. Les moteurs de recherche noteront la crédibilité des médias non-conformes au regard des titres des signataires de leurs articles et non pas de la qualité de leurs raisonnements.

Il est encore temps de réagir.

Thierry Meyssan

 

Notes

[1] « Covid-19 : Neil Ferguson, le Lyssenko libéral », Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 avril 2020.

[2] « Le Covid-19 et l’Aube rouge », Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 avril 2020.

[3] « L’OTAN souhaite devenir l’Alliance atlantico-pacifique », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 10 décembre 2019.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2455940
    le 05/05/2020 par envolees-des-incultes
    Le projet politique global imposé à l’occasion du Covid-19

    Baratin.

    Les études statistiques qui ont engendré cette psychose viennent toutes d’institutions fortement latinisés, que ce soit en Angleterre ou aux USA avec Harvard, dont la devise est "veritas". lol.

    Et le nom du labo Gilead renvoit à la bible.

     

    • #2456003

      XD Moi aussi je me pose souvent la question. Pourtant des fois il parle d’ideologie et d’Israel. Tout comme Jovanovic, il fait rarement le lien fait par Soral, Ryssen, Dieudo, etc... Cependant ses informations restent tres tres interessantes.


    • @envolees-des-incultes
      Comment peux-tu lier les cultures anglo-américaines (l’anglais est de la famille des langues germaniques, au passage) au latin ?
      Le latin que les Anglo-américains ont éventuellement conservé dans quelques couches très aisées de la société (devise Harvard "veritas" pour reprendre ton mauvais exemple), ils le doivent et le devront toujours à l’empreinte catholique du réseau de monastères qui a commencé à fleurir à la fin du haut Moyen-Âge. C’était bien avant qu’Henri VIII ne refaçonne la religion de son royaume pour pouvoir faire un second mariage ...

      Les cultures anglo-américaines sont pétries de protestantisme, puritanisme et de tout le suc vétéro-testamentaire hébraïque qu’aiment les peuples qui se croient "élus".

      En quoi la Johns Hopkins University est-elle latinisée, sans rire, et sans réfléchir ?


    • BFM s’est latinisé ?

      Rien compris.


  • et les États-Unis seuls assureraient l’industrie d’armement et de la police du monde.
    pourquoi pas ?
    - l’industrie de l’armement , ils l’ont assuré et fournissaient déjà les nazis par l’intermédiaire des usines Ford , rien de nouveau sauf que maintenant la Chine et la Russie ( on l’a vu avec le trafic des camions de pétrole en direction de la Turquie , anéanti par des avions en l’espace de quelques minutes ) sont aussi sur le marché
    - quant à la Police du monde alors qu’ils sont toujours parti la queue entre les jambes que ce soit au Vietnam, en Afghanistan , en Irak et même en Syrie quand ils ont trouvé des clowns en France , pour faire le boulot à leur place et se sont aperçus que l’UE ne leur servait à rien et qu’il fallait s’en débarrasser -
    les crétins français du système en veulent à Trump alors que c’est Obama qui les a lâché , à mon humble avis s’ils ont peur de Trump , c’est pour d’autres raisons

     

    • Les crétins français en veulent à Trump parce que Trump veut saborder l’UE soumise aux mondialistes, et ce parce qu’ il ne veut pas d’un nouvel ordre mondial dirigé par les banquiers ou le dollar deviendrait une monnaie parmi d’autres. Israel ne veut pas non plus de ce nouvel ordre, ils veulent continuer à asseoir leur domination grâce aux USA.


    • " l’industrie de l’armement , ils l’ont assuré et fournissaient déjà les nazis par l’intermédiaire des usines Ford"

      Il ne faut quand même pas affirmer n’importe quoi : l’industrie allemande dite nazie (il y avait plein de juifs dedans, expliquez cela comme vous voudrez) n’avait nullement besoin de Ford pour prospérer dans tous les domaines où elle était en pointe : chimie, aéronautique, armement...


  • #2456186

    Le projet Macron ! Mais c’est pas le sien... Et la liste de Schindler s’allongeait...


  • A partir du paragraphe
    Si nous n’y prenons pas garde...
    Je ne comprends pas pourquoi l’auteur de l’article emploie le futur au lieu du présent de l’indicatif...
    Pffffffffff, l’école n’est plus ce qu’elle était !!!!


  • Encore temps d’agir ? Comment ?! C’est si facile à dire. Je veux bien sortir les poubelles mais elles sont trop lourdes.


  • Ce ne sont plus du tout les manifestes idéologiques qui s’affrontent mais quasi exclusivement des intérêts économiques et les sphères d’influence qui les servent. Ces considérations outrepassent les choix de régimes politiques, et se focalisent exclusivement sur le partage des ressources, ce qui se conçoit aisément au vu de l’explosion démographique. La seule chose dont il n’est jamais question est de procéder à une répartition équitable et raisonnée, selon une économie de moyens et d’énergie pourtant vitale. Il semble plus que jamais utile d’adopter le Joules ou le Watt comme monnaie d’échange selon un barème établit sur des bases scientifiques.