Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Parés pour le pire

Ils sont de plus en plus nombreux en Suisse et dans le monde à se préparer à la catastrophe totale. Comme Piero San Giorgio, ils accumulent des réserves et mettent tout en place pour pouvoir survivre en totale autonomie.

Il le dit d’emblée : « Tant pis si je passe pour un parano farfelu. » Piero San Giorgio n’a pas peur des étiquettes. Ce qu’il craint, en revanche, c’est la fin du monde tel qu’on le connaît.

Il est « sûr à 200% » : dans une dizaine d’années, le système va s’effondrer. « Tout converge : le pétrole s’épuise, idem pour l’eau. La crise financière est imminente, la population augmente, on va droit dans le mur », martèle ce quadragénaire, qui a récemment pris ses distances avec l’industrie high-tech dans laquelle il évoluait.

Le ton est détendu, mais le regard convaincu. « Il faut admettre qu’il y a cumul de problèmes et aucune solution. Si l’on compte sur les conférences genre Durban, on peut attendre longtemps. Moi, je ne me repose pas sur l’Etat, je pense qu’il faut être prêt soi-même. »

Il fait partie de ceux qui anticipent la catastrophe, que l’on appelle les « survivalistes ». Sur le Net, les sites et forums foisonnent. Crise climatique, nucléaire, sociale, les raisons de se préparer au pire ne manquent pas. Piero San Giorgio, lui, c’est la crise économique qu’il redoute, comme l’indique le titre de son manuel, Survivre à l’effondrement économique. Un livre qui s’est déjà écoulé à 20 000 exemplaires, actuellement en rupture de stock chez Amazon.

Un succès que son auteur qualifie d’« inattendu », même si « la prise de conscience va crescendo ». « D’après ce que j’ai vu, nous sommes des centaines de familles à nous préparer rien qu’en Suisse romande. »

Pas un ’’fou furieux’’

Alors ce père de trois enfants – 7, 5 et 2 ans – s’organise petit à petit. Ce Genevois d’origine italienne vient de faire l’acquisition d’une ferme qu’il adapte à son concept. Pantalon kaki à poches, crâne rasé, lunettes noires, Piero ne cadre pas tout à fait avec les prairies bucoliques qui l’entourent.

Il préfère que l’emplacement exact ne soit pas révélé, la discrétion étant déjà « une forme de défense ». C’est donc quelque part dans les montagnes suisses qu’il développe sa « BAD », comme il l’appelle, comprendre sa « base autonome durable ».

A quasi plein temps, il stocke dans sa cave de quoi faire vivre dix personnes pendant un an, bichonne ses plantons de salade, vitupère le renard qui a bouffé tout son poulailler, projette de tapisser le toit de panneaux solaires et fait connaissance avec ses voisins, histoire de pouvoir échanger des compétences « et faire un peu de troc » lorsque le mode survie sera enclenché.

« L’idéal, ce serait que toute la vallée soit autonome », expliquet-il. Voire même « faire de la Suisse une très grande base autonome durable ».

Il précise, toujours d’un ton calme, que ce n’est « pas un truc de fou furieux. Il est juste question de potager, d’accès à une source d’eau potable. En gros, des choses évidentes que nos ancêtres savaient. »

Après plusieurs mois de recherches, Piero a distingué sept piliers essentiels. Une source d’eau. Des réserves de nourriture en cas de mauvaise récolte. De solides connaissances en hygiène et santé, savoir se soigner par les plantes, mettre un garrot, faire des points de suture.

Piero est d’ailleurs en train d’accumuler les formations en premiers secours et soins de base. Le point 4 démontre que notre homme n’est pas un « ayatollah du survivalisme pur et dur », comme il le dit.

Il s’accorde ainsi une source d’énergie alternative, gain de temps et de confort. « Je ne veux pas finir dans une forêt froide à faire du feu avec un silex non plus ! » Une bonne bière fraîche avec un DVD, c’est important pour le moral. « D’ailleurs, en parlant de DVD, la culture et la connaissance sont le cinquième point. »

Des piles de livres sont stockées dans l’une des pièces de la ferme. Les thèmes vont de l’écologie à la stratégie militaire, en passant par la mythologie grecque, « pour l’ouverture d’esprit, et même faire l’école à mes enfants », ou encore un essai du polémiste Alain Soral – « une personne très intéressante ».

Enfin, le lien social et la défense. Piero San Giorgio ne cache pas posséder plusieurs armes à feu. « Il faut se projeter dans ce qui va se passer en cas de crise. Imaginez, 200 000 Français qui débarquent chez nous. Et ça, c’est encore rien… »

« Je ne me repose pas sur l’Etat. Il faut être prêt soi-même »

Alors quoi ? Faudra-t-il s’entretuer ? Trier par nationalité ? « Non, mon but, c’est la survie du plus grand nombre possible, assure-t-il. Mais il faut être pragmatique. Si je dois accueillir des personnes dans ma « BAD » pour les sauver, ce sera d’abord ma famille. Puis mon voisin. Eventuellement d’autres Suisses, mais pas les hordes de gens débarqués du Pakistan par exemple, c’est simplement une question de place et de ressources. »

Selon lui, chacun devrait sérieusement y réfléchir : « Vous pouvez décider de ne pas survivre. C’est votre choix. » Quid de ses proches ? L’ont-ils fait, ce choix ? Si au début son épouse n’était « pas très chaude », il assure qu’elle le comprend désormais. Certains amis se sont éloignés. Plusieurs sont revenus, convaincus.

Et, pour ceux qui restent sceptiques, Piero prépare un deuxième ouvrage, centré sur la survie en milieu urbain. « Mais là, ça se complique, notamment à cause de la proximité. » Il est prévu pour septembre-octobre. D’ici là, notre survivaliste continue ses préparatifs. Donne de nombreuses conférences sur son sujet. Et profite de la vie.

D’ailleurs, puisque la fin du monde n’est pas pour aujourd’hui, il monte dans son monospace et file profiter d’une fin de journée bien méritée aux bains thermaux du coin.

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #175033
    le 24/06/2012 par Jacko
    Parés pour le pire

    Je ne suis pas convaincu de cette fin du monde ( occidentale ). Le cartel bancaire se relèvera comme toujours, d’autres prendront le relais en très peu de temps. Il y a trop de profit à faire. A moins que les populations se révoltent, mais je n’y crois pas non plus.

     

    • #175054
      le 24/06/2012 par
      Parés pour le pire

      Tu n’as pas bien compris le but du survivalisme alors je vais te mettre sur la voie : imagine un conflit comme au Kosovo mais généralisé dans toute l’union européenne avec en plus de ça le système bancaire qui s’arrête , ça te donne ça : tous les commerces alimentaires qui ne sont plus approvisionnés , toutes les pompes à essence vide sauf peut-être celle qui servira l’armée et dont les gens pourront se servir avec des tickets de rationnements , troc généralisé , bracages de véhicules pour prendre l’essence , cambriolages pour trouver de la nourriture ... etc ... voilà . Perso. j’ai pour 4 mois de nourriture , réchaud camping gaz avec cartouches neuve en cas de coupure de gaz de ville , j’ai une rivière en bas de chez moi pour l’eau , un calibre 44 poudre noire pour ma défense celle de ma famille et mon domicile ... c’est déja mieux que rien .


    • #176030
      le 26/06/2012 par Halfdan
      Parés pour le pire

      "Le cartel bancaire se relèvera comme toujours"
      ... ce qui implique qu’il doive d’abord s’effondrer. Et quand ce sera le cas, ce sera avec ton compte en banque, le mien, celui de tout le monde. L’Argentine en l’an 2000, mais à l’échelle européenne et avec toutes les lignes de fractures qui vont avec (chômage, religions, pénuries, fragilité technologique, banlieues, démographie ...).
      Je te recommande chaudement le blog de Pierre Jovanovic (jovanovic.com), pour te rendre compte que ce cartel est DÉJÀ mort, et qu’on le maintient sous perf pour faire croire que tout va bien.


  • #175037
    le 24/06/2012 par Nop
    Parés pour le pire

    "Des piles de livres sont stockées dans l’une des pièces de la ferme. Les thèmes vont de l’écologie à la stratégie militaire, en passant par la mythologie grecque, « pour l’ouverture d’esprit, et même faire l’école à mes enfants », ou encore un essai du polémiste Alain Soral – « une personne très intéressante »."

    Merci de l’avoir cité dans ce magasine Suisse qui ne le citera jamais.


  • #175051
    le 24/06/2012 par Monte Cristo
    Parés pour le pire

    Moui, toujours le même credo : tout s’effondrera dans 10 ans (mais ça ne vient jamais, bizarrement), alors stockons des boîtes de conserve et apprenons à tirer au cas où des milices armées veuillent nous voler notre bouffe !

    Je ne suis pas du genre à faire le rabat-joie, mais le survivalisme, c’est pas mon truc. Je pense que d’autres pistes sont à creuser, sans toutefois nier que certaines notions du survivalisme comme une relative autonomie sont bonnes à prendre.

     

    • #175078
      le 24/06/2012 par seber
      Parés pour le pire

      La situation actuelle, qu’elle soit sur le plan des flux migratoires, des ressources d’énergies, du système économique et politique a été "prophétisé" il y a plus de 10, 20, 30 et même 40 ans (l’exemple bête comme tout désormais : Orwell- 1984. Il s’était trompé ? Ce n’est pas entrain de se réaliser ? Les choses ne se font pas du jour au lendemain.
      Mais "avant, il n’y a avait pas Internet. Les pionniers étaient rares (c’est-à-dire quasi-inexistant) et pris pour des fous, mais on ne les diabolisait pas car le système se sentait encore sûr de lui pour l’éternité. On les écoutait comme les ufologues amateurs. Quelque part la catégorie des baba-cool n’avait pas tort et était visionnaires quelques part mais ils ne sont jamais allés jusqu’au bout de leur raisonnement. Pourquoi en effet se remettre en question tant que le pétrole, l’argent et l’eau coulent à flot et qu’il reste un semblant de frontières ?
      Je ne vas vous apprendre que le durcissement est plus que réel tout de même.
      Cela n’est pas en train de se réaliser ?
      Comme le dit un certain Alain S., il n’est jamais bon d’avoir raison trop tôt. Mais si vous avez des pistes à creuser, on attend et on vous écoute impatiemment...
      Rendez-vous dans dix ans, pour ceux d’entres-nous qui seront là.


    • #175147
      le 24/06/2012 par Monte Cristo
      Parés pour le pire

      Ce qui me fatigue, ce sont les types qui jouent les Cassandre, à prédire des effondrements tous les 10 ans. Je vous parie ce que vous voulez qu’il y a 30 ans on parlait déjà "d’une dizaine d’années". Cultiver son jardin, acquérir de l’autonomie, ok. Mais spéculer sur un pseudo effondrement où le monde serait en proie à l’anarchie, ce sont des fantasmes purs et simples. Mais ça fait vendre des bouquins, haha !


    • #175192
      le 24/06/2012 par seber
      Parés pour le pire

      Le comportement le plus hilarant provient de ceux qui attendent du changement....sans rien faire. Si tout le monde ne fait rien, rien ne se passera, évident, non ?
      Va-t-il pleuvoir des pièces d’or parce que vous attendez un tel évènement ? Probablement pas.
      Le monde d’après, le survivalisme ou l’idéal ou l’enfer prévu/souhaité par chacun ne commencera que le jour où des personnes décideront de le créer. C’est d’une simplicité désarmante.
      Posez-vous la question : si vous ne souhaitez pas vraiment que le monde autour de vous soit différent, que faites-vous là ?
      A contrario, si vous êtes là, pourquoi ? qu’ATTENDEZ-vous exactement ?


    • #175359
      le 25/06/2012 par Monte Cristo
      Parés pour le pire

      Bien sûr que je veux que le monde change. Pour moi, c’est simple, mon souhait est que la France soit à nouveau dirigée par des gens travaillant pour les intérêts de la France et pour les français, dans une nation où il fait bon vivre, unie par l’amour du pays. Malheureusement, je suis très pessimiste là dessus, je pense que je ne le verrai jamais. Mais je pense que je ne verrai pas de ci tôt non plus le pays voué à l’anarchie complète, où des bandes armées feraient la loi. J’ai un peu feuilleté le bouquin de SG, j’y ai vu des fantasmes d’affrontements armés, rien de plus.


    • #175403
      le 25/06/2012 par joseph
      Parés pour le pire

      je ne suis pas survivaliste ; je ne crois pas à l’effondrement : à force de le prédire pour demain matin, je finis par ne plus y croire...ce qui m’inquiète dans l’immédiat, c’est l’immigration massive et ininterrompue depuis ces 30 dernières années ; voilà le vrai danger, tangible et bien réel, celui-là !

      ensuite, la baisse de conscience civique dans nos villes ; la guerre civile est pour demain !!


    • #176031
      le 26/06/2012 par Halfdan
      Parés pour le pire

      En 1999, G. Faye avait prévu "la convergence des catastrophes" (le terme vient de lui) pour les alentours de 2015. Force est de constater que ce scénario fantaisiste à l’époque prends corps aujourd’hui, et dans les temps, s’il vous plaît !


  • #175085
    le 24/06/2012 par SpiritusRector
    Parés pour le pire

    Faire des réserves c’est une chose, être prêt mentalement à ce type de vie s’en est une autre...
    Si ça "pète", ce qui n’est pas impossible mais reste cependant peu probable ces 20 prochaines années à mon sens...Ce n’est pas des réserves de nourriture et des armes qu’il vous faudra... Ça il n’y aura qu’a se baisser et à pas faire de sentiments...Comment deux adultes relativement vieux, sans aucune stratégie réelle connaissance militaire, sans vrai équipement (amplificateur de lumière, vision thermique, explosifs, moyens radio, postes de défense enterrés, etc...) pourraient survivre à l’assaut d’une dizaine de para-militaires entraînes, équipés et motivés ?
    Et ces groupes, composés de vétérans, déserteurs et opportunistes instruits militairement n’ayant plus rien à perdre et tout à gagner feront la lois si les Etats s’effondrent...La majorité d’entres vous n’êtes pas fait pour survivre à ce genre de choses...Trop peu instruits et formatés là où il faudrait et trop formatés là où il ne faut pas...Une arme n’en est une qu’entre les mains de quelqu’un de bien formaté...On ne menace pas avec une arme...On tue ou on la sort pas...Vivre comme un animal traqué ou traqueur pour le reste de votre vie et finir de toute manière par mourir par les armes...C’est la seule chose qui se profile à l’horizon de tout être humain qui vivrait dans le monde que vous avez tous l’air d’appeler de vos voeux...
    Vos réserves de bouffe et de munitions sont à cet avenir imaginaire ce que voter Hollande est à l’avenir du monde réel...

     

    • #175270
      le 25/06/2012 par MiddleClass
      Parés pour le pire

      Jolie conclusion


    • #175358
      le 25/06/2012 par Soleil
      Parés pour le pire

      Amen !!!

      Formidable message d’Espérance...


    • #175389
      le 25/06/2012 par driss
      Parés pour le pire

      Excuse-moi mais qui appelle de ses voeux le gros bordel ? je pense que tu n’as pas compris ce que dit P. San giorgio. Le but est de survivre, pas d’avoir raison. En premier lieu : ne pas mourir au moment où tout le monde va s’entretuer parce qu’il n’auront pas d’eau ou de bouffe (et peut-être pour moins que ça au début). Pour la suite les choses sont trop peu prévisibles.
      Le couple âgé dont tu parles, eh bien ils mourront assez probablement. Le monde de demain ne sera pas un monde de bisounours malheureusement, et je ne l’appelle pas de mes voeux mais je préfère avoir de l’eau potable et des pâtes quand ça pètera. Mais fais comme tu veux.


  • #175118
    le 24/06/2012 par dédé75
    Parés pour le pire

    .
    Le pétrole s’épuise ? ils viennent encore de découvrir des réserves gigantesques en méditerranée...ça va tout polluer d’accord mais bon, il y en a.

    L’eau s’épuise ? où ça ? en Suisse ?...à Paris il pleut en moyenne 100 jours par an...au Sahel ? ils ont l’habitude ça a toujours été comme ça...
    .
    Non je pencherais plutôt pour une crise genre "krach de 29". Ce ne sera pas marrant certes mais ça ne débouchera pas non plus forcément sur une guerre civile. Et je nous vois mal refaire la guerre à nos voisins non plus (la guerre civile européenne selon l’historien Nolte).
    .
    Et puis le monde ne s’effondre pas comme ça au point d’en revenir au troc en à peine dix ans ! Même durant l’apocalypse de la Seconde Guerre Mondiale les campagnes françaises regorgeaient toujours de nourriture. Quant aux Suisses...
    .

     

    • #175160
      le 24/06/2012 par Hans
      Parés pour le pire

      La crise financière ne peut qu’accélérer les pénuries de matières premières, puisqu’elle sape le fonctionnement de ceux qui produisent/acheminent/transforment ces matières premières. (il faut voir un mal pour un bien, puisque ceux qui dirigent ces entreprises ne sont généralement pas de nos amis, au contraire...)

      Le problème de la nourriture est l’appauvrissement des sols, qui sont devenus presque stériles, par l’usage intensif de pesticides & co. L’usage d’engrais en culture classique est aujourd’hui nécessaire, car nos sols sont littéralement au bout du rouleau, attendu qu’ils ne sont jamais laissés au repos (chose qu’on faisait autrefois avec des méthodes comme la jachère).


    • #176040
      le 26/06/2012 par Halfdan
      Parés pour le pire

      Tu es mal informé, je pense.
      Ces nouvelles réserves donnent de l’oxygène à cette civilisation, c’est vrai. Mais elles ne sont pas le dixième de ce qu’étaient celles de la péninsule arabique, bouffées en moins d’un siècle ;
      L’eau POTABLE s’épuise. Je te déconseille de boire celle qui tombe sur Paris. Et même en montagne (Hautes-Alpes, 05), j’ai eu la surprise de voir que les fontaines de mon enfance n’étaient plus potables ! Hé oui, la fameuse pollution que tu évoques frappe partout, même dans les alpages ;
      Et la différence entre 1929 ou même 1943, et maintenant, c’est qu’à l’époque, la France, c’était pas loin de 60% de paysans. Et aujourd’hui ? Il te suffit de comparer une carte de la région parisienne de 1950 et une de 2010 pour comprendre le problème en cas d’effondrement.


  • #175138
    le 24/06/2012 par David
    Parés pour le pire

    10 ans ?! Certains parlent de deux ans d’autres comme Jovanovic disent qu’on finira pas l’année !!!
    Comment savoir ? Je vais pas stocker des conserves qui seront datées au bout d’un an...
    Sinon quand Piero San Giorgio dit que : Imaginez, 200 000 Français qui débarquent chez nous.
    Beaucoup de français ne sont pas lâchent, ils ne se barrent pas de leur pays malgré les guerres civiles, les guerres mondiales, les famines, les pestes noires et autres révolutions qu’il y a eu ici.
    Il y a déjà des délinquants qui vont en Suisse pour voler et/ou dealer mais beaucoup ne sont français que de papier.


  • #175139
    le 24/06/2012 par Coco L’abricot
    Parés pour le pire

    Ceux sont des projets de "père de famille" à tendance tapetoïde.

    Fuyez avec vos femmes et vos enfants, les hommes, eux resteront au front.

     

    • #175342
      le 25/06/2012 par Nop
      Parés pour le pire

      Tu te trompes, en Suisse l’armée est obligatoire. En cas de guerre, les citoyens dont San Giorgio seront peut-être mobilisés. On peut construire une BAD pour sa famille.

      Mais toi, Coco l’abricot, guerrier du net, irais-tu à la guerre ? -_-


    • #175362
      le 25/06/2012 par Monte Cristo
      Parés pour le pire

      De quelle guerre vous parlez ? J’aimerai bien le savoir... (on pourrait se croire sur fdsouche des fois)


    • #175440
      le 25/06/2012 par karimbaud
      Parés pour le pire

      faire la guerre pour défendre les banquiers, usuriers....la guerre sans l’aimer çà va de soi !....perso, moi, je trouve que c’est çà qui manque de moëlle !


  • #175144
    le 24/06/2012 par hasard
    Parés pour le pire

    "Quand tu ne peux plus blairer le monde qui t’entoure ,ton seul désir est de le voir disparaître"

    Prophète de malheur 11 v.22

     

    • #175246
      le 25/06/2012 par croyant
      Parés pour le pire

      bonsoir, je tiens a dire ici parce que personne n’en parle que le prophete (slaws) a dit dans un hadith que lorsque le dajjal ( cad antichriste) va apparaitre, il y aura une pauvereté extreme ( pas d’eau ni de nouriture) et c’est la qu’il va commencer à promettre au gens et il va vraiment leur donner ce qu’ils veulent mais à condition de le suivre et sachant qu’a son epoque c’est la misere il y aura beaucoup de gens qui vont le suivre. aussi il faut savoir que celui qui le suit va directement en enfer et ceux qui vont resister au paradis. voila je trouve que les travaux de san giorgio coincident vraiment avec ce hadith du prophete de tout le monde. et comme le dit san georgio la foi va beaucoup aidée donc j’invite tout le monde à embrasser l’islam:la religion qui fait peur mais qui fait peur surtout à l’empire. c’est tres facile il suffit de se laver et de dire une phrase avec conviction et croyance et pour cela aller dans n’importequelle mosquéeou demander à un musuman de vous la faire pronocer.


    • #175320
      le 25/06/2012 par David
      Parés pour le pire

      @croyant
      Le Coran ne dit pas qu’à la fin des temps il y aurait 5 filles pour deux garçons bref, très peu de naissances mâles ? Alors, on y est pas encore, le temps n’est pas encore venu... Peut-être dans 20-25 ans comme pense Sheikh Imran Hosein...


    • #175379
      le 25/06/2012 par croyant
      Parés pour le pire

      David
      je te signales qu’une guerre peut tres bien arriver et on sait quelorsque cela arrive ce sont surtout les hommes qui vont mourir donc il va etre tres facile que le nombre de femme soit tres consequent. je suis assez d’acord avec imran hussein sur ce qui concerne la geopolitique et l’economie. mais il faut savoir qu’il contredit (pas tout le temps) les savants de l’islam et la religion musulmane ne se reduit pas a la question de la fin des temps (ily a l’amour de dieu, son adoration , faire le bien , et aussi ne pas pratiquer l’usure comme certain).


  • #175321
    le 25/06/2012 par citral
    Parés pour le pire

    Commentaires assez effarants (mais bon, assez habituels sur E&R) qui spéculent, détournent le message etc.

    Et surtout beaucoup de personnes qui refusent de voir la vérité en face car leur cerveau refuse l’idée de se passer d’un portable et d’un PC. Des personnes qui se disent "oui enfin si ça se casse la gueule je pourrais trouver des moyens de survie sur le net", ce genre de stupidité.

    On ne parle pas de vivre à tout jamais dans une grotte, mais si ça merde grave, vous faites comment pour tenir 6 mois tout seul, en ville, sans eau potable, électricité, et une carte de crédit qui ne sert plus à rien ?

    Cet homme a raison, et en tant que père, je ne peux que l’approuver étant moi même inquiet pour mes enfants. Je préfèrerais de loin leur assurer une subsistance que de partir me faire défoncer pour rien au front, au risque de passer pour une "tapette" (quel commentaire idiot, mon dieu).

    Etre prêt au cas où n’est pas stupide, et quelque-part si tout le monde s’y préparait comme lui le système pourrait s’effondrer de lui même sans violences majeures, mais non trop de gens raisonnent en "moi j’ai droit à x" "c’est pas possible" ou "je me battrai pour la bouffe, tant pis".


  • #175343
    le 25/06/2012 par Leader price
    Parés pour le pire

    Compte tenu du niveau de contrôle oligarchique du système, il n’y a évidemment aucun risque d’un effondrement « global » ni « rapide ». Le Pouvoir gouverne par le chaos, mais il a appris à éviter les chocs en retour. En revanche, il va y avoir, et il y a déjà, selon la logique inégalitaire du capitalisme, un accroissement des écarts de richesse, donc une paupérisation accrue de certaines couches de la société. Il faut donc commencer à s’organiser en dehors du capitalisme, ce que la démarche survivaliste apprend à faire : débrouille, système D, troc, artisanat, etc. Le survivalisme pose de mauvaises questions mais donne de bonnes réponses.
    Ensuite, il faut marier cette approche avec celle des « villes en transition », et bosser sur la création de monnaies alternatives, de sorte à construire des Bases Autonomes Durables suffisamment consistantes, recréant un système socioéconomique parallèle.

     

    • #175867
      le 26/06/2012 par piero san giorgio
      Parés pour le pire

      ah ! ça c’est un commentaire qui m’interpelle et que j’aime bien ! très intéressant !


    • #177878
      le 30/06/2012 par Laurent Coq
      Parés pour le pire

      Il n’y a que le "troc" qui sera la survie.