Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sept ans de guerre en Syrie – Réveillons-nous, ils sont devenus fous !

Depuis maintenant sept ans, la Syrie est en guerre. Ce pays aimable, tolérant, hautement civilisé que même ses détracteurs ne pouvaient s’empêcher de trouver beau et attachant est d’ores et déjà confronté à un formidable défi, celui de l’après-guerre. Les assaillants barbares venus de cent pays, atlantistes comme islamistes, se sont acharnés à vouloir en détruire les richesses, les infrastructures, les capacités, les monuments, les beautés naturelles afin de le rayer de la carte. Ils ont aussi et surtout tenté de broyer le peuple syrien, d’effacer sa mémoire et son identité afin de l’anéantir.

 

 

Avec la complicité d’une soi-disant « communauté internationale » en trompe-l’œil, ils s’emploient maintenant à le priver, autant qu’il sera possible, de toute perspective d’avenir, en lui volant ses droits imprescriptibles : disposer de lui-même, décider, sans ingérence étrangère, de son destin et de son régime politique. Sans pudeur et sans vergogne, les mêmes assaillants ne cachent pas leurs velléités de replacer l’avenir, notamment constitutionnel, de la Syrie sous « tutelle onusienne », c’est-à-dire sous mandat, autant dire sous le joug colonial.

Afin d’effacer l’empreinte géographique d’une Syrie mère de la civilisation (y compris la nôtre), peut-il y avoir un moyen plus efficace que de disperser un peuple et surtout de briser un État qui a commis le crime de lèse-majesté ? En effet, au final, l’entreprise est destinée à faire de ce qui fut jadis une grande Syrie un archipel de mini-entités, et de son peuple une mosaïque tribalisée ayant vocation à être vaporisée en une vaste diaspora : dans une première approche, ce crime inqualifiable mérite la double qualification de « politicide » – la dissolution d’un État qui dérange – et d’ethnocide – l’anéantissement d’un peuple qui résiste.

C’est ce qui est inscrit dans le « grand dessein » néoconservateur. Ce dernier, notons-le au passage, reviendrait à infliger à la Syrie le destin réservé depuis 70 ans à la Palestine, pan de terre volé sous l’égide du colonialisme triomphant. Le sort des Syriens pourrait alors ressembler à celui des Palestiniens, irrémédiablement spoliés au nom d’une « mission divine ». Le sinistre destin des peuples amérindiens, éliminés de l’histoire, est là pour rappeler de quoi sont capables les colons venus d’ailleurs.

Les dégâts sont immenses, se chiffrant en centaines de milliards de dollars, auquel il conviendrait d’ajouter – mais c’est leur problème – les millions, billions ou trillions dépensés par les « puissances » assaillantes pour conduire leurs batailles « pour la démocratisation ».

Il ne sert à rien d’invoquer les valeurs de la morale, naturelle ou religieuse, le droit international et la légalité onusienne, voire la simple décence, face à des agresseurs sans foi ni loi. On ne peut attendre d’États qui s’érigent en gendarmes de la planète tout en se comportant comme des régimes voyous une quelconque logique. Il est paradoxal, après tout ce temps, ces horreurs, ces massacres, ces actes de sauvagerie, cette barbarie, que l’on trouve encore dans le grand Occident « démocratique » tant de défenseurs de l’indéfendable, tant d’admirateurs des djihadistes présentés comme démocrates ou « modérés ». Les intellectuels sont piégés par leur aveuglement initial, les médias sont plombés par l’omerta, les politiques sont otages de leur doxa néoconservatrice, dans l’Hexagone comme dans tout le monde judéo-chrétien.

Pourquoi un tel acharnement, une telle obstination dans le mensonge ? C’est que la Syrie est depuis longtemps dans le collimateur de l’Amérique, de la Grande-Bretagne et d’Israël. La Syrie historique est le centre de gravité du Proche-Orient, le lieu de naissance des trois religions révélées, le cœur battant de l’arabisme, symbole de l’islam moderne et tolérant, siège des premiers califes : un héritage très lourd à assumer, mais qui a assuré à ce « phare de l’Orient » un prestige indéniable auprès des Arabes et une aura de sympathie chez les musulmans.

Tolérante, multiconfessionnelle, moderne, républicaine, forte de son identité et de sa conscience historique, elle représente ce que les extrémistes de tout bord exècrent par-dessus tout.

 

JPEG - 108.2 ko
Archéologues au chevet du Lion de Palmyre

 

Depuis son indépendance et la création d’Israël, la Syrie n’a cessé d’apporter un soutien indéfectible à la cause palestinienne et est toujours apparue comme un État rebelle à l’ordre israélo-atlantique. Face au délabrement du monde arabe, la Syrie s’est inscrite dans l’axe de la résistance et elle résiste. Son armée nationale a tenu le coup seule contre tous durant quatre ans, puis, aidée de ses alliés, a entamé la reconquête, s’affirmant au passage comme le principal artisan de l’éradication de Da’esh, malgré les mensonges et prétentions des usurpateurs fanfarons. L’État syrien contrôle désormais les quatre cinquièmes du territoire national, ayant mis en échec, par sa résilience, les plans des agresseurs.

Lire l’article entier sur iveris.eu

Michel Raimbaud
Ancien ambassadeur
Professeur et conférencier

Comprendre ce qui se joue en Syrie avec Kontre Kulture :

 

La pitoyable politique française au Proche-Orient, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quel texte extraordinaire ! Quelle verve passionnée !
    En tant que Français, on ne peut que se sentir souillés et déshonorés !

     

  • Fort, émouvant et juste. Merci Monsieur Raimbaud.
    Qui vous entendra (à part sur ER) ?
    J’espère en la justice divine. C’est pas possible que tous ces salauds s’en sortent !


  • Faut pas tout mélanger. Il y a Daesh et il y a les syriens révoltés après 40 années d’un État qui torture de façon systématique les opposants vrais ou supposés. Il est vrai que dans la région on torture beaucoup.

     

    • L’opposition démocratique n’a jamais été qu’une fable. Le régime syrien avait des opposants et beaucoup de soutien également. Le rapport de force était bien compris des gouvernements et des agences de renseignement et l’apparition des groupes islamo-mafieux est une conséquence évidente de ce rapport de force. La vraie opposition en Syrie a toujours été en sous-main pilotée par les frères musulmans. Ce qui est advenu était prévisible, les morts sont donc imputés aux criminels qui ont souhaité déstabiliser ce pays pour leur propre agenda.
      Point barre.


    • Comment tu le sais ?
      Tu as déjà été là-bas ?


    • La question de se forger une conviction intime par rapport aux événements peut être débattue à l’infini. Disons que je ma base sur les faits que je crois en conformité avec la réalité.
      Donc je vais te donner ces faits.
      1. Les oppositions dans les pays ne sont pas présentes à partir de rien, elles s’inscrivent dans un processus historique : répression de hama 1982
      2. L’OSDH est d’après de nombreux témoignages une émanation des frères musulmans
      3. Un pays sans soutien populaire n’aurait jamais pu résister à l’action conjointe des pays hostiles bien plus puissants que la Syrie
      4. L’ambassadeur français en Syrie a émis un rapport au début de la crise syrienne disant que le régime bénéficiait d’un soutien populaire.
      5. les mots de Roland Dumas
      etc...
      Je recoupe ses informations avec d’autres y compris ceux des médias mainstream, comme sur Arte, voilà comment je me forge une conviction.


  • Je crois profondément à la théorie des contraires dans tout ce qu’il se passe actuellement sur le globe, vous remarquerez que l’ensemble des pays qui ont été assiégés, ravagés, combattus, maltraités, et humiliés ont tous les mêmes points communs ; que ce soit la Syrie, l’Irak, la Libye, et aussi la Grèce avec la crise économique Grec, ils ont tous les mêmes point communs excepté la Libye et encore, ils ont tous une civilisation, une culture, des croyances, des patrimoines historiques, d’une richesse unique et somptueuse, même les peuples sont beaux riches, quant à ceux qui les ont attaqué, ils ont tous le même point commun, la violence et l’inculture. Je trouve qu’on ne le souligne pas suffisamment.

     

    • La Grèce et la philosophie Grecque qui a peut-être influencé Jésus-Christ.
      Que serait le monde aujourd’hui sans la sagesse des écrits Grecs...


    • @le citron
      Les grecs et Platon disaient même des Égyptiens : " Comparés à ce peuple aux traditions dix fois plus antiques, nous, les Grecs, sommes en réalité des enfants... l’Égypte a consignée et conservée à jamais la sagesse des temps anciens. Les murs de ses temples sont couverts d’inscriptions et les prêtres ont toujours cet héritage divin sous les yeux... sans les modifier, les générations continuent de transmettre aux générations suivantes ces choses sacrées... tout ce qui provient de temps immémoriaux, de l’époque où les dieux régnaient sur terre, de l’aube de la civilisation."
      Cordialement


    • Ce que vous dites est juste, ce que vous ne voyez pas assez c’est que ce point commun s’applique aussi aux autres pays d’Europe mais pas qu’a la Grèce. La regionalisation, l’atomisation des pays obéissent aux mêmes dessins, la destruction de l’histoire, de la civilisation, du passé de chaque pays le tout remplacé par une certaine vision universelle apatride qu’on appelle le mondialisme. Si les uns sont dépossédés par les armes, les autres le sont par la trahison de leurs élites.


  • L’objectif des pays occidentaux à la botte des USA et des autres caniches comme l’Arabie saoudite , du Qatar ,d’Israël n’est pas d’arrêter la guerre en Syrie mais au contraire la faire durer afin de faire tomber le gouvernement Syrien et donc bien sur Bachar El Assad pour le remplacer par une marionnette de l’occident comme en Libye ou en Cote d’Ivoire en Ukraine par exemple. Soit disant nos grandes démocraties combattent les terroristes mais la réalités c’est qu’ils les armes et les finances avec leurs grands amis démocrates du Golf. Toute cette merde est à vomir.


  • Quelle superbe sculpture. J’espère que les archéologues et techniciens spécialisés (de tous pays) sauront la restaurer. Et que la Syrie se relèvera de ses ruines.
    Je sais... Avant tout, calmer la brute ignoble, si on n’arrive pas à l’empêcher d’agir.

     

    • Des restaurateurs de tout pays ? L’élection d’Audrey Azoulay comme directrice générale de l’Unesco, était déjà une provocation...

      https://www.egaliteetreconciliation...

      Le président syrien manque de dureté. N’accepter que des restaurateurs russes... Voilà, ce qu’il devait s’imposer. Car je lis ici :

      https://fr.unesco.org/news/restaura...

      La présence d’un restaurateur polonais, Bartosz Markowski. Rien contre les particuliers, mais la Pologne est un pays de l’OTAN ! Une organisation destructrice. Et puis vu les photos de cette “restauration réussie” [du bricolage !], je suis convaincu que ces restaurateurs approved by Azoulay sont des agents, des espions !


  • Bravo !
    Tout y es dit .
    Nous sommes quelques uns à scruter le conflit qui s’est déroulé naguère sur le sol syrien comme un conflit postiche quant aux buts de guerre. Le conflit syrien a été une guerre religieuse (menée par les vétérotestamentaires et consorts versus les judéonazaréens Alaouites) de très haute intensité gagnée par les alaouites.
    Ce conflit présente tout les symptômes d’une haine recuite sur plusieurs siècles contre les Alaouites en tant que peuple porteur de la source islamique ! D’où l’alliance Israël (=synagogue)-Saoudie (=dinguerie wahhabite)-US (=vétérotestamentaires).
    Voir Bachar gagner sur la haine du camp d’en face (vétérotestamentaires au sens large...comprenne qui voudra) a comblé mon cœur catholique !
    Le but de cette guerre a été , comme le suggère ce monsieur, une volonté de détruire quelque chose de plus important que ce qui était affiché par les américains et leur valets : c’est à dire , détruire le berceau de l’Islam en détruisant le régime alaouite et les lieux saints de l’islam. Ou encore : détruire la Syrie c’est détruire le moyen de comprendre la naissance de l’Islam et par ricochet comprendre l’évolution du judéonazaréisme à l’époque du proto-islam . Ou bien encore , détruire la Syrie c’est détruire une des clés de compréhension de l’évolution future du judéochristianisme !
    C’est de cela dont parle l’ancien ambassadeur quand il dit :

    "La Syrie historique est le centre de gravité du Proche-Orient, le lieu de naissance des trois religions révélées, le cœur battant de l’arabisme, symbole de l’islam moderne et tolérant, siège des premiers califes : un héritage très lourd à assumer, mais qui a assuré à ce « phare de l’Orient » un prestige indéniable auprès des Arabes et une aura de sympathie chez les Musulmans."

    On ne peut, d’après moi, être plus clair quant au vide intégral que représente la "Saoudie" et ses supposées "sources de l’Islam".
    Ainsi, projeter de mettre en miette la Syrie (Lattaquié, les vestiges de Doura Europos , Palmyre pour n’évoquer qu’eux) traduisait une volonté de détruire le berceau de l’Islam. Détruire les traces, c’est détruire les peuples comme le dit si bien l’ex-ambassadeur. Qu’ils (les US et leurs valets) aient choisis d’envoyer sur place comme supplétifs les plus ignares tordus venus de toutes les banlieues pourries d’Europe et ripolinés en "islamistes radicaux" a révélé au grand jour la motivation véritable du projet qui avait été mis en branle.
    Bref tout n’est pas perdu .