Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Universités : le plan de l’exécutif pour mettre fin au tirage au sort

Et le chantage à "la rue" de l’UNEF pour s’opposer à "la sélection"

« Ce ne sera pas la réforme de la sélection », promet Jimmy Losfeld, le président de la Fage, la première organisation étudiante. Le Premier ministre, Édouard Philippe, présente, ce lundi [30 octobre 2017], le plan du gouvernement pour réformer le premier cycle universitaire, avec la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et son homologue à l’Éducation, Jean-Michel Blanquer. Après un été 2017 marqué par les couacs du logiciel Admission post-bac (APB), l’exécutif s’était engagé, fin août, à mettre fin au tirage au sort pour la rentrée 2018 et à augmenter le pouvoir d’achat des étudiants pour favoriser leur réussite. Sur la fin du tirage au sort, on connaît désormais la teneur de ce qui va être annoncé.

 

Une remise à niveau obligatoire

Selon nos informations, le bachelier aura officiellement « le dernier mot » pour le choix de sa filière. Mais le lycéen qui n’aurait pas « le profil » correspondant à la formation souhaitée se verrait imposer une remise à niveau. Le caractère « obligatoire » de ce rattrapage était une revendication des présidents d’université. Pour faire passer la pilule auprès de la Fage, cette remise à niveau donnerait droit à des crédits (ECTS) pour l’obtention du diplôme de licence.

[...]

« Dans les cas extrêmes, où l’étudiant n’a pas les prérequis et où la filière est en tension, je ne vois pas comment peut s’appliquer le principe du dernier mot à l’étudiant, dit-il. Cela n’a aucun sens. » À l’Unef, on redoute justement « les différents cas de figure, notamment dans les filières où il n’y a pas assez de places ». « On voit le danger venir », glisse sa présidente, Lilâ le Bas, qui a déjà lancé une pétition pour le libre accès à l’enseignement supérieur.

« Notre objectif n’est nullement de restreindre l’accès à l’université, mais de tenir compte des réalités. »

Dans le logiciel qui succédera à APB, le lycéen fera une dizaine de voeux non classés. Le conseil de classe de terminale émettra un avis sur ces vœux – il est généralisé pour toutes les formations de l’enseignement supérieur. Les vœux seront groupés, le lycéen faisant des vœux pour une filière de formation plutôt que pour un établissement. Il recevra ensuite une réponse en bloc sur toutes ses demandes et, après avoir choisi l’une des propositions qui lui seront faites, des places pourront être libérées beaucoup plus tôt qu’aujourd’hui pour d’autres candidats. Pour les lycéens qui n’auront été acceptés dans aucune des filières demandées, une commission mêlant représentants de l’Enseignement supérieur et de l’Éducation nationale, supervisée par les recteurs, leur fera des contre-propositions.

Lire l’article entier sur lesechos.fr

 


 

L’UNEF prêt à descendre dans la rue contre
« une sélection qui ne dit pas son nom »

 

 

Alors que la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal doit s’exprimer demain lundi 30 octobre sur la réforme de l’accès à l’université, les premiers contours des annonces ont d’ores et déjà fuité dans la presse. La présidente de l’UNEF, contactée par LCI, y voit une sélection qui ne dit pas son nom.

[...]

D’où une réforme aux allures de compromis qui devrait proposer, selon Le Parisien, que les lycéens cessent d’exprimer leurs vœux d’orientation par ordre de préférence. Par ailleurs, le conseil de classe, en terminale, aurait avec cette réforme son mot à dire sur le choix des élèves. Surtout, les facultés auraient désormais accès aux bulletins des candidats : elles classeraient ainsi les dossiers en fonction des résultats et, si le dernier mot devrait revenir à l’élève, les établissements pourraient toujours « de manière transitoire », refuser un futur étudiant par manque de place. Vraisemblablement, il serait alors proposé au candidat une formation proche de son choix initial. Enfin, si l’université estime que le candidat n’a pas les compétences pour suivre le cursus voulu, une mise à niveau deviendrait obligatoire, sa durée pouvant s’étendre jusqu’à un an.

« On le sait bien : l’orientation par défaut est synonyme d’échec » (Lilâ Le Bas)

Tri des dossiers en amont, possibilité de refus et mise à niveau obligatoire... Cette réforme est-elle une sélection à l’université qui ne dit pas son nom ? C’est en tout cas ce que pense Lilâ Le Bas, présidente de l’UNEF.

« Si les informations sont confirmées lundi, cela entérinerait clairement une sélection à l’université. Si les facs peuvent trier les dossiers ou refuser des candidats – même de manière transitoire – c’est de la sélection, il faut utiliser les vrais termes. Cela reviendrait toujours à mettre de côté les jeunes issus de milieux défavorisés, qui seraient alors orientés par défaut. Or, on le sait bien : l’orientation par défaut est souvent synonyme d’échec. »

Par ailleurs, Lilâ Le Bas se montre opposée à la perspective d’une remise à niveau obligatoire.

« Elle peut aller jusqu’à un an, pour moi c’est un problème. Cela implique une année supplémentaire de frais scolaires, d’hébergement et de transport. Sans compter que ce n’est pas la même chose de passer trois ou quatre ans à valider un diplôme, qui aura la même valeur au final. »

Et la présidente de l’UNEF d’annoncer auprès de LCI une possible descente dans la rue si les annonces, telles que présentées ce dimanche dans la presse, sont confirmées lundi.

Lire l’article entier sur lci.fr

Éducation ou conditionnement ?
Lire chez Kontre Kulture :

 

En lien, sur E&R :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1829524

    Libre accès à l’université uniquement pour les bacheliers pour l’UNEF.
    Les auditeurs libres sont meilleurs que les bacheliers : un exemple célèbre Alain Soral, ne pourrais même pas obtenir un diplôme, car sans bac impossible à être diplômé.

     

    Répondre à ce message

  • #1829599

    Ce qui tue la France depuis 40 ans , c’est la haine de la sélection. Le goût de l’effort, du travail lent et patient forme la jeunesse. Une jeunesse vigoureuse et armée pour les combats futurs. Voyez les peuples d’Asie, en particulier le Japon ou la Corée du Sud : rien ne les abat : ni la sélection impitoyable à l’ école, et ce dès le plus jeune âge, ni les 60 heures de travail hebdomadaire, ni un taux de natalité dramatiquement bas ...le Japon est resté le Japon , même après le bombardement de toutes les villes du pays en 1945. Sans sélection, pas de jeunesse armée et moralement solide et à terme, pas d’avenir...

     

    Répondre à ce message

  • #1829666

    Oui une sélection a l’université est nécessaire ne serait-ce que pour garantir la réussite à ceux qui s’y engagent. En effet, l’echec et l’abandon en 1ere année est colossal et actuellement avec le tirage au sort des élèves brillants restent sur le carreau au détriment d’âne qui prennent leurs places... On marche vraiment sur la tête dans ce pays de dingues... Il faut arrêter de croire que tout le monde peut faire des études supérieures... tout le monde ne peut pas jouer correctment au tennis ou au foot et devenir un champion, ca oui on le comprend facilement et bien les études supérieures c’est pareil...

     

    Répondre à ce message

  • On se triture le cerveau en vain car à la base, tout est faussé par le désastre de la fabrique à crétins qu’est l’école : prechi-precha républicain, programmes inintéressants voire ridicules, conformisme intellectuel, flicage des profs (et des élèves) hors-normes etc Les parents sont contents car ils font la loi dans l’école et leurs rejetons ont des bonnes notes. Souvent ceux qui ont les meilleures notes sont les plus conformes au système, voire les plus bêtes. A ce jeu absurde, les garçons ne sont pas les meilleurs.

     

    Répondre à ce message

  • Toujours cette manie de compenser des mesures nécessaires (avec l’abrogation de mesures débiles) par des subventions ou allocations. Toujours avec "l’argent des autres".
    La France s’enlise oar la lâcheté de ses dirigeants depuis 40 ans.

     

    Répondre à ce message

  • #1829805
    Le 30 octobre à 11:41 par Biquette belliciste
    Universités : le plan de l’exécutif pour mettre fin au tirage au (...)

    Non à la sélection, c’est de la discrimination, moi je suis pour la tolérance, l’égalité , je veux que Mimie Mathy puisse battre Usain Bolt, que Pierre Ménès puisse dribbler et marquer face à Marco van Basten dans un match anthologique, qu’ Élisabeth Lévy fasse la page centrale du magasine Playboy, que Afida Turner écrive un essaie philosophique sur la pudeur et l’amour de la prose , que Frédéric Hazizouzza partage son droit de défense de l’amitié LCP / E&R, et du pugilisme acrobatique avec son grand ami Vincent Lapierre , je veux que Cindy Sander chante l’ Ave Maria de Schubert , que Iggy Pop devienne première dame de France ......Ah.... non ça c’est déjà fait !
    Amour & Pet

     

    Répondre à ce message

  • CONTRE la sélection par le carnet de notes, l’approbation professorale, c’est à dire - pas toujours mais souvent - une évaluation du conformisme et de la docilité du requérant. Et POUR un examen d’entrée portant sur la discipline choisie.
    C’est simple un examen, qui peut révéler intelligence, bûchage et talent jusqu’alors insoupçonnés.
    Tu veux faire "sociologie" ? Nous allons tester tes connaissances préalables du sujet. Tu n’as rien su répondre ? Tu t’exprimes et écris comme un dealer d’ecstazy ? Il fallait potasser le sujet, et éviter de faire le pitre en cours. Au suivant !

     

    Répondre à ce message

  • #1830112
    Le 30 octobre à 20:29 par Patriote syndiqué
    Universités : le plan de l’exécutif pour mettre fin au tirage au (...)

    Sélection est un gros mot pour les gens de l’UNEF... mais justement, dans le cas précis de l’université, je pense que l’on peut rejoindre leur position pour des raisons diamétralement opposées. On vit dans l’ère du matérialisme et les études n’ont finalement plus pour objectif que de "réussir professionnellement"... et donc il faut sélectionner. Cela me semble très peu traditionnel.

     

    Répondre à ce message