Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

Robert Mugabe, dit « Comrade Bob », né en 1924 dans le dispensaire d’une mission protestante, eut, durant toute sa vie, des certitudes bornées par le christianisme révolutionnaire, par le marxisme et par la haine des Blancs.

 

En 1963, il fut un des fondateurs du mouvement nationaliste ZANU (Zimbabwe African National Union), avant d’être arrêté en 1964.

Le 11 novembre 1965, dirigés par Ian Smith, et en dépit des menaces de sanctions économiques et politiques, les Blancs de Rhodésie du Sud – 228 000 pour 4.847.000 d’Africains –, rompirent avec la Grande-Bretagne et ils proclamèrent l’indépendance du pays sous le nom de Rhodésie. L’ONU vota des sanctions et un embargo total.

Libéré en 1975, Robert Mugabe partit pour le Mozambique où il devint le chef de l’aile militaire de la ZANU, la ZANA (Zimbabwe African National Army).

Quasiment cernée par des pays ennemis, la petite armée rhodésienne, rustique et pugnace résista à toutes les attaques. Jusqu’au moment, où, croyant acheter sa survie en la poignardant dans le dos, l’Afrique du Sud blanche lui coupa les approvisionnements en carburant. Les dirigeants rhodésiens furent alors acculés à signer les accords de Lancaster House. Puis, du 27 au 29 février 1980, eurent lieu des élections.

Ce fut un vote ethnique dans la mesure où les suffrages des 70 % de Shona se portèrent sur les candidats de Robert Mugabe, tandis que les votes des 30% de Matabélé se retrouvèrent sur les candidats de leur leader, Josuah Nkomo. Une fois de plus, l’ethno-mathématique avait donc parlé et en avril 1980, la Rhodésie devint officiellement indépendante, sous le nom de Zimbabwe.

Dans le sud du pays, en zone matabélé, une guerre tribale éclata aussitôt, les Matabélé n’acceptant pas de se voir dirigés par les Shona qu’ils avaient soumis avant la venue des Blancs. Cette révolte fut férocement écrasée par la 5° brigade de l’armée du Zimbabwe, exclusivement composée de Shona encadrés par des Nord-Coréens.

Depuis 1980, « Comrade Bob » régnait donc sur ce qui fut la prospère Rhodésie dont il fit un goulag ruiné. Et pourtant, l’héritage laissé par le régime blanc était exceptionnel : le pays disposait d’excellentes infrastructures routières et ferroviaires, la population était largement alphabétisée et l’économie de type industriel avait un secteur agricole hautement compétitif. De plus, la politique des sanctions internationales avait contraint les Rhodésiens à créer une industrie de transformation.

Quelques années plus tard, l’héritage laissé par les « colons » ayant été dilapidé, la faillite était totale.

En 1995, l’augmentation de 67% du prix du litre d’essence et de 345% de celui du pétrole lampant utilisé pour la cuisine et l’éclairage domestique provoqua de graves émeutes dans les principales villes du pays. Leur répression fut sanglante.

En 1999 la catastrophe connut une nouvelle accélération avec l’effondrement du dollar zimbabwéen qui perdit 80% de sa valeur face aux devises. L’inflation dépassa alors les 57%, tandis-que le prix du gallon d’essence passa de 5 à 12 dollars zimbabwéens. Quant au taux de chômage, il atteignit les 50%. Or, avec une croissance démographique de 2,8% par an, le Zimbabwe voyait arriver chaque année des dizaines de milliers de jeunes adultes sur le marché du travail.

Tentant une manœuvre de pure démagogie, Robert Mugabe fit voter par l’Assemblée l’expropriation sans indemnité des fermiers blancs, puis il ordonna à ses militants d’occuper leurs fermes. Plusieurs fermiers furent alors massacrés et leurs femmes violées… Dans le plus total silence des bonnes âmes européennes.

Or, comme les trois quarts des productions agricoles industrielles et commerciales soutenant la balance des paiements du Zimbabwe, à savoir le tabac, le paprika, le coton et l’élevage, avaient pour origine les 4 000 fermes encore possédées par les Blancs, le résultat de cette spoliation ne se fit pas attendre. Dès 2001, jadis exportateur de nourriture, le Zimbabwe fut ainsi contraint de lancer un appel à l’aide internationale pour éviter la famine… Et comme 300 000 emplois avaient été perdus dans le secteur agricole et ses dérivés, le taux de chômage bondit à 65%...

À la fin de l’année 2007, l’inflation avoisinait en cumulé les 100 000 %. En 2008, les prix des produits alimentaires augmentèrent de 30 à 40% par jour et ceux des transports publics de 15 à 20% par jour… Au mois de février 2008, l’inflation était de 165 000 %, au mois de juillet de 2,2 millions de % et le 19 août de 15 millions de % !!! Début août, la canette de bière coûtait 800 milliards de dollars zimbabwéens.

Pour le clan qui avait fait main-basse sur le pays, tout allait cependant bien puisque, le 31 juillet 2013, Robert Mugabe remporta les élections présidentielles en étant élu pour un 6° mandat…

À partir de ce moment, Grace Mugabe, l’épouse du président, prit de plus en plus d’importance dans la vie politique du pays en devenant secrétaire nationale de la ligue féminine du parti au pouvoir.

En 2016, le pays fut une nouvelle fois au bord de la famine et le gouvernement se vit obligé d’importer des cargaisons massives de nourriture. Au mois de février, la situation fut à ce point grave que les entreprises furent contraintes de participer à l’achat de vivres à l’étranger… Mais, le 27 février, alors que le pays était en état de quasi famine, les 92 ans du président Mugabe furent fastueusement célébrés devant 50 000 invités dans une débauche de dépenses.

Le mandat de Robert Mugabe s’achevant en 2018, et, compte tenu de l’âge du président, des remous commencèrent à parcourir le parti présidentiel ; d’autant plus qu’au mois de juillet 2016, tout le pays fut secoué par d’importants mouvements sociaux. C’est dans ce contexte lourd d’orages que le clan présidentiel tenta d’imposer Grace Mugabe (48 ans), pour succéder à son époux devenu cacochyme. La fracture au sein du parti de gouvernement apparut alors au grand jour car Grace Mugabe était plus que contestée en raison de ses frasques multiples et de son insolent train de vie.

Ses opposants se rangèrent alors derrière le vice-président Emmerson Mnangagwa mais, au mois d’octobre 2017, ce dernier fut démis et il s’enfuit au Mozambique. Tout bascula alors, car l’armée, pourtant pilier du régime, prit son parti. Certes, afin d’empêcher l’installation au pouvoir de Grace Mugabe, mais d’abord pour précéder un mouvement de purge qui allait permettre la nomination aux postes de commandement de partisans de cette dernière.

Emmerson Mnangagwa succédera-t-il à Robert Mugabe dont il fut jusqu’à ces derniers mois, non seulement l’homme de main, mais celui qui, chef de ses services de renseignement, fut l’exécuteur de ses plus basses, de ses plus sanglantes et de ses plus sordides œuvres ?

Si tel était le cas, nul doute que les démocrates et les défenseurs des droits de l’homme trouveraient en lui un interlocuteur « bienveillant »…

- Bernard Lugan -

 


 

Un sujet de France 24 datant de janvier 2017 sur la situation économique inquiétante du Zimbabwe :

 

Un autre sujet sur la situation du Zimbabwe en 2009 :

Retrouvez Bernard Lugan chez Kontre Kulture

 

Sur les ingérences occidentales dans les politiques africaines,
lire chez Kontre Kulture

 
 






Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1842134
    Le 18 novembre à 11:24 par xyz
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    L’histoire de la Rhodésie... On croirait lire l’histoire de France (à venir, en marche)... !
    et pas grand espoir. De Charybde en Scylla, ou de Mugabe en Mnangagwa.
    De la Mitte en Chirac, en Sarko en Hollande en Macron... et ... ?

     

    Répondre à ce message

  • #1842176
    Le 18 novembre à 12:35 par Emilien Chaussure
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    Les Blancs ont éradiqué les Rouges : c’est l’Amérique (succès total)
    Les Blancs ont colonisé les Noirs : c’est l’Afrique (demi succès)
    Les Blancs n’ont pas soumis les Jaunes : c’est l’Asie (échec total)

    Conclusion ?

     

    Répondre à ce message

    • #1842393
      Le 18 novembre à 17:37 par zuleya
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      La conclusion est que tu es dans une vision manichéenne tres distordue... Les blancs n’ont pas inventé le jeu et n’ont pas non plus triché à ce jeu universel.
      La règle du jeu est une concurrence entre les peuples qui se battent pour les resources et cherchent à envahir les autres. Car les blancs ont aussi été envahis dans leur histoire ce que tu oublies de dire : Par les arabes, par les asiatiques...Et cela sur le territoire européen même.

      Et au niveau de l’Amérique, les rouges n’ont pas été anéantis. Il en reste. Et les données archéologiques vont dans le sens d’un match allé qui a eu lieu il y a quelques milliers d annees, où les européens ont été les premiers habitants d Amériques, mais ils ont été colonisés par les asiatiques et cela a donné les peaux rouges. C’est la thèse solutreenne.

      Cette vision de pleurniche qui voit un monde où la guerre et la conquête n ont jamais existé en dehors de l’Europe est très lassante tant elle est naïve et fausse.
      Un enfant de 5 ans ne pourrait y croire.

       
    • #1842634
      Le 19 novembre à 00:52 par Josée
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      @zeuleya

      On peut avoir vos références s’il vous plaît ? Vous semblez avoir une version historique bien différente de celle que mes lectures m’ont donnée.

      Merci.

       
    • #1842803
      Le 19 novembre à 13:12 par zuleya
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      Voila un lien en anglais qui explique bien la chose :

      http://thealternativehypothesis.org...

       
  • #1842223
    Le 18 novembre à 13:27 par David
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    Info que j’ai vu passer sur le réseau Voltaire il y a 2 ans, le président du Zimbabwe avait nationalisé les mines de diamants... Avec un collègue, on s’était dit qu’il n’allait pas durer.....

     

    Répondre à ce message

  • #1842234
    Le 18 novembre à 13:38 par Congolais
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    Lugan où l’histoire d’une partie de chasse raconté par le chasseur blanc en terre africaine. Peut être qu’un jour les autres acteurs de la partie de chasse nous donneront leur version.

     

    Répondre à ce message

    • #1842479
      Le 18 novembre à 20:12 par zouzou
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      Bernard Lugan ne chasse personne et ne vit pas en Afrique. C’est lui qui a été persécuté, souvent, pour parler vrai. C’est un excellent historien, reconnu (sauf par nos zélytes), en particulier par nombre d’Africains lettrés.
      Il s’appuie sur les faits, les documents, les Africains, ses connaissances, son expérience et sa cervelle de surdoué. Pas sur un paquet de clichés avalés sans discernement, à idéologie imbécile prétendûment anti-colonialiste ou marxiste.
      Voilà pourquoi il est si passionnant à lire.

       
    • #1842535
      Le 18 novembre à 21:35 par spaaky
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      A Zouzou :
      Traiter ses contradicteurs d’iletrés juste à cause de leurs opinions, ça me rappelle quelque chose, pas vous ? Il y a des opinions diverses sur ce sujet, et des historiens tout aussi passionnants à lire, comme Cheick Anta Diop, par exemple, que je vous recommande particulièrement...

       
    • #1842734
      Le 19 novembre à 10:24 par zouzou
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      @spaaky
      Ce Cheik a eu l’idée méritoire de faire des recherches sur l’histoire d’Afrique précoloniale.
      Malheureusement ses "découvertes" sont très contestées. Les illustrations de l’Egypte ancienne montrant des gens de teint doré, aux traits orientaux ou européens, le visage de Nefertiti et un empereur rouquin (cheveux analysés) contredisent les affirmations de Cheik selon lesquelles les Egyptiens seraient des Noirs d’Afrique à l’origine.
      Il est probable que la fin de l’empire d’Egypte a vu croître la population noire, puisqu’un des derniers empereurs d’Egypte était noir.
      L’Amérique aussi a vu croître sa population noire et a eu un empereur semi-noir, sans pour autant être noire d’origine. Loin de là.
      Le comte de Volney a décrit des Coptes : "visage bouffi, l’œil gonflé, le nez écrasé, la lèvre grosse" qui ne sont qu’un mélange d’Egyptien antique et de Noir d’Afrique plus récent.
      Tout cela n’empêche pas l’analyse de Lugan d’être très pertinente.

       
  • #1842238
    Le 18 novembre à 13:42 par Arthur
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    Point de départ comme toutes les bonnes histoires chaotiques : sanctions et embargo de l’ONU...

     

    Répondre à ce message

  • #1842266
    Le 18 novembre à 14:16 par vigile
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    On nous dit qu’ils sont dans la misère or sur le premier document ils sont tous propres, bien habillés, les immeubles sont nickels . Impression d’être dans un pays plutôt riche . Moi pas comprendre .

     

    Répondre à ce message

  • #1842372
    Le 18 novembre à 17:12 par Socrate
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    C’est pas totalement la liberté d’expression ici il y a une certaine censure des lors qu’on n’est pas dans la ligne Tintin au Congo qui s’exerce évidemment j’aurai du m’en douter......

     

    Répondre à ce message

  • #1842512
    Le 18 novembre à 21:15 par spaaky
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    "Robert Mugabe, dit « Comrade Bob », né en 1924 dans le dispensaire d’une mission protestante, eut, durant toute sa vie, des certitudes bornées par le christianisme révolutionnaire, par le marxisme et par la haine des Blancs." Cela me fait penser à un membre du Klu Klux Klan qui aurait eu des certitudes bornées par l’idéologie révolutionnaire de la Nation of Islam autant que par la haine des Noirs.
    Je me demande alors si le racisme anti-Blanc ne serait pas le mirroir de l’anti-racisme... ???

     

    Répondre à ce message

  • #1842583
    Le 18 novembre à 22:48 par Juju
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    Les élites d’Afrique refusent une diversité lucrative, tandis que celles d’Europe réclament une diversité coûteuse. Comme quoi il n’y a pas que l’argent qui fait tourner le monde, les idéologies stupides également.

     

    Répondre à ce message

  • #1842777
    Le 19 novembre à 12:03 par Oujdi
    Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

    Tant que les frontières des pays Africains ne seront pas redessinées sur des bases ethniques, le chaos sera permanent.

     

    Répondre à ce message

    • #1842843
      Le 19 novembre à 14:40 par medium
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      Mais bien-sur a commencer par ton propre pays avant de désigné celui des autres .Je vais te cité le cas des peuls qui vives dans plusieurs pays d’Afrique Mali,Sénégal ,Cote-d’ivoire ,Guinée ,ont en trouve au Niger et au Cameroun alors tu fait comment l’amis .

       
    • #1843752
      Le 20 novembre à 17:37 par Koekje
      Zimbabwe : fin de route pour Robert Mugabe ?

      Oui, on a vu la Somalie - un havre de paix !...