Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Cinq questions sur Nice

"C’est l’ensemble du gouvernement qui doit démissionner"

L’attentat de Nice soulève une série de graves questions quant au rôle de l’Etat, mais aussi de la municipalité. Ces questions sont démultipliées par les débats qui ont entouré la reconduction de l’état d’urgence, qui a été prorogé pour une durée de 6 mois. Ces questions pourraient être à l’origine d’une polémique aux effets politiques redoutables dans les semaines et les mois à venir.

 

I. Quelles étaient les mesures de sécurité adoptées pour le feu d’artifice du 14 juillet à Nice ?

C’est le journal Libération qui a lancé le débat dans un article du 21 juillet [1]. Cet article a suscité une riposte violente du ministre de l’Intérieur, M. Bernard Cazeneuve, parlant d’un « complot » ourdi par ce journal [2]. Or, ce qui est mis en cause est cette partie du communiqué du 16 juillet [3] :

« La mission périmétrique était confiée pour les points les plus sensibles à des équipages de la police nationale, renforcés d’équipages de la police municipale. C’était le cas notamment du point d’entrée du camion, avec une interdiction d’accès matérialisée par le positionnement de véhicules bloquant l’accès à la chaussée. Le camion a forcé le passage en montant sur le trottoir. »

En fait, il apparaît que seuls 2 policiers municipaux assuraient le contrôle du périmètre au point où le camion du meurtrier est entré dans la partie piétonne de la promenade des anglais. Aucune chicane en béton n’était déployée, ni à cet endroit ni 370 mètres plus loin, là où se trouvaient la patrouille de 4 hommes de la police nationale. Or, de telles chicanes avaient été utilisées auparavant, et en particulier lors de l’Euro 2016. Il est clair qu’il y a de sérieuses différences entre ce que dit le ministère de l’Intérieur et la réalité. Pourquoi le ministère de l’intérieur ne veut-il pas le reconnaître ?

 

II. Étaient-elles raisonnablement suffisantes ?

Cette question surgit au regard des mesures pratiquées pour l’Euro 2016. Il semble que l’événement sportif ait été mieux sécurisé que le 14 juillet. Pourquoi ? Les autorités disposaient elles d’information les amenant à penser que la menace avait baissée ? Sinon, comment expliquer que l’on ait baissé la garde ? On sait que les forces de sécurité étaient (et sont) dans un état d’épuisement avancé. Dans ces conditions, n’était-il pas de l’autorité du maire et du préfet d’interdire un événement que l’on ne pouvait sécuriser convenablement ? Ou bien a-t-on pensé qu’en matière de relations publiques la mort de badauds pesait moins que celles de supporteurs ?

 

III. Le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement demande à ce que cessent toutes les critiques contre « les services administratifs de l’État ». Est-ce justifié ?

La déclaration de J-M Le Guen [4] pose un véritable problème de morale et de politique. Quand il affirme que : « Je veux bien qu’on aille sur ce terrain-là, mais dans ce cas, il n’y a plus d’état de droit dans le pays. Si un certain nombre de journalistes, de commentateurs, de responsables politiques mettent en cause le fonctionnement de la justice et des services administratifs de l’État, alors c’est une thèse qui est extrêmement dangereuse pour la démocratie », il met en cause en réalité la démocratie. Dans une situation bien plus grave, en pleine guerre de 1914-1918, Clémenceau, alors Président du Conseil, dans un célèbre discours avait eu des mots plus justes et plus dignes :

« Je dis que les républicains ne doivent pas avoir peur de la liberté de la presse. N’avoir pas peur de la liberté de la presse, c’est savoir qu’elle comporte des excès. C’est pour cela qu’il y a des lois contre la diffamation dans tous les pays de liberté, des lois qui protègent les citoyens contre les excès de cette liberté. Je ne vous empêche pas d’en user. Il y a mieux : il y a des lois de liberté dont vous pouvez user comme vos adversaires ; rien ne s’y oppose ; les voies de la liberté vous sont ouvertes ; vous pouvez écrire, d’autres ont la liberté de cette tribune ;(…). De quoi vous plaignez-vous ? Il faut savoir supporter les campagnes ; il faut savoir défendre la République autrement que par des gesticulations, par des vociférations et par des cris inarticulés. Parlez, discutez, prouvez aux adversaires qu’ils ont tort et ainsi maintenez et gardez avec vous la majorité du pays qui vous est acquise depuis le 4 septembre [5]. »

Il tint ce discours alors que les troupes allemandes occupaient une partie de notre territoire, alors que des Français mourraient par centaines chaque jour. Il est clair que les membres de ce gouvernement perdent leurs nerfs. Mais 84 personnes, elles, ont perdu la vie. L’indécence du gouvernement n’en est que plus évidente. Ce n’est donc pas seulement Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, qui devrait démissionner, mais bien l’ensemble du gouvernement.

 

IV. Pourquoi la justice ordonne-t-elle à la mairie de Nice de détruire les images de l’attentat ?

La justice évoque le souci « d’éviter la diffusion non contrôlée de ces images » et en particulier le risque que ces images ne soient utilisées sur des sites djihadistes [6]. La sous-direction antiterroriste de la Police judiciaire (SDAT) réclame donc l’effacement complet des enregistrements pris entre le 14 juillet 22h30 et le 15 juillet 18 heures pour toutes les caméras ayant une vue sur la scène de l’attentat et tout particulièrement pour les six caméras surveillant la promenade des Anglais qui ont filmé en direct l’attentat du 14 juillet. Or, cette demande est pour le moins surprenante dans le contexte de la polémique suscitée par les conditions de sécurité. L’avocat de la ville de Nice, Philippe Blanchetier, a réagi vigoureusement, citant notamment « la polémique sur la nature du dispositif policier » le soir de l’attaque et déplorant dans une déclaration à l’agence Reuters [7] :

« C’est la première fois de ma vie que je vois une réquisition aux fins d’effacement de preuves (…). L’argument avancé de risque de fuite ne tient pas. »

Si ce fait devait être avéré, il serait particulièrement grave, et mettrait en cause l’ensemble de l’action gouvernementale.

 

V. Lors du débat sur la prolongation de l’état d’urgence, des déclarations ont été faites par des membres de l’opposition quant à une interdiction du « salafisme ». Cela correspond-il aux besoins de la situation ?

L’état d’urgence, décrété dans la nuit du 13 novembre, acte de souveraineté [8], a fini par être dangereusement galvaudé. Cela vient d’une incapacité à nommer l’ennemi [9]. Au lieu de s’engager dans la prolongation de l’état d’urgence, on aurait pu, et dû, prendre des mesures simples comme :

- l’interdiction du financement étranger direct des lieux de culte et associations cultuelles ;
- le contrôle par le ministère de l’Intérieur des prêches et l’expulsion des prédicateurs refusant les principes figurant dans le préambule de la Constitution, ainsi que ceux appelant à la haine ;
- l’interdiction aux Français étant allés combattre dans une organisation terroriste et génocidaire de revenir sur le territoire national.

Ces mesures ne nécessitent pas l’état d’urgence. Elles peuvent être prises dans le cadre législatif normal. Elles montrent que l’état d’urgence est aujourd’hui bien plus un acte de communication qu’un acte de nécessité. Ce sont de tels comportements, de la part du gouvernement comme de la part d’une partie de l’opposition qui mettent en péril la démocratie et qui témoignent d’une perte totale de légitimité.

 

Les questions posées appellent des réponses claires, et sans ambiguïté. Mais, ce n’est pas ce gouvernement qui est en mesure de les donner. Il doit impérativement démissionner pour que la vérité soit faite et pour que l’on passe du registre de la communication à celui de l’action.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1517671
    le 22/07/2016 par obs
    Cinq questions sur Nice

    Le comble du cynisme ou de l’incompétence c’est Valls annonçant froidement qu’il y aura d’autres attentats et qu’il faudra s’y habituer !...

     

    • #1517901
      le 22/07/2016 par keiwan
      Cinq questions sur Nice

      Comme dirait un désormais célèbre directeur de la publication....


  • #1517680
    le 22/07/2016 par KAAMIL
    Cinq questions sur Nice

    Cazeneuve qui parle de complot du journal Libération. Le gouvernement deviendrait-il complotiste ?


  • #1517681
    le 22/07/2016 par Xavier57
    Cinq questions sur Nice

    Personne ne démissionnera. Le champagne et les petits fours jusqu’en 2017 ça ne se refuse pas.

     

    • #1517775
      le 22/07/2016 par listener
      Cinq questions sur Nice

      Le gouvernement démissionnera quand le président le voudra.

      Les "responsables" politiques sont responsables devant lui et non devant les Chambres. Allons ! C’est la "démocratie moderne et apaisée". Le parlementarisme, c’est un peu vieux. C’est un peu trop républicain, la république.

      D’ailleurs on devrait se demander si la "république" est compatible avec l’Europe. C’est pas évident.


  • #1517700
    le 22/07/2016 par lasieste
    Cinq questions sur Nice

    le prochain attentat à mon avis sera dans l’autre sens ( peut être : massacre pendant une prière de vendredi), l’empire sait bien qu’un attentat daechiste de plus risque de se retourner contre eux.

     

    • #1518131
      le 23/07/2016 par mathieu
      Cinq questions sur Nice

      Très pertinent. Et plus que probable.


    • #1518147
      le 23/07/2016 par Silence Radieux
      Cinq questions sur Nice

      C’est possible mais je ne sais pas si le risque d’associer les musulmans a des victimes sur le sol français, ne serait-ce que pour un seul attentat, soit moindre que répéter la même chose jusqu’à ce que tout le monde devienne fou.

      Dans un autre pays sans doute, je partage votre intuition.


  • #1517707
    le 22/07/2016 par réGénération
    Cinq questions sur Nice

    "C’est l’ensemble du gouvernement qui doit démissionner", il ne le fera évidemment pas, mais dans ce cas çà voudrait donc dire des présidentielles anticipées ?
    C’est ce que je souhaite vivement aussi pour éviter d’autres massacres !

     

    • #1518373
      le 23/07/2016 par listener
      Cinq questions sur Nice

      Un gouvernement qui démissionne ! C’est vieux, cela.


  • #1517712
    le 22/07/2016 par dixi
    Cinq questions sur Nice

    Il est incontestable que ce gouvernement doit démissionner ,car n’étant pas en mesure de protéger sa population ,voir en incapacité .Ce gouvernement n’est plus en mesure de gouverner ne serait-ce que par sa popularité qui frise à peine les 10%.Je pense qu’il serait temps pour eux de déposer les armes et d’en finir une fois pour toute ,car l’année risque d’être longue voir infini et surtout dangereuse ,mais je crains le pire, parce que le bon sens n’est pas leur crédo ,mais le cahot .

     

    • #1517891
      le 22/07/2016 par VIVACHAVEZ
      Cinq questions sur Nice

      10% ? Oui c’est bien ce que je me disais. 10% des votants de notre pays seraient, parait-il, de futurs clients à la camisole de force.....


  • #1517721
    le 22/07/2016 par Jalal
    Cinq questions sur Nice

    Au fait, qui nous dit que c’est réellement Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui a fait cet attentat ? Qui nous dit qu’il y avait réellement quelqu’un dans ce camion ? Y a-t-il complicité pour l’avoir laissé rentrer sur la Promenade des anglais ? À qui profite le crime ? Si tant est que c’est réellement Daesh, bombarder encore et encore en Irak et en Syrie est-il productif ? Cela ne créerait pas plus d’attentat ? Est-ce une stratégie pour dévier les colères du peuple ?

    Voilà les vrais questions à poser et il y en a sûrement d’autres.

     

    • #1518077
      le 23/07/2016 par Aie aie sa pique !!!!
      Cinq questions sur Nice

      Peut on piloter un véhicule a distance ? car en Syrie et dans les zone de guerre on le voit souvent camoin et voiture.

      La DRM (Direction du renseignement militaire) peut a porter une réponse ?


    • #1518262
      le 23/07/2016 par Fatima
      Cinq questions sur Nice

      Je partage votre questionnement. A noter cette histoire abracadabrante (qu’il serait bon de vérifier sur la vidéosurveillance) du bonhomme à scooter qui aurait essayé d’arrêter le camion, et qui ne sert en fait qu’à corroborer la version officielle, en insistant sur le fait qu’il aurait "vu" Mohamed au volant. Je suis pour ma part persuadée de l’innocence de Bouhlel, et de l’absence totale de véritable lien entre cet attantat et Daesh. Il s’agit bien d’une manipulation interne, probablement pour donner à l’Etat les moyens de mieux contrôler la contestation sociale à venir.


  • #1517740
    le 22/07/2016 par Thrive
    Cinq questions sur Nice

    Récapitulons :
    Nous avons un camion, qui, en plein état d’urgence, entre sur la promenade des anglais. Ce n’est pas un camion frigorifique, et sa circulation est interdite.
    L’homme au volant, un déséquilibré notoire, a envoyé un sms à un complice, lui disant "apporte d’autres armes".
    Nous avons aussi deux témoins, un russe, et une jeune française, qui ont assuré qu’il y avait deux tireurs, et que l’un d’eux est descendu du camion et s’est enfui avec la foule.
    Sur deux vidéos diffusées sur internet, et ô coïncidence, par deux israéliens distincts, on voit sur le côté gauche du camion, à l’arrière, deux hommes au sol.
    L’un d’entre eux, (qui semble avoir une arme dans sa main droite, lorsqu’il s’allonge sur le ventre) est vêtu de noir, l’autre homme, est vêtu de gris.
    L’un d’entre eux est tabassé, puis exfiltré manu militari... Qui est cet homme ?
    Pas l’homme en scooter, vu son physique, comme le disait l’excellent Hicham Hamza.
    Nous avons la valeur de 100 000 euros, expédiés à la famille du tueur connu.
    Qui n’était en aucun cas un islamiste. (Sauf si Daesh prône l’homosexualité, et la conso d’alcool)
    Nous avons également la demande de destruction des vidéos, alors que des procès vont être engagés contre l’État, vu que la police nationale n’était pas du tout là ou elle aurait du être. Et que l’on risquerait aussi de demander qui est le deuxième homme.
    Ajoutons à cela l’asile politique donné à Abdoul Tlass, arrivé fraîchement de Syrie, et terroriste notoire soutenu par le gouvernement Valls et le mou Hollande.
    Les USA aidés d’Israël, et surtout de leur larbins qui nous "gouvernent" nous font bien la guerre...
    Il ne s’agit plus de défaillance au niveau de l’État, mais de complicité...
    Réponse à notre niveau : Boycott ? Manifs ? Destructions de Mac Do et de tout ce qui peut leur rapporter sur notre territoire ?
    La révolution française était un coup d’état, et il faudrait remettre l’histoire à sa place.
    Devons nous, nous aussi, avoir nos propres terroristes contre ces gens là ?

     

    • #1517886
      le 22/07/2016 par farido
      Cinq questions sur Nice

      Tu peux ajouter ceci : Un colonel de Tsahal et son "équipe" ont évalué la sécurité de Nice il y a quelques mois !!!


  • #1517748
    le 22/07/2016 par noel
    Cinq questions sur Nice

    « il met en cause en réalité la démocratie. »

    « qui mettent en péril la démocratie »

    quelle démocratie ?

    Remplacer le terme par ploutocratie oligarchique !


  • #1517750
    le 22/07/2016 par seb
    Cinq questions sur Nice

    pourquoi démissioneraient ils , ils font du bon boulot !

     

    • #1517882
      le 22/07/2016 par boule&bill
      Cinq questions sur Nice

      Merci Seb .... y en a qui n’ont toujours rien compris à ce qu’il se passe ...

      T’as tout les éléments qui nous mènent aux services (Francoisraelien j’imagine)...

      On fait avec ... et on essaie de faire le taf ...


    • #1517894
      le 22/07/2016 par VIVACHAVEZ
      Cinq questions sur Nice

      Faut dire aussi que s’ils parviennent à faire leur bon "boulot", c’est que ceux qui les ont élus ont un QI de "bulot"........


    • #1517936
      le 22/07/2016 par H
      Cinq questions sur Nice

      De toutes façons Sarkozy avait prévenu, "le nouvel ordre mondial, on va y aller, et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer". Si la droite avait été au pouvoir ç’aurait donc été du même goût.

      En revanche, plutôt que laisser des familles naives et innocentes se faire abattre comme des agneaux, que ceux d’entre nous français qui n’avons rien à perdre nous rassemblions, pas simplement ceux d’ER mais de toute la France, par dizaines de milliers, à Paris. Et marchons vers l’Elysée jusqu’à réddition de ces incompétents. Hé s’ils envoient les chars, que nous tombions sous leurs obus. Hé s’ils nous arrêtent, que la honte retombe sur eux, eux qui sont sensés protéger nos pauvres concitoyens.

      On ne peut plus laisser nos frères, nos mères, les enfants de nos compatriotes se faire assassiner comme ça, les preuves se faire détruire, les mensonges passer, les causes de tout ce marasme se perpétuer à l’international. Ni attendre qu’une guerre civile n’éclate et ne fasse encore plus de mort parmi les innocents.

      Car jamais ô grand jamais l’équipe dans son intégralité ne démissionnera. Il faut envoyer un signal au monde, montrer que nous avons compris. Assez de mensonges, il est urgent de s’insurger, et d’abandonner les hauteurs de nos analyses pour nous allier avec ceux qui parmi nos compatriotes refusent tout autant que nous cette situation malsaine et quasi-démoniaque.


  • #1517857
    le 22/07/2016 par Jaoram
    Cinq questions sur Nice

    aucun ministre ne démissionnera,ce chaos qui se généralise sur l’Europe entière est voulu pour instaurer le nouvel ordre mondial.

     

    • #1517943
      le 22/07/2016 par MPNF
      Cinq questions sur Nice

      Aucun d’entre eux n’a l’HONNEUR ni le respect dû à sa fonction comme qualité. Ces nains qui nous gouvernent nous montrent toute leur médiocrité, leur incompétence, leur cynisme et leur couardise. Je pense qu’il vaut mieux attraper un torticolis en visant trop haut que devenir voûté en regardant trop bas. Ainsi pourrait-on qualifier les nains voûtés de leur lâcheté ? On ne devrait jamais plus attribuer un mandat voire un poste dans les hautes sphères aux élus, ministres, chef d’état, hauts-fonctionnaires (préfet...) qui faillent et ce à vie. Qu’ils aillent dans le privé occuper des postes de bas-oeuvres où l’on sue énormément : ouvrier à la chaîne, éboueur, bûcheron, agent d’entretien des voiries...

      Enfin, pour une fois, je partage pleinement l’analyse de Jacques Sapir.


  • #1518129
    le 23/07/2016 par Ryrty
    Cinq questions sur Nice

    Encore une très bonne analyse de J. Sapir. Clair net, précis et posant les bonnes questions.


  • #1518166
    le 23/07/2016 par Marthe
    Cinq questions sur Nice

    Oui, c’est évident qu’Hollande et tous devraient démissionner. Mais ils sont coriaces ! si ils avaient encore un peu d’honneur ne serait-ce une miette, le quart d’une miette alors qu’ils démissionnent !

     

    • #1518572
      le 23/07/2016 par MPNF
      Cinq questions sur Nice

      Un nain politique, un idiot, un médiocre, un incompétent (les 4 à la fois pour chaque membre de notre gouvernement y compris celui qui prend les Français pour des CONS, des sans-dents se trouve en la personne de notre cloche élyséenne actuelle) = l’honneur est une qualité que jamais ils n’endosseront. Ces politiques cosmopolites ne sont là que pour servir l’hyper classe mondiale judéo-américaine-européenne, la haute-finance et les sionistes. Les Français, ils s’en servent au moment des élections en dévoilant leur panoplie de belles promesses pour gogos dogmatiques ; une fois élus, ils s’essuient les pieds sur le paillasson (peuple de France) et s’empressent avec frénésie de servir l’hyper classe mondiale... Ces NAINS, ces moins que RIEN politiques travaillent pour leur gueule avant tout, plus ils assouviront les désirs de cette hyper classe mondiale, plus ils en seront récompensés. Gare aux dérapages, si le déroulé des événements n’est pas respecté, ils seront à l’amende (grèves, attentats, révolutions colorées, amendes, déstabilisation par voie judiciaire, prise illégale d’intérêts sur de grandes entreprises françaises voire des OPA agressives qu’ils rendront légales malgré le procédé illégal (voir Alstom => pressions sur certains dirigeants emprisonnés aux USA pour remporter la vente ; BNPParibas paya une amende de 9 Mds d’euro (car utilisation des swifts, ou transaction libellée en dollar avec l’interdiction de fermer le marché américain en cas de non-paiement)...), pressions médiatiques pour déstabiliser le gouvernement en place d’où on ressortira un cadavre du placard suffisamment important pour le pousser à la démission.

      Voilà ce que nos NAINS POLITIQUES subiront s’ils sortent des clous. Leur docilité en garantie et en échange d’écraser le peuple qu’ils gouvernent afin de soumettre le citoyen en un l’homme nomade sans frontière, sans famille, sans valeur, sans lien avec sa nation, sans repère... Ces cosmopolites de cette hyper classe mondiale se prennent pour des DIEUX ou veulent se substituer à lui.


Commentaires suivants