Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

À l’aube du samedi 8 décembre 2018, acte IV des Gilets jaunes au croisement de tous les enjeux et de toutes les manipulations, Alain Soral livre son analyse.

 

 

Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

 

D’abord, pour répondre, il faut différencier, Paris, les grandes villes (avec campus étudiants et banlieues) et les campagnes.

 

D’abord les campagnes : soit la France profonde qui prend tout son sens aujourd’hui, la seule a avoir gardé un peu de profondeur, malgré toutes les manipulations et les destructions opérées depuis des années par le pouvoir profond !

Voici venu le temps de la France profonde face au pouvoir profond.

Dans les campagnes, lieu d’origine de la révolte sociale des Gilets jaunes, la lutte unitaire avec fraternisation des forces de contestation et de sécurité devrait continuer à s’amplifier et à bien se passer…

Dans les grandes villes étudiantes entourées de banlieues, c’est une autre histoire…

Quant à Paris, c’est le lieu de tous les dangers !

Un lieu, ou plutôt deux :

- D’abord le Paris des Gilets jaunes sociaux qui veulent marcher sur l’Élysée. Faire tomber Macron et ce qu’il représente : la banque, les Rothschild : la sur-fiscalité injuste, la dette : l’oligarchie ! Et de ce point de vue, Hervé Ryssen en couverture de Paris-Match, même par hasard, est un sacré symbole !

- Ensuite le Paris des Gilets jaunes illégitimes : jeunes et racailles qui vont déferler sur Bastille, Nation, République… pour casser et piller un Paris bobo abandonné par des forces de sécurité submergée et concentrée sur le triangle d’or : Élysée, Concorde, Chambre des députés…

Des pièces rapportées qui m’amènent à parler du rôle du nouveau Besancenot : François Ruffin. Un François Ruffin mis opportunément en couverture des Inrockuptibles par le banquier Pigasse, et qui joue à plein son rôle de manipulateur gauchiste, soit :

- Un. Séparer le prolétariat et la classe moyenne, qui constitue l’alliance révolutionnaire. Par son discours démagogique sur l’ISF. Un impôt sur la fortune qui n’a pas été supprimé par Macron, mais aggravé, en en retranchant le capital spéculatif pour n’en conserver que la propriété foncière, et ce afin d’achever de spolier la classe moyenne enracinée. Classe moyenne paupérisée que Ruffin, soit crétin, soit tapin, désigne comme riche au prolétariat en colère, afin de protéger les spéculateurs nomades, dont Monsieur Pigasse, propriétaire des Inrockuptibles !

- Deux. Pourrir le mouvement social par les casseurs gauchistes (dit antifas). Enfants gâtés de la petite et moyenne bourgeoisie des services, issue de Mai 68 et plutôt bénéficiaire de la crise, contrairement à la classe moyenne entrepreneuriale.

- Trois. Racialiser et communautariser la colère pour casser le combat de classe en manipulant la racaille, racaille des cités, sous contrôle intégral de la gauche antisociale – dite antiraciste – depuis les années Mitterrand, et dont les réseaux Soros ont récemment pris le contrôle et le relais…

François Ruffin, pro-racaille islamo-gauchiste jouant le même rôle à gauche, qu’Éric Zemmour, anti-racaille national-sioniste à droite, pour racialiser et communautariser le combat social et patriote, toujours dans l’intérêt du même pouvoir profond, à la fois immigrationniste en bas et cosmopolite en haut !

À ce stade de l’analyse, une première mise au point : les Gilets jaunes sont un mouvement de travailleurs. Donc un mouvement d’adultes ! Les lycéens, les étudiants et les racailles, qu’elles soient gauchistes ou ethniques, ne sont pas des travailleurs. En tant que jeunes, ce sont des assistés, voir des parasites ! Ils n’ont rien à faire dans ce mouvement ! Ils y ont été introduits, sur le tard, pour le pourrir… par cette même gauche social-traître, exclue par les Gilets jaunes : la CGT et le NPA notamment, chassés systématiquement des piquets, mais aussi Mélenchon, menacé par ces mêmes Gilets jaunes, s’il tentait de venir récupérer le mouvement à Paris. Toujours ces mêmes pseudo « jeunes », issus de Mai 68, au service du pouvoir profond anti-populaire et anti-national ; soit le pouvoir bancaire maçonnique et sioniste.

Seconde mise au point : Macron est à la fois cramé et lâché. Cramé par sa présidence calamiteuse, à la fois anti-sociale (destruction du statut des cheminots) et décadente (frotti-frotta pro racaille ethnique à Saint-Martin et pro LGBT lors de la Fête de la musique). Cramé et lâché par ceux-là même qui l’ont mis en place : le pouvoir profond mondialiste et bancaire représenté en France par Attali et dont il est est maintenant le fusible.

Venons-en maintenant aux scénarios possibles en fonction de samedi. Une fois de plus, le destin de la France se joue à Paris, à la Bastille et à la Concorde ! Et le mouvement peut aussi bien évoluer vers la démocratie participative et la ligne préconisée par Étienne Chouard : faite d’auto-gestion, de tirage au sort et de subsidiarité… ce qui est l’aspiration profonde du mouvement originel, victime du grand capital bancaire et grand-patronal. Soit évoluer à l’inverse vers la dictature. Et une reprise en main par la ploutocratie OTANesque et sioniste.

S’il survit politiquement aux événements parisiens de samedi et qu’on reste sur une colère sociale. Macron peut, au mieux, appeler un nouveau Premier ministre. Et pourquoi pas Mélenchon ? Conformément à ce qu’Attali lui avait promis au moment des présidentielles, pour qu’il renonce à une alliance avec Hamon, donc au second tour, à la place de Marine Le Pen… On entrerait donc dans une cohabitation, avec mesures de gauche sociale, qui permettrait à Macron de sauver momentanément son mandat et à Mélenchon de se rapprocher de son but, la présidence…

Et si ce samedi se solde par le chaos total : prise de l’Élysée par les Gilets jaunes les plus radicaux, pillage d’un est parisien abandonné par les forces de l’ordre, par les racailles gauchistes et ethniques pouvant aller jusqu’aux meurtres (avec sa composante islamique bien instrumentalisée, chère à Éric Zemmour) : Macron, acculé au pire, peut décréter la loi martiale et transférer le pouvoir à l’armée, via la personne du Général de Villiers qui se tient déjà prêt ! Général de Villiers qui est aux ordres de l’OTAN, soit du pouvoir mondialiste et dont le seul haut fait militaire et d’avoir introduit la mixité sexuelle dans nos sous-marins !

Difficile de prévoir au-delà… Ce qui est sûr c’est que le peuple de France, des années endormi, s’est réveillé pour écrire à nouveau son histoire. Et que le devoir de tout patriote et de se tenir prêt, à ses côtés !

À suivre…

 


 

Maître Damien Viguier – Guide juridique pour « l’Acte IV » et ses suites

 

Voici quelques rappels juridiques en prévision du samedi 8 décembre 2018 et des semaines qui viennent. Je commence par préciser quelques notions importantes, en allant crescendo, de l’attroupement à l’insurrection, en passant par la sédition et la rébellion. J’aborde ensuite rapidement les notions d’état d’urgence et d’état de siège pour terminer par deux notions qui signeraient une forme de révolution : les pouvoirs exceptionnels et la destitution.

 

1° Attroupement

Lorsque des personnes se rassemblent sur la voie publique et que ce rassemblement est susceptible de troubler l’ordre public, le code pénal appelle cela « un attroupement ». L’ordre public est une notion imprécise, c’est ce que le juge décide ; et le trouble aussi est vague. Et il suffit que le trouble à l’ordre public soit « susceptible » pour que « l’attroupement » soit constitué (article 431-3 alinéa 1er du code pénal). Combien faut-il de personnes pour faire un rassemblement ? L’ancien décret du 26 juillet 1791 disait plus de quinze. Le seul fait de participer à un attroupement n’est pas une infraction. Sauf pour le porteur d’une arme : c’est alors punissable de trois ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende (article 431-5 alinéa 1er, dans la suite je ne précise plus le montant des amendes). La notion d’arme est très large, les juristes ayant élaboré le concept d’arme par destination. C’est un objet qui n’a pas la nature d’une arme. Ce n’est pas un pistolet, ce n’est pas un couteau ou un gourdin, c’est par exemple un vulgaire bâton, une barrière, un pavé ou une bague, mais cela devient une arme par l’usage que l’on en fait. Les armes peuvent être cachées, cela ne change rien. Et si à l’arme s’ajoute la dissimulation volontaire, ne serait-ce que de partie du visage (une capuche, un foulard qui dissimulerait le bas du visage, un masque ou des lunettes), la peine passe à cinq ans d’emprisonnement (article 431-5 alinéa 3 du code pénal).

 

2° Sédition

Après deux sommations de se disperser restées sans effet, le fait de continuer volontairement à participer à l’attroupement devient une infraction, cette fois même pour celui qui se présente à visage découvert et à mains nues. Il encourt un an d’emprisonnement (article 431-4 alinéa 1er du code pénal) ; mais s’il dissimule son visage : trois ans d’emprisonnement (article 431-4 alinéa 2 du code pénal) ; et s’il est porteur d’une arme : cinq ans d’emprisonnement (article 431-5 alinéa 2). On passe de l’attroupement à la sédition en trois étapes. L’autorité :

- 1° annonce sa présence en énonçant par haut-parleur les mots : « Obéissance à la loi. Dispersez-vous ! » ;

- 2° procède à une première sommation en énonçant par haut-parleur les mots : « Première sommation : on va faire usage de la force » ;

- 3° procède à une deuxième et dernière sommation en énonçant par haut-parleur les mots : « Dernière sommation : on va faire usage de la force. » Je rappelle la vieille formule de 1791 : « Obéissance à la loi ; on va faire usage de la force ; que les bons citoyens se retirent. » Et, précisait alors le texte, « le tambour battra un ban avant chaque sommation » (la loi du 10 avril 1831 avait ajouté la trompe).

 

3° Rébellion

Opposer en réunion (c’est-à-dire en groupe) une résistance violente à l’autorité, c’est une rébellion : trois ans (article 433-7 alinéa 2 du code pénal). Si la résistance est armée : dix ans (article 433-8 alinéa 2 du code pénal).

Jusqu’ici les peines étaient correctionnelles. La comparution immédiate était applicable. Avec le degré suivant nous passons aux peines criminelles et à la cour d’assises.

 

4° Insurrection

S’il y a violence collective de nature à mettre en péril les institutions de la République, c’est un « mouvement insurrectionnel ». Toute violence. Et il suffit qu’elle soit « de nature à », ce qui est très subjectif. Curieusement le seul fait d’y participer n’est pas puni. Mais les modes de participation sont détaillés. En voici quelques exemples (à ne pas suivre) : édifier une barricade (quinze ans), assurer la subsistance des insurgés (quinze ans), s’emparer d’armes en désarmant la force publique (vingt ans), diriger le mouvement insurrectionnel (perpétuité).

 

L’état de siège

 

J’en arrive aux réactions des Autorités. La première, la plus connue, c’est l’état d’urgence. Cela permet beaucoup de choses, notamment des mesures administratives comme l’internement sans procès. Mais le cap est franchi avec l’état de siège, car les pouvoirs de police et une partie de la juridiction passent à l’armée. Rappelons que le président de la République Emmanuel Macron est le chef des armées. L’état de siège peut être déclaré en cas de péril imminent résultant d’une insurrection armée. Là encore, tout le pouvoir appartient à ceux qui jugent qu’il y a péril imminent, qu’il y a insurrection et que celle-ci est « armée » (voir plus haut la notion d’arme). L’état de siège est décrété en Conseil des ministres (article 36 de la Constitution, donc Macron et le Premier ministre Édouard Philippe). Mais il ne peut être prorogé au-delà de douze jours que par autorisation du Parlement. Il faut donc l’accord du président, du Premier ministre et du Parlement. C’est encore trop contraignant pour le pouvoir. Le président de la République dispose de mieux. Nous allons y venir. Mais auparavant précisons que si l’insurrection finit par faire l’objet d’une reconnaissance internationale, ou même lorsqu’elle est reconnue comme puissance légitime par le pouvoir encore en place, on peut parler d’état de guerre. Cela se manifeste normalement par une partition du territoire, mais les modes actuels de relations internationales, notamment le recours au terrorisme international (voir l’agression dont la Syrie a fait l’objet, en particulier de la part des gouvernements français), rendent ces notions dépassées. En cas de renversement complet du pouvoir en place toutes les règles s’inversent, parce que la légalité change de camp, les insurgés d’hier sont les autorités du jour et les autorités d’hier sont les insurgés du jour.

 

Les pouvoirs exceptionnels du président de la République

 

Il peut toujours arriver à une Constitution de n’être plus appliquée. La Constitution de 1958 a elle-même prévu en son article 16 sa propre suspension. L’alinéa 1er de l’article 16 nous dit que c’est à deux conditions :

1° le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu ;

2° sont menacés d’une manière grave et immédiate, au choix :
- les institutions de la République ;
- l’indépendance de la Nation ;
- l’intégrité du territoire ;
- l’exécution des engagements internationaux.

C’est le Président de la République qui décide seul que les conditions sont réunies. Il y a tout juste une procédure d’instauration, mais rien ni personne ne peut faire obstacle à sa volonté. Il est simplement tenu de consulter officiellement quatre personnes : le Premier ministre Édouard Philippe, les présidents des Assemblées Gérard Larcher et Richard Ferrand ainsi que du Conseil constitutionnel Laurent Fabius. Mais il ne s’agit que d’une consultation, qui n’engage à rien. Le Parlement se réunit de plein droit et l’Assemblée nationale ne peut être dissoute pendant l’exercice des pouvoirs exceptionnels.

Tout le pouvoir est alors exercé par le président de la République. L’article 16 de la Constitution énonce qu’il peut prendre « les mesures exigées par les circonstances ». Par ailleurs l’alinéa 3 du même article nous précise que « ces mesures doivent être inspirées par la volonté d’assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d’accomplir leur mission ». Mais qui contrôle la bonne inspiration ? Personne. Le Conseil constitutionnel est simplement consulté (Valéry Giscard d’Estaing, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Michel Charasse, Claire Bazy-Malaurie, Nicole Maestracci, Jean-Jacques Hyest, Michel Pinault, Corinne Luquiens, Dominique Lottin). La Nation est informée de la prise des mesures par un message (un tweet ?). À aucun stade de la procédure il n’existe de contrepouvoir. Aucune garantie n’est prévue quant au contenu des mesures, ni aucun contrôle. C’est ce qui fait le caractère exceptionnel de ces pouvoirs. Le Président de la République est constitutionnellement promu dictateur (au sens juridique).

Après trente jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, le président du Sénat Gérard Larcher, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d’examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée. Mais quelle est la force de cet avis ? Nulle. Le président Macron peut se passer de l’avis favorable du Conseil constitutionnel.

Précisons que ces pouvoirs exceptionnels sont attribués au titulaire de la fonction, qui n’est pas forcément le président élu. En effet, les fonctions peuvent être exercées provisoirement par le président du Sénat Gérard Larcher ou, subsidiairement, par le Gouvernement (Édouard Philippe, Christophe Castaner, Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, etc.) Cela a lieu en cas de « vacance » de la présidence « pour quelque cause que ce soit », ou d’« empêchement ». L’empêchement est constaté par le Conseil constitutionnel saisi par le Gouvernement et statuant à la majorité absolue de ses membres. La Constitution ne précise pas ce qu’il faut comprendre par vacance ou par empêchement. Quoi qu’il en soit il s’agit d’une première limite opposable à un dictateur qui deviendrait un tyran. Il en est une autre.

 

La destitution

 

La destitution du président de la République est possible si l’on considère que nous sommes dans le cas d’un manquement aux devoirs d’un président de la République manifestement incompatible avec l’exercice d’un mandat. Mais cela suppose des parlementaires en nombre suffisant pour vouloir cette destitution et que le fonctionnement des assemblées reste possible. Sans entrer dans ce dernier détail (voir lois organiques), qui a son importance (surtout en cas de pouvoirs exceptionnels) voici les différents stades de la procédure depuis l’accusation jusqu’à la destitution.*

1. Une proposition motivée de résolution portant mise en accusation et tendant à la réunion de la Haute Cour est déposée par au moins 1/10ème des membres de l’une des assemblées parlementaires (Assemblée nationale ou Sénat) sur le bureau de leur assemblée.

2. Le Bureau communique sans délai la proposition au président de l’Assemblée, au président de la République et au Premier ministre.

3. Le Bureau vérifie que la proposition remplit les conditions et elle la transmet à la Commission permanente compétente en matière de lois constitutionnelles.

4. La Commission permanente examine la proposition et décide de l’adopter ou de la rejeter.

5. En cas de proposition adoptée, elle est inscrite à l’ordre du jour et un vote a lieu. Si la proposition recueille la majorité des deux tiers elle est transmise à l’autre assemblée.

6. Si l’autre assemblée vote pour la proposition à la majorité des deux tiers, celle-ci est adoptée.

7. Le Bureau de la Haute Cour, composé de vingt-deux membres, se réunit et travaille.

8. Une commission de douze vice-présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat recueille les informations nécessaires à la Haute Cour. Elle fait un rapport qui est distribué et rendu public.

9. Le Parlement (députés et sénateurs) est constitué en Haute Cour. Celle-ci est présidée par le président de l’Assemblée nationale. Les débats sont publics. Le vote a lieu à bulletin secret. La destitution prononcée à la majorité des deux tiers.

Dans les temps troubles il est commun que la tête de l’État se scinde en diverses entités. Nous pourrions par exemple avoir un président qui contesterait être empêché, contre le Président du Sénat, contre son Gouvernement et contre le Conseil constitutionnel. Dans le cas le plus clair l’assemblée parlementaire s’oppose au chef de l’exécutif. Ainsi en cas de pouvoirs exceptionnels et de destitution, en même temps.

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

Lutter en conscience avec Kontre Kulture :

 






Alerter

137 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2097058
    Le 8 décembre à 19:58 par Ami, entends-tu...
    Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

    La dernière conférence d’Etienne Chouard avec des GJ

    https://youtu.be/rPKZKvQzhik

    En route vers le New French Order !

     

    Répondre à ce message

  • #2097294

    Bonjour,
    Je trouve qu’il y a une impasse faite au sujet BCE sur la crise gilets jaunes / crise européenne.
    Il faudrait creuser de ce coté car la BCE a annoncé vouloir diminuer de moitié à partir de Décembre 2018 ses rachats de dettes souveraines.
    Le système bancaire est à cours et l’injection de liquidités ne fait pas l’économie réelle.
    Le krach n’est pas loin et les GJ devraient se cultiver à ce sujet.
    A savoir que nos véritables responsables sont ces prêtres malins de la BCE, de concert avec la FED. Le nouvel ordre mondial n’est pas un mythe ni un tabou mais existe déjà depuis longtemps.
    On devrait tous manifester non pas pour l’ISF, la CSG et ces conneries, mais contre ce système monétaire et pour la souveraineté intégrale, pacifique, pour le peuple et par le peuple.
    Merci E R de m’éclairer depuis 10 ans sur la politique, je me permets aujourd’hui d’apporter ma pierre.
    Faire le parallèle entre sionisme et cupidité bancaire est essentiel et devra délier les langues, de manière pacifique, à l’image de l’entité "égalité et réconciliation".
    Pierre

     

    Répondre à ce message

  • #2097534
    Le 9 décembre à 13:35 par Pierre hilaire
    Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

    Je suis gilet jaune. Aujpurd’hui et à jamais. En grande partie grâce à monsieur Alain Bonnet de Soral, par ses analyses, ses digressions et tout le reste m’a sauvé la vie et a fait de moi un homme.
    Ce n’est plus des manifestations, ou une émeute. Une révolution est en marche. A chacun de nois de porter la pierre a son édifice.
    Prend garde à toi Macron ! Tôt ou tard, on viendra te chercher !

     

    Répondre à ce message

  • #2097637

    ACTE 5

    - La place de LA CONCORDE, il faut aller à LA CONCORDE !
    (oubliez l’Etoile, les Champs et autres endroits sans intérêt où le pouvoir tend des souricières).

    De la CONCORDE, direction l’ELYSEE (qui est tout près) et l’ASSEMBLEE NATIONALE (qui est tout près aussi) !

    - 2ème endoit essentiel où se donner RDV : devant un gros média de masse TV ou radio.

     

    Répondre à ce message

    • #2098048
      Le 10 décembre à 02:02 par Tour de Gaulle d’Astérix
      Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

      "direction l’ELYSEE" : cela me parait idiot, voir manipulatoire, de continuer à focaliser les manifestants sur ce palais. Ils se sont déjà rendus tout près ; l’action était symboliquement très forte, tout comme la mobilisation sur les Champs et la place de l’Etoile. Percutante aussi l’expression de la colère populaire dans les quartiers huppés de la Capitale. Mais qu’apporterait aujourd’hui un siège anarchique de l’Elysée ?
      Urgent de "penser au delà" pour reprendre l’expression d’AS.

       
  • #2097672

    Quand t’as besoin de 89 000 mecs (armés et à qui tu files une prime) pour en défendre un seul qui se planque...on en est où ?

     

    Répondre à ce message

  • #2097810
    Le 9 décembre à 20:30 par jackandjack
    Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

    Quelqu un pourrait faire le taf ? D ou sort ce mouvement ? Pour le gouvernement russes qui a des services secret autrement plus compétent que les notres les gilets jaunes ne sont qu une revolution colorés de pluis, via Soros ou autres.
    Je ne parle évidemment pas des gens dans la rue mais d ou part ce mouvement ? facebook ? genre printemps arabe ou Maidan ?

     

    Répondre à ce message

    • #2097952

      Ce qui m’inquiète c’est qu’on ne parle pas de l’Europe, car le problème vient de là, de notre dépendance budgétaire à l’UE, et de fait de la BCE/banques privées.
      Les syndicats (tous pro UE et largement financés par l’UE) s’y mettent et on ne parle que d’augmentation du salaire de base, de l’ISF, de la CSG...
      Le risque est qu’on fasse encore des bricolages sans jamais encore oser parler des crimes financiers.
      Le mouvement est réellement populaire selon moi, mais avec un risque de récupération, c’est pour cela qu’il faudra délier les langues au sujet :
      > des crimes financiers qui plongent les populations dans la pauvreté
      > de la dette perpétuelle qu’on ne pourra jamais rembourser
      > de la crise monétaire et des milliards crées pour sauver les banques qui n’ont servi à rien
      > de la recherche française dans le domaine énergétique
      > de la vie à crédit, ce modèle que les français ne veulent plus
      > du financement des syndicats par l’argent publlic
      > du modèle de démocratie européen absolument pas représentatif
      > des arguments vantant l’immigration imposée et de la "pipeau solidarité"
      > de la géopolitique au proche et moyen Orient (vente d’armes, pétrole, lobbies étrangers, guerres)

      Pierre

       
    • #2097998

      Peut-être mais la France c’est le pays du Roman de Renard, la ruse ça nous connaît.

       
    • #2098195
      Le 10 décembre à 09:49 par tatiebaba
      Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

      Je m’interroge sur l’origine de ce mouvement et sur l’attitude de macron depuis le début de sa ""présidence""" et depuis le début de cette ""crise""...Ou il est réellement stupide, ou tout est bien calculé et provoqué. Attali et soros peut-être ...De plus macron est en train de signer ou de faire signer le pacte mondial de migration au Maroc et si le pouvoir n’est pas rapidement pris par un vrai patriote (en existe t"t’il ?) et que ce patriote n’ accuse pas macron de haute trahison(même si sarkozy a annulé ce chef d’accusation ) et ne déclare pas donc que sa signature n’a aucune légitimité et que cet accord est refusé par la France...Si cela n’arrive pas j’ai le sentiment que nous sommes cuits. Je suis très étonnée que les quelques politiques qui ont parlé publiquement du danger de ce pacte en parle plutôt calmement et continue leur petit train train...Ne peuvent -ils pas s’unir et destituer macron qui est en train d’engager notre pays alors qu’il est plus que contesté par les Français ! Quel droit a t il d’engager la France à l’extérieur dans ces conditions ?

       
  • #2098046
    Le 10 décembre à 01:51 par Avocat commis d’office
    Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

    On aurait pu résumer tout ça par :
    Si le pouvoir a peur, la loi lui accorde le droit à une férocité illimité.
    Mais sous le contrôle a posteriori des juges ... qu’il a lui-même nommés.

    C’est plus rapide que 5 ans d’études !

     

    Répondre à ce message

  • #2098128
    Le 10 décembre à 08:24 par Tatiebaba
    Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

    Je suis très perplexe au sujet de ce mouvement. Est-il aussi spontané que cela ? Macron est en train de signer ou de faire signer le pacte mondial de migration au Maroc et si le pouvoir n’est pas rapidement pris par un vrai patriote (en existe t"t’il ?) et que ce patriote n’ accuse pas macron de haute trahison(même si sarkozy a annulé ce chef d’accusation ) et ne déclare pas donc que sa signature n’a aucune légitimité et que cet accord est refusé par la France...Si cela n’arrive pas j’ai le sentiment que nous sommes cuits. Je suis très étonnée que les quelques politiques qui ont parlé publiquement du danger de ce pacte en parle plutôt calmement et continue leur petit train train...Ne peuvent -ils pas s’unir et destituer macron qui est en train d’engager notre pays alors qu’il est plus que contesté par les Français ! Quel droit a t il d’engager la France à l’extérieur dans ces conditions ? Y a t il un pilote dans cet avion fou ?

     

    Répondre à ce message

    • #2098372
      Le 10 décembre à 12:26 par L’éGéjie
      Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

      C’est ça qui est bon, qu’on arrive à détourner une révolution colorée de ses buts.
      Pour ça, ne plus suivre aucune consigne, porter le gilet au quotidien (pour ceux qui veulent) et parler entre nous, basta

       
  • #2098231

    Bonjour à tous, je suis sûre que " ces gilets jaunes" étaient un coup d’État venu de l’Otan ! Ce mouvement sera vite reparti aussi vite qu’il est venu ! Comment on a pu croire une mascarade pareil ! Le fameux Christophe je ne sais plus comment là... avaient des étranges connaissances chez qui vous savez... ou pas. Les révolutions colorées se passent en général dans les pays pauvres et sont tout le temps fomenté par l’OTAN. Regardez ce qu’on y trouve en premier, la première revendication est " l’essence" trop cher, ensuite vient Trump et ses " piques" contre les signatures du climat qui est contre, Trump, vos faites ce que vous voulez, mais c’était bel et bien un coup d’État ! une tentative en plus menée par un général français !

     

    Répondre à ce message

  • #2098358
    Le 10 décembre à 12:15 par L’eGéJie
    Alain Soral – Gilets jaunes, suite : penser samedi et au-delà

    À mon avis, faire tomber Macron maintenant est une aberration voire même un leurre de leur part. Monter à Paris idem !

    Les GJ ont gagné quoi pour l’instant ? De la visibilité et un élant populaire. Un uniforme. Le peuple qui se reparle et les vrais questions soulevées. Le fait aussi que les partis politiques n’arrivent pas à récupérer l’histoire.

    Super idée que de se faire détruire, ficher, emprisonner maintenant, en allant se rassembler comme des moutons là où l’ennemi est fort. Car il est clair que le rapport de force reste défavorable ! En face, ce sont des professionnels de la guerre et nous voulons la Paix non ?
    Alors laissons Paris aux racailles de tout bord. Laissons les s’entre dévorer pour le morceau de barbaque insipide qu’est devenu Parisodome.
    Laissons leur cette merde et organisons nos troupes dans un endroit où l’on ne risque pas de prendre des coups et de se faire récupérer par assimilation avec des gochos, fachos, racailles...
    je propose Gergovie, haut lieu symbolique.
    pas de revendications mais une organisation du mouvement. Créer des résaux d’entraide, échanger des coordonnées et des idées Une fête ! Nous avons besoin de faire la fête pour reprendre des forces et nous reconnaitre, pas de prendre des coups !
    Le mouvement est venu et se développe par face book, ce qui signifie que l’ennemie nous connais mieux que nous nous connaissons nous même !
    rencontrons nous pour construire et ne leur demandons plus rien...
    Je ne suis pas un GJ. Je porte un GJ !
    Tous les jours, dès que je sors, je le porte. À pieds, à la poste, au marché... Et je suis le seul. Mais j’apprends plus (et plus vrai) comme ça que dans les médias. Chaque regard et chaque conversation m’en apprend. Et je crois que nous avons ajd plus besoin de vrais infos (entre nous, on se fout des leurs) que de nous faire matraquer par plus fort que nous !?
    nous en sommes à l’heure où nous devons conquerir les coeurs et rassurer ceux qui ont peur de perdre (maison, travail, argent...). Nous ne passerons pas sans l’aide de ceux qui possèdent un peu et qui ont peur de le perdre. Ça doit passer par des réseaux de solidarités et de la pédagogies. Porter le gilet au quotidien et être irréprochable...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents