Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Art contemporain : la Cité de Carcassonne recouverte de "cercles concentriques excentriques"...

Sur notre site internet, les articles consacrés à l’œuvre ont été le plus partagés par les lecteurs et internautes. Sur la page Facebook de « L’Indépendant Carcassonne » également, les commentaires n’ont jamais été aussi nombreux  : on en compte plus de mille.

 

 

Une pétition a été lancée par les antis. Mercredi après-midi, elle réunissait 1 015 signatures adressées à Gérard Larrat. « Affreux, honteux. Il n’y a pas de mots  », «  Même pas le respect des monuments nationaux, de plus payé par nos impôts  ! », « Quelle image auront les touristes, si ce n’est celle d’un gilet jaune fluorescent », « Quelqu’un vient de cracher sur 2 000 ans d’histoire », « Avec l’argent du contribuable, il y a d autres choses à faire que des bandes jaunes sur la Cité  ! », « Quand je pense que les bâtiments ont refusé l implantation d un manège pour enfants sur le jardin du Prado  »... sont encore parmi les commentaires les moins violents.

Lire la suite de l’article sur lindependant.fr

Lutter contre la dégénérescence de l’art avec Kontre Kulture :

 

L’Art contemporain, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

106 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Dés que la gauche touche quelques chose, l’économie, le social, le sociétal et maintenant l’art... elle le détruit c’est affligeant.
    Pour moi ils font exprès c’est de la pure provocation. Ces artistes et ces politiques ont des vies de chiotte et ils s’efforcent donc par jalousie de gâcher celle de leurs semblables.
    Combien cela va t-il coûter au contribuable pour nettoyer ces horreurs ?
    A vomir.

     

  • Expression concentrique d’un vomi de l’auteur ? Il feraient mieux de projeter des images d’un chiotte, comme cela la réelle symbolique de l’oeuvre serait plus perceptible par le profane.

    Les élus qui ont porté le projet devraient tous être peints en jaune. La couleur du traître, cette fois au bon goût.

    Enfin, je me demandais comment on pourrait se débarrasser des colonnes de Buren qui dégradent aussi. Elles sont aussi jaunies par la pisse des chiens qui viennent contribuer à leur manière à la grande oeuvre du maître. Je pense que Conseil Municipale de Carcassonne pourrait se porter acquéreur. L’Euro symbolique suffira.

     

  • " Liberté, Egalité, Fraternité " ? Non . " Infantilisme, Sionisme, Féminisme " .


  • Dans le château de Guillaume le Conquérant à Caen, il y a plusieurs mois je crois, il y avait de très grandes guirlandes faites de t-shirts accrochées au-dessus du portail. (c’était l’œuvre d’une "artiste contemporaine"). C’était tout simplement AFFREUX.


  • C’est de "L’art démagogique" dans la mesure où n’importe qui pouvant en faire autant, n’importe quel plouc va se prendre pour un "artiste" .


  • Pour les antisémites (dont je dois être puisque postant ici), l’œuvre montre un décalé rappelant le sigle « SS ». Dommage que les couleurs ne soient pas rouge/blanc/noir, autrement c’est ça. Quenelle artistique ou simple sous-entendu ? Pourvu que les officines ne lisent pas mon commentaire..
    Chapeau les artistes !


  • #1949715

    Avant tout, comprendre qu’attaquer ce genre de conneries avec des
    - "j’aime pas"
    - "c’est pas beau"
    - "c’est pas de l’Art"
    c’est surtout faire le jeu de ces enfoirés, qui n’attendent que ça.

     

    • Vous rigolez, c’est justement parce qu’il n’y a pas assez de gens qui disent quelque chose que ces saletés prolifèrent.


    • C’est d’ailleurs le plus lassant. Tu peux dire ce que tu veux, tu as perdu, tu as donné de l’attention à un enfant qui fait le con, en esperant ça en retour.


    • #1949941

      "’il n’y a pas assez de gens qui disent quelque chose"

      Face à des professionnels de l’embrouille, on ne vient pas plaider ses petites émotions, ses goûts personnels, et la quantité ne fait pas la qualité.
      "quelque chose" : tu vas aller loin, avec ton armée d’esthéticiennes, "quelque part"...

      Heureusement, je lis aussi ici des commentaires bien argumentés sur le fond, au-delà des petites querelles "mes goûts ils sont plusse mieux que les tiens".


    • Ah bon et qu’est-ce qu’il faut faire d’autre ? J’ai l’impression qu’on ne le saura jamais...


    • @Palm Beach Post : "Cult !" Et vous voulez qu’ils disent quoi ? que cela relève des plus belles fresques de Michel-Ange ? c’est à cause de cette tolérance silencieuse pour la merde que le niveau tant artistique que politique s’effondre dans notre pays. Appelons un chat un chat, et disons clairement que se qu’ils font c’est de la daube, c’est avec la critique que l’on s’améliore.


  • #1949722

    L’ "art" contemporain dépare et profane les édifices afin de déconstruire la sacralité historique et mémorielle qui fonde notre identité. Ce biz’art contemporain est l’adjuvent du nouvel ordre censé bouleverser nos représentations du Beau et, par extension, du Bien. Le Conseil Municipal qui a voté pareille abomination esthétique, donc éthique, témoigne ainsi de son adhésion pleine et entière au programme de destruction du lien charnel entre l’être et sa terre, par le truchement d’une désacralisation de l’esprit du lieu.


  • Un genre de Land Art, subventionné, en vue d’actions touristiques. Sinon c’est également la religiosité foireuse de la gauche culturelle qui s’affiche : éducation du peuple, rapport à l’histoire etc. Par ces signes les salariés de la culture imposent leur prédation.
    Bref, de la m... comme d’hab’

     

    • La gauche culturelle opère toujours ce double mouvement : s’investire d’un rôle glorieux (éduquer, créer, inover etc.) Et dans le même temps trahir. Il n’y a pas plus barbare que de se servir du gigantisme... C’était dans les temps anciens le rôle du veau d’or promené devant les masses païennes.
      Depuis quelques années, l’ensemble du clergé culturel français s’est converti à ce procédé. Le colossal éléphant nantais, les géants de Royal de Luxe sont des armes de sidération sans parole. Des machineries énormes sont en cours de fabrication à Toulouse. Sur le thème de l’histoire de l’Aéropostale...
      Une démarche d’attraction de fête Forraine avec tout le côté snob-servile d’une congrégation de fonctionnaires snobs. Voilà à quoi nous seront soumis, ville par ville.


  • Bientôt le château de Versailles peinturluré lui aussi ? Dans moins de 10 ans ce sera fait au train où vont les choses.

     

  • C’est tout simplement l’un de leurs nombreux moyens pour nous piquer du pognon,facilement et en nous faisant un bras d’honneur,un enfant de 5 ans réaliserait la même merde,et encore c’est manqué de respect à la merde de dire ça.


  • C’est à chier ! Toujours comme avec Hyber et sa balançoire et Bustamante : où est le TALENT et l’INTELLECT ?
    Le concept dans tout ça..... aucun.
    Aucune patte artistique, même pas subversif...
    Je repense également votre article sur l’exposition pédophile de lesbiennes à Saint-Étienne sans parler de la biennale d’art "COMPTANT POUR RIEN" de Lyon 2017 une merde monumentale au risque de me répéter.
    Ses imposteurs feraient mieux de se terrer ou retourner aux beaux arts si tant est que leur cerveau soit fonctionnel et réceptif.
    Franchement la France est au degré 0 même pire et ses pseudoartistes en sont une partie du reflet.u

     

    • #1949948

      "Ses imposteurs feraient mieux de se terrer ou retourner aux beaux arts"

      Les "beaux arts", c’est justement de là qu’ils viennent, généralement...

      Le label "beaux arts" a fait long feu.

      - Le temps historique est découpé en trois périodes :

      Le passé qui désigne ce qui n’est plus, avant le présent.
      Le présent qui désigne la limite entre le passé qui n’est plus, et le futur qui n’est pas encore.
      Le futur qui désigne ce qui n’est pas encore, après le présent.

      Dans certaines religions ou croyances, le futur, projet ou dessein d’une force surnaturelle, peut déterminer le présent ; cependant, le principe de causalité affirme que l’effet ne peut précéder la cause. Ce principe donne une définition implicite du temps : le temps est l’ordre de l’enchaînement des causes et des effets.

      Dans le cas carcassonnien qui nous occupe, c’est une prise d’otage spectaculaire du passé et de ses traditions, qu’elle ne souhaite pas perpétuer, mais simplement parasiter afin de brièvement se faire voir.
      C’est le constat visuel d’une rupture, qui est aussi un échec, une impasse existentielle.
      D’ailleurs, ça ressemble à un SOS, leur truc...


  • Des cercles concentriques, ça fait comme une cible, non ?

    On devrait planter au milieu la grosse fléchette verte qu’on avait installée place Vendôme il y a quelques mois, vous voyez de quoi je parle.
    C’est bien conceptuel le recyclage...

    Ce qu’il me plairait de savoir, c’est combien de $$$ on fout en l’air pour ça.
    Une idée, ou une info ?


  • L ’ art contemporain n ’est qu ’un faux art parasite ; vide d ’ expressions et de formes , incapable d ’exister par lui même , il se greffe sur le vrai art et les grands monuments des époques porteuses d ’un grand art pour tenter vainement de briller d ’un éclat emprunté .Rien ne prouve mieux son néant et l ’incapacité de notre "civilisation de vulgarité égalitaire de produire un art quelconque : l ’art est élitiste .

     

    • L’art est populaire ou n’est pas. L’art populaire, c’est l’artisanat, l’âme d’un peuple. L’art bourgeois, c’est l’expression d’un ego que les usuriers bien connus ont décidé de commercialiser ... La beauté est dans les yeux de celui qui regarde, mais pas pour eux, non. Elle est là où ils veulent qu’elle soit. Et tu dois payer pour la voir là ...


  • En art contemporain, c’est la démarche qui est intéressante, la réalisation pas du tout, il doit forcément être passager, comme une éphéméride. Il y avait un artiste qui publiait des photos de cadavres, je ne me rappelle plus son nom, un photographe je crois. Il a dû inspirer Maud Flässler.

     

    • Je ne suis pas d’accord "la démarche qui est intéressante la réalisation pas du tout".
      Les 2 la démarche/ le concept et la réalisation.
      J’ai vu l’exposition Our Body "à corps ouvert" interdite en France suite à polémique merdiatique et politique, corps de chinois avec plastination (polymère de silicone) : je n’ai pas été choquée mon côté scientifique j’ai trouvé l’expo hyperintéressante et j’ai même vu le côté artistique.
      La réalisation dans toute oeuvre artistique quelle qu’elle soit contemporaine ou non est primordiale.
      La démarche de la balançoire Hyber c’est quoi ??!! L’exposition de peintures pédophiles c’est quoi le concept la démarche si vous excluez la réalisation....
      Un artiste doit posséder du talent et interpeller son public intellectuellement quand vous regardez une oeuvre de Dali Keith Haring Picasso Foujita etc il y a une patte artistique que l’on aime ou pas, il y a un talent indéniable. L’oeuvre la réalisation est primordiale.


    • Sous prétexte d un certain talent. On se doit d avaler n importe quoi, définissez moi le talent car pour le coup je n en vois pas


  • Cette oeuvre est un double échec :

    Vis à vis de l’Art, car c’est moche et inutile.
    Vis à vis du lard moderne, vecteur d’évasion fiscale, car les murs de Carcassonne ne risquent pas de bouger.

    L’"artiste" sera donc condamné à rien du tout, et ses commanditaires au goudron et aux plumes.

     

    • Au contraire, c’est un triomphe, elle enlaidit l’histoire française, tout en annihilant son importance et sa signification : les constructions de nos ancêtres et prédécesseurs deviennent un simple support sur lequel ils (nos occupants) autorisent les autruches à leurs bottes à venir étaler leur merde, et plus cette merde est crasse, plus le coup aura de portée.

      Si les français qui ont encore un peu de jugeote réagissent, ceux qui dorment toujours goberont fatalement le message suivant : votre Histoire ne signifie plus rien et vous ne signifiez plus rien non plus, nous faisons exactement tout ce que nous voulons de vous car c’est nous qui avons le pouvoir, et nous pouvons même, si nous le voulons et quand nous le souhaitons, vous pisser dessus.

      On pourrait donc conclure qu’il s’agit non d’une oeuvre d’art mais d’une oeuvre d’humiliation, visant à maintenir la relation dominant-dominé, et, bien évidemment, à nous affaiblir encore un peu plus, en ridiculisant notre passé et nos ancêtres (donc notre pays, notre culture et nous mêmes) ainsi que notre capacité à nous défendre. Nous ne sommes pas ici dans la création esthétique mais bien dans le rapport de force politique.


  • Il est temps que tout le monde réalise une bonne fois que l’art contemporain c’est de la "merde", destinée à faire du fric par des auteurs gauchistes à l’esprit fumeux, et abêtir une fois encore les peuples, en les cassant de leurs racine.

    Il va être temps aussi de renverser la vapeur et de se défaire de cette hyper classe qui pourrit et détruit tout pour se faire de l’argent.


  • C’est quand même pas très futé, peut être que la réel œuvre la dedans se résumeras à l’absence de profondeurs que nous ressentons tous en voyant ce vulgaire tague.

    Quand je penses aux pauvres gars qui devront gratter la pierre pendant des heures au Soleil pour nettoyer cette obscénité, au gars qui devront repasser derrière pour restaurer les dégâts. Quand je penses aux nombres de pseudo innocent de l’administration qui recevront la grogne général et diront "vous savez j’ai des ordres, c’est pas moi qui ai décidé, je suis d’accord avec vous".
    Je me dis que la conséquence réel de cette œuvre sera du chaos sociale.

    Mais le problème c’est que partout ou on regarde on vois des fausse œuvres d’art qui ne nous inspire que du dégout et de l’incompréhension. Donc le message est claire, on connais l’objectif de tout cela.


  • J’espère que les touristes vont arrêter de visiter le monument le temps que ces saloperies soient retirées.

    Les cons, ça ose tout, mais faut quand même pas trop toucher à leur portefeuille...


  • #1949876

    Le type qui a commis ce délit est un immigré de plus qui nous crache ouvertement au visage, Eric Sinatora.
    La différence tient uniquement dans la taille du tag, sinon, ils sont tous de gauche et se croient partout chez eux.
    Va falloir que ça change.


  • Pour entrer aux Beaux Arts, généralement il faut être gauchiste, sinon il faut être autodidacte.

     

    • Quand on voit ce genre d’ "oeuvre" à caractère monumental imposée dans l’espace public par les municipalités ou l’etat, on peut se poser la question : à qui profite le crime ? Ce genre d’oeuvre dont l’artiste est censé être le propriétaire, bien que payées par nous donne lieu à litiges, indemnités, et pourquoi pas, retrocommissions...


  • Je ne vois absolument pas en quoi projeter de la lumière sur un monument historique aurait quoi que ce soit de choquant.

     

  • Aude de Kerros a tout dit, quand elle dit : L’art contemporain ou l’absence d’art .

     

  • La cité de Carcassonne fut le centre du pouvoir des comtes de Carcassonne puis de la célèbre famille Trencavel au XIIe siècle ; elle devient, suite à la croisade des Albigeois (1209-1229) où les forces royales s’emparent de Carcassonne, accusée de complicité avec les Cathares, une place forte royale gouvernée par un sénéchal.
    C’est l’âme cathare qui est visée, pôle d’une farouche résistance. La souiller, c’est nous diminuer notamment tout le sud-ouest.

    Comprendre que « nos » conflits sur Terre se déroulent soit concomitamment, soit en désynchronie au .... Ciel !

    Souiller sur la Terre, c’est l’œuvre de la Bête de la Terre, à savoir enfoncer un clou concret, signe de haine envers les gnostiques et au travers d’eux ....... Jésus, bien évidemment, lequel règne en fait déjà sur la France en pleine tempête : le Roi est nu mais bien Vivant ! La cabale le sait.

    Surtout pas que l’Élu de Peuple l’accueille en son cœur : ils avilissent tous les domaines.

    Ils doivent faire table rase du passé chrétien historique et spirituel de la France. ça fait tache tous ces monuments, ces églises, ces cathédrales, Mont St Michel, Chartres. Alors l’hainemi les ravale au rang d’objets d’art, puis en lieux de concerts, d’expositions, tolère ou banalise l’entrée des femen, les vols, qu’ils ne redeviennent des lieux surnaturels de culte !

    Comme la Bête de la mer est ce surgeon de pape franç(ois), pièce rapportée et non élu divin de l’Église par le sacrement. Il leur faut transmettre le pouvoir spirituel confié à Rome vers Jérusalem pour enfin réjouir la synagogue ..... du Satan, lequel veut devenir maître du monde au travers de son peuple, je dirai son armée !

    La cité de Carcassonne est emblématique de la France royale puisqu’au Ciel, elle règne déjà dans la Jérusalem céleste d’où la jalousie féroce et implacable de la franc-maçonnerie, des innommables, des protestants et Cie, armées rebelles au NOM divin (au Shem d’où sémite) pour que le leur de NOM règne. (?)

    Les cathares sont allés au bûcher en chantant la Gloire de Jésus, il agissent au Ciel. Ils le savent. L’archange Saint-Michel est aussi en lisse. Pas pour rien que l’actuel président du Conseil constitutionnel, ex-ministre du bon boulot soit allé y faire une visite le 31 oct. 2014 !

    Souiller la cité de Carcassonne par des rayures , c’est diaboliquement la rayer de la carte, comme les tenues vestimentaires à rayures des déportés.

    C’EST SIGNÉ !

     

    • Dites-vous bien, Noel, que le temps, le vent et l’oxygene se chargeront de la disparition de cette cite avec bien plus d’efficacite que ces "rayures jaunes".


    • Tetar 1er, je suis désolé mais je ne comprends mais alors RIEN à votre message. Si le fait d’ajouter une langue à la Joconde n’a rien d’artistique parce que purement dans l’effet visuel, alors en quoi la Joconde aurait-elle quoi que ce soit d’artistique ? Le visuel n’est pas beau en soi, c’est l’apport d’une pensée qui le rend beau ? Par contre la valorisation de l’espace c’est ça le beau ? Et la valorisation de l’espace c’est sa perspective ? Si je comprends bien hein. Vous irez maintenant m’expliquer en quoi l’espace et la perspective ça n’est pas une affaire d’oeil... La muraille de Chine met elle aussi le manant sous hypnose, non ? Saloperie de création contemporaine !
      J’ai l’impression que vous mélangez beaucoup de choses un peu n’importe comment, en tout cas je n’y vois pas clair. Et puis, ces anamorphoses, quand on accepte, comme un enfant, de s’amuser avec, il suffit de se décaler pour reprendre en plein oeil l’ouverture de l’espace, et redécouvrir toute sa profondeur. Ca fait partie aussi de l’effet recherché. Oui, l’art ce n’est plus peindre le Christ en croix, et ce n’est pas un drame. Parce que ca n’aurait tout simplement aucun intérêt de peindre comme à la renaissance. Allez au Louvre, vous aurez votre dose.
      Maintenant, que vous veniez ajouter l’insulte à l’insulte et me dire qu’en gros c’est un oeil mort parce que connecté à un cerveau flétri qui me fait apprécier, plus qu’un Pif Gadget, une anamorphose à la Varini, je sais pas trop comment le prendre. C’est fou comme on fait jouer, à ces gens de la scène de l’art contemporain, le rôle de la police de l’art, des fachos du bon goût, quand il ne s’est jamais trouvé autour de moi que des critiques de ces formes d’art un peu différentes pour me hurler au nez. Mais de galeriste ou d’artiste hautain qui traite les gens de cons, je n’en ai jamais rencontré - sauf, encore une fois, chez les tenants de la peinture académique et les galeristes de bords de mer.


    • Le charme des vieilles maisons ou on a passe son enfance, j’en connais un bout ! La ferme en Bretagne et sa cheminee, c’est grave ici jusqu’a la fin. Elle part contre aura fait moins long feu que moi, puisque passant devant l’an passe 30 ans plus tard par curiosite, je n’y trouvais plus qu’un truc a moitie effondre et enfoui sous des hautes herbes. Meme Varini fait moins fort ; ).
      Connaissez-vous le magnifique film "The swimmer" ?


    • @Damien Faut vraiment être con pour comparer la muraille de Chine à une œuvre d’art contemporain.


  • Ayé ça hurle au loup pour de la peinture... Faut pas dessiner ceci, faut pas dessiner cela... c’est des dessins, hein, personne n’en mourra. Pour info, puisque rien n’est dit dans l’article, ce sont des oeuvres de Felice Varini, qui s’amuse à plaquer ses parfois très impressionnantes anamorphoses un peu partout où il peut et où ça rend bien. La technique date du XVe, souvent pratiquée à petites dimensions, à ma connaissance elle n’a rendu personne malade, n’a jamais fait baisser l’activité touristique, et pour ceux qui savent l’apprécier a justement quelque chose de très étrange, voire, osons le mot, de spirituel. Les oeuvres sur monument c’est pas non plus très nouveau, hein, pour de l’art contemporain. Regardez les vitraux...
    Et puis pour le coup c’est éphémère, aucune foudre ne s’abattra sur personne, pas de panique.

     

    • "osons le mot.."
      ça pour oser, tu oses !

      ça doit être ça, l’humour de gauche.
      Et effectivement ce n’est pas drôle.


    • « C’est des dessins, hein » t’as qu’à dessiner des croix gammées sur les façades de tes voisins juste pour voir...

      « personne n’en mourra » tu sais peut être pas qu’il y a plein de gens qui sont morts pour des dessins, pense à Cabu...

      « à ma connaissance » est ce que ta connaissance est grande ?

      « souvent pratiquée à petites dimensions » si tu jettes un bâtonnet dans les WC, c’est pas bien grave, si t’en jettes des milliards, tu te retrouves avec le continent de plastique, tout est question d’échelle.

      « Regardez les vitraux... » Les vitraux racontent l’histoire de la chrétienté, que racontent tes cercles concentriques ?

      Sans vouloir être méchant, tu me parais « osons le mot, de » benêt devant l’éternel...


    • Franchement, je peux tomber en extase devant certains vitraux, ressentir une émotion très forte, j’adore Carcassonne, à chaque fois que j’y suis allée, j’étais émue, mais Felice Varini ne m’inspire pas, c’est sans doute un artiste contemporain mais j’ai vu mieux, il y a même des tagueurs non officiels qui sont des artistes dans l’âme, là je cherche le concept autant que l’esthétisme.


    • Merci pour les reponses. Je pensais que quelqu’un allait parler d’anamorphose, de l’artiste en question, du lien entre le XVe, la perspective, la profondeur dans un tableau et le sentiment religieux, mais non. Tant pis. Pour le coup de la croix gammee, merci, il parait qu’il y en a qui sont assassines pour avoir dessine un prophete.
      Ca releve quand meme d’une conception etriquee du sentiment religieux toutes ces remarques. On a l’impression que beaucoup de gens sont incapables de ressentir un truc si ce qu’il ont devant les yeux n’est pas une illustration litterale de la Bible. Et qu’ils en font un critere d’emotion universel, et que n’importe qui qui aurait le malheur de trouver touchant autre chose est bobo gaucho islamo machin. C’est fatigant a la fin. Bien sur, les pamoisons bourgeoises aussi sont horripilantes, mais l’inverse ne vaut pas mieux.
      Mais peut-etre n’etes-vous pas encore alles voir ce qu’etait une anamorphose et qui etait Vareli. Ce qui serait quand meme le minimum.


    • Vous avez bien appris votre leçon ?


    • Erratum : je parlais bien sur de Varini.
      Pour revenir a cette histoire de spiritualite, il y a quelque chose de profondement blessant a se faire inutilement traiter de tous les noms des qu’on trouve une chose belle. Le besoin de definir une beaute indiscutable et qui serait la meme pour tous, trahit, je trouve, un manque de confiance dans son jugement ou dans son ressenti qui, personnellement, me fait un peu peur. C’est aussi les memes personnes qui reviennent inlassablement parler de morale, a tout bout de champ et pour tout, ne mouillant jamais la chemise dans des relexions plus personnelles. C’est dommage, ce besoin de se raccrocher a des sortes de loi eternelles et de refuser l’ephemere. Ca serait pourtant plus catholique... Dans un sens, ces oeuvres sont plus chretiennes que tout ce qu’on peut en dire de mechant.
      Et puis comme dit Godard pour le cinema "Ce n’est pas un film juste, c’est juste un film".


    • Ecoute, Damien : c’est affreux. La couleur est vomitive, c’est comme laisser sa diarrhée sur les murs. On sent (olfactif) que l’auteur de cet épandange cherche à se faire remarquer, puisqu’en tant qu’artiste, il n’existe pas. Les formes sont idiotes, sans aucun rapport avec le support. Enfin c’est une sorte de crachat, ce truc, sur l’histoire de Carcassonne et de tous les Français.
      Voici des anamorphoses, en effet intéressantes. https://happyusbook.com/felice-vari....
      Dans le genre retouche constructive et permissible sur monuments réels, il y a les sons et lumière, parfaitement éphémères, esthétiques et tout à fait suffisants au bonheur de l’amateur d’art.
      Personne n’empêche un créateur de refaire un monument à sa guise, chez lui, en privé, sur sa toile, en maquette. Quant aux monuments réels, pas touche please, sauf pour les restaurer.
      Mets-toi dans la tête qu’on ne fait pas pipi sur les murs de la maison de grand-père, que les monuments historiques sont classés, qu’ils ne sont pas la propriété des oligarques, et qu’on ne peut y toucher. C’est partout la coutume.
      Et partout est considéré comme irrespectueux voire criminel, en tout cas passible d’amende, le graffiti ou autre outrage sur les édifications des ancêtres.
      On commence par des projections de peinture moche, on finit par des explosions à la daesh.


    • Pour info, j’ai regardé les oeuvres de votre artiste avant de répondre.


    • De plus quand on sait le bordel qu’ils font quand un monument est classé monument historique, via le voisinage et les normes, c’est un peu comique de voir cela.


    • je-reve, merci pour votre commentaire et le tutoiement, que je prends comme une tape amicale mais qui a quand meme un desagreable petit arriere-gout de paternalisme. Mais c’est le soir pour moi et la fatigue me fait voir du mal la ou il n’y en a pas.
      Votre commentaire tombe exactement dans le genre d’ecueils tristes que je cherche a tout prix, personnellement, a eviter. C’est dommage, encore une fois, de se faire insulter a trouver quelque chose de beau. Ne pas etre capable, non pas d’etre touche, mais de faire cet effort minime de saisir pourquoi le voisin, lui, ca le touche, en evitant de le fourrer d’office dans la case bobo-machin, c’est une tare, vraiment.
      Et puis Daesh, ce que ca vient faire la, je ne suis pas certain de bien comprendre.
      Que l’artiste soit inexistant et essaie au contraire de faire exister un espace autrement que de la facon dont il est habituellement percu, sans le blesser, ephemerement, avec une economie de moyens que ne permettent pas les souvent criards et inutilement sophistiques sons et lumieres que vous semblez aimer, je ne vois pas de meilleure lecon de modestie. Connaissant un peu l’artiste en question, je peux aussi vous assurer qu’il est loin de l’archetype du bobo que beaucoup ici appellent a l’aide pour etayer leur propos.
      Le truc n’est pas complique : il s’agit par un jeu de couleurs criardes sans lesquelles l’effet serait nul et de point de vue de donner l’impression a l’oeil et au cerveau et a l’esprit que l’enorme espace qu’il a devant lui est parfaitement plat. La sensation que ca procure est, je peux vous le dire pour avoir vu d’autres de ses installations, tres etrange, et aucun sons et lumieres n’y parviendrait aussi bien.


    • Justement, depuis quand une simple anamorphose revendique-t-elle le statut d’œuvre d’art ? Quand j’étais gosse on en trouvait dans Pif Gadget, et c’était certes très instructif pour les mômes, mais de là à parler d’art...

      Personnellement j’ai bien du mal à voir où se trouve le talent là-dedans !


    • L’anamorphose ne date pas de Pif Gadget, mais du XVe siècle, et impliquait d’abord en peinture toute une remise en cause dans la façon de concevoir l’espace dans un tableau. Pour la peinture religieuse, puisque de toute façons il n’y avait presque que ça, ça voulait dire beaucoup. Toute la classe et l’humour (oui l’art c’est aussi une forme de sourire, pas seulement entrer en pâmoison) de Varini c’est de faire ça à de très grandes dimensions - et ce faisant d’en ramener le côté effectivement spirituel, complètement mis de côté par l’aspect sympa-rigolo que ça a fini par prendre. Si Pif en a fait pour vous (et pour moi) quelque chose de ludique, Varini en fait quelque chose de plus grand et prenant. Et c’est certainement pas la photo de l’article qui permet de le ressentir. Quelque chose me dit que Varini lui-même dirait qu’effectivement, il ne fait rien de plus que ce que faisait Pif Gadget, et il dirait ça en toute modestie et le plus naturellement du monde. Qu’autour il se trouve des bobos ou des politiciens pour récupérer le truc et pleurer d’extase à la place du public, moi non plus rien ne m’agace plus.
      Après, moi aussi j’ai lu Pif, et entre une anamorphose immense sur un espace immense qui le raplatit complètement et donne le sentiment bizarre que le corps entier absorbe l’espace, et une forme oblongue sur une feuille A4 qui devient le visage d’Hercule vu difficilement d’un certain angle et en plissant les yeux, je serais plus prétentieux que Varini et j’oserais dire qu’il y a, expérimentalement parlant, une espèce de différence qui tire la première vers quelque chose d’artistique et de beau, si on veut bien ramener la notion de beau à ce qu’elle a de plus simple : quelque chose de touchant qui permet un instant d’avoir une distance salvatrice avec la vie. Ca peut être une fleur, une brebis, une verre de vin, une peinture, n’importe quoi. Dire à quelqu’un "ce qui vous touche, c’est de la merde", c’est lui interdire le bien-fondé de cette distance, c’est insultant, et, franchement, bête.


    • @TruthION (qui intervient plus bas) & C°

      Conclure son raisonnement sur l’Art par un sketch des Inconnus, voilà qui démontre un très haut niveau de culture, c’est évident. A l’horizon intellectuel de la critique de l’art contemporain, nous trouvons donc l’attelage de référence Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus. Un « argumentaire » convaincant et qui fera date dans l’histoire des idées, assurément.

      Il faudra vous y faire, l’Art n’est pas là pour vous garantir la zone de confort qui colle à vos goûts « personnels » [le « j’aime - j’aime pas » n’est pas une catégorie critique en Art, nous ne sommes pas au restaurant ]…

      l’Art occidental est devenu depuis Duchamp une mise en demeure, celle de sortir de cette zone de confort subjectif - à la fois du regard et de la pensée qui l’accompagne - et un tel impératif n’est forcément pas rassurant : seriez-vous de petits bourgeois sans le savoir ;-) ?

      Mais rassurez-vous quand même, garants du « bon goût », tout œuvre d’art contemporain est elle-même justiciable de la critique radicale qu’elle fait de l’ « esthétisme » ou du « bon gôut » et dont elle-même ne s’estime pas à l’abri car, tout peut – à terme – se transformer en « recette » ou en imposture. Encore faut-il que votre critique soit « argumentée » et donc « au niveau » du sujet abordé, sinon c’est le Café du commerce.



    • Le truc n’est pas complique : il s’agit par un jeu de couleurs criardes sans lesquelles l’effet serait nul et de point de vue de donner l’impression a l’oeil et au cerveau et a l’esprit que l’enorme espace qu’il a devant lui est parfaitement plat.



      La belle affaire : annuler le maximum d’effet d’un monument (sa perspective ! son intégration) en jetant le manant sous hypnose. Prenez des drogues, c’est plus rapide, moins cher, et vous n’obligerez personne.

      Ce n’est pas de l’art, point.
      C’est du ludique, du canular. C’est du même niveau que faire tirer la langue à la Joconde ou de taguer une toile de maître. Les "questions" que ça pose n’ont aucune espèce d’intérêt, sauf à être amateur de ludique.
      Prétendre que ça te remue, c’est juste que tu manges maigre depuis trop longtemps, et que la moindre nourriture visuelle te semble riche.

      Bien sûr l’impression d’une architecture réside pour beaucoup dans son impact visuel, mais pour le coup là tu es dans l’hypnose ou le sensationnel. Le discours qui porte ce genre d’expérience est celui d’une vision mécaniste, scientifico-dégénérée de l’art (exciter les pupilles, ébranler la vision, "déranger"). Bref, Zombifier le public. Ce n’est pas spirituel, ou alors le LSD est spirituel. Ce n’est pas parce que tu voies des étoiles que tu vis un spasme religieux.

      Libre à toi de t’en amuser, et d’apprécier le côté "bizarre" ou cocasse de la chose. Pourquoi pas ? Mais il n’y a pas besoin d’appeler ça de l’art pour légitimer ce goût-là ou ce penchant.

      Le beau n’est pas une sensation visuelle ; Cela se situe à un autre niveau. Une pensée, une volonté, peut être belle, et réhausser la qualité de l’image que l’on reçoit. Ici ni la pensée ni l’intention n’ont quoi que ce soit de beau, c’est purement abstrait et rigolard. Donc si le résultat visuel, en plus, n’est pas beau (valorisation de l’espace), alors RIEN ne l’est.


    • LG, merci de me traiter de débile ( en filigrane ) . Je note par ailleurs que la seule chose que vous ayez gardé dans mon argumentaire, c’est le sketch des Inconnus, qui, de plus, détrompez-vous, est bien plus subtile qu’il n’y parait ! Et oui, l’humour fait également partie de la culture, surtout lorsqu’il est satirique. Molière, La Fontaine, plus récemment Dieudonné, cela ne vous dit rien ?
      Petite digression, j’ai l’impression que le Damien, LG et Link sont en fait la même personne... Serait-ce donc vous qui auriez eu l’idée, ou peut être en partie, de ce projet de merde pour la citée de Carcassonne ? A le défendre comme vous le faîtes, je trouve ça plus que suspicieux !


    • @ Tetar 1er

      Ce n’est pas de l’art, point.

      Argument d’autorité sans la moindre valeur explicite : degré zéro de la pensée.

      C’est du ludique, du canular.

      L’art peut aussi être ludique et ce qui est ludique n’est pas forcément de l’ordre du canular. Même les saints peuvent avoir de l’humour.

      Les "questions" que ça pose n’ont aucune espèce d’intérêt, sauf à être amateur de ludique.

      Simple jugement de valeur qui n’engage que vous. La subjectivité de l’œuvre incriminée et de celui qui la produite valent bien la vôtre.

      Le discours qui porte ce genre d’expérience est celui d’une vision mécaniste, scientifico-dégénérée de l’art (exciter les pupilles, ébranler la vision, "déranger").

      Que vous le vouliez ou nous, une des fonctions prise par l’art en Occident a été de questionner les idées reçues qui sont le confort stérile de la pensée et de ses productions, il est né de cette exigence en une réaction à l’académisme de la fin du XIXe siècle (Art pompier, Symbolisme etc.), ce dont vous devriez vous réjouir puisque l’art en question était une incarnation de l’ « ordre bourgeois ». Qu’l le fasse par des moyens strictement profanes est un autre problème, mais l’art moderne n’a jamais prétendu être un art sacré, il ne se place pas sur ce terrain.

      Libre à toi de t’en amuser, et d’apprécier le côté "bizarre" ou cocasse de la chose. Pourquoi pas ?

      Libre à d’autre de n’y rien comprendre ou d’en minimiser la valeur à la manière du Dr Coué.


    • @TruthION

      Inculte de signifie pas spécialement débile.

      Petite digression, j’ai l’impression que le Damien, LG et Link sont en fait la même personne... Serait-ce donc vous qui auriez eu l’idée, ou peut être en partie, de ce projet de merde pour la citée de Carcassonne ? A le défendre comme vous le faîtes, je trouve ça plus que suspicieux !

      Si je comprends bien, il est « suspicieux » de ne pas être d’accord avec vous, surtout si nous sommes plus qu’un. Voilà qui en dit long sur votre capacité à accepter la contradiction ! Vous devriez postuler à la Sainte Vehme.

      Non, cher ami, nous ne sommes pas la même personne.


    • Je remarque que par erreur j’ai envoye ma reponse a Tetra 1er a un autre commentaire plus haut. Je me sens un peu bete. Je n’avais personnellement pas releve pour les Inconnus, moi aussi j’ai grandi avec, ils me font rire, mais pour le coup il y a eu bien avant eux tout un tas de gens, notamment dans l’art contemporain, pour detruire la figure romantique et pretentieuse de l’artiste, connecte avec les muses, secret, genial. Que vous vouliez la voir renaitre, c’est sans doute un besoin en vous d’etre dorlote par des figures bourgeoises. Varini n’a toujours pas mis de bombe dans le Louvre : libre a vous d’aller y admirer les belles oeuvres classiques qui y sont entreposees moyennant le prix d’un ticket.
      Et on finit donc par de la supicion : trois personnes qui viennent poliment et en toute diplomatie essayer de dire que "c’est de la merde n’importe qui peut le faire" n’avance a rien, c’est trop ! C’est necessairement l’oeuvre d’un seul et meme desoeuvre.
      Pour parler de choses plus personnelles, j’ai moi-meme fait les Beaux-Arts apres Maths Sup et Maths Spe. Aucun regret, meme d’avoir bousille mon entree dans le monde du travail. J’ai eu droit pendant toutes ces annees aux insultes paternelles, qui en guise de punition m’avait coupe les vivres, insultes blessantes au possible, et basees sur les memes arguments que vous : sale petit bourgeois pretentieux, l’art ca sert a rien, j’ai honte quand je parle de toi, etc. Je n’ai meme pas eu l’occasion de lui montrer la moindre photo. Au bout de vingt ans, ca se passe mieux, puisque je ne suis toujours pas alle le voir avec une echarpe autour du cou et de grands airs. Quand je me dis qu’il aurait reve me voir entrer dans une grande ecole, avoir un bon poste et une grande maison, pour couper elegamment a la malediction familiale qui veut qu’on soit tous des prolos, je me demande qui avait les pires reves bourgeois. Bref.


    • « questionner les idées reçues »… qu’est-ce que vous avez reçu, comme idées, qu’il faille tant titiller en permanence ? Vous avez une forteresse en face de vous. La perspective, l’harmonie, la force, la sérénité, sont des idées tellement « reçues » qu’il faille immédiatement les foutre en air ? A quel point avez-vous creusé ces constantes de l’univers, qui ne sont pourtant pas si évidentes, et si uniformes, qui apparaissent, puis se cachent, ne se laissent pas si facilement apprivoisées ? Et puis vous en avez tellement vues des forteresses ? Pas moi, et pas la plupart des gens qui font le voyage une fois, et qui débarquent pour tomber là-dessus.

      Cet argument est celui des superficiels, qui passent à côté de tout sans voir, et qui ont besoin qu’on leur trace de gros traits jaunes pour les étonner, ou bien ils resteraient vissés sur leurs pompes. Je comprends très bien l’idée de « réveiller » le passant, c’est l’idée qui sous-tend toute la zombification moderne, tout le bombardement de messages, d’affichages, publicitaires ou « artistiques » (la différence se réduit comme peau de chagrin). Les « artistes » ne savent plus comment attirer l’attention sur les formes réelles ou idéales, et comme ils se sentent investis de cette mission (pourquoi tout le monde devrait s’intéresser à l’art ? le jardinier n’emmerde pas la terre entière avec son potager), ils ont pris soin de les torturer (ces formes) pour capter un minimum d’attention. L’homme moderne est gavé de ces déformations, de ces images, depuis la simple matière jusqu’aux perversions les plus mentales. Il faudra donc aller toujours plus loin dans le sordide et l’obscène… mais jusqu’où ?

      ça fait 100 ans que ces gugusses s’auto-questionnent. C’est EUX l’art bourgeois, l’art marchand. L’académisme bourgeois, c’est EUX.

      L’art occidental est mort, et vous vous délectez de son cadavre. Allez-y, mangez.


    • 1er commentaire pas passé



      L’art peut aussi être ludique et ce qui est ludique n’est pas forcément de l’ordre du canular. Même les saints peuvent avoir de l’humour.



      Non l’art n’est pas ludique. Je ne vais pas au musée pour m’amuser ou pour sortir les gosses. Je n’y vais pas pour me détendre. J’y cherche de la tension et du recueillement. J’y vais pour rencontrer une ou des âmes, pour m’inspirer, pour méditer. Vous êtes le produit de l’époque, celle du relâchement et de l’ennui. Aucun problème, mais ne vous en faites pas une couronne. Je n’ai pas besoin qu’on attire mon œil, qu’on me distraie. Je me ballade, il y a un château. Je le regarde, peut-être distraitement d’abord. Je ne sais pas le regarder. Il faudra que je revienne un autre jour, pour une autre occasion, dans d’autres dispositions peut-être, pour le voir vraiment. Qui sait ? Mais ce chemin il m’est personnel. Je ne demande pas à un animateur de centre aéré de me forcer, de me parler ludique et d’interrompre, polluer, parasiter ce cheminement personnel, mystérieux, ininterrompu de la pensée. C’est de l’art de masse votre truc, de l’art d’Etat, ça n’a aucun charme, ni dans son effet, ni dans son intention.



      La subjectivité de l’œuvre incriminée et de celui qui la produite valent bien la vôtre.



      Vous n’expliquez rien parce qu’il n’y a rien à dire, et parce que Damien, plus sincère et plus humble, a déjà expliqué qu’il aimait très humblement l’effet visuel. Il n’y a rien à chercher de plus qu’une espèce de "détournement" potache, et vous le savez. Votre argument du type « les goûts et les couleurs » est le faux-fuyant classique quand la doctrine fait défaut..

      Maintenant, il faut l’avouer : ce monument est mort, car l’histoire ne s’y invite plus. C’est devenu un objet plastique, un bastion de la festivocratie décontractée. D’une certaine manière cette oeuvre de pitre colle parfaitement dans le décor. ça fait mal mais c’est comme ça. Demain ils peuvent bien installer un trampoline sur la tour Est, ce sera la même chose.
      Ce que je reproche, c’est de ne pas vouloir faire ce constat, et vouloir absolument assimiler le prestige d’une époque révolue (et ce que l’Art y incarnait, y célébrait) au clownesque et au ridicule de l’ère moderne. Soyez détendus, amusés, mais sans aucune prétention, et cessez de vous étonner que tout le monde ne vous y suive pas avec autant d’entrain.


    • Tetra 1er, je suis peut-etre plus humble, mais mon "effet visuel" aurait sans doute enormement de choses a dire a votre "recueillement". Recueillement qui, si on vous lit bien, aurait quand meme bien du mal a se passer d’oreilles ou d’yeux. Si vous ne savez pas me lire, ayez la politesse de ne pas me citer...
      Vous manipulez des concepts que vous croyez grands, et dont vous croyez tout ce qui vous echappe denue : c’est ce que je trouve blessant. J’aime beaucoup, beaucoup la conception du beau selon Schopenhauer : toute experience qui permet, meme un instant, de se mettre en dehors de ce qu’il appelle la volonte. C’est a dire la vie subie. Et le declencheur peut aussi bien etre un ruisseau, qu’un son de flute, une peinture, une jolie femme, une chanson, un immeuble avec une drole de forme, que sais-je. Comme dit Deleuze, un jour vous etes la, vous marchez, vous voyez quelque chose, et ca se passe au fond de vous, vous n’etes plus le meme. Rien n’y echappe de ce qui nous entoure, et personne ne sait pourquoi, a tel moment, on est emu par quelque chose. Doit-il necessairement y avoir une sorte de critere de l’emotion qui mette tout le monde d’accord ? C’est ce que vous avez l’air de regretter, et ca me parait d’abord tres naif. L’art contemporain ne se pose pas en monolithe du beau, il est juste, depuis Duchamp qui n’a finalement fait sans le savoir qu’appliquer Schopenhauer, qu’une facon de multiplier les occasions de rencontrer du beau. Personne ne dit, et surtout pas Varini, que Carcassone a besoin de ses anneaux pour que sa beaute vous soit revelee a vous, l’aveugle, vous n’avez pas compris. J’ai l’impression aussi que vous fabriquez du mythe avec l’ancien, le sacre, le terroir, le spirituel, et que tout ce qui en sort, le maintenant, l’ephemere, pour le coup, vous echappe et vous parait meme une insulte a l’intemporel qui vous sert de tuteur. Comme je le disais plus haut a quelqu’un qui ecrivait que ces "rayons jaunes" detruisaient la cite, le temps s’en chargera bien plus efficacement. Et elle est la, la vraie douleur.
      Mon humilite vous guiderait aussi vers les videos de Nathalie Heinich sur l’art contemporain. Voila quelqu’un qui a la bonne distance critique avec la creation d’aujourd’hui et arrive a deceler les pieges sans dire "c’est de la merde".


    • Damien,



      Recueillement qui, si on vous lit bien, aurait quand même bien du mal à se passer d’oreilles ou d’yeux. Si vous ne savez pas me lire, ayez la politesse de ne pas me citer.



      Votre 2ème phrase, c’est ma réponse à votre 1ère.
      J’avoue que les cuisses de mon intellect ne sont pas aussi écartées que les vôtres, et que j’attends que ça bande dur en face, avant de me laisser pénétrer. Si vous êtes une sorte d’éponge à un tas de trucs futiles, je ne sais pas si vous êtes bienheureux ou à plaindre, mais il y a qqchose de trop baigné, de trop confus pour moi. J’aime rester à sec, c’est une prédisposition indispensable à tout contentement esthétique. .




      Vous manipulez des concepts que vous croyez grands, et dont vous croyez tout ce qui vous échappe dénué : c’est ce que je trouve blessant.



      Il faut avoir des avis tranchés et inconciliables. Ni le dilettantisme ni l’éclectisme ne m’enthousiasment, chez qui que ce soit. Il n’y a jamais qu’une ou deux idées qui me passionnent chez un homme. Tout le reste est en surplus, nous n’avons pas le temps de nous passionner pour ce qui n’est pas la trame serrée de la vie.



      J’aime beaucoup, beaucoup la conception du beau selon Schopenhauer : toute expérience qui permet, même un instant, de se mettre en dehors de ce qu’il appelle la volonté. C’est à dire la vie subie.



      Je n’ai jamais eu envie de lire Shopenhauer. Du peu que j’en ai su, tout me semblait empoisonné par l’erreur chez lui. Même sur ce que vous dites je ne vois pas trop la pertinence de cette approche (en quoi l’apparition du Beau serait moins subie ? ça c’est d’ailleurs mal vu sur Carcassonne)



      Doit-il nécessairement y avoir une sorte de critère de l’émotion qui mette tout le monde d’accord ?



      L’émotion qu’il suscite ne suffit pas à classer un objet en « art ». C’est justement la sacralisation de ce mot qui fait que l’époque veut coiffer toute chose expérimentée du nom d’art pour la sacraliser (la vendre plus chère aussi..). Moi je n’ai aucun problème à ressentir des émotions sans avoir besoin de les appeler « art ». Vos ronds jaunes, dans certaines circonstances, cela aurait pu m’amuser, sans que je sois obligé d’appeler cela de l’art. Je ne comprends pas cette obsession. L’art est mort, il laisse une case vide, et il faudrait absolument la remplir avec autre chose ?



    • Personne ne dit, et surtout pas Varini, que Carcassone a besoin de ses anneaux pour que sa beauté vous soit révélée



      Non, mais puisqu’il s’applique dessus, il m’empêche de le voir. Je sais que nous sommes à l’époque du recyclage, mais ces artistes qui ne savent plus que détourner des matières finies, cela m’exaspère. Et je me fiche de ce que pense Duchamp là-dessus, on ne va pas encore tenir 100 ans avec cette boutade..




      J’ai l’impression aussi que vous fabriquez du mythe avec l’ancien, le sacre, le terroir, le spirituel, et que tout ce qui en sort, le maintenant, l’éphémère, pour le coup, vous échappe



      C’est une valeur de toute spiritualité Traditionnelle : la permanence vaut plus que le changement. Le monde est saturé d’éphémère, par nature (précarité des choses) et par accident. Je ne vois pas l’intérêt de créer de l’éphémère, de s’y atteler, et d’y jeter autant d’argent. C’est, encore ici, une esthétique de désespéré (Shopenhauer ?).

      Il n’y a plus d’art parce que notre civilisation ne s’aime pas, et ne sait plus quoi inventer pour se justifier. La vie n’est plus représentable, le monde n’a plus de visage, il a des formes, floues au possible, insignifiantes, non parlantes. Quand je me tape un bouchon sur la route, et que je découvre que l’accident est sur le voie d’en face, mais que tout le monde freine pour regarder... il a faim de quoi, l’homme, éternellement ? de ronds jaunes ?
      Pourquoi personne ne peint des accidents de voiture ?


    • @Tetar 1er

      1.

      Je vois que vous quittez le terrain de l’invective et du jugement à l’emporte-pièce et commencez à articuler votre pensée en phrases cohérentes, ce dont je me réjouis ; nous pouvons donc discuter.

      L’artiste ne vient rien « foutre en l’air » : ce n’est pas les principes qui ont présidés à la construction de cet édifice qu’il remet en question en y appliquant des cercles concentriques, c’est exactement le contraire. Dans son esprit il ne s’agit pas de détourner l’édifice de son sens premier, mais de tirer parti de la perfection de ses formes qu’il utilise et révèle par contraste en y appliquant de gigantesques cercles concentriques.

      C’est un pur travail de « plasticien » cherchant à dialoguer avec le passé [l’anamorphose est d’ailleurs un clin d’œil à l’époque d’Holbein lorsqu’il peint Les Ambassadeurs], mais avec des moyens modernes car, que vous le vouliez ou non, la « pensée humaine » ne s’est pas arrêtée de fonctionner à la sortie du Moyen-Âge.

      Il investit le lieu, certes, mais pour lui redonner la parole, par pour le saccager. C’est votre « sectarisme » – c’est-à-dire votre attachement excessif aux formes extérieures - qui vous aveugle.

      Que vous soyez hostile à toute forme de renouvellement du langage, je peux le comprendre, mais le fait est que la roue du temps continue à tourner et le courant des formes à s’écouler, que vous le vouliez ou non.


    • 2.

      ça fait 100 ans que ces gugusses s’auto-questionnent. C’est EUX l’art bourgeois, l’art marchand. L’académisme bourgeois, c’est EUX.

      Ca l’est devenu, car rien n’échappe à la récupération et à la manipulation d’une idée, pas même les textes sacrés.

      J’écrivais plus haut :

      Mais rassurez-vous quand même, garants du « bon goût », tout œuvre d’art contemporain est elle-même justiciable de la critique radicale qu’elle fait de l’ « esthétisme » ou du « bon goût » et dont elle-même ne s’estime pas à l’abri car, tout peut – à terme – se transformer en « recette » ou en imposture.

      Encore faudrait-il que vous vous donniez les moyens de comprendre ce qui distingue une œuvre de Mondrian d’un simple carrelage de salle de bain ; effort que vous vous garderez bien de fournir puisque, comme vous nous en faites l’aveu : … (pourquoi tout le monde devrait s’intéresser à l’art ? le jardinier n’emmerde pas la terre entière avec son potager), ils ont pris soin de les torturer (ces formes) pour capter un minimum d’attention

      Rassurez-vous, personne n’oblige qui que ce soit à s’intéresser à l’art, pas plus qu’à la physique quantique ou à la théologie. En contrepartie, abstenez-vous de porter un simple jugement de valeur esthétique de nature subjective sur ce qui demande un minimum de maîtrise objective pour être compris, ce qui vous ferait immédiatement penser pour un ignare et un incompétent s’il s’agissait de physique quantique :

      « Votre argument du type « les goûts et les couleurs » est le faux-fuyant classique quand la doctrine fait défaut » (sic !) - Je ne vous le fais pas dire et c’est d’ailleurs votre alibi pour ne voir dans l’art actuel rien d’autre qu’une marotte de « potache » en mal de reconnaissance de soi.


    • 3.

      L’art occidental est mort, et vous vous délectez de son cadavre. Allez-y, mangez

      C’est l’Art sacré qui est mort en Occident, mais l’art moderne n’a jamais prétendu être un art sacré. C’est une activité profane comme le sont toutes celles qui se sont développées chez nous depuis la fin du Moyen-Âge. Une carence qui n’implique nullement l’absence de sérieux ou de rigueur intellectuelle de la part du peintre, du philosophe ou du scientifique occidental moderne.

      Non l’art n’est pas ludique. Je ne vais pas au musée pour m’amuser ou pour sortir les gosses. Je n’y vais pas pour me détendre. J’y cherche de la tension et du recueillement. J’y vais pour rencontrer une ou des âmes, pour m’inspirer, pour méditer.

      Privé de sacralité, l’art moderne n’est pas un support de contemplation, ce qui ne l’empêche pas d’être un support de réflexion.

      C’est sur ce dernier point que devrait porter votre critique : un art profane est par définition privé de valeur symbolique, il ne renvoie à rien d’autre qu’à lui-même, il ne permet pas d’accéder à la « vision » de ce qui se situe par-delà les limites de l’expérience sensible.

      En ce sens, je suis d’accord avec vous, mais à ce compte-là il ne reste plus que l’ « icône » byzantine qui réponde pleinement au signalement d’Art sacré.

      Ce constat est d’ailleurs du plus grand intérêt, car il contient déjà en puissance la question suivante : Comment se fait-il que la pensée profane et l’ensemble de ses bourgeons mortifères – Protestantisme, Rationalisme, Mécanisme et Matérialisme, Scientisme etc.- soient nés et aient trouvés les conditions ad hoc pour proliférer dans le ci-devant Occident Catholique Apostolique et Romain, au point de finir par contaminer l’ensemble du globe ?

      Bonne réflexion.


    • Merci encore pour votre reponse, longue et interessante. Je vais faire court, en partie parce que je sens bien que nous parlons de deux endroits differents. Schopenhauer empoisonne par l’erreur, sans l’avoir lu, merveilleuse performance. Je ne fais cependant que donner sa conception du beau. Et puis votre refus de l’ephemere, qui est plus profondement je pense un refus de la mort. Non pas que je m’en rejouisse, au contraire, que tout soit voue a disparaitre, notamment votre cite. Mais le Beau dont j’essaie de vous parler, si seulement je pouvais vous le commnuniquer, est une forme d’arme contre la Mort, pas pour vous sans doute, mais si vous pouviez eviter d’insulter les gens pour qui ca l’est, on aurait au moins le sentiment d’etre entre gentlemen.


    • Encore une chose, et je n’insisterais pas puisque, tout le monde ayant insulte son oeuvre d’art, on ne se retrouve plus qu’a trois gus pour parler, et en dehors de ces discussions passionnantes, il est interessant de constater que votre facon de dire "vous vous interessez a des broutilles, alors que moi je suis dans le vrai" constitue exactement le fond du discours hautain, pretentieux et negateur que vous imputez (parfaitement a tort, donc, a mon avis) a l’art contemporain. Ceux qui viendront vous dire, et il y en a, "elle est moche cette muraille j’y vois qu’une ruine et je m’en fous de son histoire" ne seront ni Varini ni ceux qui ont mis cette installation sur pieds - au contraire. C’est une chose que vous devriez comprendre. Il y a une chose aussi que nos narcissismes spirituels ont du mal a accepter, c’est que si ces ronds jaunes ne se donnent a priori a voir que comme tels, le temps d’une installation qui aura permis a beaucoup, encore une fois, de hurler au scandale avant d’aller au supermarche en voiture et sans avoir jamais mis un pied a Carcassone ni, sans doute, dans un musee, ni vous ni moi ne serons plus la pour avoir le malheur de constater que le temps aura fini par renvoyer la cite de Carcassone a ce qu’elle avait finalement toujours ete : un tas de pierre promis a la poussiere. Appelez ca du desespoir, je pars personellement du principe qu’une vie adulte part de ce constat-la. L’erreur de Schopenhauer, qui est la votre dans un sens, a ete d’en conclure que ca devait necessairement deprimer son monde.


    • A LG, ce qui m’interroge depuis de nombreuses années, c’est l’art biotech

      Tronquer pinceaux et palettes contre ADN et éprouvettes, une nouvelle génération d’artistes travaillent sur le vivant, pour le meillueur ou le pire ?

      Eduardo Kac avec son lapin fluo : Eduardo Kac a crée Alba, une oeuvre d’Art transgénique, outre la création d’un lapin vert fluorescent l’artiste s’interroge sur l’intégration sociale du lapin, ce qui est une noble cause, il faut bien l’avouer.

      On peut s’interroger sur Ruan, tête de vrai foutes féminin de six mois avec des yeux de lapins cousus greffée à un corps de mouette conservée dans le formol du Chinois Xiao Yu aujourd’hui connue sous le nom de Bébé-mouette.

      Faut-il limiter la création artistique ?

      https://www.infogm.org/5680-Art-et-...


    • A Damien, j’ai habité dans un monument classé monument historique, personne ne voulait y vivre, mon fils disait, on habite dans une maison avec des gros trous, je peux vous assurer qu’il fut chevalier, que nous avons organisé de belles chasses aux trésors, c’était pas le confort, 12 degrés l’hiver au plus chaud, pas de mitigeur, pas de chauffage dans les chambres... mais une bâtisse qui me faisait bader, je redeviendrai poussière bien avant elle, mais il y a une partie magique que je ne saurai exprimer.


    • ... du coup, mon fils s’est passionné pour l’histoire et nous avons visité Carcassonne, je voulais l’emmener à Guédelon, mais ça ne s’est jamais fait

      https://www.guedelon.fr/fr/actualit...


    • Anonyme, je me suis encore planté de commentaire en voulant vous répondre... Ma réponse est donc plus haut. Merci aussi pour Guédelon, ça a l’air excellent ! Ca fait rêve de gamin, ça me plaît. Truc rigolo : une amie artiste qui a eu l’occasion d’exposer avec Varini il y a quelques années a aussi à côté une activité de tailleur de pierre (plus payante et pourtant c’est pas cher payé...) et travaille régulièrement sur des chantiers de la sorte. Et elle a plein de muscles.


    • Merci pour votre réponse, je vous parle d’un bâtiment qui date de la fin du XIVe siècle, qui a une histoire, qui a un vécu et qui vivra encore....je louais pendant les rénovations d’une partie des bâtiments et il y a de très beaux métiers dans ce secteur.


  • Sur l’indépendant la photo de l’artiste avec son sac du magasin low-cost Action, résume parfaitement la situation.


  • "L’œuvre est financée par le Centre des monuments nationaux (ministère de la Culture) et la Région, mais aussi par le Département, le syndicat mixte Opération Grand Site (État, Région, Agglo, Ville etc…), le groupe Cité Hôtels, la société de cordistes Stam, la fondation suisse Pro Helvetia. Le CMN « ne communique pas sur le budget des œuvres, c’est un principe » déclare le directeur du développement culturel Edouard de Lumley, tout en reconnaissant qu’il s’agit « d’un projet important, dans lequel le CMN s’implique de manière plus forte sur un projet à la hauteur du monument et des 20 ans de classement."
    http://autan-reinfo.com/2018/04/19/...
    Nous ne connaîtrons pas le coût de cette prestation mais nos impôts la financeront.

    Ma conception de l’art est limitée à mon émerveillement. Ici ce n’est pas le cas.
    Le sens de l’esthétique, la beauté sont le reflet d’une civilisation saine. En l’occurrence, je ne vois dans l’art contemporain que maladie mentale ainsi qu’une une forme de malveillance.


  • Des cons sans triques ... hum...


  • Quelle horreur et quelle honte... Je suis dégoûté et en colère contre tant d’irrespect de notre patrimoine, de notre histoire et de notre peuple...Ecoeurant !!!


  • Je ne vois pas où est le problème. C’est une oeuvre d’art et comme toute oeuvre d’art, personne n’est obligé de l’aimer ou pas. C’est un jeu d’anamorphose qui fonctionne selon le point de vue, la circulation des visiteurs modifiant la perception de l’oeuvre (selon le principe du travail de Varini et comme c’est illustré sur l’article de "L’Indépendant").

    De plus, celle-ci est éphémère, elle sera démontée et il n’y aura pas d’atteinte au précieux patrimoine.

    Vraiment, arrêtons de nous effaroucher pour un rien. Ou alors il faut considérer normales les persécutions que subissent nos chers auteurs des "Dessins de la semaine" ! Vouloir interdire ce qu’on n’aime pas, c’est précisément ce que font nos adversaires. Réfléchissez-y.

    Quant à ceux qui posent la question de l’utilité d’une oeuvre d’art : au fait, elle servent à quoi, aujourd’hui, les murailles de Carcassonne ? Sinon à faire marcher le commerce (cartes postales, tourisme, souvenirs, etc.) ?

     

    • Oui, vous avez raison, vive les oeuvres d’Art contemporaine :
      https://www.egaliteetreconciliation...


    • Merci Link pour ce commentaire. Les persecutions pour des oeuvres, c’est epuisant, que ca vienne de bobos, de religieux extremistes ou de dissidents. Tous ont le monopole du bon gout et du spirituel, ne font jamais l’effort pourtant de base de savoir ce qui peut toucher l’autre ou le faire rire quand il voit ce qui lui ne le touche pas et ne lui tire pas un sourire, et te le met dans un sac pour le ruer de coups et lui faire la lecon. Ca n’a mais aucun interet.


    • @anonyme :

      Comme l’écrit Damien,vous mettez tout dans le même sac. Pour condamner une oeuvre, vous renvoyez à une autre qui n’a strictement rien à voir.
      Pourquoi vous interdire de penser, regarder, réfléchir, trier ... ? Vous condamnez globalement et sans nuance tout ce qui porte l’étiquette "art contemporain" (soit toute la création du dernier demi-siècle !), sans même prendre la peine de regarder les oeuvres elles -mêmes pour ce qu’elles sont. On n’est plus dans le jugement là, mais dans l’anathème obscurantiste : les oeuvres d’art sont tabou. Vous avez dû faire votre éducation artistique chez les Talibans ...


    • C’est de la merde. Tout à fait objectivement. On dit que tous les goûts sont dans la nature, certes, mais pour l’humanité entière, un mollard, c’est moche, une fleur, c’est beau. Ces cercles concentriques, ces anamorphoses comme vous dîtes, c’est de la merde. La couleur est dégueu, ne se marie pas du tout ni avec son support, ni avec l’arrière plan. Si c’est fait pour être admiré depuis l’autoroute coincé dans les bouchons en plus, c’est encore plus du foutage de gueule ! Mais attention, c’est du Varini hein ! haha ! Quel snobisme. Tout comme les gens qui s’extasient devant Picasso... C’est dans les écoles des beaux-arts, ou en histoire de l’art ou que sais-je encore que l’on formate l’esprit à penser que telle ou telle " oeuvre " est belle ? Laissons donc la nature et le sens commun opérer plutôt. En plus, les anamorphoses, déjà, niveau artistique, ça ne représente que des cercles hein, ça vole pas bien haut à la base, mais de plus, décalé de quelques centimètres et ça n’a déjà plus aucun sens. Juste des bouts de bandes à la peinture, qui se ternissent, et dont les gens finiront par oublier l’existence, puisque aucune signification derrière. Contrairement aux vitraux, aux cathédrales, aux châteaux, aux statues, aux peintures et autres architectures... Et surtout, n’oublions pas le caractère destructeur du patrimoine Français qui se cache derrière ce genre de vilenie "artistique". Hé oui, voilà à quoi servent ces murailles de Carcasonne, elles représentent un pan de l’histoire de France et son patrimoine. C’est à cela que l’on se réfère entre autre, pour constituer et comprendre une civilisation. C’est pas grand chose hein, c’est vrai....
      "C’est une oeuvre d’art et comme toute oeuvre d’art, personne n’est obligé de l’aimer ou pas " Encore heureux, quoique... mais en revanche, on nous oblige à la voir en nous la mettant devant la tronche. La moindre des choses aurait été de demander aux gens, et surtout au contribuable, s’ils étaient d’accord avec ce projet. Ce qui ne semble pas être le cas.
      Non vraiment, c’est dla merde.
      En bonus : https://www.youtube.com/watch?v=1yK...


    • Il faut toujours qu’il y ait un démagogue plein de morgue pour voir de l’art dans des bandelettes jaunes que n’importe qui ici aurait été capable de coller.


    • Truthlon, merci pour la leçon... avec toute la méchanceté qu’on peut, en plus.
      Mais vous irez dire ça à tous les enfants qui font des yeux ronds et restent bloqués d’émerveillement devant ces anamorphoses. Parce que j’en ai vu. Mettez les mêmes devant une crucifixion, vous verrez le résultat. Bizarrement, les enfants sont plus directement sensibles à ces trucs d’art contemporain que les adultes. Sales petits cerveaux lobotomisés ! Alors qu’un adulte comme vous, c’est un tel travail d’épuration accompli consciencieusement avec les années !
      C’est bien plutôt ces satanés cours d’art plastique du collège qui préformatent les esprits et leurs font dire ce que vous dites : si tu fais un beau dessin, 20/20. Et on grandit avec en tête qu’on a aucun "talent" parce que le cheval qu’on a fait la maîtresse a jugé qu’il avait pas les bonnes proportions, alors que le type qui te montre un dessin et on dirait un vrai cheval, lui il a du talent. L’art contemporain, pour ce qu’il a de meilleur en tout cas, s’efforce de battre tout ça en brèche, parle aux enfants, ou aux cerveaux d’enfants, mais il y en a toujours pour s’y raccrocher, à ces critères stupides, alors que c’est tellement libérateur. C’est incompréhensible.
      Quant au "C’est du Varini" genre les bobos, lui ou les défenseurs de ces ronds jaunes, j’ai bien peur que, pour les mêmes raisons plus ou moins, vous n’ayez construit vous-même ce complexe de "petite gens", si humble devant l’insupportable bourgeois autoproclamé. Les choses sont un peu plus compliqués, et pour avoir traîné mes pieds dans beaucoup de milieux différents, ce n’est pas dans celui de l’art que j’ai rencontré les pires têtes à claque. Tiens, saviez-vous que les Medicis payaient des fortunes pour apparaître dans les tableaux religieux des grands maîtres ?


    • Peu le savent, mais l’anamorphose murale et polychrome d’Aix est la seule qui existe sur le Vieux Continent, avec celle du Trinité-des-Monts à Rome.

      La chapelle du Collège Royal Bourbon d’Aix-en-Provence, l’actuel Lycée du Sacré-Cœur, est un édifice classé Monument historique depuis 1982. Construite en 1681 par l’ordre des Jésuites, elle est consacrée en 1699 et dédiée à saint Louis.

      https://cultivaixvous.wordpress.com...


    • Apparement, les anamorphoses sont très utilisées dans la pub :

      https://blog.graphicstyle.fr/les-il...


    • Déjà des bobos d’artistes contemporains en 1681 ! Lucifer ! ; )


    • Je n’appelle pas ça de l’art. Une oeuvre d’art se suffit à elle même et ne va pas dégrader celle des autres. L’art contemporain est une escroquerie, et pour avoir visité de nombreux châteaux, je sais faire la différence avec cette sous culture qui vient cancériser d’authentiques oeuvres de notre patrimoine. Carcassonne est une très belle citadelle, qui attire certes les touristes (et alors !!!), et qui reflète la beauté et la grandeur de notre pays.
      Il y en a marre de ces sous-artistes, ces escrocs qui proposent n’importe quoi et qui vont pleurer parce que l’on n’aime pas leurs "oeuvres" en accusant leurs détracteurs de sectaires ou réactionnaires. Ils sont les symboles de notre époque décadente et dégénérée...


    • @TruthION :

      Je vais essayer de répondre à vos "arguments", plutôt que tomber dans la diatribe et le procès d’intention (bourgeois, bobo, intello, immigré et autres amabilités).

      « C’est de la merde. Tout à fait objectivement ». Euh ... non, ça c’est très subjectif. Dîtes que personnellement vous n’aimez pas, ce sera plus juste.

      « La couleur est dégueu, ne se marie pas du tout ni avec son support, ni avec l’arrière plan ».
      La couleur est jaune. Si vous trouvez le jaune “dégueu”, c’est votre problème. En l’occurrence, c’est une couleur qui contraste fortement avec la couleur de la pierre qui prend des teintes gris-bleuté lorsque le jour décroît.
      Est-ce que du vert ou du rouge ou du marron ou toute autre couleur vous aurait mieux convenu ? Je ne suis pas sûr.

      « C’est dans les écoles des beaux-arts, ou en histoire de l’art ou que sais-je encore que l’on formate l’esprit ».
      Non, c’est dans ces écoles qu’on apprend les bases historiques et culturelles qui vous font défaut pour essayer de penser et éprouver l’art. Diriez-vous à propose d’une école d’ingénieur ou d’une université de sciences physiques que c’est là qu’on formate les esprits ? Ce n’est pas très sérieux.

      « voilà à quoi servent ces murailles de Carcassonne, elles représentent un pan de l’histoire de France et son patrimoine ».
      Oui, elles s’inscrivent dans une histoire vivante qui ne s’est pas arrêtée au Moyen-Âge, même si vous le déplorez. Les hommes continuent à vivre, les scientifiques à développer de nouvelles techniques, les architectes à bâtir des édifices et les artistes à créer de nouvelles oeuvres. L’histoire est un film, pas une photographie.

      « on nous oblige à la voir en nous la mettant devant la tronche. La moindre des choses aurait été de demander aux gens, et surtout au contribuable, s’ils étaient d’accord avec ce projet ».
      Posez-vous la même question à propos des oeuvres historiques que vous aimez : croyez-vous que les papes qui ont commandé vitraux, abbayes et cathédrales, que les rois et les seigneurs qui ont commandé sculptures et tableaux, que les empereurs grecs et romains qui ont fait édifier temples, stades et statues ont demandé au contribuable si cela leur convenait ? Non, ils ont imposé leur goût et leur volonté à un peuple de vassaux avec infiniment plus d’autorité que ne le fait l’État aujourd’hui.

       

      • Qui vous dit que cet «  art  » plaît à ceux qui le promeuvent  ? Leur but est de détruire le beau, tout simplement. Quand je tire sur le fil, j’arrive à Abby Rockefeller, dont la demeure était du classicisme le plus intransigeant.

        Par ailleurs, vous dites : «  Diriez-vous à propose d’une école d’ingénieur ou d’une université de sciences physiques que c’est là qu’on formate les esprits ? Ce n’est pas très sérieux.  »

        C’est aussi dans les facultés de médecine qu’on apprend désormais qu’il ne faut pas forcer les malades à guérir contre leur volonté, qu’il ne faut pas les motiver car il est interdit d’interdire. Bientôt, on en viendra à prôner l’euthanasie pure et simple.

        C’est dans les facultés d’histoire qu’on doit valider tout un tas de mensonges si on veut avoir une chance d’avoir son diplôme. Pensez-vous que Marion Sigaut serait historienne aujourd’hui si elle avait dit dans son mémoire le dixième de ce qu’elle dit aujourd’hui sur Voltaire  ?

        Alors certes, on apprend à l’université tout un tas de choses indispensables par ailleurs, mais nul — à moins d’avoir un homard de Jeff Koons à la place du cerveau — ne peut nier que l’idéologie y est prégnante.


    • Jean le Chevalier, je n’ai jamais rencontre un seul artiste contemporain qui vient pleurer si on n’aime pas ses oeuvres. Et pourtant ca en ferait des larmes. Blesse sans doute, oui, mais larmoyant ou insultant, non. Par contre de ces peintres du dimanche dans les galeries de bord de mer qui vous parlent de haut, et d’encore plus haut quand vous dites que vous avez fait les Beaux-Arts, enormement.


  • #1950790

    "de l’art d’insulte" ou de provocation comme dirait l’autre , qu’il soit toléré ou carrément promu par les autorités.

    même si ce n’est pas sur un monument historique ,un autre exemple en Belgique d’une peinture géante faite illégalement sur le mur d’un immeuble à Bruxelles qui est toujours la 1 an après. Je vous laisse découvrir la réaction du bougmestre ...

    https://www.rtbf.be/info/regions/br...


  • Symbole du pouvoir supranational mondialiste...


  • LE PALAIS IDÉAL DE FERDINAND CHEVAL

    Avril 1879. Ferdinand Cheval, facteur rural âgé alors de 43 ans, butte sur une pierre si bizarre lors de sa tournée qu’elle réveille un rêve. Véritable autodidacte, il va consacrer 33 ans de sa vie à bâtir seul, un palais de rêve dans son potager, inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu’il distribue.

    Parcourant chaque jour une trentaine de kilomètres pour ses tournées en pleine campagne, il va ramasser des pierres, aidé de sa fidèle brouette. En solitaire, incompris, il inscrit sur son monument "travail d’un seul homme". Son palais de rêve est achevé en 1912.
    Unique au monde, le Palais Idéal a inspiré les artistes durant plus d’un siècle. Indépendant de tout courant artistique, construit sans aucune règle d’architecture, le Palais idéal a fait l’admiration des surréalistes, a été reconnu comme une oeuvre d’art brut.

     

  • Jusqu’à quand allons nous devoir supporter la dégradation de nos monuments historiques ? entre ça et la pyramide du Louvre on est servit. Jeanne aide nous !


Commentaires suivants