Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Attentat pakistanais de Charlie Hebdo : la bavure de la police qui prend le héros pour un complice

« Je voulais être un héros. Au final je me suis retrouvé derrière les barreaux ! »

C’est ainsi que Youssef, 33 ans, résume son aventure pas banale vécue le jour de la 2e attaque des locaux de Charlie Hebdo, 5 ans après le massacre de la rédaction.

 

Résumons l’affaire et le contexte pour ceux qui n’étaient pas là. En pleine campagne nationale-sioniste islamophobe, avec le retour de Manu la tremblote, Cazeneuve et toute la bande des obligés du CRIF mis sous pression pour mettre la pression sur Macron, considéré comme trop islamolâtre par les forces pro-israéliennes en France, un attentat au hachoir a eu lieu devant les anciens locaux du journal satirique, qui a désormais déménagé et qui est sécurisé par, tenez-vous bien, 85 policiers, ceux qui s’occupent de la protection des personnalités.

 

Deuxième vague sur Charlie

L’assaillant, un jeune Pakistanais qui est entré en France illégalement et qui y est resté en faisant croire qu’il était mineur, a attaqué deux personnes, un homme et une femme, qui étaient sortis des locaux pour fumer une cigarette. Et au Pakistan, une femme qui fume, c’est pas bien. Plus sérieusement, les deux employés de l’agence Premières Lignes, la boîte de prod de l’ancien reporter de Canal+ Paul Moreira, ont été pris pour des journalistes ou dessinateurs de Charlie, alors que l’adresse du canard de Riss est ultrasecrète : il faut passer plusieurs sas ultrafliqués pour arriver au but. Le jeune Pakistanais a donc attaqué les mauvaises personnes, si l’on peut dire. C’est là que Youssef intervient.

 

 

Un grand big up à la police française qui confond le héros avec le complice, on se demande même ce qui se serait passé si les flics lui avaient tiré dessus... Déjà que l’image de la police a été ternie après 2015 par la féroce répression du mouvement social des Gilets jaunes, alors là, ça aurait été le bouquet.

Youssef, qui a tenté de neutraliser l’assaillant et qui a peut-être évité d’autres victimes, s’est tapé 10 heures de garde à vue comme une vulgaire racaille, ou un vulgaire Gilet jaune. Ce sont les images de la vidéosurveillance qui ont permis de déterminer que les flics s’étaient trompés. Une sacrée bavure, qui montre, hélas, qu’un Arabe en France est plus vu comme un complice que comme un héros potentiel. Son avocate est outrée :

 

 

C’est le résultat de la campagne islamophobe des autorités nationales-sionistes, entre autres. Quand on lit l’interview de Manuel Valls dans Le JDD, on sent comme un blanc-seing aux forces de l’ordre pour ratonner, même si Valls n’a plus de fonction officielle dans l’organigramme politique français. En revanche, il a une fonction très officieuse, celle de relayer les injonctions du CRIF et de pousser Macron vers la droite nationale-sioniste.

Pour l’instant, Macron résiste, mais ses propos sur le « séparatisme », comprendre l’islamisme, laissent peu de doute sur sa conversion future. De plus, l’irruption de trois éléments sarkozystes dans le nouveau gouvernement, dirigé par un sarkozyste, milite en faveur d’un retournement de tendance. Probablement que l’élection de 2022 se jouera sur le danger islamiste, après une petite série d’attentats dans une ambiance de crise sanitaire et sociale jamais vue.

« Je les ai entendus dire : “on l’a choppé”. Quoi, vous m’avez chopé ? Je suis venu témoigner moi ! »

La chaîne d’informations du groupe TF1 a résumé l’affaire :

« Youssef était en train de monter dans sa voiture lorsqu’il a entendu les cris d’une femme, puis d’un homme, avant de voir l’assaillant s’enfuir et s’engouffrer dans la bouche du métro Richard Lenoir. "Il a décidé, dans un geste spontané très courageux, de le suivre pour l’arrêter", raconte maître Simon. "Il le poursuit dans le métro, saute le portique, va sur le quai et lui hurle ’bouge pas, j’arrive’. Il va vers lui pour l’arrêter et l’assaillant sort un cutter pour le menacer, et rentre dans le métro. La poursuite s’arrête là." Youssef se souvient qu’il ne comprenait pas la langue de l’assaillant, mais que ce dernier avait un air "dépressif" et semblait "étonnamment calme".

Sauf que l’histoire ne s’arrête pas là pour Youssef. Il ressort du métro, croise les policiers et leur conseille de se diriger vers Bastille, station vers laquelle l’assaillant s’est dirigé en métro. Il repart vers les victimes, indique aux policiers qu’il est témoin, mais ceux-ci lui intiment de "dégager". Il va chercher sa carte d’identité à son domicile, afin de revenir témoigner.

Lorsqu’il se présente aux policiers pour la seconde fois, les policiers le confrontent "à une photo de lui qui semblait déjà tourner, une capture de la vidéosurveillance du métro", raconte l’avocate. Ces images auraient fait penser aux policiers que les deux hommes se connaissaient. Youssef est alors interpellé, menottes au poignet, masque occultant sur le visage. "Je les ai entendus dire : "on l’a choppé". Quoi, vous m’avez chopé ? Je suis venu témoigner, moi !", tente-t-il d’expliquer. »

Pour info, Youssef n’en veut pas aux forces de l’ordre qui pour lui n’ont fait que leur boulot. Quant aux antiracistes qui seraient choqués par le fait qu’on l’appelle par son prénom, qu’ils sachent que son nom n’a pas été divulgué dans les médias. Youssef a en outre été très attaqué sur les réseaux sociaux qui ont cru, comme les flics, qu’il s’agissait d’un complice. Heureusement que la bavure n’a pas été plus loin...

Le Figaro, profitant de cet attentat inédit en France, a publié un article sur « la filière d’immigration pakistanaise [qui] tourne à plein régime en France ». Et c’est assez inquiétant. Commençons par le profil de l’assaillant :

« Hassan A., l’auteur de l’attaque du 25 septembre à Paris, près des anciens locaux de Charlie Hebdo, déclare donc avoir 18 ans. Il n’a jamais convaincu l’administration, mais la justice l’a cru, sans même réclamer de test osseux pour vérifier. Il a donc pu bénéficier, durant de longs mois, de la protection de la France, être aidé pour trouver des stages, bénéficiant d’une carte de circulation. Il espérait même pouvoir obtenir un titre de séjour pluriannuel en France. Et ce malgré son inscription dans le fichier des antécédents judiciaires, puisqu’il avait déjà été arrêté, par la police ferroviaire d’Île-de-France. Il circulait avec un tournevis sur lui. »

On poursuit avec l’invasion de « mineurs » étrangers, 2000 à 3000 par mois, 40 000 déjà sur place comme le Pako au hachoir, et qui nous coûtent deux milliards par an ! C’est toujours ça que nos agriculteurs n’auront pas ! Au départ, les Pakistanais voulaient tous aller en Angleterre mais aujourd’hui, depuis le Brexit, un nombre croissant reste en France, certains se faisant passer pour des Afghans pour obtenir plus facilement des papiers. Le pire, c’est que ces profils sont assez facilement radicalisables, que ce soit par des compatriotes islamistes installés chez nous, ou des services de renseignement qui ont besoin de viande à attentat-suicide, les auteurs de ces crimes se faisant souvent descendre par la BRI ou le RAID.

« Ces dernières années, la demande d’asile pakistanaise s’est indéniablement renforcée, même si tous les migrants issus de ce pays ne font pas de demande de statut international. “On peut même dire qu’une véritable filière s’est organisée”, estime un commissaire de la Police aux frontières (PAF). Ce fonctionnaire chevronné assure que “ce flux emprunte clandestinement les routes de l’Iran et de la Turquie pour rejoindre l’Europe”. Selon lui, « ces réseaux sont de plus en plus actifs ». »

Théoriquement, écrit Le Figaro, les profils qui viennent chez nous sont passés au crible de l’antiterrorisme mais l’astuce consiste à faire passer des jeunes au casier vierge. Dans ce cas, nos douanes et nos forces de l’ordre prennent un risque énorme – on ne parle même pas des politiques qui donnent les ordres d’ouvrir les vannes – en laissant passer ces jeunes requins au milieu des bancs de poissons qui débarquent chez nous.

On se souvient que c’était au Pakistan que les scènes anti-Charlie Hebdo en 2006 avaient été les plus virulentes. Il est alors facile, pour un service qui a besoin d’un service (terroriste), de cueillir dans le tas un candidat à la vengeance, de le former et de l’envoyer au feu. Pour ce qui concerne les Charlie restants, on se demande comment ils n’ont pas compris qu’on les manipulait pour en faire des appâts à terroristes. Il n’est plus question de lutte pour la laïcité, qui est une connerie sans nom quand on sait la religion d’État, mais de comprendre que la lutte pour la liberté d’expression dans ce canard satirique est utilisée par les pires nationaux-sionistes pour faire avancer leur agenda, et leur prise du pouvoir visible.

On peut lutter pour la liberté d’expression sans servir la soupe aux national-sionisme, cette tendance raciste, islamophobe et aussi francophobe. On dit ça pour les identitaires qui n’auraient pas compris et qui se placent sous la protection de Zemmour et ses amis. Chaque attentat attribué aux islamistes est un clou dans le cercueil du patriotisme français, car c’est ça, l’objectif visé par les forces occultes.

 

Buisson, le national-sioniste du Figaro, sur la même ligne que Charlie
ou Charlie sur la même ligne que les nationaux-sionistes ?

« Aujourd’hui, Charlie Hebdo, "ce ne sont que vingt personnes. Il ne faut pas laisser cette équipe seule au front à porter ce combat. Le meilleur bouclier, c’est qu’il y ait cinq, dix, cinquante Charlie Hebdo pour qu’ils n’aient plus une cible sur le dos", a enjoint Richard Malka dans les couloirs du tribunal.
À l’initiative du journal, plus d’une centaine de médias français, dont Radio France et France Télévisions, ont signé, mercredi 23 septembre, une lettre ouverte pour défendre la liberté d’expression. L’attaque à l’arme blanche près des anciens locaux de Charlie est intervenue une semaine après.
"Loin de nous terroriser, de tels événements doivent nous rendre plus combatifs dans la défense de nos valeurs", a réagi la rédaction de l’hebdomadaire dans un communiqué.
Riss avait prévenu, dans l’éditorial accompagnant la republication des caricatures : "Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais." » (France info)

Fabrice Nicolino, survivant du 7 janvier 2015, raconte dans Le Point les nouveaux locaux et l’ambiance à Charlie :

« Quand on arrive à Charlie aujourd’hui, à Paris, en 2020, il y a une porte métallique, bardée de badges et de caméras. La porte s’ouvre, il y a un premier sas qui conduit à une deuxième porte métallique, qui conduit à une cour pavée, à droite de laquelle il y a un système de contrôle à rayons X. On arrive à une troisième porte, à l’épreuve des balles, un sas, une quatrième porte. Là, on arrive à l’entrée de Charlie, elle est bourrée de flics évidemment, puis il y a un ascenseur, on arrive à une cinquième porte très épaisse, on la tire, on a parfois du mal à l’ouvrir, puis une sixième porte, aussi épaisse que la première, avec un vigile. On entre, on est maintenant à Charlie. On arrive, on s’assoit, et là on doit rigoler parce que Charlie est un journal rigolo. »

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Chaque fois qu’il y a une attaque on nous sort un héros après le sauveur africain de l’hyper cacher qui a obtenu ses papiers après des années de clandestinité voilà l’algérien qui a ses papiers et qui travaille et attend sa nationalité française voilà de toute façon ses attaques sont préparées et signées on nous prend vraiment pour des goy y en a marre !!

     

    Répondre à ce message

    • Je vais te dire une chose, malheureusement, le français bien blanc qu’on appelle de souche, ben comment dire....ben c’est un peureux. Il ne se mêle que de ça petite personne, ça se ferait agressé devant lui qu’il partirait en courant prévenir la police.
      De part mon métier, je vous très bien dans la population, sur qui tu peux compter en cas d’agression, ben c’est les noirs et les Arabes.

       
    • #2558652
      Le 1er octobre à 21:47 par La haine c’est pas gentil
      Attentat pakistanais de Charlie Hebdo : la bavure de la police qui prend le (...)

      @Anonyme
      Ouai ça c’est bien vrai, le seul qui a défendu la chanson française, c’est Bilal et un peu aussi DJ kiddy Smile et sa troupe a défendue la danse à l’Elysee le jour de la fête de la musique, le seul qui défend la dialectique et le logos c’est Chalghoumi, la marseillaise c’est Benzema, la famille traditionnelle c’est l’imam Mohamed Ludovic Zahed, le combat et la résistance c’est Mohamed Sifaoui, pour ce qui est de l’identité on a Mouloud Achour, pour la patrie on a Zemmour, oooooh j’te vois venir, non pas Zemmour, et bien si on reste dans le maghrébin, et paf...
      Bon y’a aussi Mamoudou Gassama grand défenseur de l’alpinisme, etc.... Liste non exhaustive
      Tu parles... Les noirs et les arabes sont pareil que tout le monde pas mieux que les portugais pas pire que les espagnols et pour les français vient voir nos pompiers, vient en milieu rural, et à ce sujet qui fout le bordel à Aulnay, dans le 93, au Mirail, à l’Ariane à Nice ou dans les quartiers Nord de Marseilles ?
      Jean-Louis, Bertrand, Paul ?
      À moins que ce soit des petits blancs scouts de la fraternité Saint Pie X 
      Faut arrêter d’idealiser la virilité allogène, va voir ces noirs qui font des pipes au bois de Boulogne
      C’est pas la race qui fait la valeur de l’homme
      Tu es un émotif, c’est tes émotions qui répondent 
      Quelque chose me dit que ta souche a toi n’est ni perigourdine, ni savoyarde ou bretonne
      Crdlt

       
  • #2556683

    "Je ne vois pas comment nos démocraties peuvent parvenir à éradiquer cet islamisme (imprégné par des discours qui relativisent et qui considèrent que Charlie Hebdo exagère) sans enjamber une forme d’état de droit avec la surveillance." Jean-christophe Buisson - vers 7’30’’

    OK.
    Donc ce type préconise la suspension du fonctionnement de l’état de droit pour sauver... l’état de droit ?
    C’est tellement proche de l’ingénierie sociale Covid-19 que c’en est gênant.

    Mais bande de ploucs, c’est ce qui s’appelle renoncer à sa liberté, à sa culture, à sa souveraineté. Avec une bonne couche de contradiction sur "droit au blasphème" (qui va toujours dans les mêmes directions on le sait).

    Et pour quoi ? Eviter un attentat au couteau sur 2 Français ? Le jeu en vaut-il la chandelle ? Bien sûr que NON. C’est dingue cette société du risque zéro, étouffant. Autant arrêter toute l’économie de la planète pour une grippe... euh... ah bon, c’est fait ? Quoi ? Faire le parallèle c’est du complotisme ?

    Soupir.

     

    Répondre à ce message

  • c’est un peu normal que la police enquête non ? Même si on peut penser qu’ils ont été un peu long ? Le gars a été relaché, il faudrait arrêter de parler de bavure

     

    Répondre à ce message

  • Si les médias ne prenaient pas les Français pour des cons, ils
    - compareraient le pourcentage des migrants qui sont des héros au pourcentage des migrants qui ont été condamnés par l’institution judiciaire républicaine française.
    - révèleraient le pourcentage des migrants qui n’ont commis aucun crime avant d’obtenir la nationalité française et qui ont commis au moins un crime après l’avoir obtenu.

     

    Répondre à ce message

  • Moi je retiens que c’est rare que quelqu’un arrête un terroriste juste après son méfait et témoigne de l’état de celui- ci "à vif". C’est à dire déprimé, calme, ce qui laisse penser à quelqu’un "sous emprise" etc.

     

    Répondre à ce message

  • C’est un bien Youssef, te voilà devenu français ! Bienvenu !
    Tu voulais l’être avec des papiers et tu l’es mieux que cela. Tu l’es avec honneur !
    Amen_

     

    Répondre à ce message

  • S’il s’était pas appelé Youssef, on n’aurait jamais su son nom ni même peut-être parler de lui. Je lisais récemment des faits divers de jeunes blancs qui avaient essayé de protéger des jeunes filles agressées par des racailles et qui ont parfois fini à l’hôpital d’un coup de couteau ... bah ça n’a n’avait pas fait la une de la presse. D’autant plus que lui, ici n’a a rien fait de spectaculaire ... et pourtant c’est tapis rouge.

     

    Répondre à ce message

  • Les médias, politiques et la police complice parfois, nous entubent tellement magistralement qu’on ne sait plus dire ce qui fait partie ou non de l’ingénierie sociale.

     

    Répondre à ce message

  • #2557982

    Même la chanson française à été sauvé par un allogène
    Bonjour Paaaaaaaris
    Bilal
    Non j’dèconne... c’est AMIR qui a sauvé la chanson française, de son nom complet Laurent Amir Khalifa Khedider Haddad
    Et le nier serait du révisionnisme musical

     

    Répondre à ce message

  • #2558125

    Nous aussi on a des héroïnes
    https://youtu.be/wjVN5ZRhotY
    Et heureusement pour vous

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents