Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Condamnation de Simone Gbagbo en Côte d’Ivoire : un jugement de guerre civile

Le mardi 10 mars, en Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo a été condamnée à 20 ans de prison ferme pour "attentat contre l’autorité de l’État et participation à un mouvement insurrectionnel".

Le procureur avait requis une peine de dix ans. Prisonnier de la CPI à La Haye, son mari, l’ancien président Laurent Gbagbo sera, quant à lui, jugé en juillet prochain pour "crime contre l’humanité".

À quelques mois des élections présidentielles, leurs partisans dénoncent une justice à sens unique susceptible de souffler sur les braises d’un conflit ethnique non éteint.

Lors des élections présidentielles de 2010, nordistes et Baoulé s’étaient alliés pour chasser le Bété Laurent Gbagbo et ses partisans sudistes du pouvoir. A l’issue d’un vote ethnique, Alassane Ouattara fut élu au second tour (décembre 2010) avec près de 55% des voix. Laurent Gbagbo s’étant proclamé vainqueur, durant quatre mois le pays fut plongé dans le chaos.

Puis, à la fin du mois de mars 2011, une offensive nordiste appuyée par la France fut déclenchée et Laurent Gbagbo se trouva assiégé dans sa résidence d’Abidjan. Le lundi 11 avril 2011, les hélicoptères français réduisirent ses derniers défenseurs cependant que des éléments à terre ouvraient le chemin aux forces d’Alassane Ouattara.

Mis au pouvoir par l’ancien colonisateur, ce dernier fut considéré comme illégitime par les 46% d’Ivoiriens qui avaient voté pour Laurent Gbagbo lors du second tour des élections présidentielles. Depuis, le processus de réconciliation auquel s’était engagé Alassane Ouattara n’ayant pas été réalisé, le pays est toujours coupé en deux.

Tous les problèmes demeurent donc et ils sont d’abord ethno-politiques. Tant que cette réalité ne sera pas prise en compte le pays sera au bord du précipice. En dépit du "miroir aux alouettes" qu’est la croissance du PIB.

Voir aussi, sur E&R :

Le regard d’un africanistes français sur le continent noir, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voila ce qu’il advient, lorsqu’un dirigeant n’a pas ou plus le profil imposé par l’oligarchie occidentale.
    Il est soit éliminé, soit traduit devant cette cour de justice qui bizarrement n’a, jusqu’à aujourd’hui, instruit que des procès contre des adversaires de l’occident.

     

    • GBAGBO a été évincé du pouvoir car il posait problèmes aux dirigeants français. Il dénonçait le néocolonialisme. Il était loin d’être clean, très loin même, mais il essayait juste d’en finir avec cette soumission envers la France. Une fois arrêté, rien de plus facile que de mettre ADO, pion du Système, à la place.


  • "crime contre l’humanité". Vous verrez dans une prochaine affaire que ce CPI ne condamnera jamais certains crimes contre l’humanité incessants, sans répits depuis 70 ans. Ce CPI ne condamne jamais d’occidentaux ni ses alliés mais toujours Hors-Occident ou généralement africains (crimes de la France au Rwanda) et l’Afrique menace de créer son propre tribunal continental ne reconnaissant plus le CPI. Ce CPI me semble en tout point aussi impartial et objectif que celui de Nuremberg.


  • La CPI, ou le Tribunal de l’Homme Blanc... C’est juste une version moderne du Code Noir, qui legiferait la torture publique des esclaves noirs : oreilles coupees, jarrets tranches, mutilations et mise a mort.

    Mr Lugan, dans votre grande intelligence, vous ne pouvez ignorer que la "victoire" de Ouattara est plus que douteuse, et que ce qui l’a surtout servi, c’est d’etre un laquais de Sarkozy, pret a saigner son pays et a payer tous les "interets" de dette exiges par la Francafrique. Vous ne defendez pas, ce faisant, ce qui fait la vraie grandeur de la France. Cordialement.

     

    • Encore plus étrange que Ouattara soit un ancien employé du FMI, que sa femme d’origine juive lui aurait ouvert le marché mondial du cacao et par la même occasion l’accès au réseau maçonnique pro judaîque par essence ce qui inclut la protection de l’armée Française contre les "rebelles". Arm"e Française qui à par sa présence éliminée la concurrence industrielle Chinoise en Côte d’Ivoire sous couvert d’instabilité politique. En effet très étrange.
      En fait Gbagbo était plus ligitime que le pantin pro européen placé de force par la France.


  • La "justice" ivoirienne est entièrement noyauté par les nordistes partisans de Ouattara...Même les membres du juré étaient de près ou de loin pro-Ouattara, membre de son parti...La politique du "rattrapage"qui consiste à nommer des nordistes à tous les postes de l’état qui compte est la réalité que vit les ivoiriens depuis que Ouattara candidat de la fameuse "communauté internationale" est au pouvoir...La justice des vainqueurs est la norme dans le pays...Nahibly (camp de réfugiés)est un exemple patent de cette réalité.Quelques mois après la prise du pouvoirs de Ouattara, certains de ses partisans ont attaqué( et massacré) un camp de réfugiés (pro-Gbagbo) au vu et au su de membres de l’Onuci, sans qu’il y ait aucune poursuite ni condamnation depuis plus de 3ans.
    Les alouettes au miroir qu’on nous présente de ce pays est loin de la réalité, comme la Libye, Sarkozy est passé par là...