Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Entretien avec Marion Sigaut :
De la centralisation monarchique à la révolution bourgeoise

Propos recueillis par Kontre Kulture

Marion Sigaut, historienne, nous parle de son dernier livre, De la centralisation monarchique à la révolution bourgeoise, édité par Kontre Kulture et premier ouvrage de la collection « Les manuels d’histoire de Marion Sigaut ».

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • La laïcité une autre signification aujourd’hui ? Je n’en suis pas si sûr, les politiques se mêlent plus de l’organisation des religions que l’inverse.


  • "La dictature désigne un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu’aucune loi ou institution ne les limite."

    Dire qu’un monarque n’est pas dictateur parce qu’il doit souhaiter le « bien » de son peuple :

    1/ Sonder les âmes des vivants, c’est déjà bien compliqué, je ne vous raconte pas celles des morts.
    2/ Nombres de dictateurs disaient faire ce qu’il faisait pour le peuple.
    3/ Avoir un conseil, et recevoir audience n’enlève rien à la dictature, car ce n’est pas cela qui la défini.

    Il me semble bien que l’on est pourtant dans la définition.

     

    • Bonjour Mme Sigaut, je travaille au sein d’une école (CM1,CM2) et je trouve excellent votre projet de BD.
      Nous savons que même celles-ci, malheureusement, ont du mal à attirer des enfants de moins en moins lecteurs...
      Je trouve qu’il serait très intéressant pour les adultes manquant de temps pour lire, de réaliser des enregistrements audio de vos livres, sous forme de CD par exemple, que l’on écouterait en conduisant.
      On pourrait étendre cela à toutes sortes d’ouvrages de la dissidence et je pense que l’objectif d’éveiller le maximum de consciences en retirerait beaucoup de bénéfices.
      En tout cas, sachez que je suis volontaire pour participer à ce projet en tant que lecteur à haute voix et que si des gens de Kontre Kulture l’estiment viable, c’est avec grand plaisir que je m’y joindrais.
      Je vous remercie infiniment pour votre travail, je me régale à chacune de vos interventions et souffre de ne pas plus pouvoir faire circuler votre parole et vos écrits.


    • "sans qu’aucune loi ou institution ne les limite."

      Entre la Papauté, les princes de sang ( Grand Condé etc), les Parlements, Les Jansenistes, Les souverains des autres pays… Vraiment aucun pouvoir ne limitaient les Rois c’est sûr…
      Le Roi devait appliquer la Loi, certaines emmenaient de l’église, d’autre de la traditions, d’autre de la coutûme et il avait le droit d’en changer certaines...

      Le Roi est l’autorité supérieur d’un point de vue de la loi… Si un juge de cassation ( dernier recours) prend une décision, vous n’avez pas d’autre choix que de l’appliquer…


    • Les rois de France ont toujours eu des contre pouvoirs détenus par l’église premièrement et les juges par la suite non ?


    • @claire

      Soyons clair. Vous me dites : « Le Roi devait appliquer la Loi, certaines emmenaient de l’église, d’autre de la traditions, d’autre de la coutûme et il avait le droit d’en changer certaines. »
      Ce qui m’intéresse c’est celles qu’il pouvait changer :Les actes royaux, édits, ordonnances, déclarations, ne portent que presque exclusivement sur la matière du droit public, c’est-à-dire l’organisation des juridictions et des administrations, les codes de procédures civiles et criminelles, le statut des ordres, des cours, des villes, des paroisses et des professions, la monnaie, les convocations des cours, la nomination des grands officiers (gouverneurs, etc..), les levées de troupes ou de gendarmes, les traités…
      Pas mal non ?

      Je suis désolé de vous faire remarquer que ce n’est pas moi qui dit : « ...plus personne ne peux remettre en question la parole du roi ». Je passe sous le paradoxe déjà mentionné plus bas.

      Il est clair que tt pouvoir fusse t il tyrannique induit une opposition, une résistance. Cela ne fait pas d’elle un acteur de la décision politique.
      Un dictateur a sûrement une mère, femme, famille qui auront une influence sur lui, ce n’est pas pour autant que cela fait une décision collégiale.

      On appelle liberté l’action qui fait que les « gens » prennent part aux lois qui vont les régir.

      Peut importe que la dictature soit le fait d’un homme ou d’une oligarchie, qu’elle se réclame d’un dieu ou d’une science. Si c’est pour changer de l’un à l’autre, on nous a déjà fait le coup merci.
      Imaginez vous sous louis 75 en 2014, Marion écrit un texte qui ne plaît pas à louis 75 et hop une lettre de cachet.


    • A mon avis, la différence essentielle entre un roi français d’Ancien Régime (comme, d’ailleurs, un Franco ou un Salazar) et un dictateur au sens moderne et à juste titre très péjoratif réside dans le fait que le premier, avant d’être roi, est d’abord un fils soumis de l’Eglise Catholique ; son pouvoir est donc limité par la doctrine Catholique (distinction des Pouvoirs) et ses sujets peuvent être très légitimement déliés, partiellement ou totalement, de leur obéissance en cas de grave manquement à la Charité publique (selon Saint Thomas, la politique est un domaine où la Charité doit s’exercer au pus haut point). En revanche, le pouvoir TOTALITAIRE du dictateur moderne (Robespierre, Bonaparte, Hitler, Staline, Mao et les autres...) issu des "Lumières" est un humanisme laïc et souvent athée où l’Homme et devenu un ABSOLU affranchi du contrôle de toute Divinité. TOUT (y compris le pire) lui est donc permis, selon ses caprices ou la vision que l’on a de l’Homme au moment où le dictateur exerce son pouvoir totalitaire : racisme chassant de l’espèce humaine le juif ou le noir à un moment donné de l’histoire, sectarisme déniant la nature humaine au Vendéen lié à son Catholicisme incompatible avec l’idéologie démocratique et maçonnique sortie des "Lumières", élimination de tout ce qui n’est pas un prolétaire dans le royaume de "Mao". En résumé, la dictature n’est pas bonne ou mauvaise en elle-même mais vaut ce que vaut la religion ou l’idéologie qui l’inspire.


    • @Catholique et Français

      Comme toujours dans ces sujets, on mélange beaucoup de choses et on a le réflexe de penser le passé avec notre structure et modèle cognitif qui lui est bien actuel.Cela crée des problèmes épistémologiques majeurs par l’inversion des causes et des effets.

      Je ne répondrai qu’à votre résumé :« la dictature n’est pas bonne ou mauvaise en elle-même mais vaut ce que vaut la religion ou l’idéologie qui l’inspire. »

      Outre que le fait que tt les moyens pour arriver à un but – aussi noble soit il – ne sont pas recevables. Vous créditez par ce propos, la thèse de Voltaire et d’Holbach, qui souhaite le despote éclairé.
      Mon avis est que oui, une dictature est un système mauvais car elle construit les structures nécessaires à sa survie, celles qui infantilisent l’Homme. Structures qui une fois mises en place, pourront recevoir un homme bien moins « éclairé » que le premier.

      Je suis moi même adepte du pharmakon, mais la dictature n’est pas neutre, ce n’est pas un outil. C’est déjà une action, un choix politique.

      Cordialement


    • Bonjour InFabula ! Le peuple n’élit pas son roi. Le pouvoir royal n’est tenu que sous forme de contrat social permettant de maintenir l’unité du royaume en tant qu’entité territoriale qu’il y aurait un intérêt économique et social à préserver. Un roi ne s’engage pas sur un programme ou des promesses, ni encore moins sur des idées. Il ne peut pas agir par arbitraire ou clientélisme mais que par justice et dans l’intérêt général dont le sien propre et celui de sa descendance dépend.
      La dictature met le peuple au service du gouvernant et ne peut donc pas durer sur ce principe ! Ce n’en est déjà plus une, s’il s’agit de maintenir l’ordre et l’activité, le temps d’une transition obligée.
      La monarchie sert le peuple en défendant le bien commun et sa prospérité. C’est ainsi qu’elle peut prétendre à devenir millénaire ... et donc de survivre ... voire renaître ;) ... à toutes les révolutions d’idées notamment contraires à la parole divine qui l’anime ...


    • Bonjour Acte patriote

      Ce qui me gène dans cette histoire de royauté, c’est qu’il me semble que l’on a tendance à idéaliser la personne du roi. A croire que parce qu’il est roi il est sage… Imaginez un roi qui serait Holland… jusqu’à la mort... La sienne ou la notre.
      Lorsque vous dites : « Il ne peut pas agir par arbitraire ou clientélisme mais que par justice et dans l’intérêt général dont le sien propre et celui de sa descendance dépend. » remplacez descendance par parti et vous avez la phrase type que peuvent prendre à leur compte tt politiques.
      A moins de croire que le roi est éclairé et conseillé par Dieu… Ce qui sous entend que vous et moi ne le sommes pas ou moins, ce qui je vous l’avoue me pose un problème. Si nous le sommes alors nous pouvons aussi l’être, roi.
      Quand vous écrivez : « La monarchie sert le peuple en défendant le bien commun et sa prospérité. » je ne demande qu’a vous croire, mais là encore c’est bien ce que pense nos politiques.
      Si par exemple, on regarde la monarchie Anglaise – même si elle ne fait pas a proprement parlé de politique – il ne me semble pas l’avoir entendu parler de la souffrance de ses sujets mineurs, lorsque Tatcher a réprimé les gréves.
      Je pense que par ces temps troubles, il faut se méfier des tt blancs et tt noirs. Ce n’est pas parce que maintenant on a des « démons » qu’hier on avait des « anges ». Et les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcement des amis.


    • Bonjour à tous,
      - Il n’y a pas de "monarchie" en Angleterre (monarchie = un seul GOUVERNE) mais une "démocratie" véritable assortie d’une ROYAUTÉ décorative. La réalité du pouvoir y est démocratique et non monarchique.
      - Ce qui a fait la supériorité de la Monarchie française d’Ancien Régime (sauf l’exception de Louis XVI), ce n’est pas la personnalité, l’intelligence, la vertu ou la valeur de tel ou tel roi (évidemment, c’est mieux avec...) mais l’exceptionnelle valeur des institutions : un simple français pilotant une Ferrari a évidemment beaucoup plus de chance de gagner les 24h du Mans qu’un champion (lol) comme Sarkozy ou Hollande pilotant une guimbarde. Et je ne parle pas de bien d’autres évidences qui font qu’un français intelligent ne peut pas être démocrate. Comme répondait un démocrate-chrétien du XX°s à des royalistes : "Vos raisonnements sont inutiles, la démocratie, ça tient dans les tripes !" Cordialement.


  • Chère Marion j’ai acheté votre livre cette semaine et je l’ai dans les mains depuis une heure.

    J’ai un peu de mal avec la notion d "humaniste dévot" donnée par Bérulle

    "L"humaniste dévot nous invite à nous oublier nous même, à nous perdre dans les objets qui nous entourent, dans le spectacle du présent monde, notre royaume, dans la méditation des dons célestes ; à nous oublier davantage encore en montant à la cime de notre être, au plus haut de cet intérieur, ou ni les sens ni la dévotion sensible ne nous pénètrent. De toute sa pente logique, de tout son élan, l’humanisme dévot veut le pur amour."

    Vous faites bien de préciser juste après "Autant dire que contradictoire dans les termes, l’humanisme dévot, qui voulait que l’homme s’oublie et se perde, fut un anti humanisme."

    Effectivement je n’ai strictement rien compris à la phrase de Bérulle !

    Si je peux voir comme vous en quoi cette phrase peut amener au libertinage, j’ai du mal à y voir par contre le jansénisme.


  • La série BAS LES MASQUES continue !

    Merci au courage de M. Sigaut de faire tomber les faussaires de l’Histoire qui ont transformés les mythes grecs, générateurs de notre culture et riches de sens, en mythomanies sur l’Etre suprême (cf. Robiespierre et complices).

    A l’école j’avais appris combien était nécessaire la révolution pour rendre le peuple plus heureux et où chacun pouvait vivre libre. Nous en sommes aujourd’hui à la théorie du genre. L’Etre suprême est toujours d’actualité.
    MAIS ce paquet cadeau pue depuis 150 ans car sa substantifique moelle faisandée suinte aujourd’hui de tous bords. Il FAUT ouvrir le paquet, comprendre la supercherie et passer à autre chose de vrai et essentiel.
    Bravo à Marion Sigaut d’oser l’ouvrir et de nous aider à mieux voir l’essentiel !


  • Le roi ne fait pas ce qu’il veut mais s’il décide quelque chose personne ne peut s’y opposer... C’est paradoxale.
    Le roi ne prend pas de décisions contraire à l’intérêt du peuple :
    Construction du château de Versailles (2300 pièces) alors qu’il était déjà bien logé et somptueuses soirées...
    Mme Sigaut et mr Soral évoquent souvent la moralité chrétienne des rois. Que signifie donc tout le statuaire des jardins du château de Versailles (Dieux et mythologie grecques et romains)
    Exemple : "Au siècle suivant, bien que Louis XV puis Louis XVI apportent peu de changements aux jardins, le groupe de Neptune est installé au centre du bassin et de nouveaux bosquets sont créés dans les années 1770, à l’instar des bains d’Apollon"
    Neptune, Apollon... il me semble que c’est un terrible blasphème que cela. Dieu est le Dieu jaloux qui déteste ceux qui se prosternent devant les faux dieux.
    Donc, pour ma part, j’ai de gros doutes sur la morale des dirigeants nobles. Sans compter qu’à notre époque, ils sont très présents dans la finance, la politique, la magistrature, la diplomatie, les conseils d’administration des grandes entreprises etc...Donc ils ont toujours une bonne partie du pouvoir et sont donc aussi responsables de la situation misérable dans laquelle nous nous trouvons actuellement.

     

    • "Dieux est le dieu jaloux qui déteste ceux qui se prosterne devant les faux dieux " ???
      Non ça c’est Yhavé … Le Dieu des chrétiens est amour, qui accorde son pardon
      Les cours des Universités Françaises au XIIIeme siècle, c’est à dire en plein Moyen âge, enseignaient la théologie, les canons de l ’Eglise et... la philosophie aristo-tellicienne.
      La société chrétienne n’est pas un Tabula rasa, qui éradique tout sur son passage, mais qui a intégré ce qui faisaient parti de la culture européenne et un monde antique qui a toujours été très présent dans les arts, L’antiquité n’a jamais été oublié, tout les moines du moyen âge lisaient Aristote, Homère, Virgile...

      "Le roi ne fait pas ce qu’il veut mais s’il décide quelque chose personne ne peut s’y opposer... C’est paradoxale"
      Le Roi ne prend pas de décisions arbitraires, qui serait contraire au droit qui que tout le monde connait.
      Aujourd’hui l’Union européenne décide de la courbure des bananes, du calibrage des tomates, des chasses d’eau. On ne peut plus mettre des volets de la couleur que l’on désire…

      Dans l’ancien temps, Le roi et son conseil décident des împots ( on en paye toujours en république), de la politique extérieur et des grandes inclinaisons politique. Il ne passe pas son temps à edicter des normes …
      Les bourguignons vivaient comme des bourguignons les auvergnats comme les auvergnats…
      Lors des problèmes juridiques entre deux communautés, le Roi sert d’arbitre, il prend conseil auprès de ses juristes et donne sa décision ( c’est cette décision qui ne peut être remis en cause, en théorie)
      Il me semble aujourd’hui qu’en France on obéit au juges…
      Et ce sont souvent les communautés paysannes ou de corporation d’artisans qui demandaient l’arbitrage royale


    • Oui Claire, l’éternel est amour. Mais il n’aime pas pour autant les idolâtres. Combien de passages dans l’ancien testament sur les statues des faux dieux qui ont des yeux mais qui ne voient point etc, sur le sort funeste réservé à ceux qui s’y confient et sur le fait qu’il ne donnera point sa gloire à un autre ?
      Que des chrétiens admirent des statues de dieux mythologiques est un grand péché, ils ne peuvent dire qu’ils ne le savaient pas puisque c’est dans leurs écritures. Ils ne faut pas voir les choses de notre point de vue d’ "homme moderne" qui regardons ça avec le poids de l’histoire. La mentalité n’était clairement pas la même quand une statue était commandée à l’époque. ils savaient ce qui était écrit dans la bible, c’était donc clairement un affront. Sans compter le prix de revient pour la réalisation des ses œuvres réservées à une élite sur les deniers du peuple.
      Etudier les écrivains antiques est complètement différent.


    • Vous parlez de la décadence de la monarchie et du retour du paganisme et de la vanité qui débuta à la Renaissance.Ce fut le début de la fin .Si nos rois avait gardé leur principe et leur foie chrétienne nous n’en serions pas la .L’apogée de la France chrétienne ne va pas au dela de 1294.Je suis monarchiste de droit divin et aprés Louis XI j’ai du mal avec les autres rois méme si François Ier et Henri IV étaient de bon bougres .Regardé par exemple les chateaux fort purement utilitaire et fonctionnel par rapport au chateaux de renaissance trés beaux mais servent à rivalisé à qui est le plus riche (vanité).Les banquiers et mages talmudo-sioniste était déjas à l’affut.Premiére attaque philosophique contre la France le protestantisme crée par les juifs pour lézarder le mur chrétien.L’héritage de Clovis se dilua.Il fallait rester ferme dans les principes et la foie.Le progrés oui ,le modernisme non.On peut trés bien avoir une trés haute technologie et penser comme à l’époque de Saint Louis.Ah Saint Louis.Faire attention aux idées philosophiques nouvelles et étudier leur origine et d’ou elles viennent avant de les validés et de les acceptés.


    • Non Yahvé n’est pas le Dieu jaloux ,c’est Dieu le Pére,le pére du Christ celui qui vous conduit sur le bon chemin et qui vous donne les armes pour lutter contre satan qui se manifeste par le paganisme et qui animalise l’étre humain .Dans toute les formes de paganisme partout sur la planéte ,habillé de culture différente on retrouve à chaque fois un point commun le sacrifice humain que ce soit d’adulte ou de jeune enfant avec de la pédophilie.Comme en Inde avec les adorateurs de la déesse Kali ou chez les Mayas avec les adorateurs de Quetzalcoat ou encore le sacrifice humain pratiqué par les Druides Celte mais encore avec la déesse Vénus/Aphrodite chez les Grecs et les Romains (magie sexuelle).Alors si Yahvé est un Dieu jaloux moi je trouve cela trés bien.


    • @tony
      pour lutter contre Satan qui se manifeste par le paganisme et qui animalise l’être humain"

      Si je suis le raisonnement.
      Les non-chrétiens représentent 5 milliards environ sur 7.
      Ils ne reconnaissent pas le Christ, comme celui qu’il faut suivre.
      Ils sont donc païens, sous Satan, et équivalent à des animaux.
      Les 2 milliards qui restent, ce sont les êtres humains.
      Eh ben, avec ça, on est loin d’une réconciliation...

      Occupez-vous de suivre votre religion et arrêtez d’insulter les autres.


  • Chère Marion Sigaut,
    Envisageriez-vous d’écrire des manuels d’Histoire pour élèves de primaire et collège hors contrat, si la demande était suffisante ?
    Cdlt.


  • En "mise" en bouche de la vidéo j’ai eu le plaisir d’entendre le début de "la marche des Turcs" de Jean-baptiste Lully pour Louis XIV ! Un pur délice ! une de mes compositions favorite de Lully

    Merci !

     

  • Mme Sigaut a l’air en forme en tout cas.
    J’ai une question : pourquoi le roi n’a pas fait massacrer les juges, le pouvoir local, etc. qui manifestement commettaient systématiquement des crimes de lèse-majesté ?

    Je n’ai pas encore lu ce livre mais je sens que cette série va dynamiter les rengaines mensongères répétées depuis 200 ans.

    A part ça, quelle est la musique svp ? c’est la même que dans une vidéo de bernamej.


  • Je conseille "Le Siècle de Louis XV" de Pierre Gaxotte : c’est un grand classique pour le grand public qui aborde très bien l’admirable organisation de l’Administration française à la fin de l’Ancien Régime. Il a été souvent réédité et est facile à trouver.


  • Très Très bonne initiative ! Bravo.


  • Merci à Marion pour son travail de recherche.

    Elle m’a donné envie à moi, de reprendre mes études et en histoire.

    Je sais que Marion est très occupée mais le livre qu’elle écrit sur Voltaire avance-t-il ?


  • Dictature définition : le fabricant d’âme en germe dans Karl Marx qui enseignait que la structure mentale de l’individu est le produit de son milieu. Ainsi fabriqué par les seules contingences sociales et historiques dont il n’a pas à décider, l’individu doit vivre dans le temps linéaire en évolutionnisme entre un passé et un futur. Le souvenir lui est interdit, il ne doit pas regarder en arrière... Éducation dit dressage, fabrication, coulage dans un moule.

    Tout "parti", en religion, en métaphysique, en politique, en science et en économie, tend à imposer ses lois à l’ensemble. Ainsi tout "parti", tout isme ou système est un genre de dictature en puissance.
    Le problème de l’étatisme tourne toujours autour du mot PAIX.


  • 5min35 "au dessus de roi, c’est le bon dieu" c’est pas le soleil lol J’adore cette femme, très rigolote. Elle ne peut s’empêcher de glisser, une p’tite quenelle, juste histoire de détendre un peu l’atmosphère..


  • vivement le livre sur "la chasse aux sorciéres" ,le sujet peut étre révélateur de l’ampleur des manipulations historiques actuelles .
    merci à vous mme sigaut !


  • Les jardins de Versailles et même Versailles étaient ouvert pour tout le peuple. Pourquoi Versailles ? Car paris n’était plus respirable, à Versailles on pouvait discuter avec le roi plus tranquillement. A un moment louis XIV a voulu mettre des grilles car il y avait souvent du pillage mais très vite il les retirat pour qu’un plus grand nombre profite des jardins. Versailles est juste le fruit des formidables conquêtes de louis XIV en Europe.


  • "l’Eglise ne décide rien en matière politique" (13 min 06). J’ai songé à Richelieu, à Mazarin, et j’ai arrêté là...

     

    • Ni Richelieu, ni Mazarin, hommes d’Eglise, n’ont jamais décidé quoi que ce soit en tant qu’ "hommes d’Eglise" mais comme sujets et comme ministres du roi. Votre réflexion est aussi ridicule que de soupçonner Sarkozy ou De Gaulle d’avoir servi la cause des avocats ou des militaires..Je vous rappelle enfin que le Catholicisme faisait partie de la Constitution (non écrite) de l’ancienne France qui n’était pas un pays laïc.


    • Ce n’est pas auprès de moi qu’il faut plaider, cher monsieur, mais plutôt auprès des descendants des huguenots, des jansénistes de Port Royal, ou encore de toutes les victimes d’une justice empreinte de religiosité : les Calas, Sirven, la Barre et autres... Je ne condamne rien, croyez-moi, je ne fais que constater. Mais en mon for intérieur, je me sens bien mieux dans un pays où l’on m’accorde le droit de croire, et même de blasphémer (s’il m’en venait l’envie !!!)


    • Personne, même dans une société catholique, n’est en droit de vous empêcher de croire ce que bon vous semble, y compris aux extra-terrestres. En revanche, toute société, même catholique, qui croit en ses fondamentaux et les considère comme vrais et certains, a non seulement le droit mais le devoir de les défendre énergiquement contre ceux qui se servent de leurs "croyances" (jansénisme, protestantisme, idéologie maçonnique etc...) pour détruire les bases les plus sacrées de l’état et de la société). Ce principe est universel et s’applique, de nos jours, par exemple, à des états comme Israël ou, quoiqu’avec une grande hypocrisie, aux états "démocratiques" et "maçonniques" dont sont si friands nos contemporains. Alors, monsieur le donneur de leçons, commencez par vous appliquer à vous - même ce que vous prétendez imposer aux autres !


    • Hélas, les aspérités de l’histoire s’accommodent mal des grilles de lecture, quelles qu’elles soient. Concernant l’Ancien Régime, le débat mène trop souvent au point Godwin de la franc-maçonnerie, moyen comme un autre de discréditer l’un des débatteurs...


    • Arguments ? Logique ? Cohérence ? Par ailleurs, les fondamentaux maçonniques issus des "Lumières" et du christianisme protestant régissent la quasi-totalité du monde occidental contemporain. Vouloir faire silence sur ce fait capital, ou même le négliger, relève de l’incongruité ou du grotesque.


  • Afficher les commentaires suivants