Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

États-Unis, Grèce, Espagne : quels risques pour l’économie mondiale ?

Le relèvement des taux directeurs de la FED, la chute des recettes fiscales de la Grèce et les facteurs clés qui expliquent le succès de Podemos aux élections locales espagnoles, l’analyse de Jacques Sapir :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je ne crois pas à un scénario catastrophe ! ce qui risque de se passer, c’est une mise sous tutelle de la Grèce - en attendant le Portugal, l’Espagne et l’Italie...une sorte " d’Hinterlisation" des pays du Sud, qui serviront de réserves de croissance pour l’Allemagne - un peu comme le Mexique sert d’arrière-cour aux états-unis...
    Il faut se mettre dans la tête que la crise est bienvenue pour les europhiles :ça sert à détruire les états européens, incapables de faire face à la crise et à la Dette, et à transférer un maximum de pouvoirs autrefois régaliens vers Bruxelles. La boucle est ainsi bouclée : les nations européennes deviennent, peu à peu, de simples provinces de l’UE, comme aujourd’hui la Bretagne est simple région française...

     

    • Vous devriez y croire pourtant.Si les média abrutissants et abêtissants vous disent qu’il n’y a pas de crise économique et que la reprise est là (sic),cela devrait vous mettre la puce à l’oreille.Non seulement il y aura un effondrement économique mais en plus il sera de dimension biblique.Un conseil,lisez.En particulier 666 de P.Jovanovic que d’ailleurs ER promeut également.Et préparez-vous !


    • @zzz :

      Le problème c’est qu’on nous parle d’un effondrement depuis des années... il ne viendra pas, comme le souligne Gabriele Adinolfi.

      Le système a toujours une longueur d’avance. D’ailleurs je pense personnellement qu’il n’y a pas eu de crise en 2008, mais une démolition contrôlées (en sachant que les plus grosses fortunes gagnent de l’argent même dans les mouvements baissiers en bourse) pour accomplir des objectifs politiques spécifiques.


  • Il est très clair "qu’Ils" feront tout pour que la Grèce ne sorte pas de l’Euro qui représente le Sacré et dans le but effectivement de régionaliser,( leur vision de l’Europe idéale), c’est-à-dire dans le prolongement du fameux Traité transatlantique,, mais leur problème ce sont les peuples, (voir élections espagnoles), le peuple est imprévisible, combien de temps encore ces peuples accepteront leur dilution et jusqu’où seront t-ils prêts à aller pour avaler l’absence de démocratie,la gouvernance d’une oligarchie par elle et pour elle, l’augmentation des inégalités, une croissance en berne,, la destruction des emplois,la perte de pouvoir d’achat, l’immigration massive, la perte des identités etc...combien de temps, tic,tac,tic,tac...


  • à ZZZ...

    Détrompez-vous ! la crise est voulue et savamment entretenue par l’Empire pour disloquer les nations européennes et en faire, à terme, de simples provinces sans pouvoirs régaliens. C’est clair ou il vous faut un dessin ?

     

    • Vous ne croyez pas à la crise puis vous écrivez "la crise est voulue...".Il faudrait savoir,vous y croyez ou pas ? J’ai bien compris que vous êtiez un adepte de M.Pierre Hillard (que par ailleurs j’estime) mais que la crise soit voulue ou pas,tout un chacun doit s’y préparer. Capito ?


    • Vous avez tous les deux raison.

      Le système est face à une limitation physique, qui lui empêche de croître indéfiniment, donc il cherche à appauvrir les pauvres pour que les riches puissent continuer à s’enrichir.

      Et d’ailleurs après la Grèce, si on ne fait rien, le jour viendra pour la France.

      En réalité le système est en guerre contre une entité que moi j’appelle Dieu mais que les athées appellent la planète, la nature, l’environnement...

      Pour moi l’humanité est face à un choix décisif, soit elle choisit la mort, via la sacre sainte nécessité de croissance et le jour où l’effondrement arrive on aura des millions de morts soit elle choisi la vie et à ce moment là on décide d’aborder les problèmes en organisant la décapitalisation de la société.


  • Et c’est reparti... aujourd’hui on nous annonce que la Grèce est sur le point de trouver un accord sur sa dette et les bourses européennes grimpent verticalement...

    Ça fait des années que ça dure et ça n’est pas près de s’arrêter.

    Le système gagnent les batailles sur tous les fronts.

     

    • Exactement. Un scénario catastrophe vu et revu, un copié collé de celui sur la dette américaine. Ils nous diront qu’ils ont une nouvelle fois sauvé le monde, tout le monde sera content et ce sera reparti pour un tour. Rassurez-vous, il y a encore beaucoup de nouveaux Iphone, d’émissions de télé réalité et de décadence en tout genre.


  • Les dés sont pipés.
    Avec le trade à haute fréquence, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.
    La Russie fait des misères, hop on baisse le cours du pétrole.
    Cela en dépit de demande mondiale globale, en dépit donc de la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande.
    Babylone tripatouille les cours comme cela lui convient.
    Normalement on devrait être au tapis, mais non.
    Ce matin l’or était à la baisse bien avant l’annonce de cet accord du siècle Grèce/FMI.
    Ca veut dire que déjà les machines faisaient du trade à la hausse sur les marchés incroyable non ?
    Toute cette fumisterie ne reflète plus rien de réel, on est dans une fiction.
    L’austérité bien réelle qu’on inflige aux peuples, sert également à nous conditionner mentalement pour adhérer à la carambouille.
    La crise de 2008 a été le grand moyen pour déplacer des fonds publics vers les poches privées et d’endetter ainsi à mort gage et à mort tout court les peuples.


  • Concernant la Grèce bizarrement vous pouvez tout simplement vérifier que lorsque la banque Goldman Sachs a commencer à prêter l’argent est le moment où la Grèce avait trouvé des gisements de gaz ( rappel 2000 ). Pour ma part je pense que l’endettement de la Grèce à été fait dans le seul but de pouvoir dans le future exploiter leurs gisements en échange du remboursement de cette dette. Le seul moyen de contrôler une nation est de contrôler son économie et voilà pourquoi tous les pays européens sont endettés. Les pouvoirs politiques devraient être punis du châtiment de prison à vie et de l’expropriations de tous leurs biens pour complicités de vol de masse. Bien sûr il faudrait englober là dedans les dirigeants des banques qui contrôlent le monde. Aujourd’hui le seul moyen de nous dresser contre celà est malheureusement un soulèvement général, un petit peu comme il s’est passé en Islande.