Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Étienne Chouard : Le tirage au sort comme bombe politiquement durable contre l’oligarchie

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • bravo ! formidable ! encore ! bis ! chapeau !

    La beauté sauvera le monde


  • Une monarchie, le pouvoir d’un seul ?
    Non, c’est un commandement unitaire...

    Et ce commandant n’a pas tout pouvoir, car c’est un arbitre...

    Le peuple a d’autant plus de pouvoir si il s’auto-organise en démocratie directe (universités d’ancien régime, corporations). La corporation des remontrants, en se bombardant assemblée nationale a détruit toute la démocratie de l’ancien régime pour fonder une représentocratie... une démocratie d’apparence, en quelque sorte.

    Pour que le peuple puisse s’auto-organiser en démocratie directe, il lui suffit d’un seul arbitre qui soit au-dessus de toutes partie du peuple, en garantie que les organisations populaires agissent chacune dans le sens du bien commun.

    Seule une monarchie garantit l’épanouissement d’une démocratie directe viable.

     

    • Oui c’est clair qu’il n’y a qu’à voir les monarchies actuelles et passées pour voir que c’est LA solution... Comme le dit très bien Etienne Chouard, il n’y a qu’a regarder les faits : il suffit de regarder la monarchie au Maroc, en Espagne, en Belgique, etc. pour voir que la monarchie ne change strictement rien au problèmes actuels.


    • D’un autre coté, c’est logique, l’infrastructure philosophique et morale est bien trop décadente.
      .
      Les "systèmes" politiques, qui ne sont rien d’autre que des machinations législatives, ne rendent pas l’homme plus vertueux, mais l’instrumentalise : une machine, c’est pour manipuler des choses, pas pour gouverner des hommes !
      .
      La situation actuelle le montre bien : il n’y a aucun gain à la mise en place d’un système légaliste, au contraire. Les systèmes communistes ou républicains ne produisent pas de vertu de manière intrinsèque.
      .
      Au moins quand il y avait une classe destinée à rappeler sans cesse aux gouvernants que Dieu les jugerait après la mort, ça marchait beaucoup mieux.
      .
      Tout repose sur la moralité. Quand elle est de culture satanique, la société s’effondre, et ceci quelque soit le type de gouvernement !
      .
      Dieu vous voit tous, et il ne joue pas aux dés !


  • Étienne Chouard. Le meilleur d’entre nous (« entre nous » au sens large).


  • Voilà, maintenant je sais pourquoi je n’ ai jamais voté sauf une fois , sous la contrainte en Algerie sous l’ époque Boumédienne.
    Je saurais quoi dire aux gens qui répètent niaisement " des gens sont mots pour obtenir ce droit de vote"... Tu parles...la belle arnaque...
    Meerci à ER pour cette vidéo et bravo Mr CHOUARD


  • Ce qui m’impressionne chez lui, c’est qu’il est en permanence dans la recherche de l’amélioration et du perfectionnement de son système. Espérons que la graine finira par germer...


  • Quelqu’un sait à quel bouquin il fait référence à 14 minutes environ ? Sur le story telling

     

  • Emission très dense avec Pierre Hillard sur Méridien Zéro :

    http://meridienzero.hautetfort.com/...

     

  • Étienne Chouard est très très bon et ces analyses sont excelentes......mais j’avoue que j’accroche plus et je comprends mieux que quand c’est Alain Soral ou Pierre Hillard qui nous explique le chlimilimimiplique de l’oligarchie..............


  • Bien parlé abat le veau d’or de la pseudodémocratie d’opinion


  • Je trouve qu’etienne chouard est un très bon economiste et surtout pédago. J’avait beaucoup apprécié sa conférence sur le systeme des banques mais la j’ai beaucoup plus de mal a accépter son analyse qui ne converge pas avec ma pensé meme si effectivement c’est très bien construit et par ailleur bien étudié.

    Pourquoi parce que l’empire athénien pour moi faisait parti des 7 empires, la bete a 7 tetes. N’oublions pas qu’a athène nous avions aussi des réseaux pédophiles un peu comme aujourd’hui. On ne peut pas etre d’accord avec les recits de pierre jovanovic dans son livre 777 qui ce sert de la bible pour déchiffrer le faillite de wall street et etre d’accord avec l’analyse d’etienne chouard qui donc décrédibilise la bible en disant que l’empire grec n’as pas ete un empire oligarchique et donc sortant du contexte des 7 empires du mal.

    si on suis son raisonnement l’empire grec ces trouvé diamétralement opposé dans sa pensé au pensé dans des autre empires. Je ne le crois pas pour moi la bible ne peut mentir la dessus etant donné que tout ce recoupe actuellement avec la bible et aujourd’hui nous somme le dernier empire c’est a dire le septieme, le dernier c’est a dire l’empire anglosaxon.

    maintenant moi j’en sais rien peut etre que la bible a pus etre falcifié.

     

    • Ne pas confondre le fait que des cités grecques du Ve siècle c’est d’Athènes dont il est question, les autres n’étant pas démocratiques. Et que l’empire grec n’existe d’ailleurs pas à l’époque. Il faut attendre Alexandre le grand soit un bon siècle pour ça.
      Donc on peut très bien croire et à l’intérprétation de Jovanovic, qui n’incluerait donc pas l’Athènes du Ve siècle car dissocié de l’empire grec du IVe unifié et étendu par Alexandre le Grand, et à la pertinence des analyses d’Etienne Chouard sur les institutions.


    • Franchement entre Chouard et Jovanovic mon choix est vite fait...


    • - "L’empire Athénien".

      De quoi parles tu ? Il n’y a jamais eut d’ Empire Athénien. On parle d’une cité état.

      Il n’y a jamais eut d’Empire Grec non plus... Si tu fais référence aux conquêtes d’ Alexandre, saches que rien ne lui a survécu... les conquérants, y compris les Ptolémés en Egypte, ont été absorbés par les conquis.

      - Ne mélange pas les moeurs sexuelles, mêmes immorales, et ce qui relève de l’efficience pure d’un système politique.
      A ce propos, homosexualité d’essence misogyne à Athènes, Thèbes... là je dis Ok... pédophilie institutionnelle.... heuuu ? Jamais rien entendu de tel.


  • quel poids aura cette démocratie du tâtonnement face à des institutions verticales et centenaires ? Tout système doit se penser dans son contexte, si il faut gérer les conflits internes il faut aussi prendre en compte l’hostilité externe. Elire des représentants ou les choisir au hasard, si le pouvoir est ailleurs, voila de quoi nous occuper pendant un certains temps mais pas de quoi faire la révolution.

     

    • NON
      Chouard ne veux pas choisir au hasard des représentants mais des exécutants.
      C’est en fait l’assemblée qui a tout pouvoir.
      Les tirés au sort n’ont aucun choix, seulement des décisions de court terme pour repondre a une urgence.
      Quand il y a un choix a faire (par exemple voter une loi, ou faire des choix stratégiques a moyen ou long terme) on convoque une assemblée de gens tirés au sort qui prennent leur temps pour etudier le sujet en question en faisant intervenir qui bon leur semble pour peser le pour et le contre, les tenants et aboutissants du sujet. Ensuite ils votent, et s’il n’y a pas unanimité, alors il y a referendum au sufrage universel.
      Je crois que c’est réellement, la démocratie réelle


    • qu’en est il de l’échelle ? si ce système est appliqué à l’échelle nationale, il faudra donc toujours un représentant national ? président, roi ou autre ?


  • J’ai toujours été pour cette méthode d’élection, envers et contre le scrutin de liste. Athènes à son apogée n’était pas du tout une démocratie au sens moderne, une proportion aussi petite de Grecs que la noblesse française en France était jugée apte à être tirée au sort pour prendre des décisions. Mais c’était un si bon rempart contre l’oligarchie, contre les coteries de gens toujours les mêmes se passant le pouvoir en rond, que tout le monde était passionné, même ceux qui n’avaient aucun droit comme les esclaves et les métèques, par les débats entre vrais cerveaux, car une fois tiré au sort le magistrat avait intérêt que son débat fût aussi public que possible.

    Mais ce n’était pas une démocratie au sens moderne. Le terme de démos désignait non le peuple mais une sorte de subdivision administrative dans laquelle on effectuait le tirage parmi relativement peu de personnes jugées de qualité. Le système de découpage des collèges en démos avait été mis en place par Solon en lieu et place d’un système antérieur fondé sur les localités et les ethnies, de manière à empêcher les questions communautaires de prévaloir sur les questions générales, et non pas pour faire voter tout le monde comme on croit aujourd’hui. Aujourd’hui l’équivalent serait de mettre en place des examens très difficiles permettant à des gens de telle ou telle spécialité d’être tiré au sort pour devenir ministre ou député, en sus de qualifications morales comme le fait d’avoir servi la patrie sous les drapeaux depuis trois générations (pour éviter les arrivistes).

    Il existe un mouvement assez apparenté en apparence appelé la géniocratie qui voudrait donner tout le pouvoir à une catégorie de gens sélectionnés sur la base de tests mentaux et de performances artistiques ou scientifiques, mais ce n’est pas une si bonne idée. Contrairement aux idées reçues, les gens à haut QI et haute performance académique sont en général plus égoïstes et plus conservateurs que les aristocrates de la naissance ou même de l’argent, un bel exemple de cela fut le système chinois des mandarins où l’on entrait par examen de signature anonyme. Il faut que les critères moraux soient préalables aux critères d’aptitudes et en fin de compte le seul est de faire en sorte que le sujet ait consenti à plus de sacrifices personnels pour le bien de tous que les autres.

    Sans rien connaître du système athénien des origines j’ai réinventé tout seul ce système, je l’ai appelé Montécarlisme, à cause de la roulette.


  • Ce qui me trouble c’est que si l’empire athénien etait une veritable démocratie, normalement ça aura voulu dire qu’a l’epoque ils souhaitaient veritablement une justice impartial et droite. Ors tout les empires en locurrence ceux qui ont ete décrit dans la bible c’est a dire les 7 : Egypte , Assyrie , Babylone (Irak) , Medo-perse (Iran) , Grece , Rome et enfin Angleterre-USA. Donc l’anglosaxo est le dernier empire dans lequelle nous sommes actuellement, celui dans lequel l’apocalypse va ce réaliser. Donc ça rejoin tout a fait le travail de jovanovic. Et rien n’est etonnant puisqu’il est dis dans la bible que vous verrez les signes du recit ce réaliser devant vos yeux.

    Bon je vais un peut loin mais... bon restons sur terre quand meme. Il faut savoir que l’empire grec et surtout les elites etaient de vieux sodomites, et ça c’est viridique et ça n’a rien d’etonnant puisque tout les empires avaient a leurs tete des elites sodomite pedophile. A babylon il y avait des sacrifices humains réalisé pendant des rituels un peut comme ceux qu’on a aujourd’hui, sauf qu’aujourd’hui on sais que ce sont egalement tous des pedophiles. Donc moi j’aime bien etienne chouard c’est quel qu’un de brillant. Mais bon voila... chacun vois comme il veux.


  • @lullushu
    alors effectivement si ça ne ce passe pas a la meme epoque c’est tout a fait possible qu’il est raison. Je vais vérifier.
    Oui dans ce cas la ça ne gene absolument pas la lecture de Jovanovic puisqu’aujourd’hui la republic d’iran qui etai en faite l’ancienne babylon (un empire satanic bien sur) demontre bien qu’elle est plus démocratique que la notre aujourd’hui. Donc faire le rapprochement.Tout est relatif evidement.

     

    • La République d’Iran n’est pas héritère de l’ancienne Babylone. L’Iran c’est la Perse.
      Et Babylone c’est en Irak.
      De toute manière tout ça ce ne sont que des interprétations de la Bible, hautement discutables. Ca n’a rien à voir avec l’excellente analyse de la démocratie athénienne dont parle Etienne Chouard, que je trouve de plus en plus pertinent dans ses exposés.


  • Pourquoi persister à appeler ça démocratie ?
    Etant donné que ce terme a été dérobé pour signifier son contraire, changeons le terme : "sortocratie" par exemple, vu que la racine du concept est le sort.
    (Bon d’accord, c’est un peu moche)


  • Une bonne vidéo, agréable à regarder et écouter. De bonnes idées et un raisonnement qui se tient.
    J’espère, comme beaucoup ici je pense, entendre un jour l’analyse par Alain Soral sur ces idées et les raisonnements qui leurs sont liés.
    .
    Autre chose aussi que j’espère entendre, c’est une présentation plus poussée des ’piliers’ proposés par Étienne Chouard (égalité politique, amateurisme politique etc...). Parce qu’un raisonnement cohérent ne suffit pas, il faut des hypothèses de départ justes. Et leur présentation est à mon avis trop brève.
    En effet c’est seulement l’idée d’amateurisme politique qui justifie ici le tirage au sort. On pourrait imaginer par exemple qu’avec des mandats courts et non renouvelables le ’pool’ d’oligarques pouvant être élus finisse par se tarir, ou envisager d’autres moyens de désignation.
    .
    Mais l’idée me plaît, à voir si la graine prendre sur moi :)


  • Merci a Etienne Chouard pour son travail formidable enfin une vrai solution viable et réelement appliquable pour non seulement permettre au peuple d’avoir une égalite politique et aussi de ne plus avoir des personnes avec des interets personnels ou bien aux services de grandes puissances industriels ou banquaires de diriger sans nôtre avis je vais dès à présent travailler là dessus et expliquer a un maximum de personne de mon entourage l importance du tirage au sort l’explication sur le vol des mots comme la democratie qui est est tous sauf ça dans notre société est genial effectivement il s’agit bien d’une oligarchie d’affreux pour reprendre les termes de M. Chouard ca ne peut plus durer comme ça je vais bientôt avoir 30 ans je n est pas une grande culture n’ayant pas fait de grande étude je ne pourrait pas faire un aussi bel exposé que celui-ci mais je peut tenter de faire circuler cette video et je vous en prie faites la connaitre a un maximum de personnes c est comme ça qu’on pourra changer les choses .
    Je voudrais dire sans vouloir blesser la personne qui a mit un commentaire en parlant du livre 777 et que Athenes était un des 7 empires de la bete dans la bible je m en fiche un peu car dans le tirage au sort si nous commettons des erreurs au moins ce sera le peuple qui aura commis ces erreurs et pas une oligarchie d’affreux de plus on ne peut comparer une société d’il y a 2500 ans avec des moeurs comme l ’esclavage qui semblait normal et cest expliqué dans la video avec un trés bon exemple sur la viande et l’abbattage barbare des animaux à notre époque
    bref cest très clair ce combat ne se limite pas a un commentaire sur internet et excuser moi pour la vulgarite mais il faut qu’ont se sorte les doigts du cul grave et rapido sinon ca risque de finir mal très bientôt parler au maximum de gens que vous pouvait même s’ils vous prennent pour un fou c ’est toujours mieux que rien et pour finir je voudrais juste remercier M. Soral pour son travail colossal ainsi que toute l ’equipe de E&R c’est grâce à des gens comme vous que l ’espoir d’une societe plus humaine et plus juste pour nous le peuple et pour nos enfants peut être possible il ne tient qu’a nous de prendre nôtre destin en main et c’est bien ce que je compte faire dans la paix, le débat et le respect de l’autre bien evidement sinon on ne vaut pas mieux que les affreux qui nous dirige c’est nôtre faute a tous et c’est a nous de changer ça tous enssemble


  • @Apocryphe non non reli mon texte et le tiens je dis la meme chose que toi quand tu me reprend.

    Babylone(Irak) , Medo-perse(Iran) aie aie aie... bon je dis rien.

     

  • @STAZZ31 non mais t’inquiete pas ya un mec qui a repris mon text avant toit me disant que ce n’est pas a la meme epoque que l’empire mais 100 ans avant. Donc Bravo etienne !!


  • L’ostracisation décrite par Etienne : "Mettre à l’écart de la politique qqn qui nous fait peur"
    ==> ça peut aussi devenir un système "d’élection".


  • C’est intéressant, menfin je trouve quand même Chouard d’une grande naïveté. La partie valide de l’objection concernant la phalocratie, la xénophobie, et l’esclavagisme n’est pas morale, mais sociale. Le fait qu’on traite les animaux comme on le fait ne pose pas qu’une question morale pour notre super juge du futur, mais il y a cette réalité qu’on prend des ressources qui devraient leur revenir si on les traitait comme nos égaux, et que de fait notre mode de vie ne serait pas légèrement différent, mais fondamentalement différent.
    .
    Le citoyen athénien est à la base membre d’une oligarchie et d’une aristocratie. Il n’est pas forcément gros propriétaire, mais à tout le moins il n’est pas esclave. Aucun n’est esclave, par définition. L’intérêt commun exclut donc le point de vue des esclaves. Si les esclaves se soulèvent, réclamant plus d’égalité sociale ou politique (c’est volontairement un anachronisme), l’intérêt commun à l’aune des citoyens est de mater cette rébellion, et que tout rendre dans l’ordre le plus vite possible, car ce qui est certain c’est que toute la ville souffre de la cessation du travail dans les campagnes, en grande partie peuplées d’esclaves travaillant dans les champs pour la cité.
    .
    Par ailleurs, il prend Athènes sur une période assez courte (au regard de l’écoulement du temps antique) pour sortir de cet exemple une sorte de charge contre le principe même d’élection, et une apologie du tirage au sort. On ne peut pas vraiment lui reprocher, mais c’est assez partial. Sur une échelle aussi courte, on trouve de nombreux systèmes électifs qui ont du marcher environ aussi bien, et sans franchement avoir à faire beaucoup plus de relativisme et de contextualisation. Et qui se soucie des cultures non classiques, des structures politico-tribales gauloises, des thing germaniques, etc ?
    .
    Si l’on veut s’amuser à réfléchir à une forme politique optimale, il faut poser ses visées bien plus clairement. Ne pas penser politique, économie, institutions, etc, penser société. Groupement d’hommes. Quel est l’échelle de notre désir pour la société : l’humanité, le bien commun, le groupe, l’individu, moi ? On sait à peine le définir. Parallèlement, on peut chercher à étudier l’histoire pour essayer d’approcher la nature humaine, ses mécanismes, ses passions, ses combats. On est alors tributaires de deux sciences, l’histoire et l’anthropologie. Sans même avoir commencé à se poser des questions, on se retrouve déjà avec un sac de noeuds inextricable. (à suivre)

     

    • C’est mettre la charrue avant les boeufs que de trouver dans la démocratie athénienne un "germe" : de quoi veut-on planter notre champ ? Chouard semble enthousiasmé par cette idée un peu idéale qu’il se fait d’une démocratie athénienne qui découplerait argent et politique. D’une part, c’est faire semblant d’ignorer que derrière tous ses schémas, il y a des hommes (et who watches watchers ?), et d’autre part, il n’est pas prouvé que cela soit en soit une mauvaise chose.
      .
      Il me semble que ce sont les circonstances qui font l’échec ou le succès relatif d’un système. Le système "politique" n’a quasiment pas bougé en Islande pendant cinq ou six siècles, peut-être même plus encore. Il était aristocratique, ploutocrate et électif, pourtant, où les propriétaires terriens se choisissaient des chefs par "village", qui assistaient à des assemblées de chefs, présidées par un godi élu, pour les questions "nationales" (c’était à peu près pareil chez tous les peuples germaniques d’avant et pendant les grandes invasions, et encore chez certains après, en s’atténuant au fur et à mesure de la sédentarisation, de la romanisation et de la christianisation). Dans ce système assez durable et stable, argent et politique sont intimement liés.
      .
      De même, il semblerait que les chefs gaulois étaient élus. Il avait alors un pouvoir relativement important, mais s’il ne donnait pas satisfaction, il pouvait être tué. Il est arrivé que des rois et des chefs aient étés tué après une guerre perdue ou de mauvaises récoltes. S’y mêlait alors la croyance qu’en tant que représentant du groupe, le chef portait en sa personne une importante charge symbolique devant les dieux. Le tuer pouvait être vu comme un sacrifice. Certes, ce ne sont pas des considérations très rationnelles, mais c’est pour illustrer qu’un grand pouvoir n’implique pas forcément d’être au dessus de tout.
      .
      Pour moi, quel que soit la forme politique choisie, il est évident qu’elle passera, soit que la société qui se l’ait choisit l’abandonne au profit d’une autre, soit que cette société elle-même se "dissolve" (guerres, décadence, arriération par rapport aux sociétés environnantes, exode, etc). A mon sens, il y a quelque chose de fondamental qu’il ne faut jamais abandonner : la puissance de tuer. Que ce soit un ennemi, un tyran, un exploiteur, cette brutalité élémentaire est garante d’une forme d’équilibre et de justice. Le plus misérable des hommes peut faire périr même le maitre du monde. C’est au delà de toutes les doctrines.


    • "Le plus misérable des hommes peut tuer le maître du monde"

      Ça c’était avant mon cher Gotfried, ce n’est plus vrai selon moi.

      En ce sens, que je ne suis plus certain que le misérable puisse réellement ne serait-ce que physiquement approcher le(s) maître(s) du monde, grâce aux progrès technologiques et aux sur déploiement de forces de sécurité.

      Comme je ne suis plus certain non plus que le(s) vrai(s) maître(s) du monde, soient véritablement ceux que l’on nous montre sur tous les télécrans.


  • J’ai toujours un souci avec E Chouard lorsqu’il aborde la question du tirage au sort.

    Il idéalise le citoyen.
    Il le croit doué naturellement du sens de l’intérêt général.

    Or, c’est faux. Pardon d’être perremptoire, mais il faut être aveugle pour ne pas voir que le majorité de nos semblables est inapte à exercer sa citoyenneté .. soit inculte, soit corrompue quand ce n’est pas les deux.

    Le problème n’est pas notre système politique... il serait bon même, taillé pour être performant. Mais les Hommes qui le composent, (j’y inclue nous même : la masse, le peuple), le rendent inopérant, à la merci des prédateurs : les banques, les mondialistes.

    La destruction de la démocratie tire ça source dans l’anéantissement de la pensée classique.

     

    • Je ne crois pas qu’il idéalise le citoyen. Bien au contraire.

      Son but est de créer des institutions qui soient intrinsèquement vertueuses, sans devoir compter sur la vertu des gens qui les composent (cela va potentiellement du simple citoyens issu du prolétariat jusqu’au plus riche homme politique -pléonasme- professionnel ).
      D’autant que je crois, comme lui, que le fait de réincorporer la politique dans la société favorisera l’élévation de la conscience chez le simple citoyen.
      Après je conçois tout à fait que cela ne suffit pas et qu’il faille le coupler avec une éducation politique solide, la suppression de la TV,...

      En tout cas le tirage au sort est un sujet extrêmement riche.


    • « D’autant que je crois, comme lui, que le fait de réincorporer la politique dans la société favorisera l’élévation de la conscience chez le simple citoyen. »
      La politique citoyenne existe déja, je pense, dans la société sauf qu’on ne la voit pas ou que l’on ne l’apelle pas comme ça :
      les rapports de pouvoir existent dans n’importe quel rapports humains, le fait d’imposer sa vision pour ses propres intérets est l’exemple même de la responsabilité "politique" qu’a chacun de nous dans des rapports quotidiens .

      Si la base du rapport humain est pourrie, comment espérer que la tête pensante de notre gouvernement soit saine ?


    • @David L.

      Des institutions intrinsèquement vertueuses, ça n’existe pas. Une institution n’a pas d’existence propre, a fortiori une institution démocratique, elle est la résultante des mentalités des hommes qui la constituent. Si la corruption se répand, fait les affaires d’une partie de la population, est tolérée par les autres, et décriée seulement par une minorité, aucune constitution, aucune prétendue "vertu intrinsèque" ne viendra sauver l’édifice de la tendance que les hommes qui lui donnent existence lui font prendre.
      .
      Au contraire, un système d’organisation injuste peut être sauvé par la sagesse et la vertu générale des hommes qui le composent. On reconnait les bonnes époques de l’histoire non pas par la qualité du système politique, mais par la bonté des hommes eux-même. Et ça, ça ne se décrète pas. Notre époque n’est définitivement pas propice, quel que soit le système politique envisagé, à l’épanouissement au travers des structures politiques et des institutions de cette bonté humaine, puisqu’elle est très en retrait. On peut accuser beaucoup de monde, mais le fait est là. On est, dans le monde occidental, face à une humanité molle, amoindrie, moralement nonchalante.
      .
      De plus, je m’en faisais la réflexion, notre époque est une pointe vers l’inconnu, nos grilles d’analyse mais surtout de projection sont dépassées. La cadence à peine appréhendable de notre progrès technologique laisse finalement nos esprits sur le carreau. Je pense qu’on a même pas encore assimilé le XXe siècle, d’ailleurs. Il me semble que depuis la révolution industrielle, la matière à semé l’esprit, la technologie la philosophie. Combien de temps s’est-il écoulé entre le moment où on a commencé imaginer aller sur la Lune, et le moment où on y a effectivement posé le pied ? Réfléchissez à cela, c’est la réduction de cette durée entre le moment où on commence à imaginer et le moment où on réalise qui caractérise le plus notre civilisation.
      .
      De fait, il me semble que réfléchir à des modèles politiques pour demain est plus un jeu pour l’esprit que la préparation de quelque chose de réel. L’exposé de Chouard sur le tirage au sort est certes intéressant, mais il entre dans un cadre non pas obsolète, mais carrément abstrait.


  • Je retiens ceci d’Alain dans ses "Propos sur les pouvoirs" que cite Etienne Chouard au cours de cette conférence et qui me semble fondamental pour comprendre le monde : Quelqu’un de sain ne cherche pas le pouvoir.
    Si je ne sais qu’une chose en politique, c’est ça.