Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Étienne Chouard : "Supprimer les frontières est une idée idiote !"

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Se sédentariser et s’enraciner avec Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Son blem, c’est sa qualité : z’est une crème Chouarrrrd ; si on se met tous en tailleur façon "non-violence" face aux structures publiques, le système actuel trouvera toujours un con pour foncer avec un gros camion sur la foule et the system dira "vous avez vu, vous avez besoin de nous, vous avez besoin de sécurité !"

     

  • Merci à E&R de relayer Chouard, c’est un bon.

     

  • Pas d’accords avec tout :

    La compétitions c’est quelque chose d’amusant.
    Il faut savoir perdre sans pleurer.
    Être bon joueur.
    Du moment que c’est une défaite pacifique venant d’un jeu.
    Perdre une guerre, c’est pas pareil que de perdre une partie d’échecs...

    Et puis tu fais fais un match Barcelone contre Dijon, tu risque de l’attendre longtemps ton égalité.

    Après la protection des frontières est une évidence ici. Tout le monde est d’accord la dessus.

     


    • Du moment que c’est une défaite pacifique venant d’un jeu.
      Perdre une guerre, c’est pas pareil que de perdre une partie d’échecs...




      Là est le point important. La compétition appliquée dans le domaine du travail par exemple pousse les employeurs à certaines extrémités ou humiliations (on réunit plusieurs potentiels employés dans une même pièce et on les "fait se bouffer entre eux, le dernier debout a gagné"...même pour des postes qui ne nécessitent pas d’expérience ou de diplôme).


    • La compétition peut se rééquilibrer en faisant des transferts en court de match pour ton exemple entre Barcelone et Dijon
      C’est l’état d’esprit de la compétition qui est destructeur pour la société , il devient normal par conséquent que quelqu’un qui vire 1000 personne et pousse 3 ou 4 au suicide touche son parachute doré parce qu’il a atteint son objectif fixé par les actionnaires. Les conséquences seraient énorme on voit dans les pays d’europe de l’est ou le travail en équipe est valorisé en classe le niveau général augmenter fortement, ce n’est pas en valorisant les comportements amoraux et égoïstes qu’on pourra faire évoluer la société.


  • ok pour l’éloge de la frontière.
    par contre l’égalitarisme anti-compétition sportive non..


  • Alors on vire national-socialiste ? Lol !


  • Concernant la compétition, je comprends Chouard, mais je crois qu’on peut avoir une autre lecture.

    L’opposition sportive permet de tirer vers le haut le groupe d’hommes qui participe à la compétition, malgré l’individualité de la victoire.
    Pour avoir participé à des compétitions moto je confirme que la solidarité entre pilotes existe et se retrouve sur le paddock, si une pièce vient à manquer à l’un d’entre eux, un autre pilote la lui prêtera, les repas entre pilotes sont festifs et très conviviaux (du moins à mon époque, les années 1990-2000) C’est une véritable petite communauté prête à s’entre aider.
    Pour faire court j’avais plus de chaleur humaine et de partage avec mes concurrents qu’avec mes voisins de paliers.
    Par contre une fois sur la piste c’est la lutte, le combat de boxe, la virilité, l’adrénaline, les meilleurs entraînant les autres et la fraternité se retrouve bel et bien à la fin de la course chacun se réjouissant de la performance des meilleurs.

    Vouloir un égalitarisme dans le sport entraînera forcément la moyenne du groupe vers le bas (donc vers la médiocrité) et à part la dance classique je ne vois pas trop d’autres projets sportifs possibles dans une vision égalitaire.

    De plus en ce qui concerne les jeux olympique, cela réanime au moins une fois tous les quatre ans la flamme nationale éteinte dans chaque coeurs de chaque pays.
    On ne peut pas vouloir des frontières et en même temps ne pas vouloir donner une dimension positive de sa nation.

    Chouard tombe dans les travers de l’égalitarisme (l’égalitarisme c’est bien mais vouloir en mettre partout est une erreur).
    On peut transposer le phénomène à ce que font les socialistes avec le système scolaire, sous le prétexte d’égalité, le groupe complet est tiré vers le bas, on en a fait des usines à ânes, on empêche les gros potentiels de s’émanciper et de former les élites saines et intelligentes de demain (personne n’est égale en capacités et dieu merci, c’est ce qui forme la complétude et l’entre aide)

    Trop de compétition égocentrique aboutirait à une forme de totalitarisme (celui de l’individu égoïste que nous connaissons), mais trop d’égalitarisme aboutirait au meilleur des mondes ou 1984.

    La seule voix (que Chouard n’aime pas) est de retrouver notre catholicisme, les meilleurs pourront dès lors s’exprimer mais comme ils apprendront la charité et l’humilité, ils n’utiliseront pas leurs atouts égoïstement, bien au contraire, ils les mettront au service de leur prochain.

     

    • Assez d’accord sur ton analyse, et je rajouterais que par la nationalisation, la compétition entre pays est inévitable....certes on ne parle pas de performances sportives, mais de compétition ayant pour final un perdant et un gagnant......

      Donc au final, très dur de nationaliser les peuples et éviter qu’ils soit en compétition dans quelques domaines que ce soit !
      (Sport national, économie, sciences, etc)


  • Je le suis presque en entier sur les frontières, peut être avec d’autres arguments et d’autres raisons...Il me perd définitivement dans la logique idéologico-féministe qui voudrait que les plus fort arrêtent d’être fort pour se ranger du coté du plus faible (et donc limiter ses capacités). Surtout que d’après sa réflexion, aucun sport ne devrait exister parce que celui-ci est une vrai machine de haine.

    Perso je suis admiratif de voir quelqu’un soulever 90kg par bras, courir un 100m en 9.69, sauter au dessus de 2.45m ou de voir une équipe de foot en démonter une autre et pourtant je ne pourrais jamais le faire. Et en fonction de ce que je vois, je n’aurais même pas de pitié pour l’équipe qui se fait battre, alors quoi, il veux lutter contre ça ? C’est peine perdu, c’est inhérent à notre espèce, peut être même a pratiquement toutes les espèces vivantes sur cette planète. Mais est ce que pour autant je suis une mauvaise personne ? Est ce que pour autant je vais aller zigouiller cette équipe une fois sorti du stade ? Non. D’autres le font c’est certain mais est ce que c’est vraiment lié au sport ? Non. Combien de fois on voit des sportif avoir des gestes d’affection pour la personne qui a perdu, voir l’inverse ? Des tonnes de fois. Donc sa conclusion est mauvaise.

    On peux faire du sport ou le plus fort "domine" le plus faible dans la mesure ou les gens ont les bonnes notions de bien et de mal, on ne pourra jamais changer 100% des gens et c’est pour cette raison que son délire idéologique féministe ne tiens pas la route. Par contre la base concernant le bien et le mal est à revoir, c’est à ce niveau là qu’il faut chercher, parce que des gens qui respectent les performances des autres, on le voit régulièrement et je ne suis pas du tout fan du principe de devoir limiter ses capacités parce que l’autre pleure, justement, ça permet de mettre en contraste deux formes d’émotions et de l’empathie dans tous les cas ce qui nous aide à mieux nous comprendre.

    Faut s’attaquer aux dérives que notre espèce à crée, aller à l’encontre d’un système naturel est tout simplement de l’ordre de l’utopie.

     

    • Sauf que le sport de haute compétition est pourri par le fric et le système et par conséquent cela valide tout à fait ce que dit Chouard.
      Après évidemment ce n’est pas évidemment le sport en soi qui est "mal", il s’agit à la base justement d’une manière de théatraliser la domination, d’en faire un jeu, pour l’extraire de la vie quotidienne. C’est donc assez idiot je trouve d’être en admiration devant la domination qu’il y a dans le sport (cf. hooligans), par contre je comprends tout à fait qu’on puisse admirer la technique, la prouesse.
      Finalement ce que dit Chouard semble être un truc assez léger mais en réalité est beaucoup plus profond et pose un certain nombre de questions existentielles sur ce qu’est la compétition, la différence avec l’émulation, la coopération évidemment (cf. l’Entraide de Kropotkine) tout en ayant en toile de fond des références anthropologiques : comment certains peuples conçoivent le jeu, le sport. En creusant la question c’est très intéressant


    • Je prenais des exemples de haut niveau pour bien montrer le gouffre qui me sépare de ces performances mais c’est valable pour tous les niveaux. Tu dis la même chose que moi quand tu dis "oui mais c’est pourri par le fric" c’est donc bien que la compétition en elle même n’est pas un problème (ce que dit EC dans la vidéo en parlant des jeux olympiques) et que le souci est ailleurs parce que usain bolt, payé 1000 € pour courir, ou usain bolt payé 35 millions d’euro pour courir, c’est le même usain bolt avec des capacités hors norme et je ne vois pas pourquoi il devrait courir plus lentement (voir pas du tout) ou mettre ses capacités en veilleuse parce que ma grand mère est incapable de courir et que c’est pour "le bien de la société".

      Parce que l’égalitarisme c’est ça et c’est ce que prône les féministes, que les hommes abandonnent leur capacité pour s’abaisser au niveau des femmes. Un monde de limites sur les limites que nous impose la nature...

      Pour mon admiration, je ne suis pas "un fan de", je n’ai pas de gourou ou d’idole mais je suis volontiers admiratif de la capacité des autres à réaliser des prouesses, "défier la gravité", repousser des limites, ou avoir la capacité de créer des chef d’œuvres (genre sculptures etc), j’avoue que je me poserais des questions sur les gens qui ne sont pas curieux ou qui restent dubitatif sur une performance.

      En tout cas, le fait que tu restes sceptique prouve juste ce que je disais, un monde ou tout le monde serait d’accord sur tout serait tout simplement irréalisable et pourtant on en discute, sans en venir aux mains. L’éducation, le fric, la corruption, ils sont là les problèmes...


    • On pourrait aussi nuancer les propos concernant le sport et creuser d’avantage le sens de l’intuition d’ Etienne Chouard qui rejoint un peu la vision de Redeker "Le sport est-il inhumain ?" sur le sujet.
      Je pense que vous serez d’accord avec moi qu’il y a la un paradoxe à vouloir s’émanciper d’un système qui nous façonne tout en glorifiant le sport, l’un des principaux outil du formatage si on en juge par sa propension à être diffusé dans les médias. Si bien qu’il s’est emparé du spirituel. Nos nouveaux dieux sont Messi, CR7, Ulsuan Bolt. Quoi de mieux pour remplacer la religion et ces valeurs que le sport et son esprit de compétition plus compatible avec les lois du marché ?

      Oui la compétition nous aide à être plus performant. Mais ce qu’on dit pas c’est que la performance en soi est vide. Courir le cent mètre en moins de 10 secondes n’a jamais aidé une civilisation à se développer. La performance est un leurre et je pense que c’est ce qu’à voulu dire Etienne Chouard.

      Ce qui fait avancer une société, ce n’est pas la concurrence mais la nécessité de se perpétuer. Autrement dit, si mon domaine d’activité est la recherche, je ne vais pas être stimulé par le fait de vouloir être meilleur que mes collègues mais bien par la recherche de la vérité. De la même manière, un charpentier va être stimulé par la nécessite de faire tenir son toit. En clair, si la motivation de faire ne provient que de l’envie d’être meilleur que l’autre c’est que spirituellement nous sommes déjà perdu.

      Je joue au foot en club et je suis bien entendu admiratif face aux exploits sportifs mais cela ne m’empêche pas d’être conscient de :

      1/ Ce que dit Etienne Chouard
      2/ L’entreprise de remplacement du spirituel par le sport
      3/ De la fonction canalisatrice de violence du sport puisqu’il est l’héritage de l’affrontement guerrier. Le système a donc aussi besoin du sport pour le maintien de l’ordre social.

      De ce point de vue, et au delà de la diffusion publicitaire, je ne m’étonne plus de l’omniprésence du sport jusqu’à remplacer dans l’imaginaire collectif le calendrier religieux puisqu’on vit désormais d’ avantage les compétitions sportives que les fêtes religieuses. Roland Garros en Mai, le tour de france en juillet etc..

      En conclusion, je dirais que le sport est par certains aspects une jouissance mais n’est pas pour autant un allié dans le combat que mène ER.


  • Un homme de gauche, non pas de la gauche de nos maîtres mais de la vrai gauche, celle qui a par ailleurs donnée Kropotkine (dont son livre très intéressant est est disponible sur KK). Bien à vous


  • Ce type un modèle de gentillesse et de bonté.


  • Hop hop, on peut jouer tout en collaborant ?! Attenzion Mr chouard ! :) et merci pour tout !! Votre gentillesse nous serre.


  • #1218571

    J’aime bien Chouard et cette vidéo est assez bonne sur le sujet des frontières. Il pourrait utiliser la métaphore des trois petits cochons qui est une fable de bonheur valorisant le travail contre les prédateurs barbares.

    Cependant son "jeu pour atteindre l’égalité" est un sujet qu’il faut qu’il retravaille... Ce n’est ni concret ni pertinent. C’est la réflexion de quelqu’un qui a toujours été nul en sport et qui n’a pas vibré au plaisir de la victoire sur soi et sur les autres.


  • A mon avis, Chouard s’intéresse de très près à E&R en ce moment...


  • Merci de relayer Etienne. Cet homme est un sage


  • On sent l’éloge des Frontières de Régis Debray et L’Enracinement de Simone Weil au coeur de la réflexion ! C’est bien si les gens de gauche redécouvrent la protection qu’offre une frontière (et redécouvre aussi la notion de prédateur...). Maintenant pas d’accord sur un point : je suis pour un peu de "compète" (en Art tous les plus grands génies redoublaient d’émulation et ça en créé du beau !) et en sport, cela reste une manière civilisée d’organiser l’affrontement, le dépassement de soi...


  • #1218648
    le 30/06/2015 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    Étienne Chouard : "Supprimer les frontières est une idée idiote (...)

    Il a lu Régis Debray ... "Eloge des frontières" ... (mais avant Hannah Arendt l’avait déjà dit et d’autres encore). Faut qu’il fasse attention, son public est bobo ... toujours s’adapter au public .... déjà avec son éloge du citoyen armé et de "la démocratie née dans une phalange d’hoplites" il se grille ...

    "La frontière, c’est la modestie : je ne suis pas partout chez moi. J’accepte qu’il y ait de l’autre et pour faire bon accueil à un étranger, il faut avoir une porte à ouvrir et un seuil où se tenir, sinon ce n’est plus un hôte mais un intrus."

    « Le réseau à la place de la cité, le flux à la place du site, tout cela finit par déstabiliser, par brutaliser les êtres humains – à qui l’on invente une habitation inhabitable. Du coup, l’envie de murs a progressé, au fur et à mesure que l’on empêchait la régulation par les frontières. L’ultra-local, voire le repli jusque dans la haine, dans la négation de l’altérité, finissent par apparaître obligatoirement, comme contre-pôle au « sans frontière » invivable. Repli sur l’identité raciale, sociale, culturelle, religieuse, idéologique : peu importe. Repli toujours, paniqué, d’un être humain qu’on a prétendu empêcher d’habiter dans un monde humain, donc limité, borné, encadré. »

    « L’abolition des frontières produit du régressif, du barricadé, du soupçonneux. »

    Regis Debray

     

    • Je vais regarder Debré d’un peu plus près ... intéressant !
      Et il a tout à fait le droit de s’inspirer de qui il veut, ça n’est pas du pompage ! Si ça l’anime, alors il en partage la bonne parole. C’est comme ça qu’on se construit et qu’on participe à la construction des autres... c’est comme la musique pour un muscien.


  • Supprimer les frontières quand on a la chance d’avoir acquis un système social protecteur, c’est construire un magnifique château de sable en sachant que le lendemain est un coefficient de haute marée. En inondant le marché de produits étrangers à bas coût dont la marge se fait grâce à un travail infantile du bout du monde, mal rémunéré, sans sécurité sociale, mutuelle, éthique de production ou environnementale, on cautionne un système esclavagiste et on détricote le sien dont les productions sont forcément moins compétitives. Tout le monde a compris cela. C’est du nivellement vers le bas. Ayant des valeurs de gauche je ne peux qu’être souverainiste et défendre nos acquis sociaux par des réglementations douanières, sans même évoquer la protection contre toutes sortes de traffics qu’offrent des frontières (traffics agro-alimentaires, de drogue, de métaux, de véhicules, d’armes, humains avec la prostitution, terrorisme...). Je ne comprends même pas qu’on puisse se poser la question.
    Le seul hic avec Chouard c’est le fait qu’il conçoive un régime avec des partis politiques alors que nous n’en avons pas l’utilité. Désincarnons les valeurs, libérons les concepts de toute association avec un parti ou un quidam, nous avons vraiment tout à y gagner et la liste est longue !


  • J’apprécie beaucoup Etienne Chouard et je remarque qu’il rejoint évidement le concept génial d’Alain sur les prédateurs nomades et les producteurs sédentaires dans sa défense des frontières. Concernant la compétition, je trouve légitime d’aborder ce sujet mais justement, sauf pour le sport. Il eût été plus judicieux de prendre pour exemples les jeux télévisés ou les télé-crochets du moment style "the Voice" avec une espèce de lutte à mort à la MacLeod ! Ou encore la compétition scolaire avec l’idéologie bien "american winner" dans laquelle seul le premier est validé et les autres de la merde (Cécilia Sarkosy-Attias avait dit à l’époque dans un entretien un truc du genre : J’apprends à mes enfants qu’il faut toujours être le premier, c’est la seule place qui compte). Inutile d’avoir recours à un égalitarisme abstrait pour énoncer une simple remarque de bon sens qui dirait que chacun est doué pour un domaine. La moindre des choses qu’une société doit offrir à tous, c’est la possibilité de se réaliser dans le domaine qui lui correspond et pour lequel l’individu à des aspirations et un minimum de talent. Voilà, mon avis c’est que le sujet est très intéressant mais l’aborder sous l’angle de la compétition sportive (qui peut également être source d’un belle motivation de dépassement de soi tout en respectant l’adversaire dans la victoire comme dans la défaite) est contre-productif, même si je comprends tout à fait ce qu’Etienne veut exprimer... Mon avis c’est que la compétition étendue à toutes les sphères d’une société humaine, c’est juste un monde de merde.


  • On dirait le commentaire de lecture de Soral sur le bouquin "l’entraide un facteur de l’évolution", sauf pour la condamnation des JOs. Le but de ces jeux c’est plutôt de tirer l’humanité vers le haut et de montrer les meilleurs athlètes de chaque pays, pas de rire sur les perdants, normalement les participants sont plutôt des surhommes je vois pas pourquoi on rirait des derniers.


  • Je vis dans un pays exotique, mon commerce est assez florissant, l´activité est le lieu sont sympathiques. Je dis toutes les semaines aux gens, non moi je suis francais, je suis ici par necessité économique, point barre. Si je pouvais revenir en France, j´irai demain.
    Mais bon en France, les quadras qui ont de l´argent ont un enfant avec un appartement de 60 metres carrés, la réussite, ici on appelle ca un appart studio.

    Les gens me regardent interrogés, probablement gavés de message publicitaire de la coolitude de ma vie. Et mes enfants qui parlent 2 ou 3 langues, fabuleux... Puis, ils n´ont en définitive rien a répondre, donc ils acquiessent.
    Ca fait du bien d´écouter Chouard : le moment de bonheur utopiste, rousseauiste de la dissidence. Il en faut, il faut aussi du terre a terre avec Alain, et peut-etre meme du tres terre a terre avec Boris Le Lay.
    Chouard dissident, merde, c´est la que tu te dis que le systeme est foireux.

    Quand a L´Entraide, bouquin KK évoqué par Chouard et repris ici, hautement a conseiller. De par sa qualité, son utilité argumentative, mais également par sa facilité de lecture. Parce-que Sorel-Marx ou Delassus c´est certes fabuleux, mais faut s´accrocher, c´est pas des lectures érotiques ou 100 pourcent plaisir immédiat.

    Chouard est comme Rousseau, il donne envie de continuer d´espérer.

    PS : A propos de ré-édition, je suggere humblement a KK de ré-éditer La Guerre Civile en France de 1871, de Marx. Un des rares, peut-etre le seul moment, ou la populace pouvait gagner.


  • Justement la particularité des frontières est que chaque pays a sa langue,ses coutumes ,et on peut très bien vivre ensemble tout en se respectant ,en s’invitant et avoir une attirance pour un pays et s’y intégrer,pourquoi pas .Ce qui fait la richesse de l’Europe c’est la diversité .Je n’est pas envie de voyager en Europe pour parler la même langue et vivre de la même manière,mais être transporté dans autres choses.La culture de chaque pays a son importance.
    Étienne Chouard a raison sur ce sujet ,mais pour la compétition ,ça reste à discuter.


  • #1218918

    Que de chemin parcouru (il partait avec un sacré handicap, merde, quand même) ! Il sera bientôt mûr pour venir grossir les rangs des "fascistes"...


  • il faudrait simplement ce demander d’ou viennent les européens ....
    visiblement d’Afrique .... comme quoi ils ont un peu bien fait aussi de se déplacer ....
    mais cela devait surement etre un complot de nos "maitres"
    A force d’etre contre tout on en fini à devenir idiot ...

     

  • sur la critique du sport on voit que chouard reste un indécrottable gauchiste "ah les compète sportive c’est pas bien, ça rend méchant" du délire.... Ce n’est même pas le sport bussiness qu’il critique mais l’integralité du sport en generale.

    Sans parler de son mythe "on doit tous être à égalité tant que c’est pas comme ça on continue à jouer" plutot infantile


  • très juste tout ca...j’aime bien finallement cette fraicheur qu’il a...au debut ca m’ennervait mais c’est apaisant en fait


  • Bonjour
    Vue de l’espace, la Terre n’a pas de frontières.
    C’est idiot .


Afficher les commentaires suivants