Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Exclusivité Kontre Kulture : découvrez le préambule de Comprendre l’Époque !

Kontre Kulture vous propose de découvrir en exclusivité
le préambule de Comprendre l’Époque, le nouveau livre d’Alain Soral !

 

*

PRÉAMBULE

Dix ans depuis Comprendre l’Empire

 

Dix ans que je me creuse la tête, malgré les menaces, les persécutions et les risques pour écrire une suite à Comprendre l’Empire, une suite qui ne soit pas une redite.

Dix ans que j’accumule les faits, les idées et que je cherche un plan.

 

La tentation de l’abécédaire

J’aurais pu me contenter de rejouer l’abécédaire, l’abécédaire c’est amusant et léger. Accumuler des textes sur tous les sujets qui me viennent et par le classement alphabétique des titres, jouer les voisinages étonnants, le hasard objectif. J’avoue que c’était tentant, et vendeur, je l’ai déjà vérifié par deux fois...

Mais sur le plan de la pensée, c’eût été tricher un peu, masquer un renoncement, une paresse, un échec... Il me fallait un plan, un cheminement cohérent, que les idées s’enchaînent, pas juste qu’elles se côtoient. Penser c’est toujours classer, ordonner, mettre l’avant avant l’après, le principal avant le secondaire.

Mais cette fois par où commencer ? Et pour aller où ?

 

Le pouvoir de l’égalité

Dans Comprendre l’Empire, je partais de la Révolution française, de la succession Ancien Régime-République, de l’opposition Religion et Raison, y démontrant notamment tout ce que ce régime théocratique avait de raisonnable sur le plan pratique et tout ce que cette raison politique avait de fanatique et de déraisonnable dans les actes et les faits. J’y montrais aussi comment s’y déployait une logique, une logique politique de pouvoir et de domination...

Mais de domination au nom de quoi ?

C’est tellement évident, tellement devant nous et en nous, qu’on finit par ne plus le voir.

Cette nouvelle domination des uns sur les autres, de la démocratie républicaine sur la monarchie théocratique, puis même de la république démocratique sur la démocratie républicaine s’est faite au nom d’un nom magique, d’une idée parfaitement séductrice : l’égalité !

L’épopée moderniste, la grande idée, le concept au cœur de la dynamique du cycle c’est ça : le pouvoir au nom de l’égalité.

Et une égalité de plus en plus totale, soit, en bonne logique, de plus en plus formelle et abstraite, ce qui se traduit le plus souvent dans la pratique en absurdité, voire en son contraire !

Énorme paradoxe !

Le voilà le coup de génie qui embrasse toute l’époque, la suprême arnaque comme sortie de la tête même du diable : l’inégalité au nom de l’égalité !

 

L’égalité et les mathématiques

Mais d’où vient cette idée ?

Où a d’abord germé ce principe qui a conquis le monde ? Un monde occidental par ailleurs progressivement dominé par la technique. Elle est là la médiation, l’origine, la cause et ce que nous devons patiemment démontrer : le lien entre la montée de l’égalité politique et celle du pouvoir sur le monde des mathématiques...

 

Les mathématiques et l’amour

Pourtant, en poussant la réflexion plus loin, il existe aussi dans l’histoire un autre chemin d’égalité parallèlement à ce chemin froid, de moins en moins humain et technocratique, le chemin fait de chaleur et d’émotion : l’offre d’amour du Christ.

Deux chemins d’égalité en concurrence et en lutte, soit le combat suprême au sein d’une même modernité : celui du dieu mathématique, maçonnique et kabbaliste et celui de la fraternité réelle du Dieu d’amour. Dit autrement encore : le règne menteur de l’égalité formelle, face au règne moral de la fraternité réelle ; le pouvoir des nombres ou l’amour !

 

Les deux voies complémentaires de l’intelligence et de la politique

Deux chemins qui renvoient profondément aux deux voix qui se répondent dans nos cerveaux pour produire l’intelligence humaine : la cognitive et l’empathique, la calculatrice et l’émotionnelle.

D’où aussi les deux usages de l’intelligence morale et politique : l’intelligence pour dominer et jouir de l’autre dans la laideur du monde, soit la raison au service du système libéral-technocratique, faussement démocratique, et la raison au service du partage afin de jouir avec l’autre de la beauté du monde. Car il ne peut y avoir de beauté dans le mépris et l’écrasement de l’autre, puisqu’aussi bien la plus grande expression de l’amour, très au-dessus de l’amour du corps et même de l’amour de l’autre unique, c’est cet amour de tous par l’intelligence partagée...

 

Comprendre, expliquer...

Pour finir maintenant que le plan est posé, le chemin tracé, la méthode et le style. Comme dans Comprendre l’Empire : comprendre, expliquer...

Comprendre les faits et leurs articulations en idées, mais les expliquer de la façon la plus claire possible, sans jargonnage, par des paragraphes courts, aux titres explicites, qui se succèdent et se déploient logiquement.

Un livre qui vient donc compléter et approfondir Comprendre l’Empire, et qui est aussi une récapitulation d’un cheminement intellectuel, toujours guidé par le souci de la morale et de la cohérence.

Soit, en quelque sorte, mon autobiographie du concept.

Bonne lecture...

Alain Soral
de l’hiver 2019 à l’hiver 2020

 

 

À ne pas manquer, sur E&R !

 
 

Livres de Alain Soral (75)




Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci à Alain Soral pour cette analyse. Pour la suite, je propose d’intégrer aux réflexions les enseignements de la pensée chinoise : le taoïsme et l’art de la guerre de Sun Zi. Marcel Conche avait proposé une analyse intéressante du Livre fondateur du taoïsme. Decripter l’avenir du monde où on vit sans prendre en compte la Chine et la pensée chinoise est impossible.

     

    • ton taoïsme c’est comme la Kabbale, l’Hermetisme, le rosicrucisme, c’est anti chrétien. il n’y a qu’une Religion (avec un R majuscule) et une Tradition. tout le reste n’est que usurpation


    • Je vois ce que veut dire Mister China, mais sans se spécialiser et pour tenter d’approcher la croyance en terme général, on pourra se référer à "De l’unité transcendante des religions" de Schuon, afin de déceler des grands axes spirituels partagés universellement dans le monde, et ensuite lire le Tao par exemple.
      Le problème est que la traduction ou la langue d’origine est culturellement si éloignée que par instinct on s’y oppose. Je crois plutôt qu’il faut essayer de comprendre d’abord avant de formuler un avis tranchant. Être euro-chrétien n’empêche pas l’ouverture - c’est d’ailleurs ce qu’ont dû faire les missionnaires de l’Église avant de se lancer dans ces contrées lointaines vers l’Amérique ou l’Asie.
      Cela dit le bouquin de Conche m’apparût particulièrement naze, il vaut mieux se référer à l’original, mais assez hermétique à l’occidental... Peut-être passer par Jung...

      Pour moi le tao et Sun-Tzu cumulés aboutissent à la voie du samouraï japonais, dont par l’exemple l’ouvrage "Le soleil et l’acier" de Mishima rejoint bien la figure héroïque du Christ - d’ailleurs je l’ai placé chez moi sur la même étagère que le Nouveau Testament et d’autres.


    • Vous proposez à tous de compléter le livre de Soral par la pensée spirituelle chinoise, le Tao et l’art de la guerre, sous le pretexte que la chine est indispensable a toute analyse.
      Mais on n’en finirait pas ! Car la pensée chinoise, et celle japonaise, viennent totalement de l’Inde, inde qui a illuminé tout l’extrême orient de sa philosophie spirituelle.
      Mes 20 ans en extreme-orient m ont montré a quel point dès qu’on approfondit la spiritualité, la direction, c’est l’Inde. J y ai vu tous les moines shaolins chinois, en Ashrams hindous, dès qu’ils cherchent à dépasser le concept uniquement corporel du combat.
      Meme l art martial a sa source en Inde d’ailleurs, c’est dire. Et la non-dualité aussi. Donc, on devrait dire en réalité a Soral de parler de l’Inde ?
      Et bien, pas forcément, sinon ce serait interminable de creuser toutes les profondeurs de toutes les civilisations. C’est trop riche.
      Je pense qu’il faut ABSOLUMENT lire et connaitre la chine, l inde, le japon, etc, mais etre capable de développer le concept qui correspond a sa propre Tradition. L’occident n’a pas pris le chemin de la non-dualité (les vedas, bien avant le tao !), alors Soral connait tout ca, mais nous parlera de la Tradition d’ici, qui est un chemin dualiste. Et ce, sans juger, tous les chemins sont bons d’après les vedas, il faut juste rester cohérent. Si on PENSE profondément, pas besoin d’évoquer pierre, paul, jacques en permanence. Connaitre les autres Traditions est sous-entendu. A nous de nous cultiver. Creusons notre civilisation et nous verrons de nous même pourquoi le romantisme de Beethoven, Chopin, Schubert, Chateaubriand, Stendahl, correspond à la sublimation des energies sexuelles du Yoga. Et du tao. Tout le monde est grand.


    • Le pays qui a connu un développement spectaculaire depuis 50 ans, c’est la Chine. Même si d’autres ont suivi, aucun n’a réussi la performance de la Chine. L’idée est d’essayer de comprendre comment le peuple chinois a réussi à sortir du sous-développement dans lequel il était, et quelles sont réellement les intentions de la Chine pour l’avenir.

      Je propose simplement à Alain Soral d’inclure dans ses analyses futures la Chine et L’Asie, que ce soit en termes d’opportunités ou de risques avec sa rigueur intellectuelle et sa vision. Ça serait très intéressant.

      L’Inde peut bien sûr être analysée mais le made in India peut encore progresser pour atteindre le niveau du made in China en quantité comme en qualité. Sur le plan de la pensée et de la culture, ce qui me gêne en Inde, c’est le principe de caste.


    • @ mister china,

      On s’en fiche des castes en Inde, ca ne s’applique plus que dans une partie du nord.
      Et la chine est une dictature aux millions de morts depuis Mao (recordman des morts, devant Staline et Hitler), et ca ne te gêne pas ?
      Ainsi, Soral a raison de ne pas parler de la chine ou du japon en termes de reussite economique, car on sait deja comment ils ont reussi : discipline (ok ca c’est positif), et travail d’esclave, y compris des enfants 12h par jour, sans repos (prendre 15j de vacances par an au japon est mal vu !).
      Donc, ce ne sont pas des bons exemples de reussite, car la qualite de vie est détruite, et ca a detruit les relations homme-femme au japon, ca donne des solitaires névrosés et faibles. N’oublions pas de parler de tout ça.
      Bref, ces pays ont copié sur l’occident, nous n’avons rien a apprendre d’eux sur ce plan, surtout que leur reussite economique superieure s’est faite avec esclavage, superficialité de ne penser qu’a l’argent, et qualité de vie grandement détériorée,
      Donc, chine et japon, non merci. Ils ont d’ailleurs massacré leur civilisation pour ne montrer qu’un magmas informe et décadent de modernité. Comme nous.

      Bref, tu avais parlé de spiritualité pour la Chine, c’est pour ca que je disais "oui, la spiritualité taoiste traditionnelle est merveilleuse, etudions-là en effet", mais si c’est pour copier leur comportement politique, non merci. C’est totalement différent.
      L’inhumanité de la Chine actuelle, née du maoisme criminel et du capitalisme moderne, n’a rien de taoiste, rien. On est dans l’inverse de Lao Tseu et de Tchouang Tseu, carrément.
      Dans ces conditions, nous avons à chercher notre propre equilibre, sans copier les défauts de ces pays, si riches soient ils. Copier en restant humain, oui, sinon, non.


    • @Tout à fait : C’est vous qui dites que c’est anti-chrétien (je suppose que vous entendez par là : anticatholique).
      Les évangiles regorgent de signes qui montrent très clairement l’affiliation à une Tradition plus ancienne.
      D’où viennent les rois mages ?


    • @Tartempion
      Vous mélangez allègrement la Chine et le Japon dans un magma nébuleux.
      Ce sont deux pays dont la société ne fonctionne absolument pas de la même façon.
      Le travail des enfants chinois 12h par jour est aussi un phantasme d’occidental qui ne correspond à aucune réalité. À moins que vous ne confondiez études et travail.

      Un enfant chinois va étudier 10h par jour, oui. Mais travailler non. C’est formellement interdit par le PCC et la morale chinoise actuelle s’y oppose. Sauf quelques jeunes comédiens et artistes surdoués...

      Le taux d’alphabétisation de la Chine est un des plus élevés au monde, meilleur que celui du Portugal :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste...

      Historiquement la Chine n’a pas copié l’occident, c’est l’inverse qui est vrai. Demandez à Marco Polo.
      La porcelaine, la soie, la boussole, l’acier, la brouette, l’abaque, le boulier, le harnais de cheval, les étriers, l’horlogerie la ferronnerie, le papier, l’imprimerie, le billet de banque, la poudre à canon, le jeu d’échec...
      Tout ça bien avant Jésus.... https://fr.wikipedia.org/wiki/Histo...

      C’est incroyable ce niveau de mépris vis à vis de la Chine !

      Bien sûr la gestion de la Chine par Mao a été une catastrophe avec des millions de morts, mais Mao est mort en 1976 ! La révolution culturelle a été un désastre, oui.

      Mais c’est l’opium qui a plongé la Chine dans un siècle de dégénérescence et de misère. Les forces occidentales satanistes n’ont pas hésité à obliger le peuple chinois et les dirigeants chinois de l’époque à forcer l’importation de l’opium pour réduire le déficit commercial avec la Chine et le peuple chinois à l’esclavage.

      Avant cela, au XVe siècle, la Chine était la première puissance économique mondiale avec un PIB représentant 25% du PIB mondial :
      http://archives.lesechos.fr/archive...

      Ceux qui ont infligé ce chaos à la Chine sont ceux qui sont actuellement à la manœuvre pour réduire d’autres peuples à la misère.

      La société chinoise actuelle n’a rien du cauchemar que vous décrivez. C’est une société prospère qui a déjà tourné la page du covid-19... La Chine n’a jamais été confinée entièrement. Tous les restaurants, boîtes de nuit, hôtels, station de ski, etc sont ouverts et la plupart n’a jamais fermé. Il y a peut-être des enseignements à tirer de la Chine moderne.


    • On a rien à voir avec les Chinois et on a pas besoin des Chinois !
      Entre l’apport grec et chrétien - et comme pour la musique - nous avons tout ce qu’il nous faut en Occident.
      Il faut arrêter avec cet exotisme de pacotille.
      AS.


  • Merci Alain. Tu as écris exactement ce que j’espérais que tu écrive. Mais tu as quand même éclairé ma lanterne. Banco. Je pense que je vais doubler ou tripler mes ventes. Surtout que la situation politique t’est, nous est favorable. Dans le mouvement actuel je percevais une fusion entre le respect de la nature, le respect de nos besoins, le respect de nos êtres. Je perçois également un mépris total pour tous les classements idéologiques et les diabolisations en tout genre. Comme je suis un peu plus âgé, je peux renouer avec mon passé en concluant : vive le Président Soral, qu’il vive cent ans, cent mille ans !!!!


  • Je l’ai pré-commandé sur KK et suis impatient de le lire.


  • Je vais évidemment passer commande après lecture de ce préambule. Ne l’ayant donc pas lu, je ne peux le commenter. Cependant je me fais cette réflexion par rapport au préambule : l’action concrète qui doit suivre la lecture devra être la recherche d’une vie en adéquation avec les Evangiles. Ce livre doit donc logiquement nous conduire au Christ.


  • C’est un réel plaisir de lire ce préambule,
    la référence au message christique en lien avec les notions d’égalité et de fraternité concrétise un ressenti puissant en décalage total avec l’époque.
    J’ai hâte de lire le livre, aussi parce que je m’interroge sur la critique du concept de travail vu dans une vidéo d’Alain Soral présentant le livre.
    Y a un truc que j’ai pas du comprendre, pour moi, le travail, c’est la liberté...( tous les "travails", marchands, productifs, éducatifs, maternels, de soins, de service etc, même ceux non reconnus, non rémunérés).


  • Prenez un carré, divisez-le en 2 horizontalement et verticalement. Vous obtenez 4 petits carrés. C’est le principe du monde et de la matrice. Augmentez la puissance , cela permet de diviser encore plus pour régner des espaces réduits jusqu’à l’extrême.

    Le monde se divise à l’infini jusqu’à que ... La réaction désirée arrive... C’est kabbaliste en soit.

    Maintenez prenez la parabole de la fonction carré f(x)=x²

    Pour une même image il y a deux antécédants, l’un négatif et l’autre positif, ce qui signifie que peu importe ce qui rentre dans le système, ce qui en ressort sert toujours celui qui fabrique les nombres (l’argent donc la banque).

    Voilà le monde dans lequel nous vivons désormais et il faudra respecter les autres dans leur petite case... réduite.

    Je suis prêt à apporter ma vision des mathématiques à Alain Soral parce que pour avoir compris le système très tôt je me bats aujourd’hui pour instruire les mathématiques autrement !

    Courage à tous !

     

  • ie l’ai commandé dès l’annonce il y a qq semaines , quand seront livrés les premiers exemplaires ? merci


  • Alain Soral est un fin et subtil observateur qui dépoussière le concept. C’est l’Homme moderne qui arrache au passé la substantifique moelle et qui la confronte aux démons qui rôdent tout autour de nous, le combat est sans merci : rude est celui-ci. Transcender la conscience par la perpective et le réel-concret, Alain Soral s’y applique par couches successives, le mille-feuille de sa pensée s’épaissit, le verbe est à la fois haut et profond, la vision est claire. C’est que c’est quelque chose quand même la pensée, ça se respecte, ça se cultive, surtout. Bonne continuation à lui.


  • Très intéressante, cette conclusion sur l’amour.
    Merci !


  • Idée intéressante que de parler des mathématiques. Dans notre époque, on cherche à quantifier et chiffrer. Et cela va au-delà de l’économie.


  • Les mathématiques ne sont qu’un outil au service des sciences , de la technologie, ....et aussi au service de la prédation de la haute finance et de la spéculation.
    L’amour du christ et de son prochain n’est pas en concurrence avec la "froideur des mathématiques ", comme vous dites, mais plutot complementaires .Et je pense que l’étude des mathématiques à haut niveau nous rapproche de la connaissance suprême , donc de dieu. Il y a de la beauté et de la chaleur dans les mathématiques. Durant mes années d’études en mathématiques , avec mes camarades , nous avons passées pas mal de nuits blanches chaleureuses à conceptualiser la 4è dimension grâce à la topologie ( les espaces ouverts , et leur trace dans les dimensions inférieures) . Nous ne nous étions jamais senti aussi proches de dieu, moi musulman, et eux, catholiques, unis dans la meme quête de savoir.
    Dans l’islam, il y a le grand jihad qui est la recherche de la connaissance scientifique ou autre, et le petit jihad, qui est la défense de la foi et des croyants.
    je suis impatient de lire votre dernier livre.
    Bien à vous.

     

    • Bonjour, je me permet une critique franche de votre commentaire, qui traduit selon moi le symptôme d’une pensée tronquée donc erronée. L’auteur ici ne met pas en concurrence "l’Amour du Christ et de son prochain avec la froideur des mathématiques , comme vous dites" :
      - Comprendre l’empire + vers la féminisation + comprendre l’époque = démonstration magistrale de matérialisme dialectique bien compris ( il faut avoir assimilé le monisme dialectique comme levier principal d’une pensée dynamique et intellectuellement honnête). La pensée idéaliste, mensongère et corrompue (d’une idéologie dominante et pseudo humaniste) prône un égalitarisme formel. Les tenants de cette idéologie "scientiste" nous servent cette équation : si tous les Hommes sont égaux certains le sont plus que d’autres … Voilà l’escroquerie de la logique mathématique délestée de la logique traditionnelle( morale, chevalerie, religion, empathie, transcendance, vergogne, charité …). Toujours selon moi la proposition faite par l’auteur est d’abolir dans notre esprit cette vision borgne, et la remplacée par la tentative permanente d’unir l’intelligence cognitive et calculatrice (maths) à l’intelligence empathique et instinctive (Christ). Cela ressemble au défi le plus noble que l’on peut se poser :
      -S’imposer comme valeur première l’honnêteté intellectuelle pour voir le monde tel qu’il est et pas comme on aimerait (ou qu’on aimerait nous le faire voir). Afin de passer de l’idée d’un égalitarisme formel tirant vers le bas et le laid (car tronqué donc faux), à l’idée d’une égalité réelle tirant vers le haut et le beau (car subtile, dialectiquement totale donc vraie).
      -toujours selon moi, votre interprétation du jihad (étant aussi musulman je me permet une critique radicale) : "il y a le grand jihad qui est la recherche de la connaissance scientifique ou autre, et le petit jihad, qui est la défense de la foi et des croyants.", Le grand jihad est la lutte individuelle contre les passions = lutte contre l’ignorance= recherche de la connaissance tout court (je dirai toute connaissance dont la connaissance scientifique et pas l’inverse …). Le petit djihad est en islam la lutte armée légitime si défensive, "la défense de la foi et des croyants" il faut dire ça pour faire plaisir à ceux qui nous domine … (la virilité c’est aussi une valeur noble et une preuve d’honnêteté intellectuelle.) C’est un débat sain j’espère ne pas vous avoir vexé.
      Grand merci à monsieur Soral et son équipe.


    • @çapique
      merci pour votre long commentaire. Le monisme est une vue philosophique de notre monde, donc une vue de l’esprit .Je suis plutôt de l’école de erwin shrodinger ("ma conception du monde" Veda d’un physicien) , qui demontre que le monde existe comme un tout, mais que notre perception du monde est limitée par nos sens. Ainsi, ce qui nous entoure n’est pas tel qu’on le voit , mais plutôt comme nos sens limités nous permettent de le voir, notamment notre incapacité à évoluer dans la quatrième dimension, le temps.
      Les mathématiques , il faut les avoir étudié au niveau bac +5 minimum pour pouvoir en parler .
      notre débat fut bref mais intéressant car entre un "scientifique" et un "littéraire".
      J’espère que nous aurons l’occasion de débatte à nouveau sur le theme de l’egalite après avoir lu le dernier livre de M.Soral .
      "il n’y a de différence entre deux êtres humains que par la force de leur foi en dieu"
      bien à vous.


    • @çapique
      "cette équation : si tous les Hommes sont égaux certains le sont plus que d’autres … Voilà l’escroquerie de la logique mathématique délestée de la logique traditionnelle"
      Il n’y a pas 36 logiques, il y a la logique. Et il n y pas plus honnête que les mathématiques, et votre affirmation ne ressemble en rien à une équation.
      L’égalité absolue est un mythe ( la génétique nous le démontre clairement : chacun d’entre nous naît avec une ADN exclusive et unique). La seule égalité qui existe est celle instaurée par notre système politique et social actuel , l’égalité quand à nos droits et nos devoirs . Et cela conduit à beaucoup de perversités dont la.possibilité que 51% d’idiots décident pour 49% de personnes "éclairées", qu’une poignée d’idiotes réclament l’égalité des sexes , qu’une poignée de dégénérés en font de même ..........( j’adore cette boutade de Sacha guitry : "je suis prêt à accorder la supériorité aux femmes, pourvu qu’elles cessent de réclamer l’égalité").
      un petit tour de chauffe avant la lecture du livre de M.Soral ?
      Bien à vous.


    • @çapique
      l’escroquerie ne réside pas dans la logique mathématique, mais dans la réduction de l’être humain à un nombre égalitaire et impersonnel , donc assujéti à l’arithmétique .
      Cela, la tradition l’a très bien compris. Seule la foi en dieu nous différencie , donc nous ne sommes pas égaux, donc nous ne sommes pas quantifiables par l’arithmétique et les mathématiques , donc la démocratie est une vaste fumisterie, donc seul un despote légitime éclairé par la foi en dieu et la peur du jugement divin est apte à nous gouverner. CQFD .
      bien à vous.


    • @Avec tout mon respect
      Je vous conseille le visionnage de - « Quelles sont les conséquences du passage
      de la logique formelle à la logique concrète ? » avec Alain Soral sur le même site, merci pour cet échange.
      Bien à vous


  • Après la sortie du bouquin faudrait ouvrir une page de commentaire juste pour que Alain puisse se détendre un peu en bottant le cul à ses contradicteurs sur le forum, ça manque un peu l’époque des plateaux télé ou Alain pouvait remettre les gens en place...


Commentaires suivants