Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Front musical #8 – Les origines du courant folk

Musique & Polémique

Front musical est l’une des nombreuses émissions d’ERFM. Présentée par Silvestrik, cette émission vous fera découvrir l’histoire et l’actualité de la musique d’un point de vue rarement diffusé sur les ondes conformistes !

 

La présentation de cet épisode :

L’hégémonie de la « gauche » sur la culture impose de rappeler que, contrairement à ce qui est généralement raconté, le courant folk n’est pas d’origine anglo-saxonne. Il prend son origine dans les mouvements de jeunesse de l’entre-deux guerres et surtout dans la politique conduite par l’État français dirigé par le Maréchal Pétain. Sans jamais le revendiquer ouvertement, le courant folk des années 70 va être le fossoyeur de ces répertoires de chansons traditionnelles

Silvestrik

 

Écouter l’émission :

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2616892
    le 13/12/2020 par pleinouest35
    Front musical #8 – Les origines du courant folk

    C’est pourtant le début des années 70 qui aura vu cette musique populaire à son apogée artistique : Malicorne (ils cessèrent quand ils comprirent que le folk n’était plus à la mode), Mélusine, Alan Stivel, puis à côté Ash Ra Tempel, Hosianna Mantra de Popol Vuh, Steeleye Span avec Maddy Prior, Tangerine dream, les premiers Genesis et les premiers YES, Jethro Tull, Magma. Que reste-t-il en 2020 de cette musique populaire étonnamment savante ? Une Meredith Monk géniale, des groupes bretons toujours excellents, et guère plus, une musique irlandaise enfermée dans ses répétitions sans ouverture. Quant au chant polyphonique corse, c’est une escroquerie marchande du point de vue historique (lire ce qu’en dit Marcel Pérès à propos de l’action de l’abbaye de Solesmes.

     

    • #2617611

      "une musique irlandaise enfermée dans ses répétitions sans ouverture". Y a pas plus ouvert et réellement démocratique. Si tu sais jouer cette musique, tu entres dans le pub où les musiciens jouent, tu prends une chaise à leur table et tu joues les morceaux tu sais jouer, AVEC eux. Tu attends qu’ils t’invitent eventuellement à lancer un air..et voilà.


    • #2617772
      le 14/12/2020 par pleinouest35
      Front musical #8 – Les origines du courant folk

      A Babelou
      Je sais, j’ai vécu de nombreuses années en Irlande.
      Non, je voulais dire que cette musique est figée, qu’elle n’évolue pas.


    • #2618255

      Je ne vois pas ce que font tous ces groupes de prog dans ton post, même si du folk il y en a partout


  • #2617014

    Très intéressant, et émouvant…

    Issu d’un milieu “de gauche”, j’ai eu la chance de connaître César Geoffray lors d’une “colo A Cœur Joie”, aussi la “Psalette de Lyon” alors dirigée par Joseph Hetsch (ah ! son harmonisation du poème de Verlaine : “Le ciel est, par dessus le toit...”).
    Peut-être est-ce ce “terreau” musical qui m’a permis, peu à peu, trop lentement, de “comprendre l’Empire” et de rejoindre E&R… en chantonnant… “... la vie est là, simple et tranquille...”


  • #2617239

    Très interessant. Très rare aussi. merci a vous.


  • #2617243

    Depuis une bonne trentaine d’années il y a un mouvement musical très Européen..qui se qualifie de Dark Folk avec des groupes bien souvent Païen ou volkisch ..Sol Invictus , Death In June , Dernière volonté (Groupe Français) , Forsetti , Blood Axis , Hekate , Sonne Hagal , Nature and organisation...paroles sur les divinités , le soleil invaincu , la nature , poèmes mis en musique ...à découvrir ..

     

    • #2618311

      A signaler parmi les premiers collecteurs de chants traditionnels français : Gérard de Nerval, pour le Valois : dans Les Filles du Feu il signale que les complaintes (Le Roy Loys, ballade de Saint Nicolas, le Roy Renaud etc, ,)chantées encore vers 1820 du côté de Senlis-Chantilly, s’effacent progressivement, remplacées par des airs parisiens à la mode) ; Georges Sand, dans ses romans paysans, retranscrit à la même époque des chants berrichons, connus par ailleurs par des collectages du " Bourdon" des années 60-70.
      J’ai découvert vers 74-75, le folk français : groupe issus du " Bourdon". Malicorne Gabriel Yacoub : originalité du répertoire et des audaces musicales (guitares électriques notamment), ces disques n’ont pas vieilli. Stivell et les Bretons betonnants : chiants par leur revendications de bobo gauchos Independantistes, Tri Yann : ils ont bien mal vieilli les vieux trotskystes déguisés, en plein show biz désormais, je les trouve pitoyables. Mélusine en revanche (Guilcher) : des "purs" très doués vocalement et menant bal folks et Fest Noz dans des coins paumés entre 70 et 80. L’origine sociale de ces chanteurs (Malicorne), souvent beaux quartiers parisiens, est très éloignée de la réalité des campagnes françaises des 3 Glorieuses. Ils répugnaient à ce qu’on évoque le retour à la Terre pétainiste, privilégieaient les chants de déserteurs et ceux qui s’attaquaient à l Eglise ou au roi, à quelques exceptions près. Au XVIII ème déjà on a eu sous Louis XVI, un intérêt pour les bergeries : le Rousseauisme voyait dans la Nature et les mœurs rustiques une innocence, une sincérité que cherchait sans doute le Père Doncoeur : vision ireniste du peuple français. En France, le mouvement folk des années 70 80 est lié je crois au besoin de sauver la verdeur et la joie d’une civilisation rurale dont nous voyions, avec la mort de nos grands-parents, disparaître les dernières traces de culture vraiment populaire...Mes vieux vynils de La Bamboche, Mélusine, Le Grand Rouge, Malicorne Maluzerne ou Sourdeline m’émeuvent toujours évidemment car ils ont la fraîcheur et la naïveté du jeune homme que j’étais alors...Le cœur n’a pas de rides et certaines complaintes ou ballades nous survivront, ça j’en suis certain.
      .. Merci pour cet exposé, très instructif !