Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Allemagne entre deux maux

On commence seulement aujourd’hui à bien mesurer ce que la victoire de Syriza peut signifier pour le zone Euro. En réalité, cette victoire met l’Allemagne au pied du mur et fait éclater son double langage quant à la zone Euro. Privée de marges de manoeuvres néanmoins, l’Allemagne peut réagir violemment et provoquer, indirectement, la dissolution de la zone, même si elle en est la principale bénéficiaire aujourd’hui. Pour comprendre cela, il faut rappeler ici quelques points.

La victoire de Syriza

La victoire, véritablement historique, de Syriza en Grèce a propulsée son chef, le charismatique Alexis Tsipras sous le feu des projecteurs. Il convient de rappeler que ce parti est en réalité une alliance regroupant des anciens gauchistes, des anciens communistes, des écologistes, et des anciens socialistes. Ce qui a fait le ciment de cette improbable alliance, et qui explique son succès, avec plus de 36% des suffrages exprimés, est en réalité bien plus profond, mais aussi plus complexe, que la "question sociale".

Non que cette dernière ne soit importante, voire tragique. On comprend le refus d’une austérité meurtrière qui ravage la population grecque depuis 2010. Mais il y a aussi la question de la souveraineté nationale. Le refus de la soumission aux injonctions de Bruxelles et de la commission européenne, qui s’est exprimé dès le lendemain de l’élection, est une dimension très importante de la victoire de Syriza. La question sociale, sur laquelle se focalisent les commentateurs français, pour importante qu’elle soit, n’explique pas tout.

En réalité, Syriza s’est engagé dans un combat pour le souveraineté du peuple grec contre les bureaucrates de Bruxelles et de Francfort, siège de la Banque Centrale Européenne. La victoire de Syriza annonce peut-être celle de Podemos en Espagne au début de cet automne. Et, tout comme dans Syriza, la composante souverainiste est loin d’être négligeable dans Podemos, ou encore dans le parti Irlandais qui briguera lui-aussi la victoire au début de 2016, le Sin Feinn.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1106644
    le 30/01/2015 par leprince
    L’Allemagne entre deux maux

    Peut-être que ce parti a été bien mis en évidence dans nos médias car il affaiblit la progression de l’Allemagne qui ne l’oublions pas est une bête noire sous contrôle, un Golem qui veut surement échapper à son créateur en créant sa zone économique "nouveau Mark" en faisant rupture avec la zone euro et qu’elle attend toujours le moment propice pour faire une alliance nordico-germanophile , voilà pourquoi Merkel est sous écoute, car tout le monde sait qu’une montée en puissance trop forte de l’Allemagne, c’est comme un M5 face à une voiture Renaud de flics...
    Alors on bride le moteur à la vitesse maximale autorisée... Les élites mondialistes ont prévu "leur" équilibre pour l’Allemagne : la descendre quand elle monte, libérer l’oseille quand elle descend mais parait-il la Maanshaft égalise toujours à la dernière minute...

     

    • #1106826
      le 30/01/2015 par la pythie
      L’Allemagne entre deux maux

      Tu as tout bon ! tous ces partis " souverainistes " sont des marionnettes américaines, chargées de vendre aux peuples d’Europe un nationalisme frelaté, inoffensif pour l’Empire, mais nuisible à l’Europe elle-même :le but étant ici d’empêcher l’émergence d’une Europe impériale, qui pourrait, un jour, s’opposer frontalement aux Ricains...Donc nos amis américains organisent un combat de chiens ( entre " nationalistes" européens ) , trop occupés à se battre entre eux pour songer à s’unir contre les anglo américains....simple comme bonjour !


  • #1106656
    le 30/01/2015 par Antigringo
    L’Allemagne entre deux maux

    Vive les peuples libres d’Europe, qui ne veulent plus de la dictature des bureaucrates illégitimes de Bruxelles et de la marionette Juncker. Nous souhaitons unanimement la fin du diktat américain. Que la conception ridicule actuelle de l’Europe finisse dans les poubelles de l’histoire.
    Nous devons penser notre avenir autrement, p.ex. comme une confédération libre des peuples souverains avec d’importantes restrictions concernant leurs droits régaliens.


  • #1106698
    le 30/01/2015 par LEPAGE
    L’Allemagne entre deux maux

    La quadrature du cercle en somme ; Tout cela aurait pu être évité si le sort de la Grèce avait été rationnellement étudié en 2010 au lieu de faire de l’idéologie cela démontre une fois de plus l’incapacité de nos dirigeants à assumer leurs responsabilités ;


  • #1106717
    le 30/01/2015 par Blabla
    L’Allemagne entre deux maux

    Et demain, peut-être, un joli score de Réconciliation Nationale...