Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"La France, une chance pour chacun", le plan Banlieues d’Emmanuel Macron & Yassine Belattar

Il y a un quart de siècle, le député UDF (giscardien) Bernard Stasi sortait un livre intitulé L’immigration, une chance pour la France. Une phrase qui lui sera ressortie à chaque fois que des racailles commettront des exactions. C’est devenu une expression consacrée. Le Front national et ses sympathisants s’en sont emparés pour montrer les dommages collatéraux de l’immigration massive en France, avant même que ne soit déclenchée l’opération « Des millions de clandestins pour l’Europe », que nous subissons aujourd’hui.

« Le noyau dur du problème se situe bien dans la confrontation d’une France de tradition chrétienne et de statut laïc face à une communauté étrangère importante, peu à peu intégrée juridiquement à la citoyenneté française, mais dont les comportements moraux, familiaux et civiques sont totalement imprégnés de son appartenance au monde musulman. (…) L’État, paralysé par l’affirmation constitutionnelle de sa laïcité, et plus encore par une certaine conception frileuse de cette laïcité, se sent impuissant à reconnaître, voire à situer, ce qu’est désormais devenu l’Islam sur la terre de France. (…) Il faut prendre clairement conscience des exigences qui résultent d’un phénomène de cette ampleur. » (Extrait du livre de Bernard Stasi, le pyromane pompier)

 

Pendant plus de trois décennies, depuis la Marche des Beurs en 1983, le pouvoir politique a essayé de résoudre ou d’endiguer la crise des banlieues. Qui est le résultat d’une crise industrielle au départ, rappelons-le. Et qui est devenue une crise sociétale : beaucoup de Français se demandent pourquoi les autorités en charge du pays injectent du migrant dans une nation en crise économique, sociale et confessionnelle.

Le Parti socialiste, dans les années 80, qui perdait son socle électoral ouvrier du fait de la crise industrielle, a cru bon de le remplacer par le socle électoral immigré. Toute l’opération électoraliste a consisté à arroser les banlieues de prébendes, c’est-à-dire acheter les voix. Les problèmes n’ont pas été réglés, Roland Castro et ses amis se sont fait des couilles en or avec leurs constructions « citoyennes » et « utopistes », mais la banlieue est restée aussi pauvre qu’avant. Il y avait juste des associations en plus, ces faux-nez du socialisme à la française, quelques salles de sport et des mamans qui faisaient de la bouffe africaine.

Sous Chirac puis Sarkozy, la droite a plus joué sur la répression, personnalisée par le très ambigu Charles Pasqua. Mais les immigrés continuaient à entrer dans le pays au rythme officiel de 150 à 200 000 par an : il y avait bien continuité de l’État en la matière ! Sous Hollande, les immigrés ont été l’objet de toutes les attentions afin de sauver le quinquennat, mais le président déchu ne se représentera pas, sûr qu’il était de ne pas passer le premier tour (merci les sondages secrets) : il valait mieux partir avec honneur (genre « je fais don de mon renoncement à la France ») que de subir une énième humiliation publique.

 

La méthode Macron c’est quoi ? Pas de méthode !

 

 

Vint le petit Prince, Emmanuel Macron, qui lui allait tout chambouler, vous allez voir ce que vous allez voir, le refrain habituel de l’hôte de Élysée. Le 22 mai 2018, il recevait les banlieues en son palais en la personne de Yassine Belattar pour présenter son plan, après avoir balancé à la poubelle celui de Borloo.
On sait à l’avance le destin du plan Macron « La France, une chance pour chacun » : une fois la lumière des caméras coupée, la grand-messe des incantations républicaines, le théâtre des volontés braillées vont se dissoudre lentement dans le suc de la haute administration.

Or il n’y a pas de solution miracle pour les banlieues : le clientélisme à la sauce socialiste a mené à une catastrophe multiple – achat coûteux de la paix sociale, politique de racket dite des « grands frères », commerce de la drogue et blanchiment associatif (à la Théo), poussée de la revendication islamiste –, la répression à la Sarkozy (la politique du kärcher) n’a rien résolu, bien au contraire, les émeutes de 2005 ayant servi de tremplin pour son élection…

 

 

Après ce mille-feuille de foirages intégraux, plus ou moins volontaires, l’exécutif tente une nouvelle médecine pour soigner les banlieues de leur mal endémique : pauvreté, voire misère, chômage massif (entre 20 et 50% selon les comptages), violence, Éducation nationale et services publics débordés... Pour cela, Macron fait appel à Yassine Belattar, le Jamel des années 2010. Yassine a pour mission de remettre l’immigré au cœur de la République ou une connerie dans le genre. Il est la preuve vivante (100 kilos de preuve) que le pouvoir est contre la discrimination et le racisme :

 

 

Comme si c’est le « racisme » – et donc les Français nationalistes ou fascistes – qui condamnait les banlieues... Yassine, on le rappelle, c’est le comique qui considère que les jeunes Français partis se battre pour Daech en Irak et en Syrie ne sont que des garnements et que la France doit leur rouvrir ses bras :

 

 

Flanqué de son député de toutes les banlieues, un peu à la manière du député des Français de l’étranger Meyer Habib, Macron abat son jeu : purée, que des as ! Au moins 5 ou 6 de toutes les couleurs !

 

Son dévoué Mounir Mahjoubi, en charge du Numérique au gouvernement, sonne la mobilisation générale :

 

 

Pour les courageux, le discours complet du président pour sauver les banlieues, après le stand up de Belattar et le « speed dating républicain » (les témoignages des acteurs sociaux de la banlieue) :

 

 

Vendre le libéralisme à ceux qui en souffrent

On se rappelle qu’il y a une décennie, Sarkozy avait promis qu’à la fin de son mandat, plus un seul SDF ne dormirait dehors, foi de président. Évidemment, cinq ans plus tard, il y avait encore plus de SDF dans les rues, suite à l’application de son programme économique libéral.

Macron veut libérer les énergies en banlieues, casser les codes et tout ça, sur le modèle de sa visite en Inde où il avait enjoint les étudiants à « ne jamais respecter les règles » :

 

 

C’est bien le message qu’il veut faire passer, derrière l’écran de son amour pour la banlieue : que le libéralisme défonce toutes les règles, et que les pauvres se débrouillent au milieu des ruines et de la fumée. C’est cela, le programme de Macron. Il envoie aux habitants des quartiers un grand « débrouillez-vous », avec la promesse d’emplois ubérisés à mort.

« Alors que le chômage touche un quart de la population et un tiers des jeunes de ces quartiers, le chef de l’État a appelé les 120 plus grandes entreprises françaises à "prendre leur part" sur l’emploi et l’apprentissage, en diversifiant les embauches (avec des tests anti-discrimination dans les trois ans) et en proposant des stages aux élèves de 3e (15.000, soit autant que l’État). » (La Provence)

 

Une petite conférence technique sur l’immigration et la France :

À ne pas manquer, sur E&R :

S’abonner à l’indispensable revue Faits & Documents :

Le gouffre de l’antiracisme pour la nation,
lire sur Kontre Kulture

 

40 ans de politique de « banlieue », voir sur E&R :

 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le problème des banlieues n’est pas d’abord un problme économique. Il ne faut pas inverser les causes et les conséquences. Dans les années 60, il y avait des banlieues pauvres où il n’y avait pas de problème de délinquance.
    De plus, ce serait insulter les familles a ec des difficultés financières qui, néanmoins, élèvent leurs enfants dans le respect des autres et de la loi.

     

    Répondre à ce message

  • Il y a un facteur humain qu’ils ne contrôlent pas.
    Un héro s’oublie vite, un assassin, un violeur (voir les deux) ça remet les idées en place ; la preuve chez les Italiens où des migrants ont déjà violé et tué, ou même baisent dans la rue.

    Soyez patient. Faites confiance au mauvais comportement de l’homme pour le réveil des plus réticents.

     

    Répondre à ce message

  • Peut etre qu’en realite les banlieux remplissent parfaitement leurs roles... ce pourquoi elle ont ete concues.

    On peut incriminer les divers modes de gestion ou les politiques menees... ca ne change rien au fait que l infrastructure porte en elle meme son propre projet.

     

    Répondre à ce message

  • Soyez positifs, ça pourrait être pire, il aurait pu tweeter en pseudo-français sexualisé là, "inclusif" ils disent.

     

    Répondre à ce message

  • Cette république n’a rien de laïc.

     

    Répondre à ce message

    • C’est exactement cela. La république est une religion dont le dieu sont "les droits de l’homme e et le matérialisme".

      Problème d’invasion sur le sol français ? La caf n’a qu’à verser ses diverses allocations à tous les terriens, et la cpam à rembourser tous leurs soins médicaux, dans tous les pays du monde.
      Il n’y aura donc plus de "racisme" républicain français puisque l’étranger, qu’il soit dans son pays ou le nôtre aura les mêmes avantages !

      L’argent ? Depuis le 3 janvier 1973 ce n’est plus un problème puisque l’état trouve des banquiers qui lui en fournissent à volonté, sans s’occuper de son endettement !

      Un peu comme si chacun d’entre nous allait emprunter dès qu’il se trouve sans ressources, et que la banque à chaque fois débloque des fonds, et ce sans fin.

      Bien sûr, tout ceci n’est que de la fiction. Lisez 666 de Pierre Jovanovic, et vous comprendrez les buts recherchés...

       
  • Je ne pense pas que le système nous envoie des millions de migrants.
    Il y a juste beaucoup de jeunes de l’autre côté de la méditerranée qui n’est que la conséquence d’une chute du taux de mortalité infantile depuis 20 ans en Afrique subsaharienne, depuis 40 ans au Maghreb. Chute qui est essentiellement dû aux politiques de l’OMS en coopération avec tous ces états et la diffusion des connaissances médicinales.
    Le sous-développement, internet, le mirage occidental, le chômage, pousse des hordes de jeunes mâles à partir pour le Nord.
    Je ne vois pas vraiment de solution dans cette immersion migranesque dont le pic est encore à venir.
    Nos propres valeurs nous empêchent d’agir.
    L’Europe et le Maghreb deviendront black dans les 100 ans qui viennent que cela plaise ou non. Il n’y a plus grande chose à faire, à moins de forcer les africaines à se faire inséminer avec des embryons de blancs ou encore gestation extra-utérine qui voit prochainement le jour, je ne vois pas de changement de donne possible.
    Autre conséquence assez ubuesque faut le dire, ils pourront finalement changer tous les manuels d’histoire européens pour écrire "Nos ancêtres les Africains"

     

    Répondre à ce message

  • "La France, une chance pour chacun", le plan Banlieues d’Emmanuel Macron & Yassine Belattar’’...

    Et la preuve qu’il ne comprend ou ne veut rien comprendre à ce qu’il dirige. Et la preuve qu’il ne voit pas d’inconvénient à échouer comme ceux qui l’ont précédé en faisant aussi semblant d’agir sur ce qu’il fait semblant de prendre pour les raisons du Problème. Parce que le Problème c’est lui, ces complices, ses patrons, leurs congénères, leurs larbins et qu’ils ne vont pas plus aujourd’hui qu’hier, scier la branche sur laquelle ils sont installés, d’où ils surplombent leurs victimes. Ils sont prêts à tout pour ça...quitte à multiplier à l’infini les ’’Bandes de Gaza’’ molles ou dures.

     

    Répondre à ce message

  • ’’ne jamais respecter les règles’’...

    (... !??) De quelles règles parle-t-il ? Parce que dans cet endroit du monde d’ innombrables règles font le fond des lois innombrables qu’il vaut mieux justement respecter sous peines d’innombrables sanctions de toutes sortes. Ce genre de mec dit vraiment n’importe quoi...

     

    Répondre à ce message

  • En France, tout le monde se sent chez lui, sauf...le français.

     

    Répondre à ce message

  • #1976222

    Quel merde en barre tout cela : oui un prof qui donne des cours de math en rap, des plans banlieue pour que la banlieue soit plus libre et non républicaine:plus libre, j’entend par la ,plus de liberté pour qu’ils puissent faire leurs ramadan tranquillement et que les femmes se voilent a leurs guises : si c’est Yassine belatar qui le dicte : quel faux cul ce mec, quel girouette, c’est un ennemi de la France, il a la rancœur du trip colonial, il n’est pas pour que les banlieues redeviennent des quartiers de France : mais qu’ont fiche la paix a ses gens issu de l’immigration qui veulent vivre comme si ils etaient au bled : en vérité je vous le dis et rien de plus.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents