Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le coût exorbitant de certains médicaments est-il le prix de la corruption entre labos et politiques ?

On l’a compris : il suffit que les grands labos, producteurs de médicaments, soient de mèche avec les politiques qui décident de la mise sur le marché et du prix final, pour que le braquage soit parfait.

 

À maladie grave – souvent durable – soins coûteux... et durables, pris en charge par la Sécurité sociale, qui se fait bouffer de l’intérieur (l’Assurance maladie a remboursé 23 milliards d’euros de médicaments en 2014). Le malade, lui, n’y voit que du feu : certains médicaments pour la vue coûtent les yeux de la tête, et quelques chirurgiens ophtalmos les prescrivent avec une idée derrière la tête...

Pour rester dans le domaine oculaire, la saga du « Lucentis » a été développée dans un article du Monde du 2 octobre 2013 :

« L’Assurance-maladie a-t-elle gaspillé 400 millions d’euros en 2012 pour un médicament trop cher ? C’est l’objet de la polémique sur les traitements de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et d’autres maladies de l’oeil. Au cœur du débat, le Lucentis (laboratoire Novartis), qui a l’autorisation officielle, et l’Avastin (Roche), utilisé officieusement.
Leurs principes actifs sont très proches, mais l’un coûte presque quarante fois plus cher que l’autre. Faut-il autoriser le moins coûteux, l’Avastin, plus risqué selon certains ? L’arrivée prochaine d’un nouveau concurrent va-t-elle redistribuer les cartes ? En quatre points, plongée dans un dossier épineux sur le plan scientifique, économique et réglementaire.
[...] Mis sur le marché en 2007, le Lucentis est devenu le premier poste de dépenses de médicaments en médecine de ville : 389 millions d’euros remboursés par l’Assurance-maladie en 2012. Et ce n’est pas fini, car ce produit dont le prix a déjà baissé (900 euros l’unité aujourd’hui) est désormais autorisé dans d’autres atteintes rétiniennes, notamment liées au diabète. »

Des chirurgiens qui n’en croquent pas ont dénoncé la collusion de ceux qui en croquent avec les labos qui fabriquent ces molécules. Que les Français qui sont soignés et remboursés par la Sécu ne se rassurent pas : d’une manière ou d’une autre, ce sont eux qui payent. Car si les soins généraux sont bien remboursés en France, il faut que quelqu’un passe à la caisse pour cette corruption plus ou moins passive. Et à la fin, c’est toujours le Français solvable qui paye, que ce soit de manière directe ou indirecte.

Et la manière indirecte, avec l’appauvrissement programmé des remboursements par la Sécu, c’est le basculement vers des mutuelles de plus en plus protectrices mais de plus en plus chères, et la fracture « maladive » : il y a ceux qui peuvent bien se soigner, et les autres. Qui devront choisir entre la santé et un autre poste, la nourriture, par exemple. On mangera moins bien ce mois-ci pour emmener les enfants chez le dentiste...

Un article du Figaro en date du 20 juin illustre la tendance des producteurs privés à taper dans la caisse publique via le coût invérifiable des médicaments.

Il n’est pas question ici de déterminer si ces médicaments sont efficaces ou pas – la plupart le sont – mais de remettre en question l’énorme marge (même si on n’ignore pas que l’élaboration d’un médicament complexe coûte très cher en R&D) qui affecte au final les deniers publics. Et la collusion plus ou moins visible avec les pouvoirs publics (voir Crozemarie et le cancer, Servier et le Mediator, Garretta et le sang contaminé, le distilbène [1], l’hormone de croissance, l’amiante !), qui peut aller jusqu’à de la corruption. Cela n’est pas dit, mais fortement suggéré.

« "L’inflation continue" des prix des nouveaux médicaments, "injustifiée et inacceptable", menace le système d’Assurance maladie et "l’accès équitable" aux soins, ont dénoncé mercredi huit organisations de défense des malades et des professionnels.

Les prix des traitements "qualifiés d’innovants", notamment contre le cancer, l’hépatite C ou les maladies rares, augmentent de manière "significative" et "injustifiée" depuis de nombreuses années et sont devenus "exorbitants", critiquent ces associations dans un livre blanc publié conjointement.

En oncologie, "le coût moyen d’une année de vie gagnée est passé de 15.877 euros en 1996, à 175.968 euros en 2016", rappelle la Ligue contre le cancer. Les laboratoires "demandent des prix astronomiques même quand les médicaments n’ont pas nécessité d’investissement important en recherche et développement", renchérit l’association UFC-Que Choisir.

L’UFC cite l’exemple de plusieurs médicaments, dont le "Keytruda", indiqué dans le traitement de certains mélanomes, pour lequel "la Haute autorité de santé a estimé que l’amélioration du service médical rendu" n’était "que mineure par rapport aux traitements existants", mais qui coûte en France jusqu’à "72.000 euros par an".

En cause, selon ces associations : la négociation "opaque" des prix entre gouvernements et industriels du secteur, les "pressions" exercées par les laboratoires et leur "manque de transparence", concernant les coûts de production et de recherche ou encore l’évaluation des médicaments. »

Avec son secteur public puissant, mais menacé, et son secteur privé avide, la France est le pays occidental de toutes les corruptions possibles. Quand on sait que nos ministres passent allègrement de leur poste public à une responsabilité privée, et inversement, parfois dans le même domaine, on peut imaginer le niveau de tentation auquel ils sont soumis.

Heureusement, nous avons toute confiance en Alexis Kohler, nous savons pertinemment que couple Buzyn ne parle pas boulot le soir, et que le nouveau président de la République a coupé tous les ponts avec sa banque d’affaires. Il y a des motifs d’assurance, quand même !

Notes

[1] « Dès 1953, une étude américaine conclut que ce médicament n’est pas plus efficace qu’un placebo pour éviter les fausses couches. Puis, en 1971, d’autres études menées aux États-Unis mettent en cause le DES dans la recrudescence des cancers du vagin chez les jeunes filles dont les mères avaient pris du Distilbène pendant leur grossesse. Cette alerte, qui constitue une bombe à retardement pour l’enfant à naître, conduit la Food and Drug Administration américaine à interdire l’usage du DES pour ses indications obstétricales. » (Le Monde). Ce ne sera pas le cas en France.

Mieux comprendre le cancer pour mieux le combattre, sur E&R :

Cancer, maladie du siècle (pour les labos), voir sur E&R :

 

Prendre soin de sa santé avec Kontre Kulture :

 

Les excellents articles de la Section Santé d’E&R :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Oui !
    Mais c’est pire en Suisse. C’est vous dire l’importance des mesures de contrôles nécessaires ... pour ? Avoir enfin un prix juste.
    Qui ?
    Pour un contrôle correct et sans bavure ? Puisque le doute règne malgré déclarations gouvernementales. Et présidentielles. Ce qui n’est pas la même chose.
    Les syndicats ?
    Pour moins de nausée ?
    Même sans être sur un bateau qui tangue ? Comme la Présidence de la République ? Ou un avion d’Air France ??

     

    Répondre à ce message

  • Eh bien ma mère est morte du cancer du sein, paix à son âme. Rien qu’au niveau soin ça nous a ruiné. Surtout qu’on ne vienne pas me dire ici qu’il aurait fallu lui proposer une cure de jeune pour la remettre d’aplomb. Les solutions de dernière minute ça tout le monde connait !

     

    Répondre à ce message

  • #1989723

    De toutes façons, ça n’est pas à nous de payer les soins.

    Depuis quand les moutons payent-ils leurs frais de véto ?

    I Want my money back ! Rendez-nous nos cotisations, escrocs et assimilés.

    C’est aux bergers de raquer les frais de santé, pas à nous.

     

    Répondre à ce message

  • Il suffit de lire les ouvrages de feue Claire SEVERAC sur le sujet. C’est édifiant, mais tellement (enfin, cela devrait) pédagogique.

     

    Répondre à ce message

  • Entendu ou lu il y a quelques mois... un traitement contre le sida se vend 3000 Euro ici, et le même, par le même labo 70 Euro par mois en Égypte.

    Comment est-ce possible ?
    Qui se sucre ? avec quelles complicités ?

     

    Répondre à ce message

  • La sécurité sociale aurait dû conserver sa raison d’être : permettre à tous et surtout aux plus démunis de se soigner.
    Mais elle est devenue un marché, les puissants s’en sont emparés, nous ont propagandés comme il se doit pour nous en rendre dépendants, leurs caisses se sont gorgées de fric et nous sommes de plus en plus malades, donc dépendants des médocs aux multiples effets indésirables (et qui ne devraient d’ailleurs être pris que ponctuellement et non à vie) qui nous déglinguent ailleurs, et ainsi de suite...une manne inépuisable...

    @ Sa majesté, paix à l’âme de votre mère, mais le jeûne, pour si efficace qu’il soit pour conserver la santé ou soigner, ne peut rien en ultime recours, lorsque le corps n’a plus de force vitale...

     

    Répondre à ce message

  • L’histoire du cartel pharmaceutique
    15 mai 1911
    La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Par conséquent, la totalité du trust Rockefeller Standard Oil, la plus grande entreprise du monde à cette époque, est condamné à la dissolution. Mais Rockefeller était déjà au-dessus de la Cour suprême et ne se souciait guère de cette décision.

    1913
    Pour dissiper la pression publique et politique qu’il subit avec ses barons, Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée « philanthropie » : il utilise les revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la Fondation Rockefeller. Grâce à cette entité dont le statut équivaut à un paradis fiscal, il organise le contrôle stratégique du secteur de la santé aux États-Unis.

    La Fondation Rockefeller est la façade d’une nouvelle entreprise globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le commerce pharmaceutique. Les dons de la Fondation Rockefeller supportent exclusivement des écoles médicales et des hôpitaux. Ces institutions sont devenues les missionnaires d’une nouvelle race d’entreprises : les fabricants de médicaments synthétiques brevetés.

    C’est à cette époque que l’on découvre les vitamines. Il devient vite évident que ces molécules naturelles ont des propriétés curatives remarquables et qu’elles peuvent prévenir de nombreuses maladies chroniques. Les recherches menées sur leurs propriétés permettent de publier divers ouvrages, mais elles sont ensuite abandonnées. Ces nouvelles molécules présentent en effet un inconvénient majeur : elles ne peuvent pas être brevetées.

    Par conséquent, dès ses premières années d’existence, le commerce pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel : les vitamines et autres micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des médicaments brevetés. L’élimination de la concurrence indésirable des micronutriments naturels devient donc une question de vie ou de mort pour le commerce pharmaceutique.

    1918
    La Fondation Rockefeller profite de l’épidémie de grippe espagnole et utilise les médias (qui sont déjà contrôlées par les industries) pour lancer une chasse aux sorcières contre tous les médicaments qui échappent à ses brevets.

     

    Répondre à ce message

  • Suite
    Au cours des 15 prochaines années, toutes les écoles médicales des États-Unis, la plupart des hôpitaux et l’American Medical Association deviennent des pions sur l’échiquier stratégique de Rockefeller pour mettre l’ensemble du secteur de la santé sous le monopole de ses entreprises pharmaceutiques.

    Déguisée en « Mère Theresa », la Fondation Rockefeller sert également à conquérir des marchés étrangers et des continents, avec les mêmes méthodes que Rockefeller avait lui-même appliquées pour créer son empire pétrochimique au cours des précédentes décennies.

    1925
    De l’autre côté de l’Atlantique, en Allemagne, un premier cartel chimico-pharmaceutique est créé pour s’opposer à la conquête du marché mondial des médicaments par le seul Rockefeller. Dirigé par les multinationales allemandes Bayer, BASF et Hoechst, le cartel I.G. Farben émerge avec une force de travail comptant plus de 80.000 employés. La course pour le contrôle du marché mondial des produits pharmaceutiques est lancée.

    29 novembre 1929
    Le cartel Rockefeller (U.S.A.) et le cartel I.G. Farben (Allemagne) décident de diviser le monde en sphères d’intérêt. Cette pratique est exactement celle pour laquelle Rockefeller avait été condamné 18 ans plus tôt, lorsque son trust avait divisé les États-Unis en « zones d’intérêt ».

    En 1944, Nelson Rockefeller faisait déjà partie de la direction exécutive du gouvernement américain. Débutant comme Sous-secrétaire d’État, il est devenu en quelques années Conseiller spécial du Président Truman pour les Affaires spéciales. En d’autres termes, à chaque situation critique de l’histoire du vingtième siècle, les intérêts du conglomérat Rockefeller avaient déjà un rôle déterminant dans les décisions prises au plus haut niveau. Ils ont façonné le monde de l’après-guerre et organisé la distribution de ses richesses.

    1945 – 49
    Le rôle des frères Rockefeller ne se limite pas au contrôle des monopoles mondiaux du pétrole et des médicaments. Ils doivent aussi créer une plate-forme politique pour supporter la croissance de leurs entreprises. Sous leur influence, les Nations Unies sont créées en 1945, à San Francisco. Pour prendre le contrôle politique du monde de l’après-guerre, trois pays – tous leaders de l’exportation de produits pharmaceutiques – prennent toutes les décisions, les 200 autres sont transformées en simples observateurs.

     

    Répondre à ce message