Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le fleuve de la colère populaire a débordé

La France que l’on croyait résignée, condamnée à se taire et à payer toujours plus, dont les revenus et les salaires vont, au fil des ans, en se détériorant – « ce sont quarante années de malaise qui resurgissent », a reconnu, faussement contrit, Emmanuel Macron le 10 décembre 2018 –, cette France que d’aucuns disaient bovinisée s’est finalement réveillée !

 

Ceci au grand dam des nantis et des bobos, héritiers et profiteurs de la révolution sociétale de 1968 qui porta une coalition socialo-communiste au pouvoir en mai 1981. S’ensuivirent quarante années d’endettement, de désindustrialisation, de chômage, de mondialisation et de paupérisation rampante.

Or, le fleuve de la colère populaire a débordé. Il commence à s’étendre hors de nos frontières et ne semble pas près de regagner son lit. Cela, malgré les injonctions anxieuses d’un pouvoir qui noie son désarroi dans des torrents de paroles vaines… sans pour autant parvenir à restaurer l’ombre d’une esquisse de consensus national. Le régime, semble-t-il, s’est en effet définitivement bel et bien fracassé sur le mur de la confiance perdue.

Parce que le grand débat – un grand déballage de platitudes et d’enfumage – lancé à coups de grosse caisse médiatique peut-il ressouder une fracture sociétale aujourd’hui béante ? Un débat, d’ailleurs, honteusement encadré, canalisé, orienté. Dans lequel sont interdites les questions qui fâchent. Celles qui, a priori, feraient sens mais qui, partout, font l’objet d’une stupéfiante omerta ! Comme si l’immigration sauvage dont la France et l’Europe subissent les assauts répétés était hors sujet ? C’est oublier un peu vite les dizaines de milliards ponctionnés sur les revenus des classes moyennes (celles dont le travail est imposé) ou l’effondrement du niveau scolaire et la case prison débordante de brillants startupers. Ajoutons l’effondrement démographique et moral, en raisons de ces avancées sociétales inscrites dans le marbre de la loi et réputées irréversibles jusqu’à la fin des temps.

Mais de quelles lois s’agit-il ? Les textes votés par des minorités dérisoires à l’issue de processus électoraux dont la légitimité démocratique et l’honnêteté resteraient à démontrer ? Cette démocratie là a été mise en place par les Enragés de 68, ceux qui, hier, récusaient la société de consommation pour mieux, à l’arrivée, prospérer sur le dos des classes laborieuses, dont l’activité est l’unique source des richesses tangibles. Classes in fine exploitées jusqu’à l’os – entre autres par le biais de la fiscalité – au profit de gens qui, effectivement, sont parvenus – mais eux seuls – à jouir sans entraves ni temps morts au sommet d’une société dure et intransigeante aux « gens qui ne sont rien » ainsi désignés par le sieur Macron ou aux « sans-dents » de M. Hollande. Parce qu’à gauche, pour l’internationalisme cosmopolitiste, le mépris de classe, d’une présidence à l’autre, demeure radicalement inchangé.

Ces questions lancinantes, au-delà des fins de mois aux patates, sont à n’en pas douter le terreau, le non-dit majeur, le signifiant maître de l’actuelle révolte de la France périphérique et enracinée. Une France qui, décidément, ne supporte plus l’État jacobin hyper centralisé, surtout depuis ses délocalisations à Bruxelles et à New York, siège des Nations unies où s’édifie l’architecture d’une très anxiogène gouvernance mondiale. Les forces vives de la nation ont été ainsi épuisées par quarante ans de libéral-socialisme parasitaire.

Aussi la rébellion anti-système des Gilets jaunes est-elle à la fois prise de conscience et sursaut vital… La manifestation d’un instinct de conservation encore présent dans un peuple qui renâcle à périr sous le poids d’une bureaucratie de moins européenne et de plus mondialiste, sous la férule d’une idéologie aussi politiquement correcte que mortifère.

Jean-Michel Vernochet

Jean-Michel Vernochet, sur E&R :

Retrouvez Jean-Michel Vernochet chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2129809
    Le 22 janvier à 19:13 par anonyme
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Chaque année apporte son lot de manisfestations diverses. Dans ce cas précis la singularité réside dans l’extrême brutalité de la répression sur la population indigène traitée comme un vil bétail. Il n’y a aucune illusion à se faire quant à l’attitude des forces de coercition, elles sont toutes mains depuis toujours, il suffit de se souvenir de leur comportement il y a 70 ans...Par contre, un régime qui choisit d’aller à l’affrontement brutal, à un niveau de répression odieux, servi par des moyens en armes potentiellement létales est une donnée essentielle. On sent de la haine chez les commanditaires, une volonté de nuire que même la mort des victimes n’arrête pas. En leur temps, les Versaillais avaient agit de même. En fait, s’il fallait définir une caractéristique fondamentale de ce régime ’’républicain’’ (un mot valise) dans ce domaine (il en est d’autres où son pouvoir de nuisance s’affirme également, comme la vampirisation et la trahison) ce serait cette volonté d’exterminer une opposition par trop virulente, en montant aux extrêmes sans état d’âme. Finalement, il ne faut jamais oublier commment ce régime s’est imposé ; ce qui permet aussi de ne pas se faire d’illusions sur le seul moyen d’en venir à bout.

     

    Répondre à ce message

    • #2130029
      Le 23 janvier à 06:52 par paramesh
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      oui, c’est un véritable régime versaillais, et Macron se sert symboliquemet beaucoup de Versailles, d’ailleurs les GJs toujours créatifs ne s’y sont pas trompé en utilisant le sacré choeur comme point de départ du samedi qui a suivi les premières grosses exactions policières. la commune a été littéralement noyée dans le sang, et c’était il n’y a pas si longtemps que ça.(148 ans, trois générations : mon grand père était déjà né en 1871)

       
  • #2129936
    Le 22 janvier à 23:03 par Snayche
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Le RIC semble devenir de plus en plus le graal de la victoire.
    Or pour y parvenir plus facilement, il serait temps que les femmes et familles proches des forces de l’ordre les encouragent, en étant prêtes à les soutenir financièrement si nécessaire, à quitter leur fonction après avoir écrit une lettre de démission expliquant par cas de conscience citoyenne ne plus vouloir se soumettre comme des canidés sans conscience à l’arrachement d’oeil dont de femmes, ou en les menaçant de les quitter.
    Cela en sachant que les honorables policiers qui démissionneront, vivront clairement plus heureux et seront certainement réengager avec fierté par le peuple français dès qu’il aura récupéré le pouvoir.
    En effet si les choses dégénèrent vraiment par l’augmentation de manifestants jetant des bombes à eaux de peinture sur les casques, boucliers et tenues policières, et que les policiers sortent leurs armes à feu pour tirer sur des personnes désarmés, nombreux ne tarderont pas finalement à démissionner dans la honte, à être jugés pour aller en prison, ou retourner leurs armes contre leur tête, ce qui ne les sauvera pas du feu de l’Enfer.

     

    Répondre à ce message

    • #2129991
      Le 23 janvier à 03:04 par Sedetiam
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Je crois que vous risquez de vous réveiller avec un mal de dent : considérez moitié de poulets divorcé(e)s : quant aux bidasses en bleu ou en kaki, la plupart de leurs donzelles tournent dans les étages des casernements et ce n’est pas pour les calendriers. Ce qui fout la rage...
      Rajoutez à cela, pour emballer ce qui reste, qu’un SOLDat y va pour la SOLDe, c’est écrit dessus, comme le Port-Salut : ceux pour l’uniforme s’arrangent à rester dans les bureaux sans prendre de grade.

      « Les gens y nous aiment pas. C’est flagrant c’est dans les manifs, parce que nous, dans les manifs on est obligé de taper, hein, on le fait pas pour le plaisir, hein ? » Coluche (en t-shirt jaune)

       
    • #2130056
      Le 23 janvier à 08:52 par anonyme
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Dans les situations critiques il y a des illusions qu’on ne peut pas se permettre, que ce soit sur les femmes ou sur les flics. N’attendez rien de la part des unes ou des autres. La conscience ou la dignité ne font pas partis de façon déterminante de leur shéma psychocomportemental, ce qui les annule comme moyens de défense, de préservation, ou comme force d’appoint.

       
    • #2130066
      Le 23 janvier à 09:37 par Snayche
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Je vous laisse votre considération de nos forces de l’ordre... car j’espère que vous êtes loin de la réalité avec vos cas particuliers....

       
    • #2130154
      Le 23 janvier à 13:00 par Sedetiam
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      @ Snayche,

      L’on pourrait vous laisser à vos illusions mais l’on préfère vous dire : ce ne sont pas VOS forces de l’ordre ou pour si peu (très peu). Et très rarement pour votre ordre à vous... celui qui relève de votre philosophie.
      Dans un deuxième temps, on vous invite à considérer ces forces comme les plus « tranquilles », pour ce qui concerne la France, au regard des ordres qu’elle leur donne : regardez ces MÊMES gus à l’étranger lorsqu’on leur lâche la bride : ils torturent, ils butent, ils violent même parfois, etc...
      Ne rêvez pas : vous y laisseriez plus qu’un oeil à vous mettre déjà le doigt dedans.

       
    • #2130230
      Le 23 janvier à 14:50 par Snayche
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Caaaaalmez vous !...
      Entre un qui considère tristement toutes le femmes comme des traîtresses possibles (dont sa mère) et un autre qui évoque la torture avec la bave aux lèvres, je préfère conserver ma philosophie monothéiste de l’espoir de l’amélioration, tout en étant prêt à prendre la première balle en plein coeur pour que cela arrive. J’espère que c’est votre cas sinon votre valeur va pas peser bien lourd face à la mienne sur la balance du jour du jugement universel.
      Qui veut parier et passer pour un gros con dans l’au-delà ? !

       
    • #2130384
      Le 23 janvier à 17:26 par Sedetiam
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      @ Snayche,

      Pour info nous sommes tout à fait calmes, mais déterminés : c’est cette nuance que vous semblez ne pas percevoir en vous enflammant, seul, de votre côté, à redoubler les voyelles et employer les gros mots(*).
      Vous vous méprenez, car vous parlez de valeur(s) : ce que vos congénères casqués n’ont pas (ou plutôt n’ont-ils que celles que leur fait accroire leur République). Ceux d’ailleurs, pire encore : c’est tout ce que l’on essaye de vous faire entendre.
      Par ici on évoque la vertu. Ce qui invite à faire face à la réalité sans reporter le combat dans l’au-delà. Telle est la parabole de tendre l’autre joue, du reste, signifiant que, quels que soit les coups, nous ne cèderons pas : sur terre. Ce qui implique de bien connaître ses ennemis, leurs intentions au plus près de la couture de leur pantalon. Le Neuneu étant celui qui les ignore.
      Cela tombe bien : une moitié de l’arborescence qui est mienne est de la Grande Muette et de la Maréchaussée depuis des lustres : l’autre, pour partie de « Noblesse oblige ». Croyez bien qu’aucun des corps cités ne veut le bien des Gilets jaunes (ceux du volet social).
      Aussi n’attendrons-nous pas, quant à ce combat terrestre, votre Jugement dernier pour compter les points. Pour l’heure quelques-uns sont déjà tombés et l’on ne vous a pas vu avec votre première balle, au nom du monothéismes des monothéismes qui semble être le vôtre... Peut-être pour l’acte XII : le seul qui serait christique si l’on aime les chemins de Saint Jacques et autres de pénitence ? Après s’être fadé les 216 marches de Rocamadour, hein ?

      (*) Un con est quelqu’un qui n’a aucun sens pratique : de l’autre côté seule compte la spiritualité ; le sens pratique n’y est d’aucune utilité. Il est donc impossible d’y croiser quelque con que ce soit (surtout si votre monothéisme est rédempteur).

       
  • #2130031
    Le 23 janvier à 06:53 par Michelly58
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Malgré toute les tentatives de reprise en main des syndicats, le mouvement est suffisamment éparse pour ne pas se faire récupérer. On ira ensemble vers se nouveau régime et cela personne ne pourra nous en empêcher.

     

    Répondre à ce message

  • #2130047
    Le 23 janvier à 08:15 par awrassi
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    "S’ensuivirent quarante années d’endettement, de désindustrialisation, de chômage, de mondialisation et de paupérisation rampante."
    Fdesouche attribue la paupérisation de la France aux socialo-communistes, sans expliquer quoi que ce soit. Ils ont oublié d’ajouter les émigrés à cette plaie.
    L’économie est si simple à expliquer !

     

    Répondre à ce message

    • #2130138
      Le 23 janvier à 12:22 par yul
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      @Awrassi
      Les émigrés (armée de réserve du capital) n’ont servi qu’à faire le "joint" entre une France encore industrialisée donc avec un besoin de main-d’oeuvre important et un modèle économique mondialisme qui a permit, grâce à une lente déconstruction du modèle social et économique, toutes les délocalisations de ces 25 dernières années.
      Il reste donc, à la fin, un chômage de masse (mêlant émigrés et autochtones) et un pays désindustrialisé. La conséquence de tout cela ne peut être autre chose que la paupérisation qui touche, peu à peu, toutes les classes sociales...
      Et oui, les "socialo-communistes" (c’est-à-dire les socialistes et les communistes socialo-compatibles ou encore communistes noyautés par les trotskystes et vous remarquerez que dans trotskyste il y a trots) ont participé à tout cela...

       
  • #2130048
    Le 23 janvier à 08:17 par awrassi
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    "S’ensuivirent quarante années d’endettement, de désindustrialisation, de chômage, de mondialisation et de paupérisation rampante."
    Expliquez, M. Vernochet, svp ; je ne comprends pas comment la France s’est pauapérisée à cause de ces gens-là !

     

    Répondre à ce message

  • #2130054
    Le 23 janvier à 08:43 par anonyme
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    L’analyse factuelle du contexte conduit, amène, à une seule et unique ultime conclusion : in fine, il y a volonté délibérée d’extermination des Français de souche. Le régime ennemi, complice aux ordres du pouvoir profond, est désormais prêt et absolument disposé à monter aux extrêmes pour servir cette volonté par tous les moyens. Le moment décisif de basculement est arrivé. Le nombre des victimes va s’accroître et les moyens mis en oeuvre pour en faire, vont devenir de plus en plus expéditifs. C’est à cette escalade que vous allez assister.

     

    Répondre à ce message

    • #2130286
      Le 23 janvier à 15:58 par anonyme
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Exact, il faut vraiment prendre la mesure de toute la haine et de toute la volonté de nuisance de la Domination. Les enjeux sont tels désormais, qu’il s’agit d’une question qui outrepasse la rationalité d’une organisation sociale pour confiner au transcental qui fonde un Peuple et une Nation. Il en va de l’existence de la France, de son Peuple, de son Pays, de son Territoire, de son Destin, de sa Souveraineté ; de la Nation que cela constitue et leurs ennemis se sont clairement identifiés.

       
  • #2130070
    Le 23 janvier à 09:51 par calypso
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Comme le fait remarquer Upinsky, dans sa dernière vidéo, c’est une révolution de 1789 à l’envers qui est en train d’avoir lieu avec d’un côté les falsificateurs du réel et de l’autre ceux qui demandent le réel réel, pas des mots vides de sens.

    Nous voici donc à refaire les cahiers de doléances. On sait que ce fut une véritable escroquerie, la maçonnerie les ayant déjà préparés à l’avance. Pas difficile d’en faire passer les idées avec quelques comparses agissant secrètement dans les assemblées du peuple (cf Augustin Cochin). Maintenant, c’est encore plus brutal. Ils agissent d’une façon autoritaire, pratiquement à visage découvert.

     

    Répondre à ce message

  • #2130082
    Le 23 janvier à 10:30 par philippe
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Très bel article. Fond et forme.

     

    Répondre à ce message

  • #2130144
    Le 23 janvier à 12:40 par Nuit blanche
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Oui, mais on peut regrettablement constater les faits suivants :

    1) les GJ sont en train d’être divisés par les gauchistes, les antifas, les casseurs, etc.

    2) Macron remonte dans les sondages, ce qui semble indiquer que la fracture entre peuple et oligarchie mondialiste n’est pas aussi permanente qu’on a pu le croire, et qu’il y a des gens qui n’ont toujours pas compris, même apparemment parmi les GJ.

     

    Répondre à ce message

    • #2130180
      Le 23 janvier à 13:32 par Paul
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Les sondages ? Qui y croit encore ??

       
    • #2130205
      Le 23 janvier à 14:11 par Min
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      @Nuit blanche
      Je ne fais pas le même constat que vous. D’ailleurs en maints endroits les cégétistes ont été priés d’aller raconter leur messe ailleurs. Pour les casseurs comme pour les syndicalistes ce ne sont que des tentatives qui n’abusent personne.

      Quant à la remontée de Macron dans les sondages, c’est un nouveau lavement (oui lavement c’est de circonstance) des esprits. Un sondage s’achète.

       
    • #2130292
      Le 23 janvier à 16:02 par Nuit blanche
      Le fleuve de la colère populaire a débordé

      Ah oui, j’oubliais : les seuls sondages qui comptent sont ceux qui le montrent à la descente.

       
  • #2130344
    Le 23 janvier à 16:47 par anonyme
    Le fleuve de la colère populaire a débordé

    Conservateurs ou progressistes, tant qu’ils ne sont pas au pouvoir, tous flattent allègrement ce qu’il appellent ’le peuple’, en réalité le bétail, pour mieux s’en servir afin de prendre le pouvoir en promettant une exploitation plus juste et plus humaine par rapport à l’autre camp. Une fois au pouvoir, ils sont tous condamnés à plier devant la puissance du dieu-argent et les belles louanges qu’ils chantaient jadis au ’peuple’ finissent par s’effacer.

    Droite ou gauche, conservateurs ou progressistes, tous larbins du pouvoir de la sainte économie...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents