Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le triste sire Colombani

Le ci-devant Colombani n’aime vraiment pas les russes. Il en a donné un nouvel exemple dans la tribune qu’il écrit pour le quotidien gratuit Direct Matin, tribune reprise sur internet dans Slate.fr où le ci-devant, qui en est aussi le directeur de publication, officie aussi [1]. C’est un exemple frappant et instructif du racisme antirusse, qui inspire ces élites auxquelles le ci-devant appartient, qu’il nous délivre à cette occasion.

Le bonheur ne s’achète pas.

Le ci-devant Colombani découvre donc qu’il y a des russes heureux. Et en plus, leur pourcentage progresse. Voilà qui semble beaucoup le chagriner. Il écrit donc « Selon un sondage publié fin février par VCIOM, institut russe d’études d’opinion publique, la part des personnes heureuses en Russie est en hausse : 52% contre 44% en décembre 2014. Malgré les sanctions contre le pays et la récente dévaluation du rouble, tout irait donc bien pour les Russes. Pour l’économiste Siméon Djankov, cette joie de vivre est difficilement conciliable avec certains faits qu’il rappelle sur le blog du Peterson Institute for International Economics ».

Cette progression de gens se déclarant heureux l’effraie. Elle lui semble incompatible avec les effets des « sanctions » occidentales. Ces dernières sont réputées avoir plongé l’économie dans le chaos…Ou peut-être pas. Car il y a des observateurs, plus perspicaces que le ci-devant qui ont émis de sérieux doutes quant à cette vision catastrophiste de l’impact des sanctions.

C’est en réalité une chose très facilement compréhensible. Le ci-devant ne conçoit pas le bonheur en dehors des choses matérielles. Pour lui, ce n’est qu’une valeur comptable. Que, dans la notion du bonheur il puisse y avoir celle de la fierté nationale, de la dignité retrouvée, lui est à tout plein incompréhensible. Que le bonheur individuel participe d’émotions collectives, comme celles qu’ont éprouvées les russes à l’occasion du rattachement de la Crimée à la Russie lui est inconcevable. Il est bien ce produit de la bourgeoisie dont Marx et Engels disait, dans le Manifeste du Parti communiste, qu’elle « …a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ». Voilà pourquoi il ne peut concevoir que, dans un pays où il y a des difficultés économiques, les gens puissent se sentir plus heureux. Non, il n’y a là aucune « dissonance cognitive ».

Car, le ci-devant Colombani n’est pas à court d’une explication. Il ne la formule pas lui-même. Le ci-devant à des pudeurs de jeune fille d’un autre temps. Il préfère laisser la parole à d’autres, se réfugier derrière ce qu’il considère comme un « avis autorisé », celui de Siméon Djankov auquel il fait dire : « Je ne peux penser qu’à deux explications possibles de cette apparente dissonance cognitive. Premièrement, la majorité des Russes aiment souffrir : quand les temps deviennent durs, ils se sentent plus gais. Deuxièmement, les personnes interrogées ont peur de donner la véritable réponse puisque la paranoïa à l’égard de l’Etat omniprésent a rapidement augmenté. »

Ah, que ces pratiques sont belles de la part d’un journaliste si éminent. Il ne dit pas ce qu’il pense vraiment : les russes aiment souffrir et sont tenus par la peur. Non, il le suggère par le biais d’une citation d’autrui. Mais, on se rend bien compte que ceci ne fait que traduire ce que le ci-devant Colombani pense. Et cette pensée est tout simplement raciste.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Notes

[1] Colombani J-M, « Heureux qui, comme un russe », publié dans Direct Matin, n° 1653, 12 mars 2015.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1141556
    le 16/03/2015 par Alexandra
    Le triste sire Colombani

    Le peuple russe est resilient. C’est un peuple très intelligent qui s’adapte. Ils ont la chance eux d’avoir un president digne de ce nom. Ils savent finalement que leur salut n’est pas dans de la monnaie monopoly adossee a.....euuuh... Rien ! Ils n’en sortiront que plus forts, n’en déplaise a Mr. Colombani.
    Chapeau bas aux Russes.


  • #1141576
    le 16/03/2015 par L’Ursu
    Le triste sire Colombani

    Comme d’habitude, un excellent article de Sapir !
    Beaucoup d’espoir émane de cette Russie indépendante et résistante, à l’instar de la majorité des pays d’Amérique du Sud... .


  • #1141583
    le 16/03/2015 par Bébert
    Le triste sire Colombani

    En 2006 Colombani a trouvé une formule qui devrait se trouver en exergue de tous les manuels d’Histoire contemporaine : " Depuis 1945 le monde s’organise afin qu’Auschwitz ne puisse plus se reproduire " . Devrait être inscrite aussi en lettres d’or au fronton du Panthéon .


  • #1141584
    le 16/03/2015 par Antidote
    Le triste sire Colombani

    Il n’y a pas en effe,t de [...] « dissonance cognitive » [...], puisque, c’est grâce à la crise que les Russes commencent à se trouver « une identité », après un siècle de changement de régime.


  • #1141585
    le 16/03/2015 par S.
    Le triste sire Colombani

    Effectivement, Colombani est un idéologue anti-russe. Il suffit de lire les quelques articles qu’il a rédigé sur Poutine ou la Russie. Ce n’est qu’un tissu de préjugés et de mensonges à charges. Ce type n’est pas un journaliste.


  • #1141609
    le 16/03/2015 par listener
    Le triste sire Colombani

    Et il faut aussi ajouter que tous ces "progressistes" poudrés et parfumés à l’héliotrope, ces trilatéralistes de coteries, qui se sont déployés du temps de Gorbatchev, leur grand homme (lequel est maintenant retraité comme un petit bureaucrate) , sont en fait paradigmatiques des hommes de réseaux actuels, inspiré par une seule chose : la haine de tout ce qui ressemble à la nation en général et la nation française en particulier. Tout est bon pour humilier la France au besoin en en recréant une autre selon leurs vœux mais toute artificielle, une "anti-france" : Colombani fait partie du noyau dur. En visant la Russie poutinienne, Colombani vise la France, deux pays complices pour refuser un pouvoir dominateur central européen, héritier du projet du trilatéraliste Zbigniew Brzeziński, conseiller de Carter qui a fait durer l’URSS vingt ans de plus et toujours en état de marche, hélas.

    Mais tout cela n’aboutit qu’à un pet de lapin : leur programme ? Une "Grande Exposition Universelle" à Paris en 2020 ! Les précédentes ont déjà ridiculisé Paris pour toujours par ses monuments ignobles, d’un style bourgeois boursouflé. (le "Grand-Palais" !) ou imitant pauvrement le style national-socialiste (le Trocadéro !) A raser ! à l’exception du magnifique Pont Alexendre-III à rebaptiser "Pont du Grand-Vladimir" ne fût-ce que pour faire chier Colombani).

    Et rappelons que ces "progressistes" se déchaînent contre un président légalement élu d’un pays au fond nouveau et dont le peuple est à la fois grand et ancien, la Russie nationale est une nouvelle venue dans l’histoire. Elle a adopté tardivement le principe national français, avec beaucoup de mesure et de tolérance (notamment religieuse) et peut être une faiblesse du côté législation interne. Ce genre de petit monsieur snob, insinuant, arrogant et biaisé, n’aurait pas moufté au moment des déportations gigantesques et des génocides de masse sous Lénine et Staline. Consternés au moment de la disparition de l’URSS ! Colombani pleure sur l’Ukraine d’aujourd’hui par simple haine de Poutine et croit à tort que ce pays et voué à devenir la petite démocratie "libérale" de ses rêves, mais les "progressistes" et les "penseurs à la mode" dont il est le tenant se sont convertis fort tardivement à l’amour des slaves. Maintenant que le "vent de l’histoire" souffle à nouveau dans un sens opposé, il décoiffe ce petit marquis pendant ses petites promenades entre Saint-Germain-des-Prés et la rue Saint-Guillaume..


  • #1141626
    le 16/03/2015 par aryen l’obscur
    Le triste sire Colombani

    Sur le bâtiment de l’ONU devrait être gravée en lettres d’or cette phrase de Colombani, de 2006 : " Depuis 1945 le monde s’organise afin qu’Auschwitz ne puisse plus se reproduire ". Tout est dit .


  • #1141630
    le 16/03/2015 par LPDF
    Le triste sire Colombani

    Comme on dit : y a pas de problème, y a que des solutions.
    Ca veut dire que si les problèmes sont pris en comptent, et des solutions misent en oeuvre, alors on peut être optimiste malgré le problème.
    Par contre si le problème n’est pas pris en compte, et si ceux qui le subissent ont le sentiment de ne pas être entendus, voire carrément pas écoutés, alors la frustration s’installe et le moral s’érode jour après jour. Et finalement on lâche l’affaire, on s’aigrit et on est malheureux.
    C’est ce qui se passe dans nos "merveilleuses démocraties". Et c’est pour ça que ceux qui pérorent dans le monde médiatique et politique par ici nous sont devenus totalement insupportable.
    Frustration, aigreur, démoralisation : ce n’est effectivement pas ça que j’ai ressenti lors de mon séjour à Moscou l’été dernier.
    Vous trouverez sur le blog er-angers un petit compte rendu (avec des photos) de notre voyage en Russie. (Que je me permet de glisser ici..)


  • #1141634
    le 16/03/2015 par Georges 4bitbol
    Le triste sire Colombani

    L’imMonde, le journal qui vous rend plus bête en le lisant.

     

    • #1141724
      le 16/03/2015 par listener
      Le triste sire Colombani

      Très juste ! "Quand on lit le monde, on a l’impression que rie ne s’y passe". Audiard disait toujours qu’il préférait lire "Paris-Turf". Le Monde est la continuation de la "Revue des Deux-Mondes", journal le plus chiant de toute l’histoire de la presse française. Ses tentatives pour tourner au journal "moderne" font rire aux larmes. Il finira comme tous les journaux, par des chroniques scandaleuse et des petits chantages. Qu’est ce qu’un journaliste ? Un sycophante.


  • #1141729
    le 16/03/2015 par Romain
    Le triste sire Colombani

    Effectivement, j’ai remarqué autours de moi que la dissonance cognitive induite lors de la rectification d’une vérité est aussitôt étouffée par certains de ceux à qui on essaye d’ouvrir les yeux.
    "Si ce que tu me dis est vrai, alors ce que je crois savoir sur tel et tel sujet est faux. C’est trop pour moi, donc tu as tord." !!!

    Pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

    Mais bon, avec la plupart des gens, le temps les aide à bouger.


  • #1141834
    le 16/03/2015 par passant
    Le triste sire Colombani

    Il déteste les Russes mais adorait les soviétiques.
    Beaucoup de gauchistes qui détestaient les Américains adoraient les soviétiques.
    Or maintenant c’est exactement le contraire .
    Cela signifie que leur projet de République universelle dont ils seraient les maitres passe désormais par Washington.
    Si demain ce projet passe par Moscou, ils aimeront à nouveau les Russes.


  • #1142077
    le 17/03/2015 par agentstass
    Le triste sire Colombani

    "Ceux qui ont fait de leur dignité une simple valeur d’échange."


  • #1150104
    le 27/03/2015 par Debane
    Le triste sire Colombani

    Tout ces journaux gratuits comme 20 minutes et autres distribués dans le RER ne sont que des journaux de propagande anti France !!


Afficher les commentaires suivants