Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les voix noires comptent aussi

Note de la rédaction

Traduction de l’anglais effectuée par Alimuddin Usmani.

Le fait que nous entrions de manière rapide dans une réalité autoritaire n’est pas un fait nouveau : il est impossible de ne pas identifier les institutions au centre de cette malheureuse transition. Chaque jour, telle ou telle organisation juive vante ses succès face à nos valeurs occidentales les plus précieuses : la liberté politique et la tolérance intellectuelle.

 

En ce moment, il semble que faire taire les voix noires authentiques soit le principal objectif des sionistes. Ce matin, nous avons appris que les voix noires ne comptaient pas le moins du monde. Capitulant totalement face au lobby sioniste français du CRIF, Google a supprimé la chaîne YouTube du grand comédien noir français Dieudonné. Le CRIF a tweeté :

 

 

À la fin du XVIIIe siècle, l’homme d’État et philosophe anglo-irlandais Edmund Burke a réalisé que « tout ce qui est nécessaire pour que le mal réussisse, c’est que les hommes de bien ne fassent rien ». Je suppose qu’en 2020, pour que le mal l’emporte, il suffit qu’une société Internet se mue en un auxiliaire de Sion.

Ni Dieudonné ni personne d’autre n’a besoin de mon certificat d’authenticité « casher », même si je ne doute pas que l’artiste français soit un antiraciste exemplaire. Ce que je veux dire, c’est que si Sion ne veut pas que vous écoutiez quelqu’un, le mieux que vous puissiez faire c’est d’aller à l’encontre de ses souhaits. Dieudonné, l’humoriste le plus populaire de France, est un homme noir brillant. Il a eu le courage de se lever et de déclarer qu’il en avait assez de l’endoctrinement de l’Holocauste. Ce dont il veut parler, c’est de l’holocauste de son peuple, d’un siècle entier de discriminations et d’abus racistes. En seulement quelques heures, Dieudonné a été pris pour cible par des organisations juives françaises et a été décrit comme un raciste et un antisémite.

J’ai hâte de voir ce que Black Lives Matter va faire en faveur d’une des voix noires les plus authentiques et les plus profondes d’Europe. Juste une idée, peut-être qu’au lieu d’abattre des statues de bronze, BLM devrait envisager d’appeler chaque artiste noir à fermer ses chaînes YouTube jusqu’à ce que Google reprenne un peu ses esprits. Ce serait une belle tentative pour mettre en pratique le Black Power, mais comme vous pouvez l’imaginer, ce n’est pas demain la veille.

Malheureusement, la destruction sioniste du peu qui reste de l’esprit occidental est devenue un spectacle quotidien. Hier, nous avons vu la presse juive jubiler à propos de la déprogrammation de la diffusion en direct d’un discours de Louis Farrakhan par la Fox Soul – une nouvelle chaîne de la Fox destinée aux Afro-Américains. Le Jewish Algemeiner a eu la gentillesse de révéler que c’était le centre Simon Wiesenthal qui était à l’origine de la suppression de l’émission.

Les organisations sionistes ne marchent jamais seules. Elles sont efficaces pour repérer l’étrange Shabbat Goy qui est prêt à offrir sa « crédibilité » à la « cause ». Cette fois-ci, il s’agit du journaliste de CNN Jake Tapper qui a tweeté : « Farrakhan est un vil misogyne antisémite anti-LGBTQ. Pourquoi une chaîne de la Fox diffuse-t-elle sa propagande ? »

Comme nous le savons tous, les juifs prétendent souvent servir la cause des noirs. Les médias juifs se vantent fréquemment de la contribution juive au mouvement des droits civiques. Selon certains historiens juifs, une grande partie des fonds pour la NAACP (Association nationale pour la promotion des gens de couleur) aurait une provenance juive – certains experts l’estiment à 80 %. Dans son article intitulé « Les juifs dans le mouvement des droits civiques », Howard Sachar débute avec cette affirmation : « Plus que nulle part ailleurs, les juifs s’identifiaient directement à l’avant-garde libérale du mouvement des droits civiques des années 60 ». Cela pourrait donner l’illusion d’un moment positif dans l’histoire juive, jusqu’à ce que nous nous rappelions que le judaïsme a, tel que nous le connaissons tout au long de son histoire, soutenu des « projets de loi de ségrégation » qui étaient sans compromis. Que représentent les règles alimentaires casher si ce n’est un « projet de loi sur la ségrégation » ? Quelle est la justification de l’attitude sioniste à l’égard du mariage mixte si ce n’est la promotion d’un projet de loi sur la ségrégation ? Même au sein du mouvement de solidarité à l’égard des Palestiniens, de nombreux juifs choisissent d’opérer au sein de cellules politiques marquées par la ségrégation raciale (JVP, IJAN, JVL, etc.) au lieu de se débarrasser volontairement de leur privilège juif.

Il est vrai que certaines des plus grandes voix des mouvements des droits civiques étaient juives. Mais j’ai peur que ce soit là que se termine la bonne partie de l’histoire. Historiquement, l’attitude juive envers les Noirs peut tout simplement se résumer à un désastre. Il est difficile de savoir comment aborder ce gigantesque champ de mines sans rencontrer de sérieux ennuis.

Dans la culture juive européenne, le mot shvartze (noir en yiddish) est un terme offensant se référant à un être inférieur, plus spécifiquement à une personne noire ( « Elle sort avec un shvartze. Sa grand-mère doit probablement être en train de se retourner dans sa tombe »). Zein Shver, un juif américain noir, souligne que : « Shvartze n’est pas le mot yiddish pour désigner les noirs. Shvartze est le mot yiddish pour désigner les nègres ! »

La référence à « shvartze chaya » est une référence directe à « bête noire », ce qui signifie l’inférieur parmi les inférieurs. Shvartze chaya est aussi la façon avec laquelle les juifs ashkénazes désignent les Arabes, les Arabes séfarades et les Falashas. Je suppose que, au moins culturellement, certains juifs ashkénazes ont du mal à faire face à la couleur noire, surtout quand il s’agit de personnes. Il est donc un peu particulier de voir des juifs ashkénazes blancs se plaindre sans cesse de la « suprématie blanche ». En réalité, il difficile d’imaginer un code culturel contemporain plus racialement orienté que l’ethos ashkénaze. Je dirais que si les juifs sont vraiment intéressés par la lutte contre l’exceptionnalisme blanc, ils devraient peut-être d’abord déraciner ces symptômes de leur propre culture.

Il s’agit d’une anomalie – les personnes qui ont joué un rôle fondamental dans les mouvements des droits civiques, sont elles-mêmes instrumentales dans un projet historique de ségrégation raciste. Dans mon travail sur la politique juive de l’identité, j’ai remarqué que les organisations juives dictant les limites du discours de libération des Noirs ne représentent guère un nouveau symptôme. Cet exercice du pouvoir politique est une caractéristique fondamentale et symptomatique de l’ensemble du projet de solidarité juive. Ce sont les juifs « pro-palestiniens » qui font en sorte que le discours des opprimés (Palestiniens) soit bien en accord avec les sensibilités de l’oppresseur (l’État juif en l’occurrence). Il semble que ce soit aux juifs de décider si la militante des droits civiques et universitaire Angela Davis est digne ou non de recevoir un prix pour ses activités de toute une vie en faveur de sa communauté.

Un examen de l’attitude générale de l’ADL (« Ligue antidiffamation ») envers Nation of Islam (NOI) et son chef, Louis Farrakhan, nous donne un aperçu spectaculaire de cette tentative de contrôle de la dissidence. La NOI, selon l’ADL, a « maintenu un bilan constant d’antisémitisme et de racisme depuis sa fondation dans les années 1930 ». Le site de l’ADL déclare que « sous Louis Farrakhan, qui a épousé et promu l’antisémitisme et le racisme tout au long de son mandat de 30 ans en tant que chef de NOI, l’organisation a utilisé ses programmes, ses institutions et ses médias pour diffuser son message de haine ».

« Il (Farrakhan) a affirmé à plusieurs reprises que le peuple juif était responsable de la traite des esclaves, ainsi que des attentats du 11 Septembre et qu’il continuait à se livrer à une conspiration pour contrôler le gouvernement, les médias, Hollywood, divers individus et diverses organisations noires. »

La vraie question que nous devons nous poser est de savoir si la critique de Farrakhan est « raciste ». Cible-t-il « Les juifs » en tant que peuple, en tant que race ou en tant qu’ethnie, ou cible-t-il réellement des éléments, segments ou secteurs spécifiques au sein de l’univers juif ? Une étude rapide des citations de Farrakhan mises en lumière par l’ADL révèle que Farrakhan ne fait pas vraiment référence aux « juifs » en tant que peuple, race, nation ou même communauté religieuse. Dans la plupart des cas, il se réfère spécifiquement et précisément à des segments au sein de l’élite juive qui sont, en effet, politiquement dominants et méritent notre examen.

Examinons certaines des citations les plus problématiques de Farrakhan sélectionnées par l’ADL : « Lors d’un discours à l’hôtel Watergate, à Washington D.C. en novembre 2017, Farrakhan a déclaré à son auditoire que les juifs qui "possédaient beaucoup de plantations" se rendaient coupables de saper l’émancipation des Noirs après la guerre de Sécession. Il a également approuvé le deuxième volume du livre antisémite La relation secrète entre les noirs et les juifs, qui reproche aux juifs de promouvoir le mythe de l’infériorité raciale noire et se livre à des accusations de complot concernant l’implication des juifs dans la traite des esclaves et dans l’industrie du coton, du textile, et du secteur bancaire. Farrakhan pense que ce livre devrait être enseigné dans les écoles. »

Il est évident que Farrakhan, dans la citation ci-dessus, fait référence à un segment au sein de l’élite juive. Ceux qui « possédaient des plantations », ceux qui étaient spécifiquement impliqués dans la traite négrière, ceux qui étaient et sont toujours impliqués dans la Banque, etc. Il faut donc poser les questions suivantes : l’ADL suggère-t-elle que les propriétaires d’esclaves juifs sont exempts de toute critique ? L’État juif étant, de manière supposée et indémontrable, du bon côté de l’histoire, ni Farrakhan ni le reste d’entre nous n’auraient le droit de le critiquer ? Et les banquiers juifs, jouissent-ils également d’une immunité exceptionnelle ? Je suis désolé de le souligner, de telles opinions ne font que confirmer l’attitude suprémaciste et privilégiée que Farrakhan a le courage de dénoncer, ainsi qu’un petit nombre de gens.

Allons plus loin. Si les juifs sympathisent autant avec les Noirs et leurs souffrances, comme le prétendent souvent des dirigeants juifs, pourquoi sont-ils incapables de recevoir des petites critiques de la part de Farrakhan, Angela Davis ou Dieudonné ? Si les juifs se soucient tant de l’Autre, comme de nombreux juifs bien intentionnés insistent pour nous le faire croire, comment se fait-il que toutes ces préoccupations disparaissent une fois que Farrakhan, Davis ou Dieudonné apparaissent sur scène ?

La solidarité juive est un concept particulier. C’est un projet égocentrique. Le juif new-yorkais Philip Weiss a exprimé ce sentiment avec brio dans un entretien qu’il m’a accordé il y a quelques années. « Je crois que tout le monde agit par intérêt personnel. Et les juifs qui se définissent à un certain niveau comme juifs – comme moi par exemple – sont concernés par un intérêt juif. Ce qui dans mon cas représente : la fin du sionisme.  » Weiss soutient la Palestine parce qu’il pense que c’est bon pour les juifs. Pour lui, les Palestiniens sont des alliés naturels. Je crois que si les Noirs, les Palestiniens ou d’autres veulent se libérer et obtenir l’égalité qu’ils méritent, ils peuvent réellement apprendre du sionisme. Plutôt que de compter sur la solidarité, ils doivent façonner leur propre destin en définissant leurs priorités. En fait, c’est exactement la spécificité de Dieudonné ou de Farrakhan. C’est probablement la raison pour laquelle les organisations juives les considèrent comme des ennemis de premier plan et investissent autant dans leur anéantissement.

Gilad Atzmon

 

Retrouvez Gilad Atzmon, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2495565
    le 02/07/2020 par vigile
    Les voix noires comptent aussi

    En Angleterre depuis que des anti racistes brandissent des pancartes " Black and PALESTINIANS lives matter " les journalistes de la BBC ont été priés d’ôter leurs badges BLM ... Les BLM ne sont plus en odeur de "sainteté" .

     

    • #2495854
      le 03/07/2020 par Michelly58
      Les voix noires comptent aussi

      @Vigile Assa Traoré non plus ne bénéficie plus autant de la bienveillance des médias depuis que l’une de ses ouailles a osé s’en prendre à la communauté. On a bien compris que seule la vie des Mezouzah compte, c’est un avertissement à l’égard des BLM : T’avise pas de t’écarter du chemin qu’on a tracé pour toi, ose seulement t’en prendre à tes maîtres sionistes qui t’on donné la vie et t’es bon pour retourner à la plantation. Capiche ?


  • #2495611
    le 02/07/2020 par JUL
    Les voix noires comptent aussi

    Comme nous le savons tous, les juifs prétendent souvent servir la cause des noirs.



    Le fait qu’Israël ait été le dernier pays au monde a soutenir l’Apartheid en Afrique du Sud en est un exemple frappant.

    Le racisme le plus moral du monde.

     

    • #2495696
      le 02/07/2020 par nico
      Les voix noires comptent aussi

      Le fait qu’Israël ait été le dernier pays au monde a soutenir l’Apartheid en Afrique du Sud en est un exemple frappant




      Si il n’y avait que cela , leur politique ultra raciste envers les noirs , y compris les Falashas ( Juifs éthiopiens ) dont ils stérilisent les femmes de force.
      https://www.lepoint.fr/monde/quand-...


    • #2495860
      le 03/07/2020 par Michelly58
      Les voix noires comptent aussi

      @Nico Mais non ! Y a que les méchants chinois pour cela aux ouïgours voyons.


  • #2495640
    le 02/07/2020 par Objectif 10
    Les voix noires comptent aussi

    Toujours un plaisir de vous lire avec vos analyses justes et pertinentes.
    Vous pouvez être encore plus précis mais l’essentiel est là : ne pas tout amalgamer !

     

    • #2495870
      le 03/07/2020 par Snayche
      Les voix noires comptent aussi

      Il est très évident que la plupart des critiques de diverses personnalités du monde à l’égard des élites sionistes correspondent à ce passage :
      " Une étude rapide des citations de Farrakhan mises en lumière par l’ADL révèle que Farrakhan ne fait pas vraiment référence aux « juifs » en tant que peuple, race, nation ou même communauté religieuse. Dans la plupart des cas, il se réfère spécifiquement et précisément à des segments au sein de l’élite juive qui sont, en effet, politiquement dominants et méritent notre examen."


  • #2495650
    le 02/07/2020 par Atos, Portos et Aramis...
    Les voix noires comptent aussi

    Merci pour cet article très éclairant.


  • #2495656
    le 02/07/2020 par Marc
    Les voix noires comptent aussi

    Tous les petits entrepreneurs expatriés savent que, chez eux, nous sommes victimes
    - du racisme, souvent
    - de l’interdiction d’épouser ou de fréquenter voire de travailler ou de parler à une femme membre de leur communauté religieuse
    - de prix plus élevés sur tous les produits et tous les services
    - de vols ( petits ou énormes ) fréquents
    - d’escroqueries énormes
    - de contrôles fiscaux récurrents
    - et souvent de l’interdiction d’acheter de la terre
    impunément

     

    • #2495712
      le 03/07/2020 par Salvador
      Les voix noires comptent aussi

      Pourquoi vous voulez jouer à la victime comme ça ?

      Vous nous faites de l’anti-racisme inversé ? Vous vous comportez comme les autres qu’on connaît bien..
      C’est à dire que vous voulez, vous aussi, vous faire passer pour des éternelles victimes..

      Ne retournez pas bêtement la chose, c’est débile..
      Soyez fier, ne commencez pas à chialer


    • #2495806
      le 03/07/2020 par toto l’asticot
      Les voix noires comptent aussi

      c’est un fait avéré mais tû, il ne faut faire des transactions qu’avec des gens de note culture et culte.
      En d’autre termes ; éviter tout contact avec des gens pour qui voler ou tuer autrui n’est répréhensible que si autrui fait partie de la même communauté.


    • #2495865
      le 03/07/2020 par Michelly58
      Les voix noires comptent aussi

      @Salvador Mais enlevez vos œillères ! Vous voyez pas qu’il est est en train de pointer le deux poids, deux mesures chez ses gens-là ?


  • #2495779
    le 03/07/2020 par Yes
    Les voix noires comptent aussi

    « … Garza prend soin de noter que Black Lives Matter a été fondée par “deux femmes homosexuelles et la fille d’immigrants nigérians”…

    … élevée par sa mère afro-américaine et son beau-père juif, elle a grandi sous le nom d’Alicia Schwartz et s’identifie comme juive. Elle s’identifie également comme queer et est mariée à un autre organisateur, Malachi Garza, un homme trans. L’intersectionnalité, un problème qui est clairement proche de chez soi pour Garza, est une priorité au sein du mouvement. »

     

  • #2495837
    le 03/07/2020 par banlanman
    Les voix noires comptent aussi

    bonjour,
    le crif et autre organisme de défense communautaire légitime ou pas ?
    pourquoi sur le territoire français ?
    c’est une autre histoire.cependant ces idiots quand ils poussent le bouchon de plus en plus loi sont entrain de toujours mieux faire le lit de dieudonné car ils l’aident dans son plan de communication gratuitement en plus.
    Ils n’ont pas compris par orgueil,je suppose,que la meilleur façon de le combattre c’est de le prendre aux seconds degrés.Mais ça c’est pour demain.
    Comment voulez vous qu’un mec qui marche avec un ananas puisse énerver toute une structure telle que la dite communauté

    Bien à vous


  • #2495859
    le 03/07/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Les voix noires comptent aussi

    ce sont des putains de racistes
    j’ai été deux fois en israël,
    j’ai vu leur comportement

    l’arrogance, et une atmosphère de haine
    du dégueulis


  • #2495878
    le 03/07/2020 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Les voix noires comptent aussi

    marre de leur "antisémitisme" :
    on s’en fout de ta gueule

    pourquoi, tu crois être le centre du monde ?
    t’es le centre de rien

    ta maman, elle t’a raconté des conneries ?
    "t’es le plus beaux, t’es le plus fort, t’es le meilleur"
    ...


  • #2496114
    le 03/07/2020 par fFREDERIQUE
    Les voix noires comptent aussi

    ".../...Farrakhan ne fait pas vraiment référence aux « juifs » en tant que peuple, race, nation ou même communauté religieuse. Dans la plupart des cas, il se réfère spécifiquement et précisément à des segments au sein de l’élite juive qui sont, en effet, politiquement dominants et méritent notre examen.../..."

    En effet, le processus - intellectuellement malhonnête et moralement indéfendable - consistant à généraliser des éléments pourtant bien précis pour faire porter le discours critique sur l’ensemble de la communauté juive est d’une perversité absolue, et c’est exactement ce dont est victime Dieudonné !

    Merci, par conséquent, pour ce texte aussi intéressant qu’instructif, et qui nous démontre parfaitement, qu’ici ou ailleurs, c’est exactement la même détestable méthode qui est utilisée, à l’encontre de toute personne qui ose critiquer DES Juifs - et pas LES Juifs - à croire que ce serait le seul peuple de la Terre qui serait exempt de brebis galeuses...