Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Lettre ouverte à Henri Weber

…membre du parti socialiste, Directeur des études auprès du Premier secrétaire, chargé des études européennes, Député européen…

Mon cher Henri,

Tu viens d’envoyer une lettre à Marine le Pen sur l’Euro[1]. Laisse-moi te dire que tu te trompes, et sur de très nombreux points.

Nous nous sommes connus, et combattus, appartenant à deux organisations différentes, il y a 40 ans de cela. À l’époque, tu prenais un mirador pour le phare du mouvement ouvrier, certes dégénéré. J’avais combattu à l’époque ta myopie et celle de tes camarades. J’ai l’audace de croire que les événements des années 1990 m’ont donné raison. Tu les as quittés, ce qui est ton droit, et je ne t’en fais pas reproche, mais je dois constater que tu n’as pas quitté ta myopie.

Tu écris : « La disparition de lʼEuro est un scénario catastrophe que nous devons conjurer et non pas provoquer. Le retour aux monnaies nationales aura en effet un coût exorbitant. Il rallumera la guerre des monnaies européennes que nous avons connue dans le dernier quart du XXIème siècle. Si nous dévaluons le franc de 20%, les Espagnols dévalueront la peseta de 25% et les Italiens la lire de 30%, (comme ils lʼont fait en 1992) ; ce qui nous conduira à dévaluer à nouveau le franc, etc. Cʼest justement pour mettre un terme à ce cercle vicieux des« dévaluations compétitives » que lʼEuro a été inventé. »

Lire l’intégralité de l’article sur russeurope.hypotheses.org

 

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #802272
    le 30/04/2014 par Thunderheat
    Lettre ouverte à Henri Weber

    Weber est un de ces sous-fifre qui bandent en évoquant le MODERNISME . Il est malhonnête par définition. Son objectif est le NOM quel que soit la façon d’y arriver. Détournant le débat quand on lui parle du soutient qu’il apporte aux Nazis ukrainiens. Capable de justifier les exactions de l’Otan au Moyen-Orient, se servant de Poutine comme écran de fumée à l’expansionnisme satanique US ... Il revendique l’UE comme la façon de sauver les peuples des différents d’antan ... Oubliant que les deux grandes guerres ont été fomenté par les Zionaglos ... Il ment sur l’économie comme sur la réelle politique... C’est un sioniste et un Otantusien . Ou alors il est incompétent, mais je n’y crois pas trop ! Et ya pas besoin de sortir de l’EtNA pour piger ça !


  • #802277
    le 30/04/2014 par brayo
    Lettre ouverte à Henri Weber

    weber ...weber

    ça serai pas à che qué nase des fois humm....

    socialiste pur ça c est sur !!


  • #802296
    le 30/04/2014 par dir
    Lettre ouverte à Henri Weber

    Primo, ’La guerre des monnaies’ ne disparaît pas avec la création de l’euro, seul le champ de bataille change de place et voit s’affronter les monnaies à l’échelle planétaire et plus seulement européen, c’est tout ; et l’euro perd cette guerre devant toutes les autres en empêchant ponctuellement ses victimes de s’adapter, au cas par cas au marché puisque de fait il n’y a pas de solidarité entre elles et qu’il ne peut y en avoir. Ce n’est pas la monnaie qui est a incriminer mais ceux qui la ’gèrent’ (avec les résultats qu’on sait...) Secundo weber profère une autre absurdité quand il dit qu’il est nécessaire de prendre des décisions ’politiques’ et qu’on doit lui préciser que la ’politique’ doit être la base de la prospérité et pas n’importe quoi. Mais la cerise sur le gâteau c’est quand il dit que les socialistes ont enfin compris qu’ils avaient tué l’outil productif en France et que cet outils ne pouvait survivre qu’en faisant des marges de profit et d’investissement. On a envie de dire que ça n’est pas trop tôt mais qu’il est dommage que se soit trop tard. Les socialistes sont discrédités et disqualifiés tant en ce qui concerne leur dernières violences sur le plan social que leur manque définitif de compétences. On doit s’en débarrasser, ils ne savent qu’échouer et nous entraîner dans toutes les impasses. A cours d’arguments et devant leur bilan calamiteux ils ont sortit du placard leur dernière balançoire : ’la transition écologique’ et là ; on peut s’attendre au pire...


  • #802305
    le 30/04/2014 par Raymond la Science
    Lettre ouverte à Henri Weber

    La France a dévalué... une VINGTAINE de fois au cours du XXème siècle, cela ne l’a pas empècher de garder à peu près son rang dans le monde : elle était 4ème en 1900, derrière les USA, l’Allemagne et l’Angleterre, elle était 5ème en 2000 . Quand le Nouveau Franc a été adopté en 1958, il valait à peu près un Mark : à la veille de l’introduction de l’Euro, il fallait 3,4 francs pour avoir un DM ! Dévaluation progressive atteignant 80% ! Quant aux dévaluations compétitives elles existent toujours, parfois sous forme rampantes, mais évidemment hors de la zone Euro . Les dévaluations récentes de la Livre et du Yen ont dopé les économies du RU et du Japon .

     

    • #805590
      le 03/05/2014 par Tremah
      Lettre ouverte à Henri Weber

      Et vous ne voyez pas la différence entre l’état budgétaire de l’Allemagne et celui de la France ?

      Déjà comparer la position de la France en 1900 et celle de 2013, la France de l’Empire, et la France de l’Europe n’a pas grande signification. Il faudrait aussi signaler que les premières dévaluation du franc germinal sont les conséquences de la guerre et du remboursement des "dettes" exigées par les Anglo-Américains, alors que le franc était une monnaie de stabilité depuis plus d’un siècle, au même titre que le mark avant l’euro.
      Les dévaluations devenues systématiques, ponctuellement justifiées (en 58, bien que de Gaulle était lui même partisan du franc fort) ont masqué artificiellement la perte graduelle de compétitivité économique de notre industrie face à l’Allemagne et nous ont conduit dans l’impasse sur le plan de la production. C’est pas difficile de comprendre que l’Allemagne s’en sort parce qu’elle vent très cher du haut de gamme et de la haute technologie, alors que nous subissons la concurrence des émergents et des pays à bas coûts sur le créneau moyen de gamme. Dévaluer ne réglera que temporairement les problèmes et retardera la modernisation de notre industrie. Au point où nous en sommes (près de 50% de perte industrielle en 20 ans) il faut tout parier sur les industries de demain plutôt que de chercher à construire une béquille pour les industries d’hier.

      La France n’est pas les USA ni la Chine, elle n’a pas la même taille critique dans l’économie mondiale. L’Angleterre a dévalué mais sur la base d’une livre très forte qui reste au-dessus de l’euro ; Le japon est en crise depuis 20 ans et va dans le mur.

      Un pays fort a en règle générale une monnaie forte. Tous les pays de taille intermédiaire qui s’en sortent bien aujourd’hui sont des pays à monnaie forte. Tous les pays qui sombrent sont des pays qui dévaluent.

      Il faut enfin prendre en compte le coût des importations à l’avenir, dans un contexte de raréfaction des ressources.

      Une dévaluation de 10 à 20% est sans doute nécessaire au redémarrage de l’économie. Mais aller au-delà serait une catastrophe à long terme.


  • #802330
    le 30/04/2014 par Igor Meiev
    Lettre ouverte à Henri Weber

    On peut être des adversaires. C’est la logique du jeu politique. Mais, si tu continues sur cette pente nous deviendrons des ennemis.

    Jacques Sapir



    Alors là c’est chaud cacao pour citer Annie… superbe part de virilité dans le propos que nous fait découvrir jacquot, on le sent prêt au "combat".

    J’ai un très grand respect pour Jacques Sapir, il ne concède rien et abat ses cartes résolument avec méthodologie ; il ne défend pas une idéologie mais ce que les résultats d’abord empiriques lui imposent : en somme il respecte la réalité et donc la vérité.
    Malgré le fait qu’on cherche à le réduire ad hitlerum il ne lâche pas le morceau et fait preuve d’une grande honnêteté intellectuelle. Chapeau, oui chapeau.
    Il y en a tellement qui s’empêchent de dire "il fait beau", parce que le FN le dit et qui même se mettent à dire "il pleut", alors que dehors la réalité montre un ciel bleu.

    Je pense que Sapir en grand amoureux de la Russie a compris que la lutte est bien au-delà de l’économie, que ce sont les même qui prônent l’UE et l’Euro qui font la guerre a Poutine et qui risquent de provoquer un embrasement catastrophique du monde.


  • #802368
    le 30/04/2014 par Substance2004
    Lettre ouverte à Henri Weber

    Henri Weber...

    ... pour la génération de mai 68, l’Union Européenne et plus généralement tous les postes de hauts fonctionnaires étaient faits pour qu’ils vivent sur le dos des peuples par l’usure et le mensonge.


  • #802394
    le 30/04/2014 par Soda
    Lettre ouverte à Henri Weber

    ...Les médias dominants se refusent de débattre sérieusement de la sortie du merdier communément appelé UE et de sa monnaie unique qui pressent les Français et les autres citoyens Européens comme des citrons au profit des banquiers...

    Quand on veut du progrés social, on ne reste pas dans un club capitaliste comme UE qui impose l’austérité et autorise le dumping social...d’ailleurs assimiler une sortie Française de cette gouvernance antidémocratique d’essence Stalinienne à un repli nationaliste n’est qu’un grossier stratagème démontré par non moins que 8 Prix Nobel d’économie...

    C’est l’échelle nationale qui est le seul cadre possible pour obtenir un contrat social protecteur comme le fut le CNR qui a rassemblé en son temps Gaullistes et communistes...

    Il est complètement débile d’attendre un mouvement révolutionnaire simultané dans les 28 pays de l’UE comme les mélenchonistes qui préfèrent combattre les opposants du capitalisme que celui-ci directement et ce faisant comdamnent toute avancée vers une véritable Europe sociale...

    Que ce que l’on nomme "l’extrême gauche" demande franchement la sortie de l’UE et de son € et tende la main à ce que l’on nomme "l’extrême droite" qui rejette l’UE car c’est la seule façon de rendre véritablement le choix au Peuple, il n’est plus l’heure des querelles qui nous poussent dans une impasse...ce rassemblement, cette convergence a déjà eu lieu pour rejetter en 2005 ce traité que l’on nous a malgré tout imposé en 2008...


  • #802542
    le 30/04/2014 par Pierre-Marie Martin
    Lettre ouverte à Henri Weber

    Extrait de la notice Wikipédia d’Henri Weber.

    Les parents de Weber, horlogers juifs, vivaient en 1938 à Chrzanów, en Haute-Silésie, à quelques kilomètres d’Auschwitz, avant de fuir en URSS. Ils émigrèrent ensuite en France. Enfant, Henri Weber fut membre du Hachomer Hatzaïr, l’organisation sioniste de gauche . Étudiant, il devient membre de l’UEC (Union des étudiants communistes) et du PCF, organisations dont il est exclu en 1965 avec plusieurs autres étudiants, dont notamment Alain Krivine et Alain Michaloux, qui fondent alors la Jeunesse Communiste Révolutionnaire (JCR). Mais c’est en 1968 et avec le même Krivine qu’il accède à une forme de notoriété politique, en étant l’un des leaders du mouvement de Mai 68, et l’un des cofondateurs de la Ligue communiste avec Krivine et Daniel Bensaïd. Il fut de 1968 à 1976 directeur de son hebdomadaire Rouge et de sa revue Critique communiste.

    Par ailleurs, au début des années 1970, il siégeait avec Michel Recanati à la Commission Très Spéciale (CTS) de la Ligue communiste, chargée des « opérations spéciales », avant d’être remplacé par Pierre Rousset (fils de David Rousset). Avec Krivine et Bensaïd, il est alors à la tête de la Tendance T2 de la Ligue, rivale de la T1 de Gérard Filoche, Denis Pingaud et Daniel Gluckstein, et de la T3 de Michel Lequenne et de Jean-René Chauvin3.
    (...) Il est docteur en philosophie et en science politique, et épouse Fabienne Servan-Schreiber le 15 septembre 2007.

    Bref, comme tous ses camarades de lutte, voilà le portrait d’un authentique ennemi des peuples et des nations chrétiennes.

    Dommage que le brillant économiste qu’est Jacques Sapir se refuse à voir la dimension éminemment religieuse des enjeux actuels, comme trop de ses coreligionnaires pourtant lucides sur la question de l’Euro et de l’UE.

    Enfermés dans une grille de lecture rationaliste et athée, ils se trouvent de fait privés du supplément d’âme qui leur permettrait de mieux appréhender l’obstination aveugle et sans pitié pour la souffrance des populations de MM. Weber, Cohn Bendit et autres élus ou initiés.

    Retenons cependant que malgré cet handicap qui lui empêche de saisir le projet euro-mondialiste dans sa perspective messianique et sa dimension eschatologique, M. Sapir aboutit à la salutaire conclusion que s’il s’obstinait à proférer ses mensonges, le sieur Weber ne serait plus un simple adversaire politique, mais deviendrait de facto, un ennemi.