Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Montebourg, l’Euro et les Talibans

Il y a deux jours, l’Assemblée Nationale votait en première lecture le texte de la loi dite « Florange », qui visait à éviter la réédition d’une crise comme celle que l’on avait connue à la fin de 2012.

Dans le même temps Arnaud Montebourg, le Ministre du Redressement Productif qui s’était fortement engagé pour une solution industrielle dans la crise de Florange, et qui avait été désavoué par le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, multipliait les sorties, que ce soit sur la nécessité de faire « baisser l’euro » ou sur les « talibans du droit à Bruxelles ».

Dans ce dernier cas, c’est la direction de la concurrence de l’Union Européenne qui est directement visée. La concomitance de ces faits invite à la réflexion tant sur l’attitude d’Arnaud Montebourg que sur la signification profonde de son action.

Une loi émasculée

La loi concerne les implantations industrielles (les « établissements ») que le propriétaire souhaite fermer alors que ces implantations dégagent des profits. Il faut ici souligner que le texte laisse une certaine latitude aux entreprises pour présenter de manière comptable les résultats de ces établissements. Parions que rares seront les cas où la comptabilité de l’établissement mis en cause présentera des profits dans le futur…

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Comprendre l’économie avec Kontre Kulture :

 

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #742220
    le 28/02/2014 par Guillaume
    Montebourg, l’Euro et les Talibans

    M.Montebourg, face à l’euro fort, va avoir l’occasion de montrer son vrai visage car si il se soumet à son parti et à l’Allemagne, il perdra toute crédibilité pour ce qui est du soutient et de la relance de l’industrie française. Mais si il commence à parler de dévaluation, ce que l’Allemagne n’acceptera jamais, et se décide à rejoindre l’alliance du bien alors je ne suis pas sur qu’en cas de remaniement il conserve son poste de ministre du redressement productif. Comme on dit, la balle est dans son camp.


  • #742232

    ça n’est pas la monnaie qui pénalise notre industrie, c’est la manière dont le pouvoir pèse sur l’outils productif en le vampirisant. Une monnaie forte est très utile dans l’achat de matières premières pour un pays comme la France qui, hors agriculture, transforme des matières premières qu’il n’a pas localement. Le pouvoir français est incapable de faire profiter des avantages évidents d’une monnaie forte pour l’industrie, parce qu’il est incapable de gérer l’économie de la France de manière JUSTE, a savoir en privilégiant les productifs plutôt que les improductifs et la raison est simple : les improductifs constituent son corps électoral... ! De plus une monnaie forte devrait permettre l’investissement industriel à l’étranger sans affaiblir l’industrie locale, et ça n’est pas le cas pour cause de fiscalité locale mortifère et de fiscalité laxiste des délocalisations. Si l’Allemagne exporte c’est aussi parce que l’impôt et les prélèvements ne tuent pas le prix de ce que son industrie produit. On finira en mettant en évidence le fait que la prépondérance donnée au Commerce est contreproductive quand elle tue la production locale. La France a besoin de Justice au sens premier du terme.

     

    • #743200
      le 01/03/2014 par jojo
      Montebourg, l’Euro et les Talibans

      Le PIB de la France est constitué à 75% par la consommation et la consommation à lieu quand les gens ont de l’argent, ainsi un ancien smicar devenu chômeur consomme 20% moins et 60% moins quand il arrive au RSA, il y a donc un problème de masse critique, surtout que tout ces chômeurs doivent être indemnisé par les actifs ou sinon voler pour survivre et finir en prison où ils couteront l’équivalent d’un gros smic par an.
      D’autre part pour qu’il y ai production, en dehors du cas des indépendants, il y a besoin d’une force de travail, la main d’oeuvre, qui en France s’avère couter très cher, 60 à 80% plus que dans certain pays de l’est avec qui on est désormais en concurrence frontale depuis l’abolition des frontières et dont on a plus aucun moyen de se protéger depuis que l’entré dans la zone euro nous a fait perdre notre capacité à dévaluer la monnaie pour "restaurer la compétitivité", on constate donc un transfert logique de la force de production des industries françaises vers la main d’oeuvre moins cher et la monté du chômage chez nous. La solution dans les cartons serait de dévaluer le cout de la main d’oeuvre en dévaluant le smic et les autres salaire de 20%, problème cela entrainera mécaniquement une baisse de la consommation de 20% pour tous le monde, la diminution de l’épargne puis une récession et une perte de recette pour l’état provoquant la levé de nouveaux impôts directs.
      L’Allemagne s’en est sorti idéalement (apparemment) par son positionnement sur des produits de luxe et par une dévaluation salariale de 30 à 60% dans les autres secteurs, mais les inégalités ont explosé dans ce pays et certains ont un niveau de vie digne du tiers-monde maintenant. D’autre part la consommation de l’état semblerait être majoritairement financée par la dette en la dissimulant à l’échelon fédérale (les dettes des collectivités locales ne sont pas prises en compte dans la dette de l’état comme aux USA et contrairement à ce qui se fait chez nous). C’est très bien d’imposer peu les citoyens, mais tout à une fin, quand la dette devient ingérable on ponctionne les comptes en banque des citoyens en prélevant beaucoup d’un coup, c’est l’Allemagne qui impose cette mesure aux autres pays de l’UE parce que ses finances publiques et son secteur bancaire sont parmi les plus catastrophique dans l’UE, réveillez vous.


    • #743205
      le 01/03/2014 par jojo
      Montebourg, l’Euro et les Talibans

      Quand vous aurez compris que le problème du pays c’est qu’on est devenu une province depuis qu’on a cédé des pan vitaux de notre souveraineté à l’étranger et que depuis les gouvernants ne gouverne plus car ils n’ont plus les moyens de le faire et qu’ils se contentent d’administrer comme on leur dit de le faire en racontant n’importe quoi à la population pour lui cacher la situation réelle vous aurez fait un grand pas.
      Après vous arrêterez peut-être de taper sur des, sur vos boucs-émissaires pour chercher les vrais responsables dont la majorité est à chercher à l’étranger.


  • #742240
    le 28/02/2014 par Gilles Azmon
    Montebourg, l’Euro et les Talibans

    Pour les avoir pratiqué un certain temps, je vais vous dire ce que je connais des multinationales : On crée un "siège européen" à Genève et de là on gère les "filiales" dans les "régions". Une année tu fais un petit bénef, celle d’après tu fais un gros déficit et petit à petit tu saignes la filiale que tu veux, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus rentable.
    Le résultat des courses au bout de 4-5 ans tu fermes la filiale que tu veux, avec des moyens comptables incontestables où tu n’auras pas perdu un sou car tout cela n’est que manigance sur un tableur excel de la meilleure apparence, courbes et camemberts à l’appui.
    Sans une analyse politique de la vraie situation, vous ne verrez que pouic. Sans parler des fonctionnaires de Bercy qui ne lisent que le résumé à la fin : "Filiale à fermer pour déficit chronique".

    Merci sayanim Moscovicieux, à la prochaine !


  • #742277
    le 28/02/2014 par krissy59
    Montebourg, l’Euro et les Talibans

    Montebourg a parlé d’un "acte de préférence" pour acheter Français.
    Selon Sapin, le fait de ne pas avoir ajouté "nationale" c’est bien autre chose que de dire " préférence nationale" (car là c’est bien-sûr nauséabond et fasciste…)
    Elle est bonne non ?