Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Osons dire la vérité à l’Afrique

Sept décennies après les indépendances, il est aujourd’hui devenu urgent et même vital de dire enfin à l’Afrique qu’elle est dans une impasse et qu’aucun « développement » n’y sera possible tant qu’y dominera ce discours de victimisation dont ses dirigeants ont tiré une rente qui ne sera pas éternelle.

 

Loin de « démarrer », l’Afrique sud saharienne revient peu à peu à l’économie de comptoir. Comme au XVIIIe siècle quand les dirigeants africains esclavagistes tiraient leur richesse du partenariat établi avec les négriers européens qui venaient leur acheter les captifs. Les comptoirs d’aujourd’hui sont pétroliers ou miniers et ils enrichissent une poignée d’Africains, cependant que l’immense majorité de la population tente de simplement survivre. Ce grand bond en arrière est illustré par un retour à la traite humaine à travers l’émigration vers l’Europe.

Comme je l’explique dans un livre (réédité en janvier 2018) qui vient de recevoir le prix « La Plume et l’Epée », l’Afrique ne sortira jamais de sa situation catastrophique tant que quatre principaux problèmes n’y auront pas été pris en compte :

- 1) Le premier est celui du suicide démographique car les naissances allant plus vite que le développement, chaque jour qui passe, l’Afrique s’appauvrit davantage.

- 2) Le second est celui des fondamentaux ethniques car, qu’on le veuille ou non, l’ethnie est le passage obligé de toute reconstruction africaine. Au milieu de la désagrégation généralisée, elle seule permettra de trouver le plus petit commun dénominateur sur lequel rassembler les hommes. L’élargissement viendra ensuite à travers des contrats territoriaux de libre association, qu’il s’agisse de fédérations, de confédérations ou de tous autres modèles. La condition sine qua non de leur réussite sera cependant qu’ils ne reposent pas sur la représentation individualiste, sur la religion du « one man, one vote », laquelle débouche inéluctablement sur l’ethno-mathématique électorale.

- 3) Le troisième est la nécessité de l’abandon du paradigme économique. Je démontre ainsi dans mon livre que les principales crises africaines sont structurelles et qu’elles ont une origine historique, politique et culturelle. Or, tant que leur analyse continuera d’être d’abord économique, elles n’auront aucune chance d’être traitées.

- 4) Il est enfin temps d’admettre qu’avant d’être « francophones » ou « anglophones », « chrétiens » ou « musulmans », les habitants de l’Afrique sont d’abord des Africains qui parlent des langues africaines et qui ont leurs croyances. Comme l’a dit Ahmadou Kourouma : « [L’Afrique] est habitée par des animistes, les uns teintés de christianisme, les autres d’islam. »

En définitive, les sociétés africaines n’étant nées ni avec la colonisation, ni avec la décolonisation, elles doivent rétablir les vrais liens qui les relient à leur longue histoire ; or, ces liens furent coupés par les idéologies universalistes plaquées sur elles depuis l’époque coloniale.

Bernard Lugan

Bernard Lugan, sur E&R :

L’Afrique loin des fantasmes universalistes chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1896752
    Le 8 février à 14:11 par René
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Le premier problème est celui des frontières artificielles tracées à la règle par les colonisateurs, les pays les plus pauvres en général sont sans accès maritime.
    Ensuite l’animisme que je qualifie plutôt comme tradition qui est d’avoir beaucoup d’enfants afin que la progéniture aide les parents. Mais les jeunes ne le font plus, il n’y a plus de travail (ou alors mal payé) et la vie est devenue chère. Plus aucun pays ne pourra se développer comme l’ont fait les occidentaux fin XVIIIe s., la planète étant un monde fini.
    Les "élites", en fait les mêmes oppresseurs qu’ici font comme partout, ils volent tout depuis toujours, la différence est que leurs victimes ne produisent rien de manufacturé avec forte valeur ajoutée, donc ça se remarque immédiatement.
    Le fils de l’ancien président sénégalais avait une fortune d’un milliard de $, le quart du budget du pays. Je vous laisse juges.

     

    Répondre à ce message

    • #1896815
      Le 8 février à 15:15 par La Guadeloupe c’est dangereux.
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Intéressant mais en même temps je pense qu’on ne doit en aucun cas voir l’Afrique comme un ensemble unique et homogène.
      L’Afrique est un continent gigantesque où les différences culturelles, démographiques, et religieuses varient considérablement d’un endroit à un autre.
      Le taux de fécondité par exemple en est la preuve absolue.

       
    • #1897159
      Le 8 février à 22:35 par Titus
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      @René



      l’animisme que je qualifie plutôt comme tradition qui est d’avoir beaucoup d’enfants




      L’animisme n’a rien à voir avec le taux de fécondité ! C’est un système de pensée qui considère que la nature est animée et que chaque chose y est gouvernée par une entité spirituelle ou âme.

       
  • #1896832
    Le 8 février à 15:32 par Doumé
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Même si ce que dit B. Lugan parait être de bon sens, je crois que nous n’avons aucune leçon à donner aux Africains, car malgré notre degré de "civilisation avancée", nous nous sommes fait avoir par l’oligarchie mondialiste au même titre qu’eux.
    Notre premier point commun avec les pays africains, c’est que nous sommes tous gouvernés par des politiciens corrompus au service de la finance, avec comme variante que les populations africaines sont maintenues dans la pauvreté, alors que le niveau très supérieur de vie occidentale a été créé et maintenu par un endettement public et privé exponentiel qui ne devrait pas tarder à nous exploser à la figure.
    Le deuxième point commun est que ni les uns, ni les autres n’ont la moindre chance de changer la situation puisque nous préférons passer notre temps a nous invectiver, immigration contre colonisation, sous le regard goguenards de nos maîtres.
    Blancs ou noirs, les bais** comptez-vous !

     

    Répondre à ce message

    • #1896971
      Le 8 février à 18:39 par Alan
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Ce que dit Lugan est très juste, et ce n’est une leçon que pour les gens non-lucides.

      1) Sur l’Europe :
      la richesse de l’europe ne vient de l’endettement qu’actuellement, elle s’est développée en évoluant grandement et en se remettant en question sans cesse au fil des millénaires. Alors, on déconne aujourd’hui, oui, mais vous ne pouvez pas résumer l’Europe sur les 60 dernières années. Elle est sur tous les points mieux organisée que l’Afrique, et aucune comparaison n’est possible. Je préfère vivre ici, et vous ?

      2) Sur l’Afrique :

      - faire des gosses à l’infini quand on n’a pas de nourriture à donner aux bébés est un comportement d’attardé criminel, Lugan parle de "suicide", (équivalent à nos avortements depuis 50 ans, oui, ok, mais ca ne fait que 50 ans qu’on a cette loi pourrie, on verra la suite, et un ivg ne fait pas souffrir comme un gosse affamé et agonisant sur des années), et je ne crois pas que cette natalité vienne de l’animisme, elle est due à une non-sublimation des énergies sexuelles, ce qui donne écrasement de la femme et autres conneries attardées.

      - les multi-ethnies ne sont pas une excuse pour faire le con ! Il y a beaucoup d’ethnies en Inde et en Chine (il y a même un certain racisme interne dans ces 2 pays, mais ils ne vont pas jusqu’à se battre entre eux), alors que les africains donnent une importance DEBILE à l’ethnicité, jusqu’à se massacrer. Désolé encore, mais c’est primaire et bestial, à un moment donné il faut évoluer et dépasser un minimum les dualités primaires, sinon on ne survit pas. L’allemagne nazie s’est basée sur le racisme, mais ça n’a duré que le temps d’une guerre, quelques années. L’Afrique, ça n’évolue jamais, merde, quoi, à la fin !

      - nous ne parlons plus de colonisation, il n’y a qu’eux pour chialer encore sur l’esclavage. Et si nous, on chialait encore sur la guerre de 100 ans des anglais, et contre les allemands, ou contre César ? on aurait l’air con, pas vrai ? et ben voilà.

      - il y a eu des dictatures en Europe, le peuple a réagi et tout changé. Que font les peuples africains contre leurs éternels dirigeants de merde ? Rien.
      A un moment donné, les riches ont partagé ici. Les riches africains partagent ils, imaginent ils une sécurité sociale, etc ? Non, RIEN !

      Redessiner les frontières selon l’ethnicité ne résoudra pas les problèmes si les gens n’évoluent pas un minimum. A un moment donné, c’est la vie intérieure qui est concernée, et pas seulement le monde matériel extérieur.

       
    • #1897018
      Le 8 février à 19:32 par Titus
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Même si ce que dit B. Lugan parait être de bon sens, je crois que nous n’avons aucune leçon à donner aux Africains




      Pourquoi viennent-ils si nombreux prendre des cours en Europe si nous n’avons rien à leur apprendre ? C’est plutôt eux qui n’ont rien à nous apprendre.

       
    • #1897151
      Le 8 février à 22:11 par Le Yougoslave
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      @Alan



      " Désolé encore, mais c’est primaire et bestial, à un moment donné il faut évoluer et dépasser un minimum les dualités primaires, "



      Vous venez de décrire l’émanation "spirituelle" de l’être africaine. N’avez vous pas compris la nature des Africains ?

      Ils n’ont jamais rien possédé de bien ( dans le sens intellectuel) qui le distinguera des autres-
      sauf l’agressivité et le racisme le plus profond à l’égard de ceux qui sont différents d’eux. Ils sont racistes même entre eux-mêmes.

      Pendant des millénaires, dans leurs villages , jusqu’au aujourd’hui ils n’ont même pas réussi à inventer la roue, donc n’attendez pas qu’ils inventent l’ampoule électrique, le miroir ou le transistor à piles..
      Et, pendant que la Rome Antique vivait dans des palais de marbre entourés des œuvres artistiques et se baignait dans leurs termes 3000 ans en arrière, les Africains n’ont pas encore trouvé le moyen à vivre dignement et de boire de l’eau propre et non putride de leurs excréments.
      Il n y a rien à faire. Ils appartiennent à l’Afrique, et pas à l’Europe.

      Finalement, ils ont tout un continent pour eux, et que pour eux - l’Afrique. Et c’est un très beau et très riche continent.

      Qu’est -ce qu’ils attendent pour y retourner ?

       
    • #1897186
      Le 8 février à 23:18 par Alan
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      à le yougoslave,

      Les africains qui sont ici ne retourneront JAMAIS en Afrique, car la vie y est très dure, et ils n’ont plus l’habitude de ça, et leurs enfants qui naissent ici, encore moins. Dès la 2ème génération, il n’y a plus d’attache.

      Je sais que l’Europe rêve de les voir retourner là-bas, mais c’est fini, ça n’arrivera pas, c’est comme si vous demandiez aux noirs américains de retourner en Afrique, c’est du chinois pour eux. Et bien dire à un jeune africain né ici d’aller au kenya ou au cameroun, il vous dira qu’il ne connait pas ces pays plus que vous et qu’il n’a rien à y faire.

      et aucune guerre civile en europe ne les fera partir, car la situation en afrique est bien pire qu’une guerre civile ici : débarquer là bas sans boulot, ça équivaut à se mettre une balle dans la tête.
      Qui fera ça parmi eux ? Personne.

      Les européens ont intérêt à faire très attention, car il ne faut pas rêver comme les Conversano and co : toute personne étrangère qui viendra en europe et aux usa ne repartira pas.
      ça demande à être regardé bien en face.

       
    • #1897253
      Le 9 février à 02:26 par Iskandaar
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Et, pendant que la Rome Antique vivait dans des palais de marbre entourés des œuvres artistiques et se baignait dans leurs termes 3000 ans en arrière



      Oui.. Sauf qu’il y a 3000 ans en arrière Rome n’existait pas encore, et certainement pas leurs termes et leur statuaire. Regardez plutôt du coté de l’Anatolie et du moyen-orient pour la civilisation à cette date...

       
    • #1897288
      Le 9 février à 06:35 par minnie
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Au 19ème début 20ème, le niveau de vie des Français était déjà opulent si on le compare à celui des Africains d’aujourd’hui. Jusque dans le milieu des années 1970, la France n’avait pas de dettes malgré les lourdes infrastructures à financer dans les colonies. Et les colonies ne crachaient ni pétrole ni gaz , ni minerais rares exploitables.
      Malgré cela, la France était une championne de l’innovation.
      Mais c’est à partir de 1973 que tout a commencé à péricliter avec le premier choc pétrolier , les Arabes qui multiplient par 4 le prix du pétrole en quelques mois, d’où la monté du chômage, et le regroupement familial décrété par Giscard et toujours courant 1973 la loi GISCARD POMPIDOU
      nous imposant de financer notre développement auprès des banques privées.
      Bref un concours de circonstances loin d’être fortuites. Le tout aggravé par l’adoption de l’euro
      ,la concurrence féroce avec nos partenaires européens, surtout de la part de l’Allemagne qui n’a cessé de nous faire les poches en provoquant notre désindustrialisation et en pratiquant un dumping social qui ne permettait plus à nos produits d’être compétitifs..
      L’Europe nous a rendus impuissants.
      La fuite en avant de Macron finira par buter sur le réel : l’enfer de la dette qui nous obligera à revoir nos choix de société. En bref ça va péter.

      .

       
    • #1897712
      Le 9 février à 19:33 par Mort de rire
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      @Alan



      Je sais que l’Europe rêve de les voir retourner là-bas, mais c’est fini, ça n’arrivera pas, c’est comme si vous demandiez aux noirs américains de retourner en Afrique, c’est du chinois pour eux. Et bien dire à un jeune africain né ici d’aller au kenya ou au cameroun, il vous dira qu’il ne connait pas ces pays plus que vous et qu’il n’a rien à y faire.




      Pour paraphraser une personnalité très connue sur internet je dirais simplement qu’il s’agit du pays de leurs ancêtres, s’ils ne le connaissent pas ils peuvent toujours en faire la connaissance très rapidement d’autant plus qu’ils seront là bas au milieux des siens plutôt que d’enquiquiner les occidentaux dans leurs propres pays.

       
  • #1896970
    Le 8 février à 18:37 par lilium
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    En 1962 René Dumont publiait "L’Afrique est mal partie" . De nos jours elle est "bien partie" pour aller en Europe, chez le vilain colonisateur... On assiste à une "traite négrière" cette fois volontaire .

     

    Répondre à ce message

    • #1897556
      Le 9 février à 15:58 par Drago
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      On omet de dire que si c’est pas comme Mr Lugan le décrit...
      les ailes de la Mort se déploient immédiatement...
      "au nom de la démocratie et des droits de l’Homme".
      Ils n’ont qu’à essayer et Mr Lugan constatera pourquoi certains sont tranquillement en place et d’autres au CPI.

       
  • #1897011
    Le 8 février à 19:25 par tisario
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Oui, tout cela est bien beau, mais en 1985, le french doctor couche-nerf a demandé à tous les enfants de France de porter à l’école, un kilo de riz, au profit de l’Ethiopie.
    Pour faire bonne mesure, j’ai donné à ma fille 3 kilos, qu’elle a ausstôt apporté à son professeur.
    À cette époque l’Ethiopie comptait 30 millions d’habitants, aujourd’hui, ils sont plus de 100 millions.
    Alors l’avenir de l’Afrique, je m’en tape comme, de ma première défection, lorsque je portait encore des langes.

     

    Répondre à ce message

    • #1897060
      Le 8 février à 20:16 par Périgourdine
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Oui, d’accord avec vous. Et comme il est dit dans le titre : "Osons dire la vérité à l’Afrique". Sa guerre des ventres est un suicide pour l’humanité entière, mais c’est à cause de l’homme blanc que ce continent est surpeuplé. On a fait une vaste connerie en important nos services médicaux et gynécologiques sur ce continent géant. Avant la natalité se régulait toute seule en Afrique.

      On est passé 200 millions d’africains en 1960 à 1 milliard deux cents en 2017. C’est de la pure folie, ce continent n’apporte que désordre et déclin de l’humanité.

      OSONS DIRE LA VÉRITÉ SUR L’AFRIQUE !

       
    • #1897147
      Le 8 février à 21:59 par lili
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Du riz importé : il eu mieux valu apporter du blé produit en France .

       
  • #1897048
    Le 8 février à 20:10 par Périgourdine
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Excellent texte de Bernard Lugan ! Il faut mettre un terme à la dépendance aux ressources africaines et fermer les frontières. Chacun retourne chez soi et laisse faire les lois de l’évolution. Quitte a dépenser des milliards pour eux, au lieu des les accueillir et propager la misère en Europe (ils n’ont aucun avenir ici, si ce n’est détourner notre argent vers l’Afrique), autant s’engager à former leurs élites aux bases d’une société civilisée avant de les laisser en roue libre. C’est à l’Afrique de sceller son destin et non à l’Europe de sacrifier son peuple, son histoire, sa culture et son identité pour ce continent sous-évolué. Redonnons à la nature un tant soit peu ses droits.

     

    Répondre à ce message

    • #1897298
      Le 9 février à 07:15 par hanane
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Chirac avait bien déclaré que sans les ressources de l’Afrique, la France aurait été réléguée au rang de pays du tiers-monde.

       
    • #1897316
      Le 9 février à 08:43 par zuleya
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Hanane, une connerie de plus de Chirac. ..qui peut croire à cette bêtise ? Tu enlève les importations de bananes et la france survit (ne serait ce qu avec la production des Antilles...).l’Afrique ne produit justement quasiment rien...

      Et pour revenir a chirac, il lisait probablement un discours écrit par un enarque, qui a sorti cela de son chapeau pour faire du Leche botte aux africains recevant Chirac comme c’est la coutume.

      C’est du même niveau que de croire que les pharaons et les batisseurs des pyramides étaient des subsahariens.

      Mais c’est marrant cette manie de citer Chirac...l’auteur du "bruit et des odeurs"...

       
    • #1897542
      Le 9 février à 15:22 par hanane17
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      La seule connerie de Chirac c’est d’avoir dit des vérités qu’on ne dit pas habituellement au peuple. Et à raison finalement.

       
    • #1897567
      Le 9 février à 16:16 par zuleya
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Oui oui. Sur le bruit et les odeurs ?

       
    • #1897713
      Le 9 février à 19:36 par Mort de rire
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      @hanane

      Chirac a dit des tas de choses souvent contradictoires les unes avec les autres...

      On se souvient notamment du bruit et des odeurs.

       
  • #1897226
    Le 9 février à 00:36 par Ernesto
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Mais de quelle discours de victimisation parle t-il ?
    La quasi totalité des régimes africains est composée de bourgeoisies parasitaires à la soldes de l’impérialisme et des multinationales. Le postulat est faux.

     

    Répondre à ce message

  • #1897272
    Le 9 février à 05:02 par Dam Ned
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Le réveil de l’Afrique viendra des jeunes Africains qui se connectent à internet et qui ont faim de réussite....

     

    Répondre à ce message

    • #1897334
      Le 9 février à 09:27 par Béhanzin
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      L’Afrique n’existe plus dans la mesure où, s’ils le pouvaient, ses habitants la déserteraient pour aller en Europe ou aux Etats-Unis . Les Africains ne la rêvent plus que comme une "base de départ" . Résultat pas brillant 70 ans après l’Indépendance .

       
  • #1897318
    Le 9 février à 08:47 par Domino
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Dans un pays sous développé, les enfants sont une richesse, dans un pays développé, ils sont une charge (Economiquement s’entend). Normalement, les évolutions se font lentement, progrès et baisse de la fécondité, mais ce processus a été perturbé par les progrès médicaux apportés en Afrique par les puissances occidentales, sans que les populations progressent économiquement et dans leur mentalité. Mais ce n’est qu’un aspect du problème.

     

    Répondre à ce message

  • #1897541
    Le 9 février à 15:21 par Cap Falcon
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Le niveau civilisationnel réel de l’Afrique c’est le paléolithique, une lance avec un silex accroché au bout et des huttes en paille. C’est ce dont ils sont naturellement capables. Avec leur présence massive en Europe et leurs très fortes pulsions reproductives il ne fait aucun doute, pour moi, que très bientôt les trains et métros ne pourront plus circuler et les immeubles tomberont en décrépitude.

     

    Répondre à ce message

    • #1897717
      Le 9 février à 19:37 par Mort de rire
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Raison de plus pour les renvoyez là d’où ils viennent, après tout c’est cela ou la mort de l’Europe et de l’Occident.

       
  • #1897807
    Le 9 février à 22:33 par ledaron
    Osons dire la vérité à l’Afrique

    Osons dire la vérité en parlant des ingérences des puissances tutélaires qui décident qui est le plus conforme aux intérêts occidentaux et gare à ceux à qui viendraient l’idée d’avoir à coeur le bonheur de leur population !!! Thomas Sankara en autre, pourrait en parler....
    Osons dire la vérité sur les conseillers de l’ombre spécialement détachés pour prodiguer conseils et/ou ordres sur la marche à suivre quant à la gouvernance...
    Osons dire la vérité sur ce rapport Nord/Sud qui vassalise ad vitam aeternam des pays appauvris par la corruption et la prévarication.
    Osons dire la vérité sur les faux semblants et les discours hypocrites qui nous parlent de pays "indépendants".

     

    Répondre à ce message

    • #1897855
      Le 10 février à 00:24 par Titus
      Osons dire la vérité à l’Afrique

      Chaque pays ou entité commerciale agit conformément à ses propres intérêts, quoi de plus normal. Il ne tient qu’aux Africains de refuser la corruption et d’élever leur standard moral. La corruption ne fonctionne que sur les populations corruptibles. Sankara et Khadafi le savaient bien : la liberté ne se quémande pas, elle se conquiert. La servitude demande moins d’efforts, c’est sans doute pourquoi les Africains l’acceptent plus facilement.

       
Afficher les commentaires précédents