Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pologne : une première plainte déposée en vertu de la loi controversée sur la Shoah

Désormais, pour l’information de service public française, la loi polonaise qui fait rugir les Israéliens est « controversée ». Cet élément de langage a été repris de la chaîne israélienne en français i24news.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

À peine votée, déjà utilisée. En Pologne, la loi controversée sur la Shoah a servi de fondement, vendredi 2 mars [2018], à une première plainte contre un journal argentin, accusé de « nuire à la nation polonaise ».

 

La Ligue polonaise contre la diffamation (RDI) reproche à Pagina 12 d’avoir illustré « de manière tendencieuse » un article sur le massacre de Juifs à Jedwabne perpétré en 1941 par leurs voisins polonais, avec une photo d’un groupe de résistants anticommunistes polonais d’après-guerre.

 

Une loi vivement critiquée en Israël

Cette loi, voulue par le président polonais et entrée en vigueur jeudi, prévoit une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison pour ceux qui attribueraient « la responsabilité ou la co-responsabilité de la nation ou de l’Etat polonais pour les crimes commis par le Troisième Reich allemand ».

[...]

La RDI, proche des conservateurs au pouvoir en Pologne, accuse le journal Pagina 12 et son journaliste Federico Pavlovsky de « manipulation, action destinée à nuire à la nation polonaise et à la bonne réputation des soldats polonais ». « C’est un abus délibéré qui doit confirmer auprès des lecteurs (la thèse de) l’antisémitisme polonais », ajoute la fondation polonaise.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 


 

« La préservation de la mémoire de la Shoah est un problème fondamental »
(Le ministre des Affaires étrangères israélien à la délégation polonaise)

 

« La préservation de la mémoire de l’Holocauste est un sujet important au-delà des relations bilatérales entre Israël et la Pologne », a déclaré jeudi le Directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères, Yuval Rotem, s’adressant à la délégation polonaise, arrivée mercredi soir [28 février 2018] en Israël dans le but de résoudre la crise diplomatique déclenchée par le projet de loi controversée sur la Shoah.

« C’est un problème fondamental concernant l’essence du peuple juif », a ajouté Yuval Rotem. « Ce n’est pas un secret que la question de la loi polonaise relative à l’Holocauste est préoccupante en Israël et parmi les Juifs du monde entier », a-t-il dit, « nous devons nous assurer que la vérité historique soit préservée ».

Le diplomate israélien a toutefois tenu à souligner l’importance du déplacement effectué par les membres de la délégation, marquant ainsi une volonté d’apaisement de Varsovie.

« Je suis honoré de rétablir le dialogue entre Israël et la Pologne », a-t-il lancé, félicitant nommément le « vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Bartosh Chihotsky, et son équipe », arrivés en Israël pour mettre en œuvre ces discussions.

« Israël et la Pologne entretiennent des relations politiques bilatérales fondées sur des valeurs communes », a insisté le Directeur général du ministère des Affaires étrangères.

 

[...]

L’Etat d’Israël avait posé deux conditions à rencontrer une délégation polonaise : tout d’abord la suspension de la loi, qui a été définitivement exclue par le ministre polonais de la Justice ; ensuite un amendement de la loi, condition qui n’a pas rencontré de réponse claire côté polonais.

[...]

Une lettre ouverte de 50 Justes des nations a été publiée mercredi dans la presse polonaise qui appelle au dialogue et à la réconciliation entre Israël et la Pologne. Cette lettre a eu beaucoup d’effet sur les autorités israéliennes qui ont constaté une volonté d’apaiser le climat, tenant compte des 6.700 Justes polonais, qui ont sauvé des Juifs pendant l’Holocauste.

Par ailleurs, le ministre polonais de la Justice a déclaré en fin de semaine dernière qu’il n’y aurait pas de procès contre tous ceux (historiens, chercheurs, rescapés de la Shoah) qui citeraient des faits douloureux de l’histoire polonaise. La déclaration du garde des Sceaux polonais indiqué également qu’il n’y aurait pas d’application de la loi (sur la Shoah) jusqu’à la décision du conseil constitutionnel polonais, qui doit statuer sur la légalité du texte.

Lire l’article entier sur i24news.tv

En lien, sur E&R :

Prolonger l’analyse avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On peut donc considérer que la Pologne est maintenant devenu suffisamment riche aux yeux des sionistes pour payer sa dîme de la repentance !
    "Polonais ! Détruisez Auschwitz avant qu’il ne soit trop tard"

     

  • Les Polonais ont mille fois raison de défendre leur honneur . Hitler les haïssait au point qu’il ne voulait même pas entendre parler d’un gouvernement de "collaborateurs" polonais .

     

  • Billard à multiple bande en perspectives.
    Les pourchassés jusqu’en argentine !....


  • " Si la Pologne s’est enrichie depuis 1989 c’est grâce à nous les Israélites, il est normal qu’elle nous verse un "pourboire" : 10% de la recette semble raisonnable ."

     

  • La loi polonaise évidemment bien intentionnée est très profondément vicieuse exactement comme sa loi contraire, la loi française dite "Gayssot" (article 24 bis de la loi du 29/07/1881). Cela participe à l’oubli du droit en Europe.

    En effet, UNE LOI NE PEUT CONTENIR AUCUN FAIT. Ni pour les affirmer, ni pour les nier. La loi moderne est nécessairement hors de tout fait. C’est ce qu’a exprimé Rousseau fondateur du droit moderne.

    Ces lois qui tentent de régenter des faits, de les rectifier, de les borner, de les affirmer, introduisent dans leurs corps des faits "historiques" mais qui sont des faits, des faits "jugés" (Nuremberg) mais qui sont des faits, et ces lois précipitent le droit dans un médiévisme effrayant .

    Et cela pour une raison assez simple : un juge saisi en vertu d’une loi incluant un fait se le voit imposer par le législateur et ne peut plus l’apprécier de manière impartiale, donc, il n’est plus un juge. il est pris en otage par le législateur. Il est partisan. Il doit être récusé mais la cause de sa partialité se trouve .. dans la loi elle-même.

    C’est le problème des lois partiales, objets juridiques abominables. Si le juge se doit d’être impartial, comment le peut-il si on lui demande d’appliquer une loi partiale ? A fortiori, le législateur doit l’être aussi. On répondra : une loi est "nécessairement impartiale". Voire ... et si elle impose une opinion sur un fait ! Le fait est-il partial ! Il n’y a donc qu’à s’incliner devant l’interprétation que la loi impose. Bonjour le moyen âge. Et aussi, la loi change. Le fait est-il donc soumis aux changements de la loi ? Bonjour la schizophrénie.

    C’est le défaut des lois mémorielles : ce sont des lois qui portent sur des faits donc qui sont à la fois partiales et mouvantes dans le temps et dans l’espace (Pologne et France). Donc pas de juges pour les appliquer.

    Mais il faudrait des justiciables assez intelligents pour le comprendre et récuser tous ces juges ténébreux.

     

    • Oui, on peut penser à la loi du 23 février 2005


    • Excellente analyse ; effectivement ces lois mémorielles sont abominables dans leur essence même ; le législateur n’a pas à se substituer aux travaux scientifiques ni à ceux des historiens. Il n’a pas non plus à ériger des vérités supposées en dogmes, cela est le rôle d’une église ou d’une secte.
      Cependant cette loi Polonaise a l’immense mérite de montrer toute l’absurdité de ce type de loi au grand jour -était-ce l’intention réelle ?- et qu’en attendant cela se retourne contre ceux qui s’abritent habituellement derrière. Double effet Kis Kool et retour de flammes, c’est bien fait pour eux. Merci aux résistants Polonais !


    • Vous évoquez sans doute la loi du 23 février 2005 : qui mentionnait le "rôle positif de la colonisation" . En effet, la colonisation est un "fait" qu’une loi ne doit pas inclure, (enfin, dans l’ancien système lorsque l’on savait ce qu’était une loi). Le Conseil constitutionnel a supprimé d’une part l’alinéa sur le "rôle positif" de la colonisation. Il a vu le problème qu’il n’a pas vu lors de la loi Gayssot. Il n’avait pas été saisi d’ailleurs. Et d’autre part, il s’agissait d’une de ces lois proclamatoires sans portée sauf électorale et qui n’était assortie d’aucune pénalité.

      Si on suit en effet la logique de la loi polonaise, il faudrait assortir la loi de 2005 de pénalités permettant de poursuivre et de condamner les personnes niant le "rôle positif de la colonisation". Tableau !

      Moi, personnellement, je ne serais pas contre, mais il faudrait d’abord droper un régiment de parachutistes sur l’Elysée, prendre le GG (Gouvernement Général) comme lors du 13 mai 58 et balancer un certain nombre de députés "sociaux démocrates" dans la Seine... Avec des bouées, car on est pas des factieux, tout de même.


    • @listener
      Je suis opposé à la loi du 23 février 2005, comme toutes les autres lois mémorielles.


  • Que vient faire l’ Argentine dans cette histoire vous vous êtes demandé..
    La diaspora juive est la plus importante du continent sud américain.. Et ceux qui ont émigré en Argentine faisaient partie de la classes élevée ...pas de pauvres pouilleux ! Et comme en France ils ont pris place dans les hautes fonctions de responsabilités , de réseaux d’ influence etc... Médias, politique, banques, télé ... Cela explique le torchon sioniste argentin ... Hier j’ avais justement visionné une émission metatv avec Maria Poumier enseignante, spécialiste du continent sud américain, a vécu en Argentine où elle a enseigné..

     

    • C´est plus qu´exact.
      On se souvient de la grande chercheuse franco-argentine Marcela Iacub qui connue la gloire après avoir été maltraitée par DSK.
      Aussi, le premier député des francais de l´étranger zone Am latine et Caraïbes fut Sergio Coronado, nom qui ne dit rien à personne, mais la famille du garcon a fui la dictature de Pinochet pour l´Agentine avant d´arriver en France, pour avoir la nationalité à 34 ans ; et fait une courageux coming-out lors de la Marche des fiertés.
      Deux personnages du terroir qui ont bien mérité un poste au CNRS pour l´un et une députaiton pour l´autre 2012-2017.

      Liste de franco-argentins bretons non exhaustives.


    • Oui, il y avait plein de juifs en Argentine. Il y avait même des "gauchos juifs" ! Ils sont partout et il y en a qui font des sports de plein air au lieu de talmudiser..

      Goscinny, les créateur d’Astérix le Gaulois était un juif argentin.


    • Pour ceux que cela intéresse, écouter en replay l’émission "Talmudique" sur France Culture dimanche 4 à h 30



    • Que vient faire l’ Argentine dans cette histoire vous vous êtes demandé..



      Beaucoup doivent se le demander. Quelques liens d’articles parus sur ER pour rappel ou à découvrir.

      https://www.egaliteetreconciliation...
      https://www.egaliteetreconciliation...
      https://www.egaliteetreconciliation...

      Il y a encore d’autres articles sur l’Argentine concernant l’Iran et la rage de l’Israel avec son attentat de l’amia, ou concernant les prédateurs de la grande finance mondialisée.

      Ce n’est pas l’Argentine, mais le Brésil voisin (moins contaminé ?).
      La découverte dans la députation sous le régime Hollande (Ayrault) Valls, est celle du fabuleux destin d’Eduardo Rihan Cypel. Une famille partie en 39 de Pologne comme plein d’autres (excepté les indigènes sans moyens et sans réseau international) pour s’installer au Brésil où est né Eduardo en 75. La famille change encore de pays comme d’autre change d’automobile d’occasion et s’installe à l’Hôtel (la France pour Attali). Eduardo rencontre Hollande comme le filleul rencontre son parrain qui l’oriente naturellement vers Vincent Paillon qui le pilote au sein du PS (le S ce n’est pas pour socialiste). Naître dans la communauté internationalement organisée constitue de façon inné un épais et solide carnet d’adresses. Il semble qu’Eduardo se sente bien dans un des meilleurs Hôtels du monde pour en changer tant la soupe est cent fois meilleure que celles que mangent les cheminots (ces écrans de fumée) dans leur pays.
      En Argentine les merdias (sous contrôle) critiquent la Pologne en faveur de l’israel, et en France la communauté n’est pas en reste avec ses merdias qui dénigrent la Pologne et la controversée loi polonaise encore en faveur de la colonie criminelle.


  • FakeNewz



    « C’est un problème fondamental concernant l’essence du peuple juif », a ajouté Rotem




    N’importe quoi Johnny Rotem n’a jamais été le Directeur général du ministère israélien des Affaires étrangères il est le chanteur des Sex Pistols
    Ensuite le présentateur dit et je le cite



    En souhaitant aux israéliens et au peuple juif à travers le monde de bonne fêtes POURRIES




    Donc bonnes ou pourries faut savoir
    Non c’est certain, on nous ment, on nous prend pour des cons


  • Chérie, il reste de l’ananas ?
    J’en reprendrais bien un peu.



  • « Nous devons nous assurer que la vérité historique soit préservée »




    Entièrement d’accord sur ce point : et s’il fallait même en rajouter encore pour peaufiner les détails, alors que tout puisse être mis en oeuvre au gré des nouvelles techniques modernes d’investigation à parfaire toute la vérité, au-delà même de celle enterrinée à Nuremberg.

    Sauf que, la continuation du discours...



    « C’est un problème fondamental concernant l’essence du peuple juif »



    ... va à l’encontre de cette vérité voulue comme absolue puisqu’elle discrimine, de fait, toutes les autres communautés qui ont morflé de la déportation, puis de l’extermination fut-elle ou non, génocidaire : au regard de tel ou tel prétexte tout aussi ignoble, cela va de soi. À moins que, (comme les tsiganes qui ne sont pas l’essence du peuple juif, pour l’exemple) les ignorer au seul bénéfice d’une entité unique, signifierait que seule la judéïté, comme celle du Christ, soit la seule à valoir comme sacrifice pour l’humanité toute entière ?

    Les Trobriandais - qui ne savent peut-être pas qu’il est un mythique peuple élu sur cette planète - auront sans doute à coeur de savoir que l’on se sacrifie pour eux depuis la nuit des temps et qu’il se trouve, fortuitement, toujours un ou deux Polonais pour demander à celui qui pointe son museau après lui, de faire la queue...
    Preuve en est que, pour ce qui est de l’essence du peuple juif, les citations du polonais d’origine, David Ben Gourion, concernant ses coreligionnaires d’Europe, tant en Allemagne qu’en Pologne, proposaient qu’ils pouvaient toujours attendre, qu’il n’appartenait pas à ce peuple juif.


  • « La préservation de la mémoire de la Shoah est un problème fondamental »

    Pour une fois je suis entièrement d’accord avec les pleurnichards,c’est à mon gout un problème que l’on nous sert à toutes les sauces depuis 70 ans et j’en ai ras le bol... !!!