Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Qui veut renverser le président Loukachenko ?

La presse occidentale met en valeur Svetlana Tikhanovskaïa, qu’elle présente comme vainqueur de l’élection présidentielle biélorusse et accable le président sortant Alexandre Loukachenko qu’elle accuse de violence, de népotisme et de trucage électoral. Cependant une analyse de ce pays atteste que la politique de son président correspond bien au souhait des citoyens. Derrière cette querelle fabriquée se dresse le spectre de l’Euromaïdan ukrainien et d’une rupture provoquée avec la Russie.

 

JPEG - 76.8 ko
Svetlana Tikhanovskaïa est parvenue à rassembler à la fois des milliers de libéraux et de néonazis contre le président Loukachenko.

 

Un des objectifs du coup d’État de l’Euromaïdan (Ukraine, 2013-14) était de couper la route de la soie en Europe. La Chine réagit en modifiant son tracé et en la faisant passer par la Biélorussie. Dès lors, Minsk tenta de se protéger d’une même déstabilisation en menant une politique plus équilibrée vis-à-vis de l’Occident, participant à la fois à des manœuvres militaires avec Moscou et acceptant de fournir des armes à Daech que Moscou combat en Syrie.

Cependant malgré les tergiversations de Minsk, la CIA intervint à l’occasion de l’élection présidentielle de 2020. Svetlana Tikhanovskaïa défia le président sortant, Alexandre Loukachenko, qui briguait un sixième mandat. Elle n’obtint que 10 % des voix, cria à la fraude et s’enfuit en Lituanie où le Français Bernard-Henri Lévy se précipita pour l’accueillir. Unanime, la presse occidentale dénonça le « dictateur » et laissa entendre que Madame Tikhanovskaïa avait été victorieuse lors du scrutin.

La réalité est beaucoup plus complexe.

En premier lieu, s’il est tout à fait possible que les élections aient été truquées en faveur du président sortant, il est fort peu probable que Svetlana Tikhanovskaïa se soit approchée de la majorité, tant ce qu’elle représente est étranger à la grande majorité des Biélorusses. Depuis une trentaine d’années, un débat parcours le pays à propos de son identité européenne. Est-il culturellement proche de l’Europe de l’Ouest pro-US ou appartient-il à l’Europe slave, pro-Russe ? Sans aucun doute, la réponse est que les Biélorusses sont culturellement des Russes, même si certains d’entre eux ne parlent pas exactement la même langue. Certes, deux petites minorités professent des opinions divergentes : la première se dit « nationaliste » en référence à l’éphémère République populaire biélorusse (1918-19) dont les organes en exil collaborèrent avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, puis avec les réseaux Stay-Behind de l’OTAN ; la seconde se dit favorable au modèle libéral et à l’Union européenne.

À la différence de l’Ukraine divisée en deux zones culturellement distinctes (l’Ouest pro-allemand et l’Est pro-russe), la Biélorussie se pense fondamentalement comme russe quoique politiquement indépendante de Moscou.

 

 

Deuxièmement, s’il y avait un doute sur le rôle des services secrets américains dans cette affaire, le surgissement de Bernard-Henri Lévy devrait le lever. Le riche héritier d’une société d’importation de bois précieux a fait carrière en écrivant des essais antisoviétiques. Vendu par son éditeur comme « nouveau philosophe », il passe aujourd’hui encore pour un « philosophe ». Il soutint les « combattants de la liberté », c’est-à-dire les mercenaires arabes de la Confrérie des Frères musulmans en Afghanistan contre les Soviétiques, dont leur chef Oussama ben Laden. Il prit parti pour les Contras au Nicaragua, c’est-à-dire pour les mercenaires sud-américains de John Negroponte armés par l’Iran de Hachemi Rafsandjani. Il se targue d’avoir été conseiller de presse du président bosniaque Alija Izetbegović lorsque l’ancien pro-nazi avait le néoconservateur états-unien Richard Perle comme conseiller politique et le déjà cité Oussama ben Laden comme conseiller militaire. Je me souviens comment par la suite il m’impressionna en m’expliquant qu’il fallait bombarder Belgrade pour faire tomber le « dictateur » Slobodan Milošević. Je ne comprenais pas très bien pourquoi le pronazi Izetbegović était un « démocrate » tandis que le communiste Milošević était un « dictateur ». Peu importe, revenons en arrière, Bernard-Henri Lévy, désormais surnommé « BHL », apporta son bruyant soutien aux Frères musulmans tchétchènes qui formaient l’Émirat islamique d’Itchkérie sur le territoire russe. Selon un rapport des services extérieurs de la Jamahiriya, il participait à la réunion organisée par le sénateur républicain John McCain au Caire, en février 2011, pour régler les détails du renversement du « régime de Kadhafi » qui était alors cité en exemple par les États-Unis. Les Français furent surpris de le voir annoncer dans la cour de l’Élysée, en lieu et place du ministre des Affaires étrangères, l’engagement de son pays contre le « dictateur » (tous les hommes à abattre – et eux seuls – sont des « dictateurs »). Bien sûr, il était sur la place Maïdan de Kiev lors de la « révolution » de couleur que d’authentiques nazis y menèrent.

 

JPEG - 24.2 ko
Né sans père dans une ferme collective, Alexandre Loukachenko est devenu le chef d’État le plus habile en Europe.

 

Ceci étant posé, les Biélorusses peuvent avoir des griefs contre le président Loukachenko, mais pas contre sa politique. Tous les connaisseurs du pays, qu’ils soient parmi ses soutiens ou parmi ses opposants, admettent que celle-ci colle aux préoccupations des Biélorusses. Tous ceux qui ont approché Alexandre Loukachenko ont été étonnés par son intelligence, son charisme et son incorruptibilité. Ceux qui l’accusaient de prôner le rattachement à la Russie par calcul politique et non par conviction ont admis s’être trompés lorsqu’il maintint sa position malgré les rebuffades de Moscou et l’invraisemblable guerre du gaz qui opposa les deux pays. Tous ont été surpris par ses capacités hors normes qui lui firent menacer le pouvoir du président Boris Eltsine lorsqu’il proposa l’union avec la Russie.

Le principal reproche que l’on puisse faire au président Loukachenko est d’avoir fait disparaître plusieurs leaders d’opposition ; une accusation qu’il dément vigoureusement, accusant ces personnalités de liens avec des organisations criminelles qui auraient tourné à leur désavantage.

Durant des années, ses opposants l’ont accusé de s’enrichir sur le dos de la nation sans jamais en apporter le moindre indice. Pourtant tous les opérateurs internationaux savent que lorsque la Biélorussie signe un contrat, les rétrocommissions n’excèdent jamais 5 %, contre 10 % pour les USA, 50 % pour la Russie de Eltsine (ce chiffre est revenu à 10 % sous l’administration Poutine) et 60 % pour l’Iran. Force est de constater que l’homme n’est pas motivé par l’argent. À défaut de corruption, la propagande occidentale commence à l’accuser préventivement de népotisme au profit de son jeune fils, Nikolaï dit « Kolia ».

Le seul reproche que l’on puisse lui faire est de tenir régulièrement des propos antisémites et homophobes – jamais d’avoir soutenu des actes antisémites ou homophobes. Ce faisant, il est malheureusement dans la continuité des dirigeants de son pays.

Depuis le début de la crise, le président Loukachenko prétend que l’opposition de Svetlana Tikhanovskaïa et de ses alliés est un problème géopolitique Ouest-Est et non pas une querelle politique nationale. Tandis que cette opposition affirme n’être au service d’aucune puissance étrangère.

Outre l’irruption de Bernard-Henri Lévy, plusieurs éléments laissent à penser qu’Alexandre Loukachenko dit vrai.
- Le Groupe d’action psychologique des forces spéciales polonaises semble extrêmement actif depuis le début de la crise au service de madame Tikhanovskaïa.
- Des milices néonazies ukrainiennes sont également impliquées.
- Enfin le gouvernement lituanien, qui héberge Svetlana Tikhanovskaïa, également. Cependant aucune trace de l’Union européenne à la différence de l’Euromaïdan ukrainien. Aussi le plus probable est que Washington instrumentalise les acteurs régionaux (Pologne, Ukraine, Lituanie) contre le monde slave.

Quoi qu’il en soit, le président russe, Vladimir Poutine, vient de constituer une force de réserve, capable d’intervenir en Biélorussie pour soutenir les institutions et le président Loukachenko ; ceci alors que les deux hommes ont entretenu des relations parfois très conflictuelles.

Thierry Meyssan

 

Loukachenko et la Biélorussie, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2537969

    On nous rebat les oreilles et les yeux à longueur d’années, avec les crimes et horreurs nazis. Mais quant on sait que BHL est en accointance avec les néo nazis, on se demande, s’il ne l’est pas devenu lui-même, dans l’intérêt d’Israël et des mondialistes.
    C’est un comble, mais avec BHL, on peut s’attendre à tout, vraiment tout.


  • #2537995

    Ce n’est pas encore l’hiver, mais BHL est déjà habillé pour.
    La vache, c’est du Napalm !
    Examinons le champ lexical de BHL : "égérie tyran dictature grotesque sanguinaire."
    Pour sûr, on perçoit le soucis de modération dans le propos...Certainement un pacifiste !

    "Où l’on voit comment la cause des femmes peut ébranler [..]"

    Là, on se rend compte qu’il décline.
    Le "é" est de trop.

    BHL qui a eu le temps d’écrire un bouquin sur le Covid pendant le confinement.
    Incroyable, il doit avoir un nègre !

     

    • #2538233

      Il a plusieurs nègres et il ne relit même pas ce qu’ils écrivent, sinon il n’aurait pas laissé passer le canulard "Botul" qui l’a définitivement ridiculisé .


  • #2537998

    Un des seul dirigeants à avoir refuse le confinement général de la population avec la Suède le Japon l Iran et le Brésil ( ce sont les gouverneurs proche de soros qu’ils l’ont imposés) et le Pakistan.

    Le but est d’avoir un couloir entre Mer Noire et mer Baltique et encore plus isolé la Russie géographiquement.


  • #2538013

    "grotesque et sanguinaire" décrit très bien BHL ; pas du tout le président de Biélorussie, qui est, à sa façon, un homme culturellement européen : voir comme il a éduqué, très classiquement, son fils.


  • #2538021

    Merci à Thierry Meyssan pour cet article, je n’avais pas pensé à la question des routes de la soie pour expliquer la soudaine révolution biélorusse. Et oui, Loukachenko colle aux préoccupations de sa population mais quelle idée ! "Le français bhl" ouille, ça fait mal aux yeux de lire ça.


  • #2538025

    Quand "le pouvoir" veut mettre absolument une jeune (ou pas trop) femme à la tête d’une ville, d’un état, j’ai toujours l’impression qu’il y a un loup...
    Parce qu’il faut pas leurrer - à mon avis -, le "pouvoir" est toujours détenu par des hommes des réseaux.

     

    • #2539616
      le 04/09/2020 par p’tit gars
      Qui veut renverser le président Loukachenko ?

      Pour aller dans votre sens, je dirai quand à moi que les chefs d’Etats aujourd’hui restent en place tant que cela satisfait les intérêts de la finance internationale, dès qu’il y en a un qui ne veut plus se faire blouser, il devient la cible à abattre...

      Trump et Poutine en sont les deux meilleurs exemples !


  • #2538044

    Une fois encore Poutine va être mis à contribution contre la bête immonde sionisto-évangéliste !
    Il sait très bien que cet encerclement vise en priorité son pays !
    Pour les mondialistes Le patriote Poutine est l’homme à abattre , de même que Trump et son america-first !
    Botul Herr Lévy , n"est quant à lui , qu’une petite frappe sioniste qui soutient, avec la gueule, tous les nazillons utilisés par le Mossad , la CIA et leurs prostituées occidentales dans les coups d’états colorés !!!
    Heureusement pour les peuples résistants au mondialisme Le président russe est le meilleur allié !!


  • #2538076

    J’ai cru lire...



    Aujourd’hui, à #Gaza, avec le #Hamas, l’égérie de la révolution #palestinienne et le visage de l’opposition au tyran #Bibi. Où l’on voit comment la cause des arabes peut ébranler une dictature sioniste et sanguinaire. Reportage et portrait à venir...



    Puis j’ai entendu un boum !
    Sursautant d’une possible attaque israélienne comme autrefois à Naqoura, j’ouvris les yeux pour me trouver au sol, étalé sur le parquet. J’avais rêvé jusqu’à en tomber du lit...


  • #2538102

    Si Poutine est dans le coup avec lui le père Louka peut retourner torturer de l’opposant tranquille, les routes de la soie sont bien gardées.
    What else ?


  • #2538151

    Ces Mercenaires tels que BHL et consœurs ainsi que leurs marionnettistes et larbins auront des comptes à rendre ne vous en déplaisent.


  • #2538156

    dès que tu vois du bhl ou du Kouchner quelque part , tu sens que du sang va couler


  • #2538161

    Si BHL est là, on comprend tout : le mondialisme occidental vient frapper à la porte de la Russie. Comme en Ukraine. Mais BHL est grillé !


  • #2538278

    Ca n’a pas de sens...Pourquoi avoir truqué des élections meme en étant gagnant ?
    Quelle interet de gonfler un score de 55 a 80% si ce n’est de s’attirer les foudres du monde et donner un prétexte a ceux d’en face ?

     

    • #2538605
      le 02/09/2020 par le pépère
      Qui veut renverser le président Loukachenko ?

      col ouvert sous toutes les latitudes et jamais une angine, ce type est trop fort, quoiqu’il commence à boudiner sous la chemise, le botulisme ça commence comme ça.


    • #2539895

      Si Loukachenko avait fait 55% au lieu des 80% habituels, ça aurait déjà été une défaite. Ca aurait été la preuve que la contestation gagne du terrain et il aurait été obligé de partager le pouvoir d’une manière ou d’une autre. Il a préféré grossir les chiffres pour s’éviter un partage du pouvoir ou des contestations plus vives, mais c’était sans compter sur l’Occident.


  • #2538348

    Pendant ce temps les affaires continuent ; la Russie livre du pétrole aux USA, le Nord Stream 2 se poursuit. En gros les canards font beaucoup de tapage en surface. Aux étangs, on entend toujours les grenouilles mais jamais les brochets...


  • #2538567

    Il faut arrêter de s’extasier sur le bonhomme qui croit réellement que le système qu’il a patiemment crée depuis plus de 20 ans va tranquillement être transmis à son fils (c’est loin d’être de la propagande occidentale, c’est trop flagrant). Quand il veut des aides de la Russie pour son économie c’est : "Oh mais quel genre de grand frère vous êtes si vous n’aidez pas notre peuple !", mais quand la Russie veut construire un système radar ou autre sur son sol c’est : "Ah ba non les gars, nous sommes un pays indépendant". Pour moi il est malin, certes, mais il a le niveau d’un négociant de jeans de Marrakech en géopolitique.


  • #2541847
    le 07/09/2020 par Krakouchnef
    Qui veut renverser le président Loukachenko ?

    Mouais... je doute que Tikhanovskaïa connaisse le passif de BHL, dit l’entarté. Un peu comme si vous étiez pris en photo avec une personne que vous ne connaissez pas et qui s’avérait être quelqu’un de nuisible. On dirait de vous que vous êtes son sympathisant.


Commentaires suivants