Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Roquettes contre missiles

Ou comment épargner la vérité au grand public

Il y a une relation inverse entre la teneur en vérité d’une information et son accessibilité au grand public. C’est bien de lutter pour l’accessibilité des handicapés, mais il ne faut pas oublier l’accessibilité à l’information différente. On constate que la médiatisation d’une information est fonction croissante de sa pauvreté en vérité. Autrement dit, une vérité pure passe difficilement les barrages médiatiques. Ou alors par morceaux, et sur une longue période. Une diffusion « contrôlée » laissant le temps de désactiver sa dangerosité.

 

 

Deux exemples caricaturaux, et opposés. Article sur les jonquilles du site de France Info : aucun barrage. Aucun intérêt non plus. Article sur le lobby sioniste dans les médias : barrage total, et systémiquement logique. Qu’un site publie un tel article (sur le lobby, pas les jonquilles), et aussitôt se lèvent les barrages anti-reprises contre le site en question, même si l’article est sourcé, non délirant, non agressif, et bien sûr non antisémite. Ce n’est donc ni le professionnalisme ni la teneur en vérité qui fait l’info autorisée, mais l’adéquation ou l’intérêt pour le système. La vérité étant définie ici comme la révélation d’une « partie du système ». Ceci explique cela.

Le chemin vers le grand public d’une information à teneur en vérité dérangeante pour un pouvoir (il n’y a pas un mais plusieurs pouvoirs, qui sont en général complémentaires, ou qui s’entendent sur un partage ou un statu quo), sera semé d’embûches. Le travail actuel des médias, au-delà de l’information classique ou non-dangereuse fournie au grand public, qu’il touche et donc « contrôle » à 95 %, le contrôle étant calculable par le niveau de confiance des Français en leurs médias – et même si cette confiance est en baisse, elle n’a pas encore basculé – donc une partie du travail des médias est non seulement d’informer le gros du troupeau dans le sens du pouvoir, pour ce qui nous intéresse médiatico-politique, mais désormais d’empêcher l’émergence de nouvelles sources médiatiques, c’est-à-dire de bloquer les passerelles entre grand public et information contradictoire.

 

 

Un travail nouveau, né avec Internet, et qui explique la fébrilité et l’agressivité grandissantes de la propagande. Mais aussi – c’est le prix à payer – sa visibilité. Avec trois possibilités d’action contre-terroriste : un, ne pas faire figurer ou effacer ces ponts sur les cartes officielles (maintien du public dans l’ignorance), deux, interdire tout passage en insistant sur la dangerosité des ponts (culpabilisation médiatique), et trois, faire carrément sauter les ponts (répression policière ou juridique).

Dieudonné a clairement servi de prétexte à ce durcissement en 2004 (son sketch atomique date du 1er décembre 2003), parallèlement à l’arrivée du haut débit, donnant accès à de multiples sources d’information.

Dieudonné n’était pas la source, mais la cible, selon le bon vieux principe : cracher sur quelqu’un pour en faire LA source de crachats… surtout s’il ose répliquer !

Notons de la même façon que l’émission ayant fait office de condamnation médiatique à Soral date de septembre 2004. Les Américains ont eu leur 11 Septembre, puis leur Patriot Act, dont nous rappelons l’acronyme : USA PATRIOT, contraction de Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism Act of 2001. Nous avons eu la même chose, mais à la française, hypocritement. Aux États-Unis, c’est en 2000 que le haut débit fait son apparition, concernant alors 2,5 % des internautes.

 

 

L’arsenal du pouvoir permet d’opposer à ces nouvelles sources d’information des obstacles de plusieurs ordres : juridique, évidemment, l’information non-contrôlée par la dominance attirant les procès en rafale, policier parfois (pressions et menaces physiques rarement prises en compte, écoutes), fiscal, technique (hacking, pressions sur FAI), mais d’abord médiatique, avec le non-relais des informations qui partent de ces nouveaux points de lancement, comme les roquettes du Hezbollah.

Ainsi, une large part de la nouvelle information est-elle bloquée pour que le grand public n’y accède pas. Reconnaissons qu’il serait suicidaire pour les médias dominants de faire leur travail honnêtement, c’est-à-dire relayer l’information contradictoire. Une certaine contradiction du niveau de, Marianne par exemple, est tolérée, qui ne remet pas l’ensemble en question. Laisser agir une faible dissidence, voilà une réponse intelligente du système.

Ce qui prouve bien que le travail réel des médias se limite à la propagande, c’est-à-dire l’information unidirectionnelle, qui englobe l’information événementielle, factuelle ou déstructurée. Il n’y a pas de risque à parler de la situation ukrainienne, surtout en prenant le parti de l’OTAN, et quand un événement n’est pas conforme au système, c’est alors son interprétation qui prend le relais, pour remettre l’information dans le bon sens. Cela oblige non pas à mentir, mais à omettre des informations et surtout des interprétations contraires. On l’a vu sur le 11 Septembre. Or la vérité se forge dans la confrontation des interprétations contraires, qui se neutralisent, se complètent ou se superposent. La vérité, ou approchant, est le résultat de cette confrontation fertile. Précisons que la vérité n’existe pas, mais que son approche existe. La vérité est donc la tendance vers… elle-même. Et c’est ce chemin qui suppose une grande liberté de penser, et une grande variété de pensées. Seulement, ces interprétations contraires ou différentes ne doivent pas être séparées : elles se fertilisent l’une l’autre. Aujourd’hui, par exemple, le débat est interdit, en France. Voilà pourquoi la vie intellectuelle officielle est stérile. On peut même dire stérilisée.

 

 

Quand imposer l’ignorance au public sur les sources d’informations nouvelles ne suffit pas, quand une info ou une interprétation a passé les barrages, alors le bloc des médias dominants passe à la contre-offensive, en utilisant le dénigrement. Ce qu’on ne peut empêcher est méprisé, démoli moralement. C’est la défense anti-missile qui prend le relais, quand l’aviation n’a pu neutraliser les bases de lancement de roquettes sur Israël. Naturellement, c’est une image.

L’information contradictoire ne peut donc accéder au grand public : le système protège sa propre structure et son pouvoir sur le public. Cette information non formatée sera battue, tordue, insultée, comme le Christ dans la Passion du même nom, histoire de la présenter sous une forme repoussante au peuple. Elle est toujours vaincue.

Les tuyaux ou autoroutes informationnelles sont privatisés, confisqués par le pouvoir. La police de la pensée s’occupe de reformater les informations qui arrivent.

S’il existe une liberté d’expression, elle est encadrée, et surtout, limitée. Une limite là aussi fonction de la teneur en vérité dangereuse pour le système. Entendons par système l’ensemble de la mécanique médiatico-politique. Puisque les deux domaines sont inextricables, comme corps et métal après un accident de la route. D’ailleurs, les membres de ces deux clans (médias et politique) scellent leur union en pratiquant l’accouplement intra-spécifique, le sexe étant un marqueur communautaire ainsi qu’une défense contre les intrus. Peu de chance de voir la vérité jaillir de ces unions devenues incestueuses.

 

 

Alors, comment agir ? Continuer à tirer, multiplier les tirs, pour qu’une des roquettes au moins atteigne sa cible, malgré la défense antiaérienne. Roquettes qui, rappelons-le, ne pèsent rien face aux missiles surpuissants tirés quotidiennement par le système sur le grand public, habitué à ce bombardement paralysant, paralysant pour les consciences. L’objectif du tir de roquette artisanale étant de réveiller les consciences par la diffusion de sa charge, à savoir l’information contradictoire. Habitué au bruit de fond des missiles, qu’il n’entend même plus, le grand public semble mûr pour entendre la petite musique dissonante des roquettes, qu’il prend à tort pour du « terrorisme ». Le vrai terrorisme, lui, a déjà gagné, et depuis longtemps : il est aux commandes. C’est pourquoi le système doit fabriquer du terrorisme, son propre terrorisme, que ce soit aux États-Unis, en Algérie ou en France, en fonction des particularités locales. Parfois, il suffit d’appeler terrorisme une opposition dangereuse. Dans tous les cas, les artilleurs des deux camps jouent leur survie. Tout le monde joue sa vie. C’est bien une guerre.

 

 

Certains diront que ces pauvres roquettes et leurs lanceurs, qui ne jouent pas dans la même catégorie, servent surtout à se faire repérer, pour finir écrabouillés par les missiles du système dominant.

C’est vrai, mais les roquettes servent aussi à prouver l’existence des missiles, et donc de la violence d’Etat, la violence d’un ensemble médiatico-politique qui apparaît moins cool qu’il n’y paraît. On l’a tous vu avec Dieudonné et Soral, ces révélateurs chimiques. Les roquettes sont, il fallait s’y attendre, d’excellents prétextes pour abattre toute pensée politique d’opposition. Elles sont donc de ce point de vue contre-productives, puisqu’elles retombent, sous la forme de missiles 100 fois plus puissants, sur ceux-là même qui les envoient.

Oui mais entre-temps, le grand public peut voir qu’il y a combat, que certains résistent, que tout le monde n’a pas abandonné. Il est temps de renouveler l’appel du 18 juin.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #875335
    le 28/06/2014 par rectificateur
    Roquettes contre missiles

    Excellent article. Et je recommande vraiment le livre de Jean Bricmont.


  • #876002
    le 28/06/2014 par Tribal
    Roquettes contre missiles

    "Précisons que la vérité n’existe pas" ..
    Difficile d’admettre cà !
    La vérité et la réalité sont la même chose en définitive, certes nous ne faisons qu interpréter , avec plus ou mons de lucidité.
    Le filtre des sens, puis celui des croyances,de l’éducation ou de l’idéologie s appliquent, mais il y a bien une réalité,une verité !
    Même si on ne peut l atteindre, la vérité est.

     

    • #876228
      le 29/06/2014 par Free
      Roquettes contre missiles

      Merci pour cette précision.


    • #876421
      le 29/06/2014 par Gerard John Schaefer
      Roquettes contre missiles

      En dernière instance, Tribal, tu dois admettre n’être que poussière, lol...

      "Précisons que la vérité n’existe pas, mais que son approche existe. La vérité est donc la tendance vers… elle-même."
      C’est pourtant clair, dans l’article, non ?
      Par contre, étant déconnecté de l’information officielle jusque et y compris ses satellites, j’ai parfois l’impression d’évoluer dans un autre monde, pour peu que je veuille bien m’en gaffer.
      D’ailleurs, en discutant avec 3-4 autres pilous dans la file d’attente lors de la dédicace Yacht People 2, tu t’aperçois que même dans une population à priori déniaisée -enfin, qui fait des efforts dans ce sens- c’est pas évident...
      Aussi bien concrètement la pluie sous laquelle nous étions, chacun avait son approche...
      On s’fout de ma gueule, sporadiquement, "tu pars à la guerre ?", mais la seconde d’après, c’est "au fait, t’as pas un mouchoir ?"...snif !
      Du coup, j’apprécie très positivement l’approche de l’article, imagée dans le terrain. Alors c’est d’autant plus dommage d’opposer au début, accessibilité des handicapés et accessibilité à l’information (! ?). J’imagine même pas prendre les transports ( bus, RER ) en fauteuil. Il y a sur ce sujet du handicap moteur un fossé entre ce qui est prétendu comme degré de civilisation bienveillante, et le concret du quotidien, pour ne pas parler de "réalité".
      Paris et sa proche banlieue font actuellement l’objet de travaux modifiant le cadre urbain. Qui vivra verra.


    • #876590
      le 29/06/2014 par Picton
      Roquettes contre missiles

      La vérité est également si on lui donne une dimension mathématique.

      Pi = 3,141 592 653 est une vérité tout comme l’hypoténuse d’un triangle rectangle est égal à la racine de le sa somme de ses deux autres côtés au carré.


    • #879183
      le 01/07/2014 par Seth
      Roquettes contre missiles

      @Picton

      Crois moi ou non mais la vérité mathématique peut aussi être maquillé, ça dépend du système dans lequel tu vis, par exemple 2+2 peut devenir égale à 5, 6-3 égale à 6 etc ....


  • #876394
    le 29/06/2014 par Eric
    Roquettes contre missiles

    "Or la vérité se forge dans la confrontation des interprétations contraires, qui se neutralisent, se complètent ou se superposent. La vérité, ou approchant, est le résultat de cette confrontation fertile."

    Il va de soi que si la France était une démocratie au lieu d’être une république, le peuple français ne voterait pour ou contre tel projet de loi qu’après avoir entendu et lu des débats contradictoires dans les médias pendant au moins deux semaines.


  • #876706
    le 29/06/2014 par minato
    Roquettes contre missiles

    Excellent article, merci E&R, une véritable presse écrite qui nous permet de réfléchir dans le bon sens (constructif). On ne peut que s’approcher de la vérité, l’important est de rester ouvert à toutes infos sans préjugés, pour avoir une idée de la réalité. A ne pas oublier cependant que chaque personne à ses croyances ; Même ceux qui nous semblent être de véritables fruits pourris pensent oeuvrer pour le bien. (c’est mon avis, à méditer). Courage !


  • #877027
    le 29/06/2014 par Lucide
    Roquettes contre missiles

    Trés bonne analyse des mécanismes de réflexe de défense de la machine médiatique. En fait, si le grand public se laisse gruger, c’est qu’il y a en lui un facteur qui le prédispositionne à être victime. C’est qu’il accepte son rôle de spectateur passif, c’est comme, ça les rôles sont bien répartis, il y a ceux qui savent (les journalistes) et ceux qui ne savent pas (les téléspectateurs). Les spécialistes de la manipulation savent très bien que l’impact d’une info image est impossible à vérifier sur le coup, et qu’en terme de gain l’effet émotion négative est garantie. C’est la fameuse théorie qui consiste à dire qu’il n’y a pas de réalité, mais seulement une perception de la réalité. Etre conscient de ça, ça permet d’aller vérifier, chercher d’autres sources d’infos sur le net. E&R, par exemple.


  • #877403
    le 30/06/2014 par Foxhound
    Roquettes contre missiles

    Un petit rappel, chose qui à mon avis ne vous a certainement pas échappé.
    Les pouvoirs qu’ils soient aux USA, en France, en Angleterre, au Japon, etc.. sont entrain de reprendre la main coté Internet. Leur solution est trés simple, la fin de la neutralité du Web.

    http://www.numerama.com/magazine/29...

    Les jours de l’Internet comme nous l’avons connu sont comptés. Ca serait bien que vous consacriez plus à ce sujet oh combien capital.

    Bien à vous.


  • #878905
    le 01/07/2014 par Diomède
    Roquettes contre missiles

    Très bon article.

    Néanmoins, il faut bien admettre que, même quand la roquette passe le mur, elle tombe souvent dans de la guimauve, et on a beau chercher l’impact, tout a déjà été digéré.

    Exemple : la majorité des américains ne croit pas à la thèse officielle du 11/09.
    Effet : Nul.

    Modifier l’interprétation d’une réalité ponctuelle ne suffit pas si les mentalités ne sont pas radicalement bouleversées.