Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

« La guerre, disait Clausewitz, met fin par le sang à une divergence d’intérêts ». Contrairement à une idée reçue, les USA et leurs alliés n’ont pas tenté d’abattre la Syrie pour s’emparer de ses hydrocarbures. Les projets gaziers du Qatar expliquent peut-être son engagement au côté des insurgés, mais ils n’ont pas suffi à nourrir un conflit d’une telle ampleur. La rage destructrice des parrains de cette guerre meurtrière n’était pas davantage motivée par la défense des « droits de l’homme ». Seuls les esprits crédules ont pu croire de telles sornettes, accréditées il est vrai par un déluge de propagande sans précédent.

 

La véritable raison de cette guerre par procuration n’est ni économique ni idéologique. Déployant des moyens colossaux, l’impérialisme avait un autre objectif, beaucoup plus ambitieux : il entendait conjurer une menace stratégique. En détruisant la Syrie, Washington espérait liquider le seul État arabe qui soit resté debout face à Israël, et qui appuie sans réserve la résistance armée à l’invasion sioniste. Frapper à mort la Syrie devait permettre d’en finir avec le Hezbollah, et l’effondrement de l’État syrien mettre fin à l’anomalie d’un gouvernement arabe allié au « régime des mollahs » et à la Russie de Vladimir Poutine.

La preuve ultime de ce dessein géopolitique a été fournie par l’ex-secrétaire d’État Hillary Clinton dans son email du 30 novembre 2015 révélé par Wikileaks :

« La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran, écrivait-elle, est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad. »

En cas de réussite, cette tentative de « regime change » par le biais de la terreur milicienne aurait privé l’axe Téhéran-Damas-Beyrouth de son maillon central. Elle aurait laissé le Hezbollah orphelin de la Syrie et rejeté l’Iran dans l’arrière-cour d’un Moyen-Orient remis sur orbite occidentale.

Malheureusement pour Washington et ses séides, cette vaste opération a échoué. Malgré les milliers de mercenaires lobotomisés par le wahhabisme, malgré les milliards de dollars déversés par les monarchies du Golfe, le conglomérat takfiriste s’est brisé sur le mur d’acier d’une armée nationale appuyée par ses alliés russes, libanais, irakiens et iraniens. Même si elle n’a pas supprimé la capacité de nuisance américaine, cette défaite a infligé un coup d’arrêt à la politique du « chaos constructif » voulue par Washington afin de provoquer l’implosion du Moyen-Orient et le démembrement de ses États souverains.

L’année 2017 restera dans les annales comme celle d’un nouvel échec de l’impérialisme. Destinée à éliminer une pièce maîtresse de la résistance arabe, la guerre imposée à la Syrie entendait venger l’humiliation infligée à Israël en juillet-août 2006. Elle visait à repousser le cauchemar d’une force arabe victorieuse, capable de chasser la puissante armée sioniste d’un petit pays qu’elle croyait à sa merci. Rarement mentionnée, cette signification du conflit syrien est pourtant essentielle. Loin d’être séparés, les conflits du Proche-Orient sont intimement liés. La crise régionale a plusieurs dimensions, mais c’est la même crise.

Que serait devenu le Liban si les factions extrémistes avaient gangrené l’est du pays ? Le Hezbollah, rejoint par l’armée libanaise, les a extirpées. En supprimant ces nids de scorpions des deux côtés de la frontière, la résistance a joué son rôle de protecteur du Liban, et même ceux qui vilipendaient son intervention en Syrie sont contraints de l’admettre. Obsession d’Israël, le Hezbollah a payé le prix du sang, tirant du conflit syrien une expérience précieuse. L’impérialisme voulait l’abattre en le privant de son allié. Peine perdue. Cauchemar des sionistes, vainqueur d’Al-Qaïda, protecteur des minorités, le Hezbollah est plus fort et plus respecté que jamais.

Ce n’est pas un hasard si l’armée israélienne a multiplié les agressions sur le territoire syrien au cours des derniers mois. Plusieurs responsables sionistes l’ont dit : la prochaine guerre opposera à nouveau Israël et le Hezbollah, et elle sera d’une rare violence. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres, et l’agresseur devrait méditer les leçons du précédent conflit. Le 12 juillet 2006, prétextant l’enlèvement de deux soldats israéliens à la frontière libanaise, une impressionnante armada israélienne avait envahi le Liban avec l’objectif avoué « d’éradiquer le Hezbollah ». L’issue de cette opération a toutefois réservé bien des surprises à ses initiateurs.

Durant cette guerre de 33 jours, le déséquilibre des forces est énorme. Israël dispose d’une force militaire colossale, quasiment invaincue sur les théâtres d’opérations du Proche-Orient, et alimentée par les transferts technologiques de son puissant protecteur US. Infanterie mécanisée, artillerie lourde, blindés, aviation, marine de guerre et drones de combat s’abattent sur le Liban. Face à ce corps expéditionnaire de 40 000 soldats et 450 blindés lourds, se dresse le Hezbollah, parti politique minoritaire libanais qui dispose d’une milice courageuse, mais dépourvue d’armement lourd.

Pour accréditer la menace que ferait peser cette organisation détestée par les puissances occidentales, on orchestre alors une véritable dramaturgie autour des roquettes lâchées sur Israël. Psychologiquement, elle profite aux deux belligérants : elle permet au Hezbollah de défier Israël et à Israël de jouer la comédie de l’agresseur agressé. Mais elle masque surtout la disproportion des dégâts causés dans les deux camps. Alors qu’un millier de Libanais ont déjà péri sous les bombes de « Tsahal », les médias braquent leurs projecteurs sur la dizaine de civils tués par les roquettes du Hezbollah.

Lire l’article entier sur mondialisation.ca

Les raisons profondes de l’agression impériale au Proche-Orient
sont sur Kontre Kulture :

 

La montée inexorable de la résistance à l’impérialisme
israélo-américain au Proche-Orient, sur E&R :

 
 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1868786
    Le 27 décembre 2017 à 16:40 par Enkidou
    Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

    Le Hezbollah et son noble représentant, Nasrallah, sont l’honneur des Arabes. Et le pire cauchemar de l’entité usurpatrice, des occidentaux et des dirigeants arabes corrompus...

     

    Répondre à ce message

  • #1868808
    Le 27 décembre 2017 à 17:33 par JP
    Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

    Mouais.
    Déjà, le papier démarre mal, prétendant que certaines analyses se fourvoient sur le rôle des hydrocarbures syriens.
    Mais tout le monde s’en fout, des hydrocarbures syriens ! Ce ne sont pas des gisements très importants.
    Quant aux "projets gaziers du Quatar", c’est une façon d’aborder, en la minimisant abusivement, la vraie question : Est-ce que Poutine controlera, ou pas, les pipe-line reliant la région du Golfe Persique et l’Europe.

    La dépendance éventuelle de l’Europe envers Poutine, et parallèlement, l’avenir du pétro-dollar, ce sont des enjeux vitaux pour certains acteurs.

    Israël n’explique pas tout.

     

    Répondre à ce message

    • #1869010
      Le Décembre 2017 à 23:15 par kader
      Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

      israel n’explique pas tout ?
      les usa ont tiré 59 missiles tomawaks parce que deux avions israeliens ont été abattus (un abattu et un touché par la défense anti aerienne syrienne...)
      a un million d’euro le missile ca fait cher : 590 millions de dollars.

      46 de ces missiles n’ont pas atteint leur cible... S300 ? Hezbollah ? on en sait rien.
      mais il s’est passé une chose très importante ces jours la.

       
    • #1869075
      Le Décembre 2017 à 02:18 par Beretblanc
      Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

      Une faute de français récurante ;

      Soit : l’Italie, l’Irlande, l’Iran... l’israel et non Israël !

      Dit-on, "France a une culture raffinée" ou "La France a une culture raffinée" ?

      De la même manière il faut toujours mettre un " L " devant israel donc dire " l’Israel".

       
    • #1869189
      Le Décembre 2017 à 12:09 par Alix
      Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

      On ne dit pas le Monaco, le Chypre, le Malte, le Maurice..

       
    • #1869258
      Le Décembre 2017 à 14:18 par Coco l’asticot
      Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

      @ Beretblanc : Je crois que c’est « récurrente », non ?

       
    • #1869576
      Le Décembre 2017 à 23:50 par cc
      Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

      @kader

      ce que je constate, c’est que ces jours là, les missiles ont pris 9.000.000 d’€ en une phrase.

       
  • #1868827
    Le 27 décembre 2017 à 18:19 par Orio
    Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

    Les sionistes qui pullulent dans le Congrès américain sont évidemment pour beaucoup dans la volonté de détruire la Syrie comme ce le fut pour l’Irak, mais il a une autre raison que ne mentionne pas l’article est qu’il y a deux bases russes en Syrie et le changement de régime impliquerait pour les occidentaux la fin du contrat de la Russie avec la Syrie à propos de ces deux bases. Exit donc la Russie de la Méditerranée, chasse gardée d
    de l’Europe et des USA.

     

    Répondre à ce message

  • #1868835
    Le 27 décembre 2017 à 18:28 par Encore une fois
    Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

    Vous voulez savoir pourquoi le Hezbollah est respecté ? Je vais vous le dire : ils ne poussent pas la double nationalité, ils ne sont pas en train d’acheter les élections aux USA (et ailleurs) et... quel surprise ils ne chialent pas tout les deux minutes comme des gamins mal élevés quand maman dit “non”.

     

    Répondre à ce message

  • #1868931
    Le 27 décembre 2017 à 21:00 par culturovore
    Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

    Monsieur Guigue, vous êtes informé, bien informé même, mais permettez-moi de vous dire que vous confondez les motifs principaux et ses corollaires en parlant des raisons de la guerre en Syrie.

    Pourtant une phrase traduit la motivation profonde de l’état profond américain : "la politique du « chaos constructif » voulue par Washington afin de provoquer l’implosion du Moyen-Orient et le démembrement de ses États souverains."

    L’agression du Moyen Orient est basée sur les 4 motivations suivantes dans l’ordre de priorité :

    1. Détruire des états souverains car le NWO doit se mettre en place sur des terres sans frontières, des peuplades d’individus mélangés et isolés, surtout pas structurées dans des états forts protecteurs ou le citoyen pourrait de surcroît acquérir une conscience politique.

    2. Satisfaire l’appétit du complexe militaro industriel qui a besoin que le Congrès vote toujours plus des milliards de dollars de budgets militaires dont une grande partie en réalité sert à financer les black projects, projets secrets de la guerre des étoiles par exemple

    3. Permettre aux transnationales pétrolières anglo américaines de s’aménager des terrains de chasse. Ce sont des acteurs privés tels que les Rockefeller qui agissent en sous-main.

    4. Garantir une hégémonie à Israël dans la région.

     

    Répondre à ce message

  • #1869000
    Le 27 décembre 2017 à 22:57 par anonyme
    Syrie-Hezbollah, cauchemar de l’impérialisme

    Dans tous les cas le Hezbollah regroupe le courage, le discernement et bientôt la force. Respect.
    À croire que David va battre Goliath !

     

    Répondre à ce message