Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Gérard Filoche propose d’augmenter le Smic à 1 800 euros

Augmenter les salaires, la proposition rendue surréaliste par les médias

Premièrement : le Smic à 1 800 euros.

 

Proposition

Smic brut à 1 800 € par mois pour un travail à temps plein et donc un Smic net de 1 386 € par mois.

Aujourd’hui, le Smic brut s’élève à 1 467 € par mois : il augmentera donc de 333 € (22,7 %).

Aujourd’hui, le Smic net s’élève à 1 129 € par mois : il augmentera donc de 257 € (22,7 %).

 

Constatation

Le Smic n’a pas eu de coup de pouce depuis 10 ans, à l’exception de celui, dérisoire, de 0,6 % au 1er juillet 2012 : 6,46 € par mois et l’équivalent de moins de deux baguettes de pain par semaine.

Le pouvoir d’achat du Smic n’a pas augmenté depuis 2007.

Depuis 30 ans la part des salaires a diminué de 10 % environ par rapport aux dividendes qui ont augmente de 10 % environ.

Entre juin 2012 et mai 2016, le Smic au augmenté de 11,5 %, quasiment la même évolution que celle de l’indice des prix à la consommation : + 10,5 %.

Pour mémoire, en juin 1968, le Smig avait augmente de 33 % et le Smag de 55 … on n’est pas obligé d’attendre un nouveau Mai 68 pour l’augmenter.

Le retard des dernières années doit être rattrapé.

Ceux qui produisent les richesses sont loin d’en percevoir les fruits mais François Hollande et le Medef font en sorte que tous les gains de productivité soient captés par les seuls détenteurs de capitaux.

 

Objectif

Permettre, tout d’abord, aux salariés de vivre décemment s’ils travaillent à temps plein mais aussi s’ils travaillent à temps partiel. Pour un seuil de pauvreté égal à 60 % du revenu médian, soit 975 euros par mois pour une personne seule, 1,9 millions de travailleurs sont, dans notre pays, des travailleurs pauvres.

L’élément moteur de la croissance économique, ensuite, reste l’augmentation de la consommation malgré la pression ininterrompue sur les salaires. L’augmentation du Smic mettrait de l’essence dans ce moteur et permettrait aux PME, notamment à celles qui sont indépendantes des grands groupes, de trouver un débouché à leur production et d’embaucher. Calculer le coût de l’augmentation du Smic sans tenir compte de la dynamique qu’elle entraînerait est un calcul à court terme dont nous avons pu mesurer le résultat tout au long des quatre dernières années.

Permettre, enfin, d’aider à l’équilibre des comptes de la Sécurité sociale car une partie de l’augmentation du salaire brut va alimenter les caisses de retraite ou d’assurance-maladie.

Lire la suite de l’article sur filoche.net

La question épineuse des salaires et du pouvoir d’achat, oubliée par les médias, voir sur E&R :

La question sociale, tabou de la gauche « libéralisée »,
lire sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si la "loi travail" n’est pas retiré le SMIC réel ne passera pas à 1800 mais à 800 euros, et encore je suis optimiste . "Ca fera baisser le chômage" .

     

  • Ce Mr qui prône l’immigration ,l’ouverture des frontières ,l’Europe et cocu du PS continue avec des ignominies ,en balançant le Smic à 1800 euros.Il m’expliquera ,comment une PME et PMI va pouvoir augmenter un Smic de 22.7% soit 333 euros avec les charges sociales qui vont avec , alors qu’il, y a des entreprises et des petits patrons qui n’arrivent même pas à se payer eux même. Ces gauchos sont incorrigibles ,il veulent vendre de la marchandise avant d’avoir rangé la boutique.Je comprend pourquoi on est dans une telle merde ,ces gens la n’ont aucune logique de gestion et parle sans avoir eu d’entreprises ou quelconques responsabilités .
    Par contre les merdias ,le surréalisme ,c’est eux.

     

  • On peut parfaitement le faire, mais il faudrait d’abord une monnaie inconvertible, un franc uniquement intérieur comme le rouble inconvertible soviétique et, ensuite, de sacrée bonnes frontières ! Retour du fameux "vous n’avez rien à déclarer".

    Car une augmentation telle provoquera soit une inflation importante, soit une envolée des économies voisines de la France, les salariés français pleins aux as achetant des produits étrangers comme en 1981-82.

    Il ne faut pas oublier aussi que toute augmentation salariale est interdite ... par les traités européens, puisque les déséquilibres commerciaux induits, dont l’inflation, seraient supportés par tous les pays d’Europe ! Le pays qui osera le faire provoquera un brutal énorme enrichissement de la population, mais cela ne durera pas et l’Europe se vengera (exemple grec, enrichissement non par augmentation salariale mais par facilités de crédit).

    Cela démontre que l’Europe actuelle n’en a plus pour longtemps.


  • Pour qu’une plus grande proportion de la population soit au Smic ?

    Alors il suffirait d’une petite inflation et hop ! le tour serait joué, on serait en
    communisme libéral  :
    - Communisme pour la base,
    - Liberté d’invertir, de posséder et de jouir toujours plus pour les "élites".

    C’est le Nivellement par le bas

     

    • Ca ne veut rien dire "communisme libéral" :

      - Soit on est communiste, et tout le monde s’applique la règle
      - Soit on est libéral, et pareil : les mêmes règles s’appliquent à tout le monde

      Le problème là, c’est que tout le monde ne subit pas les mêmes règles.
      Quand une élite a des règles différentes, ça ne s’appelle pas communisme ou libéralisme, mais étatisme ou oligarchie.


    • Oui l’augmentation des salaires serait une telle bénédiction pour nos zelites qu’ils font absolument tout pour l empêcher.

      Soyons sérieux.


  • #1497209

    Faudrait qu’il y ait des salariés pour ça.
    Et le SMIC ne s’applique pas aux petits patrons payés 400€ par mois à cause des charges sociales nord coréennes appliquées par l’état d’occupation de l’état français.

     

  • Il est sympa le Filoche, mais ce qu’il oublie de dire, c’est qu’il n’y a pas que le SMIC.
    Lorsque j’avais mon entreprise, si l’idée me prenait d’augmenter un salarié de 100€, il fallait en payer 250, le reste partait en fumée.
    Seul les patrons ayant les moyens de payer cette valeur embaucheront. Les autres n’embaucheront pas, ou licencieront. Et enchaineront 70h par semaine pour faire tenir leur boutique comme je l’ai fait il y a quelques années. Et pourtant, dieu sait si je me suis battu pour mon entreprise ou mes salariés ; mais à un moment on lâche forcément prise, et cette logique seule va juste créer du chômage supplémentaire.

    D’ailleurs, si cette logique d’augmentation du SMIC pour baisser le niveau de précarité fonctionnait, alors pourquoi ne pas y aller carrément avec un SMIC à 4000 € ?Ou à 8000 €, quitte à y aller gaiement.
    Se pose alors la valeur des compétences : Avec un SMIC total à 3000 €, combien de futurs salariés, bien éduqués par l’éducation nationale ont des compétences qui valent ces 3000 € ? L’illettrisme monte, le SMIC monte, c’est quand même incohérent : le SMIC devrait monter à hauteur de la baisse de l’illettrisme d’un pays, ce qui illustrerait une montée de son niveau de compétence.

    Du coup, loin de moi l’idée d’être contre le SMIC ou de vouloir la précarité, ça n’est pas mon intention.
    Par contre, agir sur le SMIC pour régler un problème de précarité qui vient de toute une politique mal ficelée qui nourrit ses hommes politiques et fonctionnaires avant tout le reste, ça va juste ajouter du chômage et... de la précarité. Et tout ça proposé par une personne qui a vécu toute sa vie payée avec de l’argent public, et dont le métier avant d’avoir un train de vie d’élu était de faire fermer des entreprises ne respectant pas cet amalgame complexe de règles voté par eux.

     

    • @ben
      « Lorsque j’avais mon entreprise, si l’idée me prenait d’augmenter un salarié de 100€, il fallait en payer 250, le reste partait en fumée.  »

      Tu peux étayer ton affirmation camarade ?
      J’aimerai avoir le détail de ces 250 € à payer.
      Que signifie "le reste partait en fumée ?"

      Il faudrait arrêter de balancer des phrases comme ça qui ne reposent sur aucune donnée probante. Tes propos fantaisistes discréditent le site d’ E&R aux yeux d’un observateur sérieux.


    • Ok, je m’exprime mieux :
      Pour augmenter une personne de 100 € (je veux qu’à la fin, tout compris, elle ait 100€ de plus dans sa poche), il fallait que je verse 100 € (logique) + 125 € (charges salariales + patronales).
      Ca fait 225, sachant que s’ajoute l’impôt sur le revenu qu’il devra payer. Donc 15 €, que je comptais systématiquement car lorsque j’augmentais un salarié, je voulais qu’il ait VRAIMENT 100€ de plus.
      Total : 240 €.
      Mes 250 € sont exagérés... à 10€ près.
      Vu de mon salarié, pour le payer 100 € de plus, il faut que 140 autres € partent ailleurs. C’est dur de faire preuve de reconnaissance vis à vis de ses salariés lorsque c’est ainsi... plus d’une fois j’en ai eu ma claque de tout ça.

      Regardez la différence sur votre fiche de paye entre le salaire total (= salaire net d’impôt + IR + cotisations salariales + cotisations patronales) et le seul salaire net d’impôt. Sur votre fiche de paie, c’est du simple au double, et le rapport est variable suivant les métiers. Même le simple mot "salaire net" est galvaudé car il faut sur ce salaire net payer de l’impôt sur le revenu.. c’est dire s’il est net..

      Les gens ne sont pas souvent au courant de ces données.. qui bientôt ne figureront même plus sur les fiches de paye (au titre de la "simplification").


    • @ben

      Tu pars du principe que les impôts de ton salarié seront payés par l’entreprise. C’est absurde (et infantilisant)

      Un smicard touche bien 1450 euros/mois et pas 1150 euros/mois. Les 300 euros d’ impôts divers sont payés PAR le salarié.

      Si tu veux l’augmenter de 100e, ça ne te coûtera pas 250e (on est plus proche des 120.) Et ce que lui prendront les impôts ne te concerne pas.


    • @Melda

      C’est justement ce sur quoi joue le système ! "untel paye", "tel autre paye ensuite", puis tel autre, etc.
      Du coup chacun paye "un peu", et à la fin tout le monde se retrouve avec pas grand chose. Sauf l’état qui, lui s’est gavé à tous les étages.
      En attendant, il reste que si je veux reconnaitre le travail de mon salarié, pour faire un geste à hauteur de 100€, c’est plus du double que je dois payer, voilà le résultat final.


    • @Melda

      Une simple recherche sur google devrais te permettre d’apprendre que le total des charges sociales salariales et patronales est environ égal à 64% du salaire brut (ou 82% du salaire net) en fonction de l’activité (c’est un pourcentage moyen)

      C’est à dire que pour payer un salaire brut de 1450€, un patron devra débourser 1450*1.64 = 2378€
      alors que le net perçu par l’employé sera d’environ 1120€.

      Les chiffres de Ben sont de cet ordre c’est lui qui à raison et c’est toi l’enfant qui ne sais pas.

      C’est pas compliqué de vérifier ce genre d’information à l’heure d’internet...

      Comme disait mes grands parents, mieux vaut tourner sept fois sa langue dans sa bouche...

      Penses-y. A l’avenir , ça t’évitera peut-être d’affirmer des âneries et de passer pour une mule.


    • Cher Ben,
      Je relève quelques incohérences dans ta réponse.
      1/ Le ratio net/brut n’est pas 125 mais 100 (à quelque centièmes près) c.à.d. que si tu veux que ton salarié ait 100 nets tu devras cotiser 100 (un peu moins) soit un total de 200 et non pas de 225
      2/ Comment peux-tu chiffrer à 15 € le montant de l’impôt supplémentaire à payer alors que l’IR est progressif et personnalisé ? En clair si tu n’as pas l’assiette de ton salarié il est IMPOSSIBLE de calculer l’incidence de cette augmentation.
      3/ A qui versais-tu ces 15 euros supplémentaires ?
      4/ Il n’y a pas de rubrique faisant référence à IR sur une fiche de paie comme tu le suggères :
      Regardez la différence sur votre fiche de paye entre le salaire total (= salaire net d’impôt + IR + cotisations salariales + cotisations patronales) et le seul salaire net d’impôt

      De plus prétendre enchaîner 70 h par semaine est aussi un peu exagéré.
      Bon il est vrai que l’autre jour j’ai entendu un mec du patronat dire qu’il travaillait 125 h par semaine . MDR.
      Démonstration :
      70h / 5 jours de travail = 14 h par jour. Soit démarrage à 6h (pile) pour finir à 20h (pile). Ou encore départ à 8h pour finir à 22h. Si on ajoute le temps - pendant lequel tu ne travailles pas - pris pour manger, te laver, aller aux chiottes ça fait des journées de 16 h TOUS LES JOURS. Bon tu peux te défendre en rétorquant que tu travaillais aussi le samedi. Mais ça ne fait pas beaucoup baisser les chiffres.
      Sans vouloir te blesser je crois que tout ça est un peu exagéré.

      Tu sais, Ben, la simple réalité est déjà assez dure pour les travailleurs, pas la peine d’en rajouter au risque de ridiculiser la cause que tu veux défendre.

      Il y a une arnaque bien plus importante à dénoncer c’est de parler de charges patronales alors qu’en fait ce sont des charges supportées par le salarié. C’est un problème trop compliqué à débattre ici mais si tu es intéressé je peux te donner des éléments pour amorcer une réflexion.

      Bien cordialement
      Jacques alias Max69
      Ancien chef d’entreprise, spécialisé -entre autres- dans l’implantation de systèmes de gestion informatisée de la paie ;=)


    • @Max

      Pas d’incohérence, juste que tu ne vois les choses qu’à travers ton prisme :

      - Montant de l’impôt supplémentaire : j’ai pris la tranche à 14%. J’aurais pu prendre celle à 30. Mais mon salarié était sur la tranche à 14.
      - Ce montant d’impôt est reversé au salarié... qui le reverse à l’état : c’est juste un intermédiaire et il n’en voit pas la couleur.
      - 70h / 5 ça fait beaucoup. Divisé par 7, ça marche mieux. Le samedi, ET le dimanche. Avec travail le dimanche matin. Le fait que des farfadets prétendent travailler 125h par semaine n’enlève rien à la réalité que j’ai connue, merci.
      - 4) mauvaise formulation de ma part, j’ai été vite
      - Charges supportées par le patronat ou le salarié, je ne rentre même pas dans ce débat : c’est de l’argent qui part de la poche du patronat, qui pourrait aller dans la poche du salarié sans que ça ne fasse aucune différence pour le patron, et qui en réalité va dans la poche de l’état. Dire qui a payé est juste de la masturbation intellectuelle.

      Cordialement aussi,
      Ben, ancien petit patron (encore que le fait de se jeter des titres à la tête ne fait pas non plus beaucoup avancer la cause non ?)


    • @Galilée

      Tu n’as strictement rien compris à ce que j’ai écris. Je te propose de me relire, de réfléchir quelques secondes puis de revenir poster. Tu devrais retomber dans le sujet normalement.

      @Ben

      Non non, ce n’est pas untel ou untel qui paie. C’est ton salarié qui paie. Tu es bien le premier patron que je croise à penser en net. Je me répète mais c’est absurde. La seule chose que tu dois regarder est le cout de la dite augmentation et les charges patronales (40% de l’augmentation ? Sans doute moins avec la loi Fillon). Les charges salariales et les impôts sur le revenu que l’employé paient ne te concerne pas.

      Je sais que les patrons ont tendance à dire que ce sont eux qui paient tout mais ce n’est pas le cas.


    • @Ben

      1/ Je n’ai pas jeté de titre à la tête, j’ai juste voulu indiquer que je connais le sujet en profondeur (contrairement à toi) et que j’en ai une certaine expérience professionnelle.

      2/ Tu écris des conneries. La preuve : dire que tu as pris la« tranche » à 14 % n’a pas aucun sens sinon que je comprends que tu ne sais pas de quoi tu parles : l’impôt est progressif (mais je crois pas que tu saches ce que ça signifie ni comment il est calculé).

      3/ Enfin si tu avais fait un compte d’exploitation prévisionnel cohérent tu aurais vu que ton affaire n’était pas économiquement viable.

      Maintenant si tu veux absolument avoir raison grand bien te fasse. Bonne chance.


    • Les "charges" sont pour la plupart des cotisations qui donnent droit à un salaire différé en cas de retraite ou à des indemnités d’assurances obligatoires pour le chômage ou la maladie,.
      Dans le salaire brut, il y a du salaire à percevoir de suite et du salaire à percevoir plus tard ou de l’assurance à payer obligatoirement.

      Si tu expliques à ton salarié qu’avec les 100€ tu payes directement ce que l’état lui fera payer de toute façon et quelle que soit sa situation, il pourra comprendre pourquoi il n’en dispose que d’une partie immédiatement.


    • @Melda :

      Tu prétends que pour augmenter un salarié de 100€ il en coûte 120 à l’employeur, ce qui est bien loin du compte.
      Pour augmenter de 100€ son salaire net tu dois lui verser un brut de 130 (l’employé cotise 30€ pour sa retraite sa sécu son chomdu.
      A cela s’ajoute les charges sociales patronales etc soit environ 64% du brut.
      Ca fait donc 130*1.64= 213€ environ

      Et je ne parle pas de l’impôt sur le revenu.

      A titre personnel, je suis plutôt heureux de vivre dans un pays où le taux de prélèvement est élevé, ça permet d’avoir un État fort et de palier un minimum à la loi de la jungle. J’ai souvenir d’avoir entendu des libéraux américains faire le parallèle en la fiscalité française et le communisme
      Le problème de mon point de vue c’est plutôt qu’un gros cinquième de ces prélèvements sert à payer une dette et ne sert donc pas pour l’enseignement, les hôpitaux, la justice, les pompiers, la police, les transports et tout ce qui ce qui sert vraiment l’intérêt général


    • @Max

      L’impot est progressif au global.
      Mais sur une augmentation de 100€ on paye le montant de la tranche sur laquelle on est. Donc ici, 14€.
      Tu gagnais 1600 €, tu en gagnes 1700, tu paieras 14 € d’impots de plus. Si tu es sur la tranche à 30%, une augmentation de 100€ te fait payer 30€ d’impots.
      J’ai toujours parle dans mon premier post d’une augmentation.


    • #1498007

      @Galilée : certes mais il faut aussi expliquer aux gens que ces 0.64 de salaire payés par l’employeur et non-touchés par le salarié permet que les IMPRODUCTIFS (cad les retraités, les chômeurs et les malades) puissent continuer à vivre ! Certes dans des conditions de plus en plus déplorable, mais des vies qui continuent malgré tout. Militer pour l’abolition des 0.64 qui "partent en fumée", c’est militer pour l’euthanasie ou la clochardisation de millions de Français. C’est un comportement franchement critiquable surtout quand on va jusqu’à dire que financer le maintient en vie des vieux et des malades c’est de l’argent partie en fumée, la ça devient franchement immonde, seul le medef est capable de ce genre de discourt.

      Les 0.64 ne sont de plus pas versé au budget primaire de l’état qui permet de payer les dépenses publiques classiques (les fonctionnaires et leurs frais de fonctionnement). C’est autre chose, ça permet de d’abonder les budgets annexes dit "budgets sociaux" et de payer exclusivement (les fonctionnaires qui se chargent des prélèvements et de la distribution sont payés sur le budget primaire) la sécu (les dépense de santé des gens donc indirectement les médecins et les médicament), les allocations chômages et les pensions de retraite. C’est la seule source de financement des budgets sociaux, donc militer contre les 0.64 revient bien à militer contre la sécurité sociale et la retraite par répartition. Sans le dire évidemment puisque la majorité des Français en restent partisans malgré la propagande médiatique. Ils ne veulent pas un système à l’américaine où les plus de 75 ans sont forcés de continuer à travailler et les malades crèvent dans la rue, même si le notre est socialo-communiste.
      Les budgets sociaux sont en passent d’atteindre les 40% du PIB parce que la population française vieillit, ce qui augmente également les dépenses de santé et que le chômage a doublé depuis Maastricht et l’adoption de l’euro.

      Quand au budget primaire de l’état, pour payer la police, les pompier et l’armée donc, à force d’austérité il ne pèse désormais moins de 15% du PIB dont un tiers financé par l’endettement. Car l’austérité s’accompagne toujours d’une baisse de la fiscalité en parallèle. Ce budget là est abondé par l’impôt direct national (impôt sur les sociétés, sur le revenu, sur la fortune) en baisse constante, les impôts directs locaux (globalement en augmentation), et les impôts indirects ou taxes à la consommation en augmentation constante.


    • @Galilée :

      Salut
      Dans ta réponse à Melda tu écris :

      « Pour augmenter de 100€ son salaire net tu dois lui verser un brut de 130 (l’employé cotise 30€ pour sa retraite sa sécu son chomdu.
      A cela s’ajoute les charges sociales patronales etc soit environ 64% du brut.
      Ca fait donc 130*1.64= 213€ environ »

      Pardon de te contredire mais tu as fait une erreur. C’est le total des charges patronales ET salariales qui fait 64% du brut. Les charges patronales seules sont de 42% du brut.
      En posant 130*1,64 tu inclus donc 2 fois les charges salariales.
      Le calcul correct est donc 130*1,42 = 184,60

      => Pour augmenter un salarié de 100 nets il faudra débourser 184,60 au total.

      Bien sûr on est là dans un calcul à la louche (les % pouvant différer légèrement) ET sur l’augmentation d’un salarié déjà embauché, le calcul des charges patronales pouvant être différent suivant le type de contrat et/ou les aides de l’état.
      Pour être complet il faut ajouter qu’il n’y pas que le salaire qui a une incidence financière sur l’entreprise ; il y a d’autres coûts à prendre en compte, par exemple la médecine du travail, l’établissement des fiches de paie et... bien d’autres.


  • Qui veux bosser pour un smic de clochard déjà ?
    surtout quand ont voit nos ministres ce gavé à rien foutre ca donne pas envie !!

    le smic est un salaire honteux tu fait quoi avec ça quand tu a payé ton loyer ?
    2000 euros ca devrait être le minimum en 2016

     

    • #1497312

      Bonjour cher camarade Niko, 2000 pourquoi pas 3000 , 4000 , etc , avant de déblatérer des idioties met toi à ton compte , vas y lance toi et tu verras si en temps que petit patron tu pourras te payer rien que 2000 que tu envisage . Cette mesure peut s’ appliquer qu’ aux multinationales et encore.


    • je suis d’accord 2000 devrait être le minimum , les prix des denrées de bases n’en finissent pas d’augmenter et le salaire stagne depuis plus d’une décennie


    • "Qui veut bosser pour un smic de clochard ?" êtes-vous au courant que beaucoup de clochards comme vous dites aimeraient bien pouvoir toucher un smic et qu’ailleurs dans le monde beaucoup vivent avec moins d’1€ par jour.

      Vous vivez en dehors des réalités. Combien d’entreprises seraient capables de payer un SMIC à 2000€ et même si elles en étaient capables cela créerait juste une énorme inflation.

      Le problème avec vous les gauchistes c’est que les solutions sont toujours si simples et que vous ne voyez jamais les contreparties.


    • @huguenot

      Ce que tu écris ne veux rien dire.

      Il n’y a pas de limite theorique au salaire que peut verser une entreprise. Ca dépend de son chiffre d’affaire.


    • @Melda : Pousse ton propos un peu plus loin et tu trouveras tout seul la limite théorique au salaire. Ca dépend du chiffre d’affaire, mais il faut prendre en compte le nombre de salariés. Si tu divises l’un par l’autre, tu as la productivité par travailleur. La limite de ton salaire, c’est donc la productivité par travailleur.


  • #1497226

    Plus de salaire ? Donc plus de loyers , plus de TVA, plus de flux monétaires .
    Pourquoi pas autre chose ?
    La réquisition des terres en vue de les mettre à disposition des familles dans chaque quartier, à des fins de production locale de nourriture .Une loi incitant chaque propriétaire de pavillon sur jardin à entretenir un verger-potager . Un code d’urbanisme obligeant chaque commune à réserver des parcelles de maraichage -poulailler . Des emplois aidés pour s’occuper de la production . Des allègements de charges pour chaque petit entrepreneur qui se lancerait dans l’activité .
    De bonnes idées qui feraient perdre de l’argent à ceux que le Christ avait chassé du Temple .
    Je précise qu’en termes de salaire je me situe dans le voisinage immédiat des 975 e évoqués .

     

    • Vous avez raison, augmenter le "smic" est une fuite en avant.
      Il faut changer de système et revenir aux fondamentaux.
      Toujours plus de consommation, mais quand la plupart des gens ont deja plus que le strict minimum. Ou va ton ?
      Ira t on jusqu a changer sa télé toutes les semaines pour faire de la croissance.
      Le capitalisme basé sur la croissance de la consommation a vécu.
      Il faut changer de modèle et ré atterrir .


  • #1497255
    le 27/06/2016 par insoumis de la dissidense
    Gérard Filoche propose d’augmenter le Smic à 1 800 euros

    Oui, mais non Monsieur Filoche.
    Que le SMIC augmente ou non n’est pas le plus important, c’est son existence même qu’il faudrait remettre en question. Sa raison d’être n’est possible que dans ce système esclavagiste dont une des bases est le salariat, comme les "aides", la taxe Tobin et tous ces machins dont les spasmes d’Alexandre Jardin.

    Peu importe que nos chaînes soient plus légères, moins insupportables. Le seul objectif qui soit concevable et même acceptable serait de les briser.


  • Bien sûr, mais le système n’acceptera jamais une telle réforme : il faut empêcher à tout prix l’émergence d’une classe moyenne forte, aisée ( également rempart contre le système prédateur).

    C’était la France de nos grands-parents, pourtant !
    Filoche est un des dernier vrais politiques...

     

    • Le problème est surtout que ça va creuser encore plus l’écart avec les revenus moyens des autres pays d’Europe.
      — La main-d’œuvre coûtera plus cher (répercuté sur le consommateur français).
      — Les exportations se feront alors rares.
      — Les importations de plus en plus envahissantes.
      — et les délocalisations deviendront une norme de survie.
      Le problème n’est pas les 1800 euros... mais le grand écart avec les autres pays de l’UE (qu’on appelle "partenaires").


    • Le problème est surtout que ça va creuser encore plus l’écart avec les revenus moyens des autres pays d’Europe.
      — La main-d’œuvre coûtera plus cher (répercuté sur le consommateur français).
      — Les exportations se feront alors rares.
      — Les importations de plus en plus envahissantes.
      — et les délocalisations deviendront une norme de survie.
      Le problème n’est pas les 1800 euros... mais le grand écart avec les autres pays de l’UE (qu’on appelle "partenaires").


    • #1498009

      Je rejoins Drago sur ce point : une telle mesure n’est simplement pas possible dans une économie ouverte, ça accentuera forcément les problèmes de la France. Le libre-échangisme est une course au moins disant social comme le dénonçait Maurice Allais au moment de sa mort médiatique. C’est ça que Filoche ne dénonce pas et c’est ça le grand problème de ce politicien.

      Pour le reste, il est évident qu’une augmentation du SMIC fait augmenter aussi les salaires médians proportionnellement et qu’elle renforce donc la classe moyenne en même temps que les classes populaires.


  • Évidemment qu’il faut augmenter le SMIC. Une des principales causes à la crise que nous traversons est une mauvaise répartition des richesses. Certains ne gagnent rien pendant que d’autres se gavent. (Ce qui fait que ce n est pas du tout la crise pour tout le monde. Ça dépend juste d’où est ce que l’on se place. Les riches n’ont jamais été plus riche qu’en ces temps. C’est une période faste pour eux).

    Il faut réinjecter de l’argent dans l’économie réel (travail, production,...). Ça passe évidemment par une augmentation des salaires.

    Et pour les petits patrons qui poussent des cris d’orfraie plus haut. Il faudrait peut voir un peu plus loin que le bout de son nez. Avant vos chouineries sur les impôts et la masse salariale, votre principal problème est le CA. Le manque de client...Et un smicard ne sera jamais un client, hein...

    Vous me faites penser à un patron de resto avec qui je discutais. Il hurlait sur l’ idée même d’une augmentation du SMIC. "Ce serait trop dur ! Et je ne fais pas assez de couverts ! En semaine, la salle est a moitié vide." Évidemment qu’elle est vide, les smicard ne vont pas au resto. Mais ils aimeraient bien. C’est dommage.

     

    • A propos de voir plus loin que le bout de son nez..

      — > Je paye une personne 3000 €. Sur ces 3000 €, 900 partent au titre des cotisations patronales. Puis, 450 autres en cotisations salariales. Il en reste alors 1650. 85 autres partent au titre de l’impôt sur le revenu.
      Pour arrondir, pour payer mon salarié à hauteur d’un peu plus de 1500 €, j’ai dû payer 3000 € en tout. Et je suis gentil, je n’ai même pas parlé de TVA, car les 3000€, on s’est déjà bien servi dedans en amont. Et j’ajoute aussi les honoraires du comptable, dont je me passerais bien, mais sans qui je serais infichu de traiter cette usine à gaz.
      Et ça, c’est en supposant que j’arrive moi même à me sortir un salaire (si vous daignez bien m’en accorder le droit, parce qu’il y’en a de bonnes à raconter aussi là dedans, sans parler du RSI).

      Et vous me dites : "taka payer plus pour augmenter ces derniers 1500€, ça fera que le mec il viendra dans ton restaurant".


    • @ ben.
      "voir plus loin que le bout de son nez" !!
      c’est exactement cela, le commentaire précédent parle de l économie générale, le fait qu’ en augmentant les salaires, les clients seraient plus enclin à dépenser dans les restaurants par exemple. Ce n est pas seulement en augmentant votre salarié que votre restaurant tournera mieux, mais en augmentant tous les salariés et le niveau générale des salaires, les gens seraient moins pris à la gorge et feraient tourner l économie du pays.
      votre réflexion est purement égoïste, moi, moi moi. Comment je fais si j’ augmente mes salariés. Il faut voir plus loin sue le bout de son nez.
      j’aurais une réflexion aussi : la crise ne touche pas l’industrie du luxe. Pourquoi ?
      les très riches peuvent se permettre d’augmenter leurs revenus sans que cela fasse de scandale. Pourquoi ?
      au lieu de se braquer sur l’ augmentation des salariés et les salaires des petits patrons, il faudrait s interroger sur la justification des impôts et taxes. De la rémunération du capital. Des dividendes exorbitantes.
      bien à vous, en espérant que vous n’ êtes pas un troll payer pour pourrir le débat.


  • Je crois qu’une valise revient moins cher...


  • Le Smic c’est pas fiable comme salaire vous voulez faire quoi avec ça ?
    acheter quoi une maison comment ?
    quel avenir avec un smic minable et misérable
    a découvert tout les mois ?
    génial ont va aller loin comme ça !!

    faut atterrir et dite pas que les caisses sont vide les banque peuvent crée autant de fric qu’elles veulent seulement ca va jamais dans vos poches les prolos !
    et je ne suis pas du tout communisme
    juste réaliste 1140 net en 2016 c’est zéro nul de la merde !
    et quand a ceux qui ce mette à leur compte vous aller aussi l’avoir dans le cul , vous allez faire 50 heures par semaine pour un petit 1400 ou 2000 euros avec l’urssaf et les impôts pour vous saignez !
    et combien de temps votre santé va tenir à ce rythme ? et oui faut y penser le stress la fatigue et quand votre boite coulera vous n’avez même pas le chômage et oui tout le système est une grosse enculade pour les naïfs !

    alors la solution c’est de faire du fric mais pas comme ont vous le dit........


  • Pour moi, salariat=esclavage. Le smic, c’est juste une manière de se mettre d’accord sur le prix des esclaves. En tous les cas, depuis que suis affranchi, je sais que je rapportais à peu près 5000€/mois à mon maître.
    L’augmentation du smic est un argument de campagne. Ce qu’il faut voir, c’est le pouvoir d’achat qu’on obtient avec ce salaire. Si on voit les choses comme ça, pas besoin d’augmenter le smic, un simple retour au Franc sera suffisant. Car 10 000 frs, ça achetait plus que 1500€.

     

    • J’ai fait le même calcul pour voir, sachant que je suis prestataire de services techniques dans l’industrie. Je précise que je suis payé au SMIC, même si j’ai un 13ème mois et des tickets restos, ce qui n’est pas négligeable.
      En brut, connaissant le prix des prestations que j’effectue, mon employeur touche en chiffre d’affaire entre 13.200 euros (si je ne fais QUE des interventions de base, tout le mois. Donc chiffre d’affaire plancher), et entre 15.500 et 25.500 euros, fourchette médiane, si je travaille sur quelques missions ayant une valeur ajoutée supplémentaire.
      Ces chiffres sont véridiques, je n’aurai pas pris le temps d’écrire ce post pour mitonner, celà n’aurait eu aucun intérêt.
      Je ne me sens, pourtant pas, particulièrement bien payé, sachant que, comme quelques uns l’on dit, je ne peut même pas devenir propriétaire d’un mobile home posé dans un terrain vague (oui, je sais, l’image est exagérée, mais pas tant que çà finalement : j’habite dans une métropole régionale).
      Vous êtes sur que je dois plaindre mon pauvre patron qui doit payer tant d’impôts ? Quand lui se demande si la crise ne va pas l’obliger à annuler ses vacances en asie, et l’obliger à les passer dans sa villa sur la côte d’azur, moi, je me demande comment je vais pouvoir économiser pour me faire fabriquer des dents de remplacement (véridique) alors que je fini le mois en négatif (sans sortir, sans excès, et avec toujours la peur au ventre quand je consulte mon solde).


    • @ le goy
      « Le smic, c’est juste une manière de se mettre d’accord sur le prix des esclaves »
      Formule remarquable de justesse.


    • @kamino
      Je ne sais pas si vous devez plaindre votre patron et ses impôts. Par contre, il est bon de réfléchir en égoïste : pourquoi devriez-vous lui permettre de gagner de l’argent sur votre dos ? Car si vous êtes bons dans ce que vous faites, c’est lui qui a besoin de vous, pas l’inverse.
      Pour ma part, je n’ai pas trop les nerfs contre les patrons, ils ont juste su mener leur barque et trouvé le bon filon. Moi, ce qui me donnait la nausée quand j’étais salarié, c’était les rapports avec les autres employés. C’est incroyable comme chacun tire la couverture à soi pour recevoir une petite croquette supplémentaire, ou simplement par jalousie, en particulier si vous avez des compétences techniques qu’ils n’ont pas. Et, il faut bien le dire, c’est le travail avec les femmes qui est le plus difficile : elles sont conformistes, naturellement soumises, elle ne remettent jamais rien en question, sauf pour se plaindre dans des bavardages sans but précis. D’ailleurs, ce sont souvent des femmes qu’on met dans les postes type HR (secrétaires, etc.) car elles ont souvent les défauts que je viens de mentionner, ce qui peut être un avantage pour le patron. On comprend pourquoi le grand patronat a voulu mettre les femmes au travail. Et d’ailleurs, on retrouve ces femmes dans les administrations les plus rigides.
      Ceci dit, il n’est pas facile de passer le cap. Quand on gère sa propre boîte, on est seul face à tous et en particulier face à l’état et on a souvent peur de se retrouver sans aucun moyen (veuillez d’ailleurs noter que le système du salariat ne vous permet pas de mettre le moindre kopek de côté, tout en alourdissant les démarches pour obtenir le chômage, en cas de besoin). C’est pourquoi le réseau d’entreprise solidaire proposé sur ER est sûrement une bonne chose pour ceux qui veulent se libérer de leurs chaînes, même si je n’ai pas encore eu le temps d’étudier la question.


    • @kamino

      Je suis aussi prestataire de services dans l’industrie, en tant qu’ingénieur...
      Je suis passé "indépendant"* justement parce que j’en avais un peu marre que mon proxénète se fasse 50% de marge brute** sur ma gueule.
      Je suis actuellement facturé une petite fortune : environ 680€ par jour (tarification finale, je touche moi même bien moins mais je ne me plains pas), ce qui est un montant aussi élevé que rare** : correspond à 13600€ de facturation par mois.
      Je ne vois pas trop comment un client pourrait accepter des tarifications aussi fortes pour un niveau de qualification de l’ordre du smic... Je n’ai jamais vu ça. Un technicien est facturé au maximum 300€ / jour, fréquemment un peu au delà des 200€.




      * Terme consacré mais abusif : on ne peut être réellement indépendant et devons passer par des intermédiaires

      ** La marge brute n’est pas la marge finale, évidemment : le commercial doit se tailler un revenu, rembourser ses frais, provisionner le futur intercontrat (Entre 5 et 10% en moyenne), payer les locaux, les services administratifs, et aussi et surtout... Sa hiérarchie. Et là haut, ils mangent les bougres !
      Loin de moi l’idée de les défendre, mais pour avoir plongé mon nez dans les chiffres (ce qui m’a poussé à devenir indépendant, c’est à dire à prendre le risque sur mon dos contre l’argent), les marges de manœuvres pour augmenter les salaires ne sont pas folles non plus : 4-5% maxi.

      *** Pour 10 ans d’expérience. Hormis l’Energie et le secteur bancaire qui sont prêts à dépenser des fortunes pour des ingénieurs, les tarifs dans l’industrie automobile, ferroviaire, biomédicale et aéronautique commencent à 300€/jour et sont capés autour des 500€/jour. La moyenne est un peu au delà des 400€, soit 8000€ de facturation par mois.


    • #1497750

      Que les anti-patrons primaires se mettent à leur compte, et on en reparle. Quand vous verrez ce qu’est le RSI, l’absence d’indemnités maladies, la retraite plus faible (que l’on doit se constituer soi-même pour être valable), les paperasses à foison, vous retournerez employé, pour pleurnicher avec ou sans vos syndicats communistes.


  • Filoche est tellement inculte qu’il confond les revenus du capital (au sens de l’excédent brut d’exploitation) avec les seuls dividendes. Or les dividendes ne sont qu’une fraction des revenus du capital (7,2% en 2015).
    Pour défendre ce genre d’idées, il faut prendre des bons, des personnes compétentes, pas des Filoche. Tout est tellement approximatif chez lui que n’importe qui peut le contredire avec pertinence et cela décrédibilisera les idées qu’il promeut en même temps.


  • Je crois que personne n’a compris ici la véritable problématique de la circulation des signes monétaires, de la nécessité de soutenir la demande, et au final de repenser la relation travail/salaire.

    Dans un contexte d’effondrement mondial de la demande, conséquence du libéralisme mondialisé et dérégulé qui va finir par exterminer la machinerie thermodynamique de l’économie mondiale, et d’augmentation inéluctable, à très moyen terme du coût de l’accès à l’énergie, qui fera voler en éclat les notions de bénéfices et de croissance, la menace finale qui pèse sur nos sociétés n’est pas l’’hyperinflation, mais au contraire la déflation.

    Elle produira au final l’impossibilité pour nos société de financer le secteur de l’énergie, et la dette remplaçant la croissance du pouvoir d’achat finira par déclencher l’implosion de nos société ego-commerciales : un aller simple pour un monde version Mad Max. Nous seront baisés non pas par le Pic Oil, mais par l’effondrement de la demande !

    Il va falloir un jour comprendre que la "Crise" de 2008 n’était que la première partie, le premier signe de la fin du "capitalisme" (qui n’a de libéral que ne nom en fait). L’échéance de la fin n’a été décalée dans le temps que par l’accumulation supplémentaire de dette. La Crise va revenir, et nous avons grillé toutes nos cartouches.

    Une économie mondiale basée sur les concepts "d’offre/demande" n’est viable que dans un monde où l’accès à l’énergie est relativement facile, ce qui a permit la Révolution Industrielle. Mais bientôt les coûts de l’accès aux énergies fossiles sera totalement incompatible avec une société capitalistique.

    La seule solution passe par la reprise en main de moyens de production, et par décollation des notions de salaire/travail. L’argent est fait pour circuler, et non pas pour être thésaurisé.

    Nous ne pourrons pas faire l’économie d’une Révolution copernicienne économique. Sinon, nous disparaîtrons purement et simplement

    http://lesakerfrancophone.fr/la-ver...


  • Ce qu’il dit est vrai mais depuis que nous sommes engagés dans cette
    Europe de Bruxelles , ça ne pourra jamais être , vu que nous sommes
    lancés dans une concurrence féroce qui force , tout , à la baisse .

    S’il est pour l’Europe de Bruxelles comme son parti de gauche
    communiste , il est dans ce cas dans l’incohérence politique
    totale .
    Il y a bien son ami Mélenchon de sa branche politique qui disait
    avant certaines élections en France qu’il était pour un smic Européen
    à 800€ / mois et lors des élections suivante pour flatter son électorat disait
    qu’il voulait en France un smic à 1800€/mois , donc il faudrait savoir ?
    ces gens de gauche ne sont pas fiables , il faut bien écouter ce qui se dit
    tout le temps avec les mêmes personnages pour connaître leur fiabilité .

    Pour ma part , je suis convaincu , que pour satisfaire leur projet d’Europe
    qui est basée sur la libre concurrence , c’est plutôt le smic à 800€ pour tous
    qui viendra , par étape mais il y arriveront....ça c’est sûr....et un Filoche
    comme un Mélenchon le savent très bien , mais ils feignent d’ignorer ,
    car au niveau électorat ça pouraît leur coûter trop cher , voilà l’astuce
    de la Gauche , ceux qui mènent la danse dans ces partis de gauche ,
    eux , ne gagneront jamais 800€ / mois , pas de souci pour eux , ils ne
    sont plus à une trahison près .


  • fausse bonne idée : proposition totalement démagogique tel un enfant irresponsable qui ne tient compte du manque de frontière et du risque de voir tous les postes se barrer en pologne !!! Remettre les frontières et ensuite les salaires augmenteront naturellement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    S’il veut des cours d’éco, j’ai du temps libre.


  • #1497582

    Sur le forum de filoche. lol :

    MARC
    Posted 27 juin 2016 at 14:21 | Permalien
    Attention Mr Filoche, votre article est relayé par un site de l’association ER (Alain Soral)

    http://www.egaliteetreconciliation....

    GÉRARD FILOCHE
    Posted 27 juin 2016 at 18:32 | Permalien
    il parait qu’on ne peut rien y faire… sauf un proces ! c’est une idée

     

  • #1497601

    Melda , franchement tu te fous du monde , moi qui est patron depuis 2007 , vient travailler chez moi et tu verras chiffres en main si tu peux gagner minimum 2000 € plus les charges 2000 cela fait déjà 4000 plus tous les autres frais et charges donc je me repete au lieu de déblatérer des conneries , installez-vous , apres vous pourrez en parler , je vous souhaite de faire gagner 2000€ à vos employés et plus vous bien entendu . Un petit calcul vite fait 2000 +2000 charges + 2000 frais et charges + 2000 patron + ses charges ( rsi , etc ) = 10000 a 12000 de CA mensuel pour juste un employé et son patron , OK . Donc mon petit tout petit melda , installé toi et on verra tes prouesses , à bon entendeur salut.


  • #1497605

    Premièrement ne rêvez pas. C’est mauvais pour le moral et la combativité.

    Deuxièmement, la tendance est à l’inverse.

    Nous sommes dans une phase d’harmonisation avec le reste du monde. indiens, américains, chinois, africains, etc... Enfin tout le gratin de l’esclavage quoi.

    C’est pas eux qui vont monter... S’il est nécessaire de le rappeler...

    Jouer sur des salaires à la hausse quand l’économie est en berne revient à envoyer toute l’eau à l’avant ou l’arrière d’un bateau en train de couler...

    L’un des côté va bel et bien temporairement remonter.

    Mais vous perdez la stabilité et très vite les pompes (arrière ou avant) ne répondront plus... Donc vous couler plus vite.

    En somme, repenser l’économie pour que tout le monde puisse dépenser revient à croire que le but de l’économie est de dépenser. Or c’est précisément le contraire à l’échelle macro.

    Certaines ressources ne repoussent pas. Soit vous relevez l’économie en faisant disparaitre les secteurs qui les consomment (le high-tech par exemple, donc 80% de ce à quoi nous sommes habitués) soit vous désignez arbitrairement ceux qui ont droit de consommation et ceux qui ont droit de survie. (implicitement c’est ce qui fut choisi)

    C’est ce que font les marchés avec les matières premières. Enfin c’est ce que fait Goldman Sachs qui tient la majeure partie d’entre eux.

    Rien n’arrive par hasard quand on s’aperçoit que tout partager dans une ambiance libérale fait disparaitre le gâteau plus vite...

    Et donc des décisions Off sont prises.

    Ralentissement du primaire = Ralentissement du secondaire = Ralentissement du tertiaire... A terme, vous voyez ce qui se profile... C’est pas le "plein emploi" et encore moins le "big dream..."


  • Salaire smic 2006 : 8,030 € de l’heure , salaire net : 941.79 € - charges salariales : 276,12 € - charges patronales : 448,01 € .
    Salaire smic 2016 : 9,67 € de l’heure , salaire net : 1115,09 € - charges salariales :351,56 € - charges patronales : 614,95 € .
    soit une augmentation du salaire horaire de 20,40%
    ou une revalorisation annuelle de 2.04 %
    soit une augmentation des charges salariales de 27,32 %
    soit une augmentation des charges patronales de 37,26 %
    la réalité des chiffres !!!
    Bénéficiaire principal ? L’ETAT . Et pour quels usage ?
    Pour toujours moins de prise en charge.Donnez plus pour recevoir moins .


  • #1497749

    Prépa des présidentielles


  • C’est toujours le même délire centraliste/étatiste, démagogique et irresponsable ; les socialistes (à la Gérard Filoche) ne sont que l’autre face de la même pièce, avec leur mantra de la « consommation » comme Graal du salut économique (alors que c’est l’épargne, c’est-à-dire un comportement qui traduit la prévoyance à long terme, qui est un authentique signe de sanité psychologique et économique !).

    Le véritable problème pour défendre correctement les intérêts des divers acteurs du monde du travail (salariés comme dirigeants), c’est surtout de complètement modifier l’organisation syndicale (y compris au niveau patronal !) en France, de façon à avoir des syndicats responsables et vraiment représentatifs, qui permettent à tout le monde d’avancer.

    (Et bien sûr, je ne parle même pas de la fiscalité et de la règlementation du travail, deux autres aspects qui méritent également un bouleversement pour redresser le pays. On pourrait aussi évoquer le sujet de la formation, le système éducatif français étant présentement ubuesque.)

    Je renvoie de nouveau à l’ouvrage Chômeurs ou Esclaves de Philippe Simonnot, que j’ai déjà cité dans un précédent commentaire sous un autre article récent.
    http://www.francisrichard.net/artic...


Commentaires suivants